Suite

CartoDB remplit-il automatiquement les données Polygon pour la ville/l'état ?


J'aimerais télécharger une feuille de calcul contenant des informations personnalisées sur la ville/l'État et que CartoDB remplisse automatiquement les données de polygone.

Si c'est possible, alors comment ?


Pour le moment, CartoDB ne reconnaît que les colonnes de latitude et de longitude (appelées 'lat¡, 'long', 'latitude' ou 'longitude').

Nous travaillons pour rendre également disponible la reconnaissance d'autres colonnes, comme 'pays'. Donc ce que vous mentionnez n'est pas encore disponible, mais on y est ! :-)


Créez une carte interactive avec R Leaflet qui affiche les marqueurs lors d'un clic sur un polygone

La création d'une carte de dépliant dans R peut être délicate si l'on souhaite ajouter des fonctionnalités réactives ou personnalisées. Mon objectif était d'utiliser mon flux de travail dans R pour créer une carte choroplèthe qui est ensuite augmentée par la possibilité de cliquer sur un polygone et de « révéler » un ensemble de points.

Une question similaire a été posée et répondue dans un autre message, mais cela est complètement fait dans brochure.js . Convertir cette solution en quelque chose qui peut être fait à partir de R mais sans brillant n'est pas aussi simple. Je sais que cela impliquera l'utilisation de htmlwidgets::onRender() et quelques connaissances en JavaScript.

Voici un reprex d'un tracé de base auquel ajouter des points « réactifs » :


Configuration de la symbologie de polygone à l'aide d'une seule couleur

La symbologie par défaut pour une couche de données de polygones consiste à colorer les polygones en rouge avec un contour solide gris clair de 1 pixel, comme illustré dans l'image suivante.

Vous pouvez modifier la couleur du polygone, la couleur du contour, l'épaisseur du contour, le style de ligne du contour et un style de remplissage pour le polygone.

Les champs suivants sont disponibles lorsque vous utilisez Single comme paramètre de symbologie.

La description. Ouvre une boîte de dialogue de sélection de couleurs qui vous permet de sélectionner une couleur pour les polygones. Vous pouvez sélectionner dans une palette, sélectionner une chaîne nommée, sélectionner une couleur système ou créer une couleur personnalisée et définir cette instance de couleur sur cette valeur.

Type de champ. Valeur de couleur.

Limitations de l'utilisateur. L'utilisateur peut naviguer jusqu'à une seule couleur. La valeur par défaut est le rouge.

La description. Ouvre une boîte de dialogue de sélection de couleurs qui vous permet de sélectionner une couleur pour le contour des polygones. Vous pouvez sélectionner dans une palette, sélectionner une chaîne nommée, sélectionner une couleur système ou créer une couleur personnalisée et définir cette instance de couleur sur cette valeur.

Type de champ. Valeur de couleur.

Limitations de l'utilisateur. L'utilisateur peut naviguer jusqu'à une seule couleur. La valeur par défaut est le gris clair.

La description. Est une épaisseur pour le contour en pixels.

Limitations de l'utilisateur. L'utilisateur peut saisir un seul numéro. La valeur par défaut est 1.

La description. Est le style du contour du polygone.

Type de champ. La liste déroulante.

Limitations de l'utilisateur. Les choix sont :

La description. Est le style de remplissage du polygone.

Type de champ. La liste déroulante.

Limitations de l'utilisateur. Les choix sont :

  • Diagonale arrière.
  • Traverser.
  • Croix diagonale.
  • Diagonale avant.
  • Horizontal.
  • Rien.
  • Solide (c'est la valeur par défaut).
  • Verticale.

Remarque : les motifs de hachures sont des images d'Esri dont la couleur ne peut pas être modifiée à l'aide du panneau Paramètres.

Exemple : Utilisation d'une symbologie unique pour les polygones

Cet exemple rend les polygones bleus et le contour une ligne bleu clair en pointillés. La requête WebFOCUS utilisée est customer_states, comme décrit dans Configuration d'une couche de données cartographiques. Ajoutez cette demande à la page HTML dans le panneau Demandes et sources de données.

Configurez la couche de carte pour utiliser la procédure customer_states décrite dans Configuration d'une couche de données cartographiques. Le rôle géographique est l'État américain (Nom) et le champ qui correspond au rôle est STATE_PROV_NAME. Configurez les paramètres de symbole dans le panneau Paramètres d'objet ESRI comme indiqué dans l'image suivante, en cliquant sur le champ Couleur et en sélectionnant une couleur bleu foncé, en cliquant sur le champ Couleur du contour et en sélectionnant une couleur bleu clair, puis en sélectionnant Tiret dans le menu déroulant Style de contour. liste en bas.

Exécutez la page HTML. La sortie est montrée dans l'image suivante.


Métadonnées :

TL2009 dans ce document fait référence au contenu des métadonnées hérité du fichier de formes TIGER/Line original du U.S. Census Bureau (2009).

TL2009 : Les fichiers TIGER/Line Shapefiles sont un extrait d'informations géographiques et cartographiques sélectionnées de la base de données Census MAF/TIGER. La base de données Census MAF/TIGER représente un fichier national homogène sans chevauchements ni écarts entre les parties. Cependant, chaque fichier de formes TIGER/Line est conçu pour être autonome en tant qu'ensemble de données indépendant ou les fichiers de formes peuvent être combinés pour couvrir l'ensemble du pays. Objectif: Ces polygones sont fournis comme critères de sélection des données géoréférencées à partir d'autres bases de données. La précision des recherches géographiques dans tout système utilisant ces polygones dépendra de la nature de l'algorithme de recherche.

Ces informations ne sont pas destinées à des fins de navigation.

Ces données sont destinées aux chercheurs scientifiques, aux étudiants, aux décideurs et au grand public. Les données peuvent être utilisées avec un logiciel de systèmes d'information géographique (SIG) pour afficher des informations géologiques et océanographiques.

TL2009 : Afin que d'autres puissent utiliser les informations de la base de données Census MAF/TIGER dans un système d'information géographique (SIG) ou pour d'autres applications géographiques, le Census Bureau met à la disposition du public des extraits de la base de données sous la forme de fichiers TIGER/Line Shapefiles . Information supplémentaire: Le U.S. Census Bureau publie des informations sur la densité, l'utilisation des terres et socio-économiques à différentes échelles géographiques (nationale, étatique, territoriale). Les informations sur les comtés de la zone côtière sont de plus en plus importantes à mesure que la croissance humaine, le développement et la dépendance vis-à-vis des ressources côtières augmentent. La loi sur la gestion des zones côtières (CZMA) fournit des informations importantes sur la préservation, la protection et la gestion des ressources côtières du pays (<http://coastalmanagement.noaa.gov/czm/czm_act.html>). Mis en œuvre par le Bureau de la gestion des ressources océaniques et côtières de la NOAA/NOS (OCRM), le programme de gestion des zones côtières (CZMP) comprend « les comtés qui sont entièrement ou partiellement dans les limites du programme de gestion côtière approuvé d'un État » (<http://coastalmanagement. noaa.gov/success/media/contextualindicatormanual.pdf>).

Les attributs du produit USGS sont adaptés des attributs du produit du Census Bureau.

Projet d'extensions spatiales pour les répertoires géographiques maritimes de l'U.S. Geological Survey (USGS).

Frances L. Lightsom, U.S. Geological Survey (USGS) Coastal and Marine Geology Program (CMGP), Woods Hole Coastal and Marine Science Center ([email protected])

Alan O. Allwardt, U.S. Geological Survey (USGS) Coastal and Marine Geology Program (CMGP), Pacific Coastal and Marine Science Center ([email protected])

Les répertoires géographiques des régions terrestres et marines, y compris le Système d'information sur les noms géographiques (GNIS), le GEOnet Names Server (GNS), le GEBCO Gazetteer of Undersea Feature Names et le VLIZ Marine Gazetteer (VLIMAR), fournissent généralement des emplacements à point unique ou des cadres de délimitation rectangulaires pour les entités nommées, car la fonction principale de ces répertoires géographiques est de normaliser l'utilisation des noms géographiques. Cependant, de nombreux services d'information géospatiale seraient améliorés si les noms de lieux faisant autorité de ces index géographiques étaient associés à des polygones représentant les étendues spatiales réelles des entités en question.

Le programme de géologie côtière et marine de l'USGS (CMGP) a créé et compilé des fichiers de formes pour faciliter la récupération de ressources d'informations géoréférencées liées aux océans et aux mers nommés, aux caractéristiques sous-marines, aux caractéristiques côtières et aux voies navigables, et aux zones administratives pertinentes, y compris la zone économique exclusive des États-Unis (ZEE ) et les comtés du Programme de gestion des zones côtières (CZMP). Les systèmes d'information géospatiale avec la capacité de rechercher des zones géographiques polygonales définies par l'utilisateur pourront utiliser ces fichiers de formes ou les produits secondaires qui en dérivent, tels que des représentations textuelles bien connues (WKT) des polygones individuels dans les fichiers de formes.

CMGP et ses collaborateurs bénéficieraient d'améliorations dans les répertoires géographiques pour ces services d'information géospatiale existants et prévus :

1. Le projet de gestion des connaissances CMGP fournit des services de recherche géospatiale en ligne pour les données de recherche et les informations scientifiques (par exemple, CMG InfoBank et CMGDS). Ces services de recherche géospatiale utilisent actuellement des interfaces cartographiques simples et/ou des répertoires géographiques avec des cadres de délimitation rectangulaires pour les étendues spatiales.

2. Le système d'information de gestion géospatiale (GMIS) interne de l'USGS dispose d'un index géographique avec des polygones pour localiser les études de terrain à terre, mais il offre peu d'aide pour les recherches en mer, où de nombreuses enquêtes CMGP sont menées.

3. Services d'information pour deux initiatives interinstitutions, la planification marine (<http://www.whitehouse.gov/administration/eop/oceans/cmsp>) et l'Inventaire de cartographie océanique et côtière (OCM) (<http://iocm.noaa.gov /iwg/>), sont en cours de développement et pourraient intégrer des index géographiques côtiers et marins spatialement améliorés.

Dans ce contexte, l'objectif principal d'inclure des étendues spatiales pour les noms de lieux dans un répertoire géographique est d'aider à la recherche d'informations, plutôt que d'établir des limites précises.

Produits du projet prévus, compilés pour incorporation dans les nomenclatures :

1. Principales limites océaniques et maritimes (telles que définies par l'OHI et le VLIMAR), incorporées dans les nomenclatures géographiques de l'USGS.

2. Étendues spatiales définies pour les caractéristiques sous-marines de haute priorité, incorporées dans le répertoire géographique de la GEBCO (en collaboration avec Lisa A. Taylor et John C. Cartwright, NOAA/NGDC/MGGD).

3. Étendues spatiales des caractéristiques côtières et des voies navigables américaines hautement prioritaires, incorporées dans un répertoire géographique faisant autorité.

4. Étendues spatiales des zones administratives américaines pertinentes, y compris la zone économique exclusive (ZEE), les sanctuaires marins nationaux et les comtés du programme de gestion des zones côtières (CZMP).

Le projet améliorera la communication sur les activités côtières et marines, et améliorera la convivialité et l'interopérabilité des services de données géospatiales. Le projet jettera les bases d'améliorations futures en démontrant des formats et des systèmes qui peuvent être utilisés pour incorporer des étendues spatiales supplémentaires dans les nomenclatures marines.

Les gens auront plus de succès en utilisant des noms de lieux familiers lorsqu'ils rechercheront des projets et des informations de l'USGS, et d'autres informations géospatiales financées par le gouvernement fédéral, sur les caractéristiques côtières et extracôtières.

Générer un ensemble de bases de données, dans un format standard, qui utilisent des polygones pour définir les étendues spatiales des océans et des mers nommés, des caractéristiques sous-marines, des caractéristiques côtières et des voies navigables, et des zones administratives pertinentes.

Glossaire des termes, acronymes et abréviations : Time_Period_of_Content : Time_Period_Information : Date/Heure unique : Date_Calendrier : 2009 Currentness_Reference : état du sol Statut: Le progrès: Compléter Maintenance_and_Update_Frequency : Comme requis Domaine spatial: Bounding_Coordinates : West_Bounding_Coordinate : -179.231086 East_Bounding_Coordinate : 179.859681 North_Bounding_Coordinate : 71.441059 South_Bounding_Coordinate : -14.601813 Mots clés: Thème: Theme_Keyword_Thesaurus : Catégorie de sujet ISO 19115 Theme_Keyword : limites Theme_Keyword : environnement Theme_Keyword : informations géoscientifiques Theme_Keyword : lieu Theme_Keyword : océans Theme_Keyword : planificationCadastre Theme_Keyword : société Thème: Theme_Keyword_Thesaurus : rien Theme_Keyword : gazetier Theme_Keyword : zone côtière Endroit: Place_Keyword_Thesaurus : INCITS.38-200x (R2004), INCITS.31-200x (R2007), INCITS.454-200x, INCITS 455-200x, INCITS 446-2008 Lieu_Mot-clé : États Unis Lieu_Mot-clé : NOUS. Access_Constraints : Rien Use_Constraints : Ce produit fournit des polygones pour les comtés côtiers (et entités équivalentes) afin d'aider à découvrir des informations en ligne sur les régions côtières et proches du littoral. Ce produit ne constitue pas une description faisant autorité des comtés actuellement inclus dans le Programme de gestion des zones côtières (CZMP), bien qu'une liste de 2009 des comtés du CZMP ait été utilisée pour sélectionner les comtés inclus. La liste actuelle des comtés du CZMP doit être obtenue directement auprès du NOAA/NOS Office of Ocean and Coastal Resource Management (OCRM).

Ces informations ne sont pas destinées à des fins de navigation. Point de contact: Coordonnées: Contact_Organization_Primary : Contact_Organisation : Programme de géologie côtière et marine (CMGP) de l'US Geological Survey (USGS) Personne de contact: Frances L. Lightsom Contact_Position : Océanographe Superviseur Adresse de contact: Type d'adresse: adresse postale et physique Adresse: USGS, 384 chemin Woods Hole Ville: Trou de bois État ou province: MA Code postal: 02543 De campagne: Etats-Unis Contact_Voice_Telephone : (508) 457-2242 Contact_Fac-similé_Téléphone : (508) 457-2310 Contact_Electronic_Mail_Address : [email protected] Parcourir_Graphique : Browse_Graphic_File_Name : <http://pubs.usgs.gov/of/2013/1284/data/CZMP_counties_2009.gif> Browse_Graphic_File_Description : parcourir le graphique du fichier de formes des comtés CZMP Browse_Graphic_File_Type : GIF

Données_Qualité_Informations : Attribut_Précision : Attribute_Accuracy_Report : Précis par rapport aux normes fédérales de traitement de l'information (FIPS), à la publication FIPS 6-4 et à FIPS-55 au niveau de 100 % pour les codes et les noms de base. Les autres informations sur les attributs ont été examinées, mais leur exactitude n'a pas été entièrement testée. Logical_Consistency_Report : Topologie polygonale présente.

TL2009 : Le Census Bureau a effectué des tests automatisés pour garantir la cohérence logique et les limites des fichiers de formes. Les segments constituant les limites extérieures et intérieures d'un polygone se lient bout à bout pour entourer complètement la zone. Tous les polygones sont testés pour la fermeture.

Le Census Bureau utilise son système de mise à jour géographique développé en interne pour améliorer et modifier les données spatiales et attributaires dans la base de données Census MAF/TIGER. Les codes géographiques standard, tels que les codes FIPS pour les États, les comtés, les municipalités, les subdivisions de comté, les lieux, les zones amérindiennes/natif de l'Alaska/natif hawaïen et les districts du Congrès sont utilisés lors de l'encodage des entités spatiales. Le Census Bureau a effectué des tests de données spatiales pour vérifier la cohérence logique des codes lors de la compilation des fichiers originaux de la base de données Census MAF/TIGER. La plupart des codes pour les entités géographiques, à l'exception des États, des comtés, des zones urbaines, des zones statistiques centrales (ASFC), des zones amérindiennes (AIA) et des districts du Congrès ont été fournis au Census Bureau par l'USGS, l'agence responsable du maintien de la norme FIPS 55. Les informations sur les attributs d'entités ont été examinées, mais leur cohérence n'a pas été entièrement testée.

Pour les fichiers de formes TIGER/Line, le nombre d'objets de point et de vecteur pour le type d'objet de point et de vecteur SDTS G-polygon reflète le nombre d'enregistrements dans la table attributaire du fichier de formes. Pour les entités multi-polygones, un seul enregistrement d'attribut existe pour chaque multi-polygone plutôt qu'un seul enregistrement d'attribut par composant G-polygone individuel de l'entité multi-polygone. Les multi-polygones TIGER/Line Shapefile sont une exception à la classification des types d'objets G-polygone. Par conséquent, lorsque plusieurs polygones existent dans un fichier de formes, le nombre d'objets sera inférieur au nombre réel de G-polygones.

Les produits TIGER/Line Shapefile ne sont pas protégés par le droit d'auteur, cependant TIGER/Line et Census TIGER sont des marques déposées du U.S. Census Bureau. Ces produits peuvent être utilisés gratuitement dans un produit ou une publication, mais une mention doit être faite au Bureau du recensement des États-Unis en tant que source. Les informations sur les limites dans les fichiers TIGER/Line Shapefiles sont uniquement destinées à la collecte et à la tabulation de données statistiques, leur représentation et leur désignation à des fins statistiques ne constituent pas une détermination de l'autorité juridictionnelle ou des droits de propriété ou de droit et ne sont pas des descriptions légales des terres. Les coordonnées dans les fichiers de formes TIGER/Line ont six décimales implicites, mais la précision de la position de ces coordonnées n'est pas aussi grande que les six décimales le suggèrent.

Des aspects supplémentaires des fichiers de formes TIGER/Line ont été clarifiés dans une communication écrite du Bureau du recensement des États-Unis aux chefs de projet de l'USGS :

"Nous appelons la limite de l'eau au large dans les fichiers de formes TIGER/Line la limite de 3 milles. Cette limite de 3 milles sert à définir la limite extérieure de couverture par la base de données MAF/TIGER. Notre limite de 3 milles ne représente aucune sorte de frontière légale ou administrative formelle et n'est pas destinée à définir des limites officielles pour les programmes fédéraux ou les litiges juridiques, même si elle est souvent très similaire à la limite de la Submerged Lands Act. Dans la plupart des régions, notre limite de 3 milles est d'environ 3 milles marins au large (ou océan) et est similaire (mais pas identique) à l'ancienne limite des eaux territoriales des États-Unis (avant que la limite des eaux territoriales ne soit passée de 3 à 12 milles marins en 1988). Bien que notre limite de 3 milles n'ait pas été substantiellement modifiée depuis la création de notre base de données TIGER, nous étudions actuellement d'éventuelles modifications/améliorations pour l'avenir afin de la rendre plus cohérente avec d'autres limites fédérales" (Geographic Products Branch, Geography Division, US Census Bureau, communication écrite à Alan O. Allwardt datée du 13 juin 2011).

USGS : ce produit fournit des polygones pour les comtés côtiers (et entités équivalentes) afin d'aider à découvrir des informations en ligne sur les régions côtières et proches du littoral. Ce produit ne constitue pas une description faisant autorité des comtés actuellement inclus dans le Programme de gestion des zones côtières (CZMP), bien qu'une liste de 2009 des comtés du CZMP ait été utilisée pour sélectionner les comtés inclus. La liste actuelle des comtés du CZMP doit être obtenue directement auprès du NOAA/NOS Office of Ocean and Coastal Resource Management (OCRM).

Ces informations ne sont pas destinées à des fins de navigation.

Lisez et comprenez parfaitement les métadonnées avant l'utilisation des données. Les utilisations de ces données ne doivent pas violer la résolution spatiale des données. Lorsque ces données sont utilisées en combinaison avec d'autres données de résolution différente, la résolution de la sortie combinée sera limitée par la résolution la plus basse de toutes les données.

Reconnaître le U.S. Geological Survey (USGS) dans les produits dérivés de ces données. Partagez les produits de données développés à l'aide de ces données avec le U.S. Geological Survey.

Cet ensemble de données a été approuvé pour diffusion et publication par le directeur de l'USGS. Bien que cet ensemble de données ait fait l'objet d'un examen rigoureux et soit pour l'essentiel complet, l'USGS se réserve le droit de réviser les données à la suite d'une analyse et d'un examen plus approfondis. En outre, il est libéré à condition que ni l'USGS ni le gouvernement des États-Unis ne puissent être tenus responsables de tout dommage résultant de son utilisation autorisée ou non autorisée.

Bien que ce fichier de métadonnées conforme au Federal Geographic Data Committee soit destiné à documenter ces données sous une forme non exclusive, ainsi qu'au format ArcInfo, ce fichier de métadonnées peut inclure une terminologie spécifique à ArcInfo.

Completeness_Report : Cet ensemble de données englobe tous les comtés du Programme de gestion des zones côtières (CZMP) tels que définis en 2009, y compris les données de l'Alaska, qui s'est ensuite retiré du CZMP. La conservation des données de l'Alaska améliore la capacité de recherche qui est l'objectif principal de cette compilation. L'exhaustivité des données des fichiers de formes TIGER/Line reflète le contenu de la base de données Census MAF/TIGER au moment où les fichiers de formes TIGER/Line ont été créés. Lignée: Source_Information : Source_Citation : Citation_Information : Auteur: Bureau du recensement des États-Unis Date de publication: 2008 Titre: TIGER/Line Shapefile, 2008, nation, États-Unis, comté et équivalent (tl_2008_us_county.shp) Édition: Téléchargement d'août 2009 Geospatial_Data_Presentation_Form : données numériques vectorielles Lien_en ligne : <http://www2.census.gov/geo/tiger/TIGER2008/tl_2008_us_county.zip> Type_of_Source_Media : en ligne Source_Time_Period_of_Content : Time_Period_Information : Date/Heure unique : Date_Calendrier : 2008 Source_Currentness_Reference : date de publication Source_Citation_Abbreviation : Bureau du recensement des États-Unis, 2008 Source_Contribution : fichier de formes du comté Source_Information : Source_Citation : Citation_Information : Auteur: Bureau du recensement des États-Unis Date de publication: 2009 Titre: TIGER/Line Shapefile, 2009, nation, États-Unis, comté actuel et équivalent national Shapefile (tl_2009_us_county.shp) Édition: Téléchargement de mai 2011 Geospatial_Data_Presentation_Form : données numériques vectorielles Lien_en ligne : <http://www2.census.gov/geo/tiger/TIGER2009/tl_2009_us_county.zip> Type_of_Source_Media : en ligne Source_Time_Period_of_Content : Time_Period_Information : Date/Heure unique : Date_Calendrier : 2009 Source_Currentness_Reference : date de publication Source_Citation_Abbreviation : Bureau du recensement des États-Unis, 2009 Source_Contribution : fichier de formes du comté Source_Information : Source_Citation : Citation_Information : Auteur: National Oceanic and Atmospheric Administration, National Ocean Service, Office of Ocean and Coastal Resource Management Date de publication: 2009 Titre: Système de mesure de la performance de la Loi sur la gestion des zones côtières : Manuel des indicateurs contextuels (document de travail) Édition: septembre 2009 Geospatial_Data_Presentation_Form : document Other_Citation_Details : téléchargé en mars 2010 Lien_en ligne : <http://coastalmanagement.noaa.gov/success/media/contextualindicatormanual.pdf> Type_of_Source_Media : en ligne Source_Time_Period_of_Content : Time_Period_Information : Date/Heure unique : Date_Calendrier : 2009 Source_Currentness_Reference : date de publication Source_Citation_Abbreviation : NOAA/NOS/OCRM, 2009 Source_Contribution : Annexe A : Comtés de la zone côtière Source_Information : Source_Citation : Citation_Information : Auteur: Bureau du recensement des États-Unis Date de publication: Inconnu Titre: Changements substantiels aux comtés et aux entités équivalentes de comté : 1970-présent Édition: 2010 télécharger Geospatial_Data_Presentation_Form : document Lien_en ligne : <http://www.census.gov/geo/reference/county-changes.html> Type_of_Source_Media : en ligne Source_Time_Period_of_Content : Time_Period_Information : Date/Heure unique : Date_Calendrier : Inconnu Source_Currentness_Reference : date de publication Source_Citation_Abbreviation : Bureau du recensement des États-Unis, sans date Source_Contribution : liste des comtés ajoutés ou supprimés, des changements de limites et des changements de nom Marche à suivre: Description du processus: Wingfield a identifié 491 comtés et équivalents de comté CZMP, représentés par 500 polygones, en utilisant un processus en trois étapes : 1) le fichier de formes TIGER/Line 2008 (US Census Bureau, 2008) a fourni des informations de fichiers de formes pour tous les comtés et équivalents de comté dans les 50 États, District de Columbia et territoires américains 2) L'annexe A du Coastal Zone Management Act Performance Measurement System : Contextual Indicators Manual (NOAA/NOS/OCRM, 2009) a été utilisée pour créer un sous-ensemble du fichier de formes TIGER/Line pour les comtés et les comtés du CZMP. équivalents et 3) ce sous-ensemble a été rapproché au besoin avec les modifications substantielles apportées aux comtés et aux entités équivalentes aux comtés : 1970 à aujourd'hui (US Census Bureau, sans date).

Hartwell a mis à jour le fichier de formes des comtés CZMP pour se conformer au fichier de formes 2009 TIGER/Line (US Census Bureau, 2009) en utilisant la commande ArcGIS "select by location" : les polygones TIGER/Line 2009 ont été sélectionnés si leurs centroïdes étaient contenus dans l'un des polygones de le fichier de formes des comtés CZMP de 2008, tous les autres polygones du fichier de formes TIGER/Line 2009 ont été éliminés, produisant ainsi un fichier de formes des comtés CZMP mis à jour (maintenant avec 492 comtés et équivalents de comtés CZMP, représentés par 501 polygones).

Les changements ultérieurs dans la participation au CZMP (par exemple, le retrait volontaire de l'Alaska en 2011) ne sont pas reflétés dans le shapefile. Date de traitement: 2009-2011

Spatial_Data_Organization_Information : Direct_Spatial_Reference_Method : Vecteur Point_and_Vector_Object_Information : SDTS_Terms_Description : SDTS_Point_and_Vector_Object_Type : G-polygone Point_and_Vector_Object_Count : 501

Informations_de_référence_spatiale : Définition_du_système_de_coordonnées_horizontales : Géographique: Latitude_Résolution : 0.000458 Longitude_Résolution : 0.000458 Geographic_Coordinate_Units : Degrés décimaux Geodetic_Model : Horizontal_Datum_Name : Système de référence nord-américain de 1983 Ellipsoïde_Name : Système de référence géodésique 80 Demi-grand axe: 6378137 Denominator_of_Flattening_Ratio : 298.257


Shapefile pour les comtés du Programme de gestion des zones côtières des États-Unis et de ses territoires, 2009 (CZMP_counties_2009.shp)

TL2009 dans ce document fait référence au contenu des métadonnées hérité du fichier de formes TIGER/Line original du U.S. Census Bureau (2009).

TL2009 : Les fichiers TIGER/Line Shapefiles sont un extrait d'informations géographiques et cartographiques sélectionnées de la base de données Census MAF/TIGER. La base de données Census MAF/TIGER représente un fichier national homogène sans chevauchements ni écarts entre les parties. Cependant, chaque fichier de formes TIGER/Line est conçu pour être autonome en tant qu'ensemble de données indépendant ou les fichiers de formes peuvent être combinés pour couvrir l'ensemble du pays. Information supplémentaire: Le U.S. Census Bureau publie des informations sur la densité, l'utilisation des terres et socio-économiques à différentes échelles géographiques (nationale, étatique, territoriale). Les informations sur les comtés de la zone côtière sont de plus en plus importantes à mesure que la croissance humaine, le développement et la dépendance vis-à-vis des ressources côtières augmentent. La loi sur la gestion des zones côtières (CZMA) fournit des informations importantes sur la préservation, la protection et la gestion des ressources côtières du pays (<http://coastalmanagement.noaa.gov/czm/czm_act.html>). Mis en œuvre par le Bureau de la gestion des ressources océaniques et côtières de la NOAA/NOS (OCRM), le programme de gestion des zones côtières (CZMP) comprend « les comtés qui sont entièrement ou partiellement dans les limites du programme de gestion côtière approuvé d'un État » (<http://coastalmanagement. noaa.gov/success/media/contextualindicatormanual.pdf>).

Les attributs du produit USGS sont adaptés des attributs du produit du Census Bureau.

Projet d'extensions spatiales pour les répertoires géographiques maritimes de l'U.S. Geological Survey (USGS).

Frances L. Lightsom, U.S. Geological Survey (USGS) Coastal and Marine Geology Program (CMGP), Woods Hole Coastal and Marine Science Center ([email protected])

Alan O. Allwardt, U.S. Geological Survey (USGS) Coastal and Marine Geology Program (CMGP), Pacific Coastal and Marine Science Center ([email protected])

Les répertoires géographiques des régions terrestres et marines, y compris le Système d'information sur les noms géographiques (GNIS), le GEOnet Names Server (GNS), le GEBCO Gazetteer of Undersea Feature Names et le VLIZ Marine Gazetteer (VLIMAR), fournissent généralement des emplacements à point unique ou des cadres de délimitation rectangulaires pour les entités nommées, car la fonction principale de ces répertoires géographiques est de normaliser l'utilisation des noms géographiques. Cependant, de nombreux services d'information géospatiale seraient améliorés si les noms de lieux faisant autorité de ces index géographiques étaient associés à des polygones représentant les étendues spatiales réelles des entités en question.

Le programme de géologie côtière et marine de l'USGS (CMGP) a créé et compilé des fichiers de formes pour faciliter la récupération de ressources d'informations géoréférencées liées aux océans et aux mers nommés, aux caractéristiques sous-marines, aux caractéristiques côtières et aux voies navigables, et aux zones administratives pertinentes, y compris la zone économique exclusive des États-Unis (ZEE ) et les comtés du Programme de gestion des zones côtières (CZMP). Les systèmes d'information géospatiale avec la capacité de rechercher des zones géographiques polygonales définies par l'utilisateur pourront utiliser ces fichiers de formes ou les produits secondaires qui en dérivent, tels que des représentations textuelles bien connues (WKT) des polygones individuels dans les fichiers de formes.

CMGP et ses collaborateurs bénéficieraient d'améliorations dans les répertoires géographiques pour ces services d'information géospatiale existants et prévus :

1. Le projet de gestion des connaissances CMGP fournit des services de recherche géospatiale en ligne pour les données de recherche et les informations scientifiques (par exemple, CMG InfoBank et CMGDS). Ces services de recherche géospatiale utilisent actuellement des interfaces cartographiques simples et/ou des répertoires géographiques avec des cadres de délimitation rectangulaires pour les étendues spatiales.

2. Le système d'information de gestion géospatiale (GMIS) interne de l'USGS dispose d'un index géographique avec des polygones pour localiser les études de terrain à terre, mais il offre peu d'aide pour les recherches en mer, où de nombreuses enquêtes CMGP sont menées.

3. Services d'information pour deux initiatives interinstitutions, la planification marine (<http://www.whitehouse.gov/administration/eop/oceans/cmsp>) et l'Inventaire de cartographie océanique et côtière (OCM) (<http://iocm.noaa.gov /iwg/>), sont en cours de développement et pourraient intégrer des index géographiques côtiers et marins spatialement améliorés.

Dans ce contexte, l'objectif principal d'inclure des étendues spatiales pour les noms de lieux dans un répertoire géographique est d'aider à la recherche d'informations, plutôt que d'établir des limites précises.

Produits du projet prévus, compilés pour incorporation dans les nomenclatures :

1. Principales limites océaniques et maritimes (telles que définies par l'OHI et le VLIMAR), incorporées dans les nomenclatures géographiques de l'USGS.

2. Étendues spatiales définies pour les caractéristiques sous-marines de haute priorité, incorporées dans le répertoire géographique de la GEBCO (en collaboration avec Lisa A. Taylor et John C. Cartwright, NOAA/NGDC/MGGD).

3. Étendues spatiales des caractéristiques côtières et des voies navigables américaines hautement prioritaires, incorporées dans un répertoire géographique faisant autorité.

4. Étendues spatiales des zones administratives américaines pertinentes, y compris la zone économique exclusive (ZEE), les sanctuaires marins nationaux et les comtés du programme de gestion des zones côtières (CZMP).

Le projet améliorera la communication sur les activités côtières et marines, et améliorera la convivialité et l'interopérabilité des services de données géospatiales. Le projet jettera les bases d'améliorations futures en démontrant des formats et des systèmes qui peuvent être utilisés pour incorporer des étendues spatiales supplémentaires dans les nomenclatures marines.

Les gens auront plus de succès en utilisant des noms de lieux familiers lorsqu'ils rechercheront des projets et des informations de l'USGS, et d'autres informations géospatiales financées par le gouvernement fédéral, sur les caractéristiques côtières et extracôtières.

Générer un ensemble de bases de données, dans un format standard, qui utilisent des polygones pour définir les étendues spatiales des océans et des mers nommés, des caractéristiques sous-marines, des caractéristiques côtières et des voies navigables, et des zones administratives pertinentes.

Glossaire des termes, acronymes et abréviations :

West_Bounding_Coordinate : -179.231086 East_Bounding_Coordinate : 179.859681 North_Bounding_Coordinate : 71.441059 South_Bounding_Coordinate : -14.601813

Date_Calendrier : 2009 Currentness_Reference : état du sol

Geospatial_Data_Presentation_Form : données numériques vectorielles

Les positions horizontales sont spécifiées en coordonnées géographiques, c'est-à-dire latitude et longitude. Les latitudes sont données au 0,000458 le plus proche. Les longitudes sont données au 0,000458 le plus proche. Les valeurs de latitude et de longitude sont spécifiées en degrés décimaux.

Le système de référence horizontal utilisé est le système de référence nord-américain de 1983.
L'ellipsoïde utilisé est le système de référence géodésique 80.
Le demi-grand axe de l'ellipsoïde utilisé est 6378137.
L'aplatissement de l'ellipsoïde utilisé est de 1/298,257.

CZMP_counties_2009.shp TL2009 : Comté actuel et équivalent national (Source : TL2009 : U.S. Census Bureau)

FID Numéro de fonction interne. (Source : ESRI)

Numéros séquentiels uniques entiers qui sont générés automatiquement.

Façonner Géométrie de l'entité. (Source : ESRI)

Coordonnées définissant les caractéristiques.

ETATFP Code FIPS (Federal Information Processing Standards) de l'état actuel (Source : U.S. Census Bureau)

Jeu de codes formel
Nom du jeu de codes :INCITS.38-200x (R2004), Codes d'identification des États, du district de Columbia, de Porto Rico et des régions insulaires des États-Unis (anciennement FIPS 5-2)
Source du jeu de codes :Bureau du recensement des États-Unis

COUNTYFP Code FIPS (Federal Information Processing Standards) du comté actuel (Source : U.S. Census Bureau)

Jeu de codes formel
Nom du jeu de codes :INCITS.31-200x (R2007), Codes d'identification des comtés et des régions équivalentes des États-Unis, de Porto Rico et des régions insulaires des États-Unis (anciennement FIPS 6-4)
Source du jeu de codes :Bureau du recensement des États-Unis

COMTÉS Code ANSI du comté actuel (Source : U.S. Census Bureau)

Jeu de codes formel
Nom du jeu de codes :INCITS 446-2008, (GNIS) Attributs d'identification des caractéristiques géographiques physiques et culturelles nommées (à l'exception des routes et des autoroutes) des États-Unis, de ses territoires, de ses zones périphériques et de ses zones librement associées, et de ses eaux jusqu'à la limite de la Zone réglementaire de douze milles
Source du jeu de codes :Service géologique des États-Unis (USGS)

CNTYIDFP Identifiant du comté actuel une concaténation du code FIPS (Federal Information Processing Standards) de l'état actuel et du code FIPS du comté (Source : U.S. Census Bureau)

Jeu de codes formel
Nom du jeu de codes :INCITS.38-200x (R2004), Codes for the Identification of the States, the District of Columbia, Puerto Rico, and the Insular Areas of the United States (Anciennement FIPS 5-2), INCITS.31-200x (R2007), Codes d'identification des comtés et des régions équivalentes des États-Unis, de Porto Rico et des régions insulaires des États-Unis (anciennement FIPS 6-4)
Source du jeu de codes :Bureau du recensement des États-Unis

NOM Nom actuel du comté (Source : U.S. Census Bureau)

Jeu de codes formel
Nom du jeu de codes :INCITS.31-200x (R2007), Codes d'identification des comtés et des régions équivalentes des États-Unis, de Porto Rico et des régions insulaires des États-Unis (anciennement FIPS 6-4)
Source du jeu de codes :Bureau du recensement des États-Unis

NAMELSAD Nom actuel et description de la zone juridique/statistique traduite pour le comté (Source : U.S. Census Bureau)

Jeu de codes formel
Nom du jeu de codes :INCITS.31-200x (R2007), Codes pour l'identification des comtés et des régions équivalentes des États-Unis, de Porto Rico et des régions insulaires des États-Unis (anciennement FIPS 6-4) et la description de la zone juridique/statistique traduite code pour le comté qui apparaît dans LSAD00
Source du jeu de codes :Bureau du recensement des États-Unis

LSAD Code de description de zone juridique/statistique actuel pour le comté (Source : U.S. Census Bureau)

ValeurDéfinition
00Vierge
03Ville et arrondissement
04Arrondissement
05Zone de recensement
06comté
07Quartier
10île
12Municipalité
13Municipalité
15Paroisse
25ville

CLASSFP Code de classe 55 des normes fédérales actuelles de traitement de l'information (FIPS) (Source : U.S. Census Bureau)

ValeurDéfinition
C7Un lieu incorporé qui est indépendant de tout comté
H1Un comté actif ou une caractéristique équivalente
H4Un comté inactif ou une caractéristique équivalente
H5Une caractéristique statistique équivalente au comté
H6Un comté qui est coextensif avec une place constituée, une partie d'une place constituée ou une ville consolidée et les fonctions gouvernementales du comté font partie du gouvernement municipal

MTFCC Code de classe d'entités MAF/TIGER (Source : U.S. Census Bureau)

ValeurDéfinition
G4020Comté ou caractéristique équivalente

CSAFP Indicatif régional statistique combiné actuel (Source : U.S. Census Bureau)

Plage de valeurs
Le minimum:100
Maximum:599

CBSAFP Zone statistique métropolitaine actuelle/code de zone statistique micropolitaine (Source : U.S. Census Bureau)

Plage de valeurs
Le minimum:10000
Maximum:49999

METDIVFP Code de division métropolitaine actuel (Source : U.S. Census Bureau)

Plage de valeurs
Le minimum:10004
Maximum:49994

FUNCSTAT État fonctionnel actuel (Source : U.S. Census Bureau)

ValeurDéfinition
UNEGouvernement actif assurant des fonctions générales primaires
BGouvernement actif qui est partiellement consolidé avec un autre gouvernement mais avec des fonctionnaires distincts assurant des fonctions générales primaires
CGouvernement actif consolidé avec un autre gouvernement avec un seul ensemble de fonctionnaires
FEntité fictive créée pour remplir la hiérarchie géographique du Census Bureau
gGouvernement actif qui est subordonné à une autre unité de gouvernement
NEntité juridique non fonctionnelle
SEntité statistique

Entity_and_Attribute_Overview : Attributs des caractéristiques du polygone du comté CZMP des comtés CZMP du U.S. Census Bureau (2009) tels que définis dans la NOAA (consulté en 2009). Entity_and_Attribute_Detail_Citation : U.S. Census Bureau, 2009 TIGER/Line Shapefiles Technical Documentation (<http://www.census.gov/geo/maps-data/data/pdfs/tiger/tgrshp2009/TGRSHP09.pdf>) Entity_and_Attribute_Detail_Citation : NOAA, vue d'ensemble du programme de gestion des zones côtières (CZMP) (<http://coastalmanagement.noaa.gov/programs/czm.html>)

Qui a produit l'ensemble de données ?

  • Stephen R. Hartwell
  • Dana K. Wingfield
  • Alan O. Allwardt
  • Florence L. Wong
  • Frances L. Lightsom

(508) 457-2242 (voix)
(508) 457-2310 (TÉLÉCOPIE)
[email protected]

Pourquoi l'ensemble de données a-t-il été créé ?

Ces polygones sont fournis comme critères de sélection des données géoréférencées à partir d'autres bases de données. La précision des recherches géographiques dans tout système utilisant ces polygones dépendra de la nature de l'algorithme de recherche.

Ces informations ne sont pas destinées à des fins de navigation.

Ces données sont destinées aux chercheurs scientifiques, aux étudiants, aux décideurs et au grand public. Les données peuvent être utilisées avec un logiciel de systèmes d'information géographique (SIG) pour afficher des informations géologiques et océanographiques.

TL2009 : Afin que d'autres puissent utiliser les informations de la base de données Census MAF/TIGER dans un système d'information géographique (SIG) ou pour d'autres applications géographiques, le Census Bureau met à la disposition du public des extraits de la base de données sous la forme de fichiers TIGER/Line Shapefiles .

Comment l'ensemble de données a été créée?

Bureau du recensement des États-Unis, 2008 (source 1 sur 4)

Bureau du recensement des États-Unis, 2009 (source 2 sur 4)

NOAA/NOS/OCRM, 2009 (source 3 sur 4)

Bureau du recensement des États-Unis, sans date (source 4 sur 4)

Date : 2009 (processus 1 sur 1) Wingfield a identifié 491 comtés CZMP et équivalents de comté, représentés par 500 polygones, en utilisant un processus en trois étapes : 1) le fichier de formes TIGER/Line 2008 (US Census Bureau, 2008) a fourni des informations sur les fichiers de formes pour tous comtés et équivalents de comté dans les 50 États, le District de Columbia et les territoires des États-Unis 2) L'annexe A du Système de mesure de la performance de la Loi sur la gestion des zones côtières : Manuel des indicateurs contextuels (NOAA/NOS/OCRM, 2009) a été utilisée pour créer un sous-ensemble du Fichier de formes TIGER/Line pour les comtés CZMP et les équivalents de comté et 3) ce sous-ensemble a été réconcilié si nécessaire avec les modifications substantielles apportées aux comtés et aux entités équivalentes de comté : 1970 à aujourd'hui (US Census Bureau, sans date).

Hartwell a mis à jour le fichier de formes des comtés CZMP pour se conformer au fichier de formes 2009 TIGER/Line (US Census Bureau, 2009) en utilisant la commande ArcGIS "select by location" : les polygones TIGER/Line 2009 ont été sélectionnés si leurs centroïdes étaient contenus dans l'un des polygones de le fichier de formes des comtés CZMP de 2008, tous les autres polygones du fichier de formes TIGER/Line 2009 ont été éliminés, produisant ainsi un fichier de formes des comtés CZMP mis à jour (maintenant avec 492 comtés et équivalents de comtés CZMP, représentés par 501 polygones).

Les changements ultérieurs dans la participation au CZMP (par exemple, le retrait volontaire de l'Alaska en 2011) ne sont pas reflétés dans le shapefile.

Quelle est la fiabilité des données, quels problèmes subsistent dans l'ensemble de données ?

Précis par rapport aux normes fédérales de traitement de l'information (FIPS), à la publication FIPS 6-4 et à FIPS-55 au niveau de 100 % pour les codes et les noms de base. Les autres informations sur les attributs ont été examinées, mais leur exactitude n'a pas été entièrement testée.

Cet ensemble de données englobe tous les comtés du Programme de gestion des zones côtières (CZMP) tels que définis en 2009, y compris les données de l'Alaska, qui s'est ensuite retiré du CZMP. La conservation des données de l'Alaska améliore la capacité de recherche qui est l'objectif principal de cette compilation. L'exhaustivité des données des fichiers de formes TIGER/Line reflète le contenu de la base de données Census MAF/TIGER au moment où les fichiers de formes TIGER/Line ont été créés.

TL2009 : Le Census Bureau a effectué des tests automatisés pour garantir la cohérence logique et les limites des fichiers de formes. Les segments constituant les limites extérieures et intérieures d'un polygone se lient bout à bout pour entourer complètement la zone. Tous les polygones sont testés pour la fermeture.

Le Census Bureau utilise son système de mise à jour géographique développé en interne pour améliorer et modifier les données spatiales et attributaires dans la base de données Census MAF/TIGER. Les codes géographiques standard, tels que les codes FIPS pour les États, les comtés, les municipalités, les subdivisions de comté, les lieux, les zones amérindiennes/natif de l'Alaska/natif hawaïen et les districts du Congrès sont utilisés lors de l'encodage des entités spatiales. Le Census Bureau a effectué des tests de données spatiales pour vérifier la cohérence logique des codes lors de la compilation des fichiers originaux de la base de données Census MAF/TIGER. La plupart des codes pour les entités géographiques, à l'exception des États, des comtés, des zones urbaines, des zones statistiques centrales (ASFC), des zones amérindiennes (AIA) et des districts du Congrès ont été fournis au Census Bureau par l'USGS, l'agence responsable du maintien de la norme FIPS 55. Les informations sur les attributs d'entités ont été examinées, mais leur cohérence n'a pas été entièrement testée.

Pour les fichiers de formes TIGER/Line, le nombre d'objets de point et de vecteur pour le type d'objet de point et de vecteur SDTS G-polygon reflète le nombre d'enregistrements dans la table attributaire du fichier de formes. Pour les entités multi-polygones, un seul enregistrement d'attribut existe pour chaque multi-polygone plutôt qu'un seul enregistrement d'attribut par composant G-polygone individuel de l'entité multi-polygone. Les multi-polygones TIGER/Line Shapefile sont une exception à la classification des types d'objets G-polygone. Par conséquent, lorsque plusieurs polygones existent dans un fichier de formes, le nombre d'objets sera inférieur au nombre réel de G-polygones.

Les produits TIGER/Line Shapefile ne sont pas protégés par le droit d'auteur, cependant TIGER/Line et Census TIGER sont des marques déposées du U.S. Census Bureau. Ces produits peuvent être utilisés gratuitement dans un produit ou une publication, mais une mention doit être faite au Bureau du recensement des États-Unis en tant que source. Les informations sur les limites dans les fichiers TIGER/Line Shapefiles sont uniquement destinées à la collecte et à la tabulation de données statistiques, leur représentation et leur désignation à des fins statistiques ne constituent pas une détermination de l'autorité juridictionnelle ou des droits de propriété ou de droit et ne sont pas des descriptions légales des terres. Les coordonnées dans les fichiers de formes TIGER/Line ont six décimales implicites, mais la précision de la position de ces coordonnées n'est pas aussi grande que les six décimales le suggèrent.

Des aspects supplémentaires des fichiers de formes TIGER/Line ont été clarifiés dans une communication écrite du Bureau du recensement des États-Unis aux chefs de projet de l'USGS :

"Nous appelons la limite de l'eau au large dans les fichiers de formes TIGER/Line la limite de 3 milles. Cette limite de 3 milles sert à définir la limite extérieure de couverture par la base de données MAF/TIGER. Notre limite de 3 milles ne représente aucune sorte de frontière légale ou administrative formelle et n'est pas destinée à définir des limites officielles pour les programmes fédéraux ou les litiges juridiques, même si elle est souvent très similaire à la limite de la Submerged Lands Act. Dans la plupart des régions, notre limite de 3 milles est d'environ 3 milles marins au large (ou océan) et est similaire (mais pas identique) à l'ancienne limite des eaux territoriales des États-Unis (avant que la limite des eaux territoriales ne soit passée de 3 à 12 milles marins en 1988). Bien que notre limite de 3 milles n'ait pas été substantiellement modifiée depuis la création de notre base de données TIGER, nous étudions actuellement d'éventuelles modifications/améliorations pour l'avenir afin de la rendre plus cohérente avec d'autres limites fédérales" (Geographic Products Branch, Geography Division, US Census Bureau, communication écrite à Alan O. Allwardt datée du 13 juin 2011).

USGS : ce produit fournit des polygones pour les comtés côtiers (et entités équivalentes) afin d'aider à découvrir des informations en ligne sur les régions côtières et proches du littoral. Ce produit ne constitue pas une description faisant autorité des comtés actuellement inclus dans le Programme de gestion des zones côtières (CZMP), bien qu'une liste de 2009 des comtés du CZMP ait été utilisée pour sélectionner les comtés inclus. La liste actuelle des comtés du CZMP doit être obtenue directement auprès du NOAA/NOS Office of Ocean and Coastal Resource Management (OCRM).

Ces informations ne sont pas destinées à des fins de navigation.

Lisez et comprenez parfaitement les métadonnées avant l'utilisation des données. Les utilisations de ces données ne doivent pas violer la résolution spatiale des données. Lorsque ces données sont utilisées en combinaison avec d'autres données de résolution différente, la résolution de la sortie combinée sera limitée par la résolution la plus basse de toutes les données.

Reconnaître le U.S. Geological Survey (USGS) dans les produits dérivés de ces données. Partagez les produits de données développés à l'aide de ces données avec le U.S. Geological Survey.

Cet ensemble de données a été approuvé pour diffusion et publication par le directeur de l'USGS. Bien que cet ensemble de données ait fait l'objet d'un examen rigoureux et soit pour l'essentiel complet, l'USGS se réserve le droit de réviser les données à la suite d'une analyse et d'un examen plus approfondis. En outre, il est libéré à condition que ni l'USGS ni le gouvernement des États-Unis ne puissent être tenus responsables de tout dommage résultant de son utilisation autorisée ou non autorisée.

Bien que ce fichier de métadonnées conforme au Federal Geographic Data Committee soit destiné à documenter ces données sous une forme non exclusive, ainsi qu'au format ArcInfo, ce fichier de métadonnées peut inclure une terminologie spécifique à ArcInfo.

Comment quelqu'un peut-il obtenir une copie de l'ensemble de données ?

Existe-t-il des restrictions légales à l'accès ou à l'utilisation des données ?

Access_Constraints : Rien Use_Constraints : Ce produit fournit des polygones pour les comtés côtiers (et entités équivalentes) afin d'aider à découvrir des informations en ligne sur les régions côtières et proches du littoral. Ce produit ne constitue pas une description faisant autorité des comtés actuellement inclus dans le Programme de gestion des zones côtières (CZMP), bien qu'une liste de 2009 des comtés du CZMP ait été utilisée pour sélectionner les comtés inclus. La liste actuelle des comtés du CZMP doit être obtenue directement auprès du NOAA/NOS Office of Ocean and Coastal Resource Management (OCRM).

Ces informations ne sont pas destinées à des fins de navigation.


4.4 Sortie vers des périphériques graphiques

Par défaut, les cartes et les graphiques générés à l'aide de ggplot() sont sortis dans le Parcelles dans le coin inférieur droit de l'interface graphique de RStudio. Cependant, il est parfois nécessaire d'imprimer des cartes sur d'autres périphériques graphiques et de spécifier explicitement les dimensions et la résolution des fichiers résultants. C'est souvent le cas lors de la génération de graphiques pour des publications. Pour sortir la carte dans une nouvelle fenêtre graphique, la fonction windows() est utilisée pour ouvrir un nouveau périphérique avec la taille spécifiée.

Dans cet exemple, la fonction windows() est utilisée pour ouvrir une fenêtre graphique de 6 pouces de large sur 4 pouces de haut. Comme pour les autres types d'objets R, la saisie du nom de l'objet invoque la méthode print() par défaut et trace le graphique sur le périphérique graphique actuel.

Alternativement, la fonction png() peut être utilisée pour écrire la carte directement dans une image PNG. Il existe également des fonctions bmp() , jpeg() et tiff() pour écrire dans d'autres formats d'image. Il existe différentes manières de spécifier la taille et la résolution de l'image. Dans l'exemple ci-dessous, la taille de la figure est de 6 pouces de large sur 4 pouces de haut et la résolution est de 300 pixels par pouce. Ainsi, l'image résultante sera de 6 x 300 = 1 800 pixels de large sur 4 x 300 = 1 200 pixels de haut.

Le périphérique graphique png() doit être désactivé à l'aide de la fonction dev.off() si vous souhaitez que les tracés suivants reviennent à la fenêtre graphique par défaut de RStudio.

Il est également possible d'exporter une carte directement dans un fichier pdf en utilisant la fonction pdf().


ConférenceMercredi 28 octobre

ESRI HOLL (Laboratoires d'apprentissage pratique)

Voir les offres de cours Tout au long de la journée de mercredi, ESRI organisera des cours autoguidés dans le Chambre Balcon couvrant le logiciel ESRI et les principales techniques SIG.

Laboratoires d'apprentissage pratique d'ESRI (HOLL)

Comment fonctionne HOLL ?

Le HOLL se compose d'un groupe d'ordinateurs portables avec des écouteurs où les étudiants peuvent suivre les cours à leur propre rythme. Une leçon consiste en une présentation enregistrée suivie d'un exercice pratique. Chaque leçon prend généralement environ 45 à une heure et les étudiants peuvent généralement aller et venir à leur guise. Les instructeurs des services de formation sont à votre disposition pour répondre aux questions des utilisateurs et discuter des produits Esri, d'autres opportunités de formation et de la certification technique Esri.

Offres de cours HOLL

  • 1.) Premiers pas avec GIS 1 : Comprendre la plate-forme ArcGIS
  • 2.) Premiers pas avec le SIG 2 : Utilisation d'ArcMAP pour explorer les données SIG
  • 3.) Se familiariser avec ArcGIS Pro
  • 4.) Avantages du stockage de vos données SIG dans la géodatabase
  • 5.) Création de cartes de qualité de présentation dans ArcMap
  • 6.) Modification des données SIG dans ArcMap
  • 7.) Édition multi-utilisateurs à l'aide de la gestion des versions
  • 8.) Modification et gestion des parcelles stockées dans un atelier de parcelles
  • 9.) Géocoder des adresses pour créer des points de carte
  • 10.) Importation et préparation de données CAO à utiliser dans ArcGIS
  • 11.) L'importance de la référence spatiale dans les applications tactiques
  • 12.) Explorer les modèles de santé et d'épidémie à l'aide d'outils de statistiques spatiales
  • 13.) Optimisation des itinéraires de transport à l'aide d'ArcGIS Network Analyst
  • 14.) Modélisation du temps et de la distance le long des réseaux à l'aide du référencement linéaire
  • 15.) Travailler avec des réseaux géométriques pour gérer les services publics
  • 16.) Interpolation de points d'échantillonnage pour créer des rasters à l'aide des outils Spatial Analyst
  • 17.) Géotraitement des données SIG à l'aide de Python
  • 18.) Partage de cartes et de contenu SIG à l'aide d'ArcGIS Online
  • 19.) Présentation des services Web à l'aide d'ArcGIS for Server
  • 20.) Génération d'applications Web pour le novice SIG
  • 21.) Premiers pas avec les outils de préparation des données des cartes communautaires
  • 22.) Cartographie des données Excel à l'aide d'Esri Maps for Office

Présentation principale Patrick Meier, Humanitaire numérique

Patrick Meier est un leader d'opinion internationalement reconnu sur la technologie et l'innovation humanitaires. Il est l'auteur de « Digital Humanitarians : How Big Data is Changing the Face of Humanitarian Action ».

Il a effectué de nombreuses consultations pour plusieurs organisations internationales, dont les Nations Unies et la Banque mondiale. Patrick a également fondé/co-fondé CrisisMappers, Digital Humanitarians et bien d'autres. Patrick écrit également le blog [iRevolutions](http://irevolution.net) et tweete sur [@patrickmeier](https://twitter.com/patrickmeier).

Regarder la vidéo:

Séance A (Big Tex) Télédétection (J'espionne d'en haut)

10h30 – 11h00 Évaluation de l'utilité des méthodes de classification basées sur les pixels et les objets pour l'étude de la végétation des zones humides avec un système aérien sans pilote

Nicholas Villarreal, stagiaire diplômé/projet SMWI - Texas State University à San Marcos | Jennifer Jensen - Université d'État du Texas à San Marcos | Kristina Tolman - Le Centre Meadows pour l'eau et l'environnement

Évaluation de l'utilité des méthodes de classification basées sur les pixels et les objets pour l'étude de la végétation des zones humides avec un système aérien sans pilote

Les zones humides maintiennent des processus écologiques essentiels qui améliorent la qualité de l'eau, soutiennent la diversité des habitats et fournissent plusieurs autres services environnementaux. Les zones humides construites et restaurées tentent d'atténuer la perte de zones humides naturelles, d'améliorer la qualité de l'eau, de répondre aux demandes d'approvisionnement en eau et de soutenir l'habitat faunique.

La zone de gestion de la faune de Richland Creek de 5 762 ha située près de Palestine, au Texas, comprend une zone humide artificielle qui couvre près de 900 ha et abrite une variété d'amphibiens, d'invertébrés, d'oiseaux migrateurs et de sauvagine. Le système de zones humides comprend cinq bassins de sédiments et 20 cellules inondées. Comme 95 % des effluents de la rivière Trinity s'écoulent de cellule à cellule, le substrat argileux et la végétation absorbent le phosphore, l'azote et d'autres nutriments, ce qui améliore la qualité de l'eau avant qu'elle ne soit renvoyée dans la rivière Trinity. L'importance des estimations de la couverture végétale annuelle est indiquée par la diversité spatiale de cellule à cellule de la végétation, qui fluctue en fonction de l'abondance, de l'âge et des espèces. La cartographie de la végétation est essentielle pour évaluer la biodiversité, la santé globale et le succès du système de zones humides restauré.

À l'automne 2014, le Meadows Centre for Water and the Environment a utilisé un véhicule aérien sans pilote pour recueillir des images haute résolution (18 cm) des cellules des terres humides. Les données de vérité terrain, y compris la composition des espèces dénotée par des unités de points, de transects et de polygones, ont été collectées à l'aide d'unités Trimble Geo XH pour assurer une géolocalisation précise. Les images ont été traitées avec les logiciels Photoscan et ArcGIS d'Agisoft. À l'aide de données de vérité terrain, la couverture végétale estimée a été classée à l'aide de deux approches : une méthode supervisée basée sur des pixels complétée avec ERDAS Imagine et une classification basée sur des objets à l'aide de eCognition Developer.

Les premiers résultats montrent que la classification basée sur les pixels produit des résultats inégaux et non contigus connus sous le nom d'« effet sel et poivre », contrairement à la classification basée sur les objets. Dans l'ensemble, les produits dérivés de la classification d'images basée sur des objets offrent un potentiel accru pour réduire «l'effet sel et poivre», améliorer la précision de la classification et améliorer l'interprétabilité visuelle. En fin de compte, les produits de classification contribueront à l'établissement de la réponse de la végétation aux différentes pratiques de restauration, aux modèles géographiques des taux de croissance annuels pour des espèces végétales spécifiques et à l'adéquation de l'habitat.

11h00 – 11h30 Surveillance des changements dans l'ouest du Texas à l'aide de l'imagerie NAIP du Texas Natural Resources Information System

Frank Obusek - Hexagon Geospatial

Surveillance des changements dans l'ouest du Texas à l'aide de l'imagerie NAIP du Texas Natural Resources Information System

Dans le monde de l'exploration pétrolière et gazière, la surface des terres est soumise à des changements avec l'ajout de nouvelles routes et de plates-formes de forage qui parsèment le paysage. Le changement rapide peut affecter négativement l'environnement et les ressources en eaux souterraines ainsi qu'avoir un impact sur les questions de propriété foncière et minérale. La mise à jour d'une base de données SIG pour refléter les derniers changements dans un domaine d'exploration des ressources peut être difficile à l'aide de méthodes manuelles.

La télédétection utilisant plusieurs dates d'imagerie NAIP du Texas Natural Resources Information System permet une détection précise des changements pour aider à surveiller les nouveaux ajouts de routes et de sites de forage. Cette présentation décrit un flux de travail utilisé pour préparer les données d'image, détecter les nouvelles modifications et produire des fonctionnalités de mise à jour sous forme d'ensemble de données vectorielles. En surveillant les changements de cette manière, les bases de données SIG peuvent être tenues à jour dans les zones où les changements sont rapides.

Biographie du présentateur :
Frank Obusek est ingénieur d'applications chez Hexagon Geospatial. Il est titulaire d'une maîtrise en géologie de la Bowling Green State University en Ohio. Frank travaille dans le domaine de la télédétection depuis le milieu des années 90. Il a travaillé avec tous les secteurs du gouvernement et de nombreux fournisseurs du secteur privé, y compris en étant propriétaire de sa propre petite entreprise. L'expertise de Frank comprend la photogrammétrie, le traitement d'images, l'extraction de caractéristiques, la classification de la couverture végétale et la visualisation 3D.

11h30 – 12h00 Solutions de drones utilisant des applications de télédétection et de photogrammétrie

Solutions de drones utilisant des applications de télédétection et de photogrammétrie

Le marché des véhicules aériens sans pilote (UAV) explose en Amérique du Nord, en particulier avec la réglementation plus clémente de la FAA américaine qui fait déjà l'objet de commentaires, ce qui signifie que des changements positifs sont imminents. Il existe un besoin pour une solution UAV pour traiter les données d'image à l'aide d'applications de télédétection et de photogrammétrie avec un service possible à un client Web. Hexagon Geospatial dispose de la technologie pour mettre en place la solution complète du matériel à Internet à partir d'un seul fournisseur.

Dans cette session, nous discuterons de certains des problèmes à surmonter avec ces solutions de drones et montrerons de nombreuses façons différentes de produire des données à valeur ajoutée à partir de ces drones. Actuellement aux États-Unis, vous avez besoin d'une licence de pilote et d'un certificat d'autorisation ou 333 pour voler conformément à la FAA. Les règles de base aux États-Unis étant de voler à moins de 400 pieds, 5 milles de tout espace aérien et la ligne de vue de l'UAV doivent être à moins de 1 mille. Assistez à cette session et devenez mieux équipé pour gérer l'explosion de la solution UAV.

Biographie du présentateur :
Joe Mostowy travaille chez Hexagon Geospatial (anciennement ERDAS Inc.) depuis plus de quinze ans et a occupé divers postes dans les domaines de la vente technique, du marketing et de la gestion de produits. Il est actuellement consultant logiciel senior pour les produits géospatiaux, spécialisé dans les drones et la photogrammétrie. Joe a été un agent de liaison technique entre les services d'ingénierie des solutions pour soutenir les efforts de vente, pour les clients et s'assurer que l'ingénierie reçoit les exigences appropriées. Joe est titulaire d'un baccalauréat ès arts en géographie et en psychologie de l'Université Lakehead à Thunder Bay en Ontario, ainsi que d'un diplôme avancé en télédétection/SIG de COGS à Lawrencetown, en Nouvelle-Écosse, au Canada.

Séance B (Petit TEX)SIG appliqué (Mettre le SIG au travail)

10h30 – 11h00 Applications SIG innovantes pour les soins de santé publique

Jack Hill et Amanda Scarborough - Université d'État Sam Houston

Applications SIG innovantes pour les soins de santé publique

Le potentiel d'application des technologies du système d'information géographique (SIG) dans le domaine des soins de santé publique est énorme et commence tout juste à récolter des avantages significatifs. Les applications SIG axées sur les soins de santé nécessitent l'intégration et l'analyse de données diverses, mises à jour et (parfois) exclusives dans des domaines tels que la santé, la finance, l'éducation, la sociologie, l'environnement, la géographie et l'informatique.

Il existe un réel besoin de définir et de cartographier l'accessibilité aux ressources ou aux actifs de santé communautaire (c. . À l'appui de ces analyses de lacunes, le SIG a également été récemment appliqué efficacement pour cartographier et exposer des disparités liées à la santé communautaire telles que l'alimentation, les médicaments et les jeux « déserts ».

Le nouveau centre SIG et le Collège des sciences de la santé de l'Office of Research and Sponsored Program (ORSP) de Sam Houston State University (SHSU) travaillent activement sur des projets avec l'université (SHSU et Universidad de Iberoamérica [UNIBE]), le comté (par exemple, Montgomery County United Way ), des organisations à but non lucratif axées sur les soins de santé au niveau régional et national (Costa Rica). L'objectif est de fournir la capacité et les outils pour générer plus systématiquement et quantitativement les mesures et les cartes nécessaires pour mesurer, visualiser, communiquer et améliorer l'impact de leurs divers programmes dans le contexte des résultats de santé communautaire.

De plus, la relation entre les actifs existants et les déterminants sociaux de la santé est également soulignée. Grâce à une compréhension plus quantitative et systématique des ressources et des besoins communautaires existants, ainsi qu'à l'efficacité du financement qui est directement associée à des impacts mesurables sur les résultats communautaires, ces organismes à but non lucratif seront en mesure de créer de manière plus stratégique des partenariats améliorés entre les organisations communautaires existantes. dans le but de créer des communautés saines.

Cette présentation décrit les tâches, les livrables et les résultats spécifiques de chaque projet SIG de soins de santé à but non lucratif sur lequel SHSU travaille actuellement.

Biographie du présentateur :
Jack Hill, Ph.D., directeur, Innovative Collaborative Programs, Office of Research and Sponsored Programs, Sam Houston State University (SHSU), Huntsville, Texas, a rejoint SHSU en 2011. Le Dr Hill est reconnu à l'échelle nationale et internationale pour son travail dans l'intégration et l'application de la télédétection (RS) et les données générées par la technologie des systèmes d'information géographique (SIG) pour aider à analyser et à résoudre les problèmes de ressources naturelles, d'environnement, de développement durable et, plus récemment, de soins de santé publique.

Il a auparavant été vice-président et directeur du programme environnemental au Houston Advanced Research Center (HARC). Il a également fait partie du corps professoral du département de génie civil de la Louisiana State University où il a été professeur agrégé et directeur associé du laboratoire de télédétection et de traitement d'images.


Analyse comparative : outils MDC avec une forte composante SIG

CartONG est régulièrement mandaté par ses partenaires pour collecter des données sur le terrain. Alors que bon nombre de ces missions sont des enquêtes basées sur des entretiens avec les ménages et se concentrent principalement sur les bénéficiaires, leurs besoins et leurs risques, nous soutenons également fréquemment la collecte de données sur les installations et les infrastructures. La collecte d'informations sur les établissements nécessite souvent une approche différente : si la logique du formulaire d'enquête requiert des schémas moins complexes, l'importance de la dimension géographique est accentuée. Dans de nombreux cas, nous avons simplement besoin de la position d'une certaine installation (l'emplacement d'un forage par exemple). Dans ces cas, la collecte de points, comme cela est possible dans la plupart des outils MDC standard, est suffisante. Mais il existe d'autres cas où nous voulons collecter un polygone de zone, par exemple lorsque nous examinons des camps de réfugiés entiers ou lorsque nous voulons collecter une ligne pour cartographier les routes et indiquer leurs conditions.
Il est souvent difficile, voire impossible, de collecter de telles données avec les outils de collecte de données mobiles standard, car les options de collecte d'informations géographiques et de sortie de ces données dans des formats standard à utiliser dans les logiciels géographiques sont limitées. C'est pourquoi nous avons récemment effectué une analyse comparative pour comparer quelques outils MDC géographiques.
Outre les outils de collecte de données simples que nous avons présentés dans notre article de blog de mars (qui sont particulièrement utiles pour les non-experts et les collectes de données individuelles), nous avons également examiné des outils qui permettent des collectes plus larges et standardisées de données géographiques et attributaires. Alors que nous connaissions déjà certains des outils, l'analyse comparative nous réserve encore des surprises. Deux des outils surprise que nous souhaitons présenter dans cet article de blog :

  1. ODK Collect – un outil MDC standard avec de fortes caractéristiques géographiques
  2. OpenMapKit - un module complémentaire à ODK Collect si vous souhaitez améliorer les données OpenStreetMap

Collecte ODK
Il existe de nombreuses raisons d'utiliser ODK Collect et récemment, sa capacité à collecter des données géographiques est devenue l'une d'entre elles. Depuis la version 1.4.12 d'ODK Collect, publiée en octobre de l'année dernière, la prise en charge du mappage hors ligne est disponible. Cela inclut le choix entre les fonds de carte ainsi que la prise en charge de types de questions supplémentaires pour collecter des caractéristiques de zone ou de ligne en cliquant sur le fond de carte ou en suivant le téléphone à intervalles réguliers. Ces types de questions sont appelés GéoForme et GéoTrace respectivement. Ils complètent le GéoPoint type de question qui était disponible auparavant.
Dans les « Paramètres généraux » vous trouverez une section « Mapping » qui vous permet de choisir entre différents styles de fond de carte basés sur Google Maps (Streets, Satellite, Terrain, Hybrid) ou OpenStreetMap qui comprend des conceptions telles que l'OSM standard mais aussi Stamen ou CartoDB (Positron ou Dark Matter) qui aident à l'orientation sur la carte chaque fois qu'une question géographique est posée dans un sondage.
Le GéoTrace et GéoFormeLa question permet à l'utilisateur de collecter des entités surfaciques ou linéaires. Avec un GéoForme question l'utilisateur peut créer un polygone en indiquant les points d'angle en cliquant sur la carte. La forme est ensuite enregistrée en incluant la latitude, la longitude et l'altitude de chaque point. Le GéoTrace question d'autre part permet de créer un polygone ou une ligne en suivant ses mouvements sur la carte. Les points de suivi peuvent être pris manuellement (au clic) ou automatiquement toutes les 1 à 30 secondes.
Par conséquent, l'application ODK Collect peut être un outil utile pour collecter des données géographiques lors d'une enquête. Néanmoins, il y a encore pas mal de faiblesses. Le principal problème est que l'application n'a pas encore rattrapé le nouveau développement. Par exemple, alors qu'il y a un bouton dans l'interface cartographique de l'application qui suggère que vous pouvez ajouter des « fonds de carte hors ligne ». Cependant, il n'y a aucune explication sur la façon d'ajouter de telles tuiles hors ligne. De plus, le format dans lequel le GéoTrace ou alors GéoForme les questions sont stockées ne peuvent pas être simplement importées dans un logiciel SIG standard. Alors que la plupart des serveurs de type ODK permettent d'exporter GéoPoint questions au format KML qu'ils ne permettront pas nécessairement d'exporter GéoTrace ou alors GéoForme des questions. Par exemple, l'option d'exportation KML du serveur Kobo ne fonctionne que pour GéoPoint des questions. Aggregate, d'autre part, peut exporter les trois types de questions géographiques au format KML. La sortie CSV qui comprend une colonne sur l'emplacement contient les valeurs nécessaires mais pas dans un format standard (comme le format « texte bien connu » utilisé par QGIS). Par conséquent, le fichier CSV de sortie doit être converti avant de pouvoir être utilisé. Un outil de conversion par exemple a été développé par l'équipe GeoODK : http://geoodk.com/mdk_howto.html. Néanmoins, les étapes supplémentaires rendent le travail avec GéoForme ou alors GéoTrace des questions. Nous espérons donc encore quelques améliorations supplémentaires pour rendre les fonctionnalités de cet outil plus conviviales pour les collections géographiques.

OpenMapKit
Alors que nous avions entendu parler d'OpenMapKit (OMK) auparavant, le benchmarking était notre première chance de connaître cette application qui a été développée par l'équipe de la Croix-Rouge américaine spécifiquement pour le secteur humanitaire. Cette application est en fait une extension d'ODK Collect vous permettant de collecter facilement des données que vous souhaitez ensuite partager via OpenStreetMap (OSM). L'idée pour OMK est que vous pouvez combiner deux sondages : comme le type de bâtiment (par exemple des bureaux, des magasins ou des bâtiments résidentiels) ou le matériau du toit du bâtiment, le nombre d'étages du bâtiment ou tout autre détail sur le bâtiment qui pourrait vous intéresser.
Si vous souhaitez combiner ces deux enquêtes, ODK et OMK sont la voie à suivre. Dans les coulisses, votre enquête ODK standard reçoit un ensemble supplémentaire de balises (dans un nouvel onglet du formulaire XLS) pour référencer les questions destinées à OpenStreetMap. Les enquêteurs commencent leur enquête dans ODK et lorsque les questions de type OSM se posent, elles sont invité à ouvrir OpenMapKit. Ils remplissent ces questions OMK et une fois qu'elles ont terminé, ils reviennent automatiquement à ODK Collect pour terminer l'enquête.
Ce qui est assez différent de votre workflow ODK standard, cependant, c'est votre interface serveur : vous utiliserez un serveur POSM (portable OSM) qui peut être utilisé soit entièrement hors ligne, soit configuré dans le cloud. C'est le point de départ pour vos données et formulaires. C'est sur le serveur POSM que vous téléchargez les données OSM pour votre domaine d'intérêt, vous chargez également vos formulaires XLS sur le serveur. Après une collecte, vos données sont envoyées au serveur POSM et vous pouvez afficher les détails dans un tableau, soumettre les détails balisés OSM à OpenStreetMap et télécharger les enquêtes au format CSV.

Bien que cette application comble clairement une lacune car elle vous permet d'améliorer facilement les données OpenStreetMap sur le terrain, elle présente également quelques faiblesses. L'application vous permet d'ajouter des nœuds (POI) et de mettre à jour les attributs des entités cartographiques, mais elle ne vous permet pas d'ajouter des entités linéaires ou surfaciques directement via l'application. Assurez-vous donc de commencer votre projet avec un Mapathon pour avoir tous les polygones de construction nécessaires disponibles sur le téléphone avant de vous rendre sur le terrain. L'autre inconvénient par rapport aux outils MDC existants est la nécessité d'un serveur POSM. Alors qu'il est clair que le serveur fait tout ce dont vous avez besoin : organiser les formulaires et les données, permettre les soumissions à OSM et le téléchargement d'informations, la configuration du serveur est assez complexe pour l'utilisateur ordinaire. Un développeur est nécessaire pour la configuration et la résolution des problèmes potentiels. Nous avons eu l'aide des développeurs de la Croix-Rouge américaine qui ont été très accommodants et serviables. Ils ont installé le serveur pour nous et nous ont expliqué la procédure. Mais pour des projets complets, il est difficile d'imaginer travailler avec un serveur POSM sans avoir un développeur en interne qui peut intervenir rapidement en cas de besoin.
OpenMapKit et ODK Collect étaient certainement les outils les plus excitants et les plus nouveaux pour nous dans l'analyse comparative des outils de collecte de données mobiles avec des composants SIG puissants. Pour lire l'intégralité de l'analyse comparative et en savoir plus sur les autres outils que nous avons testés, tels que les outils de collecte de données simples que nous avons présentés dans le dernier article de blog ou des outils tels que GeoODK, GeoDataCollect, Survey123 & Collector for ArcGIS, vous pouvez télécharger le rapport ici.


Systèmes d'information géographique et dialectologie perceptive : une méthode de traitement des données cartographiques

Cet article présente une nouvelle méthode de traitement des données recueillies à l'aide de la tâche « dessiner une carte » dans les études de dialectologie perceptive (DP). De telles tâches produisent un grand nombre de cartes contenant de nombreuses lignes indiquant les perceptions des non-linguistes de l'emplacement et de l'étendue des zones dialectales. Bien que les cartes individuelles soient intéressantes et que les données numériques relatives à l'importance relative des zones dialectales puissent être extraites, une valeur importante de la tâche de dessiner une carte réside dans l'agrégation des données. Cela a toujours été un objectif de la méthode PD contemporaine, bien que la nature des données ait fait que cela n'a pas toujours été possible. Ici, nous plaidons en faveur de l'utilisation de systèmes d'information géographique (SIG) afin d'agréger, de traiter et d'afficher les données de DP. À l'aide d'études de cas du Royaume-Uni et d'Allemagne, nous présentons des exemples de données traitées à l'aide du SIG et illustrons les possibilités futures d'utilisation du SIG dans la recherche sur la DP.


Méthodologie

L'amélioration du modèle SIG, par la création de connexions et la conversion de données vers un autre domaine, tel que le BIM, a déjà été discutée. L'objectif de cet article est de transférer les données d'un modèle SIG vers une base de données Web commune où toutes ses fonctionnalités restent interconnectées. D'autres modèles, comme le BIM, peuvent également être importés dans cette base de données Web et liés au modèle SIG. L'hypothèse est que chaque modèle est créé à l'aide d'ontologies standardisées ouvertes et que l'objectif principal est de les conserver. La base de données résultante définit les connexions entre les modèles dans le même système d'information, où une caractéristique peut influencer les caractéristiques d'autres modèles. Chaque caractéristique du modèle est connectée aux autres grâce aux relations ontologiques.

En prenant le contexte urbain comme exemple, les objets composant le modèle de la ville peuvent être créés et collectés dans différents systèmes d'information où, sur la base d'un schéma ontologique propre, des caractéristiques spécifiques sont gérées. Un modèle unifié, qui regroupe toutes les informations provenant de plusieurs systèmes d'information, sera construit dans un environnement web sémantique où toutes les figures impliquées dans le projet pourront interagir avec lui. Parmi les services urbains, cette approche peut être utilisée pour analyser le système routier, en particulier la gestion de l'urgence, de la sécurité et de la circulation lorsqu'un obstacle peut compromettre le passage. Par exemple, des travaux sur un bâtiment de façade à proximité de la route adjacente peuvent impliquer une déviation du trafic. De plus, le modèle unifié sera utile pour créer des connexions spatiales entre les éléments de la zone urbaine. Dans ce travail, il a été considéré comme un cas simple, à titre de démonstration, qui reconnaît des bâtiments s'élevant en séquence le long d'une rue, testant le fonctionnement de la connexion bâtiment-route.

Afin de tester la liaison bâtiment-route, nous avons choisi un cas d'étude concernant une zone urbaine de la ville de Bologne, caractérisée par la présence de portiques qui nécessitent des interventions. La méthodologie est centrée sur le modèle SIG et sa transformation en base de données commune. Le flux de travail est structuré en étapes décrites comme suit. Tout d'abord, il est nécessaire de préparer le modèle SIG sur la base des données disponibles. Les fichiers de formes (.shp) des routes et des bâtiments ont été téléchargés gratuitement à partir d'OpenData, une plate-forme open source fournie par la municipalité de Bologne. Ces objets ont permis de réaliser un modèle SIG 3D, où nous avons d'abord fait le réseau irrégulier triangulé (TIN) du terrain. Ensuite, nous avons construit les formes 3D des bâtiments et défini la feuille de route, en les posant tous sur le TIN. La deuxième étape consiste à importer des fichiers de formes et d'autres données dans le logiciel FME (Feature Manipulation Engine) pour créer des modèles CityGML et IndoorGML. FME est un outil ETL (Extract, Transform and Load), qui traduit automatiquement les informations d'un format à un autre (FME 2019). Enfin, à l'aide d'un algorithme développé en Python, pour transformer les modèles CityGML et IndoorGML en données JSON, nous les avons collectées dans une base de données de graphes sur environnement web. Nous avons choisi la solution d'une base de données NoSQL, car ce type de base de données, grâce à sa flexibilité, son évolutivité et ses hautes performances, est capable de collecter une grande variété de données hétérogènes dans des applications modernes. Les paragraphes suivants expliquent en détail la méthodologie adoptée (Fig. 2).


Voir la vidéo: Learning CartoCSS with CartoDB (Octobre 2021).