Suite

Glossaire - Géosciences


Exemple et instructions
Mots (ou mots qui ont la même définition)La définition est sensible à la casse(Facultatif) Image à afficher avec la définition [Non affiché dans le glossaire, uniquement dans les fenêtres contextuelles des pages](Facultatif) Légende de l'image(Facultatif) Lien externe ou interne(Facultatif) Source pour la définition
(Par exemple "Génétique, Héréditaire, ADN ...")(Par exemple « relatif aux gènes ou à l'hérédité »)La fameuse double hélicehttps://bio.libretexts.org/CC-BY-SA; Delmar Larsen
Entrées du glossaire

Mots)

Définition

ImageLégendeRelierLa source
Exemple de mot 1Exemple de définition 1

Glossaire des termes géoscientifiques

un minerai constitué de couches alternées de minerais et de matériel de gangue et/ou de roche hôte.

le rapport de la masse d'un objet à son volume. (mesuré en grammes par centimètre cube : g cm3)

un minerai constitué de fines particules minérales de minerai qui sont dispersées dans la roche hôte.

les processus par lesquels la quantité relative d'un minéral ou d'un élément constitutif contenu dans une roche est augmentée.

un terme appliqué aux processus hydrothermaux à température relativement basse (par exemple 100°C - 200°C).

généralement appliqué à la pyrite de fer à grain fin et à la chalcopyrite.

partie d'un gisement minéral dont un ou des métaux ne sont pas extraits. Il est important de noter que les minéraux de gangue dans un gisement minéral peuvent être des minéraux de minerai dans un autre (par exemple, la pyrite, la baryte, la fluorine). Les minéraux de gangue les plus courants sont le quartz, la calcite, la fluorite, la sidérite et la calcite

la partie proche de la surface lessivée et oxydée d'un gisement de minerai, généralement composée d'oxyde/hydroxyde de fer et de quartz.

la teneur en métal d'un minerai.

le corps de roche entourant un corps de minerai.

un terme appliqué aux processus hydrothermaux à température relativement élevée (par exemple 300°C - 500°C).

un terme courant utilisé pour un mélange d'oxydes et d'hydroxydes de fer amorphe.

un ancien terme pour un gisement de minerai constitué du minerai lui-même avec la roche hôte.

une mesure de la résistance d'un corps à un changement de vitesse. (mesuré en kilogrammes (kg)).

un minerai composé principalement de minerais avec très peu de gangue et/ou de roche hôte.

est tout ce qui prend de la place et a une masse mesurable.

un terme appliqué aux processus hydrothermaux à température intermédiaire (par exemple 200°C - 300°C).

sont des régions dans lesquelles une série de gisements minéraux possèdent des caractéristiques communes.

un solide inorganique naturel avec une composition chimique définie et une structure atomique régulière. De cette base découlent toutes les propriétés physiques d'un minéral.

tout corps minéral d'origine naturelle qui a en tout ou en partie une valeur économique. La valeur réside dans les minéraux du minerai et non dans l'ensemble des minéraux.

une concentration anormale d'un élément d'importance économique au sein d'un corps rocheux. La minéralisation peut être visible à l'œil nu (comme c'est normalement le cas avec les métaux de base tels que le cuivre, le plomb et le zinc) ou invisible (comme c'est normalement le cas avec l'or). Le terme minéralisation est un terme géologique et n'a aucune implication économique.

un ancien nom pour le minéral arsénopyrite.

Les parties d'un gisement minéral où les minéraux du minerai sont concentrés en une masse économiquement extractible.

un minéral à partir duquel un métal utile (ou un non-métal tel que la fluorine) peut être extrait avec profit.

un terme populaire pour le minerai de sulfure de cuivre et de fer, la bornite.

le minerai d'uranium le plus courant, qui est principalement composé du minéral uraninite.

minerais formés à partir de magmas chauds ou de fluides.

une veine de quartz aurifère.

la densité d'une substance à celle de l'eau (poids divisé par la perte de poids dans l'eau).

un nom populaire pour la cassitérite, le principal minerai d'étain.

un corps de minéraux tabulaire ou en forme de feuille qui s'est introduit dans les joints ou les fissures de la roche.

un terme commun utilisé pour les mélanges à grains fins de minéraux d'oxyde de manganèse.

la roche encaissante (roche environnante) d'une veine ou d'un corps minéralisé.

la force avec laquelle un objet d'une certaine masse est attiré par la gravité vers la Terre ou un autre corps. (mesuré en Newtons : N)


GLOSSAIRE ISLANDAIS-ANGLAIS DE TERMES DE GÉOSCIENCES SÉLECTIONNÉS

Ce rapport est préliminaire et n'a pas été examiné pour vérifier sa conformité avec les normes éditoriales de l'U.S. Geological Survey.
Toute utilisation de noms commerciaux, de produits ou d'entreprises est uniquement à des fins descriptives et n'implique pas l'approbation par le gouvernement des États-Unis.

Ce manuscrit est disponible aux formats .rtf et WordPerfect
à télécharger, ou il peut être imprimé à partir de cette version html
(réduisez la largeur de votre marge pour assurer une impression complète du matériel tabulaire).
Une traduction en biélorusse est également disponible (pas un site Web du gouvernement américain).

Lorsqu'ils traitent des noms islandais de caractéristiques géographiques physiques sur des cartes et dans des articles de revues, il est important que les étudiants en géologie de l'Islande reconnaissent que la plupart des noms de lieux sont des mots composés. Par exemple, l'île volcanique Surtsey est un mot composé dérivé de la racine ey, le mot islandais pour île, et Surts, le génitif de Surtur, un géant nordique mythologique du feu (destructeur du monde). Svartifoss, la belle cascade qui coule sur des basaltes colonnaires le long du cours de Bæjargil dans le parc national de Skaftafell, est un mot composé dérivé de foss, le mot islandais pour chute d'eau, et svarti, la forme nominative définitive de svartur, l'adjectif islandais pour le la couleur noire. Snæfellsjökull, un imposant stratovolcan à la pointe de la péninsule de Snæfellsnes sur le côté nord de Faxaflói (du nom de la petite calotte glaciaire (11 km2) sur son sommet), est un mot composé dérivé de snæ, la racine de snær, un mot islandais pour snow and fells, le génitif du mot islandais pour une montagne habituellement isolée, plus le mot jökull, le mot islandais pour glacier (étymologiquement la même origine que le mot glaçon en anglais).

L'islandais est riche en mots qui décrivent des caractéristiques et des phénomènes naturels souvent de manière très poétique, tels que Snæfellsjökull (décrit ci-dessus), Skjaldbreiður ("large bouclier") et Herðubreið ("larges épaules"). Parce que l'islandais et l'anglais sont des dérivations d'une langue germanique plus ancienne, certains mots ont conservé une orthographe et un usage similaires même après plus de mille ans ou plus (par exemple, fingur-finger, frost, mýri-mire (marais) , terre, norður-nord, taureau (absurdité), etc.). L'islandais (vieux norrois) est resté pratiquement inchangé, tandis que l'anglais a évolué à travers plusieurs étapes bien définies : -1500 après JC) et a été fortement influencé par les langues latine et française.

L'islandais et l'anglais partagent un alphabet généralement commun, à l'exception de trois lettres islandaises, eth (ð,Ð), thorn (þ, Þ) et ae (æ, Æ), trois lettres autrefois utilisées en anglais et quatre lettres anglaises non utilisées en islandais. Les lettres c, q, w ne sont pas utilisées en islandais, sauf dans quelques emprunts étrangers. La lettre z était utilisée à la place du s dans certains mots islandais jusqu'à il y a quelques années (par exemple, Íslenzk, maintenant Íslensk). L'islandais utilise également des signes diacritiques pour désigner des voyelles indépendantes. L'islandais moderne a 33 lettres dans son alphabet : a, á, b, d, ð , e, é, f, g, h, i, í, j, k, l, m, n, o, ó, p , r, s, t, u, ú, v, x, y, ý, z, þ, æ et ö (notez que les mots commençant par þ, æ et ö sont répertoriés comme les trois dernières lettres dans les dictionnaires islandais). Il y a 14 voyelles discrètes (écrites et parlées) utilisées en islandais contre 6 voyelles imprimées (et bien d'autres parlées) utilisées en anglais moderne. La translittération de l'alphabet islandais en alphabet anglais entraîne généralement la suppression de toutes les notations diacritiques sur les voyelles et l'utilisation de ad ou D pour ð et Ð, th ou Th pour þ et Þ, et ae ou Ae pour æ et Æ.

Comme indiqué précédemment, au cours des 1 100 dernières années, l'anglais a subi de profonds changements L'islandais a peu changé L'anglais a perdu la plupart de ses inflexions (terminaisons de cas) L'islandais a conservé ses inflexions (il utilise quatre terminaisons de casse singulière et plurielle pour les trois genres grammaticaux : masculin , féminin et neutre). En outre, la branche nord (islandais, faéligrosien, norvégien, suédois et danois) de la langue germanique utilise un article post-positif, dans lequel l'article défini (le) suit généralement et est attaché au nom, comme dans le titre de la revue scientifique islandaise Náttúrufræðingurinn (The Naturalist). L'article défini peut toutefois précéder le nom si un adjectif intermédiaire est utilisé, comme dans Hið íslenska náttúrufræðifélag (The Icelandic Natural History Society). Hinn hvíti jökull (le glacier blanc) peut également être exprimé comme hvíti jökullinn. De plus, l'article défini doit s'accorder en genre et en cas avec le nom. Aucun article indéfini (a ou an) n'est utilisé en islandais, l'absence d'article défini indique le sens d'un article indéfini.

Les noms masculins, féminins et neutres suivants sont déclinés au singulier et au pluriel pour chacun des quatre cas : nominatif (sujet), accusatif (objet direct), datif (objet indirect) et génitif (possessif), d'abord sans puis avec l'article défini.


Glossaire - Géosciences

Remarque: Ce qui suit est tiré de plusieurs sources en ligne, principalement Glossaire illustré de termes géologiques par Steven M. Richardson, professeur de géologie à l'Iowa State University (basé sur le glossaire dans Earth: An Introduction to Gelogic Change , par S. Judson et Les définitions de SM Richardson (Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall, 1995) sont généralement conformes, et dans certains cas spécifiquement, aux définitions données dans Robert L Bates et Julia A Jackson (éditeurs), Glossary of Geology, 3e éd., American Geological Institute, Alexandria, Virginie, 1987.), et Radiometric Dating A Christian Perspective Dr. Roger C. Wiens Division of Geological & Planetary Sciences California Institute of Technology réimprimé à partir des archives Graham Kendell. De plus, quelques entrées du jargon talk.origins de Wesley R. Elsberry, y compris FAQ Les définitions originales de votre serviteur sont paraphées ainsi : "MAK"

A | B | C | D | E | F | G | H | je | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

Âge absolu L'âge d'un objet tel qu'établi par une méthode de datation précise, telle que la datation radiométrique (comparer avec l'âge relatif. (Fred Bervoets - Glossaire Dinodata )

Rencontre absolue Un moyen d'estimer l'âge des roches avec un certain degré de précision en utilisant des mesures d'isotopes radioactifs. (Fred Bervoets - Glossaire Dinodata )

Désintégration alpha Processus de désintégration radioactive au cours duquel le noyau d'un atome émet une particule alpha. Le numéro atomique du nouvel atome est inférieur de deux et son numéro de masse atomique est réduit de quatre. (S.M. Richardson)

Particule alpha Particule composée de deux protons et de deux neutrons, produite lors de la désintégration alpha. Identique au noyau d'un atome de 4He. (S.M. Richardson)

Archéen Un éon de temps géologique s'étendant d'environ 3,9 milliards d'années à 2,5 milliards d'années. (S.M. Richardson)

Archéen Le deuxième éon le plus ancien de l'histoire de la Terre. Il a suivi l'Hadéen et a duré il y a environ 3,8 à 2,5 milliards d'années. Pendant ce temps, la vie procaryote est apparue et s'est épanouie, et la Terre était caractérisée par une atmosphère réductrice (anaérobie). L'archéen a été remplacé par l'éon protérozoïque. (MAC)

Atome La plus petite unité qui a les caractéristiques chimiques d'un élément chimique particulier. Il mesure environ dix milliardièmes de pouce de diamètre et est constitué d'un noyau central dense de protons et de neutrons, entouré d'un nuage d'électrons. Un atome peut partager des électrons avec un ou plusieurs atomes adjacents, le résultat étant une molécule. (MAK)

Numéro de masse atomique La somme du nombre de protons et de neutrons dans un atome. Approximativement égale à la masse de l'atome. (S.M. Richardson)

Numéro atomique Le nombre de protons dans un atome, une quantité qui détermine quel élément l'atome représente. Exemple : tous les atomes d'oxygène ont 8 protons. (S.M. Richardson)

Désintégration bêta Processus de désintégration radioactive au cours duquel un neutron perd une particule bêta (c'est-à-dire un électron). Cela augmente le numéro atomique de l'atome d'un en transformant le neutron en proton. Le nombre de masse atomique de l'atome reste le même car le nombre total de protons et de neutrons reste le même. La forme la plus courante de désintégration radioactive. (S.M. Richardson)

Biostratigraphie branche de la stratigraphie qui se concentre sur la corrélation et l'attribution des âges relatifs des strates rocheuses en utilisant les assemblages fossiles qu'elles contiennent. (Lexique Wikipédia)

Zone biostratigraphique unité de temps géologique définie par la présence d'une ou plusieurs espèces fossiles. Zones d'intervalle utiliser la gamme d'espèces uniques, zones d'assemblage utiliser les aires de répartition d'un groupe d'espèces, tandis que zones d'abondance utiliser des abondances maximales ou minimales au lieu de simplement des données de présence et d'absence. (University of Arizona Geosciences 308 Glossaire de paléontologie)

Méthode 14C Une méthode pour déterminer l'âge en années de la matière organique en calculant la quantité de carbone radioactif restant, par rapport à l'isotope stable, 12C . (S.M. Richardson)

Cénozoïque "La vie animale récente". La troisième et actuelle (la plus récente) ère géologique du Phanérozoïque, qui a commencé il y a 65,5 millions d'années, se référait familièrement à "l'âge des mammifères". Les mammifères et les oiseaux sont les vertébrés dominants sur terre, les poissons téléostéens dans la mer et les angiospermes (plantes à fleurs) et, dans certaines zones, les conifères constituent la forme prédominante de la vie végétale. (MAC)

Systeme ferme Un système (roche, planète, etc.) qui n'a aucune influence ni échange avec le monde extérieur. En réalité, il y a toujours un échange ou une influence, mais si ce montant est totalement insignifiant pour le processus considéré (par exemple, pour la datation, si la perte ou le gain d'atomes est insignifiant) à des fins pratiques, le système peut être considéré comme fermé. (RC Wiens)

Rayons cosmiques Particules de très haute énergie qui volent dans l'espace. Ils sont arrêtés par l'atmosphère terrestre, mais dans le processus, ils produisent constamment du carbone-14, du béryllium-10, du chlore-36 et quelques autres isotopes radioactifs en petites quantités. Cosmogénique Produit par bombardement de rayons cosmiques. Le carbone 14 est dit cosmogénique car il est produit par les rayons cosmiques. (RC Wiens)

Corrélation Processus d'établissement de la contemporanéité de roches ou d'événements dans une zone avec des roches ou des événements dans une autre zone. (S.M. Richardson)

Relations transversales Discontinuités géologiques suggérant des âges relatifs : Une entité géologique est plus jeune que l'entité qu'elle coupe. Ainsi, une faille traversant une roche est plus jeune que la roche. (S.M. Richardson)

Fille L'élément ou l'isotope qui est produit par la désintégration radioactive. (RC Wiens)

Pourriture Le passage d'un élément ou d'un isotope à un autre. Seuls certains isotopes se désintègrent. Le reste est dit stable. (RC Wiens)

Taux de désintégration La vitesse à laquelle une population d'atomes radioactifs se désintègre en atomes filles stables. Taux souvent exprimé en termes de demi-vie de l'isotope parent. (S.M. Richardson)

De bonne heure A l'échelle des temps géologiques, l'équivalent chronologique de Lower. Fait souvent référence à une subdivision ou à une époque d'une période, en particulier lorsque la période est divisée en trois, par ex. "Début du Jurassique". (MAC)

Édiacaran période la plus récente de l'ère protérozoïque, caractérisée par l'apparition à la fois d'énigmatiques Vendobionta et de traces fossiles qui semblent appartenir à des organismes plus conventionnels. Le terme Ediacaran a été remplacé pendant un certain temps par Vendian, mais il semble maintenant qu'Ediacaran soit de nouveau à la mode. (MAC)

Électron Unité fondamentale de la matière, chargée négativement et disposée dans un nuage entourant le noyau d'un atome. (S.M. Richardson)

Capture d'électrons Désintégration nucléaire dans laquelle un proton dans le noyau acquiert un électron du nuage externe d'électrons de l'atome. Cela convertit le proton en neutron, réduit le nombre de protons dans le noyau d'un et le nombre atomique de l'élément d'origine d'un. Le nombre de masse atomique reste constant car le nombre total de protons et de neutrons est inchangé. (S.M. Richardson)

Décroissance de capture d'électrons Le seul type de désintégration radioactive qui nécessite la présence de quelque chose - un électron - à l'extérieur du noyau de l'atome. La décroissance de capture d'électrons des atomes légers - ceux qui ont le moins d'électrons - peut être très légèrement affectée par des pressions extrêmement élevées ou certaines liaisons chimiques, de manière à modifier leur demi-vie d'une fraction de pour cent. Mais aucun changement dans les demi-vies des éléments utilisés pour la datation radiométrique n'a jamais été vérifié. (RC Wiens)

Élément Une substance, composée d'atomes, qui ne peut pas être subdivisée davantage par des moyens chimiques. Il possède un certain nombre de protons dans le noyau et des propriétés uniques. Chaque élément se compose d'un certain nombre d'isotopes, qui ont presque tous les mêmes propriétés, à l'exception de leur masse et de leurs caractéristiques de désintégration radioactive. (R.C. Vienne, modifié)

Éon La plus grande division du temps géologique dans l'échelle de temps géologique, embrassant plusieurs ères (par exemple, le Phanérozoïque, il y a 540 m.a. à aujourd'hui) également toute période d'un milliard d'années. (Geotech.org)

Époque Une division du temps géologique plus courte qu'une période. Les époques sont ensuite divisées en plusieurs âges. Généralement, l'échelle de temps géologique et l'histoire de la vie sont décrites en termes de périodes, mais dans le cas de l'ère cénozoïque longue de 65 millions d'années, des époques sont utilisées à la place (Paléocène, Eocène, etc.). Avec la plupart des périodes antérieures, les époques sont souvent équivalentes à la partie précoce, moyenne et tardive de la période. (MAC)

Ère Une division du temps géologique plus courte qu'un éon, et mesurant les étapes majeures de l'évolution de la vie - par ex. Paléozoïque, Mésozoïque, Cénozoïque. Les époques sont ensuite divisées en périodes. (MAC)

Fission La scission spontanée ou induite, par collision de particules, d'un noyau atomique lourd en une paire de fragments plus quelques neutrons. La fission induite contrôlée peut être utilisée comme source d'énergie nucléaire. (S.M. Richardson)

Datation piste de fission Datation de minéraux par des traces de fission, traces d'endommagement laissées dans un minéral par des émissions alpha spontanées. (S.M. Richardson)

Fossile Preuve ou trace laissée dans la roche d'un organisme ancien.Un fossile peut être un os, une coquille, une empreinte de feuille, une empreinte, un insecte dans l'ambre, etc.

Colonne géologique(al) L'arrangement des unités rocheuses dans l'ordre chronologique du plus jeune (en haut) au plus vieux (en bas). (S.M. Richardson). Voir également Echelle de temps géologique(al) (au dessous de)

Echelle de temps géologique(al) un système de mesure chronologique reliant la stratigraphie au temps qui est utilisé par les géologues, paléontologues et autres scientifiques de la Terre pour décrire le moment et les relations entre les événements qui se sont produits au cours de l'histoire de la Terre. (Wikipédia)

Hadéen L'éon le plus ancien de l'histoire de la Terre, s'étendant de l'origine de la Terre il y a environ 4,5 milliards d'années à environ 3,8 milliards d'années. À l'époque où la planète s'est formée, mais les conditions n'étaient pas propices à la vie. Il a été remplacé par l'éon archéen. (MAC)

Demi vie Le temps qu'il faut à la moitié des atomes d'un isotope radioactif pour se désintégrer. (RC Wiens)

Noyau de glace De longues sections de glace soulevées par des plates-formes de forage spéciales sur les calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique (RC Wiens) Un échantillon de glace prélevé sur des glaciers ou d'autres accumulations, montrant souvent une stratification saisonnière. [den., science] Les carottes de glace peuvent être datées par de multiples moyens indépendants, avec la plus ancienne date publiée de 140 000 ± 15 000 ans pour la carotte Vostok de l'Antarctique. (W. R. Elsberry - talk.origins)

Roche ignée Roche formée de lave en fusion. Les deux autres types de roches sont sédimentaires, formées par la cimentation de sol ou de sable, et les roches métamorphiques reformées par la chaleur sur de longues périodes de temps. (RC Wiens)

Indice fossile Un fossile qui identifie et date les strates dans lesquelles il se trouve généralement. Pour être le plus utile, un fossile indice doit avoir une distribution large, voire mondiale, et doit être limité à une gamme stratigraphique étroite. (S.M. Richardson)

Commission internationale de stratigraphie (ICS) un organe subordonné de l'Union internationale des sciences géologiques (une organisation internationale non gouvernementale consacrée à la coopération internationale dans le domaine de la géologie) qui s'occupe de la stratigraphie, des questions géologiques et géochronologiques à l'échelle mondiale. (modifié de Wikipédia) site Internet

Datation isochrone Méthode de datation auto-vérifiée utilisée avec plusieurs radio-isotopes. Ce mécanisme compare les rapports des isotopes radioactifs à leurs produits de désintégration. (W. R. Elsberry talk.origins via W.J. Hudson)

Isotope Atomes d'un élément donné qui ont la même masse atomique. La plupart des éléments ont plus d'un isotope. La plupart des éléments radioactifs utilisés pour la datation ont un isotope radioactif et au moins un isotope stable. Par exemple, le carbone 14 (qui pèse 14 unités de masse atomique) est radioactif, alors que les isotopes les plus courants, le carbone 12 et le carbone 13 ne le sont pas. (RC Wiens). Les isotopes partagent le même numéro atomique. Par exemple, l'oxygène (numéro atomique 8) peut avoir un numéro de masse atomique de 16, 17 ou 18, selon qu'il a 8, 9 ou 10 neutrons. Il possède donc trois isotopes. (S.M. Richardson)

Méthode 40 K/ 40 Ar Une méthode utilisée pour la datation des roches potassiques en utilisant le rapport de 40 K radioactif à sa fille, 40 Ar. (S.M. Richardson)

Tard A l'échelle des temps géologiques, l'équivalent chronologique de Upper. Fait souvent référence à une subdivision ou à une époque d'une période, en particulier lorsque la période est divisée en trois, par ex. "Jurassique supérieur". (MAC)

Rencontres de plomb Une variante de la technique uranium-plomb dans laquelle seuls les isotopes du plomb doivent être mesurés. (RC Wiens)

Magma Matière en fusion chaude à partir de laquelle les roches sont formées. Lorsque le magma éclate à la surface de la terre, on l'appelle lave. (RC Wiens)

Chron magnétique Temps pendant lequel la polarité magnétique est majoritairement normale ou majoritairement inversée. (S.M. Richardson)

Polarité magnétique La direction, nord (normale) ou sud (inversée), pointée par l'aiguille d'une boussole magnétique. (S.M. Richardson)

Echelle de temps de polarité magnétique Une chronologie basée sur le changement de polarité du champ magnétique terrestre. (S.M. Richardson)

Stratigraphie magnétique Une séquence stratigraphique basée sur la polarité magnétique des roches. (S.M. Richardson)

Subchron magnétique Période au cours d'un chron magnétique où la polarité magnétique est opposée à celle du chron magnétique. (S.M. Richardson)

Mésozoïque "La vie animale moyenne". La deuxième ère de l'éon phanérozoïque, d'une durée de 251 à 65,5 millions, et caractérisée par la dominance des reptiles archosauriens sur terre et des reptiles marins dans les mers. Les plantes sont principalement des gymnospermes. (MAC)

Métamorphisme Le chauffage des roches sur de longues périodes à des températures suffisamment élevées pour modifier la structure cristalline, mais pas assez élevées pour faire fondre complètement la roche. Le métamorphisme a tendance à modifier ou à réinitialiser les horloges radiométriques, bien que certaines techniques radiométriques soient plus résistantes à la réinitialisation que d'autres. (RC Wiens)

Milieu Dans l'échelle des temps géologiques, le milieu des trois subdivisions ou époques d'une période, par ex. "Jurassique moyen". (MAC)

Neutron Particule nucléaire dépourvue de charge électrique. Il est électriquement neutre, d'où son nom. Le nombre de neutrons détermine l'isotope d'un élément. (MAC)

Nucléons Nom donné aux protons et aux neutrons, qui constituent le noyau d'un atome. Ils sont plus massifs que les électrons. Le nombre de nucléons détermine le poids atomique. (MAK)

Noyau (atomique) Le petit centre dense d'un atome, qui est constitué de protons et de neutrons (à l'exception de l'hydrogène qui, sous forme stable, ne possède qu'un seul proton dans le noyau). (MAC)

Paléomagnétisme Étude du magnétisme passé de la Terre tel qu'il est enregistré dans les roches. (S.M. Richardson)

Paléontologie L'étude scientifique de la vie ancienne, à travers l'examen des restes fossiles.

Paléozoïque "La Vie Animale Ancienne". L'ère la plus ancienne de l'éon phanérozoïque, mais aussi la plus longue, allant de 542 à 251 millions d'années. Il comprend ce que l'on appelle familièrement les âges des invertébrés, des poissons, des amphibiens et le début de l'âge des reptiles. Les plantes comprennent les ptéridophytes, complétés plus tard par les premiers gymnospermes. (MAC)

Parent Un élément radioactif dont la désintégration produit des éléments filles stables. (S.M. Richardson)

Phanérozoïque littéralement « vie animale visible », le plus récent des quatre éons du temps géologique. Caractérisé par une vie multicellulaire complexe. Comprend le Paléozoïque, le Mésozoïque et le Cénozoïque. Habituellement contrasté avec le Précambrien, dans lequel la vie est peu connue et généralement microscopique. (MAC)

Auréoles de polonium Halos pléochroïques radio-induits dans le mica. (W. R. Elsberry - talk.origins)

Précambrien Terme informel, trouvé principalement dans les livres précédents, pour désigner la somme du temps géologique depuis la formation de la Terre jusqu'au début de la période cambrienne. (MAC)

Principe de succession faunique et florale Des groupes d'animaux et de plantes se sont succédé dans un ordre défini et discernable. (S.M. Richardson)

Protérozoïque Le nom signifie l'ère de la "première vie (animale)". Ce fut le troisième éon de l'histoire de la Terre, au cours duquel la vie eucaryote et une atmosphère d'oxygène sont apparues. Il a suivi l'Archéen et a duré environ 2,5 à un demi-milliard d'années, ce qui en fait l'éon le plus long en termes d'années. La fin du Protérozoïque a vu l'avènement d'une vie complexe. Le Protérozoïque a été suivi par le Paléozoïque. (MAC)

Proton Particule nucléaire possédant une charge électrique positive. Le nombre de protons dans le noyau constitue le numéro atomique d'un élément. (MAC)

Radioactivité La désintégration spontanée du noyau d'un élément. Il implique le changement du nombre de protons dans le noyau et crée donc un atome d'un nouvel élément. Pendant le changement, ou la décroissance, l'énergie est libérée sous forme de particules lumineuses ou énergétiques. (S.M. Richardson, R.C. Wiens)

Radiocarbone Le Carbone-14, un isotope radioactif du Carbone qui contient 14 nucléons (6 protons et 8 neutrons) au lieu des 12 habituels (6 protons et 6 neutrons). Il est utilisé pour dater les matières végétales et animales mortes. Le radiocarbone n'est pas utilisé pour dater les roches. (MAK, R.C. Vienne)

Datation radiométrique Détermination d'un intervalle de temps (par exemple, le temps écoulé depuis la formation d'une roche) sur la base de la désintégration nucléaire des isotopes radioactifs naturels. La datation radiométrique est un sous-ensemble des nombreuses méthodes de datation utilisées en géologie. (RC Wiens)

Âge relatif, Temps relatif Une déclaration de l'âge approximatif d'un objet ou d'une caractéristique par rapport à un autre objet ou caractéristique, plutôt qu'en termes d'âge en années. (Fred Bervoets - Glossaire Dinodata ) Datation des roches et des événements géologiques par leurs positions dans l'ordre chronologique sans référence au nombre d'années avant le présent. (S.M. Richardson). comparer avec l'âge absolu.

Magnétisme rémanent Magnétisme acquis par une roche comme quelque temps dans le passé. (S.M. Richardson)

Polarité inversée Moment où une aiguille magnétique pointe vers le pôle sud. (S.M. Richardson)

Sédiment N'importe lequel des nombreux matériaux déposés à la surface de la Terre par des agents physiques (tels que le vent, l'eau et la glace), des agents chimiques (précipitations des océans, des lacs et des rivières) ou des agents biologiques (organismes, vivants et morts). (Hugh Rance)

Stratification L'accumulation de matière en couches ou en lits. (S.M. Richardson)

Stratigraphie La succession et la relation d'âge des roches stratifiées. (S.M. Richardson)

Superposition Une déclaration d'âge relatif dans les roches stratifiées : Dans une série de roches sédimentaires qui n'a pas été renversée, la couche la plus élevée est toujours la plus jeune et la couche la plus basse est toujours la plus ancienne. (S.M. Richardson)

Graphique à trois isotopes En datation, il s'agit d'un graphique dans lequel un axe représente l'isotope parent et l'autre axe représente l'isotope fille. Les isotopes parents et fils sont tous deux rapportés à un isotope d'élément fils qui n'est pas produit par la désintégration radioactive. Ce type de graphique donne l'âge indépendamment des quantités originales des isotopes. (RC Wiens)

Anneau d'arbre Un anneau visible dans la souche ou la section sciée d'un arbre qui indique combien il a grandi en une année. L'âge d'un arbre peut être déterminé en comptant les cernes de croissance. (RC Wiens)

Mélange à deux composants Le mélange de deux matières premières différentes pour produire une roche. En de rares occasions, cela peut entraîner un âge incorrect pour certaines techniques qui utilisent des tracés à trois isotopes. Un mélange à deux composants peut être reconnu si plus d'une technique de datation est utilisée, ou si les roches environnantes sont datées. (RC Wiens)

Vendienne La dernière période de l'ère protérozoïque, s'étalant entre 650 et 544 millions d'années. Également appelée période édiacarienne, le Vendien se distingue par des fossiles représentant une collection caractéristique d'organismes complexes à corps mou trouvés dans plusieurs localités du monde. (Lexique de paléontologie de l'USGS) Au cours des années 90, Vendian a remplacé Ediacaran, il semble que le pendule ait maintenant basculé dans l'autre sens, Ediacaran étant désormais le terme préféré pour cette période. (MAC)


Géologie souterraine

Les différents types de forages sont les suivants :

Forages géotechniques : Forages et fosses créés dans le but d'acquérir une compréhension détaillée de la lithologie souterraine et des propriétés du sol ou de la roche qui s'y trouvent. Ces enregistrements contiennent des données supplémentaires au-delà des descriptions lithologiques, notamment la résistance au pénétromètre, les tests de cisaillement et de résistance, les mesures de densité, etc.

Forages lithologiques : Forages forés uniquement dans le but d'identifier la lithologie du sous-sol.

Puits d'essai : Les excavations généralement peu profondes avec des outils à main ou des équipements mécaniques qui ont généralement moins de 20 pieds de profondeur peuvent exposer une plus grande surface ou « face de travail » pour observer la lithologie souterraine.

Puits d'eau: Forages réalisés dans le but d'extraire ou de surveiller les eaux souterraines. Ces enregistrements fournissent souvent des données hydrologiques détaillées, notamment la profondeur des eaux souterraines, les débits et les tests de rabattement qui peuvent être utilisés pour mieux comprendre l'hydrogéologie d'un système aquifère. Des tests chimiques pour les polluants potentiellement dangereux peuvent également être inclus pour certains puits, en particulier ceux axés sur la surveillance des eaux souterraines plutôt que sur l'extraction.

Apprenez-en plus sur les données du sous-sol sur notre page Web.

Vs30 est la vitesse à laquelle les ondes de cisaillement sismiques traversent les 30 mètres supérieurs du substrat à la surface de la Terre. Les données de vitesse sismique consistent en des mesures d'onde P (onde primaire) et d'onde S (onde de cisaillement). Les données sur les ondes de cisaillement sont utilisées pour déterminer la classe de site du Programme national de réduction des risques de tremblement de terre (NEHRP) à un endroit donné (une mesure de la quantité de sols sous-jacents qui amplifiera les ondes sismiques). Les données sont également utilisées pour aider à construire des ShakeMaps précises à Washington et en Oregon et pour affiner les équations de prédiction des mouvements du sol pour les tremblements de terre du nord-ouest du Pacifique.

Une carte géologique ne peut montrer que ce qui est exposé à la surface de la Terre. Pour montrer ce qui se cache sous nos pieds, les géologues font des coupes transversales. Les coupes transversales sont des tranches imaginaires dans la terre qui montrent comment les unités rocheuses ou les dépôts sont disposés sous la surface. Les géologues peuvent utiliser des mesures structurelles, des données obtenues à partir de puits d'eau ou de forages géotechniques et divers types d'informations géophysiques pour aider à déterminer la géométrie des unités de la carte géologique en profondeur.


Sciences physiques

"Géosciences: Domaines de la science englobant les études et la recherche des disciplines de la physique, de la chimie, des sciences biologiques et des mathématiques liées à la planète Terre. Les sous-domaines comprennent la chimie atmosphérique Climatologie Sciences de l'environnement Géographie Géologie géophysique Météorologie Océanographie Paléontologie, minéralogie et sismologie." -- Définition de la base de données NCBI MeSH.

Aperçu

Manuel des perspectives professionnelles

Organisations géoscientifiques

Ressources en ligne

Changement climatique mondial de la NASA
Geology.com – Informations actuelles et ressources éducatives sur la géologie et les disciplines connexes
MIT OpenCourseware : Sciences de la Terre, de l'atmosphère et des planètes - Voir en particulier Introduction à la géologie, sciences de la terre environnementale
Centre national de données géophysiques (NGDC) - Fournit des données géophysiques pour les sciences de la Terre.
Encyclopédie de recherche d'Oxford sur la science du climat
Collection de cartes de la bibliothèque Perry-Castañeda Ressources de référence cartographique
The Sophia Open Content Initiative : Physical Geography - Un fournisseur/créateur de contenu open source sous licence Creative Commons. Ce cours/texte en ligne fournit des informations générales sur la géographie physique/les géosciences. Très facile à comprendre et à utiliser.
U.S. Geological Survey – Cartes, images et publications
USGS et éducation scientifique - Informations scientifiques pour aider à éduquer le public sur les ressources naturelles, les risques naturels, les données géospatiales et les problèmes qui affectent notre qualité de vie.

Glossaires/Dictionnaires

Sciences et données de la Terre et de l'environnement

Informations sur la gestion des données du site Integrated Earth Data Applications (2014) - Guide des outils de découverte de données, des outils de gestion des données, des meilleures pratiques et des données de publication.

Publications

The Fractured Lab Notebook : étudiants de premier cycle et formation en gestion des données écologiques aux États-Unis
Strasser CA et Hampton SE.
Écosphère. 2012 déc.3(12):116. doi.10.1890/ES12-00139.1.
Discute des résultats d'une enquête envoyée à 48 grands établissements d'enseignement sur la couverture des sujets de gestion des données dans les cours d'écologie de premier cycle.

Gestion des données dans les sciences de la Terre
Downs RR, Duerr R, Hills DJ et Ramapriyan HK.
Magazine D-Lib. 2015 juillet-août 21 (7/8). doi: 10.1045/juillet2015-downs.
Activités du comité de gestion des données des partenaires de l'information sur les sciences de la Terre (ESIP) décrivant leur travail sous forme de recommandations, de meilleures pratiques et de lignes directrices pour la gestion des données dans les sciences de la Terre.


Glossaire

zone abyssalpélagique (Chapitre 18) les parties les plus profondes de l'océan, entre 4000 et 6000 mètres.

accrétion (tectonique des plaques) (Chapitre 21) le processus par lequel des blocs continentaux (terranes) sont ajoutés aux zones continentales existantes

accrétion (planétaire) (Chapitre 22) le processus par lequel des corps célestes solides sont ajoutés à des corps existants lors de collisions

drainage rocheux acide (Chapitre 5) la production d'acide à partir de l'oxydation des minéraux sulfurés (en particulier la pyrite) dans la roche exposée naturellement ou anthropiquement

éolien (Chapitre 6) processus liés au transport et au dépôt de sédiments par le vent

aérobique (Chapitre 18) processus qui se déroulent en présence d'oxygène abondant

aérosol (Chapitre 4) un agrégat de fines particules solides ou une petite gouttelette de liquide en suspension dans l'air

réplique (Chapitre 11) un tremblement de terre dont on peut démontrer qu'il a été causé par un autre tremblement de terre

agrégat (Chapitre 20) matériaux non consolidés (généralement des sédiments) utilisés dans l'industrie de la construction

albédo (Chapitre 19) la réflectivité d'une surface d'une planète (exprimée en pourcentage de lumière réfléchie)

albiter (Chapitre 2) feldspath plagioclase riche en sodium

glacier alpin (Chapitre 16) un glacier formé dans une région montagneuse et confiné dans une vallée (comme un glacier de vallée)

amphibole (Chapitre 2) un minéral de silicate ferromagnésien à double chaîne (par exemple, la hornblende)

amphibolite (Chapitre 7) une roche métamorphique feuilletée dans laquelle le minéral amphibole est une composante importante

amplification (Chapitre 11) dans le contexte de secousses sismiques le processus par lequel l'amplitude des ondes sismiques est augmentée, notamment parce que le

amplitude (Chapitre 17) pour tout type de vague, la différence de hauteur entre une crête et le creux adjacent

anaérobie (Chapitre 18) processus qui se déroulent sans oxygène

andésite (Chapitre 3) une roche volcanique de composition intermédiaire

anion (Chapitre 2) un ion chargé négativement

discordance angulaire (Chapitre 8) une limite géologique à la base d'une couche sédimentaire où la roche sédimentaire sous-jacente a été inclinée ou pliée puis érodée

anorthite (Chapitre 2) feldspath plagioclase riche en calcium

Eau de fond de l'Antarctique (Chapitre 18) eau à des profondeurs abyssales dans l'océan qui se forme à partir du naufrage de l'eau froide dense adjacente à l'Antarctique

anticlinal (Chapitre 12) un pli ascendant où les lits sont connus pour ne pas être renversés

anthracite (Chapitre 20) un charbon de haute qualité (92 à 98% de carbone) qui est formé à partir d'un enfouissement profond et d'un faible métamorphisme

anthropique (Chapitre 19) résultant de l'influence de l'homme

antiforme (Chapitre 12) un pli ascendant où l'on ne sait pas si les lits ont été renversés

aphanitique (Chapitre 3) une texture ignée caractérisée par des cristaux trop petits pour être vus à l'œil nu

aquifère (Chapitre 14) un corps de roche ou de sédiment qui a une perméabilité suffisante pour permettre son utilisation comme source d'eau souterraine

aquitard (Chapitre 14) un corps de roche ou de sédiment qui a une perméabilité insuffisante pour permettre son utilisation comme source d'eau souterraine

cambre (Chapitre 17) un vestige d'altération rocheux sous la forme d'une arche (généralement le long d'une côte et résultant de l'érosion par les vagues)

arène (Chapitre 6) un grès avec moins de 15% de limon et d'argile

arête (Chapitre 16) une crête pointue qui sépare les vallées adjacentes sculptées par les glaciers

arkose (Chapitre 6) un grès avec plus de 10% de feldspath et plus de feldspath que de fragments lithiques

arénite arkosique (Chapitre 6) une arkose avec moins de 15% de matrice argile/limon

puits artésien (Chapitre 14) un puits qui est complété dans un aquifère captif et dans lequel le niveau d'eau dans le puits s'élève au-dessus du sommet de l'aquifère

astéroïde (Chapitre 22) un corps rocheux en orbite autour du Soleil

Ceinture d'astéroïdes (Chapitre 22) la région entre les orbites de Mars et de Jupiter qui est peuplée de nombreux astéroïdes

asthénosphère (Chapitre 1) la partie du manteau, d'environ 100 à 200 kilomètres sous la surface, à l'intérieur de laquelle le matériau du manteau est proche de son point de fusion, et donc relativement faible

asymétrique (Chapitre 12) dans le contexte des plis, où les deux côtés du pli font des angles sensiblement différents par rapport au plan axial

atoll (Chapitre 18) un récif de carbonate (ou de corail) en forme d'anneau ou une série d'îles

masse atomique (Chapitre 2) le nombre total de neutrons et de protons dans un atome

numéro atomique (Chapitre 2) le nombre total de protons dans un atome

attitude (Chapitre 12) l'orientation d'un élément géologique en pente, tel qu'un plan de stratification ou une fracture

auréole (Chapitre 7) une zone de métamorphisme autour d'une source de chaleur telle qu'un corps magmatique

plan axial (Chapitre 12) un plan qui peut être tracé à travers toutes les lignes de charnière d'un pli

ris arrière (Chapitre 6) la zone d'eau peu profonde sur la rive d'un récif

Contexte (géochimie) (chapitre 20) le niveau typique d'un élément dans les roches ou les sédiments moyens

remous (Chapitre 17) le lavage de l'eau des vagues sur la pente d'une plage

formation de fer rubané (Chapitre 6) une roche sédimentaire ferrifère riche en minéraux tels que l'hématite et la magnétite, qui peuvent être interstratifiées avec du chert

étape à plein régime (Chapitre 13) le niveau d'eau du cours d'eau lorsqu'il est en crue et sur le point de couler sur ses berges

barrière de corail (Chapitre 18) un récif de carbonate (ou de corail) qui forme une barrière aux vagues le long d'une côte

glissement basal (Chapitre 16) le mouvement de la glace glaciaire le long de la base d'un glacier suffisamment chaud pour avoir de l'eau liquide

basalte (Chapitre 1) une roche volcanique de composition mafique

niveau de base (Chapitre 13) dans le contexte d'un cours d'eau, le niveau de base est le niveau le plus bas auquel il peut s'éroder, tel que défini par l'océan, un lac ou un autre cours d'eau dans lequel il se jette

batholite (Chapitre 3) un corps irrégulier de roche ignée intrusive qui a une surface exposée d'au moins 100 km 2

zone bathypélagique (Chapitre 18) les parties modérément profondes de l'océan, entre 1000 et 4000 mètres.

bar baymouth (Chapitre 17) une flèche qui s'étend à travers l'embouchure d'une baie

visage de plage (Chapitre 17) la partie de la plage qui est relativement escarpée et se situe entre les niveaux de marée haute et basse

lit (Chapitre 6) une couche sédimentaire

charge de lit (Chapitre 6) la fraction de la charge sédimentaire d'un cours d'eau qui repose généralement sur le fond et est déplacée par la saltation et la traction

literie (Chapitre 6) stratification répétée dans une roche sédimentaire

bentonite (Chapitre 15) un type d'argile smectite qui a de fortes propriétés de gonflement et est efficace pour absorber les ions dissous

berme (Chapitre 17) une zone plate d'une plage dans la zone de l'arrière-plage (au-dessus du niveau de la marée haute)

la théorie du Big Bang (Chapitre 22) la théorie selon laquelle l'univers a commencé avec une explosion géante il y a environ 13,77 milliards d'années

biotite (Chapitre 2) un minéral de silicate en feuille (mica) qui comprend du fer et/ou du magnésium, et est donc un silicate ferromagnésien

biozone (Chapitre 8) un intervalle stratigraphique qui peut être défini sur la base d'un fossile spécifique

bitumineux (Chapitre 20) un type de charbon de qualité moyenne avec 70 à 92% de carbone

schiste bleu (Chapitre 7) un faciès métamorphique caractérisé par des températures relativement basses et des pressions élevées, telles qu'elles peuvent exister dans une zone de subduction

vague de corps (Chapitre 9) une onde sismique qui traverse la roche (par exemple, une onde P ou une onde S)

rocher (Chapitre 6) un clast de sédiment d'un diamètre d'au moins 256 millimètres

Série de réactions de Bowen (Chapitre 3) le schéma qui définit l'ordre typique de cristallisation des minéraux du magma

tressé (Chapitre 13) un modèle de cours d'eau caractérisé par des sédiments abondants et de nombreux canaux entrelacés autour des barres

digue (Chapitre 17) une structure construite au large afin de dévier l'énergie des vagues

brèche (Chapitre 6) une texture de roche sédimentaire ou volcanique caractérisée par des clastes anguleux

brunisol (Chapitre 5) un sol forestier relativement immature, dépourvu d'horizons bien définis

caldeira (Chapitre 4) une dépression volcanique qui est plusieurs fois plus grande que les cheminées volcaniques qui s'y trouvent

caliche (Chapitre 5) une couche blanche riche en carbonate de calcium dans les sols des régions arides

vêlage (Chapitre 16) la perte de glace du front d'un glacier par effondrement dans l'eau

bouclier canadien (Chapitre 21) la partie exposée du continent Laurentia

carbonate (Chapitre 2) un minéral dont l'anion est CO3-2

profondeur de compensation de carbonate (Chapitre 18) la profondeur dans l'océan (généralement environ 4000 mètres) en dessous de laquelle les minéraux carbonatés sont solubles

cation (Chapitre 2) un ion chargé positivement

cimentation (Chapitre 6) le processus par lequel les minéraux sont précipités entre les grains dans les sédiments

Cénozoïque (Chapitre 1) la plus récente des ères, représentant les 65,5 Ma passés du temps géologique

roche sédimentaire chimique (Chapitre 6) une roche sédimentaire composée de matériaux qui ont été transportés sous forme d'ions en solution

chernozem (Chapitre 5) un sol noir typique des prairies des climats froids comme les Prairies canadiennes

chert (Chapitre 6) une roche sédimentaire à grains très fins formée presque entièrement de silice

chlorite (Chapitre 2) un minéral de silicate ferromagnésien en feuille, généralement présent sous forme de cristaux fins et se formant à partir du métamorphisme à basse température de la roche mafique

cône de cendres (Chapitre 4) un volcan aux parois abruptes composé presque entièrement de fragments de roche lâche et généralement formé lors d'un seul événement éruptif

cirque (Chapitre 16) un bassin semi-circulaire escarpé érodé par un glacier en tête de sa vallée

clast (Chapitre 6) un fragment sédimentaire de minéral ou de roche

roche sédimentaire clastique (Chapitre 6) une roche sédimentaire constituée de matériaux qui ont été transportés sous forme de clastes ou de fragments

argile (Chapitre 6) particule de sédiment d'un diamètre inférieur à 1/256 millimètres

argile minérale (Chapitre 6) un minéral de silicate en feuille hydraté qui existe généralement sous forme de grains de la taille d'argile

argile (Chapitre 6) une roche sédimentaire composée principalement de grains de la taille d'argile

clivage (Chapitre 2) la tendance d'un minéral à se briser le long de plans lisses prédéterminés par sa structure en réseau

retour d'expérience sur le climat (Chapitre 19) un processus par lequel les effets physiques d'un forçage climatique peuvent avoir d'autres effets (soit négatifs, soit positifs) sur le climat

forçage climatique (Chapitre 19) un mécanisme, tel qu'un changement dans les niveaux de gaz à effet de serre, qui force le climat à changer

méthane de houille (Chapitre 20) méthane piégé dans la porosité du charbon

redressement côtier (Chapitre 17) la tendance d'une côte irrégulière à se redresser au fil du temps par les processus d'érosion côtière

bricoler (Chapitre 6) particule de sédiment d'un diamètre compris entre 64 et 256 millimètres

col (Chapitre 16) le point bas ou passer le long d'une crête entre deux vallées glaciaires

assemblage en colonnes (Chapitre 4) la fracturation de la roche ou des sédiments (mais généralement de la roche volcanique) en colonnes qui sont généralement à six côtés

volcan composite (ou stratovolcan) (Chapitre 4) un volcan construit d'une alternance de couches de débris pyroclastiques et de coulées de lave

concentrer (exploitation minière) (chapitre 20) un produit du traitement du minerai qui comprend un minerai spécifique, séparé du reste de la roche

concordant (Chapitre 3) parallèlement à une stratification ou à une foliation préexistante dans une roche

cône de dépression (Chapitre 14) la dépression de la nappe phréatique autour d'un puits fortement pompé

aquifère captif (Chapitre 14) un aquifère situé sous une couche de confinement

couche de confinement (Chapitre 14) un aquitard qui recouvre un aquifère et restreint l'écoulement de l'eau depuis la surface

conglomérat (Chapitre 6) une roche sédimentaire composée principalement de grains arrondis de plus de 2 mm

contact métamorphisme (Chapitre 7) métamorphisme qui a lieu à côté d'une source de chaleur, comme un corps de magma

la dérive des continents (Chapitre 10) le concept selon lequel les plaques tectoniques peuvent se déplacer à la surface de la Terre

glacier continental (Chapitre 16) un glacier qui couvre une partie importante d'un continent et a une superficie d'au moins 50 000 km 2

plate-forme continentale (Chapitre 18) l'extension sous-marine peu profonde (typiquement moins de 200 mètres) et plate d'un continent

glissement continental (Chapitre 18) la partie la plus abrupte d'une marge continentale, qui descend d'un plateau continental vers la plaine abyssale

contractionnisme (Chapitre 10) la théorie maintenant discréditée selon laquelle les chaînes de montagnes se sont formées à la suite de la contraction de la Terre

frontière convergente (Chapitre 10) une limite de plaque à laquelle les deux plaques se rapprochent

Inlandsis de la Cordillère (Chapitre 16) le glacier continental qui couvrait une partie de l'ouest de l'Amérique du Nord, y compris la quasi-totalité de la Colombie-Britannique, une partie du Yukon et une partie du nord de l'État de Washington, pendant les glaciations du Pléistocène

coeur (Chapitre 1) la partie intérieure métallique de la Terre, s'étendant d'une profondeur de 2900 kilomètres jusqu'au centre

limite noyau-manteau (Chapitre 9) la limite, à 2900 kilomètres de profondeur, entre le manteau et le noyau

effet de Coriolis (Chapitre 18) la tendance des corps en mouvement (par exemple, les courants océaniques) à tourner à la surface de la Terre, dans le sens des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère nord et dans le sens inverse des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère sud

fond de micro-ondes cosmique (Chapitre 22) rayonnement laissé par les premiers stades du développement de l'univers à l'époque où les protons et les neutrons se recombinaient pour former des atomes

rock country (Chapitre 3) la roche d'origine d'une région, dans laquelle une roche plus jeune (généralement ignée) a été pénétrée

une liaison covalente (Chapitre 2) une liaison entre deux atomes dans laquelle des électrons sont partagés

cratère (Chapitre 4) une dépression volcanique liée à un évent volcanique spécifique

craton (Chapitre 21) une région de roche cristalline ancienne (typiquement précambrienne) (équivalent à un bouclier)

ramper (Chapitre 15) l'écoulement très lent (un millimètre à centimètre par an) de matériaux meubles sur une pente douce

crête (Chapitre 17) le point culminant d'une vague

crevasse (Chapitre 16) une fissure ouverte à la surface d'un glacier

literie croisée (Chapitre 6) litière inclinée à petite échelle dans des lits horizontaux plus grands

croûte (Chapitre 1) la couche supérieure de la Terre, dont l'épaisseur varie d'environ 5 kilomètres (dans les océans) à plus de 50 kilomètres (sur les continents)

cyanobactéries (Chapitre 6) bactéries photosynthétiques qui ont évolué au début de l'Archéen

couche “D” (Chapitre 9) (d-double couche primaire) une zone de faible vitesse sismique dans les 200 km basaux du manteau

coulée de debris (Chapitre 15) un écoulement d'eau et de sédiments entraîné par la gravité qui comprend une proportion importante de matériaux grossiers (de galets à rochers)

déclin (Chapitre 20) dans l'exploitation minière, une rampe est un tunnel en pente utilisé pour accéder aux parties inférieures d'une mine avec un équipement sur roues

fusion de décompression (Chapitre 3) fusion (ou fusion partielle) de roche résultant d'une baisse de pression sans baisse significative de température

dendritique (Chapitre 13) un modèle de canaux de drainage qui ressemble aux branches d'un arbre

densité (Chapitre 2) poids par volume d'une substance (par exemple, g/cm 3 ) largement utilisé dans le contexte des minéraux ou des roches

dérangé (Chapitre 13) un schéma de canaux de drainage chaotique

détritique (Chapitre 6) se référant à des fragments de roches ou de minéraux

diatomée (Chapitre 18) algues photosynthétiques qui font leurs tests (coquilles) à partir de silice

différenciation (Chapitre 22) le dé-mélange d'un magma, typiquement par la séparation physique des minéraux qui cristallisent tôt et se déposent vers le fond

diorite (Chapitre 3) une roche ignée intrusive intermédiaire

tremper (Chapitre 12) l'angle au-dessous de l'horizontale auquel un lit sédimentaire ou une autre caractéristique s'incline

décharge (Chapitre 6) le volume d'écoulement d'eau dans un cours d'eau exprimé en termes de volume par unité de temps (par exemple, m 3 /s)

zone de décharge (Chapitre 14) la partie d'un aquifère où s'effectue l'évacuation des eaux souterraines

discordance (Chapitre 8) une limite entre des couches sédimentaires parallèles où une certaine érosion de la couche inférieure a eu lieu

discordant (Chapitre 3) une caractéristique géologique qui n'est parallèle à aucune stratification existante dans la roche encaissante

bivalent (Chapitre 2) un ion avec une charge ou +2 ou -2

divergent (Chapitre 10) une limite de plaque à laquelle les deux plaques s'éloignent l'une de l'autre

dodécaèdre (Chapitre 2) un objet avec douze surfaces, comme un cristal de grenat

dolomie (Chapitre 6) un minéral carbonate de calcium-magnésium (Ca,Mg)CO3

dolomitisation (Chapitre 6) l'ajout de magnésium au calcaire au cours duquel tout ou partie du carbonate de calcium est converti en dolomie

dolomie (Chapitre 6) une roche carbonatée composée principalement de la dolomie minérale

bassin de drainage (Chapitre 13) le bassin versant d'un cours d'eau, y compris la zone où toutes les eaux de surface s'écoulent dans le cours d'eau

goutte de pierre (Chapitre 16) un fragment de roche dans un sédiment autrement à grain fin qui a été lâché de glace flottante sur un plan d'eau

tambourin (Chapitre 16) une caractéristique d'érosion glaciaire profilée composée de sédiments et/ou de substrat rocheux

digue (Chapitre 3) un corps igné intrusif tabulaire qui est discordant avec toute stratification existante dans la roche encaissante

excentricité (Chapitre 19) dans le contexte des cycles de Milankovitch, le degré auquel le Soleil est décalé du centre géométrique de l'orbite de la Terre

éclogite (Chapitre 7) une roche à grenat-pyroxène-glaucophane qui est le produit du métamorphisme à haute pression de la roche crustale océanique, généralement dans une zone de subduction

expansif (Chapitre 4) une éruption volcanique dominée par la coulée relativement douce de lave

El Niño (Chapitre 19) une situation climatique périodique dans laquelle l'eau chaude s'étend tout ou presque jusqu'à la limite orientale du Pacifique équatorial

déformation élastique (Chapitre 11) la déformation du matériau (y compris la roche) dont il peut récupérer complètement si la contrainte est supprimée

électron (Chapitre 2) une particule subatomique de pratiquement aucune masse et une seule charge négative

fin moraine (Chapitre 16) un dépôt de sédiments qui s'accumule à l'avant d'un glacier

anglais (Chapitre 16) à l'intérieur d'un glacier, se référant en particulier aux sédiments transportés dans la glace glaciaire

épicentre (Chapitre 11) l'emplacement sur la surface verticalement au-dessus de l'emplacement (c.

zone épipélagique (Chapitre 18) la couche d'eau supérieure (0 à 200 mètres) dans les zones de haute mer

dépôt épithermal (Chapitre 20) un gisement minéral formé près de la surface dans une zone d'activité hydrothermale, généralement associé à un corps de magma

ligne d'équilibre (Chapitre 16) sur un glacier, la ligne entre la zone d'accumulation et la zone d'ablation (à la fin de l'été la ligne d'équilibre est la limite entre la glace enneigée et la glace nue)

lignes équipotentielles (Chapitre 14) dans le contexte des eaux souterraines, une ligne équipotentielle relie des emplacements avec une charge hydraulique ou une pression d'eau égales

esker (Chapitre 16) une crête de sédiments déposés par un ruisseau sous-glaciaire

changement eustatique du niveau de la mer (Chapitre 17) changement du niveau de la mer lié à un changement dans le volume des océans, généralement en raison d'une augmentation ou d'une diminution de la quantité de glace glaciaire sur terre

exfoliation (Chapitre 5) la fracturation de la roche qui résulte d'une réduction de la pression lors de l'érosion de la roche sus-jacente

exoplanète (Chapitre 22) une planète qui orbite autour d'une étoile autre que le Soleil

extrusive (Chapitre 3) Roche ignée qui s'est refroidie en surface

tombe (Chapitre 15) dans le gaspillage de masse, la chute verticale ou presque verticale de la roche

faute (Chapitre 12) une limite dans la roche ou les sédiments le long de laquelle le déplacement a eu lieu

retour d'information (Chapitre 19) un processus par lequel les effets physiques d'un forçage climatique peuvent avoir d'autres effets (soit négatifs, soit positifs) sur le climat

feldspath (Chapitre 2) un minéral de silicate de charpente très commun

felsique (Chapitre 3) riche en silice (>65% SiO2) dans le contexte du magma ou de la roche ignée

ferrique (Chapitre 2) la forme oxydée d'un ion de fer (Fe3+)

ferromagnésien (Chapitre 2) se référant à un minéral silicaté qui contient du fer et/ou du magnésium

ferreux (Chapitre 2) la forme réduite (non oxydée) d'un ion de fer (Fe2+)

aller chercher (Chapitre 17) la distance sur laquelle le vent souffle pour former des vagues

lac de doigt (Chapitre 16) un lac qui occupe une vallée glaciaire

névé (Chapitre 16) l'état de transition granulaire entre la neige et la glace dans un glacier

plaine inondable (Chapitre 13) la zone occupée par l'eau lorsqu'un cours d'eau déborde et déborde de ses rives

couler (Chapitre 15) le mouvement fluide de la matière pendant le gaspillage de masse

chemin d'écoulement (Chapitre 14) le chemin parcouru par les eaux souterraines entre une zone de recharge et une zone de rejet

puits artésien coulant (Chapitre 14) un puits artésien dans lequel le niveau d'eau s'élève naturellement au-dessus de la surface du sol

fusion du flux (Chapitre 3) fusion de la roche qui est facilitée par l'ajout d'un fondant (généralement de l'eau) qui abaisse le point de fusion de la roche

concentrer (tremblement de terre) (Chapitre 11) le point réel sous la surface auquel un tremblement de terre a lieu (équivalent à l'hypocentre)

feuilleté (Chapitre 7) l'existence d'une foliation dans une roche métamorphique

feuilletage (Chapitre 7) l'alignement des caractéristiques minéralogiques ou structurelles d'une roche - en particulier une roche métamorphique

muret (Chapitre 12) la surface inférieure d'une faille non verticale

foraminifères (Chapitre 18) un protiste unicellulaire avec une coquille qui est généralement faite de CaCO3

avant-récif (Chapitre 6) la zone côté océan d'un récif

formation (Chapitre 6) une unité de roche sédimentaire qui est lithologiquement cohérente et suffisamment épaisse et étendue pour être représentée sur une carte géologique à l'échelle qui est généralement utilisée dans la zone en question

fractionnement (Chapitre 20) fracturation de la roche en injectant de l'eau et des produits chimiques dans un puits à très haute pression (équivalent à la fracturation hydraulique)

cristallisation fractionnée (Chapitre 3) la cristallisation séquentielle des minéraux à partir du magma et la séparation physique des cristaux de formation précoce du magma dans la zone où ils se sont cristallisés

fracture (Chapitre 2) une rupture dans un corps de roche dans laquelle la roche de chaque côté n'est pas déplacée

récif frangeant (Chapitre 18) un récif adjacent à un rivage où il y a une zone de récif arrière très étroite ou aucune (auquel cas le récif est effectivement attaché au rivage)

ligne de gel (Chapitre 22) dans le contexte des systèmes planétaires, la limite au-delà de laquelle les composants volatils (par exemple, l'eau, le dioxyde de carbone, le méthane, l'ammoniac, etc.) sont gelés

calage du gel (Chapitre 5) la situation où l'expansion de l'eau gelée fait basculer

Géorgie (Chapitre 1) (giga annum) des milliards d'années avant le présent

gabbro (Chapitre 3) une roche ignée intrusive mafique

Hypothèse de Gaïa (Chapitre 19) l'hypothèse avancée par James Lovelock selon laquelle les organismes ont affecté l'atmosphère et les océans de telle sorte que les conditions sur Terre sont restées habitables, malgré l'énergie considérablement modifiée reçue du Soleil

galaxie (Chapitre 22) un système d'étoiles et de matière interstellaire liés gravitationnellement

Le géant gazier (Chapitre 22) une grande planète composée principalement d'hydrogène et d'hélium (par exemple Jupiter)

géosynclinal (Chapitre 10) un dépôt de sédiments d'un kilomètre d'épaisseur qui s'est accumulé le long du bord d'un continent et dont la masse est suffisante pour abaisser la croûte sous-jacente

gradient géothermique (Chapitre 1) le taux d'augmentation de la température avec la profondeur de la Terre (généralement autour de 30˚ C/km dans la croûte)

hypothèse d'impact géant (Chapitre 22) la théorie selon laquelle la Lune s'est formée lorsqu'une planète de la taille de Mars (Theia) est entrée en collision avec la Terre à 4,5 Ga

période glaciaire (Chapitre 16) une période de l'histoire de la Terre au cours de laquelle la glace glaciaire était présente sur une étendue suffisante pour avoir laissé des preuves reconnaissables

rainure glaciaire (Chapitre 16) une ligne droite créée sur une surface rocheuse par l'érosion par un fragment de roche incrusté dans la base de la glace glaciaire (plus grande et plus profonde qu'une striation glaciaire)

striation glaciaire (Chapitre 16) une ligne droite créée sur une surface rocheuse par l'érosion par un fragment de roche incrusté dans la base de la glace glaciaire (plus fine qu'un sillon glaciaire - généralement moins d'un centimètre de large)

glacier (Chapitre 16) un corps de glace de longue durée (des siècles ou plus) sur la terre qui se déplace sous son propre poids

fluvial glaciaire (Chapitre 16) se référant aux sédiments déposés à partir d'un cours d'eau dérivé d'un glacier

glaciolacustre (Chapitre 16) se référant aux sédiments déposés dans un lac dans un environnement glaciaire

glaciomarine (Chapitre 16) se référant aux sédiments déposés dans l'océan dans un environnement glaciaire

glaucophane (Chapitre 7) un minéral amphibole contenant du sodium-magnésium de couleur bleue qui se forme pendant le métamorphisme à des pressions élevées et des pressions relativement basses, généralement dans une zone de subduction

gneiss (Chapitre 7) roche métamorphique à haute teneur dans laquelle les composants minéraux sont séparés en bandes

saisir (Chapitre 12) un bloc faillé descendant, délimité de part et d'autre par des failles normales

noter (Chapitre 7) dans le cadre d'un gisement minéral, la quantité d'un métal ou d'un minéral spécifique exprimée en proportion de l'ensemble de la roche

literie de qualité (Chapitre 6) une couche sédimentaire individuelle qui montre une gradation distinctive de la taille des grains (la litière graduée normale est plus fine vers le haut, la litière graduée inverse est plus grossière vers le haut)

pente (Chapitre 13) la pente d'un lit de cours d'eau sur une distance spécifique, généralement exprimée en m par km

granit (Chapitre 1) une roche ignée intrusive felsique

granule (Chapitre 6) une particule sédimentaire dont la taille varie de 2 à 4 millimètres de diamètre

gaz à effet de serre (Chapitre 22) une molécule gazeuse avec 3 atomes ou plus qui est capable d'absorber le rayonnement infrarouge

Effet de serre (Chapitre 22) dans le contexte du climat, la capacité d'une atmosphère à absorber le rayonnement infrarouge dû à la présence de gaz à effet de serre

schiste vert (Chapitre 7) une roche métamorphisée foliée (généralement dérivée du basalte) dans laquelle la coloration verte est dérivée de la chlorite, de l'épidote ou de l'amphibole verte

pierre verte (Chapitre 7) une roche métamorphisée non foliée (généralement dérivée du basalte) dans laquelle la coloration verte est dérivée de la chlorite, de l'épidote ou de l'amphibole verte

grauwacke (Chapitre 6) un grès avec plus de 15% de limon et d'argile, et avec une proportion importante de fragments de roche de la taille du sable

eaux souterraines (Chapitre 13) eau qui se trouve sous la surface du sol

grouper (Chapitre 6) une série stratigraphiquement continue de formations connexes

épi (Chapitre 17) une structure artificielle s'étendant du rivage construite pour dévier l'énergie des vagues

tourbillon (Chapitre 18) un courant océanique circulaire fermé

habitude (Chapitre 2) une forme crustale caractéristique ou une combinaison de formes d'un minéral

zone habitable (Chapitre 22) la région autour d'une étoile qui est considérée comme appropriée pour une planète porteuse de vie

Hadéen (Chapitre 1) le premier éon de l'histoire de la Terre, s'étendant de 4,57 à 3,80 Ga

halogénure (Chapitre 2) un minéral dans lequel l'anion est l'un des éléments halogénures (par exemple, halite - NaCl ou fluorite – CaF2)

halite (Chapitre 1) NaCl, un minéral halogénure également connu sous le nom de sel de table

halogène (Chapitre 2) un élément dans l'avant-dernière colonne du tableau périodique qui forme des anions avec une charge négative-1

vallée suspendue (Chapitre 16) une vallée glaciaire créée par un glacier tributaire qui ne s'érode pas aussi profondément que le glacier de la vallée principale qu'il rejoint

mur suspendu (Chapitre 12) la surface supérieure d'une faille non verticale

promontoire (Chapitre 17) un point s'étendant vers la mer

klaxon (Chapitre 16) un pic qui a été érodé sur au moins trois côtés par les glaciers

cornets (Chapitre 7) une roche métamorphique à grain fin qui n'est pas foliée

horst (Chapitre 12) un bloc faillé soulevé, délimité de part et d'autre par des failles normales

point chaud (Chapitre 10) la superficie du volcanisme et un flux de chaleur élevé au-dessus d'un panache du manteau

minéral hydraté (Chapitre 7) un minéral qui comprend soit de l'hydroxyle (OH) soit de l'eau (H2O) dans sa formule chimique (par exemple, le gypse CaSO4.2H2O)

conductivité hydraulique (Chapitre 14) une expression de la vitesse à laquelle un liquide s'écoulera à travers un milieu poreux, tel que déterminé par la perméabilité du milieu et la viscosité du liquide

fracturation hydraulique (Chapitre 20) fracturation de la roche en injectant de l'eau et des produits chimiques dans un puits à très haute pression (équivalent à la fracturation)

hydrolyse (Chapitre 5) une réaction entre un minéral et de l'eau dans laquelle des ions H+ sont ajoutés au minéral et une quantité chimiquement équivalente de cations est libérée dans la solution

hydroxyde (Chapitre 2) l'anion OH- ou un minéral qui comprend cet anion

altération hydrothermale (Chapitre 7) altération chimique des minéraux par des solutions d'eau chaude

hypocentre (Chapitre 11) le point réel sous la surface auquel un tremblement de terre a lieu (équivalent au foyer)

géant de glace (Chapitre 22) une planète composée principalement de gaz plus lourds que l'hydrogène et l'hélium, y compris l'oxygène, le carbone, l'azote et le soufre (par exemple, Uranus et Neptune)

igné (Chapitre 3) une roche formée par le refroidissement du magma

illite (Chapitre 2) un minéral argileux de composition similaire à celle du mica muscovite

imbriquer (Chapitre 6) alignés et superposés, comme les tuiles d'un toit

indice fossile (Chapitre 8) un fossile avec un aspect distinctif et une large gamme géographique mais d'une plage de temps relativement restreinte, ce qui le rend utile pour dater des roches corrélées de différentes régions (les fossiles index les plus utiles proviennent d'organismes qui ont vécu moins d'un an millions d'années)

inerte (Chapitre 2) en chimie, un élément qui ne réagit pas facilement avec d'autres éléments (par exemple, le néon)

infiltration (Chapitre 14) la recharge des eaux souterraines à partir de la percolation descendante des eaux de surface

insolation (Chapitre 19) une mesure de l'intensité de l'énergie solaire à un endroit ou à un moment spécifique (exprimée en W/m2)

intensité (Chapitre 11) en sismologie, une mesure qualitative de la quantité de secousses à un endroit spécifique, basée sur ce qui a été ressenti par les observateurs, ou la quantité de dommages causés

Groupe d'experts intergouvernemental sur les changements climatiques (Chapitre 19) (GIEC) un organisme international créé en 1988 par l'Organisation météorologique mondiale des Nations Unies et le Programme des Nations Unies pour l'environnement pour préparer des rapports périodiques sur l'état du changement climatique mondial et son atténuation.

intrusif (Chapitre 3) une roche ignée qui s'est refroidie lentement sous la surface

liaison ionique (Chapitre 2) une liaison dans laquelle les électrons sont transférés d'un atome à un autre, formant ainsi des ions

ion (Chapitre 2) un atome qui a gagné ou perdu des électrons et est donc devenu chargé (ou un groupe d'atomes qui a également une charge - par exemple, HCO 3-)

pli isoclinal (Chapitre 12) un pli serré dans lequel les membres sont parallèles les uns aux autres

isostasie (Chapitre 9) l'équilibre entre un bloc de croûte flottant sur le manteau plastique sous-jacent

changement isostatique du niveau de la mer (Chapitre 17) l'effet sur le niveau relatif de la mer d'un ajustement vertical de la croûte résultant d'un changement dans la masse de la croûte (par exemple, de la perte ou du gain de glace)

isotope (Chapitre 8) une forme d'un élément qui diffère des autres formes car il a un nombre différent de neutrons (par exemple, 16O a 8 protons et 8 neutrons tandis que 18O a 8 protons et 10 neutrons)

découper (Chapitre 12) une fracture dans la roche

planète jovienne (Chapitre 22) une géante gazeuse

ka (Chapitre 1) (kilo annum) des milliers d'années avant le présent

kaolinite (Chapitre 2) un minéral argileux qui n'a pas de cations autres que Al et Si

karstique (Chapitre 14) l'érosion solutionnelle d'une zone avec des roches solubles (généralement du calcaire) pour former des dépressions et des grottes

bouilloire (Chapitre 16) une dépression formée à l'avant d'un grand glacier lorsqu'un bloc de glace échoué qui était entouré de sédiments fond finalement

lac de bouilloire (Chapitre 16) un lac qui se forme dans une bouilloire

kimberlite (Chapitre 4) une roche volcanique ultramafique qui prend naissance à une profondeur importante (> 200 mètres) dans le manteau (certaines kimberlites contiennent des diamants)

Ceinture de Kuiper (Chapitre 22) une région du système solaire au-delà de l'orbite de Neptune qui est peuplée de petits objets et de planètes naines (y compris Pluton)

laccolithe (Chapitre 3) intrusion concordante dans laquelle la partie centrale a formé un dôme ascendant

lahar (Chapitre 4) une coulée de boue ou une coulée de débris qui est soit causée par une éruption volcanique, soit se forme sur le flanc d'un volcan à la suite d'inondations non liées à une éruption

gaz de décharge (Chapitre 14) gaz produits dans une décharge lors de la décomposition microbienne des composants de la décharge (la plupart sont dominés par le dioxyde de carbone et le méthane)

grande province ignée (Chapitre 4) une très grande zone de roche volcanique mafique produite par une éruption massive généralement liée à un panache du manteau

moraine latérale (Chapitre 16) un dépôt de matériau rocheux qui se forme le long de la marge d'une vallée ou d'un glacier alpin, principalement à partir de la libération par le gel-dégel de matériaux des pentes abruptes au-dessus

treillis (Chapitre 1) la structure tridimensionnelle régulière et répétitive d'un minéral

Glace Laurentide (Chapitre 16) le glacier continental qui s'est étendu à travers le centre-est de l'Amérique du Nord pendant le Pléistocène, couvrant la majeure partie du Canada et une partie importante des États-Unis

lave de lave (Chapitre 4) une crête qui se forme le long du bord d'une coulée de lave parce que le magma au bord se refroidit plus rapidement que celui du milieu

tube de lave (Chapitre 4) un tube qui se forme lorsque la lave mafique s'écoule le long d'un canal et des digues de lave s'accumulent de chaque côté, formant éventuellement un toit (une fois qu'un tube de lave se forme, il isole le magma qui coule, lui permettant de rester chaud un liquide plus longtemps et donc couler beaucoup plus loin)

lixiviat (Chapitre 14) dans le contexte des décharges, le liquide (eau de pluie) qui traverse les déchets et devient contaminé par les composants solubles des déchets

digue (Chapitre 13) sur un ruisseau, la crête qui se forme naturellement le long du bord du chenal lors des crues

niveau (Chapitre 20) dans l'exploitation minière, une ouverture de mine horizontale

année-lumière (Chapitre 22) la distance que la lumière peut parcourir en un an (9,4607 x 1012 km)

lignite (Chapitre 20) un type de charbon de qualité inférieure contenant moins de 70 % de carbone

membres (Chapitre 12) les couches de roche de part et d'autre d'un pli

calcaire (Chapitre 6) une roche sédimentaire composée principalement de calcite

liquéfaction (Chapitre 11) la tendance des sédiments non consolidés et saturés d'eau à perdre de leur force pendant les secousses sismiques

arénite lithique (Chapitre 6) une arénite dans laquelle il y a plus de 10 % de clastes lithiques et dans laquelle il y a plus de clastes lithiques que de clastes feldspathiques

clastes lithiques (Chapitre 6) fragments de roche (par exemple, basalte) qui sont inclus dans les grains de la taille du sable dans le grès, ou dans les grains plus gros dans le conglomérat

lithification (Chapitre 6) la conversion des sédiments meubles en roche par compactage et cimentation

lithosphère (Chapitre 1) la partie externe rigide de la Terre, y compris la croûte et le manteau jusqu'à une profondeur d'environ 100 kilomètres

logement jusqu'à (Chapitre 16) sédiments qui s'accumulent à la base d'un glacier et ont généralement une large gamme de tailles de grains (y compris l'argile) et sont bien compactés

courant côtier (Chapitre 17) le mouvement de l'eau le long d'un rivage produit par l'approche des vagues à un angle par rapport au rivage

dérive littorale (Chapitre 17) le mouvement des sédiments le long d'un rivage résultant d'un courant littoral ainsi que du swash et du ressac sur un front de plage

Vague d'amour (Chapitre 11) une onde sismique de surface, avec un mouvement horizontal, qui se développe dans des matériaux relativement faibles (par exemple, non consolidés) à la surface

luvisol (Chapitre 5) un sol forestier de climat froid formé dans lequel l'argile a été retirée de l'horizon A et déplacée dans l'horizon B

Maman (Chapitre 1) (Mega annum) des millions d'années avant le présent

mafique (Chapitre 3) pauvre en silice (<45% SiO2) dans le contexte du magma ou de la roche ignée

magma (Chapitre 1) roche fondue typiquement dominée par la silice

chronologie magnétique (Chapitre 8) l'étude du moment des inversions du champ magnétique terrestre, et l'application de cette compréhension à la datation des matériaux géologiques

ordre de grandeur (Chapitre 11) une mesure de la quantité d'énergie libérée par un tremblement de terre

manteau (Chapitre 1) la couche intermédiaire de la Terre, dominée par des minéraux silicatés riches en fer et en magnésium et s'étendant sur environ 2900 kilomètres de la base de la croûte jusqu'au sommet du noyau

panache du manteau (Chapitre 3) un panache de roche chaude (pas de magma) qui s'élève à travers le manteau (soit à partir de la base, soit à mi-hauteur) et atteint la surface où il s'étale et conduit également au volcanisme des points chauds

marbre (Chapitre 7) calcaire métamorphisé (ou dolomie) dans lequel la calcite ou la dolomie a été recristallisée en cristaux plus gros

gaspillage de masse (Chapitre 15) la rupture massive, par gravité, de roches ou de matériaux meubles sur une pente

coupure de méandre (Chapitre 13) la formation d'un chenal de cours d'eau plus court à travers la limite étroite entre deux méandres sur un cours d'eau

sinueux (Chapitre 13) le chemin sinueux emprunté par un ruisseau dans une large plaine inondable plate

moraine médiane (Chapitre 16) une moraine latérale qui a été déplacée vers le centre d'un glacier de vallée à un point où deux glaciers se rencontrent

membre (Chapitre 6) une subdivision d'une formation

zone mésopélagique (Chapitre 18) la zone médiane supérieure de l'océan ouvert s'étendant de 200 à 1000 mètres de profondeur

lustre métallique (Chapitre 2) l'éclat d'un minéral dans lequel la lumière ne pénètre pas mais se reflète uniquement sur la surface

lien métallique (Chapitre 2) un type de liaison dans laquelle des électrons abondants sont facilement partagés entre les cations

métamorphisme (Chapitre 3) la transformation d'une roche mère en une nouvelle roche en raison de la chaleur et de la pression qui conduit à la formation de nouveaux minéraux, ou à la recristallisation de minéraux existants, sans fusion

métasomatisme (Chapitre 7) métamorphisme facilité par le transfert d'ions dans l'eau

météoroïde (Chapitre 22) un fragment de débris pierreux ou métalliques dans l'espace

hydrate de méthane (Chapitre 18) une combinaison de glace d'eau et de méthane dans laquelle le méthane est piégé à l'intérieur de « cages » dans la glace

mica (Chapitre 2) un minéral de silicate en feuille (par exemple, la biotite)

migmatite (Chapitre 7) une roche qui est un mélange de roche métamorphique et ignée, formée à des degrés très élevés de métamorphisme lorsqu'une partie de la roche mère commence à fondre

Cycles de Milankovitch (Chapitre 19) Variations à l'échelle millénaire des paramètres orbitaux et rotationnels de la Terre qui ont des effets subtils sur le climat de la Terre

discontinuité de Mohorovičić (Chapitre 9) la frontière entre la croûte et le manteau

magnitude du moment (Chapitre 11) un moyen d'estimer la magnitude d'un séisme en fonction de la surface de rupture et de la quantité de déplacement

monogénétique (Chapitre 4) un volcan qui se forme en un seul événement éruptif

lac moraine (Chapitre 16) un lac Finger qui se forme dans une vallée glaciaire et est endigué par une moraine terminale

fissure de boue (Chapitre 6) une fissure de dessiccation formée dans la boue qui s'est accumulée dans une petite masse d'eau qui s'assèche ou s'égoutte plus tard

coulée de boue (Chapitre 15) un événement de perte de masse impliquant l'écoulement de boue (sable, limon et argile) dans un canal

roche de boue (Chapitre 6) un terme inclusif pour mudstone, schiste et claystone

moscovite (Chapitre 2) un mica non ferromagnésien potassique

élément natif (Chapitre 2) (également élément minéral natif) un minéral qui se compose d'un seul élément (par exemple, l'or natif)
nébuleuse (Chapitre 22) un nuage de poussières et de gaz interstellaires

retours négatifs (Chapitre 19) un processus qui entraîne une diminution de ce processus (dans le contexte du changement climatique, il s'agit d'un processus qui réduit le changement climatique, tel que la croissance accrue de la végétation en réponse à une augmentation du dioxyde de carbone atmosphérique)

neutron (Chapitre 2) une particule subatomique avec une masse de 1 et une charge de 0

non-conformité (Chapitre 8) une limite géologique où la roche non sédimentaire est recouverte par la roche sédimentaire

minéral non ferromagnésien (Chapitre 2) un minéral de silicate qui ne contient pas de fer ou de magnésium (par exemple, le feldspath)

lustre non métallique (Chapitre 2) l'éclat d'un minéral dans lequel la lumière pénètre

défaut normal (Chapitre 12) une faille non verticale le long de laquelle le mur supérieur (surface supérieure) s'est déplacé vers le bas par rapport au mur inférieur

force normale (Chapitre 15) la composante de la force gravitationnelle qui agit directement sur la pente

Eau profonde de l'Atlantique Nord (Chapitre 18) eaux profondes de l'océan Atlantique qui sont descendues à l'extrême nord du bassin dans la zone située entre la Scandinavie et le Groenland

nunatuk (Chapitre 16) un pic rocheux qui s'étend au-dessus du niveau de glace d'un glacier continental

obliquité (Chapitre 19) dans le contexte des Cycles de Milankovitch, l'angle d'inclinaison de l'axe de rotation de la Terre par rapport au plan de son orbite autour du Soleil

plaine océanique (Chapitre 18) la surface extrêmement plate du plancher océanique profond dans les zones non affectées par les processus de tectonique des plaques et le volcanisme

fenêtre d'huile (Chapitre 20) la plage de profondeur, qui est d'environ 2000 à 4000 mètres, à l'intérieur de laquelle la température est appropriée pour la formation de pétrole à partir de matière organique dans la roche sédimentaire

ooïde (Chapitre 6) une petite sphère (environ 1 millimètre) de calcite formée dans des zones d'eau marine tropicale peu profonde avec de forts courants

olivine (Chapitre 2) un minéral silicaté composé de tétraèdres de silice isolés et avec du fer ou du magnésium (ou les deux) comme cations

Nuage d'Oort (Chapitre 22) un nuage sphérique d'objets glacés s'étendant d'environ 5 000 à 500 000 unités astronomiques (distances Soleil-Terre) du Soleil (considéré comme la zone source des comètes)

mine à ciel ouvert (Chapitre 20) une mine ouverte à la surface

affleurement (Chapitre 5) une exposition de surface de roche qui fait partie de la croûte (sous-sol)

plaine délavée (Chapitre 16) une vaste région de sable et de gravier déposés par des ruisseaux sortant d'un glacier (identique à sandur)

renversé (Chapitre 12) une caractéristique géologique qui a été inclinée au point où elle est à l'envers

bras mort (Chapitre 13) une partie d'un méandre de cours d'eau qui s'est isolée du reste du cours d'eau à la suite d'une coupure de méandre

oxydation (Chapitre 5) la réaction entre un minéral et l'oxygène

oxyde (Chapitre 2) un minéral dont l'anion est l'oxygène (par exemple, l'hématite Fe2O3)

pahoehoe (Chapitre 4) une coulée de lave avec une texture de surface filandreuse formée lorsque la surface se refroidit et durcit alors que la lave en dessous coule encore

paléomagnétique (Chapitre 10) les variations passées de l'intensité et de la polarité du champ magnétique terrestre

Pangée (Chapitre 10) le supercontinent qui existait entre 300 et 180 Ma environ

paraconformité (Chapitre 8) une interruption représentant une période de non-dépôt, sans basculement ni érosion, dans une séquence de roches sédimentaires

pli parasite (Chapitre 12) un pli dans un pli

roche mère (Chapitre 7) la roche qui existait déjà lorsqu'un processus de métamorphisme a commencé

fusion partielle (Chapitre 3) le processus au cours duquel seuls certains composants minéraux d'une roche fondent en réponse à des conditions changeantes

séparation (Chapitre 6) un écart étroit entre les couches sédimentaires individuelles

marge passive (Chapitre 10) une frontière entre un continent et un océan à laquelle il n'y a pas d'activité tectonique (par exemple, la bordure orientale de l'Amérique du Nord)

lac paternoster (Chapitre 16) l'un d'une série de lacs de bassin rocheux

Galet (Chapitre 6) une particule sédimentaire dont la taille varie de 2 à 64 millimètres (y compris les granulés)

pélagique (Chapitre 18) la partie d'un lac ou de l'océan qui n'est pas près du rivage

pergélisol (Chapitre 19) sol qui reste gelé pendant deux ans ou plus

le permanentisme (Chapitre 10) la théorie maintenant discréditée selon laquelle les caractéristiques de la Terre n'ont pas changé de manière significative au cours des temps géologiques

perméabilité (Chapitre 14) une expression de la facilité avec laquelle le liquide s'écoulera à travers un milieu poreux

phanéritique (Chapitre 3) une texture de roche dans laquelle les cristaux ou grains individuels sont visibles à l'œil nu

Phanérozoïque (Chapitre 1) l'éon le plus ressenti du temps géologique, englobant le Paléozoïque, le Mésozoïque et le Cénozoïque

phénocristal (Chapitre 3) un cristal relativement gros dans une roche ignée

phyllosilicate (Chapitre 2) un minéral silicaté dans lequel les tétraèdres de silice sont constitués de feuillets

phosphate (Chapitre 2) un minéral dont l'anion est PO43-

zone photique (Chapitre 18) les 200 mètres supérieurs de l'océan ou d'un lac, où, selon la turbidité de l'eau, la lumière peut pénétrer

éruption phréatique (Chapitre 4) une éruption volcanique à vapeur qui se produit lorsque l'eau de surface ou proche de la surface est chauffée par l'activité volcanique

phyllite (Chapitre 7) une roche métamorphique avec un clivage ardoisé et un éclat en surface produit par des micas alignés

oreiller (Chapitre 4) une masse en forme de coussin de roche volcanique (généralement du basalte) formée lorsque le magma éclate sous la surface

lave d'oreiller (Chapitre 4) une roche volcanique (généralement du basalte) composée principalement d'oreillers

tuyau (Chapitre 3) un corps cylindrique de roche ignée, résultant généralement d'un conduit d'alimentation vers un volcan

assiette (Chapitre 1) une région de la lithosphère considérée comme se déplaçant à la surface de la Terre comme une seule unité

tectonique des plaques (Chapitre 1) le concept selon lequel la croûte terrestre et le manteau supérieur (lithosphère) sont divisés en un certain nombre de plaques qui se déplacent indépendamment à la surface et interagissent les unes avec les autres à leurs frontières

éruption plinienne (Chapitre 4) une grande éruption volcanique dans laquelle une colonne de téphra chaud et de gaz s'élève à plusieurs kilomètres dans l'atmosphère

pluton (Chapitre 3) un corps de roche ignée intrusive

podsol (Chapitre 55) un sol aux horizons bien développés formé dans les régions forestières tempérées

podsolisation (Chapitre 5) le processus de formation du podsol

chemin d'errance polaire (Chapitre 10) un chemin de différentes positions des pôles magnétiques défini par les données paléomagnétiques (en fait, il est maintenant compris que les continents ont erré, pas les pôles, donc un terme plus approprié est « chemin d'errance polaire apparent »)

polymériser (Chapitre 3) la formation de chaînes moléculaires au sein d'un fluide (par exemple, un magma) qui entraînent une augmentation de la viscosité du fluide

polymorphes (Chapitre 7) deux minéraux ou plus avec la même formule chimique mais des structures cristallines différentes

porosité (Chapitre 14) le pourcentage d'espace poreux ouvert dans un corps de roche ou de sédiment

porphyrique (Chapitre 3) une texture ignée dans laquelle certains des cristaux sont nettement plus gros que les autres

gisement de porphyre (Chapitre 20) un gisement minéral (de cuivre ou de molybdène notamment) dans lequel une partie de la roche hôte est un stock porphyrique

commentaire positif (Chapitre 19) un processus qui entraîne une augmentation de ce processus (dans le contexte du changement climatique, il s'agit d'un processus qui améliore le changement climatique, tel que la réflectivité réduite de la surface de la Terre lorsque la glace fond)

feldspath potassique (Chapitre 2) feldspath de formule KAlSi3O8

surface potentiométrique (Chapitre 14) la surface imaginaire définie par les niveaux auxquels l'eau monterait dans une série de puits forés dans un aquifère captif

précession (Chapitre 19) dans le contexte des Cycles de Milankovitch, la variation de la direction vers laquelle pointe l'axe de rotation de la Terre

principe des relations transversales (Chapitre 6) le principe selon lequel un corps rocheux qui traverse ou traverse un autre corps rocheux est plus jeune que cet autre corps

principe de succession faunique (Chapitre 6) le principe selon lequel la vie sur Terre a évolué de manière ordonnée, et que nous pouvons nous attendre à toujours trouver des fossiles d'un type spécifique dans des roches d'un âge spécifique

principe des inclusions (Chapitre 6) le principe selon lequel les inclusions au sein d'un corps rocheux doivent être plus anciennes que la roche

principe d'horizontalité originelle (Chapitre 6) le principe selon lequel les lits sédimentaires sont originellement déposés en couches horizontales

principe de superposition (Chapitre 6) le principe selon lequel dans une séquence de roches stratifiées qui n'est pas renversée ou interrompue par des failles, la plus ancienne sera en bas et la plus jeune en haut

proglaciaire (Chapitre 16) se référant à la zone devant un glacier

proton (Chapitre 2) une particule subatomique avec une masse de 1 et une charge de 1

disque protoplanétaire (Chapitre 22) un nuage de gaz et de poussière en rotation entourant une jeune étoile

pierre ponce (Chapitre 4) une roche volcanique felsique hautement vésiculaire (généralement composée principalement de verre)

onde p (Chapitre 9) une onde de corps sismique qui se caractérise par la déformation de la roche dans la même direction que la propagation de l'onde (vibration de compression)

pyroclastique (Chapitre 4) matériau volcanique formé lors d'une éruption explosive

courant de densité pyroclastique (Chapitre 4) un corps de roche pyroclastique chaude et de gaz qui s'écoule rapidement le long du flanc d'un volcan

pyroxène (Chapitre 2) un minéral de silicate à chaîne unique

quartz (Chapitre 2) un minéral silicaté de formule SiO2

grès quartzeux (Chapitre 6) un grès dont plus de 90% des grains sont du quartz

quartzite (Chapitre 7) une roche métamorphique formée à partir du contact ou du métamorphisme régional du grès

radial (Chapitre 13) un modèle de ruisseaux rayonnant à partir d'un point central, généralement une montagne isolée

radioactivité (Chapitre 9) la transformation naturelle des isotopes instables en nouveaux éléments

radiolaires (Chapitre 18) protozoaires marins microscopiques (0,1 à 0,2 millimètre) qui produisent des coquilles de silice

Vague de Rayleigh (Chapitre 11) une onde sismique de surface, avec mouvement vertical

recharger (Chapitre 14) le transfert des eaux de surface dans le sol pour devenir des eaux souterraines

zone de recharge (Chapitre 14) une zone d'un aquifère où la recharge est prédominante sur le débit

rectangulaire (Chapitre 13) un modèle de drainage dans lequel les affluents coulent généralement à angle droit les uns par rapport aux autres et se rencontrent à angle droit

pli couché (Chapitre 12) un pli qui est renversé de telle sorte que ses membres sont proches de l'horizontale

décalage vers le rouge (Chapitre 22) l'augmentation de la longueur d'onde de la lumière résultant du fait que la source de la lumière s'éloigne de l'observateur

récif (Chapitre 17) un monticule de carbonate formé dans des environnements marins tropicaux peu profonds par des coraux, des algues et un large éventail d'autres organismes

métamorphisme régional (Chapitre 7) métamorphisme causé par l'enfouissement de la roche mère à des profondeurs supérieures à 5 kilomètres (se produit généralement sous les chaînes de montagnes et s'étend sur des zones de centaines de km 2 )

magnétisme résiduel (Chapitre 10) magnétisme d'un corps de roche qui s'est formé au moment où la roche s'est formée et est cohérent avec l'orientation du champ magnétique qui existait à ce moment et à cet endroit

roche réservoir (Chapitre 20) Roche dans laquelle le pétrole a migré et est maintenant piégé

sol résiduel (Chapitre 5) sol formé par l'altération de la roche ou des sédiments sous-jacents

métamorphisme rétrograde (Chapitre 7) métamorphisme qui a lieu à une température inférieure à celle à laquelle la roche s'est formée à l'origine ou a été métamorphisée auparavant

défaut inverse (Chapitre 12) une faille non verticale le long de laquelle le mur supérieur (surface supérieure) s'est déplacé vers le haut par rapport au mur inférieur

rhyolite (Chapitre 3) une roche volcanique felsique

poussée de crête (Chapitre 10) le concept selon lequel au moins une partie du mécanisme du mouvement des plaques est la poussée de la lithosphère océanique vers le bas à partir d'une zone de crête

courant d'arrachement (Chapitre 17) un fort écoulement d'eau vers l'extérieur d'une plage

ondulation (Chapitre 6) sur une série de petites crêtes parallèles formées dans des sédiments qui se sont accumulés dans l'eau en mouvement ou le vent

enrochement (Chapitre 17) fragments de roche angulaires, généralement de la taille d'un rocher, utilisés pour protéger les pentes et les rivages contre l'érosion

roche moutonnée (Chapitre 16) un produit de glaciation dans lequel une saillie du substratum rocheux est érodée en une forme profilée qui a un bord d'attaque brisé ou déchiqueté (en aval de la glace)

avalanche de pierres (Chapitre 15) un écoulement turbulent rapide de fragments de substrat rocheux brisé le long d'une pente raide

lac du bassin rocheux (Chapitre 16) un lac situé dans un bassin rocheux creusé à l'extrémité supérieure d'un glacier alpin

cycle des roches (Chapitre 3) la série de processus par lesquels les roches sont transformées d'un type à un autre

chute de pierres (Chapitre 15) la chute ou le rebond presque vertical d'un rocher libéré d'une pente raide

éboulement (Chapitre 15) le mouvement de translation d'un corps rocheux essentiellement intact le long d'une pente (les glissements rocheux sont généralement lents, car une fois qu'ils commencent à se déplacer rapidement, le corps rocheux se fragmente puis s'écoule sous forme d'avalanche rocheuse)

ruissellement (Chapitre 14) écoulement de l'eau le long d'une pente, soit à travers la surface du sol, soit à l'intérieur d'une série de canaux

rupture (Chapitre 11) rupture de roche soumise à des contraintes, entraînant généralement un tremblement de terre

surface de rupture (Chapitre 11) la zone sur laquelle la rupture de roche a lieu lors d'un tremblement de terre

limogé (Chapitre 15) un escarpement ou un creux au sommet d'un glissement rocheux lent (sackungen)

saltation (Chapitre 13) le rebond des particules le long du fond d'un cours d'eau ou d'un désert

sable (Chapitre 6) un fragment minéral ou rocheux dont la taille varie de 1/16e à 2 millimètres

grès (Chapitre 1) une roche qui est principalement composée de particules de la taille du sable

sandur (Chapitre 16) une vaste région de sable et de gravier déposés par des ruisseaux sortant d'un glacier (identique à la plaine d'épandage)

zone saturée (Chapitre 14) la partie d'un aquifère, ou de tout corps rocheux, qui est saturé d'eau

schiste (Chapitre 1) une roche métamorphique avec des cristaux de mica alignés visibles

grotte marine (Chapitre 17) une grotte peu profonde formée sur un rivage rocheux par l'érosion des vagues

falaise de la mer (Chapitre 17) un escarpement côtier qui s'érode généralement à l'intérieur des terres en raison de l'action des vagues

expansion des fonds océaniques (Chapitre 10) la formation d'une nouvelle croûte océanique par volcanisme à une frontière de plaque divergente

effondrement du secteur (Chapitre 4) l'effondrement soudain d'une partie importante du flanc d'un volcan

Roche sédimentaire (Chapitre 3) roche qui s'est formée par la lithification des sédiments

sédiments (Chapitre 3) particules non consolidées de minéraux ou de roches

sismique (Chapitre 11) relatif aux tremblements de terre

moment sismique (Chapitre 11) une mesure de l'énergie d'un séisme basée sur les vibrations à ondes longues, ou sur le produit de la zone de faille et du déplacement

sondage sismique réflexion (Chapitre 10) mesure des propriétés des sédiments basée sur la détection des sons générés à la surface et réfléchis par les couches sous la surface

septae (Chapitre 8) cloisons calcaires entre les chambres d'habitation successives d'un céphalopode

système septique (Chapitre 14) un système construit pour faciliter la dispersion et la détoxification des eaux usées (comprend généralement une fosse septique et un champ de drainage)

arbre (Chapitre 20) une ouverture verticale dans une mine

schiste argileux (Chapitre 6) une roche riche en limon et en argile qui présente des signes de stratification

force de cisaillement (Chapitre 15) la composante de la force gravitationnelle dans la direction parallèle à une pente

résistance au cisaillement (Chapitre 15) la force d'un corps de roche ou de sédiment qui contrecarre la force de cisaillement

contrainte de cisaillement (Chapitre 12) la contrainte exercée sur un corps de roche ou de sédiment adjacent à une faille

digues bâchées (Chapitre 10) une série de dykes presque verticaux formés à proximité d'une crête d'étalement lorsque le magma provenant des profondeurs s'écoule dans des fractures formées par des forces d'extension

feuille de silicate (Chapitre 2) un minéral de silicate dans lequel les tétraèdres de silice sont combinés dans des feuilles

draps (Chapitre 5) écoulement d'eau de surface, généralement lié à un événement de fortes précipitations

bouclier (Chapitre 4) une région de roche cristalline ancienne (typiquement précambrienne) (équivalent à un craton)

volcan bouclier (Chapitre 4) un volcan à profil bas formé principalement d'éruptions de magma mafique de faible viscosité

SIAL (sialique) (Chapitre 10) se référant à la roche ou au magma dans lesquels la silice et l'aluminium sont les composants prédominants (généralement équivalent à felsique)

silice (Chapitre 2) une forme du quartz minéral (SiO2)

tétraèdre de silice (Chapitre 2) une combinaison de 1 atome de silicium et 4 atomes d'oxygène qui forment un tétraèdre

silicate (Chapitre 1) un minéral qui comprend des tétraèdres de silice

silicium (Chapitre 2) le 14e élément

silicone (Chapitre 2) résine ou calfeutrage à base de chaînes silicium-oxygène et de diverses molécules organiques

seuil (Chapitre 3) une intrusion ignée parallèle à la stratification existante dans la roche encaissante

limon (Chapitre 6) particules sédimentaires dont la taille varie de 1/256e à 1/16e de millimètre

SIMA (simatique) (Chapitre 10) se référant à la roche ou au magma dans lesquels la silice, le magnésium et le fer sont les composants prédominants (généralement équivalent au mafique)

skarn (Chapitre 7) le métamorphisme de contact (et métasomatisme) du calcaire

traction de dalle (Chapitre 10) le concept selon lequel au moins une partie du mécanisme du mouvement des plaques est l'attraction de la lithosphère océanique vers le bas dans le manteau

ardoise (Chapitre 7) une roche métamorphique à grain fin qui se divise facilement en feuilles

décolleté ardoisé (Chapitre 7) la tendance de l'ardoise ou de la phyllite à se diviser en feuilles (notez que c'est la seule situation dans ce manuel où le terme « clivage » est appliqué à une roche par opposition à un minéral)

glisser (Chapitre 15) le mouvement descendant de roches ou de sédiments sur une pente en tant que masse intacte

marasme (Chapitre 15) un glissement dans lequel la nature du mouvement est de rotation (généralement ne se développe que dans les sédiments non consolidés)

smectite (Chapitre 2) un minéral de silicate en feuille à grain fin qui peut accepter des molécules d'eau dans les espaces intercalaires, ce qui entraîne un gonflement

fonderie (Chapitre 20) une raffinerie dans laquelle les minéraux sont traités pour produire des métaux purs

ligne de neige (Chapitre 22) en astronomie le rayon autour d'une étoile au niveau duquel représente la frontière entre les gaz (ou liquides) et les solides

horizon du sol (Chapitre 5) une couche, dans un sol bien développé, qui est physiquement ou chimiquement différente des couches supérieures ou inférieures

système solaire (Chapitre 22) une étoile et les planètes qui l'entourent

vent solaire (Chapitre 22) un flux de particules ionisées (chargées) loin du Soleil

solution solide (Chapitre 2) la substitution d'un élément à un autre dans un minéral (par exemple, le fer peut remplacer le magnésium dans le minéral olivine)

solifluxion (Chapitre 15) l'écoulement de sédiments ou de sol saturés d'eau sur un substrat plus solide et moins perméable

Roche mère (Chapitre 20) la roche sédimentaire d'où provient le pétrole avant sa migration dans une roche réservoir

spéléothème (Chapitre 6) une caractéristique formée en solution dans une grotte calcaire (par exemple, une stalactite)

cracher (Chapitre 17) un dépôt de sable ou plus grossier s'étendant du rivage jusqu'en eau libre

le printemps (Chapitre 14) l'écoulement des eaux souterraines à la surface

empiler (Chapitre 17) une île rocheuse proéminente qui est un vestige de l'érosion d'un promontoire

étape (Chapitre 13) le niveau d'eau dans un cours d'eau

stalactite (Chapitre 6) un spéléothème en forme de cône qui est suspendu au toit d'une grotte

stalagmite (Chapitre 6) un spéléothème en forme de cône qui se forme sur le sol d'une grotte

piscine (Chapitre 13) une caractéristique du débit d'un cours d'eau dans lequel l'eau s'écoule d'un bassin à un autre, généralement sur un cours d'eau à forte pente

Stock (Chapitre 3) un pluton irrégulier avec n zone exposée inférieure à 100 km 2

s'arrêter (Chapitre 3) la fracturation et l'incorporation de fragments de roche encaissante lorsqu'un corps magmatique se déplace vers le haut à travers la croûte

souche (Chapitre 12) la déformation de la roche qui est soumise à des contraintes

traînée (Chapitre 2) la marque laissée sur une assiette en porcelaine lorsqu'un échantillon minéral est réduit en poudre en étant frotté sur l'assiette (généralement considérée comme fournissant une représentation plus fiable de la couleur que l'échantillon entier)

flux (Chapitre 13) toute étendue d'eau courante

stress (Chapitre 12) une force appliquée à un rocher

transfert de stress (Chapitre 11) le changement du modèle de contrainte sur une région de la roche à la suite d'un tremblement de terre (généralement, la contrainte est réduite dans la zone d'une zone de rupture, mais est augmentée ailleurs dans le voisinage)

la grève (Chapitre 12) la direction de la boussole d'une ligne horizontale sur une surface inclinée (par exemple, plan d'assise, fracture, etc.)

faille de décrochement (Chapitre 12) une faille caractérisée par un mouvement proche de l'horizontale et parallèle à la direction d'impact de la faille

éruption subaérienne (Chapitre 4) une éruption volcanique qui a lieu sur terre

éruption subaquatique (Chapitre 4) une éruption volcanique qui se déroule sous l'eau

subjugué (Chapitre 1) lorsqu'une partie d'une plaque est forcée sous une autre plaque le long d'une zone de subduction

zone de subduction (Chapitre 10) la région en pente le long de laquelle une plaque tectonique descend dans le manteau sous une autre plaque

sous-glaciaire (Chapitre 16) sous un glacier

sulfate (Chapitre 2) un minéral dont l'anion est SO42-

sulfure (Chapitre 2) un minéral dont l'anion est S2-

supergroupe (Chapitre 21) une série stratigraphiquement continue de groupes apparentés

superterrain (Chapitre 21) un certain nombre de terranes contigus

supraglaciaire (Chapitre 16) à la surface d'un glacier

zone de surf (Chapitre 17) la zone littorale où les vagues se brisent en surf

suture (Chapitre 8) la ligne à la surface d'un céphalopode qui marque la limite entre un septum et l'enveloppe externe

clapotis (Chapitre 17) le mouvement ascendant d'une vague sur une plage (se produit généralement au même angle que les vagues s'approchent du rivage)

onde s (Chapitre 9) une onde de corps sismique qui se caractérise par une déformation de la roche transversalement à la direction dans laquelle l'onde se propage

symétrique (Chapitre 12) un pli dans lequel les membres sont au même angle par rapport à la charnière

synclinal (Chapitre 12) un pli descendant où les lits sont connus pour ne pas être renversés

synformer (Chapitre 12) un pli descendant où l'on ne sait pas si les lits sont renversés

résidus (Chapitre 20) les stériles à grain fin d'une usine utilisée pour concentrer les minerais

pente d'éboulis (Chapitre 15) un dépôt en pente de fragments rocheux anguleux à la base d'un escarpement rocheux

tarn (Chapitre 16) un lac dans un bassin rocheux

plaque tectonique (Chapitre 1) une région de la lithosphère considérée comme se déplaçant à la surface de la Terre comme une seule unité

changement tectonique du niveau de la mer (Chapitre 17) changement relatif du niveau de la mer lié au mouvement vertical d'un bloc crustal causé par des processus tectoniques

téphra (Chapitre 4) fragments de roche volcanique (y compris les cendres volcaniques) éjectés lors d'une éruption explosive

moraine terminale (Chapitre 16) et la moraine terminale qui marque l'avancée la plus avancée d'un glacier

terrain (Chapitre 7) un bloc de croûte qui a des caractéristiques géologiques qui se distinguent des régions voisines, et est supposé avoir été déplacé d'ailleurs par des processus tectoniques

planète terrestre (Chapitre 22) une planète avec un manteau et une croûte rocheux et un noyau métallique (par exemple, la Terre)

terrigène (Chapitre 18) se référant aux particules sédimentaires qui ont pris naissance sur un continent

test (Chapitre 6) les parties dures en forme de coquille (silice ou carbonate) de petits organismes tels que les radiolaires et les foraminifères

faille de poussée (Chapitre 11) une faille inversée à faible angle

jusqu'à (Chapitre 16) sédiments non triés transportés et déposés par la glace glaciaire

inclinomètre (Chapitre 4) un instrument sensible utilisé pour surveiller les changements subtils de l'inclinaison de la terre, en particulier dans les études de volcans actifs

tombolo (Chapitre 17) un sable ou un dépôt plus grossier reliant une île ou une proéminence rocheuse à une plus grande étendue de terre

traction (Chapitre 13) une force qui contribue au mouvement des particules situées sur le lit d'un cours d'eau ou le fond du désert

faute de transformation (Chapitre 10) une frontière entre deux plaques qui se déplacent horizontalement l'une par rapport à l'autre

travertin (Chapitre 6) un dépôt de carbonate de calcium qui se forme dans les sources, les sources chaudes ou dans les grottes calcaires

treillis (Chapitre 13) un modèle de drainage dans lequel les affluents s'écoulent généralement parallèlement les uns aux autres mais se rencontrent à angle droit

gâchette (Chapitre 15) un événement, tel qu'un tremblement de terre ou une forte pluie, qui déclenche l'apparition d'un événement de perte de masse

creux (Chapitre 17) le point le plus bas d'une vague

éperon tronqué (Chapitre 16) l'extrémité abrupte d'une crête ou d'une arête qui a été érodée par un glacier de la vallée principale

tsunami (Chapitre 11) une onde de grande longueur d'onde produite par le mouvement vertical du fond de l'océan ou d'un grand lac, généralement liée soit à un tremblement de terre soit à un événement de perte de masse sous-marine

tuf (Chapitre 6) une forme de travertin qui est particulièrement poreuse car elle se forme autour du matériel végétal existant.

tuya (Chapitre 4) une colline ou une montagne volcanique à sommet plat qui s'est formée lorsqu'une éruption a eu lieu sous un glacier et la fonte a conduit à la formation d'un lac qui a ensuite entraîné l'érosion par les vagues du sommet du volcan

aquifère libre (Chapitre 14) un aquifère qui n'est pas recouvert par une couche de confinement

discordance (Chapitre 8) une limite géologique à la base d'une couche sédimentaire

gisement d'uranium de type discordance (Chapitre 20) un gisement d'uranium qui s'est formé à une non-conformité entre le grès et la roche plus ancienne

densité non compressée (Chapitre 22) la densité de matière planétaire qu'elle aurait elle n'a pas été comprimée par la force gravitationnelle de la planète

réservoir de stockage souterrain (Chapitre 14) (UST) un réservoir souterrain pour le stockage de liquides, le plus souvent pour le carburant liquide

zone non saturée (Chapitre 14) la roche ou les sédiments au-dessus de la nappe phréatique

Vallée en U (Chapitre 16) une vallée relativement droite avec un fond plat et des flancs escarpés qui a été sculptée par un glacier de vallée

glacier de la vallée (Chapitre 16) un glacier formé dans une région montagneuse et confiné dans une vallée (comme un glacier alpin)

varve (Chapitre 16) une couche reconnaissable dans les sédiments qui représente une seule année de dépôt

vésiculaire (Chapitre 3) une texture ignée caractérisée par des trous laissés par des bulles de gaz

verre volcanique (Chapitre 2) magma qui s'est refroidi en quelques minutes, ne laissant pas le temps à la formation de cristaux

sulfure massif encaissé par des volcans (Chapitre 20) un gisement minéral encaissé dans des roches volcaniques et comprenant des zones où la majeure partie de la roche est constituée de minéraux sulfurés (y compris des minerais et de la pyrite)

wacke (Chapitre 6) un grès avec plus de 15% d'argile et de limon

niveau hydrostatique (Chapitre 14) la surface supérieure de la zone saturée dans un aquifère libre

base d'onde (Chapitre 17) la profondeur de l'eau qui est affectée par le mouvement orbital sous la surface de l'action des vagues (environ la moitié de la longueur d'onde)

plate-forme en forme de vague (Chapitre 17) un banc de roche presque horizontal érodé par les vagues dans la zone de surf (équivalent à une terrasse taillée dans les vagues)

longueur d'onde (Chapitre 17) la distance entre les crêtes de deux vagues

érosion (Chapitre 5) une gamme de processus se déroulant dans l'environnement de surface, par lesquels la roche solide est transformée en sédiments et en ions en solution

Bassin sédimentaire de l'Ouest canadien (Chapitre 21) un grand bassin dans l'intérieur ouest du Canada, à l'est des montagnes Rocheuses, s'étendant du nord des États-Unis aux Territoires du Nord-Ouest

Glaciation du Wisconsin (Chapitre 16) l'avancée la plus récente des glaciations du Pléistocène, s'étendant de 85 à 11 ka

xénolite (Chapitre 3) un fragment de pays incorporé dans la roche ignée, généralement à la suite de l'abattage

ruisseau de jeunesse (Chapitre 13) un ruisseau qui creuse activement sa vallée dans une zone qui a été récemment soulevée

zone d'ablation (Chapitre 16) la partie d'un glacier, au-dessous de la ligne d'équilibre, où il y a une perte nette de masse de glace due à la fonte et au vêlage

zone d'accumulation (Chapitre 16) la partie d'un glacier, au-dessus de la ligne d'équilibre, où il y a un gain net de masse de glace parce que toute la neige qui tombe chaque hiver n'est pas capable de fondre pendant l'été suivant


Glossaire des termes

Abrasion : usure des surfaces rocheuses par les grains minéraux et rocheux lors du transport.

Plaine abyssale : fond océanique profond (généralement de 2 à 6 km de profondeur), généralement plat, à l'exception des montagnes volcaniques occasionnelles et des dorsales médio-océaniques.

Algues : plantes qui poussent principalement dans la mer. La plupart sont des organismes microscopiques qui flottent dans les eaux de surface (plancton).

Alignement (des minéraux) : les grains minéraux ont tendance à s'aligner dans la même direction dans les roches métamorphiques, conduisant souvent à une foliation.

Cône alluvial : dépôt en forme d'éventail formé lorsqu'une rivière ou une crue éclair ralentit et déverse rapidement sa charge de sédiments.

Andésite : Roche ignée, à grain fin, de couleur grise, formée à partir d'un type de lave assez visqueux.

Angulaire : mot utilisé pour décrire les grains de sédiments qui n'ont pas été très arrondis au cours du transport.

Anticlinal : Un pli rocheux qui se gonfle vers le haut au milieu.

« Frêne » - volcanique : petits fragments de roche et de pierre ponce projetés par les éruptions explosives d'un volcan, souvent déposés sur de vastes zones.

Attrition : usure et arrondissage des cailloux et grains de roche en cours de transport.
Retour au sommet

Basalte : roche ignée, à grain fin, de couleur presque noire, formée à partir d'un type de lave assez coulant (par exemple à Hawaï).

Batholite : Une grande intrusion de roche ignée, généralement du granite, s'est formée profondément sous la surface de sorte que la roche s'est refroidie très lentement.

Plage : sédiments (cailloux, sable, boue) déposés par la mer le long du rivage.

Litière, plans de litage : stratification formée dans les roches sédimentaires au fur et à mesure que le taux de dépôt de sédiments varie. Les limites de couche sont appelées plans de stratification.

Charge de fond : gravier et sable transportés le long du lit d'une rivière par traction et saltation.

Altération biologique : dégradation de la roche (voir altération) par l'action de bactéries, de plantes et d'animaux.

Argile à blocs : mélange d'argile, de cailloux et de blocs déposés par des calottes glaciaires.

"Bombes" - volcaniques : morceaux de roche et/ou de lave projetés d'un volcan lors d'une éruption.

Enfouissement : recouvrement des sédiments par de plus en plus de couches, conduisant au compactage et à la cimentation des grains.
Retour au sommet

Calcite : Un minéral commun qui pétille avec de l'acide dilué et est le composant principal du calcaire. Chimiquement connu sous le nom de carbonate de calcium.

Carbonate de calcium : nom chimique de la calcite minérale.

Cimentation : les grains de sédiments de ciment sont collés ensemble (cimentés) par des minéraux déposés à partir de la solution dans les eaux souterraines, transformant les sédiments en roche.

Craie : calcaire blanc presque entièrement constitué de plaquettes microscopiques de calcite (coccolithes) produites par des algues planctoniques.

Altération chimique : dégradation de la roche (voir altération) par réaction chimique avec l'air, l'eau et les acides dissous.

Argile : grains minéraux microscopiques formés par l'altération chimique des roches - le composant principal de toute boue spongieuse !

Charbon : roche sédimentaire constituée de matière végétale comprimée et carbonisée. Un &ldquofossile important&rdquo

Gros grain : roche dont les grains (cristaux ou particules de sédiments) sont à peu près de la taille d'un pois ou plus gros.

Coccolithes : plaquettes microscopiques de calcite formées par des algues microscopiques. Composant principal de la craie.

Joints colonnaires : fissures qui forment de longs piliers (colonnes), souvent à six côtés, dues à la contraction lorsque certaines coulées de lave se refroidissent (par exemple, la Chaussée des Géants).

Compactage : processus par lequel les grains de sédiments se rapprochent les uns des autres pendant l'enfouissement.

Compression : processus où les roches sont écrasées par le poids de la roche sus-jacente, ou comprimées par d'énormes forces tectoniques, entraînant souvent des plis.

Conglomérat : roche formée principalement de cailloux ou de rochers qui se sont cimentés entre eux.

Plateau continental : région de mer relativement peu profonde (généralement moins de 200 m de profondeur) autour du bord d'un continent.

Contraction : retrait résultant du refroidissement (par exemple dans les roches ignées).

Métamorphisme de contact : métamorphisme résultant de températures élevées proches d'une intrusion de magma chaud.

Corail : créatures marines simples qui construisent des structures de carbonate de calcium, formant parfois des récifs (par exemple, la Grande Barrière de Corail, Australie).

Cratère : Creux ou dépression, généralement au sommet d'un volcan, mais parfois causé par des impacts de météores.

Fluage (grains de sédiments) : mouvement lent et glissant de petits cailloux le long des surfaces désertiques en raison de l'impact des grains de sable transportés par le vent.

Stratification croisée : couches formées selon un angle (généralement d'environ 20 degrés par rapport à l'horizontale) lorsque les sédiments sont déposés par l'écoulement de l'eau ou du vent.

Croûte (de la Terre) : couche la plus externe (en moyenne 20 km d'épaisseur) de la Terre composée de roches similaires à celles observées à la surface

Cristal : un solide minéral avec une structure atonique régulière, ayant souvent une forme régulière et se fendant le long de surfaces planes et brillantes.

Cristalline (roche) : roche constituée de cristaux imbriqués. Les roches ignées et métamorphiques sont presque toutes cristallines, tout comme les gisements de sel.

Cristallisation : processus par lequel des cristaux solides se forment lorsque la roche en fusion (magma ou lave) se refroidit ou qu'une solution (comme l'eau de mer) s'évapore.
Retour au sommet

Déformation : où les foyers agissant sur les roches changent de forme par pliage, failles et recristallisation.

Delta : embouchure d'une rivière où une rivière se divise en de nombreux canaux car elle dépose des sédiments à la rencontre d'un lac ou de la mer (par exemple, le Mississippi).

Dépôt : processus de décantation des grains de sédiments provenant de l'eau ou du vent (généralement lorsque le débit ralentit) ou de la glace (lorsqu'elle fond).

Désert : une région à très faible pluviométrie. La plupart des déserts sont chauds, comme le Sahara, mais il y a aussi des déserts froids.

Dyke : intrusion de roche ignée, formée lorsque le magma s'écoule vers la surface à travers des fissures ou des failles, traversant les couches rocheuses. Retour au sommet

Tremblements de terre : tremblements de terre provoqués par l'énergie libérée lorsque la roche de part et d'autre d'une faille se déplace soudainement.

Éruption effusive : une éruption volcanique où de la lave chaude et coulante est produite, plutôt que de violentes explosions de cendres et de gaz.

Estuaire : partie à marée d'une rivière vers son embouchure (par exemple, estuaire de la Tamise, Royaume-Uni).

Érosion : décomposition et enlèvement de matériaux rocheux par l'écoulement de l'eau, le vent ou la glace en mouvement. A ne pas confondre avec l'altération !

Eruption (volcanique) : fuite de roche en fusion (magma) à la surface de la Terre. Une série d'éruptions (sur de nombreuses années) construit progressivement un volcan.

Évaporation : assèchement de l'eau de mer (généralement) dans les climats chauds et secs, laissant derrière lui des dépôts de sels minéraux cristallisés.

Exfoliation : un processus d'altération où les couches superficielles de roche se décollent un peu comme de la peau morte !

Expansion : une croissance de volume qui se produit lorsque la plupart des solides deviennent plus chauds, mais aussi lorsque l'eau gèle pour former de la glace.

Éruption explosive : une éruption volcanique où des magmas visqueux et riches en gaz éclatent sous forme d'explosions de matière pyroclastique ("bombes", pierre ponce et "cendres").

Extrusive (ignée) : roches formées par des éruptions à la surface de la Terre (voir volcanique).
Retour au sommet

Failles : fissures profondes causées par le mouvement de la roche lors des tremblements de terre. Différents types de roches sont souvent observés de chaque côté d'une faille.

Feldspath : un minéral commun dans les roches ignées et certaines roches métamorphiques.

À grain fin : une roche dans laquelle les grains (cristaux ou particules de sédiments) sont trop petits pour être vus facilement sans loupe.

Crue éclair : inondation soudaine d'eau, souvent fortement chargée de sédiments, produite par des tempêtes soudaines, en particulier dans les régions désertiques chaudes.

Plaine inondable : fond de vallée plat dans lequel serpente une rivière et qui peut être inondée de temps à autre après de fortes pluies.

Plis : flexion des couches rocheuses causée par la compression des roches, généralement dans le cadre de la construction de montagnes lorsque les plaques tectoniques se heurtent.

Feuilleté : une texture « écrasée » commune dans les roches métamorphiques (par exemple le schiste) où les cristaux de minéraux en plaques comme le mica se trouvent dans la même direction.

Fossile : toute trace de vie passée conservée dans un rocher (y compris les traces d'animaux et les terriers ainsi que les coquillages, les squelettes et les impressions de chair molle).

Fragmentaire (clastique) : constitué de grains de sédiments (fragments ou clastes) produits par l'érosion de roches plus anciennes, et/ou de fragments fossiles (par exemple des coquillages).

Gel-dégel : processus d'altération où l'eau s'infiltre dans les fissures, gèle et se dilate, coinçant progressivement les fissures ouvertes jusqu'à ce que la roche se brise.
Retour au sommet

Gabbro : roche ignée de couleur foncée, à gros grains, refroidie lentement en grandes intrusions (même composition chimique que le basalte).

Glacier, érosion glaciaire : une « rivière » de glace au mouvement lent qui érode rapidement les vallées profondes à cause des roches incrustées dans la base et les côtés du glacier.

Gneiss : roche métamorphique à gros grains présentant souvent une texture « rubanée » due à la séparation des minéraux de couleur pâle et foncée.

Grains (dans la roche) : cristaux minéraux ou particules de sédiments qui composent toutes les roches.

Granit : roche ignée gris clair ou rosâtre, à gros grains, refroidie lentement en grandes intrusions (même composition chimique que la pierre ponce).

Eaux souterraines : eau piégée dans les interstices entre les grains de roches (généralement des roches sédimentaires) sous la surface. Voir aussi porosité.
Retour au sommet

Calotte glaciaire : masse de glace couvrant une grande surface terrestre (comme au Groenland ou en Antactique aujourd'hui).

Roche ignée ignée : formée à partir de magma, soit en éruption d'un volcan, soit refroidie sous terre dans une intrusion. (latin : ignis = feu).

Imbrication : une texture de roche où les grains (cristaux minéraux dans les roches ignées et métamorphiques) s'emboîtent comme une mosaïque.

Intrusion (ignée) : un corps de roche ignée qui s'est refroidi et cristallisé à partir de magma profondément sous terre (voir aussi les seuils, les dykes et les batholites).

Invertébrés : animaux sans colonne vertébrale (vers, crustacés, insectes, etc.).
Retour au sommet

Lagune : zone d'eau peu profonde entourée de bancs de sable ou de récifs. Les lagons tropicaux peuvent également contenir de petits "récifs en plaques" qui poussent en leur sein.

Lahar : coulée de boue formée d'eau et de cendres volcaniques. Un danger majeur dans certaines régions du Japon, des Philippines, etc.

Glissement de terrain : terme général désignant un mouvement de masse de matériaux rocheux le long d'une pente (y compris les chutes de pierres, les glissements de terrain, les coulées de boue, etc.).

Glissement de terrain : mouvement de masse où la matière rocheuse (souvent de l'argile) glisse le long d'une pente le long d'une surface de glissement définie (souvent légèrement incurvée).

Lave : roche en fusion (par exemple, le basalte) a éclaté d'un volcan. Voir aussi magma (ce qui n'est pas tout à fait la même chose !)

Calcaire : roche sédimentaire composée en grande partie de carbonate de calcium (peinture d'acide dilué), généralement formée à partir de restes d'organismes vivants.

Lithosphère : couche externe de la Terre (manteau et croûte supérieurs) qui se comporte comme un certain nombre de "plaques" rigides et mobiles. Voir aussi la tectonique des plaques.

Dérive littorale : mouvement de sédiments le long d'un rivage par l'action des vagues.
Retour au sommet

Magma : roche en fusion contenant des gaz volcaniques dissous, sous la surface de la Terre.

Manteau : couche de roche chaude et dense profondément sous la surface (de 25 à 2500 km environ). Assez chaud pour couler lentement - voir la tectonique des plaques.

Mouvement de masse : tout mouvement descendant de roches ou de matériaux du sol sous l'effet de la gravité.

Marbre : roche métamorphique formée de calcaire - pétille également avec de l'acide dilué.

Méandres (rivière) : méandres naturels formés lorsqu'une rivière traverse sa plaine inondable.

À grain moyen : une roche dans laquelle les grains (cristaux ou particules de sédiments) sont suffisamment gros pour être vus sans aide, mais plus petits que la taille d'un pois.

Auréole métamorphique : région autour d'une intrusion où du magma chaud a « cuit » et altéré les roches environnantes. Voir aussi métamorphisme.

Roche métamorphique : une roche qui s'est recristallisée sous l'effet de la chaleur et/ou de la pression. Exemples : marbre, ardoise, schiste. Voir aussi métamorphisme.

Métamorphisme : processus de changement des roches (minéraux et texture) par la chaleur et/ou la pression (grec : méta = shange, morphos = apparence).

Mica : minéral à l'aspect brillant et floconneux. Commun dans le granit et les roches métamorphiques telles que le schiste et le gneiss.

Minéral : composé chimique naturel (par exemple, le carbonate de calcium), souvent avec une structure cristalline régulière. Les "blocs de construction" des roches.

Moraine : matériau rocheux transporté par un glacier déversé là où le glacier fond.

Coulée de boue : mouvement de masse de sol et d'eau formé après de fortes pluies. Les coulées de boue peuvent déplacer de gros rochers, des voitures, démolir des maisons. Voir aussi lahar.

Mudstone : une roche relativement molle formée en grande partie d'argile fine. Le mudstone compressé et floconneux est souvent appelé schiste.
Retour au sommet

Oolith : grain rond de carbonate de calcium formé par l'action de roulement des vagues dans l'eau de mer chaude très peu profonde. Voir aussi calcaire oolithique.

Calcaire oolithique : un calcaire à grains ronds (environ un mm de diamètre) appelés oolithes, formé par précipitation chimique dans l'eau de mer chaude et peu profonde.

Oxydation : un processus d'altération où les minéraux riches en fer réagissent (généralement) avec l'air pour former des oxydes brun rouille.
Retour au sommet

Pahoehoe : (hawaïen) - une surface « filandreuse » formée lorsque la lave refroidissante forme une « peau » qui se plisse et se tord au fur et à mesure que la lave coule en dessous.

Galets : fragments de roche (souvent arrondis) de 1 à 10 cm environ.

Pétrole : pétrole brut (avec le gaz de pétrole) occupant des espaces interstitiels dans certaines roches sédimentaires. Un &ldquofossile précieux&rdquo.

Altération physique : dégradation mécanique du matériau rocheux à la surface, par exemple par des changements de température.

Lave en coussin : lave qui a éclaté sous la mer, formant des formes "d'oreiller" caractéristiques lorsqu'elle entre en contact avec de l'eau froide.

Plancton : minuscules organismes vivants (plantes et animaux) qui flottent dans les eaux de surface de la mer, dérivant au gré des courants.

Plaque, tectonique des plaques : la tectonique des plaques décrit le mouvement lent des "plaques" rigides de la lithosphère en raison du mouvement (convection) du manteau en dessous.

Playa (lac) : lac temporaire dans un désert chaud, qui peut s'assécher partiellement ou totalement, entraînant des dépôts de sel formés par évaporation.

Cueillette (glaciaire) : érosion de la roche à la base d'un glacier lorsque la roche se fige dans la glace et est entraînée avec elle.

Poreux, porosité : roche (généralement sédimentaire) avec des espaces entre les grains, généralement remplis par les eaux souterraines. La porosité mesure la quantité d'espace poreux.

Pierre ponce : roche ignée très légère et « mousseuse » formée lors de l'éruption d'un magma riche en gaz, en particulier lors d'éruptions explosives de magma visqueux.

Pyroclastique : fragments de roche et de cendres volcaniques jetés d'un volcan (grec : pyros = feu et klastos = fragment).

Flux pyroclastique : flux dense de gaz chauds, de cendres volcaniques et de fragments de roche sortis d'un volcan, qui peut descendre à des vitesses de plus de 100 mph !
Retour au sommet

Quartz : minéral dur et résistant (gris/blanc/verre) dans le granit, nombreuses roches métamorphiques et grès. Dioxyde de silicium (SiO2).

Quartzite : Grès très dur, généralement presque blanc, constitué de grains de quartz cimentés ensemble par du SiO2. Retour au sommet

Recristallisation : changement de forme minérale (par exemple argile => mica) généralement dû à des réactions chimiques dans les roches au cours du métamorphisme. Aucune fusion impliquée.

Récif : monticule ou banc rocheux, proche de la surface de la mer. De nombreux récifs sont constitués d'organismes vivants tels que les coraux et les éponges.

Métamorphisme régional : métamorphisme de roches sur de grandes surfaces, résultant généralement à la fois de la chaleur et de la pression lors de la collision des plaques et de la formation de montagnes.

Faille inversée : une faille où la roche a remonté la surface de la faille contre la roche de l'autre côté en raison de la compression tectonique.

Rhyolite : roche ignée à grain fin formée à partir d'un type de lave très visqueux produite par certains volcans.

Vallée du Rift : grande vallée entre deux séries de failles normales opposées, résultant des forces de tension dans les roches. (par exemple, E.African Rift).

Marques d'ondulation : marques laissées sur les surfaces de sable par l'action des vagues (ondulations symétriques) ou des courants (ondulations asymétriques).

Roche : toute partie solide de la Terre - les roches sont constituées de nombreux minéraux constitutifs, tels que le quartz et la calcite.

Chute de pierres : mouvement de masse de roches depuis une falaise - exactement ce qu'il dit !

Sel gemme : sel (chlorure de sodium), déposé à partir de l'eau de mer lors de son évaporation dans un climat chaud, et formant maintenant des couches de roche sédimentaire.

Arrondi : mot utilisé pour décrire les grains minéraux et les fragments de roche qui se sont usés par l'attrition pendant le transport.
Retour au sommet

Sel : un composé chimique (métallique) qui peut se dissoudre dans l'eau. Le sel naturel le plus courant dans l'eau de mer est le chlorure de sodium, NaCl.

Saltation : mouvement rebondissant des grains de sable entraînés par le vent ou par l'eau qui coule (latin : saltare = sauter).

Sable : particules de sédiments de 0,1 à 2 mm de diamètre. La plupart des grains de sable sont faits de quartz, un minéral très dur et chimiquement résistant.

Grès : roche sédimentaire à grain moyen composée principalement de grains de sable qui ont été cimentés ensemble.

Schiste : roche métamorphique qui a une texture brillante, feuilletée, à grain moyen, contenant souvent beaucoup de mica.

Mer-pile : un pilier de roche, coupé de la terre par l'érosion des vagues. Exemples : Old Man of Hoy (Orkney), The Needles (île de Wight).

Sédiment : matière déposée par l'eau, le vent ou la glace. Comprend les cailloux, le sable, la boue, les restes organiques (par exemple les coquillages) et les sels laissés par l'évaporation.

Roche sédimentaire : toute roche constituée de grains de sédiments. Exemples : mudstone, grès, calcaire, sel gemme, charbon.

Schiste : Mudstone qui a été comprimé pour former une roche sédimentaire à grain fin, écailleuse et de couleur foncée.

Sill : une intrusion de roche ignée le long des plans de stratification des couches rocheuses environnantes (plutôt que de les traverser - voir dyke).

Ardoise : roche métamorphique formée par compression et chauffage de mudstone. Très utilisé pour la toiture car il se divise facilement en feuilles.

Fluage du sol : mouvement de masse descendant progressif du sol sur les versants escarpés.

Solution (charge) : sels minéraux, dissous dans l'eau et transportés par les rivières jusqu'à la mer.

Solution (altération) : processus d'altération chimique au cours duquel l'eau (généralement légèrement acide) dissout la roche, en particulier le calcaire.

Strates : couches de roche formées par le dépôt de sédiments (et parfois de lave et de matériaux pyroclastiques).

Faille décrochante : faille où une région rocheuse se déplace horizontalement devant une autre. Exemples : Excellent
Faille de Glen, Ecosse, faille de San Andreas, Californie.

Suspension (charge) : fines particules (en particulier l'argile) entraînées par l'écoulement de l'eau ou du vent elles finissent par se déposer dans des conditions plus calmes.

Syncline : un pli rocheux qui se gonfle vers le bas (« sinks ») au milieu.
Retour au sommet

Tectonique (forces) : forces qui étirent ou écrasent la croûte terrestre, et conduisent à des plis, des failles et la formation de montagnes (grec : tekton = constructeur).

Plaques tectoniques : portions rigides de la lithosphère qui se déplacent constamment, exerçant des forces énormes dans la croûte terrestre. Voir tectonique des plaques.

Tension : forces qui séparent les roches, entraînant des failles normales et des vallées de rift.

Texture (des roches) : décrit la taille des grains (grossier/moyen/fin), les formes (arrondies/angulaires) et les relations (par exemple cristallin/fragmentaire) dans les roches.

Faille de chevauchement : une faille inversée à faible pente où une région (souvent grande) de roche a glissé vers le haut et sur une autre.

Traction (charge) : roulage et glissement de graviers, cailloux et rochers le long d'un lit de rivière (parfois fond marin) par l'écoulement de l'eau.

Transport : mouvement des sédiments par l'eau, le vent ou la glace glaciaire.

Courants de turbidité : un mélange d'eau et de sédiments qui forme un fluide dense qui peut s'écouler jusqu'au fond de l'océan à une vitesse surprenante ! Retour au sommet

Discordance : une limite où un ensemble de couches rocheuses en coupe une autre, représentant un « espace » dans le temps géologique lorsque les roches étaient usées.

Soulèvement : lorsqu'une région est littéralement soulevée lorsque la croûte est comprimée par des forces tectoniques ou, parfois, suite à la fonte des calottes glaciaires. Retour au sommet

Évent :Ouverture par laquelle éclatent de la lave et des fragments de roche, généralement à l'intérieur d'un cratère volcanique.

Vésicules : bulles formées par les gaz volcaniques dans la lave, qui deviennent « gelées » lorsque la lave se refroidit.

Visqueux, viscosité : « visqueux » (haute viscosité) fait référence à des magmas épais comme de la mélasse (encore plus) et se déplacent très lentement. Faible viscosité = coulant.

Vocano, volcanique : montagne en forme de cône (parfois !) formée par des éruptions de lave et/ou pyroclastiques. Volcanique signifie "d'un volcan".

Cendres volcaniques : fragments de roche et de pierre ponce jetés hors des volcans par des éruptions explosives, Les particules les plus fines sont transportées sur de longues distances par les vents.

Gaz volcaniques : les gaz, comme la vapeur d'eau et le dioxyde de carbone, sont dissous dans le magma sous le sol, mais sont libérés à la surface lorsque la pression chute.
Retour au sommet

Plate-forme taillée dans les vagues : une zone plate de roche érodée par les vagues entre les marques de marée haute et basse.

Altération : dégradation lente de la roche à la surface de la Terre, due à des processus climatiques et biologiques. Voir aussi Physique, Chimique, Biologique. Retour au sommet


Glossaire des termes

Un vocabulaire commun avec des définitions claires favorise une communication efficace. Au fur et à mesure que la gestion des collections à travers l'USGS s'étend, cette liste de termes s'allongera et les définitions peuvent changer. Le glossaire ci-dessous est la version la plus récente en date du 10 septembre 2019. Veuillez consulter la section Mises à jour pour plus d'informations sur les révisions.

Norme à 4 points—Les informations standard minimales nécessaires pour évaluer les collections à conserver sont : (1) Quoi - numéro d'échantillon attribué sur le terrain ou autre identifiant unique, ainsi que des informations descriptives concernant ce qui est collecté (2) Où - informations géographiques localisant où le des échantillons ou des spécimens ont été collectés (3) Qui - collecteur et (4) Quand - date de collecte. [3]

Adhésion—Le processus d'acceptation formelle et d'établissement d'un titre légal permanent (propriété) et/ou de la garde d'un objet ou d'un spécimen ou d'un groupe d'objets et/ou de spécimens. [16] (voir aussi cession)

Acquisition— Une transaction par laquelle un ou plusieurs objets et (ou) spécimens est ou sont acquis de la même manière auprès d'une source à la fois pour une collection particulière. Terme de gestion immobilière équivalent à l'accession.

Collecte active—Collection contenant des matériaux issus de recherches en cours qui sont activement utilisés par les scientifiques du projet. De nouveaux échantillons sont ajoutés au fur et à mesure que la recherche se poursuit. À la fin du sujet de recherche, les matériaux seront évalués pour une conservation à long terme dans un référentiel approprié en tant que collection de ressources. [3]

Référentiel actif—Un établissement doté de politiques et de procédures qui régissent la gestion à long terme des collections dont il a la garde. Les dépôts géologiques contiennent à la fois des échantillons et leurs données géoscientifiques associées. (voir également référentiel éphémère référentiel inactif) [3]

Documents auxiliaires—Documents (par exemple, notes de terrain, échantillons de cartes de localisation, résultats analytiques, photographies, etc.) qui sont directement liés aux éléments de la collection. [3] (voir aussi documents associés enregistrements associés)

Évaluation—Le processus d'identification des documents offerts à une archive qui ont une valeur suffisante pour être acquis. [6] Le processus de détermination de la durée de conservation des enregistrements devrait être basé sur les exigences légales et sur leur utilité actuelle et potentielle. [6]

Thésaurus de l'art et de l'architecture (AAT)— Vocabulaire contrôlé pour décrire les objets d'art, d'architecture, d'arts décoratifs, de documents d'archives et de culture matérielle. L'AAT ne contient que des termes génériques, pas des noms propres. Utilisé par les musées, les bibliothèques d'art, les archives, les catalogueurs et les chercheurs en art et en histoire de l'art.

Documents associés—Les notes de terrain, cartes, résultats analytiques et autres preuves documentaires qui accompagnent une collection basée sur des objets. Toute la documentation générée par l'activité de collecte et d'analyse de spécimens ou d'objets ou d'autres ressources qui sont ou peuvent être acquises ultérieurement, telles que des formulaires de site, des notes de terrain, des dessins, des cartes, des photographies, des diapositives, des négatifs, des films, des fichiers numériques, de la vidéo et de l'audio. enregistrements, récits oraux, rapports de laboratoire. [1]

Enregistrements associés—Documents originaux (ou copies de ceux-ci) qui sont préparés, assemblés et documentent les efforts visant à localiser, évaluer, enregistrer, étudier, préserver ou récupérer une ressource préhistorique ou historique. Certains documents tels que les notes de terrain, les inventaires d'artefacts et les récits oraux peuvent être des originaux préparés à la suite du travail sur le terrain, de l'analyse et de la préparation du rapport. D'autres documents tels que les actes, les plans d'arpentage, les cartes historiques et les journaux intimes peuvent être des copies de documents publics ou d'archives originaux qui sont rassemblés et étudiés à la suite de recherches historiques. Les classes d'enregistrements associés (et exemples illustratifs) qui peuvent se trouver dans une collection comprennent, sans s'y limiter :

(i) Documents relatifs à l'identification, l'évaluation, la documentation, l'étude, la préservation ou la récupération d'une ressource (tels que les formulaires de site, les notes de terrain, les dessins, les cartes, les photographies, les diapositives, les négatifs, les films, les cassettes vidéo et audio, les récits oraux , inventaires d'artefacts, rapports de laboratoire, cartes et bandes informatiques, disques et disquettes informatiques, impressions de données informatisées, manuscrits, rapports et enregistrements d'acquisition, de catalogue et d'inventaire)

(ii) Enregistrements relatifs à l'identification d'une ressource à l'aide de méthodes et d'équipements de télédétection (tels que la photographie et l'imagerie satellitaires et aériennes, sonar à balayage latéral, magnétomètres, profileurs de sous-fond, radar et sondeurs)

(iii) Documents publics essentiels à la compréhension de la ressource (tels que les actes, les plans d'enquête, les registres militaires et de recensement, les actes de naissance, de mariage et de décès, les papiers d'immigration et de naturalisation, les formulaires et rapports fiscaux)

(iv) Documents d'archives essentiels à la compréhension de la ressource (tels que cartes historiques, dessins et photographies, manuscrits, plans architecturaux et paysagers, correspondance, journaux intimes, registres, catalogues et reçus) et

(v) Les dossiers administratifs relatifs à l'étude, à l'excavation ou à toute autre étude de la ressource (tels que les étendues des travaux, les demandes de propositions, les propositions de recherche, les contrats, les permis d'antiquités, les rapports, les documents relatifs à la conformité avec l'article 106 de la National Historic Preservation Loi (16 USC 470 f), et inscription au Registre national des lieux historiques et formulaires de détermination des critères d'éligibilité). [9]

Biobanque—Une grande collection de données biologiques ou médicales et d'échantillons de tissus, amassés à des fins de recherche.

Biopréservation—L'utilisation de microbiotes naturels ou contrôlés ou d'antimicrobiens comme moyen de prolonger la durée de conservation. Les bactéries bénéfiques ou les produits de fermentation produits par ces bactéries sont utilisés en bioconservation pour contrôler la détérioration et rendre les agents pathogènes inactifs.

Biodépôt—Un référentiel de matériaux biologiques qui collecte, traite, stocke et distribue des échantillons biologiques pour soutenir les futures recherches scientifiques. Les biodépôts peuvent contenir ou gérer des spécimens d'animaux, y compris des humains, et de nombreux autres organismes vivants.

Biosécurité—Procédures destinées à protéger les humains ou les animaux contre les maladies ou les agents biologiques nocifs.

Biospécimen—Échantillons de matériaux, tels que l'urine, le sang, les tissus, les cellules, l'ADN, l'ARN et les protéines provenant d'humains, d'animaux ou de plantes. Les biospécimens sont stockés dans un biodépôt et sont utilisés pour la recherche en laboratoire.

Biotechnologie— L'exploitation de procédés biologiques à des fins industrielles et autres, en particulier la manipulation génétique de micro-organismes pour la production d'antibiotiques, d'hormones, etc.

Commission d'enquête—Un comité permanent ou ad hoc, généralement nommé par des cadres supérieurs, composé généralement de trois à cinq membres pour un mandat déterminé, et chargé d'examiner ou d'enquêter sur les incidents impliquant la perte, l'endommagement ou la destruction de biens fédéraux Détermination de la responsabilité financière pour la perte ou l'endommagement de ces biens et l'autorisation de retirer les articles, s'il y a lieu, des registres officiels des biens. Les commissions d'arpentage examineront et enquêteront sur les incidents susmentionnés également pour les biens personnels du gouvernement responsables et non responsables. [dix]

Amortir—Tout matériau qui atténue les fluctuations de l'humidité relative (HR) de l'air enfermé dans un volume tel qu'une armoire. Par exemple, les housses en coton peuvent amortir les effets des changements d'humidité relative et de température sur les objets qu'elles recouvrent. Le gel de silice peut amortir les changements d'humidité relative dans une vitrine causés par l'allumage et l'extinction des lumières.

Catalogueverbe: Action de classer des objets en catégories et de les documenter avec des détails descriptifs et des numéros uniques d'identification ou descriptifs. nom: Un fichier ou une base de données composé d'enregistrements organisés systématiquement. Un catalogue de collections scientifiques est le principal outil d'organisation et de partage d'informations sur les collections et accessible via un environnement numérique dans un bureau de l'USGS ou un centre scientifique. [16]

Fiche de catalogue—Un enregistrement standardisé qui contient des informations détaillées sur un objet, un spécimen ou un lot dans une collection. [1]

Chaîne de traçabilité— La documentation de la propriété de l'échantillon par les parties successives, le principe de documenter l'origine d'un échantillon, son emplacement actuel et toutes les étapes intermédiaires intervenues depuis l'acquisition jusqu'à l'adhésion. Cette documentation commence par le scientifique qui collecte, accompagne l'échantillon tout au long de son historique de recherche et est incorporée dans les archives permanentes du dépôt. [3]

Collection—Un actif de recherche à long terme, par opposition à une offre de recherche consomptible. Une collection peut être considérée comme un ensemble de spécimens catalogués ensemble dans une base de données ou un système de numérotation. [5] Regroupement délibéré d'objets assemblés selon un schéma rationnel. Les nombreux types de collections qui sont définis dans ce glossaire comprennent : les collections scientifiques, les collections de travail, les collections institutionnelles, les collections de propriétés muséales. Matériel qui est excavé ou retiré au cours d'une enquête, d'une fouille ou d'une autre étude d'une ressource biotique, marine, terrestre, préhistorique ou historique, y compris leurs dossiers associés qui sont préparés ou assemblés dans le cadre de l'enquête, de l'excavation ou d'une autre étude. [9]

Le Système de gestion des collections géologiques (SMGC) a ajouté les catégories de collections suivantes en 2011. Le premier ensemble de catégories se rapporte au but de la collection en cours de définition : collection de référence (qui contient des échantillons de nature distincte qui fournissent une norme objective par rapport à laquelle d'autres les échantillons sont comparés [une collection de référence peut être complétée par de nouveaux échantillons à mesure que la connaissance du matériau augmente et que les collections de fossiles ou de roches « types » sont des exemples de collections de référence]), la collecte sur le terrain (considérée comme la « suite fondamentale d'échantillons étroitement liés pour un objectif d'étude unifié »), la collecte d'échantillons (qui se produit lorsqu'un seul échantillon est divisé en ses éléments constitutifs pour l'étude), la collecte de recherche (qui rassemble diverses collections de terrain et est définie par des paramètres disciplinaires, temporels ou géographiques), la collecte de recherche dirigée (qui est un sous-ensemble spécifiquement ciblé d'une collection de recherche telle qu'un groupe d'échantillons provenant de domaines disparates co des collections qui sont utilisées pour une seule étude de recherche), et au plus haut niveau du SMGC, une collection générale (qui rassemble des collections de recherche qui présentent des similitudes de type d'échantillon ou de géographie). [3]

Le SMGC suggère un deuxième ensemble de catégories en fonction de leur statut. Les collections actives (également appelées collections de travail) contiennent des matériaux issus de recherches en cours qui sont activement utilisés par les scientifiques du projet, de nouveaux échantillons étant ajoutés au fur et à mesure que la recherche se poursuit. À la fin du sujet de recherche, les matériaux seront évalués pour une conservation permanente dans un référentiel du SMGC en tant que collection de ressources. Les collections de ressources contiennent du matériel provenant de projets ou de sujets de recherche terminés, qui restent importants en tant qu'actifs de recherche et sont mis à disposition pour la recherche actuelle et future. Les collections de ressources constituent la majeure partie du matériel du SMGC et devraient être conservées pour une durée indéterminée. Les anciennes collections stockées par l'USGS contiennent des échantillons qui ont été collectés par des chercheurs qui ne font plus partie de l'Enquête. Si une documentation suffisante est disponible, ces collections seront intégrées au SMGC et deviendront des collections de ressources. Les collections « actives », « ressources » et « héritées » font référence à des échantillons déjà détenus par l’USGS. Collections qui seront créées et ajoutées au SMGC à l'avenir en vertu des politiques et procédures énoncées dans les documents de politique du SMGC en tant que nouvelles collections. Les collections orphelines sont celles qui, pour diverses raisons, telles que le manque de données d'échantillon pertinentes, sont considérées comme ayant peu de valeur de recherche prévisible et ne seront pas incluses dans le SMGC. [3]

Gestion des collections—Le processus continu d'acquisition et de conservation des collections. Il définit les politiques et les procédures qui régissent la manipulation des échantillons, l'étiquetage, le stockage, le catalogage, la conservation et l'accès aux échantillons. [3]

Plan de collecte—Un document établi au cours du processus du plan de travail du projet pour les nouvelles recherches de l'USGS et approuvé par le directeur du centre scientifique qui documente, à un niveau élevé, la planification, la gestion et la disposition attendue de la collection de travail. Le plan de collection est un document évolutif et peut être modifié au cours de la durée de vie de la collection. Les principales exigences d'un plan de collecte sont fournies dans le Guide de planification et de gestion des collections de travail scientifiques dans le U.S. Geological Survey. [16]

Politique de recouvrement—Le document qui guide le contenu des collections pour qu'il soit compatible avec la mission de recherche en sciences de la terre de l'USGS et guide les décisions de collection pour qu'elles soient prudentes, responsables et informées. En fournissant la base des actions procédurales, la politique présente un contexte cohérent pour les décisions concernant la manipulation, la conservation et l'élimination des échantillons et garantit que les collections sont gérées selon des normes et des stratégies spécifiques.

Unités de collecte— Les projets et le personnel autorisés par le directeur de la Commission géologique à mener des études sur le terrain et à prélever des échantillons physiques au cours de leurs recherches. [3]

Consommation— L'acte ou le processus d'utilisation d'un spécimen ou d'un objet, ou d'une partie de celui-ci, d'une manière qui lui cause des dommages ou une détérioration. L'analyse destructive est un exemple légitime d'utilisation consommatrice à des fins de recherche scientifique approuvées.

Type de contenu— Il s'agit d'une variable catégorielle qui décrit les différents types d'échantillons et de spécimens associés à chaque enregistrement de collection au sein d'une institution. Plusieurs valeurs seront autorisées dans chaque enregistrement de collection. [5]

Transport d'objets de musée— Conformément au titre 54, « [l]e secrétaire peut céder des objets de musée qu'il juge ne plus nécessaires aux fins du musée, sans contrepartie pécuniaire, mais sous réserve des modalités et conditions qu'il juge nécessaires, à des institutions privées exemptées de Fiscalité fédérale en vertu de l'article 501 (c) (3) de l'Internal Revenue Code de 1986 (26 USC 501 (c) (3)) et aux entités gouvernementales non fédérales si le secrétaire détermine que le bénéficiaire se consacre à la préservation et à l'interprétation du patrimoine naturel ou culturel et est qualifié pour gérer le bien, avant toute cession en vertu du présent paragraphe et du paragraphe (g.)" [13]

Redondance critique—Les organismes de recherche conservent des collections à différents endroits et conservent de grandes collections de spécimens similaires pour plusieurs raisons, par exemple en cas de catastrophe naturelle. [5]

Cryoconservation—Un processus dans lequel les cellules, les tissus entiers ou toute autre substance susceptible d'être endommagée par la réactivité chimique ou le temps sont préservés par refroidissement à des températures inférieures à zéro.

Conservateur—Personne responsable de la gestion des collections. [3]

Données— Faits, chiffres ou autres éléments d'information organisés pour et par analyse. [3]

Échantillon fille: un échantillon qui constitue un sous-ensemble de l'échantillon d'origine. [3]

Désadhésion— Le processus par lequel un spécimen ou une collection est officiellement et définitivement retiré de la garde à vue. Des exemples de cessions sont les échanges, les transferts et les pertes. [1] (voir aussi accession) Remarque : À ne pas confondre avec le désherbage, qui consiste à identifier et à retirer des éléments d'un plus grand nombre de matériaux. [6]

Déshydratant—Un agent de séchage qui retire l'eau d'autres matériaux. Un exemple d'un dessiccant soluble est le glycérol et un exemple d'un dessiccant insoluble est le gel de silice. [15]

Destruction d'objets de musée—Conformément au titre 54, "[l]e secrétaire peut détruire ou faire détruire des objets de musée qu'il juge n'avoir aucune valeur scientifique, culturelle, historique, éducative, esthétique ou monétaire." [13]

Collection de recherche dirigée—Une variété spécifiquement ciblée de collection de recherche, telle qu'un groupe d'échantillons de plusieurs collections de terrain différentes qui sont utilisés pour une seule étude de recherche. (voir collection de recherche) [3]

Découverte—Identifier l'existence et la localisation des données et des collections souhaitées, en plus de déterminer leur disponibilité, leur qualité et leur format. La découverte peut se faire de diverses manières : Internet fournit un moyen d'accéder aux dossiers informatisés, tandis que l'attribution à la fin des articles de revue, par exemple, conduit le lecteur vers une source d'information. [8]

Disposition—Le résultat du processus d'évaluation de la collection qui détermine qu'une collection, ou une partie de celle-ci, doit être conservée, transférée ou détruite conformément aux exigences applicables du Bureau. [16]

Dépôt éphémère—Un arrangement de stockage temporaire sans aucune disposition pour l'identification, l'enregistrement ou la conservation des spécimens qu'il contient. (voir référentiel actif) [3]

des échanges—Conformément au titre 54, « [l]e secrétaire [de l'intérieur] peut procéder à des échanges en acceptant des objets de musée et autres biens personnels et en cédant en échange des objets de musée ou d'autres biens personnels des biens muséaux sous la juridiction administrative du Secrétaire qui n'est plus nécessaire ou qui peut être détenu en double exemplaire parmi les propriétés du musée administrées par le Secrétaire. Les échanges sont consommés sur une base que le Secrétaire considère comme équitable et dans l'intérêt public. [13] (voir aussi cession transférer)

Collecte sur le terrain— Une collection rassemblée au cours d'un travail de terrain d'un chercheur et considérée comme l'instance fondamentale d'« un ensemble de spécimens qui ont été rassemblés sur la base d'une caractéristique commune ». (voir également collecte d'échantillons) [3]

Fossile—Les restes ou traces d'êtres vivants du passé géologique conservés dans la roche, les sédiments ou tout autre substrat (par exemple, la glace, le goudron, l'ambre, etc.). [3] Les collections de fossiles sont classiquement classées par type d'organisme (vertébré, invertébré, etc.)

Pratiques des sciences fondamentales (PSF)— L'ensemble des exigences obligatoires, codifiées dans la politique de l'USGS, qui décrivent le processus d'examen par les pairs pour la publication des résultats de la recherche, la diffusion des données et d'autres aspects du processus scientifique mené par les scientifiques de l'USGS. [17]

GenBank—La base de données de séquences génétiques du NIH, une collection annotée de toutes les séquences d'ADN accessibles au public.

Collection générale—Une collection de haut niveau qui rassemble des collections de recherche qui présentent des similitudes de type d'échantillon ou de géographie, par exemple tous les fossiles de l'USGS collectés aux États-Unis. (voir également collection) [3]

Système de gestion des collections géologiques (SMGC)—Un plan de gestion et un catalogue général pour la coordination des collections USGS d'échantillons géologiques provenant de divers endroits aux États-Unis, publiés sous le numéro USGS Circular 1410. [3]

Holotype-1. Un seul spécimen physique désigné par un auteur comme le type d'une espèce ou d'un taxon inférieur au moment de l'établissement du groupe. 2. Le type d'espèce ou de taxon inférieur désigné à une date postérieure à celle de la constitution d'un groupement ou par une personne autre que l'auteur du taxon. [7] Le spécimen unique désigné comme le type d'une espèce par l'auteur original au moment où le nom et la description de l'espèce ont été publiés. [12]

Valeur iconique—Avoir une valeur importante ou spéciale, que ce soit pour des raisons historiques ou institutionnelles (par exemple, les collections de terrain d'un ancien directeur ou les collections des enquêtes fondatrices de l'USGS). [3]

Référentiel inactif—Une installation de stockage d'échantillons qui ne gère pas activement les collections qui y sont stockées. (voir également référentiel actif référentiel éphémère) [3]

Informatique— L'utilisation de matériel informatique et de logiciels pour gérer, compiler, analyser, interpréter et afficher des données. [5]

Infrastructure—Les structures physiques et organisationnelles de base et les installations nécessaires au fonctionnement d'une société d'entreprise.

Groupe de travail interagences sur les collections scientifiques (IWGSC)—Un comité fédéral qui a été convoqué pour développer des stratégies communes pour la gestion des collections scientifiques. Ce groupe comprenait des représentants d'agences fédérales possédant des collections scientifiques (Smithsonian Institution, BLM, NASA, NOAA, NPS, USFS, USGS). [3]

Numéro d'échantillon géographique international (IGSN)—Numéro d'identification d'échantillon international unique administré par le Système d'enregistrement des échantillons de la Terre (SESAR). [3]

Système d'information taxonomique intégré (SITI) (http://itis.gov) - Base de données d'informations fiables sur les noms d'espèces biologiques et leur classification hiérarchique qui comprend des informations taxonomiques documentées sur la flore et la faune des habitats aquatiques et terrestres. La base de données est révisée périodiquement par des pairs pour garantir une haute qualité avec des classifications, des révisions et des ajouts valides d'espèces nouvellement décrites. (voir également Numéro de série taxonomique [TSN])

Collections institutionnelles-voir Collection scientifique.

Discipline institutionnelle—Il s'agit d'une variable catégorielle associée à chaque enregistrement institutionnel. Des valeurs multiples sont autorisées dans chaque enregistrement pour accueillir des institutions comme les musées d'histoire naturelle qui peuvent couvrir la biologie, l'anthropologie et la minéralogie, par exemple. [5]

Inventaire— Une liste détaillée d'objets, l'acte de localiser physiquement tout ou un échantillon aléatoire des éléments d'une collection dont une unité est responsable. L'inventaire physique vérifie la présence et l'état d'objets spécifiques dans une collection. [1]

Collections héritées—Collections existantes issues de recherches antérieures qui peuvent ou non avoir des descriptions complètes de leur contenu, de leur provenance et de leur gestion. Ces collections n'ont pas encore subi le processus d'évaluation des collections. [17]

Lieu—Le site géographique, défini en coordonnées XY et parfois Z, où l'échantillon a été initialement collecté. [3]

Mappage de carte à carte—[Vernaculaire populaire] visualiser, organiser ou systématiser l'information, et (ou) relier des bits d'information.

Le matériel reste—objets, spécimens et autres preuves matérielles qui sont fouillés ou enlevés dans le cadre d'efforts visant à localiser, évaluer, documenter, étudier, préserver ou récupérer une ressource préhistorique ou historique. [9]

Métadonnées—Documentation sur un échantillon ou une collection qui décrit des informations contextuelles pertinentes, y compris des informations sur le terrain (emplacement géographique d'origine, collectionneur, date, numéro de spécimen), la nature du matériel et toutes les caractéristiques descriptives associées.

Objet de musée« Un objet qui est généralement mobile et qui est éligible pour faire partie d'un musée, d'une bibliothèque ou d'une collection d'archives via une procédure formelle, telle que l'accession. Le terme « objet de musée » comprend un artefact préhistorique ou historique, une œuvre d'art, un livre, un document, une photographie ou un spécimen d'histoire naturelle. » [13]

Propriété du musée—Un objet qui est collecté selon un schéma rationnel, tel qu'un énoncé de portée des collections, et qui est formellement acquis en tant que propriété du musée. Les objets de musée peuvent inclure des objets préhistoriques et historiques, des artefacts, des œuvres d'art, des documents associés et des spécimens d'histoire naturelle. Les éléments, fragments et composants de structures peuvent être accédés en tant que propriété du musée, s'ils ne font plus partie d'une structure originale. Les biens du musée n'incluent pas les éléments nécessaires à l'exposition d'une collection tels que les vitrines d'exposition, les dioramas, l'éclairage spécial, les graphiques, les répliques, etc. [1]

Collections du musée— Assemblages de biens de musée officiellement adhérés collectés selon un schéma rationnel tel qu'un énoncé de la portée de la collection [1] . Une collection peut comprendre un ou plusieurs spécimens ou échantillons qui ont été acquis en tant que propriété du musée par l'USGS.

Catalogue numérique national (NDC)—Le catalogue numérique national comprend des enregistrements de métadonnées décrivant des échantillons et des données géologiques et géophysiques gérés par les agences géologiques des États et les organisations fédérales. Le catalogue est actuellement en cours de révision pour permettre l'entrée d'enregistrements de métadonnées de tous les types d'échantillons des collections de travail nouvelles et existantes de l'USGS. [17]

Programme national de préservation des données géologiques et géophysiques (NGGDPP)—Un programme créé par l'Energy Policy Act de 2005 pour développer un réseau national de référentiels étatiques et fédéraux coopérants de matériaux et de données géoscientifiques qui sont exploités de manière indépendante mais guidés par des normes, des procédures et des protocoles communs pour les métadonnées. Les fonds de toutes les collections seront largement accessibles par le biais d'un catalogue Internet commun et en miroir, le Catalogue numérique national. Les fonds des dépôts individuels se complèteront pour préserver les actifs géoscientifiques de la nation et serviront de source complète de données et de matériaux géoscientifiques pour répondre aux besoins nationaux d'aujourd'hui et de demain. [3]

Nouvelle collection—Une suite d'échantillons qui seront collectés et conservés à l'aide du modèle de plan d'affaires du SMGC et mis à disposition via l'interface du SMGC. [3]

Nomenclature 3.0—Lexique structuré et contrôlé pour classer les noms d'objets fabriqués par l'homme, organisés hiérarchiquement dans des catégories définies fonctionnellement. Norme de facto utilisée au sein de la communauté des musées d'histoire en Amérique du Nord pour l'indexation et le catalogage des collections.

Acte bio— La législation qui autorise la création de toute agence fédérale. [3]

Collection orpheline— Une collection qui, pour diverses raisons (telles que des données d'échantillons pertinentes) est considérée comme ayant peu de valeur de recherche prévisible, est sans objet et/ou est soutenue par un collectionneur qui est décédé ou l'a abandonnée d'une autre manière.

Collections permanentes-Voir collection institutionnelle.

Biens personnels— Biens appartenant au gouvernement de quelque nature que ce soit ou y ayant un intérêt, à l'exception (1) des biens immobiliers (terrains, bâtiments et dépendances) et (2) des dossiers du gouvernement fédéral. Plus précisément, les biens personnels comprennent tous les équipements, matériaux et fournitures, et les articles de musée qui comprennent des antiquités, des artefacts, des spécimens d'histoire naturelle et d'autres éléments des collections de musées. Il n'inclut pas les biens qui sont incorporés ou fixés de façon permanente à des biens immobiliers. Les biens personnels du gouvernement ne doivent pas être confondus avec les biens appartenant à des particuliers. [dix]

Gestion des biens personnels—Un processus et un système de contrôle de l'acquisition, de la réception, du stockage, de la délivrance, de l'utilisation, de la maintenance, de la protection, de la responsabilité et de l'élimination des biens personnels afin de répondre au mieux aux besoins du programme de l'USGS. [dix]

Préanalytique—toute procédure qui a lieu avant une analyse.

Type de conservation— Il s'agit d'une variable catégorielle qui décrit les différentes formes de conservation utilisées par chaque enregistrement de collection au sein d'une institution. Plusieurs valeurs seront autorisées dans chaque enregistrement de collection.

Procédure—Un ensemble de formes ou de méthodes établies pour la mise en œuvre de la politique. [3]

Collection de projets—Matériaux assemblés spécifiquement pour une utilisation à court terme et non destinés à une conservation à long terme. [4] (voir aussi collection de travail collection)

Plan de travail du projet—Un document qui définit une étude approuvée, fixant le calendrier de la recherche, les tâches discrètes qui doivent être accomplies pour atteindre les objectifs de l'étude et la relation entre ces tâches, y compris les méthodes à utiliser. Le plan de travail du projet comprend le plan de collecte et est approuvé par le directeur du centre des sciences (voir également SM 502.2). [16]

Période de propriété pour la diffusion des données—La durée avant que les données ne soient rendues publiques. [3]

Provenance-1. L'historique de propriété des données ou des échantillons. [3] 2. L'origine ou la source de quelque chose. [6] 3. Informations concernant les origines, la garde et la propriété d'un article ou d'une collection. [6]

Record—Documentation des activités commerciales d'une unité. Les documents diffèrent des collections dans la mesure où leurs caractéristiques inhérentes (généralement des fichiers papier ou électroniques) et leurs objectifs (les documents sont des représentations abstraites d'activités où les objets d'une collection possèdent les propriétés intrinsèques étudiées).

Dans 44 USC 3301, la National Archives and Records Administration (NARA) définit les documents officiels comme suit : “. Les « enregistrements » comprennent tous les livres, papiers, cartes, photographies, documents lisibles par machine ou autres documents documentaires, quelle que soit leur forme physique ou leurs caractéristiques, fabriqués ou reçus par une agence du gouvernement des États-Unis en vertu de la loi fédérale ou en relation avec la transaction de affaires publiques et conservées ou appropriées pour la conservation par cette agence ou son successeur légitime comme preuve de l'organisation, des fonctions, des politiques, des décisions, des procédures, des opérations ou d'autres activités du gouvernement ou en raison de la valeur informationnelle des données qu'elles contiennent. Le matériel de bibliothèque et de musée fabriqué ou acquis et conservé uniquement à des fins de référence ou d'exposition, les copies supplémentaires de documents conservés uniquement à des fins de référence et les stocks de publications et de documents traités ne sont pas inclus. [1]

La gestion des dossiers—Le contrôle systématique et administratif des documents tout au long de leur cycle de vie pour assurer l'efficacité et l'économie dans leur création, leur utilisation, leur manipulation, leur contrôle, leur maintenance et leur élimination. Calendrier de conservation : (également calendrier d'élimination, calendrier des dossiers, calendrier de conservation des dossiers, calendrier de transfert), n.

Un document qui identifie et décrit les enregistrements d'une organisation, généralement au niveau de la série, fournit des instructions pour la disposition des enregistrements tout au long de leur cycle de vie. [6]

Collection de référence— À la différence des collections de recherche, une collection de référence contient des échantillons de nature distincte qui fournissent une norme objective par rapport à laquelle d'autres échantillons sont comparés. La collection de référence peut être complétée par de nouveaux échantillons à mesure que la connaissance du matériel augmente. Les collections de spécimens types sont des exemples de collections de référence. [3]

Dépôt—Un espace contrôlé où les échantillons physiques ou les spécimens sont stockés en toute sécurité, détectables et accessibles. [16]

Ré-échantillonnage (aussi connu sous le nom échantillonnage secondaire)—Récupération d'un échantillon archivé à des fins d'enquête scientifique supplémentaire, qu'il s'agisse d'une analyse géochimique, d'une détermination de l'âge ou d'un test de propriétés physiques. [3]

Collection de recherche—Un sous-ensemble d'une collection générale défini par des paramètres disciplinaires, temporels ou géographiques. (voir également collection de recherche dirigée) [3]

Collecte de ressources—Une suite d'échantillons d'un projet achevé ou d'un sujet de recherche qui reste important en tant qu'actifs de recherche. Ils sont hébergés dans un référentiel approprié et sont mis à disposition pour la recherche actuelle et future. [3]

Échantillon/Spécimen— Les termes « échantillon » et « spécimen » sont utilisés de manière interchangeable pour désigner une unité d'une collection qui constitue des matériaux de recherche tels qu'une roche, un organisme ou une partie de celui-ci. [16]

Collecte d'échantillons—Une collection de matériaux brisés à partir d'un seul échantillon en ses composants pour étude, par exemple, plusieurs microfossiles récupérés à partir d'un seul échantillon. [3]

Exemples de données: informations qui décrivent et définissent un échantillon. [3]

ID de l'échantillon—Code alphanumérique attribué à un échantillon individuel pour le différencier des autres échantillons de son groupe de collecte. Des ID différents peuvent être attribués au même échantillon en raison du traitement effectué par divers laboratoires d'analyse. [3]

ScienceBase—En tant que cadre à l'échelle de l'agence pour la gestion complète de l'information numérique, ScienceBase organise et connecte les divers catalogues et bases de données au sein de l'USGS et de la communauté géoscientifique élargie. [3]

Catalogue ScienceBase—Le portail d'information donnant accès aux divers matériaux, données et informations géoscientifiques dans le cadre de ScienceBase. [3]

Collections scientifiques—« Ensembles de spécimens physiques, vivants ou inanimés, créés dans le but de soutenir la science et de servir d'actif de recherche à long terme, plutôt que pour leur valeur marchande en tant qu'objets de collection ou leur importance historique, artistique ou culturelle, et, le cas échéant et faisable, les données et les matériaux des spécimens associés ». Les spécimens dans un laboratoire de recherche fédéral ou sur la propriété fédérale ne font pas nécessairement ou automatiquement partie d'une collection. [17]

Collections de travail. « Spécimens et objets organiques ou inorganiques conservés par des programmes de bureau/bureau qui ne sont pas destinés à la préservation et à l'entretien à long terme en tant que propriété du musée en raison de leur nature non réutilisable. Les collections de travail sont destinées à être utilisées pendant l'enseignement ou la recherche en cours et peuvent être consommées ou jetées pendant le processus d'analyse conformément à la politique du bureau. Certains spécimens et objets peuvent par la suite être classés propriété du musée. Les collections de travail seront jetées lorsqu'il sera déterminé qu'il n'y a plus besoin de la collection pour la recherche ou l'éducation future ou à la fin de la recherche en cours conformément aux normes définies dans la politique du bureau/bureau » (411 DM 1, 1,5 BB). [16]

Collections du Musée. Assemblages de matériaux déposés (officiellement intitulés) sous la garde d'un musée ou d'une entité dont la mission implique la conservation permanente d'objets et/ou de spécimens, acquis selon un schéma rationnel tel qu'un énoncé de portée de la collection. [15]

Échantillonnage secondaire—Rééchantillonnage du matériel archivé pour des recherches scientifiques supplémentaires. (voir ré-échantillonnage) [3]

ID du site—Identifiant d'un site d'échantillonnage spécifique en coordonnées XYZ (c'est-à-dire, site d'échantillonnage, site de carottage, site de sections mesurées). [3]

Logiciel en tant que service (SaaS)—Parfois appelé « logiciel à la demande », il s'agit d'un modèle de livraison de logiciels dans lequel le logiciel et les données associées sont hébergés de manière centralisée sur le cloud. Le SaaS est généralement accessible aux utilisateurs via un navigateur Web. L'un des principaux arguments de vente est la possibilité de réduire les coûts de support informatique en externalisant la maintenance et le support du matériel et des logiciels au fournisseur SaaS. SalesForce et Concur Technologies sont deux sociétés SaaS de premier plan.

Le terme « logiciel en tant que service » est considéré comme faisant partie de la nomenclature du cloud computing, avec la plate-forme en tant que service (PaaS). Avec ce modèle, une seule version de l'application, avec une seule configuration (matériel, réseau, système d'exploitation), est utilisée pour tous les clients. Cela contraste avec les logiciels traditionnels, où plusieurs copies physiques du logiciel - chacune potentiellement d'une version différente, avec une configuration potentiellement différente et souvent personnalisée - sont installées sur divers sites clients.

Paramétrage et personnalisation

Les applications SaaS prennent en charge ce que l'on appelle traditionnellement la personnalisation des applications. En d'autres termes, comme pour les logiciels d'entreprise traditionnels, un seul client peut modifier l'ensemble des options de configuration qui affectent ses fonctionnalités et son apparence. Chaque client peut avoir ses propres paramètres pour les options de configuration. L'application peut être personnalisée au degré pour lequel elle a été conçue sur la base d'un ensemble d'options de configuration prédéfinies. Le client ne peut cependant pas modifier la mise en page à moins qu'une telle option n'ait été conçue pour cela.

Livraison de fonctionnalités accélérée

Les applications SaaS sont souvent mises à jour plus fréquemment que les logiciels traditionnels, dans de nombreux cas sur une base hebdomadaire ou mensuelle. Ceci est rendu possible par plusieurs facteurs :

> L'application est hébergée de manière centralisée, une mise à jour est donc décidée et exécutée par le fournisseur, et non par les clients

> L'application n'a qu'une seule configuration, ce qui accélère les tests de développement.

> Le fournisseur de l'application a accès à toutes les données client, ce qui accélère la conception et les tests de régression.

> Le fournisseur de solutions a accès au comportement des utilisateurs au sein de l'application (généralement via l'analyse Web), ce qui facilite l'identification des domaines méritant d'être améliorés.

Une critique notable du SaaS est le service en tant que substitut logiciel (SaaSS). En utilisant le SaaSS, les utilisateurs n'ont pas de copie du fichier exécutable : il se trouve sur le serveur, où les utilisateurs ne peuvent ni le voir ni le toucher. Il leur est donc impossible de savoir ce qu'il fait réellement, et impossible de le changer. Le SaaS donne intrinsèquement à l'opérateur du serveur le pouvoir de modifier le logiciel utilisé ou les données des utilisateurs exploitées. SaaSS équivaut à exécuter un logiciel propriétaire avec une porte dérobée universelle.

Normes—Spécimens désignés comme références permanentes qui doivent être conservés pour la validation et l'étalonnage. [5]

Intendance—La responsabilité de gérer et de préserver les biens conformément aux politiques et procédures de l'agence ou de l'institution parrainante.

Sous-échantillon-Voir échantillon fille.

Système d'enregistrement d'échantillons terrestres (SESAR)—Un registre centralisé qui fournit et gère des identifiants uniques pour les échantillons géoscientifiques--l'International GeoSample Number (IGSN). SESAR est soutenu par la National Science Foundation et géré dans le cadre du programme de géoinformatique pour la géochimie.

Biologie systématique, systématique—Un domaine de recherche au sein de la biologie qui traite de l'évolution et de la taxonomie des organismes. [5]

Taxonomie, taxonomique—La taxonomie est un domaine de recherche en biologie qui traite de la classification et de la dénomination des organismes. Un taxon est une catégorie unique d'organismes. [5]

Taxon (PL. taxons) : une catégorie ou un groupe taxonomique, tel qu'un embranchement, une classe, un ordre, une famille, un genre ou une espèce.

Numéro de série taxonomique (TSN) (http:www.itis.gov/pdf/faq_itis_tsn.pdf)—Identifiant unique, persistant et non intelligent d'un nom scientifique dans le contexte du système d'information taxonomique intégré (ITIS). Un TSN est la clé primaire pour la table des noms scientifiques IT IS.

Transfert d'objets de musée—Conformément au titre 54, «[l]e secrétaire peut transférer des objets de musée qu'il estime ne plus être nécessaires à des fins muséales à des agences fédérales qualifiées, y compris la Smithsonian Institution, qui ont des programmes pour préserver et interpréter le patrimoine culturel ou naturel, et accepter le transfert des objets du musée directement à la juridiction administrative du secrétaire aux fins du présent chapitre. [13]

Spécimen type— Le spécimen, ou chacun d'un ensemble de spécimens, sur lequel la description et le nom d'une nouvelle espèce, phase minérale ou type de roche sont basés. Pour les taxonomistes, le type le plus critique de spécimen de référence. [5] [14]

Il existe plusieurs catégories de types dont les plus courants sont les suivants : [12]

La liste suivante combine des définitions similaires du Code international de nomenclature zoologique et de l'International Plant Science Center, New York Botanical Garden : les holotypes, les syntypes, les lectotypes et les néotypes sont les détenteurs des noms scientifiques de tous les taxons nominaux du groupe d'espèces.

Holotype: Le spécimen unique sur lequel un nouveau taxon nominal de groupe d'espèces est basé dans la publication originale et désigné comme le type d'une espèce par l'auteur original au moment où le nom et la description de l'espèce ont été publiés.

Isotype: Un spécimen en double de l'holotype.

Syntype: N'importe lequel des multiples spécimens sur lesquels un nom de groupe d'espèces est également basé lorsqu'aucun holotype n'a été spécifié dans la publication originale et qu'aucune désignation postérieure d'un lectotype n'a été publiée. N'importe lequel des deux ou plusieurs spécimens répertoriés dans la description originale d'un taxon lorsqu'aucun holotype n'a été désigné.

Isosyntype: Duplicata d'un syntype.

Paratype: Spécimen non formellement désigné comme type mais cité avec la collection type dans la description originale d'un taxon.

Lectotype: Un spécimen sélectionné parmi deux ou plusieurs syntypes sur lesquels un nom de groupe d'espèces est à l'origine basé et désigné dans une publication postérieure à la description originale pour devenir le porteur du nom unique. Un spécimen choisi par un chercheur ultérieur pour servir comme s'il s'agissait de l'holotype. Il est choisi parmi les spécimens dont dispose l'auteur éditeur original (isotypes, syntypes et/ou paratypes) d'un nom scientifique lorsque l'holotype a été perdu ou détruit, ou lorsqu'aucun holotype n'a été désigné.

Néotype: Spécimen choisi comme porte-nom d'un taxon d'un groupe d'espèces si aucun holotype, lectotype, syntype ou néotype antérieur n'est supposé exister. Un spécimen choisi par un chercheur ultérieur pour servir à la place d'un holotype lorsque tous les spécimens disponibles pour l'auteur original d'un nom scientifique ont été perdus ou détruits.

Topotype: Spécimen d'une plante collectée dans la même localité que l'holotype et généralement à une date différente. Un topotype n'a pas de statut formel. Également appelé « locotype ».

Cotype: Terme anciennement utilisé pour le syntype et parfois [à tort] pour l'isotype et le paratype. Il s'agit d'un ancien terme qui a été utilisé de manière vague et n'est pas utilisé par les taxonomistes d'aujourd'hui.

Généritype: Le spécimen type d'un genre. Il est désigné en utilisant le type pour le nom d'une espèce particulière au sein de ce genre. Par exemple, le généritype de l'Aster est le type de l'Aster amellus L.

Identifiant universel unique (UUID)—Une désignation attribuée à chaque échantillon pour le distinguer de tous les autres échantillons du SMGC. L'utilisation d'un UUID évite toute ambiguïté en systématisant la désignation des échantillons et garantit que toutes les informations associées à un échantillon sont préservées pour une accessibilité à l'échelle mondiale. [3]

Spécimen de bon—Un échantillon qui documente physiquement et de façon permanente les données dans la littérature publiée en vérifiant l'identité du ou des organismes utilisés dans l'étude et, ce faisant, garantit qu'une étude qui ne pourrait pas être répétée peut être examinée ou réévaluée avec précision. Par exemple, des spécimens de roches et de minéraux peuvent servir de pièces justificatives pour documenter la géologie d'une région. [17]

Désherbage—Le processus d'identification et de suppression des matériaux indésirables d'un plus grand nombre de matériaux. [6]

Collections de travail-voir Collection scientifique.

[2] U.S. Geological Survey Manual (« Survey Manual » et « SM ») : https://www2.usgs.gov/usgs-manual/

[3] The Gelogic Materials Repository Working Group, 2015, The USGS Geologic Collections Management System (GCMS) : A Master Catalog and Collections Management Plan for USGS Geologic Samples and Sample Collections : http://dx.doi.org/10.3133/cir1410

[5] Interagency Working Group on Scientific Collections (IWGSC), 2009, Scientific Collections: Mission-Critical Infrastructure for Federal Science Agencies : https://www.whitehouse.gov/sites/default/files/sci-collections-report-2009 -rev2.pdf

[6] Society of American Archivists, 2005, Un glossaire de terminologie des archives et des documents par Richard Pearce Moses : http://www2.archivists.org/glossary

[7] Nouveau dictionnaire collégial de Webster

[8] Conseil national de recherches des académies nationales, 2002, Données et collections géoscientifiques : Ressources nationales en péril : http://www.nap.edu/catalog.php?record_id=10348

[12] International Plant Science Center, Le C.V. Starr Virtual Herbarium, The New York Botanical Garden, http://sciweb.nybg.org/science2/herbarium_imaging/typedefinition.asp.html

[16] USGS Survey Manual Instructional Memorandum (IM) IM CSS 2019-01 : USGS Policy on Scientific Working Collections : https://www.usgs.gov/about/organization/science-support/survey-manual/im-css- 2019-01

Mises à jour

28 juin 2017: Le glossaire des termes des collections d'origine est téléchargé.

12 janvier 2018: Les définitions ont été mises à jour pour les termes sélectionnés afin de les rendre cohérentes avec les travaux en cours de l'USGS CSC pour développer une politique de collections scientifiques.

6 mars 2018: Les définitions des collections institutionnelles, de travail et muséales ont été mises à jour et incluses sous la définition générale des collections scientifiques.


Plus d'information

Politique de sécurité Internet

En utilisant ce site, vous acceptez la surveillance et l'audit de sécurité. Pour des raisons de sécurité et pour garantir que le service public reste disponible pour les utilisateurs, ce système informatique gouvernemental utilise des programmes pour surveiller le trafic réseau afin d'identifier les tentatives non autorisées de télécharger ou de modifier des informations ou de causer des dommages, y compris des tentatives de refus de service aux utilisateurs.

Les tentatives non autorisées de télécharger des informations et/ou de modifier des informations sur n'importe quelle partie de ce site sont strictement interdites et sont passibles de poursuites en vertu de la Computer Fraud and Abuse Act de 1986 et de la National Information Infrastructure Protection Act de 1996 (voir Titre 18 USC §§ 1001 et 1030).

Pour garantir que notre site Web fonctionne bien pour tous les utilisateurs, la SEC surveille la fréquence des demandes de contenu SEC.gov afin de garantir que les recherches automatisées n'affectent pas la capacité des autres à accéder au contenu SEC.gov. Nous nous réservons le droit de bloquer les adresses IP qui soumettent des demandes excessives. Les directives actuelles limitent les utilisateurs à un total de 10 demandes par seconde maximum, quel que soit le nombre de machines utilisées pour soumettre des demandes.

Si un utilisateur ou une application soumet plus de 10 demandes par seconde, les demandes supplémentaires provenant de l'adresse ou des adresses IP peuvent être limitées pendant une brève période. Une fois que le taux de demandes est tombé en dessous du seuil pendant 10 minutes, l'utilisateur peut reprendre l'accès au contenu sur SEC.gov. Cette pratique de la SEC est conçue pour limiter les recherches automatisées excessives sur SEC.gov et n'est pas destinée à avoir un impact sur les personnes naviguant sur le site Web SEC.gov.

Notez que cette politique peut changer car la SEC gère SEC.gov pour s'assurer que le site Web fonctionne efficacement et reste disponible pour tous les utilisateurs.

Noter: Nous n'offrons pas de support technique pour le développement ou le débogage de processus de téléchargement scriptés.


Voir la vidéo: Tietokone-sanasto A2. Opi suomea Katan kanssa (Octobre 2021).