Suite

Enregistrement des valeurs RVB d'une couche ArcMap dans la table attributaire


Je souhaite prendre une couche symbolisée dans un mxd et enregistrer sa couleur de symbole (comme un remplissage de polygone) dans sa table attributaire en tant que valeur RVB. Mon objectif est d'utiliser cette valeur dans MapInfo pour symboliser ses fonctionnalités via Discover.

Je ne vois aucun moyen évident d'utiliser le module de cartographie ArcPy pour lire les valeurs particulières. Quelqu'un a-t-il réussi à créer une solution simple et moderne ?


J'ai seulement besoin d'obtenir des valeurs RVB pour polygone fonctionnalités. En particulier la végétation et la géologie des remblais solides. J'ai créé un outil ArcPy rudimentaire qui correspond à mon objectif.

L'outil permet à l'utilisateur de nommer sa couche et son champ de symbologie dans ArcMap. L'outil parcourt ensuite des groupes de valeurs "comme la sybologie" en les exportant sous forme de rasters et en les interrogeant pour leurs valeurs RVB. Ceux-ci sont ensuite placés dans la table attributaire.

3 paramètres doivent être passés dans un outil de script, qui est utilisé dans un mxd courant :

  1. 0 : un dossier (utilisé pour les fichiers temporaires, y compris les nouveaux fichiers gdb et les fichiers de couche)
  2. 1 : Un calque (à partir d'un mxd ouvert)
  3. 2 : Le champ de symbolologie des couches nominées

Exemple de code :

importer arcpy depuis arcpy importer env arcpy.gp.overwriteOutput = True arcpy.AddMessage("STARTED") arcpy.AddMessage(" ") arcpy.AddMessage("================= ================================================== ===") ############## Dossier = arcpy.GetParameterAsText(0) si Dossier == '#' ou non Dossier : Dossier = "C:Data" ### ########### GDB = Folder+"TempGDB.gdb" if arcpy.Exists(GDB): arcpy.AddMessage(GDB) else: arcpy.CreateFileGDB_management(Folder, "TempGDB") arcpy.AddMessage ("GDB MADE") # DOIT ÊTRE DANS ARCMAP ############## InPolyLayer = arcpy.GetParameterAsText(1) desc = arcpy.Describe(InPolyLayer) LayerPath = desc.catalogPath arcpy.AddMessage( "Chemin : "+ LayerPath) spatial_ref = arcpy.Describe(LayerPath).spatialReference arcpy.AddMessage("Référence spatiale : "+spatial_ref.name) sr = arcpy.SpatialReference(spatial_ref.factoryCode) # Doit être le champ de symbologie de "InPolyLayer " ################ FieldName = arcpy.GetParameterAsText(2) arcpy.AddMessage(FieldName) fields = arcpy.ListFields(LayerPath) pour le champ dans les champs : if field.name == FieldName : FType = (field.type) FPrecision = (field.precision) FScale = (field.scale) FLength = (field.length) FNull = (field.isNullable) arcpy. AddMessage("Type : "+str(FType)) arcpy.AddMessage("Précision : "+str(FPrecision)) arcpy.AddMessage("Échelle : "+str(FScale)) arcpy.AddMessage("Longueur : "+str (FLength)) arcpy.AddMessage("Null: "+ str(FNull)) TempTileFC = GDB+"TempTileFC" if arcpy.Exists(TempTileFC): arcpy.Delete_management(TempTileFC) ### Variables # Temps TempFrequency = GDB+" TempFrequency" if arcpy.Exists(TempFrequency): arcpy.Delete_management(TempFrequency) TempP = GDB+"TempP" if arcpy.Exists(TempP): arcpy.Delete_management(TempP) TRaster = Folder+"TempRaster.tif" arcpy.AddMessage("TEMPS SET") # Layers mxd = arcpy.mapping.MapDocument ("CURRENT") df = arcpy.mapping.ListDataFrames(mxd)[0] TempLayerName = "TempLayer" FreqView = "FreqView" TempLayerFile = Folder+" TempLayerFile.lyr" TempLayerFileLayer = "TempLayerFileLayer" TempLayerCloneN ame = "TempLayerClone" #Lyr for raster arcpy.SaveToLayerFile_management(InPolyLayer, TempLayerFile, "ABSOLUTE") # Champs FieldNameR = str(FieldName)+"_R" #Rechercher et créer RVB FieldNameG = str(FieldName)+"_G " #Rechercher et créer un champ RVB FieldNameB = str(FieldName)+"_B" #Rechercher et créer un champ RVB si len(arcpy.ListFields(InPolyLayer,FieldNameR)) == 0 : arcpy.AddField_management (InPolyLayer, FieldNameR) , "short") arcpy.AddMessage(FieldNameR +" champ créé") else: arcpy.AddMessage(FieldNameR +" champ existe") if len(arcpy.ListFields(InPolyLayer,FieldNameG)) == 0: arcpy.AddField_management (InPolyLayer , FieldNameG, "short") arcpy.AddMessage(FieldNameG +" champ créé") else: arcpy.AddMessage(FieldNameG +" champ existe") if len(arcpy.ListFields(InPolyLayer,FieldNameB)) == 0: arcpy.AddField_management (InPolyLayer, FieldNameB, "short") arcpy.AddMessage(FieldNameB +" champ créé") else: arcpy.AddMessage(FieldNameB +" champ existe") arcpy.AddMessage(" ") arcpy.AddMessa ge("=============================================== =======================") arcpy.AddMessage(" ") arcpy.AddMessage(" * FREQUENCES & TEMP CARTO TILES") arcpy.Frequency_analysis(LayerPath , TempFrequency, FieldName, "") arcpy.AddMessage(" - Analyse de fréquence de symbologie terminée") # Créer un polygone pour l'exportation de symboles de couche xExtent = df.extent pnt1 = arcpy.Point(xExtent.XMin , xExtent.YMin) pnt2 = arcpy. Point(xExtent.XMax , xExtent.YMin) pnt3 = arcpy.Point(xExtent.XMax , xExtent.YMax) pnt4 = arcpy.Point(xExtent.XMin , xExtent.YMax) array = arcpy.Array() array.add(pnt1 ) array.add(pnt2) array.add(pnt3) array.add(pnt4) array.add(pnt1) SYMExtent = arcpy.Polygon(array) arcpy.FeatureClassToFeatureClass_conversion (SYMExtent, GDB, "TempTileFC", "", "" , "") arcpy.AddMessage(" - Classe d'entités de tuile temporaire : "+str(TempTileFC)) arcpy.AddField_management (TempTileFC, FieldName, FType, FPrecision, FScale, FLength, "", FNull, "", "") arcpy .FeatureToPoint_management (SYMExtent, TempP, "CENTROID") TempPCen = ar cpy.Describe(TempP) CentroidE = TempPCen.extent CentroidX = CentroidE.XMin CentroidY = CentroidE.YMin arcpy.AddMessage(" - Champ de classe d'entités Temp Tile ajouté :"+str(FieldName)) arcpy.AddMessage(" - Classe d'entités Centroid Pour le raster :"+str(CentroidX)+str(CentroidY)) sourceLayer = arcpy.mapping.Layer(TempLayerFile) arcpy.AddMessage(" ") arcpy.AddMessage("============== ================================================== =======") arcpy.AddMessage(" ") arcpy.AddMessage(" * VALEURS EN BOUCLE") cursor = arcpy.SearchCursor(TempFrequency) pour la ligne du curseur : arcpy.AddMessage(" ") arcpy.AddMessage( " --------------") rec = row.getValue(FieldName) arcpy.AddMessage(" - Nom du champ de fréquence :"+str(FieldName)) arcpy.AddMessage(" - Enregistrement de fréquence : "+str(rec)) TempLayerClone = TempLayerCloneName+str(rec) arcpy.AddMessage(" - Temp Layer:"+str(TempLayerClone)) ### Nous n'avons pas besoin de supprimer le geom. il suffit d'écrire la nouvelle valeur. FieldExp ="'"+str(rec)+"'" arcpy.AddMessage(" - Calculer l'expression de champ de tuile : "+str(FieldExp)) arcpy.AddMessage(" - Tuile temporaire : " +str(TempTileFC)) arcpy. CalculateField_management(TempTileFC, FieldName, FieldExp, "PYTHON_9.3","") # Supprimer le test de couche pour df dans arcpy.mapping.ListDataFrames(mxd): pour lyr dans arcpy.mapping.ListLayers(mxd, "", df): if str(lyr)==TempLayerClone: ​​arcpy.mapping.RemoveLayer(df, lyr) if arcpy.Exists(TempLayerClone): arcpy.Delete_management(TempLayerClone) # Make Layer arcpy.MakeFeatureLayer_management (TempTileFC, TempLayerClone, "", "", "") # Créer une couche FeatureClassLayerMapping = arcpy.mapping.Layer(TempLayerClone) arcpy.mapping.AddLayer(df, FeatureClassLayerMapping, "TOP") # Couche en haut arcpy.AddMessage(" - Couche ajoutée") # Mettre à jour df2 = arcpy. mapping.ListDataFrames(mxd)[0] updateLayer2 = arcpy.mapping.ListLayers(mxd, TempLayerClone, df)[0] arcpy.mapping.UpdateLayer(df2, updateLayer2, sourceLayer, "True") # Carto Correspond ##### ########### NUMERIQUE OU TEXTE si FTyp e == "String": arcpy.AddMessage(" - IS String") ## 10.1 DefQURY = ((""""{0}"='{1}'""").format(FieldName,rec) ) #TEXT FIELDS elif FType == "Text": arcpy.AddMessage(" - IS TEXT") ## 10.1 DefQURY = ((""""{0}"='{1}'""").format (FieldName,rec)) #TEXT FIELDS else : arcpy.AddMessage(" - IS NOT TEXT") DefQURY = ((""""{0}"={1}""").format(FieldName,rec) ) # NUMERIC FIELDS arcpy.AddMessage(" - Layer Updated") arcpy.AddMessage(" - Selection Qu:" +str(DefQURY)) arcpy.SelectLayerByAttribute_management (updateLayer2, "NEW_SELECTION", DefQURY ) # Sélectionner et zoomer df.zoomToSelectedFeatures( ) arcpy.SelectLayerByAttribute_management (updateLayer2, "CLEAR_SELECTION") arcpy.RefreshActiveView() arcpy.AddMessage(" - Zoomed") #Raster si arcpy.Exists(TRaster): arcpy.Delete_management(TRaster) arcpy.mapping.ExportToTIFF(mxd, TRaster) , df2, df_export_width=600,df_export_height=600,geoTIFF_tags=True) arcpy.AddMessage(" - RGB Raster Exported") arcpy.AddMessage(" - RGB Raster : "+TRaster) Centroidf = ("{0} {1}" .format(Cen troidX,CentroidY)) RValues ​​= arcpy.GetCellValue_management(TRaster, Centroidf, "1") GValues ​​= arcpy.GetCellValue_management(TRaster, Centroidf, "2") BValues ​​= arcpy.GetCellValue_management(TRaster, Centroidf, "3") arcpy.AddMessage (" - R: "+str(RValues)) arcpy.AddMessage(" - G: "+str(GValues)) arcpy.AddMessage(" - B: "+str(BValues)) #Selection arcpy.SelectLayerByAttribute_management (InPolyLayer, "NEW_SELECTION", DefQURY ) arcpy.AddMessage(" - Selection: "+ InPolyLayer) arcpy.AddMessage(" - Def: "+ DefQURY) arcpy.CalculateField_management(InPolyLayer, FieldNameR, RValues, "PYTHON_9.3") arcpy.CalculateField_management(InPolyLayer, FieldNameR, RValues, "PYTHON_9.3") InPolyLayer, FieldNameG, GValues, "PYTHON_9.3") arcpy.CalculateField_management(InPolyLayer, FieldNameB, BValues, "PYTHON_9.3") arcpy.SelectLayerByAttribute_management (InPolyLayer, "CLEAR_SELECTION", DefQURY ) arcpy.AddMessage(" - Calculé ) # Supprimer le calque pour df3 dans arcpy.mapping.ListDataFrames(mxd): pour lyr dans arcpy.mapping.ListLayers(mxd, "", df3): if str(ly r)==TempLayerClone: ​​arcpy.mapping.RemoveLayer(df3, lyr) del TempLayerClone del FeatureClassLayerMapping del df2, df3 arcpy.AddMessage(" - Removed & Cleared") ## si le courant n'est pas enregistré, l'outil échouera mxd.save ()

Exemple:


Les séries de cartes peuvent être créées sans aucun script à l'aide de la barre d'outils Pages dynamiques depuis ArcMap. L'inverse est également vrai : les séries de cartes peuvent être entièrement scriptées à l'aide de arcpy.mapping sans utiliser l'interface utilisateur des pages dynamiques dans ArcMap, mais il existe de bonnes raisons de combiner les deux techniques. La barre d'outils des pages dynamiques d'ArcMap peut ne pas fournir suffisamment d'options pour créer la série de cartes « parfaite », mais le comportement inhérent d'une carte utilisant les pages dynamiques peut économiser de nombreuses lignes de code car l'étendue de la page, les échelles, le texte dynamique et ainsi de suite, sont tous gérés automatiquement dans le document ArcMap afin que le code n'ait pas besoin d'être écrit.

Un exemple de ceci serait un scénario dans lequel les informations de chaîne d'un élément de texte doivent être formatées à l'aide d'une logique personnalisée ou doivent être construites à partir de plusieurs champs. Il serait inutile d'avoir à tout faire dans arcpy.mapping juste à cause d'une exigence aussi simple et personnalisée. Dans ce cas, le document ArcMap peut toujours être créé avec les pages dynamiques activées et arcpy.mapping peut gérer les exigences de chaîne d'élément de texte personnalisé. Un exemple de code ci-dessous traite ce scénario.

Les pages dynamiques doivent d'abord être activées et créées dans un document ArcMap ( .mxd ) à l'aide de la barre d'outils Pages dynamiques d'ArcMap avant de pouvoir être référencées avec arcpy.mapping.

La classe DataDrivenPages n'a qu'une seule méthode exportToPDF, mais cela ne signifie pas que d'autres fichiers d'exportation ne peuvent pas être créés. Voir le premier exemple de code ci-dessous.

Pour plus d'informations sur les pages dynamiques, consultez les rubriques suivantes :


Cet outil génère les attributs de chaque segment existant dans l'image. Les attributs incluent la moyenne, l'écart type, la taille du segment, la couleur convergée (à partir de l'outil Segment Mean Shift) et la compacité.

Le jeu de données raster segmenté en entrée, où tous les pixels appartenant à un segment ont la même couleur RVB convergée. Il s'agit généralement d'un raster RVB 8 bits et 3 bandes, mais il peut également s'agir d'un raster en niveaux de gris à 1 bande.

Des jeux de données raster auxiliaires, tels qu'une image multispectrale ou un DEM, sont incorporés pour générer des attributs et d'autres informations requises pour le classificateur. Ce raster sera nécessaire lors du calcul d'attributs tels que la moyenne ou l'écart type. Ce paramètre est facultatif.

Spécifie les attributs à inclure dans la table attributaire associée au raster en sortie.

  • COULEUR — Les valeurs de couleur RVB sont dérivées du raster en entrée segment par segment.
  • MEAN — Le nombre numérique moyen (DN) est dérivé de l'image de pixel facultative sur une base par segment.
  • STD — L'écart type est dérivé de l'image de pixel en option sur une base par segment.
  • COUNT — Le nombre de pixels composant le segment, segment par segment.
  • COMPACITÉ — Le degré auquel un segment est compact ou circulaire, segment par segment. Les valeurs vont de 0 à 1, où 1 est un cercle.
  • RECTANGULARITÉ — Le degré auquel le segment est rectangulaire, sur une base par segment. Les valeurs vont de 0 à 1, où 1 est un rectangle.

Si la seule entrée dans l'outil est une image segmentée, les attributs par défaut sont COLOR , COUNT , COMPACTNESS et RECTANGULARITY . Si un in_additional_raster est également inclus en tant qu'entrée avec une image segmentée, alors MEAN et STD sont disponibles en tant qu'options.

Valeur de retour

Le raster d'index de segment en sortie, où les attributs de chaque segment sont enregistrés dans la table attributaire associée.


Couches de carte

Lorsque vous ajoutez un jeu de données à ArcMap, une couche est créée. Chaque couche de carte est utilisée pour afficher et utiliser un jeu de données SIG spécifique. Une couche représente des données géographiques dans ArcMap, telles qu'un thème de données particulier. Les exemples de couches de carte incluent les cours d'eau et les lacs, le terrain, les routes, les frontières politiques, les parcelles, les empreintes de bâtiments, les lignes de services publics et les images orthophotographiques.

Une couche référence les données stockées dans les géodatabases, les couvertures, les fichiers de formes, les rasters, etc., plutôt que de stocker réellement les données géographiques. Ainsi, une couche reflète toujours les informations les plus récentes de votre base de données. Une couche ne sera pas dessinée sur votre carte à moins que vous n'ayez également accès à la source de données sur laquelle la couche est basée.

Les calques ont un certain nombre de propriétés que vous pouvez utiliser et définir. Vous pouvez cliquer avec le bouton droit sur une couche dans la table des matières et cliquer sur Propriétés pour afficher la boîte de dialogue Propriétés de la couche, dans laquelle vous pouvez définir la symbologie, l'étiquetage, les règles de dessin et d'autres options. Par exemple, vous pouvez spécifier que les cours d'eau sont dessinés avec toutes les lignes bleues, les parcelles sont dessinées en fonction de leur code d'utilisation des terres, les parcs sont dessinés à l'aide d'un motif de remplissage vert et sont étiquetés avec le nom du parc, l'élévation numérique est représentée comme un relief ombré , etc. En outre, d'autres propriétés incluent la définition des échelles auxquelles ils peuvent dessiner, les entités à dessiner à partir de la source de données, l'emplacement de ces données dans votre base de données, les propriétés d'attribut, les jointures et les relations pour travailler avec les informations tabulaires.

Les couches peuvent être enregistrées dans un fichier sur disque (.lyr) afin qu'elles puissent être partagées et réutilisées sans partager l'intégralité de la carte. Lorsque vous enregistrez une couche sur le disque, vous enregistrez tout sur la couche, comme la symbolisation et l'étiquetage. Lorsque vous ajoutez un fichier de couche à une autre carte, il s'affiche exactement comme il a été enregistré. D'autres peuvent déposer ces couches sur leurs cartes sans avoir à savoir comment accéder à la base de données ou classer les données, ce qui peut être utile lors du partage de données stockées dans une géodatabase multi-utilisateurs avec des membres du personnel non techniques. Vous pouvez partager des couches sur le réseau ainsi que des couches de courrier électronique, avec les données, avec des personnes ou inclure la couche dans les métadonnées des données.


Symboliser des données dans une couche

Lorsque vous ajoutez un jeu de données à un bloc de données dans votre carte, par défaut, ArcMap dessine toutes les entités à l'aide du même symbole et de la même couleur. Si vous ouvrez les propriétés d'une couche et cliquez sur l'onglet Symbologie, vous pouvez modifier la façon dont les informations sont affichées. Selon le type de couche créée, vous trouverez différentes manières de symboliser les données contenues dans la couche. Le plus souvent, les informations contenues dans l'ensemble de données lui-même sont utilisées pour déterminer comment les données sont symbolisées.

Parfois, toutes les entités d'un jeu de données sont dessinées à l'aide d'un symbole ou d'une couleur commun. Par exemple, tous les flux sont dessinés à l'aide de lignes bleues et étiquetés avec la même police et la même taille.

Cependant, il est probable que vous souhaitiez souvent que certains affichages de couches soient plus sophistiqués et que vous souhaitiez affecter des symboles en fonction des valeurs d'attribut. Par exemple, les symboles circulaires représentant les villes sur la carte ci-dessous sont classés en tailles en fonction de la population.

Des données catégorielles telles que celles-ci sont dessinées à l'aide de symboles uniques pour chaque catégorie. Vous pouvez travailler avec des champs de données numériques continus en utilisant des outils de classification pour créer une série de plages de classes. Ensuite, vous pouvez affecter des symboles pour dessiner chaque classe ou utiliser un dégradé de couleurs pour affecter des valeurs de couleur à chaque classe.

ArcMap contient de nombreuses méthodes alternatives pour représenter et afficher des symboles et des affichages cartographiques. Pour une utilisation efficace d'ArcMap, il est important de connaître les différentes alternatives pour le rendu et la représentation des couches.

Voici des exemples de trois méthodes fréquemment utilisées pour symboliser les couches.

Affichage des quantités à l'aide d'un schéma de classification

De nombreuses valeurs d'attributs numériques peuvent refléter une gamme de mesures, par exemple la densité de population, les pourcentages, les mesures des précipitations, etc. De telles valeurs peuvent être classées en plages de valeurs, et chaque classe se voit attribuer un symbole cartographique à des fins d'affichage. Vous pouvez choisir de symboliser les quantités avec des couleurs ou des symboles gradués, des symboles proportionnels ou à l'aide de points. Lorsque vous spécifiez la valeur d'attribut à utiliser, une classification par défaut est attribuée. Vous pouvez modifier le schéma de classification, le nombre de plages et les interruptions de classe.

Une fois que vous avez classé vos données, vous pouvez utiliser diverses méthodes de rendu pour représenter les classes dans votre carte. L'exemple ci-dessous montre une carte choroplèthe de densité de population (pourcentage de la population de moins de cinq ans, par comté américain), dessinée à l'aide de couleurs graduées. Une fois que vous avez choisi le moteur de rendu, vous pouvez choisir un dégradé de couleurs dans le menu déroulant ou spécifier la couleur d'une classe individuelle en double-cliquant dessus pour afficher la boîte de dialogue Sélecteur de symboles.

Affichage de données catégorielles à l'aide de symboles uniques

L'attribution de symboles uniques pour chaque catégorie peut être basée sur une valeur d'attribut de classe. Une valeur d'une série de classes ou de catégories pourrait être attribuée à chaque caractéristique. Par exemple, des routes ou des parcelles peuvent être dessinées en fonction de leur valeur de classe attribuée (catégorie).

Un symbole unique est attribué à chaque catégorie. Les fonctionnalités avec une valeur de catégorie correspondante sont dessinées à l'aide d'un symbole attribué. Par exemple, un schéma de couleurs peut être utilisé pour attribuer une couleur unique à chaque catégorie d'attribut, comme indiqué ci-dessous. Cet exemple montre les limites des continents du monde, chacun dessiné avec une couleur différente.

Combinaison de quantités et de catégories à l'aide du mappage de graphiques

Symboliser chaque caractéristique avec un graphique est un moyen d'afficher simultanément les catégories et les quantités. Vous créez essentiellement des catégories à partir de champs connexes qui contiennent des quantités.Par exemple, un ensemble de données de comtés peut contenir des champs pour les tranches d'âge de 21 ans, de 22 à 29 ans, de 30 à 39 ans, de 40 à 49 ans, etc. contenant le nombre de personnes dans chaque groupe. Vous pouvez utiliser ces champs comme catégories pour créer des graphiques montrant le nombre relatif de personnes dans chaque groupe d'âge, pour chaque comté.


Création de texte à partir de calques

Les couches sont utilisées pour créer des étiquettes de carte à l'aide de valeurs d'attribut. Vous pouvez spécifier un champ qui peut être utilisé comme source pour le texte d'étiquette et spécifier une série de règles de dessin pour les étiquettes. Dans ce cas, les limites administratives seront étiquetées en utilisant leur nom, tiré du champ NOM.


Couches dans la table des matières

La table des matières vous permet de spécifier quelles couches sont affichées sur la carte (en les activant et en les désactivant). De plus, l'ordre des couches dans la table des matières détermine l'ordre d'affichage des couches sur la carte. Les couches supérieures dans la table des matières sont dessinées au-dessus de celles inférieures. Pour modifier l'ordre, cliquez sur l'onglet Affichage de la table des matières, cliquez et maintenez le nom d'une couche et faites-le glisser vers le haut ou le bas dans la table des matières vers une nouvelle position.

Les couches avec une couverture complète de la zone, telles que des polygones remplis ou un raster, sont généralement dessinées sous d'autres couches de carte.


Utilisation des attributs de calque

Vous pouvez utiliser des tables attributaires pour les jeux de données référencés par chaque couche de carte. Cliquez avec le bouton droit sur une couche dans la table des matières pour ouvrir sa table attributaire. Dans la fenêtre du tableau, vous pouvez effectuer des requêtes, effectuer des sélections, effectuer un zoom et un panoramique sur des entités sur la carte, etc. Cliquez sur le menu Options de la fenêtre du tableau pour créer des graphiques et des rapports, modifier la police du tableau, imprimer le tableau et effectuer diverses autres opérations. Lorsque vous sélectionnez un élément dans un tableau ou un graphique, l'entité est également sélectionnée sur la carte (et vice versa).

Avant de commencer à travailler avec la table attributaire d'une couche, vous pouvez d'abord définir diverses propriétés d'affichage pour les tables. Pour ce faire, cliquez sur l'onglet Champs de la boîte de dialogue Propriétés de la couche pour spécifier les champs qui apparaîtront lorsque vous ouvrirez le tableau de la couche, le nom des champs (à l'aide de noms d'alias) et la façon dont les champs numériques seront formatés. Vous pouvez également spécifier ces options pour un champ individuel en cliquant avec le bouton droit sur un en-tête de champ dans la fenêtre du tableau et en cliquant sur Propriétés.


Jointures et relations entre les couches et les tables attributaires

Les données associées sont souvent rassemblées et stockées dans plusieurs couches et tables. Quelques exemples de données associées stockées dans différentes couches et tables incluent

  • Une couche Parcelle et une table Propriétaire contenant des informations sur les propriétaires de parcelles.
  • Une couche States et une couche County qui contiennent des données de recensement par comté pour chaque état.
  • Une couche de poteau de service public et une couche de transformateur qui répertorie tous les transformateurs montés sur chaque poteau de service public.

Même si les données sont stockées dans différentes couches et tables, vous devrez souvent identifier les données associées afin d'effectuer des requêtes et de modifier les données associées. ArcMap propose trois méthodes pour associer des données associées : les relations, les jointures et les jointures spatiales.

  • Relate : Une relation définit une relation entre deux tables attributaires à l'aide d'une clé commune aux deux tables. Les relations vous permettent d'accéder aux données associées lorsque vous travaillez avec les attributs d'une couche. Une relation est similaire à une simple classe de relations, sauf qu'elle peut impliquer des données provenant de différents espaces de travail (par exemple, une table dBASE peut être liée à une couverture) et est stockée dans un fichier de couche ou un document ArcMap. En savoir plus sur les relations

  • Join : Lorsque vous joignez deux tables, vous ajoutez les attributs d'une table à l'autre en fonction d'un champ commun aux deux. Les jointures sont principalement utilisées pour étiqueter et symboliser votre couche en fonction des données associées. En savoir plus sur les jointures

  • Jointure spatiale : lorsque les couches de votre carte ne partagent pas un champ attributaire commun, vous pouvez les joindre à l'aide d'une jointure spatiale. Cela joint les attributs de deux couches en fonction de l'emplacement des entités dans les couches. Les jointures spatiales sont différentes des jointures d'attributs en ce qu'elles ne sont pas dynamiques et nécessitent l'enregistrement des résultats dans une nouvelle couche de sortie. En savoir plus sur les jointures spatiales


Différents types de couches

Il existe différents types de couches. Certaines couches représentent un type particulier d'entité géographique, tandis que d'autres représentent un type particulier de données. Chaque type de couche a des mécanismes différents pour afficher et symboliser leur contenu, et des opérations spécifiques que vous effectuerez sur eux. De nombreux calques ont des ensembles d'outils spéciaux pour travailler avec le calque et son contenu. Par exemple, vous pouvez utiliser la barre d'outils Editeur pour manipuler les couches d'entités, la barre d'outils Topologie pour travailler avec le contenu d'une couche topologique et la barre d'outils Annotation pour créer et modifier des couches d'annotation (texte).

Voici quelques-uns des types de calques courants :

  • Couche d'entités : une couche qui référence un ensemble de données d'entités (vecteurs) qui représentent des entités géographiques sous forme de points, de lignes et de polygones. La source de données d'une couche d'entités peut être stockée dans des géodatabases, des fichiers de formes, des couvertures ArcInfo, des fichiers DAO, etc.
  • Couche raster : une couche qui référence un raster ou une image comme source de données.
  • Couche graphique : une couche utilisée pour afficher des graphiques, du texte et des annotations, généralement au-dessus d'autres couches de carte.
  • Couche de service : une couche utilisée pour afficher ArcIMS, ArcGIS Server, les services WMS et d'autres services Web.
  • Couche de géotraitement : une couche qui affiche la sortie d'un outil de géotraitement.

Regroupement des calques

Les calques peuvent être placés dans des groupes de calques pour combiner plusieurs calques qui sont souvent affichés ou gérés ensemble. Le regroupement de couches peut aider à organiser les couches associées dans une carte et peut être utilisé pour définir des options d'ordre de dessin avancées. Par exemple, supposons que vous ayez deux couches sur une carte représentant des voies ferrées et des autoroutes. Vous pouvez choisir de regrouper ces couches et de nommer la couche résultante Réseaux de transport (mis en évidence dans le graphique ci-dessous). Lorsque vous décochez la case Réseaux de transport dans la table des matières, les sous-couches Highways et Railroads sont également désactivées.


Création et modification d'entités

ArcGIS dispose d'un ensemble complet d'outils de mise à jour qui peuvent être utilisés à la fois pour créer des entités, modifier leur forme et changer leurs attributs.

Création d'un nouveau jeu d'entités vide avec ArcCatalog

Rappelons qu'ArcCatalog est le programme permettant d'établir les caractéristiques de base d'un ensemble de données, par ex. sa projection.

Il ne sera donc probablement pas surprenant que vous utilisiez également ArcCatalog pour créer de nouveaux fichiers de formes à partir de zéro.

Procédure 5 : Création d'un nouveau fichier de formes vide

  1. Démarrez ArcCatalog :
    • Si vous êtes déjà dans ArcMap, regardez dans la barre d'outils Standard et cliquez sur le bouton ArcCatalog.
    • Sinon:
      1. Cliquez sur le menu Démarrer
      2. Pointez sur l'élément de menu Tous les programmes
      3. Si vous êtes dans les laboratoires publics, pointez sur l'élément de menu
      4. Puis pointez sur l'élément de menu ArcGIS
      5. Cliquez sur l'élément de menu ArcCatalog .

      Un fichier de formes vide devra avoir des fonctionnalités ajoutées, et cela se produira généralement en conjonction avec une autre couche à partir de laquelle vous pouvez extraire des informations.

      Exercice : Préparation d'un fichier de formes pour l'édition

      La première étape de la création d'un nouveau fichier de formes consiste à avoir une bonne couche d'arrière-plan à comparer avec laquelle vous utiliserez une orthophoto d'Amherst ici.

      1. Retour à ArcMap :
        • S'il est déjà en cours d'exécution, basculez dessus, regardez dans la barre d'outils Standard et cliquez sur le bouton Nouveau fichier de carte
        • S'il n'est pas déjà en cours d'exécution et que vous êtes toujours dans ArcCatalog , regardez dans la barre d'outils Standard et cliquez sur le bouton ArcMap .
      2. Dans la barre d'outils Standard, cliquez sur le bouton Ajouter des données.
      3. Dans la boîte de dialogue Ajouter des données , accédez au dossier K:MapsLocal DataAmherstOrthophotos si nécessaire, établissez d'abord une nouvelle connexion (voir Construction et partage de cartes pour plus de détails).
      4. Dans le dossier Orthophotos, cliquez sur le fichier amherst_2004.sid.
      5. Cliquez sur le bouton Ajouter.
      6. Zoomez sur la zone d'Amherst College (légèrement au nord-ouest du centre).
      7. Ajoutez maintenant le fichier de formes vide en cliquant à nouveau sur le bouton Ajouter des données , en naviguant jusqu'au dossier editmaps et en ajoutant le fichier de formes que vous avez créé dans la procédure 5 ci-dessus, houses.shp . Vous l'utiliserez pour marquer l'emplacement de plusieurs résidences universitaires sur le campus.

      Ajout et suppression de champs de table attributaire

      Par défaut, un nouveau shapefile n'a que le nombre minimal d'attributs : son identifiant de champ (FID), sa géométrie (Shape) et un champ Id entier par défaut pour s'assurer qu'il y a au moins un champ supplémentaire présent. L'une des premières choses que vous voudrez faire est d'ajouter un autre champ pour contenir vos propres descriptions des enregistrements.

      Remarque importante : contrairement aux feuilles de calcul telles qu'Excel, les programmes de base de données comme ArcMap traitent les lignes (enregistrements) et les colonnes (champs) comme des structures très distinctes. Par conséquent, vous ne pouvez pas ajouter de champs ou supprimer des champs d'un fichier de formes lorsque vous êtes en mode d'édition orienté enregistrement (décrit par la suite).

      Procédure 6 : Ajout d'un nouveau champ à la table d'attributs d'un fichier de formes

      1. Dans ArcMap , ouvrez la table attributaire du fichier de formes comme décrit dans le document Construction et partage de cartes dans la procédure Affichage de la table attributaire d'une couche de carte.

      N'oubliez pas les limitations sur les noms de champ décrites dans Cartographier des données nommées géographiquement dans la procédure Rendre un fichier Excel compatible avec ArcGIS, étape 1.

      Maintenant que vous avez ajouté un autre champ à votre fichier de formes, l'identifiant du champ entier n'est plus nécessaire, donc à moins que vous n'ayez besoin d'un tel champ, c'est une bonne idée de nettoyer votre table attributaire en le supprimant.

      Procédure 7 : suppression d'un champ de la table d'attributs d'un fichier de formes

      1. Dans ArcMap , ouvrez la table attributaire du fichier de formes comme décrit dans le document Construction et partage de cartes dans la procédure Affichage de la table attributaire d'une couche de carte.

      Modification d'entités dans un fichier de formes

      Remarque importante : contrairement aux feuilles de calcul telles qu'Excel, les programmes de base de données comme ArcMap traitent les lignes (enregistrements) et les colonnes (champs) comme des structures très distinctes. Par conséquent, vous devez quitter le mode d'édition orienté enregistrement avant de pouvoir ajouter ou supprimer des champs de la table attributaire d'un fichier de formes.

      Procédure 8 : Travailler en mode édition

      Une carte peut regrouper un grand nombre de couches différentes et des erreurs peuvent affecter accidentellement un grand nombre d'entités. Par conséquent, la mise à jour d'une couche se produit dans un mode de mise à jour distinct qui nécessite un peu de préparation.

      1. Dans ArcMap , dans la barre d'outils Standard , cliquez sur le bouton Barre d'outils de l'éditeur .
      2. La barre d'outils de l'éditeur apparaîtra, vous pouvez l'ancrer dans un emplacement pratique si vous le souhaitez :

      1. Dans la liste De quel dossier ou base de données voulez-vous modifier les données ? , assurez-vous que le bon dossier est sélectionné, de sorte que le fichier de formes que vous souhaitez modifier apparaisse dans le champ Ces couches et tables actuellement dans votre carte résident dans la source sélectionnée ci-dessus : .
      2. Cliquez sur le bouton OK.
      • c'est dans le même dossier, revenez à l'étape 5
      • c'est dans un différent dossier, passez à l'étape 8, puis recommencez cette procédure depuis le début.

      Vous allez maintenant ajouter des points pour quelques-unes des maisons que vous reconnaissez dans l'orthophoto d'Amherst. Cette carte du campus pourrait être utile.

      Procédure 9 : Ajout de nouvelles fonctionnalités à un fichier de formes

      1. Dans ArcMap , assurez-vous d'avoir ajouté le fichier de formes que vous souhaitez modifier et commencez la modification comme décrit dans la procédure 8, étapes 1 à 5.
      2. Cliquez sur le bouton Outil d'esquisse, le curseur se transformera en un cercle aquatique transparent avec un réticule.
      3. Toutes les entités dans les fichiers de formes sont décrites par un ou plusieurs points, qui pour les polylignes et les polygones sont appelés car ils connectent des segments de ligne. Les polygones diffèrent des polylignes en reliant toujours le dernier point au premier point.

      • un point, un simple clic suffit
      • une polyligne ou un polygone, cliquez une fois pour chaque sommet supplémentaire, sauf double-cliquer pour le dernier sommet.

      Si vous faites une erreur, appuyez sur la touche Ctrl-Z pour annuler le clic le plus récent, ou sur la touche Ctrl-Suppr pour supprimer l'esquisse en cours dans son intégralité.

      Juste pour vous entraîner, supprimez deux des points de maison que vous venez de créer, un de la carte et un de la table attributaire :

      Procédure 10 : suppression d'entités d'un fichier de formes

      1. Dans ArcMap , assurez-vous d'avoir ajouté le fichier de formes que vous souhaitez modifier et commencez à modifier comme décrit dans la procédure 8, étapes 1 à 5.
      2. Pour supprimer une fonctionnalité :
        • Lorsque vous voyez l'entité sur la carte :
          1. Dans la barre d'outils Editeur , assurez-vous que le L'outil d'édition est sélectionné.

          1. A l'extrémité gauche de l'enregistrement, cliquez sur le bouton Sélectionner l'enregistrement .
          2. Appuyez sur la touche Supprimer .

          Modifiez maintenant la table attributaire des caractéristiques de la maison que vous avez créées pour ajouter leurs noms :

          Procédure 11 : Modification des attributs d'entités dans un fichier de formes

          1. Dans ArcMap , assurez-vous d'avoir ajouté le fichier de formes que vous souhaitez modifier et commencez la modification comme décrit dans la procédure 8, étapes 1 à 5.
          2. Dans la table des matières , faites un clic droit sur le nom de la couche dont vous souhaitez modifier les attributs, par ex. maisons.shp .
          3. Dans le menu contextuel de la couche, cliquez sur l'élément de menu Ouvrir la table attributaire .
          4. Dans la table Attributs de la couche, localisez l'enregistrement d'entité que vous souhaitez modifier. Vous trouverez peut-être utile de déplacer la table afin de voir la carte et de sélectionner l'entité comme décrit dans la procédure 2.
          5. Dans l'enregistrement de cette entité, double-cliquez sur le champ que vous souhaitez modifier et saisissez sa nouvelle valeur.
          6. Si vous le souhaitez, enregistrez vos modifications comme décrit dans la procédure 8, étape 6.
          7. Si vous souhaitez modifier des fonctionnalités supplémentaires dans ce fichier de formes, répétez les étapes 4, 5 et 6 pour chacune d'entre elles.

          Parfois, vous voudrez apporter des modifications au géométrie d'une entité, soit dans son ensemble, soit à des sommets individuels.

          Procédure 12 : Modification de la géométrie des entités dans un fichier de formes

          1. Dans ArcMap , assurez-vous d'avoir ajouté le fichier de formes que vous souhaitez modifier et commencez à modifier comme décrit dans la procédure 8, étapes 1 à 5.
          2. Assurez-vous que le L'outil d'édition est sélectionné, puis :
            • Si vous souhaitez déplacer l'intégralité de la fonctionnalité :
              1. Clique dessus une fois et attendez qu'il soit sélectionné
              2. Cliquez à nouveau dessus et faites-le glisser vers sa nouvelle position.
              1. Double-cliquez n'importe où sur l'entité, son contour se transformera en une fine ligne en surbrillance aqua et ses sommets apparaîtront sous la forme de petites cases vertes et rouges.
              2. Pointez le curseur sur le sommet que vous souhaitez modifier et attendez que le curseur se transforme en une boîte avec des triangles de chaque côté.
              3. Cliquez et faites glisser le sommet vers sa nouvelle position, l'aqua-highlight restera à son emplacement d'origine.
              4. Cliquez n'importe où en dehors de l'esquisse pour voir l'effet du changement.
              1. Double-cliquez n'importe où sur l'entité, son contour se transformera en une fine ligne surlignée en aqua, et ses sommets apparaîtront sous la forme de petites cases vertes et rouges.
              2. Pointez le curseur sur le sommet que vous souhaitez supprimer et attendez que le curseur se transforme en une boîte avec des triangles de chaque côté.
              3. Cliquez avec le bouton droit sur le sommet, et dans son menu contextuel, cliquez sur l'élément Supprimer le sommet .
              4. Cliquez n'importe où en dehors de l'esquisse pour voir l'effet du changement.
              1. Double-cliquez n'importe où sur l'entité, son contour se transformera en une fine ligne en surbrillance aqua et ses sommets apparaîtront sous la forme de petites cases vertes et rouges.
              2. Pointez le curseur à l'endroit le long du contour où vous souhaitez ajouter le sommet et attendez que le curseur se transforme en une flèche à quatre directions.
              3. Cliquez avec le bouton droit sur le contour, et dans son menu contextuel, cliquez sur l'élément Insérer un sommet .
              4. Cliquez n'importe où en dehors de l'esquisse pour voir l'effet du changement.
              1. Double-cliquez n'importe où sur l'entité, son contour se transformera en une fine ligne surlignée en aqua, et ses sommets apparaîtront sous la forme de petites cases vertes et rouges.
              2. Soit:
                • Pointez le curseur n'importe où le long de l'esquisse et faites un clic droit dessus, et dans son menu contextuel, cliquez sur l'élément Propriétés&hellip ou
                • Dans la barre d'outils Editeur , cliquez sur le bouton Propriétés de l'esquisse .
              3. Dans la boîte de dialogue Modifier les propriétés de l'esquisse , un sommet sera sélectionné et dans l'esquisse, il apparaîtra sous la forme d'un carré creux. Dans une polyligne/un polygone, vous pouvez cliquer sur un autre sommet ou utiliser les touches fléchées haut et bas pour vous déplacer le long de l'esquisse.
              4. Cliquez sur la ou les coordonnées du point/sommet que vous souhaitez modifier et saisissez la ou les nouvelles valeurs.
              5. Cliquez sur le bouton Terminer l'esquisse .

              Exercice : Création d'un fichier de formes de ligne

              Localisez la rivière Fort juste au sud du campus d'Amherst et créez un fichier de formes linéaires qui suit son parcours à travers l'orthophoto.


              Enregistrement des valeurs RVB d'une couche ArcMap dans la table attributaire - Systèmes d'information géographique

              LAB 5.1 : Aptitude mondiale à l'énergie solaire (carte TOA) [5.1, 5.2, 5.3 , 5.4 ]
              Attribué:
              Payable:

              L'objectif général de ce laboratoire est d'utiliser le SIG pour localiser des zones pour des études plus détaillées d'adéquation de l'énergie solaire. Bien que nous n'aborderons que la composante géographique de cette question, d'autres composantes de cette question sont tout aussi intéressantes. Notre tâche en tant que cartographes est de générer une carte montrant l'adéquation régionale, c'est tout. Nous pouvons laisser aux experts le soin de décider quand et comment ils seront construits. Notre travail est de faire une carte d'où. Bien que certains problèmes géographiques soient relativement simples, il existe souvent des relations non linéaires entre de multiples facteurs influençant certains types de problèmes spatiaux. La "perspective spatiale" des problèmes, tels que l'implantation d'installations d'énergie solaire, est l'une de ces questions impliquant de multiples facteurs concurrents.

              Le but plus spécifique de la partie du laboratoire que vous êtes sur le point de faire est de vous familiariser avec les données à l'échelle mondiale. Vous utiliserez également travailler avec deux structures de données compatibles (raster et vecteur), ainsi que créer des données. L'ensemble de données que vous allez générer, Global Top of Atmosphere (TOA) Solar Radiation, sera utilisé dans le cadre de l'analyse d'adéquation finale.

              Dans un monde idéal, tout serait dans la même projection, il n'y aurait qu'un petit nombre de formats de fichiers, nous utiliserions tous les mêmes unités et tout le monde partagerait tout. Ce n'est cependant pas le cas, et les données géospatiales appropriées sont souvent difficiles à trouver.

              Dans le matériel qui suit, nous allons générer un jeu de données Top of Atmosphere (TOA) à partir d'une image gif. Les données, les équations et les paramètres du modèle utilisés pour générer [ l'image gif ] ont été initialement fournis par la NOAA NCEP (Centre national pour la protection de l'environnement) et le Centre de diagnostic climatique NOAA-CIRES.

              Étape 1 - Téléchargez et regardez les données

              Allez dans C:WorkSpace et créez un dossier appelé "lab5_sunlab", dans ce dossier créez un autre dossier appelé "toa" ( C:WorkSpacelab5 oa )

              Téléchargez ce [ image gif ] dans le dossier toa. Utilisez le bouton Extraire de WinZip pour décompresser les données afin de conserver la structure du répertoire.

              Avec l'Explorateur Windows, accédez au dossier toa et ouvrez toa_solar_annual_mean.gif avec MS Paint (cliquez dessus avec le bouton droit, choisissez Ouvrir avec et choisissez Paint).

              Jetez un œil aux limites du continent dans l'image gif (pixels gris clair), pas comme si vous aviez l'habitude de les voir, n'est-ce pas ? L'image a un graticule dessus et les distorsions de forme ressemblent à une projection géographique équidistante, mais la projection est centrée sur 180 (dans l'est du Pacifique). Il est clair que cette carte a été générée dans un but non terrestre (atmosphérique).Nous devrons temporairement modifier l'orientation du système de coordonnées du jeu de données du fichier de formes de limites de continent pour qu'il corresponde au contour des continents indiqué dans l'image gif.

              De nombreux ensembles de données que vous voyez sur le Web (ou imprimés sur des cartes papier) ne peuvent pas être facilement obtenus en tant que données géospatiales réelles. Soit les données originales utilisées pour compiler la carte ont disparu, soit la personne qui a créé la carte est inaccessible, soit l'image présente la distribution spatiale d'une distillation complexe de plusieurs couches de données, modèles ou équations. Ce dernier cas est celui où nous nous trouvons maintenant. Le rayonnement solaire TOA (Top of Atmosphere) bien que cela semble être un problème simple, en réalité ce n'est pas si simple. Nous allons utiliser un fichier image gif pour générer un ensemble de données qui représente TOA.

              Étape 2.1 - Découpez le GIF avec MS Paint

              Nous n'aurons pas besoin des informations superflues dans le col de l'image gif. Une fois que vous avez noté les informations utiles (informations de référence des coordonnées, valeur Max, etc.), utilisez MS Paint pour recadrer l'image. (Voir Lab 5.1 Rédaction)

              Le recadrage d'une image à l'aide de MS Paint nécessite cinq étapes, ces étapes sont illustrées dans les captures d'écran suivantes.

              1) En bas à droite de l'image, saisissez le bloc noir qui représente le coin de l'image. Déplacez le coin de l'image vers le haut et vers la gauche de sorte que le coin de l'image se trouve à l'intérieur de la partie couleur de l'image à environ un demi-centimètre du côté droit et à un ou deux centimètres du bas. Il n'est pas nécessaire d'être précis avec cela, déplacez-le approximativement à l'emplacement indiqué dans la capture d'écran ci-dessous.

              2) Allez jusqu'à Image -> Rotation, sélectionnez Rotation par angle et choisissez 180.

              3) Dans l'image de rotation, saisissez à nouveau le bloc noir dans le coin inférieur droit et déplacez le coin vers le haut et vers la gauche. L'emplacement approximatif indiqué dans la capture d'écran ci-dessous.

              4) Allez jusqu'à Image -> Rotation, sélectionnez Rotation par angle et 180 à nouveau pour qu'il soit à nouveau vers le nord.

              5) Allez jusqu'à Fichier -> Enregistrer sous . assurez-vous de conserver la "profondeur de bits" d'origine, 8 bits (256 couleurs), ne pas 24 bits (16 millions de couleurs). Enregistrez l'image en tant que bitmap Windows (.bmp)

              Étape 3 - Modifier le projet de l'ensemble de données des pays

              Démarrez ArcMap avec une mise en page vide. Ajoutez les limites du continent. Tous les jeux de données utilisés par ArcGIS pour créer les mises en page de cartes prédéfinies se trouvent dans C:Program FilesArcGISBinTemplateDataWorld

              Modifiez la symbologie du fichier de formes du continent pour que vous ne voyiez que les lignes (rendez les pays vides/creux).

              Ensuite, allez dans Afficher -> Propriétés du bloc de données. Sous l'onglet Système de coordonnées, accédez à Prédéfini -> Systèmes de coordonnées projetés et mettez en surbrillance Plate Carree. Avec Plate Carree en surbrillance, cliquez sur le bouton Modifier à droite.

              Vous devez faire correspondre les limites du continent à celles de toa_solar_annual_mean.bmp afin de passer à l'étape suivante consistant à donner au fichier image les coordonnées du monde réel. Fondamentalement, ce que vous devez faire est de déplacer le méridien central de la projection de 180 degrés.

              Après avoir cliqué sur Modifier, la boîte de dialogue Propriétés du système de coordonnées projetées s'ouvre et vous permet de modifier le méridien central. Pour ce faire, tapez simplement 180 dans la colonne Valeur à côté de la ligne Central_Meridian.

              Cliquez sur Appliquer, puis sur OK pour fermer la boîte de dialogue Propriétés du système de coordonnées projetées. Cliquez ensuite sur Appliquer et sur OK à nouveau pour fermer la boîte de dialogue Propriétés du bloc de données. Les frontières du continent devraient se recentrer le long du 180e méridien.

              Ajoutez toa_solar_annual_mean.bmp à la même mise en page ArcMap.

              Activez la barre d'outils Géoréférencement (allez dans Affichage -> Barres d'outils -> Géoréférencement).

              Cela ouvrira une nouvelle barre d'outils flottante, l'accrochera dans la partie supérieure de la fenêtre ArcMap sous le bouton déroulant Editeur. Pour ce faire, cliquez et maintenez enfoncées les deux petites barres verticales situées à l'extrême gauche de la barre d'outils flottante de géoréférencement. Une fois que vous l'avez saisi, faites-le glisser vers le haut et il devrait s'enclencher. Vous pouvez déplacer toutes les barres d'outils de cette façon.

              Étape 4.1 - Ajout de points de contrôle

              À côté du bouton du menu déroulant Géoréférencement, il y a un champ avec la couche source, assurez-vous qu'il indique toa_solar_annual_mean.bmp.

              Cliquez avec le bouton droit sur la couche toa_solar_annual_mean.bmp dans ArcMap et choisissez Zoom sur la couche. Il peut être utile de maximiser ArcMap pour vous donner autant d'espace de travail que possible.

              Cliquez sur le bouton Ajouter un point de contrôle (il a une ligne diagonale reliant une paire de croix rouge et verte). Après cela, le curseur se transformera en croix, mais si vous déplacez le curseur hors de la zone modifiable, il redeviendra normal et vous pourrez sélectionner différents outils (comme les outils panoramique et grossissement).

              Effectuez un zoom avant sur la pointe sud de l'Afrique dans toa_solar_annual_mean.bmp en cliquant simplement (les unités de l'image sont difficiles à traduire pour ArcMap, si vous faites glisser une case, elle pourrait se perdre). Cliquez 5 à 6 fois jusqu'à ce que vous soyez suffisamment loin pour voir visuellement la largeur de la ligne de pixels qui comprend la pointe la plus au sud de l'Afrique, comme le montre la capture d'écran ci-dessous. Obtenez à nouveau le curseur Ajouter un point de contrôle en croix et ajoutez un point. Après avoir cliqué sur le curseur, une ligne s'y rattachera.

              Le point "de" est l'endroit où vous venez de cliquer sur la pointe de l'Afrique dans l'image bmp. Vous devez vous rendre à cet endroit (la pointe sud de l'Afrique) sur le fichier de formes de la frontière du continent et ajouter le point de fin "à". Pour ce faire, zoomez au maximum. Vous devriez voir les contours du continent et le bmp de couleur arc-en-ciel au milieu d'eux quelque part, sélectionnez à nouveau l'outil d'agrandissement et zoomez sur la pointe la plus au sud de l'Afrique dans le fichier de formes des frontières du continent. Vous pouvez faire glisser une case cette fois, ou cliquer pour zoomer, ce qui vous convient.

              Une fois que vous avez zoomé sur l'endroit où vous pouvez voir le contour vectoriel de la pointe sud de l'Afrique, sélectionnez à nouveau le bouton Ajouter un point de contrôle. Notez que la ligne pointe en arrière dans la direction du point "de" d'origine. Cliquez sur la pointe sud de l'Afrique avec le réticule Ajouter un point de contrôle.

              Effectuez à nouveau un zoom arrière au maximum, ou vous pouvez cliquer avec le bouton droit sur la couche de données et sélectionner Zoom sur le thème.

              Tout ce qu'un point de contrôle a fait a été de déplacer le bmp, ajoutez maintenant un autre point de contrôle pour l'étirer, mais cette fois, montez jusqu'à la pointe est de l'Islande.

              Après avoir ajouté le point de contrôle de l'Islande sur l'image bmp et de l'Islande dans le jeu de données des limites du continent, vous devez ajouter un autre point de contrôle. Le côté oriental (face aux États-Unis) du Japon est un bon choix. Cela devrait être bien, mais si vos limites ne s'alignent pas, vous pourriez ajouter un autre point (la pointe sud de l'Amérique du Sud serait un bon choix).

              Une fois que vous avez ajouté ce dernier point, inspectez l'ajustement du bmp déformé aux limites du continent. Rappelez-vous que "assez bon" dans ce cas est une distance environ trois fois la largeur de l'un des pixels constituant les lignes des pays dans l'image bmp. Si vous avez un doute, demandez-moi de venir le voir.

              Si les limites s'accordent visuellement, vous avez terminé et vous devriez avoir quelque chose qui ressemble à ceci.

              Si, pour une raison quelconque, vous souhaitez refaire un point, vous devez d'abord supprimer ce point de la table des liens.

              Affichez les points de contrôle réels que vous venez de créer. Cliquez sur le bouton Afficher la table des liens qui se trouve à côté du bouton Ajouter un point de contrôle en haut d'ArcMap.

              Cliquez sur le bouton Enregistrer dans la fenêtre Tableau des liens une fois que vous l'avez ouvert. Enregistrez ces points dans le dossier lab5_data. La table de liens est un fichier texte que vous pouvez charger à nouveau si vous devez supprimer et/ou refaire certains points plus tard et réenregistrer la table de liens. Vous ne devriez pas avoir à refaire cela, mais il est bon de garder une trace de ce type de fichiers.

              Pour supprimer l'un des points, mettez-le en surbrillance et cliquez sur le bouton X.

              Vous pouvez fermer le tableau des liens s'il vous gêne et le rouvrir en cliquant à nouveau sur le bouton. Si vous modifiez les liens, assurez-vous d'enregistrer à nouveau la table des liens afin de pouvoir la charger plus tard si nécessaire.

              Vos numéros seront différents de ceux affichés dans la capture d'écran ci-dessus. Les coordonnées affichées dans le tableau de liens sont les paires de coordonnées utilisées pour transformer l'image bmp en coordonnées du monde réel. Un point de contrôle se compose d'un point de départ (coordonnées x, y sur le bmp) et d'un point (coordonnées x,y sur l'ensemble de données des frontières du continent). Ces paires de coordonnées sont utilisées pour calculer la pente de la formule d'une ligne (y = mx +b), la formule d'une ligne est un "polynôme du 1er ordre (affine)". Cette formule est utilisée pour convertir chaque coordonnée x,y d'entrée (chaque pixel) dans l'image bmp en une nouvelle coordonnée de sortie.

              Vous pouvez ajouter plus de points et faire la 2e ou la 3e commande. Avec chaque polynôme d'ordre supérieur, vous introduirez différents types de distorsions non linéaires dans les équations qui transforment l'image en limites réelles. Un 2ème ordre est exponentiel, ce qui signifie qu'il fera des courbes, et le 3ème ordre est quadratique, ce qui signifie qu'il fera des formes paraboliques.

              Dans le cas où l'image que vous souhaitez rectifier (ou "déformer" en langage SIG) est déjà plane, les transformations polynomiales d'ordre supérieur ne sont pas utiles car l'image est déjà "plate". (Voir Lab 5.1 Rédaction)

              Étape 4.3 - Déformer le bmp

              Après avoir géoréférencé le fichier image sur les limites du continent, effectuez Data -> Exporter les données pour rendre la transformation des coordonnées permanente.

              Cliquez avec le bouton droit sur la couche de données bmp, accédez à Données -> Exporter les données. Cela convertira l'image bmp rectifiée en une grille. GRID est techniquement une structure de données raster (image) ESRI, mais c'est aussi une "grille" au sens normal du terme. Il se compose de lignes et de colonnes de pixels (ou cellules).

              Dans la boîte de dialogue Exporter les données raster qui s'ouvre, sélectionnez Data Frame (Current) pour la référence spatiale, vérifiez la taille de la cellule et définissez-la sur 30000, changez le nom en "toa_solgrid", puis cliquez sur Enregistrer et Oui pour qu'il soit ajouté à la mise en page de la carte.

              Une fois que la grille rectifiée est ajoutée à la mise en page ArcMap et que vous avez enregistré votre table de liens, vous pouvez supprimer l'image bmp (clic droit, choisissez Supprimer).

              Ce que vous avez jusqu'à présent devrait ressembler à ce qui suit. Au lieu du bmp rectifié, vous avez une grille qui a les mêmes coordonnées que les limites du continent.

              Un bmp et le format d'image ArcGIS connu sous le nom de "GRID" sont techniquement tous les deux des rasters, mais le format GRID est différent car il stocke des informations géospatiales et ArcGIS peut utiliser les valeurs de données contenues dans les pixels pour l'analyse.

              Étape 5 - Rééchantillonner, convertir en points, éditer

              Bien qu'il puisse être souhaitable dans certains cas de conserver autant de résolution que possible, dans ce cas, ce n'est pas le cas. Tout ce que nous voulons, c'est un ensemble de données TOA à l'échelle mondiale, mais pour l'obtenir, nous devons supprimer les artefacts introduits par les limites du continent, le texte et les lignes de l'image d'origine. Rééchantillonnez d'abord l'image, cela dégradera la résolution en agrandissant beaucoup les pixels (cellules).

              Pour rééchantillonner la grille TOA créée à partir de Toolbox, accédez à Data Management Tools -> Raster -> Resample. Dans la boîte de dialogue Rééchantillonner, spécifiez le raster en entrée comme celui que vous venez de créer, toa_solgrid. Nommez le raster en sortie "toa_solgr500k" et définissez la taille de la cellule en sortie sur 500000. Cliquez sur OK, et si la grille rééchantillonnée n'est pas ajoutée à votre carte, ajoutez-la automatiquement.

              Il devrait y avoir une nouvelle grille avec des erreurs (pixels gris, pixels noirs et pixels blancs). Ces erreurs sont le texte et les lignes de l'image originale. La grille rééchantillonnée est à peine reconnaissable, mais c'est ce que nous voulons. Nous devons corriger les pixels d'artefact/d'erreur, pour ce faire, nous devons d'abord transformer cette grille en points.

              Transformez la grille rééchantillonnée (toa_solgr500k) en points à l'aide de Toolbox, Conversion Tools -> Raster to Point.

              Dans la boîte de dialogue Raster à point, définissez l'entrée comme grille rééchantillonnée, nommez la sortie « toa_solgr500k_pnt.shp », puis cliquez sur OK. Le nouveau fichier de formes de points devrait être automatiquement ajouté à ArcMap.

              Vous avez maintenant une grille de points espacés de 500 kilomètres et cela devrait ressembler à ceci.

              Maintenant, nous devons corriger les erreurs.

              Les points où il y a des cellules blanches, noires et grises en dessous dont nous devons nous débarrasser. L'attribut que les points ont retenu de la conversion, celui qui les associe à la statistique TOA sur la carte gif d'origine, est GRID_CODE. Trouvez les valeurs GRID_CODE des points dont nous devons nous débarrasser à l'aide de l'outil Identifier, cliquez sur les points où vous voyez des pixels blancs, noirs et gris en dessous. Notez sur un morceau de papier brouillon, ou rappelez-vous simplement, leurs valeurs GRID_CODE. (Voir Lab 5.1 Rédaction)

              Cliquez sur le bouton Éditeur et dans le menu déroulant, choisissez Démarrer l'édition. Interrogez toa_solgr500k_pnt.shp pour les valeurs GRID_CODE dont nous voulons nous débarrasser. Accédez au menu déroulant Sélection en haut d'ArcMap et lancez le Sélectionner par attributs dialogue.

              Insérez la valeur GRID_CODE de l'artefact dans la requête et cliquez sur Appliquer.

              Les points sélectionnés doivent être mis en surbrillance maintenant, avec ces points sélectionnés, accédez au menu déroulant Modifier en haut d'ArcMap et déroulez jusqu'à Supprimer.

              Répétez cette procédure pour les autres valeurs GRID_CODE erronées et supprimez-les également. Après avoir supprimé les points indésirables avec les valeurs GRID_CODE erronées, votre grille devrait ressembler à ce qui suit. Toutes les cellules d'artefact n'ont aucun point.

              Montez dans le menu déroulant Éditeur et enregistrez les modifications. L'enregistrement de la carte n'est pas la même chose que l'enregistrement de vos modifications.

              La grille de points (appelée "treillis" dans la terminologie SIG) est correcte par rapport à la grille en dessous. Maintenant, nous devons remplir les points corrects dans les espaces vides. (Voir Lab 5.1 Rédaction)

              Supprimez les points qui représentent des valeurs trop faibles pour être même pris en compte pour l'énergie solaire. Les points au nord et au sud de la ligne délimitant 200 W/m^2 sont trop bas.

              Décochez la grille rééchantillonnée et vérifiez la version à plus haute résolution (toa_solgrid) afin de voir où se trouve cette ligne.

              Avec l'outil d'édition (flèche triangulaire noire), cliquez et maintenez dans l'espace blanc à côté de la ligne de début et dessinez un cadre sur les deux premières lignes de points (au nord de la ligne 200), maintenez la touche Maj enfoncée et faites la même chose pour les rangées de points du bas (au sud de la ligne 200). Avec les points représentant des valeurs inférieures à 200 W/m^2, montez jusqu'à Modifier et descendez jusqu'à Supprimer (ou appuyez simplement sur la touche Supprimer).

              Cochez la grille TOA pleine résolution et vérifiez la grille TOA rééchantillonnée (celle qui correspond à la résolution de vos points). Cliquez sur le bouton Éditeur et dans le menu déroulant, choisissez Enregistrer les modifications.

              Ce que vous faites maintenant s'appelle "l'édition manuelle", c'est une partie du SIG que tout le monde doit savoir faire à un moment donné, mais malheureusement, il faut un peu de pratique pour y arriver. C'est pourquoi nous commençons par des points, les lignes sont beaucoup plus dures et les polygones sont encore plus durs. Les spécificités de ce que nous faisons sont importantes, mais la dextérité numérique que vous allez développer est importante. Bien qu'il soit important d'être correct, le plus souvent, ne pas être rapide est tout aussi important. Être capable d'estimer combien de temps il vous faut pour effectuer des tâches spécifiquement définies comme celle-ci est une compétence rentable. Savoir combien de temps il vous faudra pour faire quelque chose est l'une des principales différences entre un professionnel et un novice. Chronométrez-vous à cela. (Voir Lab 5.1 Rédaction)

              Effectuez un zoom avant sur une partie de la zone modifiable et maximisez ArcMap pour tirer parti de tout l'espace de votre écran. Résistez à l'habitude de garder l'espace d'écran ouvert pour d'autres programmes (comme la messagerie instantanée), utilisez tout l'écran.

              Trouvez un modèle de cellules vides, comme celui illustré ci-dessous dans la capture d'écran. Sélectionnez les points avec l'outil d'édition triangulaire noir en maintenant la touche Maj enfoncée pour sélectionner plusieurs points (vous pouvez faire glisser une boîte sur des groupes de points). Une fois que vous avez sélectionné un groupe de points, faites Copier (Ctrl-C) puis Coller (Ctrl-V). Copiez-collez les points sélectionnés juste en haut. L'ensemble de points copié sera sélectionné une fois que vous les aurez collés. Évaluez-les en groupe, faites-les glisser pour qu'ils s'adaptent aux cellules vides. N'oubliez pas Ctrl-Z (annuler).

              Vous pouvez utiliser des motifs compliqués de points sélectionnés pour copier coller et remplir des formes si vous le souhaitez (cellules individuelles, blocs, cellules étalées), mais ne copiez que le long des lignes, pas de haut en bas. La raison en est que ce que nous essayons de conserver, ce sont les bandes uniformes de valeurs TOA et de combler les lacunes laissées par les artefacts que nous avons supprimés. Nous transformerons le réseau de points terminé en une grille à la fin lorsque toutes les cellules seront remplies.

              Ci-dessous montre un modèle plus compliqué. N'oubliez pas le bouton magique Annuler (Ctrl Z, ou Edition -> Annuler). Rappelez-vous, copiez uniquement les valeurs le long des lignes.

              Sélectionnez un ensemble de points, copiez-collez juste au-dessus des points que vous avez sélectionnés.

              Faites glisser les points copiés-collés sélectionnés sur pour remplir les cellules vides.

              Sélectionnez un motif de points uniques en maintenant la touche Maj enfoncée, copiez-collez les points sélectionnés.

              Faites glisser le groupe de points copié-collé pour remplir les espaces vides.

              Une fois que vous avez terminé de remplir toutes les cellules vides, agrandissez le réseau horizontalement d'environ 2 ou 3 colonnes de points à l'est et à l'ouest. Sélectionnez tout le côté droit des points et copiez-collez-le, faites-le glisser pour étendre la ligne de la largeur de la cellule vers la droite. Copiez-collez une autre colonne entière de points et développez le réseau vers la droite sur 2 ou 3 colonnes. Faites la même chose pour le côté ouest, agrandissez également le treillis vers la gauche de 2 ou 3 colonnes.

              Cliquez sur le bouton Éditeur et dans le menu déroulant, choisissez Enregistrer les modifications. Ne vous inquiétez pas si vos points ne sont pas parfaitement alignés, ils doivent être proches mais pas parfaits.

              Étape 6.2 - Nettoyer la table attributaire

              Chaque point est lié à une entrée dans une table, chaque point a une valeur GRID_CODE qui lui est attribuée. Regardez la table attributaire pour toa_solgr500k_pnt, cliquez avec le bouton droit sur la couche de données dans ArcMap et choisissez Ouvrir la table attributaire. Triez la colonne GRID_CODE dans l'ordre décroissant en cliquant dessus avec le bouton droit.

              S'il existe des valeurs GRID_CODE moins que 4, se débarrasser de ces points. Pour sélectionner les valeurs GRID_CODE inférieures à 4, accédez à Sélection en haut d'ArcMap et déroulez jusqu'à Sélectionner par attribut. Faites une requête pour "GRID_CODE" < 4, et cliquez sur Appliquer. S'il y en a des sélectionnés, supprimez-les (allez jusqu'à Modifier -> Supprimer).

              Cliquez sur le bouton Éditeur et dans le menu déroulant, choisissez Enregistrer les modifications. Cliquez à nouveau sur le bouton Éditeur et dans le menu déroulant, sélectionnez Arrêter l'édition.

              Étape 7 - Sauvegarde avec Winzip

              Si jamais vous vous retrouvez à être asservi à une tâche d'édition compliquée, il est utile de faire une sauvegarde de temps en temps. Occasionnellement, mais rarement, un jeu de données peut être corrompu pour une raison quelconque (un problème dans le système de fichiers causé par une erreur de disque dur, ArcGIS se bloque au milieu d'une session d'édition, le courant est coupé ou un papillon pète au Tibet, peu importe) . Suivez simplement cette procédure et vous vous épargnerez l'agonie d'avoir à refaire des heures de travail fastidieux. Je me rends compte que cette phrase est presque inutile parce que c'est quelque chose que vous devrez apprendre par vous-même, j'espère juste que cela ne vous coûtera pas votre travail (ou votre santé mentale !). Enregistrez fréquemment et effectuez toujours des sauvegardes.

              Ouvrez l'explorateur Windows et accédez à votre dossier lab5.Pour sauvegarder le fichier de formes toa_solgr500k_pnt, sélectionnez tous les fichiers de composants, il y en a 7 qui constituent le fichier de formes (ils ont tous le même nom, mais des extensions de fichiers différentes). Cliquez avec le bouton droit de la souris et choisissez Ajouter au zip. Nommez le fichier de sortie avec un BK majuscule à la fin pour savoir ce que c'est et assurez-vous que l'extension de fichier .zip est à la fin. (Voir Lab 5.1 Rédaction)

              Maintenant, nous sommes à l'abri des papillons, et nous pouvons faire ce que nous voulons.

              Étape 8 - Requête pour trouver les valeurs TOA correctes

              L'attribut GRID_CODE vous permet de sélectionner une ligne (ligne) de points, cette ligne de points représente une bande spécifique de valeur TOA de Watts par mètre carré (W/m^2) au sommet de l'atmosphère. Nous devons déterminer quelles valeurs GRID_CODE pour les points correspondent aux valeurs TOA de la grille TOA que nous avons rectifiées pour s'adapter à l'ensemble de données des limites du continent.

              Décochez d'abord la grille TOA rééchantillonnée et vérifiez la grille haute résolution que vous pouvez lire. Allez sur le bouton Éditeur et lancez l'édition.

              Allez jusqu'au menu déroulant Sélection en haut d'ArcMap et faites Sélectionner par attribut. Insérez la requête "GRID_CODE" = 4 et cliquez sur Appliquer. Effectuez un zoom avant pour voir la ligne de points sélectionnée afin que vous puissiez lire le texte en dessous. Remarquez dans la capture d'écran ci-dessous que cette rangée de points tombe plus ou moins sur la ligne marquée avec 200 W/m^2.

              Avec cette rangée supérieure de points sélectionnée avec "GRID_CODE" = 4, cliquez avec le bouton droit sur la couche toa_solgr500k_pnt dans ArcMap et choisissez Ouvrir la table attributaire.

              Dans la table attributaire, appuyez sur le bouton Sélectionné en bas pour que seuls les enregistrements sélectionnés soient mis en surbrillance. Pour mettre en surbrillance la colonne des enregistrements sélectionnés, cliquez sur l'en-tête GRID_CODE en haut, ils doivent devenir jaunes. Cliquez avec le bouton droit sur l'en-tête de colonne GRID_CODE et sélectionnez Calculer les valeurs .

              Dans la boîte de dialogue Calculer les valeurs, saisissez 200 comme indiqué ci-dessous. Cela "Calc" tous les enregistrements sélectionnés dans la table attributaire (GRID_CODE = 4) à 200.

              Faites une autre requête Select By Attribute pour "GRID_CODE" = 5. Effectuez un zoom avant pour regarder la rangée de points sélectionnée. Cette fois, cependant, vous devrez estimer la valeur TOA car sur la grille haute résolution, cette rangée de points se situe entre les deux. Notez que l'intervalle entre les lignes est de 200-240, la rangée de points sélectionnée avec "GRID_CODE" = 5 est à peu près à mi-chemin entre 200 et 240.

              Une fois que vous avez déterminé la valeur, retournez à la table attributaire. Cliquez sur le bouton Sélectionné en bas et assurez-vous que la colonne est surlignée en jaune. Cliquez avec le bouton droit sur GRID_CODE, sélectionnez Calculer les valeurs . à nouveau, et saisissez la valeur TOA correcte.

              Maintenant, sélectionnez par attribut pour "GRID_CODE" = 6 et appliquez dans la boîte de dialogue Sélectionner par attribut.

              Vous pouvez ensuite effectuer un zoom sur les entités sélectionnées (également dans le menu déroulant Sélection) pour voir où se trouve la rangée de points sélectionnée. Effectuez un zoom avant afin que vous puissiez voir que les valeurs de la grille TOA se trouvent sous les points. Notez qu'il s'agit également de 200, revenez à la table attributaire et à Calculer les valeurs . comme vous l'avez fait avant et mis 200, cela fera tous les points avec GRID_CODE = 6, maintenant 200. La valeur Max, à partir de l'image gif d'origine, est de 417 W/m^2. Vous pouvez affecter tous les points de la bande équatoriale (rouge foncé) à cette valeur Max.

              Remplacez toutes les valeurs GRID_CODE dans la couche de données toa_solgr500k_pnt à l'aide de cette procédure par les valeurs TOA correctes. Une fois que vous avez terminé, cliquez sur Éditeur -> Enregistrer les modifications, puis sur Arrêter la modification. Aller jusqu'à Sélection -> Effacer les entités sélectionnées si des points sont encore sélectionnés.

              Maintenant, quelques vérifications d'erreurs. Nous pourrons le faire visuellement, les valeurs TOA (GRID_CODE) devraient augmenter au fur et à mesure que vous vous déplacez vers le nord ou le sud de la bande équatoriale.

              Étape 9 - Recouvrez le réseau de points en une grille et rééchantillonnez

              Maintenant que nous avons un réseau complet de points, chacun avec le bon attribut GRID_CODE indiquant le W/m^2, nous pouvons en faire une grille propre. La grille doit être complète et s'étendre suffisamment à l'est et à l'ouest pour couvrir les 360 degrés.

              Démarrez Toolbox et accédez à Outils de conversion -> Vers Raster -> Fonctionnalité vers Raster. Dans la boîte de dialogue Entité vers raster qui s'ouvre, saisissez le réseau de points que vous venez d'obtenir lors de l'édition, sélectionnez Champ en tant que GRID_CODE, nommez la sortie "toa_grid500k" et définissez la taille de la cellule en sortie sur 500 000.

              La grille que vous avez convertie à partir des points doit être automatiquement ajoutée à ArcMap. Vérifiez que tous les pixels sont remplis et que les barres horizontales sont remplies. Si ce n'est pas le cas, vous devrez recommencer l'édition et copier-coller les points pour combler les lacunes, puis convertir les points en une grille à nouveau. Vérifiez également que les valeurs augmentent au fur et à mesure que vous vous dirigez vers le nord et le sud depuis l'équateur (vous pouvez le faire en utilisant l'outil Identfy pour cliquer sur la grille).

              Une fois que vous avez une grille complètement remplie, rééchantillonnez les cellules de la grille (pixels) de 500 000 à 25 000. Pour rééchantillonner une grille, démarrez Toolbox et accédez à Outils de gestion des données -> Raster -> Rééchantillonner. Dans la boîte de dialogue Rééchantillonner, définissez le raster en entrée sur toa_grid500k (la grille que vous avez créée à partir des points), définissez le Raster en sortie dans le dossier toa et nommez-le "toa_grid25k", dans la taille de la cellule en sortie, mettez 25000, puis cliquez sur OK.

              Étape 10 - Vérifiez la projection et exportez la grille finale

              Vous avez maintenant une grille de 25 000 pixels. Vérifiez la projection du bloc de données (Affichage -> Propriétés du bloc de données, Systèmes de coordonnées, Modifier). Le méridien central doit être défini sur 0 (pas 180) et les unités linéaires doivent être définies sur Mètre.

              Après avoir vérifié le système de coordonnées et vérifié qu'il est défini sur des mètres équidistants, accédez à Données -> Exporter les données.

              Dans la boîte de dialogue Exporter les données raster, définissez la référence spatiale sur le bloc de données (courant), modifiez la taille de la cellule sur 25 000 x 25 000 et changer l'emplacement de sortie pour être lab5_data. Nommez la grille de sortie "toa".

              Après avoir exporté la grille finale vers lab5_data, créez une carte à l'aide de ce jeu de données que vous venez de créer.

              Étape 10 - Faire une carte des TOA mondiales

              Nous avons changé le méridien central de cette projection afin de rectifier le fichier image en coordonnées géographiques, revenons maintenant à la normale. Revenez à Afficher -> Propriétés du bloc de données. Cliquez à nouveau sur le bouton Modifier et remettez le méridien central à 0. Cliquez sur Appliquer et sur OK.

              Changeons la palette de couleurs pour quelque chose de plus agréable à nos yeux qui représente également ce que représentent ces données que nous venons de créer.

              Cliquez avec le bouton droit sur toa_grid25k, choisissez Propriétés, puis Symbologie. Choisissez Étiré parmi les options, puis trouvez une rampe de couleurs qui vous convient, vous pouvez cocher la case Inverser pour inverser si elle ne correspond pas aux valeurs des données. N'hésitez pas à jouer et à changer les choses, voyez à quoi cela ressemble, nous allons couvrir spécifiquement la classification des données dans quelques semaines, mais vous pourriez trouver quelque chose que vous aimez simplement déconner pour le moment.

              Créez une mise en page de carte avec les limites du continent, la grille TOA finale de lab5_data, un graticule de 30 x 30 degrés et une légende. La carte doit également avoir un titre, votre nom, la source de données, mais vous pouvez également inclure une flèche nord et une barre d'échelle si vous pensez qu'elles s'ajoutent cartographiquement à la carte. N'hésitez pas à utiliser votre propre symbolisation des couleurs.


              Les attributs

              Chaque couche (classe d'entités) est livrée avec des attributs. Il s'agit de la partie “information” la plus importante de la cartographie des systèmes “information” géographique. Les données des tables attributaires dictent ce que pouvez être cartographié. Ouvrez la table attributaire de chaque couche et étudiez comment chaque ligne et colonne est liée à l'élément mappé. Les questions auxquelles nous répondrons incluent :

              • Quel est l'identifiant unique de chaque ligne ?
              • Quels autres attributs existent ?
              • Que se passe-t-il lorsque vous sélectionnez une ligne dans la table attributaire ?
              • Comment triez-vous les éléments ?
              • Pouvez-vous créer des requêtes personnalisées ?
              • Pouvez-vous créer des graphiques ?

              ESRI a récemment implémenté une nouvelle fonctionnalité dans ArcGIS Online qui étend considérablement la capacité des cartes Web qui y sont créées et hébergées. Appelé “Feature Layer Views”, ce nouveau type de stockage de données permet d'appliquer une méthode de symbolisation couramment utilisée dans les SIG de bureau aux couches d'entités ArcGIS Online. Dans une application SIG de bureau, un seul fichier spatial peut être représenté une ou plusieurs fois dans une trame de données. Chaque instance du fichier spatial peut avoir ses propres paramètres et modèles de symbolisation qui lui sont appliqués. C'est un excellent moyen de réduire la duplication des efforts lors de la création de cartes , tout en visualisant les informations provenant de plusieurs attributs.

              Vers le début de la nouvelle année, ESRI a publié une nouvelle fonctionnalité sur ArcGIS Online qui facilite cela. Comme mentionné précédemment, cette fonctionnalité est appelée “Feature Layer Views”, et un schéma de base de son utilité peut être vu ci-dessous.

              Pour commencer à créer et à utiliser des vues de couches d'entités, ouvrez la couche d'entités pour laquelle vous souhaitez créer une vue dans la section Mon contenu d'ArcGIS Online en cliquant sur le nom de la couche. Vous remarquerez à droite qu'il y a plusieurs options, sélectionnez Créer une vue.

              Attribuez un titre, une description, des balises et un emplacement uniques pour enregistrer la vue et cliquez sur OK. Ouvrez une carte Web existante ou créez une nouvelle carte Web pour afficher les données. Cela peut être différent de la carte dans laquelle la collecte de données est effectuée, ou la même. Dans de nombreux cas, il peut être plus souhaitable de créer une nouvelle carte Web uniquement pour afficher des informations et suivre la collecte de données.

              Une fois la carte Web ouverte et la couche d'entités source et la vue de la couche d'entités ajoutées à la carte, vous pouvez commencer à modifier la symbologie pour une ou les deux couches. Étant donné que, dans l'exemple que j'ai utilisé, la symbologie a été définie avant de télécharger la couche d'entités, je ne montrerai que la modification de la symbologie de la vue.

              Couche d'entités et vue de la couche d'entités dans la même carte Web

              Notez les deux couches répertoriées dans l'image ci-dessus. Si des données sont ajoutées ou modifiées dans l'une des couches, le changement est reflété dans les deux. La vue et la couche d'entités source peuvent être configurées pour autoriser ou interdire la modification et la création de données. Dans les cas où une couche source et une vue se trouvent sur la même carte, vous souhaiterez peut-être désactiver la modification et la création de données dans la vue. Cependant, si vous souhaitez utiliser une symbolisation différente dans plusieurs cartes Web différentes, vous souhaiterez peut-être autoriser la modification et la création de données sur la couche d'entités et sa vue.

              Pour modifier l'attribut sur lequel une couche d'entités ou une vue est symbolisée, cliquez sur le nom d'une couche d'entités ou d'une vue, puis cliquez sur “Changer le style” (le bouton qui apparaît sous la forme de trois formes). Ensuite, choisissez le nouvel attribut sur lequel vous souhaitez symboliser. Une utilisation courante des vues consiste à symboliser un attribut qui représente la condition ou le statut d'une entité. De cette façon, vous pouvez voir le type de fonctionnalité et un descriptif supplémentaire qui peut influencer l'action qui doit être entreprise sur cette fonctionnalité.

              Dans l'exemple avec lequel j'ai travaillé, que l'on peut voir ci-dessous, en ajoutant une forme simple et en associant une couleur à l'attribut de condition, nous pouvons voir à la fois le type de signe et la condition sans changer de méthode de symbolisation.


              Enregistrement des valeurs RVB d'une couche ArcMap dans la table attributaire - Systèmes d'information géographique

              Préparé par David R. Maidment

              Objectifs de l'exercice

              Cet exercice est destiné à vous permettre de créer une carte de base de données géographiques et de débit pour un bassin versant en utilisant le bassin de San Marcos dans le sud du Texas comme exemple. La carte de base comprend les limites des bassins versants et les cours d'eau du National Hydrography Dataset Plus (NHDPlus). Une géodatabase est créée pour contenir toutes ces couches de données primaires et une méthode de création de relations à l'intérieur de la géodatabase est également illustrée. En outre, vous allez créer une classe d'entités ponctuelles de sites de jaugeage de cours d'eau en entrant les valeurs de latitude et de longitude pour les jauges dans un tableau Excel qui est ajouté à ArcMap et à la géodatabase. La table est utilisée pour créer un événement XY et une classe d'entités ponctuelles. Vous comparez également les emplacements des limites de surface du bassin de San Marcos et les limites de sous-surface de l'aquifère d'Edwards.

              Exigences en matière d'ordinateurs et de données

              Pour effectuer cet exercice, vous devez exécuter ArcGIS 10 à partir d'un PC. À l'Université du Texas, ArcGIS version 10 est installé sur les ordinateurs de l'ECJ 3.400 et de l'ECJ 3.402. À l'Utah State University, le logiciel est installé dans ENGR 305, dans le laboratoire PC du College of Engineering. La salle pour le logiciel à l'Université du Nebraska est Nebraska Hall, laboratoire informatique d'ingénierie N16 SEC.

              Les limites du HUC sont une subdivision des États-Unis établie par le US Geological Survey pour montrer les bassins fluviaux majeurs et mineurs. Il existe des limites HUC à 2, 4, 6 et 8 chiffres, où plus le nombre est grand, plus la zone est petite. Les limites HUC8 sont celles de base. Chacune des 21 régions hydrologiques des États-Unis est illustrée ci-dessous et pour cet exercice, nous nous concentrerons sur la région des ressources en eau 12, qui contient la majeure partie du Texas.

              Les données NHDPlus pour les États-Unis peuvent être téléchargées sur Internet :

              Obtenez les données NHDPlus pour la région 12 :

              Pour les étudiants ambitieux qui souhaitent expérimenter le téléchargement de données NHDPlus pour eux-mêmes, suivez les instructions de cette section. Sinon, passez directement à la Procédure pour la section Affectation où vous trouverez un fichier zippé avec toutes les données nécessaires.

              Suivez le lien pour obtenir les données NHDPlus et cliquez sur l'emplacement de la région 12 sur la carte (ou une autre région si vous souhaitez une autre région du pays).

              Vous y téléchargerez les fichiers suivants et les enregistrerez dans un répertoire de votre choix :

              - Région 12, Version 01_01, Attributs de ligne de flux de captage

              - Région 12, Version 01_01, Ensemble de données hydrographiques nationales

              Ne téléchargez pas les fichiers de grille car ils ne sont pas nécessaires pour cet exercice et leur taille est énorme.

              Après avoir extrait les fichiers compressés, vous devriez avoir quelque chose de similaire à ce qui suit :

              Ensemble de données sur les limites du bassin versant Ces données peuvent être obtenues à partir de http://www.ncgc.nrcs.usda.gov/products/datasets/watershed/ Cliquez sur “Obtenir des données” à cette adresse, puis dans l'affichage coloré qui suit, allez en haut à gauche et dites “Obtenir des données”. Pour obtenir les données pour le Texas, sélectionnez “Quick State” dans la case en bas à gauche, puis sélectionnez TX Texas dans le menu déroulant qui suit.

              À l'étape 2, sélectionnez Ensemble de données à 12 chiffres sur les limites des bassins versants 1:24 000

              À l'étape 3, laissez simplement les options comme celles standard : Coordonnées géographiques dans le datum NAD83 dans un fichier de forme ESRI

              À l'étape 4, remplissez les informations de livraison :

              Ensuite, passez à l'étape 5 et le temps de téléchargement estimé est indiqué. Lorsque le fichier est prêt, vous recevez un message électronique, puis vous téléchargez le fichier résultant via un lien Web. Dans ce cas, le fichier compressé avait une taille de 74 Mo. J'ai enregistré ce fichier dans un dossier appelé WBD

              Et une fois décompressé, cela crée un dossier appelé hydrologic_units, dont le contenu ressemble à :

              Il s'agit de fichiers de forme pour le jeu de données de limites de bassin versant à 12 chiffres pour le Texas.

              Procédure pour la cession

              Connectez-vous à l'ordinateur de votre choix et créez un répertoire dans votre espace de travail pour cet exercice. Les fichiers nécessaires peuvent être téléchargés à l'adresse http://www.ce.utexas.edu/prof/maidment/giswr2010/Ex2/Ex2Data.zip Ce fichier fait 156 Mo et l'espace de fichier total utilisé pour cet exercice est d'un peu plus de 1 Go. Utilisez l'Explorateur Windows pour créer un dossier appelé Ex2, et dans cet emplacement décompressez le fichier pour obtenir les données suivantes dossier:

              Dans le Unités Hydrologiques qui vient normalement avec le téléchargement du fichier NHD, j'ai remplacé les bassins versants NHD par les bassins versants à 12 chiffres de l'ensemble de données Watershed Boundary.

              Ce que nous allons faire en premier est de créer une géodatabase pour stocker les informations pour cet exercice et les produits d'information que nous y créons. Avant de commencer, cependant, utilisons l'Explorateur Windows pour créer un dossier appelé Soln à côté du dossier Données.

              Afin de créer et de travailler avec des informations dans ce dossier, nous allons utiliser ArcCatalog, qui ressemble à une application de l'Explorateur Windows pour ArcGIS qui vous aide à gérer les fichiers.

              Du menu sur le PC, allez à ArcGIS puis sélectionnez ArcCatalog10

              Dans ArcGIS 10, vous devez créer un pointeur formel vers les dossiers avec lesquels vous souhaitez travailler, alors faisons-le en cliquant sur le Se connecter au dossier icône

              Et dans la boîte de dialogue résultante, connectez-vous au Ex2 dossier

              Et une fois que vous avez fait cela, vous trouverez une nouvelle connexion de dossier avec laquelle travailler :

              Créer un nouveau géodatabase fichier en faisant un clic droit sur le Soln répertoire et sélection Nouvelle/ Fichier Géodatabase et nomme le SanMarcos.gdb.

              Cliquez avec le bouton droit sur la nouvelle géodatabase SanMarcos et sélectionnez Nouvelle/Jeu de données d'entité.

              Nommez le nouveau jeu de classes d'entités Fond de carte, et frapper Prochain pour définir la projection et l'étendue de la carte.

              Sélectionner Importer parmi les choix du menu affiché.

              Nous allons importer le système de coordonnées, alors sélectionnez Importer puis accédez aux données NHDPlus qui viennent d'être téléchargées. Sélectionnez le nhdflowline fichier de formes.

              Frapper Ajouter pour sélectionner ce système de coordonnées horizontales. Frapper Prochain et laissez le système de coordonnées verticales défini sur Rien.

              Frapper Prochain et laisser le Tolérances XY par défaut tels qu'ils sont, puis appuyez sur Finir pour terminer la spécification de la référence spatiale du jeu de données d'entités. Si vous faites un clic droit sur le résultat Fond de carte jeu de données d'entité et ouvrir Propriétés, et tabulez sur XY Coordinate System, vous verrez que le système de coordonnées est GCS_North_America_1983. Cela signifie que le système de coordonnées est en coordonnées géographiques utilisant le système de référence nord-américain de 1983.

              Affichage des cours d'eau et des bassins versants

              Ouvert ArcMap, soit en utilisant le même processus que précédemment pour ouvrir ArcCatalog à partir du menu Démarrer, ou directement à partir d'ArcCatalog en appuyant sur le bouton du symbole ArcMap. Fermer ArcCatalog puisque nous ne l'utiliserons plus avant un certain temps.

              Frapper Annuler sur le dans l'affichage ArcMap et

              Utilisez le dans la barre de menus d'ArcMap pour ajouter des données. Utilisez la flèche vers le haut naviguer vers les données dossier à cet effet.

              Nous allons d'abord ajouter les couches du sous-bassin et des lignes d'écoulement. Le NHDflowline.shp shapefile est situé dans le Hydrographie dossier et le wbdhu12_a_tx.shp shapefile est situé dans Unités Hydrologiques dossier. Veuillez noter que dans ce dossier HydrologicUnits, j'ai remplacé les bassins versants HUC12 Watershed Boundary Dataset ( wbdhu12_a_tx ) pour les fichiers de bassin versant HUC8 normaux fournis avec le jeu de données NHDPlus. NHDPlus est en cours de mise à jour pour inclure les bassins versants HUC12, mais ce travail n'est pas encore terminé.

              Vous pourriez obtenir une carte qui apparaît comme ci-dessous avec des couleurs choisies arbitrairement pour les bassins versants et les ruisseaux.

              Pour recolorer les bassins versants ( wbdhu12_a_tx ) , cliquez sur leur symbole dans le Table des matières sur le côté gauche de l'affichage ArcMap, sélectionnez une belle couleur verte dans le Sélecteur de symboles, puis cliquez sur ok !

              De même, cliquez sur le symbole des ruisseaux et sélectionnez un joli bleu pour symboliser les rivières . Maintenant, faites un clic droit sur la couche wbdhu12_a_ tx et sélectionnez Zoom sur le calque

              Et vous verrez une belle nouvelle carte avec des bassins versants verts et des rivières et ruisseaux bleus. Tout va bien dans le monde !!

              Vous pouvez voir les bassins versants qui sont approximativement dans le contour du Texas et le réseau de cours d'eau NHD qui couvre la région des ressources en eau 12. Lorsque vous déplacez le pointeur sur l'affichage de la carte, vous verrez l'emplacement en degrés décimaux indiqué dans le coin inférieur droit. d'ArcMap. L'étendue de la carte d'un ensemble de données est la combinaison de deux paires de coordonnées, l'une en bas à gauche et l'autre en haut à droite de la carte, qui mesurent respectivement les étendues ouest, sud, est et nord des informations cartographiques.

              Utilisation Fichier/Enregistrer sous pour enregistrer le document ArcMap sous Ex2.mxd (pour enregistrer vos propres couleurs personnalisées).

              À remettre : capturez l'écran de la carte résultante et incluez-la dans votre solution. Quelle est l'étendue de la carte en degrés décimaux de ces données ?

              Sélection des bassins versants dans le bassin de San Marcos

              Les classes d'entités HUC12 Watershed et NHDflowlines couvrent une vaste région et nous souhaitons uniquement travailler dans le bassin de San Marcos. Nous utiliserons ArcMap pour identifier le sous-bassin de San Marcos et pour créer de nouvelles classes d'entités en utilisant les parties pertinentes des classes d'entités pour la région 12.

              (1) Désactivez le thème nhdflowline dans l'affichage et ouvrez la table attributaire des bassins versants HUC12 en cliquant avec le bouton droit sur son nom de classe d'entités ( wbdhu12_a_tx ) :

              Vous verrez un affichage qui ressemble à ceci. Nous voulons tous les sous-bassins versants HUC12 qui se trouvent dans le sous-bassin de San Marcos, qui a une valeur HUC8 de [HUC_8 = 12100203].

              Dans le coin supérieur gauche du tableau, cliquez sur Sélectionner par attributs outil

              Cliquez sur “HUC8”, “=”, Obtenez des valeurs uniques puis tapez 12100203 dans le Aller à boîte, double-cliquez sur le résultat �’ pour former l'expression

              Dans la fenêtre de sélection. Faites attention à la façon dont vous procédez car la forme de l'expression est importante. Cliquez sur Appliquer et Fermer la fenêtre Sélectionner par attributs.

              Une fois que vous avez exécuté cette requête, vous verrez que 32 sous-bassins versants HUC12 sont sélectionnés, et si vous cliquez sur le bouton "Sélectionné" en bas du tableau, vous verrez les enregistrements sélectionnés, ainsi que leurs images en surbrillance. dans la carte.

              Si vous appuyez sur le zoom pour sélectionner bouton dans le tableau, vous pouvez voir les caractéristiques sélectionnées de près. Vous pouvez utiliser les outils de navigation cartographique de la barre d'outils ArcMap pour déplacer votre carte et la redimensionner. Plutôt cool!!

              (2) Assurez-vous qu'Arc Catalog est fermé, sinon les étapes suivantes pourraient ne pas fonctionner. Dans ArcMap, faites un clic droit sur la couche des bassins versants ( wbdhu12_a_tx ) et sélectionnez Données/Exporter des données produire un nouveau thème. Si vous recevez un message indiquant que vous ne pouvez pas le faire, cela signifie que vous n'avez pas fermé Arc Catalog avant d'essayer l'exportation des données. Fermez Arc Catalog et répétez les étapes d'exportation si cela se produit

              Naviguez dans votre géodatabase jusqu'au fond de carte Jeu de données d'entités (vous devrez modifier le type d'enregistrement en Fichier et géodatabase personnelle classes d'entités en premier), nommez cette nouvelle classe d'entités comme Bassin versant et enregistrez-le dans la géodatabase en tant que fichier et Classe d'entités de géodatabase personnelle.

              Vous serez invité à ajouter ce thème à la carte, cliquez sur Oui. Dans ArcMap, utilisez Sélection/Effacer les fonctionnalités sélectionnées pour effacer la sélection que vous venez de faire.

              Ensuite, effectuez un zoom sur la couche pour vous concentrer sur les bassins versants sélectionnés. Vous pouvez cliquer sur la petite coche à côté du nhdflowlines couche afin que vous ne voyiez que les bassins versants affichés.

              Création d'une limite du bassin de San Marcos

              Il est utile d'avoir un seul polygone qui est le contour du bassin de San Marcos. Cliquez sur la recherche dans ArcMap et dans la zone de recherche qui s'ouvre sur le côté droit de l'affichage ArcMap, cliquez sur Outils puis tapez Dissoudre. Vous verrez que l'outil de saisie semi-automatique vous propose plusieurs options et sélectionnez dissoudre (gestion des données)

              Vous verrez un Dissoudre fenêtre d'outils apparaît. Vous pouvez faire glisser et déposer le Bassin versant classe d'entités de la table des matières dans le Caractéristiques d'entrée zone de cette fenêtre. Accédez au jeu de données d'entité BaseMap et tapez Bassin comme le nom de votre Classe d'entités en sortie. Cliquer sur HUC_8 comme votre Dissolve_Field. Cela signifie que tous les bassins versants portant le même numéro HUC8 (12100203) seront fusionnés.

              Modifions l'affichage de la carte pour faire de la couche Basin juste un contour. Cliquez sur le symbole de la couche Bassin et sélectionnez Creux pour la forme, Vert pour le Couleur du contour et 2 pour le Largeur du contour.

              De même, symbolisez la couche Watershed comme Hollow avec une couleur de contour noir et 1 pour la largeur de contour. Éteins le wbdhu12_a_tx couche et allumez le nhdflowlines couche pour obtenir quelque chose comme l'affichage ci-dessous.

              Réenregistrez votre fichier ArcMap Ex2.mxd.

              Sélection des lignes de flux de San Marcos

              Nous pouvons maintenant créer une couche avec uniquement les lignes d'écoulement dans le bassin de San Marcos. Dans ArcMap, utilisez Sélectionner/Sélectionner par emplacement pour sélectionner les fonctionnalités de nhdflowline comme couche cible et bassin en tant que couche source et utilisez la méthode de sélection spatiale “Les caractéristiques de la ou des couches cibles se trouvent dans l'entité de la couche source”. Cela sélectionne tous les cours d'eau du bassin de San Marcos.

              Suivez le même processus qu'avec les bassins versants plus tôt pour exporter ces données. Enregistrez-le sous Ligne d'écoulement dans le jeu de données d'entités BaseMap et ajoutez-le en tant que couche à la carte. Supprimez les anciens thèmes nhdflowline et wbdhuc12_a_tx de l'affichage de votre carte en cliquant avec le bouton droit sur le nom de la couche et en sélectionnant Supprimer .

              Ajoutons un fond de carte pour donner à ces données une idée du contexte spatial.

              Choisir la Topographique Carte de base parmi celles proposées :

              ça a l'air très cool !! Vous pouvez voir où se situe le bassin de San Marcos entre Austin et San Antonio. C'est la première année que nous pouvons vraiment bien travailler avec ces fonds de carte en ligne et je les aime vraiment. Sauver le Ex2.mxd fichier à nouveau.

              Voyons maintenant quelques statistiques récapitulatives de la lignes de flux. Ouvrez la table d'attributs Faites un clic droit sur le LongueurKm champ et sélectionnez Statistiques

              A partir de cet affichage, vous pouvez voir les statistiques de la LongueurKm des Flowlines. Il y a 555 flowlines dont la longueur moyenne est de 3,40 km et la longueur totale est de 1888 km. Vous pouvez effectuer la même requête sur l'attribut Acres de la classe d'entités Bassin versant pour obtenir les zones de bassin versant. (1 acre = 0,0040469 km 2 ).

              À remettre : combien de sous-bassins HUC12 y a-t-il dans le bassin de San Marcos ? Quelle est leur superficie moyenne en acres et en km 2 ? Quelle est la superficie totale de ce bassin en km 2 ? Quel est le rapport entre la longueur des lignes de courant et la superficie des sous-bassins HUC12 (appelée densité de drainage) en km -1 ?

              Ajout d'attributs aux lignes de flux

              Nous allons maintenant utiliser le tableau des attributs des lignes de flux pour symboliser les lignes de flux en fonction de leur flux annuel moyen. Ajouter le tableau flowlineattributesflow.dbf à votre affichage ArcMap.

              Zoomons sur nos Flowlines et utilisons l'enquête bouton dans le Outils menu pour voir les attributs de l'un d'eux. Vous verrez qu'il y a un numéro appelé le COMID qui identifie de manière unique chaque caractéristique de ligne de flux dans le NHD. Dans ce cas, COMID = 1628231. Il s'agit d'un entier arbitraire qui décrit un segment de flux dans le NHD. Vous verrez également le Code d'accès = 12100203000200 dans ce cas. Cela signifie qu'il s'agit du segment 200 dans le sous-bassin HUC8 = 12100203. Vous verrez également ici la référence à GNIS, qui est le système d'information sur les noms géographiques, l'ensemble officiel de noms pour les choses aux États-Unis. Nous avons des systèmes pour tout !

              Si vous ouvrez la table Attributs de FlowLineAttributesFlow.dbf, vous verrez qu'elle possède également un champ COMID et de nombreux attributs tabulaires qui vous en disent plus sur les propriétés de la ligne de flux. Nous utiliserons COMID comme champ clé pour lier les deux tables attributaires et transférer les attributs de flux annuel moyen à la classe d'entités Flowline. Juste pour le plaisir, j'utilise l'outil “Select by Attributes” dans la table pour sélectionner l'enregistrement dans la table FlowLineAttributesFlow.dbf qui nous en dit plus sur ce flux particulier. Il a un débit annuel moyen de (MAFLOWU) de 3,82 cfs, une vitesse d'écoulement correspondante de 0,95 pi/s. Ce sont des données très utiles pour les calculs de débit d'eau.

              Maintenant, ce que nous aimerions faire, c'est transférer les informations sur les flux annuels moyens de la table FlowLineAttributesFlow vers la classe d'entités Flowline.

              Ouvrir la table attributaire de la classe d'entités Ligne d'écoulement et sélectionnez Options de table/Ajouter un champ. Vous devriez avoir fermé Arc Catalog pendant que vous faites cela ou cela peut ne pas fonctionner.

              Nommez le champ Moyenne _Annual­_Flow et le faire du type Double .

              Cela crée un nouveau champ à l'extrémité droite de la table des attributs qui contient des entrées <null> pour le moment

              Nous allons maintenant rejoindre la Flowline couche avec les attributs flowlineflow table basée sur COMID. Faites un clic droit sur le Ligne d'écoulement calque et sélectionnez Jointures et relations/rejoindre.

              Sélectionnez le champ COMID et la table flowlineattributesflow comme celui auquel vous allez vous joindre

              Dites non à la création d'un index.

              Maintenant, lorsque vous ouvrez le Flowline table attributaire, à l'extrémité droite de la table, vous trouverez les informations contenues dans la table flowlineattributesflow a été jointe aux entités existantes. Faites défiler jusqu'à la colonne intitulée flowlineattributesflow.MAFLOWU. Ce champ contient le flux annuel moyen pour chaque portée. Elle est estimée en faisant la moyenne du ruissellement annuel moyen sur l'aire de drainage au-dessus de ce tronçon.

              Nous pouvons définir la valeur de notre nouveau champ Mean_Annual_Flow en utilisant le calculateur de champ. Faites défiler jusqu'à la colonne que nous avons créée, maintenant appelée Mean_Annual_Flow, et faites un clic droit sur le libellé de la colonne pour sélectionner le calculateur de champ.

              Définissez ce champ sur [flowlineattributesflow.MAFLOWU]. Cela renseigne le champ Débit annuel moyen avec la valeur appropriée.

              Nous pouvons maintenant supprimer la jointure en faisant un clic droit sur le Ligne d'écoulement classe d'entités et sélection Jointures et relations/Supprimer toutes les jointures.

              Maintenant, notre table attributaire pour SanMarcos_flowlines a un champ appelé Mean_Annual_Flow avec les valeurs renseignées.

              Nous pouvons utiliser ce champ pour symboliser les lignes de flux. Faites un clic droit sur Lignes de flux et sélectionnez Propriétés. Dans le menu des propriétés, sélectionnez le Symbologie languette. Changer la symbologie à afficher diplômé symboles pour le Mean_Annual_Flow champ et frapper D'ACCORD. Cliquez sur le symbole Modèle pour changer la couleur des lignes de celle choisie arbitrairement par l'éditeur de symboles.

              Le résultat est une carte affichant le débit relatif des ruisseaux et des rivières du bassin de San Marcos. Utilisez le Demande outil pour connaître les noms des différentes rivières dans l'affichage de la carte.

              Faites un clic droit dans la zone grise à droite des barres d'outils existantes pour ouvrir le Dessiner barre d'outils

              Et ajoutez une étiquette pour afficher Plum Creek :

              Réenregistrez votre Ex2.mxd fichier.

              Création d'une classe d'entités ponctuelles de jauges de cours d'eau

              Vous allez maintenant créer vous-même une nouvelle classe d'entités d'emplacements de jauges de cours d'eau dans le bassin de San Marcos. J'ai extrait des informations des informations du site USGS à l'adresse http://waterdata.usgs.gov/tx/nwis/si

              (a) Définir une table contenant un ID et les coordonnées longues et latitudes des jauges

              Les données de coordonnées sont en degrés géographiques, minutes et secondes. Ces valeurs doivent être converties en degrés numériques, alors allez-y et effectuez ce calcul pour les 8 paires de valeurs de longitude et de latitude. C'est quelque chose qui doit être fait avec soin car toute erreur de conversion entraînera des stations bien éloignées du bassin de San Marcos. Je vous suggère de préparer un tableau Excel montrant la longitude et la latitude de la jauge en degrés, minutes et secondes, de le convertir en long, lat en degrés décimaux en utilisant la formule

              Degrés décimaux (DD) = Degrés + Min/60 + Secondes/3600

              N'oubliez pas que la longitude ouest est négative en degrés décimaux. Ci-dessous, un tableau que j'ai créé. Assurez-vous de formater les colonnes contenant les données de longitude et de latitude en degrés décimaux (LongDD et LatDD) afin qu'elles aient explicitement le format numérique avec 4 décimales à l'aide des procédures de format Excel. Formatez la colonne SITEID en tant que texte ou elle ne conservera pas le zéro non significatif dans les données SiteID. Ajoutez les informations supplémentaires sur l'USGS SiteID, SiteName et Mean Annual Flow (MAF). Notez le nom de la feuille de calcul dans laquelle vous avez stocké les données. J'ai appelé le mien Latlong. Fermez Excel avant de passer à ArcMap.

              (b) Création et projection d'une classe d'entités des jauges

              (1) Ouvert ArcMap et l'Ex2.mxd fichier que vous avez créé dans la première partie de cet exercice. Sélectionnez le bouton ajouter des données et accédez à votre feuille de calcul Excel

              Double-cliquez sur la feuille de calcul pour identifier la feuille de calcul individuelle dans la feuille de calcul que vous souhaitez ajouter à ArcMap (c'est une coïncidence qu'elles portent le même nom dans cet exemple et ce n'est pas nécessaire en général).

              Frapper Ajouter et votre feuille de calcul sera ajoutée à ArcMap. Plutôt cool!! Il a toujours été difficile d'ajouter des données à partir de feuilles de calcul auparavant et il semble qu'ArcGIS 10 ait bien compris.

              Nous allons maintenant convertir les données tabulaires de la feuille de calcul en points dans l'affichage ArcMap.

              (2) Clic-droit sur la nouvelle table, LatLong, et sélectionnez Afficher les données XY

              (3) Réglez le tableau XY sur latlong, le champ X à LongDD (ou Longitude), le champ Y à LatDD (ou Latitude), Frapper Éditer pour changer le système de coordonnées spatiales, puis Importer, et obtenez le système de coordonnées à partir du jeu de classes d'entités Fond de carte, et vous devriez vous retrouver avec un affichage qui ressemble à celui ci-dessous. Cliquez sur le bouton Afficher les détails pour voir les détails du système de coordonnées géographiques. Nous en apprendrons davantage dans notre prochaine conférence !

              Frapper d'accord, pour le terminer et vous recevrez un message d'avertissement indiquant que votre table n'a pas d'ID d'objet. Appuyez simplement sur OK et continuez. Appuyez sur Ok pour ajouter les points et le tour est joué ! Vos points de jauge s'affichent sur la carte le long de la rivière San Marcos, comme ils le devraient. La magie. Je me souviens que la première fois que j'ai fait ça, j'étais vraiment ravie. Ce truc fonctionne vraiment. Je peux créer des points de données moi-même ! Si vous ne voyez aucun point, ne soyez pas consterné. Revenez sur votre feuille de calcul pour vous assurer que les champs X et Y corrects ont été sélectionnés comme ceux qui contiennent vos données en degrés décimaux.

              Cliquez sur le symbole du point sous l'étiquette de la légende événement latlong et recolorez et redimensionnez les points afin qu'ils apparaissent plus clairement. Vous verrez que vous avez 3 sites sur Plum Creek, 3 sites sur la rivière San Marcos et deux sites sur la rivière Blanco, un affluent en amont de la rivière San Marcos.

              Ce que vous avez créé s'appelle un “événement”, ce qui signifie qu'il s'agit d'un affichage graphique dans la fenêtre ArcMap des points de latitude et de longitude qui sont stockés dans une table. Ce n'est pas encore une vraie classe d'entités.

              Réenregistrez votre Ex2.mxd fichier. Lorsque je préparais l'exercice, j'ai eu un plantage à l'étape suivante dans ArcMap, alors assurez-vous que votre travail est enregistré à ce stade !

              (4) Maintenant, nous allons créer une classe d'entités à partir des points. Faites un clic droit sur le Événements latlong calque et sélectionnez Données/Exporter des données

              Et exporter les données dans le Fond de carte jeu de classes d'entités en tant que classe d'entités MonitoringPoint. Dites Oui lorsqu'on vous demande si vous souhaitez ajouter les points à votre carte, et maintenant vous avez une nouvelle classe d'entités dans le jeu de données d'entités de la carte de base avec vos points dans la même projection que les autres entités de la carte de base (ArcGIS fait la carte projection automatique dans le cadre du processus d'exportation des données).

              Distant la table Latlong et les couches d'événements Latlong de l'affichage ArcMap, recolorez et redimensionnez les entités MonitoringPoint afin que vous puissiez les voir facilement.

              Ouvrir l'attribut Tableau de la nouvelle classe d'entités MonitoringPoint, et vous pouvez voir sur le côté droit, un nouveau champ appelé Façonner qui a été ajouté lors de la formation de la classe d'entités. C'est là que les coordonnées géographiques des points sont stockées de manière à ce qu'ArcMap puisse les visualiser facilement.

              Dans ArcMap, ouvrez une fenêtre ArcCatalog à l'aide de la et développez le contenu de votre jeu de classes d'entités BaseMap. Le point de surveillance la classe d'entités y réside maintenant.

              (5) Fermez la fenêtre ArcCatalog et enregistrez votre Ex2.mxd document ArcMap.

              Étiquetage des jauges dans la vue

              Faites un clic droit sur le MonitoringPoint classe d'entités et sélectionnez Propriétés.

              Clique sur le Étiquettes onglet et dans le menu déroulant, sélectionnez le nom du champ d'étiquette à Nom du site. Modifiez la taille de votre police à 12 points.

              Faites un clic droit sur le MonitoringPoint classe d'entités à nouveau et sélectionnez Etiqueter les entités.

              Vous pouvez maintenant créer une vue comme celle-ci :



              Création d'un graphique et d'une mise en page

              (1) Ouvrez ArcMap pour créer un graphique du débit annuel moyen des jauges de San Marcos. Le débit annuel moyen aux jauges est enregistré dans la colonne intitulée CRG dans la table attributaire. Ouvrez le MonitoringPoint une table d'attributs et créez un graphique à l'aide des outils disponibles dans ArcMap. Clique sur le Option de tableau et sélectionnez Créer un graphique

              Sélectionnez le type de graphique comme Barre horizontale , CRG comme champ de valeur, GageNon comme champ X, cliquez sur le Ajouter à la légende, Sélectionner un Couleur personnalisée de bleu, et frapper Prochain

              Dans la fenêtre suivante, modifiez le titre du graphique, Propriété de l'axe gauche pour laisser SITENAME vide, et Propriété de l'axe inférieur au débit annuel moyen (cfs)


              Il m'a fallu plusieurs tentatives pour obtenir ce résultat mais ça a l'air plutôt sympa je trouve.

              Dans ArcMap, préparez une mise en page montrant un carte de la zone de vidange, les graphique de ses flux annuels à chaque jauge. Déplacez votre graphique d'un côté de votre écran, et sous Vue, sélectionnez Affichage de la mise en page. Vous verrez une nouvelle fenêtre apparaître et une carte y apparaître

              Redimensionnez la carte pour qu'elle n'occupe pas toute la page, puis faites un clic droit sur votre graphique et dites Ajouter à la mise en page. Redimensionnez le graphique pour qu'il soit de taille comparable à la carte. Utilisez l'insertion barre d'outils dans ArcMap pour ajouter un titre, une flèche nord et une barre d'échelle à votre mise en page.

              Vous pouvez faire un clic droit sur le Titre pour obtenir son Propriétés puis utilisez Changer de symbole pour obtenir une nouvelle taille de texte. Vous pouvez faire un clic droit sur la barre d'échelle, sélectionnez Propriétés puis Unités de division pour sélectionner les unités de distance souhaitées. Voici ce que j'ai eu quand j'ai fait tout ça. Plutôt cool!

              Vous pouvez importer un graphique et une feuille de calcul Excel à partir du Insérer/Objet. option dans ArcMap.Si nécessaire, redimensionnez le graphique ou le tableau d'origine plus petit afin qu'il puisse être affiché dans la mise en page. Vous verrez dans le graphique que le débit de la rivière San Marcos à Luling et Ottine est beaucoup plus élevé que dans les stations en amont. Cela est dû à l'effet cumulatif en amont à Luling et au fait que Plum Creek rejoint la rivière San Marcos juste en amont d'Ottine.

              Sauvez votre Ex2.mxd fichier.

              À remettre : une mise en page montrant la carte de base et le graphique des débits de la rivière San Marcos

              Superposition de l'aquifère Edwards

              L'aquifère Edwards est l'une des ressources en eau les plus critiques du centre du Texas. C'est la principale source d'approvisionnement en eau de San Antonio, la 10e plus grande ville des États-Unis. L'aquifère Edwards est rechargé par l'infiltration des rivières traversant sa zone d'affleurement. Pour déterminer où la rivière San Marcos traverse, la zone d'affleurement, j'ai obtenu une couverture de l'aquifère Edwards du Texas Natural Resource Information System (http://www.tnris.state.tx.us/)

              La couverture de l'aquifère Edwards du TNRIS est en coordonnées décimales. C'est le Edwards shapefile que vous avez copié à partir du fichier zip au début de l'exercice. Ouvrez la fenêtre ArcCatalog dans ArcMap à l'aide de la bouton. Cliquez avec le bouton droit sur le jeu de données d'entités de fond de carte et sélectionnez Importer/Classe d'entités (unique).

              Naviguez vers le Edwards shape dans le jeu de données fourni pour l'exercice, et nommez la classe d'entités en sortie Aquifère.

              Cela ne fera pas seulement la conversion du fichier de formes en classe d'entités, mais ajoutera également la nouvelle classe d'entités à votre carte.

              Faites un clic droit sur le Aquifère classe d'entités et sélectionnez Propriétés. Cliquez sur son onglet Symbologie et étiquetez le thème à l'aide de l'attribut Aquifère. Cet attribut a trois valeurs : 1 pour affleurement, 2 pour le pendage et 0 pour les trous à l'intérieur de la limite extérieure de l'aquifère. Classer les valeurs avec Unique Value et colorez-les convenablement.

              Vous verrez que la rivière San Marcos coule vers le sud-est en direction de la côte du golfe et traverse d'abord l'affleurement, puis les parties en aval de l'aquifère Edwards. La région en aval-pendage est l'endroit où l'aquifère plonge sous la surface terrestre et est protégé des rivières de surface par des unités hydrogéologiques sus-jacentes de faible perméabilité. L'Edwards est un aquifère calcaire fissuré dont les fissures se situent le long de son orientation sud-ouest à nord-est, de sorte que son écoulement se déplace dans cette direction, transversalement à la direction d'écoulement dans le bassin de San Marcos. Il est donc tout à fait possible que l'eau s'écoule de la rivière San Marcos dans l'aquifère Edwards et réapparaisse ensuite sous forme de source plus au nord dans une autre rivière. Zoomez sur la région où l'aquifère traverse le bassin de San Marcos pour voir de plus près.


              À remettre : entre quelles deux stations de jaugeage se trouve la zone d'affleurement de l'aquifère Edwards ? Quelle est la différence de débit annuel moyen à ces deux jauges ? Commentez ces données. Vous semblent-ils corrects ?

              Récapitulatif des objets à remettre :

              1. Capturez l'écran de la carte résultante et incluez-la dans votre solution. Quelle est l'étendue de la carte en degrés décimaux de ces données ?

              2. Combien de sous-bassins HUC12 y a-t-il dans le bassin de San Marcos ? Quelle est leur superficie moyenne en km 2 ? Quelle est la superficie totale des sous-bassins HUC12 dans ce bassin en km 2 ? Quel est le rapport entre la longueur des lignes de courant et la superficie des sous-bassins HUC12 (appelée densité de drainage) en km -1 ?

              3. Une capture d'écran du bassin de San Marcos et des ruisseaux. Ajoutez des étiquettes pour montrer la rivière San Marcos, la rivière Blanco et le ruisseau Plum.

              4. Une mise en page montrant la carte de base et le graphique des débits de la rivière San Marcos.

              5. Entre quelles deux stations de jaugeage se trouve la zone d'affleurement de l'aquifère Edwards ? Quelle est la différence de débit annuel moyen à ces deux jauges ? Commentez ces données. Vous semblent-ils corrects ?


              Devoirs

              Pour vos devoirs, il existe un fichier csv des cambriolages par groupe d'îlots de recensement à Albany en 2010. Ajoutez ce tableau dans ArcMap et fusionnez le nombre de cambriolages aux groupes d'îlots de recensement. Calculez un champ qui est le taux de cambriolage pour 1 000 ménages. (Indice, cela ressemblera à quelque chose comme ([Cambriolages]/[Total des ménages])*1000 dans le calculateur de terrain.) Créez ensuite une carte choroplèthe des taux de cambriolage. Utilisez n'importe quel schéma de couleurs séquentiel que vous voulez. Créez une légende avec 6 sauts et formatez les étiquettes de manière à ce qu'elles n'aient pas de points décimaux. Renommez la carte de manière appropriée et insérez votre nom et la date quelque part sur la carte. Exportez la carte dans un fichier PDF et transformez-le en tableau noir.


              Voir la vidéo: ArcGis Ajouter u0026 Supprimer un champ (Octobre 2021).