Suite

Spécification d'un fichier pour VirtualShape dans SpatiaLite


je suis équitablement très nouveau dans la spatialite, et je suis bloqué sur quelque chose de très basique.

Je crée une table virtuelle à partir d'un fichier de formes en utilisant virtualshape. Cela fonctionne bien lorsque les shapefiles sont dans le même dossier que spatialite.exe.

CRÉER UNE TABLE VIRTUELLE test EN UTILISANT VirtualShape(test, CP1252, 28356) ;

Je ne peux pas comprendre comment spécifier un chemin absolu, c'est-à-direC:1. Données du projet1814 est

CRÉER UNE TABLE VIRTUELLE test EN UTILISANT VirtualShape("C:1. Project Data1814 est", CP1252, 28356) ;

Échoue.

Quelle est la syntaxe requise ici ?


Il te manque au moins la fermeture "

CRÉER UNE TABLE VIRTUELLE test EN UTILISANT VirtualShape("C:1. Project Data1814	est", CP1252, 28356) ;

Votre syntaxe semble correcte. Vérifiez votre chemin.

Une façon de déboguer cela consiste à utiliser spatialite-gui pour créer le VirtualShape. Si cela fonctionne, cliquez avec le bouton droit sur le nom de la table et sélectionnez « Afficher la déclaration CREATE ». Copiez-le et utilisez-le.


Ce bloc-notes fournit une présentation rapide de la prise en main d'une géo-base de données SpatiaLite et de son utilisation avec Datasette.

La base de données SpatiaLite peut être utilisée pour stocker, indexer et effectuer diverses opérations de requête géo-dépendantes sur divers objets géographiques, notamment des points et des fichiers de formes.

Pour m'aider à me mettre au courant, je vais essayer de charger un fichier de formes délimitant divers morceaux du Royaume-Uni dans une base de données SpatiaLite, de le publier sous forme de jeu de données, de récupérer une limite pour une région particulière à partir de l'API de jeu de données, puis de tracer la limite sur une carte.

Le fichier de formes que je vais utiliser concerne les zones administratives britanniques décrites par le produit Ordnance Survey Boundary-Line.

Vous pouvez obtenir une copie des données sur https://www.ordnancesurvey.co.uk/opendatadownload/products.html en sélectionnant le Ligne de démarcation produit et en fournissant les coordonnées, auquel cas vous devriez recevoir un lien de téléchargement par e-mail.

Téléchargez les données et décompressez-les. Cela devrait créer un dossier nommé bdline_essh_gb , ou quelque chose de similaire. (Les chemins utilisés dans ce bloc-notes supposent qu'il s'exécute dans ce répertoire.)

À l'intérieur du répertoire bdline_essh_gb se trouve un sous-répertoire Data, et à l'intérieur se trouve un sous-répertoire GB contenant une variété de fichiers de formes décompressés, y compris des bits sans s'y limiter :


Je suis le gars qui a partagé les libs sur http:// -) J'ai fait de bons progrès pour faciliter l'intégration de spatialite pour iOS. Maintenant, je suis capable de construire un système entièrement autonome bibliothèque statique de spatialite (2.3.1 qui embarque les GEOS et PROJ requis pour ne pas avoir à s'en occuper).

Il suffit de télécharger le zip http://lionel.gueganton.free.fr/spatialite/spatialite2.3.1.zip et vous obtiendrez les en-têtes .a pour x86 et arm + afin de pouvoir utiliser directement l'interface spatialite à partir de ces en-têtes.

Une fois que vous avez fait glisser et déposer le .a (les deux sont nécessaires pour fonctionner dans le simulateur ET sur le matériel réel), vous pouvez initialiser spatialite en appelant simplement spatialite_init(1) .

Les éléments suivants devraient s'afficher dans le journal de votre console :

Roulez, roulez, récupérez-les pendant qu'elles sont chaudes !

Maîtres, le Google-fu est fort dans celui-ci !

Je ne peux pas dire que j'ai écrit ceci (je faire prévoyez d'avoir des scripts CMake pour iPhone SQLite et Spatialite, très bientôt), mais je vous suggère de vous rendre sur ce site, avant 404 :

allez vous télécharger quelques goodies, dont les binaires pré-compilés Spatialite + extensions 2.3.1.


Accéder à la base de données SpatiaLite à l'aide de Datasette

Après avoir créé notre base de données et généré une projection appropriée pour le traçage à l'aide d'une carte Web interactive, publions-la en tant que jeu de données, puis voyons si nous pouvons accéder aux données à partir de l'API de la base de données.

Voici un truc que je viens d'apprendre via un tweet de @minrk pour exécuter un service Web simple à partir d'une cellule de code de bloc-notes Jupyter sans bloquer l'exécution du bloc-notes :

Nous devrions maintenant pouvoir accéder à l'API de la base de données.

Voyons maintenant si nous pouvons rendre cette région sous forme de carte.

Pour que tout semble fonctionner… :-)

Ensuite, je vais voir si je peux charger des points lat/lng, les convertir en types de données Point, puis exécuter une requête pour extraire uniquement des emplacements dans une région spécifique


SpatiaLite - extensions spatiales pour SQLite

Afin d'obtenir des informations plus spécifiques, vous pouvez lire la liste complète des fonctions Spatial SQL supportées par SpatiaLite.

Table des matières

1. Une introduction à SpatiaLite

  • une rivière
  • un bâtiment
  • un arbre
  • une rue, une voie ferrée
  • une frontière d'état
  • un lac
  • les GÉOS bibliothèque implémente sophistiqué analyse spatiale les fonctions
    GEOS a été développé à l'origine pour prendre en charge le PostSIG extension spatiale pour PostgreSQL ainsi, SpatiaLite peut effectuer n'importe quel type d'analyse spatiale, et exactement de la même manière que PostGIS le fera
  • les PROJ.4 la bibliothèque implémente la transformation des coordonnées entre différentes références de système de coordonnées
    il soutient le très populaire et répandu EPSG base de données géodésiques, permettant ainsi d'utiliser n'importe quel CSR connu [du moins les principaux]
  • les LIBICONV la bibliothèque implémente la prise en charge de locale_charset, prenant ainsi en charge efficacement toutes les langues exotiques, telles que le chinois, le japonais, le cyrillique, etc.
  • les SQLite la bibliothèque implémente un moteur de données SQL complet, la dernière version de SQLite 3.6.2 inclut une implémentation native pour RTtree, soutenant ainsi efficacement Indices spatiaux
  • pas besoin de procédures d'installation complexes
  • aucune administration de SGBD
  • une très faible empreinte du système
  • une complexité élémentaire, combinée à un bon niveau de performance
  • une grande simplicité d'utilisation

Juste pour faire une comparaison très rapide avec d'autres SGBD open source largement utilisés prenant en charge les données spatiales :

SGBD Taille binaire Brève description
PostgreSQL
PostGis
25 Mo
1,5 Mo
Il prétend être "La base de données open source la plus avancée au monde", et c'est tout simplement la vérité.
Pas très convivial (peut vous causer des maux de tête lorsque vous essayez de l'installer et de le configurer pour la première fois), mais sûrement un très complet et impressionnant plein d'ACIDE SGBD.
Le PostSIG Le module complémentaire à lui seul implémente un ensemble complet de fonctionnalités spatiales (Certifié OGC) quel que soit le type d'opération SIG dont vous avez besoin, PostGIS peut vous aider de manière utile et sans limites dimensionnelles.
Si vous recherchez sérieusement un support SIG complet et illimité, et que vous n'avez pas du tout peur de gérer et d'entretenir un SGBD très sophistiqué, aussi puissant que complexe, PostgreSQL + PostGis est exactement ce dont vous avez besoin.
MySQL spatial 42 Mo Il prétend être "La base de données open source la plus populaire au monde", et cela aussi est tout simplement la vérité.
Raisonnablement facile à utiliser, très rapide, décemment simple à gérer, sans surprise, c'est le choix préféré de tant de développeurs WEB.
Souvent critiqué pour ne pas être complètement conforme aux normes SQL, prend en charge un large ensemble (parfois déroutant trop large) des moteurs de données.
Le Spatial de MySql vous permet de gérer de manière très efficace les données SIG c'est dommage que vous puissiez créer un index spatial uniquement si vous utilisez des tables MyISAM, qui ne sont ni transactionnelles ni ACID. Vous pouvez également utiliser les données spatiales dans les tables InnoDB (pleins d'ACID), mais dans ce cas, vous ne pouvez pas avoir d'index spatiaux.
Quoi qu'il en soit, si vous recherchez un SGBD capable de prendre en charge efficacement la publication WEB de très grandes quantités de données SIG, et que vous n'êtes pas inquiet d'utiliser un SGBD non-ACID (par exemple parce que vous publiez données froides, c'est-à-dire des données répliquées provenant d'une autre source), vous pouvez être très satisfait de MySQL Spatial.
SQLite
SpatiaLite
200 Ko
2 Mo
Un SGBD très léger qu'il ne prétend pas être, mais c'est peut-être "La base de données la plus petite et la plus simple au monde".
Comme les deux susmentionnés ont tendance à être vastes et complexes, comme SQLite a tendance à être simple.
Mais simplicité ne signifie pas toujours incomplétude, ou basse qualité pas dans ce cas du moins.
SpatiaLite vous offre la possibilité d'activer le SGBD SQLite pour prendre également en charge un environnement décent et conforme aux normes pour les données spatiales.
Il ne prétend pas du tout être meilleur, ou le plus rapide, ou le plus puissant que les autres très humblement, il prétend juste être Facile, léger et raisonnablement utile.
SpatiaLite prend désormais en charge indices spatiaux ainsi que, passant par RTarbres SQLite introduit depuis v.3.6.0.
Si vous recherchez un environnement SIG élémentaire simple à gérer, sans fioritures et complexité excessive, et si vous devez gérer uniquement des données SIG de petite ou moyenne taille, SQLite et SpatiaLite peuvent vous faire sentir très heureux [Je l'espère, du moins. ]

2. Le modèle géométrique OpenGIS en bref

  • Il est associé à un Système de Référence Spatial, qui décrit l'espace de coordonnées dans lequel l'objet est défini.
  • Il appartient à une classe de géométrie

2.1. La hiérarchie des classes de géométrie

  • Géométrie (non instanciable)
    • Indiquer (instanciable)
    • Courbe (non instanciable)
      • ChaîneLigne (instanciable)
        • Ligne
        • LinéaireAnneau
        • Polygone (instanciable)
        • Multipoint (instanciable)
        • MultiCurve (non instanciable)
          • Chaîne multiligne (instanciable)
          • Multipolygone (instanciable)
          Propriétés de la géométrie
          • Son genre. Chaque géométrie appartient à l'une des classes instanciables de la hiérarchie.
          • Son SRID, ou Spatial Reference Identifier. Cette valeur identifie le système de référence spatiale associé à la géométrie qui décrit l'espace de coordonnées dans lequel l'objet géométrique est défini.
            Tous les calculs sont effectués en supposant une géométrie euclidienne (planaire).
          • Ses coordonnées dans son système de référence spatiale, représentées par des nombres à double précision (huit octets). Toutes les géométries non vides incluent au moins une paire de coordonnées (X,Y). Les géométries vides ne contiennent aucune coordonnée.
            Les coordonnées sont liées au SRID. Par exemple, dans différents systèmes de coordonnées, la distance entre deux objets peut différer même lorsque les objets ont les mêmes coordonnées, car la distance sur le système de coordonnées planaires et la distance sur le système géocentrique (coordonnées à la surface de la Terre) sont des choses différentes.
          • Son intérieur, ses limites et son extérieur. Chaque géométrie occupe une position dans l'espace. L'extérieur d'une géométrie est tout l'espace non occupé par la géométrie. L'intérieur est l'espace occupé par la géométrie. La frontière est l'interface entre l'intérieur et l'extérieur de la géométrie.
          • Son MBR (Minimum Bounding Rectangle) ou Enveloppe. Il s'agit de la géométrie englobante, formée par les coordonnées minimales et maximales (X,Y) : ((MINX MINY, MAXX MINY, MAXX MAXY, MINX MAXY, MINX MINY))
          • Si la valeur est simple ou non simple. Les valeurs géométriques des types (LineString, MultiPoint, MultiLineString) sont simples ou non simples. Chaque type détermine ses propres assertions pour être simple ou non simple.
          • Si la valeur est fermée ou non fermée. Les valeurs géométriques des types (LineString, MultiString) sont soit fermées, soit non fermées. Chaque type détermine ses propres assertions pour être fermé ou non fermé.
          • Que la valeur soit vide ou non Une géométrie est vide si elle n'a pas de points. L'extérieur, l'intérieur et la limite d'une géométrie vide ne sont pas définis (c'est-à-dire qu'ils sont représentés par une valeur NULL). Une géométrie vide est définie pour être toujours simple et a une aire de 0.
          • Sa dimension. Une géométrie peut avoir une dimension de &ndash1, 0, 1 ou 2 :
            • &ndash1 pour une géométrie vide.
            • 0 pour une géométrie sans longueur et sans aire.
            • 1 pour une géométrie de longueur non nulle et de surface nulle.
            • 2 pour une géométrie d'aire non nulle.

            2.3. classe Point

            Propriétés des points
            • Valeur de la coordonnée X.
            • Valeur de la coordonnée Y.
            • Le point est défini comme une géométrie de dimension zéro.
            • La limite d'un Point est l'ensemble vide.

            2.4. Courbe de classe

            Propriétés de la courbe
            • Une courbe a les coordonnées de ses points.
            • Une courbe est définie comme une géométrie unidimensionnelle.
            • Une courbe est simple si elle ne passe pas deux fois par le même point.
            • Une courbe est fermée si son point de départ est égal à son point final.
            • La limite d'une courbe fermée est vide.
            • La limite d'une courbe non fermée se compose de ses deux extrémités.
            • Une courbe simple et fermée est un LinearRing.

            2.5. classe LineString

            Propriétés de la chaîne de ligne
            • Un LineString a des coordonnées de segments, définies par chaque paire consécutive de points.
            • Un LineString est un Line s'il se compose d'exactement deux points.
            • Un LineString est un LinearRing s'il est à la fois fermé et simple.

            2.6. classe Surface

            Propriétés de surface
            • Une surface est définie comme une géométrie bidimensionnelle.
            • La spécification OpenGIS définit une surface simple comme une géométrie constituée d'un seul &ldquopatch&rdquo associé à une seule limite extérieure et à zéro ou plusieurs limites intérieures.
            • La frontière d'une surface simple est l'ensemble des courbes fermées correspondant à ses frontières extérieures et intérieures.

            2.7. classe Polygone

            Assertions de polygone
            • Un polygone n'a pas d'anneaux qui se croisent. Les anneaux dans la limite d'un polygone peuvent se croiser en un point, mais uniquement en tant que tangente.
            • Un polygone n'a pas de lignes, de pointes ou de perforations.
            • Un polygone a un intérieur qui est un ensemble de points connectés.
            • Un polygone peut avoir des trous. L'extérieur d'un polygone avec des trous n'est pas connecté. Chaque trou définit un composant connecté de l'extérieur.

            2.8. classe GeometryCollection

            • Type d'élément (par exemple, un MultiPoint peut contenir uniquement des éléments Point)
            • Dimension
            • Contraintes sur le degré de chevauchement spatial entre les éléments

            2.9. classe MultiPoint

            Propriétés multipoints
            • Un MultiPoint est une géométrie de dimension zéro.
            • Un multipoint est simple si deux de ses valeurs de point ne sont pas égales (ont des valeurs de coordonnées identiques).
            • La limite d'un MultiPoint est l'ensemble vide.

            2.10. classe MultiCurve

            Propriétés multicourbes
            • Une MultiCurve est une géométrie unidimensionnelle.
            • Une MultiCurve est simple si et seulement si tous ses éléments sont simples, les seules intersections entre deux éléments se produisent aux points situés sur les limites des deux éléments.
            • Une frontière MultiCurve est obtenue en appliquant la &ldquomod 2 union rule&rdquo (également connue sous le nom de &ldquoodd-even rule&rdquo) : un point se trouve dans la frontière d'une MultiCurve s'il se trouve dans les frontières d'un nombre impair d'éléments MultiCurve.
            • Une MultiCurve est fermée si tous ses éléments sont fermés.
            • La limite d'une MultiCurve fermée est toujours vide.

            2.11. classe MultiLineString

            2.12. classe MultiSurface

            Assertions multisurfaces
            • Deux surfaces MultiSurface n'ont pas d'intérieurs qui se croisent.
            • Deux éléments MultiSurface ont des limites qui se coupent au plus en un nombre fini de points.

            2.13. classe MultiPolygone

            Assertions multipolygones
            • Un MultiPolygon n'a pas deux éléments Polygon dont les intérieurs se croisent.
            • Un MultiPolygon n'a pas deux éléments Polygon qui se croisent (le croisement est également interdit par l'assertion précédente), ou qui se touchent en un nombre infini de points.
            • Un MultiPolygon ne peut pas avoir de lignes de coupe, de pointes ou de perforations. Un multipolygone est un ensemble de points fermé régulier.
            • Un MultiPolygon qui a plus d'un Polygon a un intérieur qui n'est pas connecté. Le nombre de composants connectés de l'intérieur d'un MultiPolygon est égal au nombre de valeurs de Polygon dans le MultiPolygon.
            Propriétés multipolygones
            • Un MultiPolygon est une géométrie à deux dimensions.
            • Une limite MultiPolygon est un ensemble de courbes fermées (valeurs LineString) correspondant aux limites de ses éléments Polygon.
            • Chaque courbe dans la limite du multipolygone est dans la limite d'exactement un élément de polygone.
            • Chaque courbe dans la limite d'un élément Polygon est dans la limite du MultiPolygon.

            3. Formats de données spatiales pris en charge

            • Format de texte connu (WKT)
            • Format binaire bien connu (WKB)
            • Format BLOB interne [celui utilisé par SpatiaLite pour stocker les géométries dans les colonnes SQLite]

            3.1. Format de texte connu (WKT)

              Un point:
              POINT(123,45 543,21)
              Notez que les coordonnées des points sont spécifiées sans virgule de séparation.

            3.2. Format binaire bien connu (WKB)

            La représentation Well-Known Binary (WKB) des valeurs géométriques est définie par la spécification OpenGIS. Il est également défini dans la norme ISO SQL/MM Partie 3 : Norme spatiale. WKB est utilisé pour échanger des données géométriques sous forme de flux binaires représentés par des valeurs BLOB contenant des informations géométriques WKB.
            WKB utilise des entiers non signés à un octet, des entiers non signés à quatre octets et des nombres à double précision à huit octets (format IEEE 754). Un octet correspond à huit bits.

            • Ordre des octets : 01
            • Type WKB : 01000000
            • X : 000000000000F03F
            • Y : 000000000000F03F
            • L'ordre des octets peut être 1 ou 0 pour indiquer un stockage petit-boutiste ou gros-boutiste. Les ordres d'octets little-endian et big-endian sont également appelés respectivement représentation de données réseau (NDR) et représentation de données externes (XDR).
            • Le type WKB est représenté par un entier non signé de quatre octets qui indique le type de géométrie.
              Les valeurs de 1 à 7 indiquent respectivement Point, LineString, Polygon, MultiPoint, MultiLineString, MultiPolygon et GeometryCollection.
            • Une valeur Point a des coordonnées X et Y, chacune étant représentée par une valeur en double précision.
            • Une valeur LineString a :
              • le nombre de points, représenté par un entier non signé de quatre octets.
              • un tableau correspondant de points
              • le nombre de sonneries, représenté par un entier non signé de quatre octets.
              • un tableau correspondant de LineStrings
              • notez que le premier anneau est toujours l'anneau extérieur, les autres anneaux, le cas échéant, sont toujours des anneaux intérieurs.
              • le nombre d'entités, représenté sous la forme d'un entier non signé de quatre octets.
              • un tableau correspondant de points, de chaînes de lignes ou de polygones selon les besoins
              • notez que chaque entité élémentaire doit être préfixée par son propre type WKB.
              • Ordre des octets : 01
              • Type WKB : 02000000LINESTRING
              • # points : 020000002 points
              • X : 000000000000F03Fpoint #1
              • Y : 000000000000F03F
              • X : 0000000000000040point #2
              • Y : 0000000000000040
              • Ordre des octets : 01
              • Type WKB collection : 04000000MULTIPOINT
              • # entités : 020000002 géométries élémentaires
              • Type WKB entité n°1: 01000000INDIQUER
              • X : 000000000000F03Fpoint #1
              • Y : 000000000000F03F
              • Type WKB entité #2: 01000000INDIQUER
              • X : 0000000000000040point #2
              • Y : 0000000000000040

              3.3. Format BLOB interne

              • 1 = POINT
              • 2 = LINESTRING
              • 3 = POLYGONE
              • 4 = MULTIPOINT
              • 5 = CHAÎNE MULTILIGNE
              • 6 = MULTIPOLYGONE
              • 7 = COLLECTION GÉOMÉTRIE
              • 1 = POINT
              • 2 = LINESTRING
              • 3 = POLYGONE

              4. Systèmes de référence de coordonnées l'ensemble de données EPSG

              Chaque valeur de coordonnée, afin d'être pleinement qualifiée, doit être explicitement attribuée à certains SRID, ou alors Identifiant de référence spatiale.
              Cette valeur identifie la géométrie associée Système de référence spatiale qui décrit l'espace de coordonnées dans lequel l'objet géométrique est défini.
              En règle générale, différentes géométries ne peuvent interopérer de manière significative que si leurs coordonnées sont exprimées dans le même sens. Système de coordonnées de référence.

              Pour éviter toute confusion et garantir une interopérabilité efficace, SRID les valeurs ne peuvent pas être attribuées au hasard, mais doivent respecter certaines spécification standard tel que défini par une autorité internationale.
              L'EPSG [Groupe Européen d'Enquête Pétrolière] fait le plus autorité dans ce domaine, maintenant et distribuant en fait un vaste ensemble de données décrivant pratiquement tout ce qui est connu dans le monde Système de coordonnées de référence. Non seulement l'ensemble de données EPSG comprend Paramètres géodésiques de transformation de coordonnées, permettant ainsi de transformer les coordonnées d'un CSR à un autre.

              Voici des exemples tirés de l'ensemble de données EPSG :

              SRIDNom du RSEparamètres géodésiques
              3000Segara / NEIEZ +proj=merc +lon_0=110 +k=0.997 +x_0=3900000 +y_0=900000 +ellps=bessel +units=m +no_defs
              3001Batavia / NEIEZ +proj=merc +lon_0=110 +k=0.997 +x_0=3900000 +y_0=900000 +ellps=bessel +units=m +no_defs
              3002Makassar / NEIEZ +proj=merc +lon_0=110 +k=0.997 +x_0=3900000 +y_0=900000 +ellps=bessel +towgs84=-587.8,519.75,145.76,0,0,0,0 +units=m +no_defs
              3003Monte Mario / Italie zone 1 +proj=tmerc +lat_0=0 +lon_0=9 +k=0.9996 +x_0=1500000 +y_0=0 +ellps=intl +units=m +no_defs
              3004Monte Mario / Italie zone 2 +proj=tmerc +lat_0=0 +lon_0=15 +k=0.9996 +x_0=2520000 +y_0=0 +ellps=intl +units=m +no_defs

              Vous n'avez pas trop à vous soucier de paramètres géodésiques et leur signification, vous devez simplement savoir que le PROJ.4 la bibliothèque peut les utiliser correctement afin de transformer les coordonnées entre les différents CSR.

              5. Prise en charge des métadonnées spatiales

              • Supposons que vous veniez de créer une table "Streets" contenant une colonne GEOMETRY et supposons maintenant que vous remplissiez cette table en insérant des POINTS pour certaines entités, des LINESTRINGs pour d'autres entités et des POLYGONS pour les autres.
                Pensez-vous qu'une telle table puisse être utilisée à des fins pratiques ?
              • Et supposons que certaines de ces GÉOMÉTRIES n'aient aucun SRID explicite [c'est-à-dire leur système de référence est inconnu / non défini], tandis que d'autres GEOMETRIES utilisent des valeurs SRID aléatoires.
                Encore une fois : comment pensez-vous qu'il sera possible de les représenter tous ensemble dans un même Système de Référence homogène ?
              • les réf_spatial_sys le tableau contient le Système de coordonnées de référence définitions.
              • les géométrie_colonnes table contient une liste de colonnes GEOMETRY pleinement qualifiées telles que définies dans la structure de la base de données.
              • après avoir créé un nouveau fichier de base de données SQLite, vous devez exécuter le init_spatialite.sql Script SQL.
                Cela créera automatiquement le Métadonnées spatiales tableaux, et insérera EPSG définitions dans le réf_spatial_sys tableau aussi.
              • et ensuite vous devez simplement créer n'importe quelle colonne GEOMETRY en utilisant le AddGeometryColumn() une fonction.
                Cela mettra implicitement à jour le Métadonnées spatiales, et veillera également à ce que des déclencheurs sera créé afin d'appliquer des contraintes pour un GeometryType et un SRID acceptables.
              • toute géométrie stockée dans cette colonne appartient à la même classe de géométrie
                c'est-à-dire une fois que vous avez créé une colonne Géométrie de INDIQUER type, seules les géométries de type POINT peuvent passer la validation.
                Attention : SpatiaLite applique un détendu vérification de type pour les classes MULTIxxxx du groupe :
                • une colonne MULTIPOINT peut accepter à la fois les géométries POINT et MULTIPOINT
                • une colonne MULTILINESTRING peut accepter à la fois les géométries LINESTRING et MULTILINESTRING
                • une colonne MULTIPOLYGON peut accepter à la fois les géométries POLYGON et MULTIPOLYGON

                6. Le module VirtualShape

                Le SGBD SQLite implémente une fonctionnalité très intéressante que vous pouvez développer chauffeur afin d'accéder à n'importe quel générique [et éventuellement exotique] la source de données, et puis ceux données externes apparaîtront au moteur SQL exactement comme ils étaient les natifs de SQLite. Cela signifie que vous pouvez leur appliquer n'importe quelle opération SQL, si cela est approprié/possible et si le pilote offre un support adéquat.
                Un tel mécanisme est désigné dans la documentation de SQLite comme le TABLE VIRTUELLE supporter ce nom est très approprié, car il permet d'accéder aux données physiquement stockés n'importe où comme ils où virtuellement stocké dans une table SQLite standard.
                De manière plus générale, un TABLE VIRTUELLE peut cacher tout ce que vous pouvez penser, cela représente simplement certains module d'extension de logiciel exposer une interface appropriée au SQLite moteur de base de données, permettant ainsi un traitement SQL standard.

                Le Forme Virtuelle le module est un TABLE VIRTUELLE chauffeur spécialement conçu pour permettre directement lecture seulement accès à fichiers de formes.

                Le fichier de formes le format est défini par ESRI vous pouvez trouver une copie de la spécification complète sur http://www.esri.com/library/whitepapers/pdfs/shapefile.pdf.
                Si cet argument vous intéresse, vous pouvez utilement lire cet article : http://en.wikipedia.org/wiki/Shapefile.
                Le format de fichier de formes ESRI est assez obsolète de nos jours, mais est encore très largement utilisé dans les SIG, principalement parce qu'il est simple, universel et supporté par tout logiciel SIG existant.
                On peut donc vraiment le considérer comme le de facto format d'échange de données standard pour les données SIG.

                VirtualShape est conçu pour interagir très strictement avec SpatiaLite, afin de prendre en charge un accès direct complet à fichiers de formes via SQL standard, pour les deux les attributs et géométries.
                Les outils SpatiaLite prennent en charge de toute façon l'importation de données SIG à partir de fichiers de formes dans des tables spatiales, mais la possibilité de prendre en charge les requêtes SQL standard directement sur des fichiers de formes externes, sans avoir du tout besoin de les importer dans une table SQLite, rend Forme Virtuelle un module très précieux.

                7. Le module VirtualText

                Le Texte Virtuel le module est un autre TABLE VIRTUELLE chauffeur soutenir directement lecture seulement accès à CSV et Onglet TXT des dossiers.

                Formats basés sur texte délimité sont répandus, vous pouvez généralement exporter n'importe quel type de données tabulaires en utilisant le CSV ou alors Onglet TXT formatage. Tout tableur grand public [comme MS Excel ou alors Open Office Calc] prend en charge l'importation/l'exportation vers et depuis du texte délimité.
                Ainsi, en ajoutant à SpatiaLite la possibilité de traiter à la volée ce type de formats basés sur du texte car ils où les données SQL natives peuvent vraiment être une fonctionnalité très utile.

                8. Prise en charge de l'indexation spatiale

                Le SGBD SQLite (comme beaucoup d'autres SGBD) implémente Indices comme moyen de récupérer rapidement les données sélectionnées.
                Imaginez un tableau contenant des millions et des millions de lignes, comme l'annuaire téléphonique national, récupérer le nom des personnes possédant un numéro de téléphone spécifique peut être une opération lente, si vous effectuez une soi-disant analyse complète du tableau c'est-à-dire si le moteur SGBD doit lire et évaluer chaque ligne afin de filtre celui demandé.
                La mise en œuvre d'un Indice sur le numéro de téléphone colonne permet une requête très rapide maintenant le moteur SGBD peut simplement lire le Indice, et trouvera immédiatement la ligne requise.
                Il n'est pas du tout nécessaire d'effectuer le long analyse complète du tableau traiter.

                Attention : si votre tableau contient un nombre limité de lignes (disons 5 000 ou 20 000) la mise en œuvre d'un index n'a aucun effet pratique. SQLite peut effectuer un analyse complète du tableau en très peu de temps en tout cas.
                Mais si votre table contient un grand nombre de lignes (disons plus de 100 000), puis l'implémentation d'un index peut avoir un effet considérable sur le temps d'exécution de la requête. Plus le nombre de lignes est grand, plus l'avantage d'implémenter un index devient évident.

                Le même problème identique se pose pour les données spatiales [i.e. Geometry] aussi, mais malheureusement, un index ordinaire ne peut pas être utilisé contre une colonne de type Geometry.
                C'est parce que les indices ordinaires représentent une implémentation d'un soi-disant BTtree (c'est à dire. Arbre binaire) les arbres binaires peuvent utilement être appliqués sur des nombres et/ou des chaînes, mais pas du tout sur des géométries.
                Pour les géométries, nous avons besoin d'un type d'indice complètement différent, c'est-à-dire le soi-disant RTtree (Arbre Rectangulaire).

                • Les RTrees de SQLite sont implémentés comme TABLE VIRTUELLEs
                  Nous venons d'expliquer ce qu'est une TABLE VIRTUELLE de SQLite dans le paragraphe précédent.
                • un RTree nécessite en fait trois ordinaire tables, en appliquant le schéma de nommage suivant :
                  • les nom d'index_nœud table est utilisée pour stocker les données binaires correspondant à chaque nœud d'arbre
                  • les nom d'index_parent le tableau est utilisé pour représenter le hiérarchie des nœuds de l'arborescence
                  • les nom d'index_Rowid table est utilisée pour associer chaque nœud d'arbre avec les ROWID correspondants
                  • les pkid La colonne représente le ROWID de la ligne correspondante dans la table associée à cet index spatial
                  • les xmin, xmax, ymin et ymax les colonnes représentent le MBRaliasBBOX pour la géométrie correspondante
                  • un RTree doit être défini pour chaque colonne pour laquelle vous souhaitez bénéficier de l'indexation spatiale
                  • lors de la création d'un tel index spatial, si certaines entités sont déjà stockées dans la table correspondante, l'index spatial doit être initialement chargé en conséquence
                  • pour chaque opération INSERT, UPDATE ou DELETE effectuée sur la table correspondante, le RTree doit être mis à jour de manière cohérente, afin d'éviter tout désalignement des données et ainsi de maintenir l'index spatial dans un état totalement cohérent
                  • toute colonne de géométrie dont vous souhaitez bénéficier de l'indexation spatiale doit être définie dans Métadonnées spatiales en d'autres termes, vous pouvez ajouter un index spatial uniquement sur les colonnes géométriques créées passant parAddGeometryColumn()
                  • alors vous pouvez créer l'index spatial en appelant simplement le CreateSpatialIndex() Fonction SQL
                  • cela non seulement créera l'index spatial lui-même, mais ajoutera gâchette requis afin d'accorder une synchronisation complète entre la table principale et le RTree correspondant

                  9. Prise en charge de la mise en cache MBR

                  • La mise en cache MBR de SpatiaLite est implémentée à l'aide d'un seul TABLE VIRTUELLE soutenu par le MbrCache module. Chaque table MbrCache contient les colonnes suivantes :
                    • les Rowid La colonne représente le ROWID de la ligne correspondante dans la table associée à cet index spatial
                    • les mbr la colonne représente le MBRaliasBBOX pour la géométrie correspondante
                    • toute colonne de géométrie dont vous souhaitez bénéficier de MbrCache doit être définie dans Métadonnées spatiales en d'autres termes, vous pouvez ajouter un MbrCache uniquement sur les colonnes géométriques créées passant parAddGeometryColumn()
                    • alors vous pouvez créer le MbrCache en appelant simplement le CréerMbrCache() Fonction SQL
                    • cela non seulement créera le MbrCache lui-même, mais ajoutera tout gâchette obligatoire
                    • la création de R*Tree et de MbrCache sur la même colonne Geometry n'est pas prise en charge

                    À l'inverse, vous n'aurez jamais à utiliser un MbrCache si votre jeu de données stocke plusieurs millions de géométries, car cela entraînerait une grave privation de mémoire.
                    Et l'utilisation de MbrCache n'a aucun sens lorsque vous devez établir très souvent de nombreuses connexions de courte durée, comme c'est le cas des modules CGI.
                    Dans ce cas vous devez absolument utiliser un R*Tree

                    Vous pouvez découvrir comment écrire des requêtes SQL en profitant pleinement de MbrCache en consultant la section tutoriel appropriée


                    Paquets Debian GIS Workstation

                    AVCE00 est une libreria C e un gruppo di strumenti che fanno apparire file Arcinfo (binario) Vector Coverage come E00. Permette di leggere e scrivere binari Couverture proprio come fossero file E00.

                    E00compr è une libreria ANSI C che legge e scrive file EOO compressi di Arcinfo. Gestisce entrambi i livelli di compressione "PARTIAL" et "FULL". Je classe le fichier E00 sono nel formato vettoriale di importazione/esportazione per Arcinfo sono in puro ASCII e sono pensati come formato di scambio. ESRI considera il formato proprietario perciò questo pacchetto potrebbe non leggere tutti i file E00, dato che ESRI potrebbe modificare il formato.

                    Questo pacchetto est utile par fichier d'importation E00 nel sistema GIS grass.

                    Contiene il programma a riga di comando e00conv che accetta in input un file E00, compresso o no, e lo copia in un nuovo file con il livello di compressione richiesto (NONE, PARTIAL, FULL). La libreria non è per il momento inclusa.

                    Epsilon est une libreria C par compressione di immagini con perdita basata su wavelet. È noto che le compressioni basate su wavelet sono molto più efficaci di quelle tradizionali basate su DCT (come JPEG).

                    Attualmente il programma gestisce circa 30 diversi filtri wavelet, viene eseguito in parallelo in ambienti multi-thread e MPI, può elaborare immagini enormi e molto altro.

                    Questo pacchetto contiene alcuni strumenti utili per comprimere e decomprimere immagini.

                    GDAL est une libreria traduttore per formati di data raster geospaziali. Venez libreria presenta all'applicazione chiamante un unico modello di dati astratto per tutti i formati gestiti. La libreria OGR correlata (che risiede all'interno dell'albero sorgente di GDAL) fornisce una funzionalità simile per i dati vettoriali di simple feature.

                    GDAL gestisce più di 40 popolari forti di dati, inclusi quelli comunemente usati (GeoTIFF, JPEG, PNG e altri), così come quelli usati in pacchetti GIS e di software per telerilevamento (ERDAS Imagine, ESRI Arc/Info, ENVI, PCI Geomatics) . Sono gestiti anche molti formati per distribuzione di dati scientifici e telerilevamento come HDF, EOS FAST, NOAA L1B, NetCDF, FITS.

                    La libreria OGR gestisce formati vettoriali popolari vient ESRI Shapefile, TIGER data, S57, MapInfo File, DGN, GML et altri.

                    Questo pacchetto contiene programmi di utilità basati sulla libreria GDAL/OGR, cioè gdal_translate, gdalinfo, gdaladdo, gdalwarp, ogr2ogr, ogrinfo, ogrtindex.

                    GeographicLib est un piccolo insieme di classi C++ par conversioni tra coordonner geografiche, UTM, UPS, MGRS, geocentriche e cartesiane locali, per elaborazione di geoidi e calcoli geodetici. È un rimpiazzo adeguato per la funzionalità principale fornita da NGA Geotrans.

                    Questo pacchetto contiene alcuni strumenti principali basati sulla libreria GeographicLib.

                    GeoIP è une libreria C che permette all'utente di trovare la nazione da cui ha origine un indirizzo IP o un nome host. Usa un fichier basato su de la base de données.

                    Questo database contiene semplicemente dei blocchi di IP come chiave e le nazioni come valori. Questo base de données dovrebbe essere più completo e accurato rispetto all'uso di lookup inverse del DNS.

                    Questo pacchetto contiene le utilità a riga di comando per rissolvere in numeri di IP usando la libreria GeoIP.

                    Questa libreria C gestisce il formato di interscambio basato su TIFF 6.0 par immagini raster georeferenziate. Lo standard GeoTIFF è stato sviluppato per leggere e scrivere etichette con metainformazioni geografiche sopra TIFF raster.

                    La libreria GeoTIFF viene fornita con due programmi di utilità qui inclusi:

                    GMT è una raccolta libera di strumenti che permettono all'utente di manipolare insiemi di dati in formato (x,y) e (x,y,z), compresi filtri, fit degli andamenti, griglie, proiezioni, ecc., e di produrre illustrazioni dans le fichier EPS (Encapsulated PostScript) che variano dai più semplici grafici xy a mappe con linee di contorno, fino a superfici illumine artificialmente e viste in prospettiva 3D in bianco e nero, scala di grigi, tratteggi di Lehmann e colori a 24 bit.

                    GMT gestisce molte proiezioni comuni per mappe, oltre a scale lineari, logaritmiche ed esponenziali e viene fornito con the possibilità di gestire dati come linee di costa, fiumi e confini politici.

                    Un pacchetto Tcl che fornisce i mezzi per creare e leggere file ESRI Shapefile per mantenere punti in 2 o 3 dimensioni e polilinee.

                    È stato sviluppato per l'uso in GPSMan, un gestore di dati di ricevitori GPS ed è basato sul modulo shapelib. Insieme a quête pacchetto è stato sviluppato anche gpstr2shp.c che traduce file dei dati di GPStrans in Shapefile.

                    Grace è uno strumento punta-e-clicca che permette all'utente di disegnare grafici X-Y. Questo programma si chiamava in precedenza Xmgr.

                    Alcune delle sue caratteristiche sono: scala definibile dall'utente, segni di intervallo sugli assi, etichette, simboli, stile per le linee, colori, regressione polinomiale, spline, medie mobili, DFT/FFT, correlazione incrociata e autocorrelazione, attivaità il disegno senza supervisione, supporto per copy fisiche per PostScript, FrameMaker e svariati formati immagine.

                    Autres captures d'écran du package grace
                    VersionURL
                    1:5.1.22-10https://screenshots.debian.net/shrine/screenshot/7408/simage/large-f2bb08428f0d5fe91681fc3fac3d0291.png

                    Questo è un sistema GIS (Geographic Information System - sistema informativo geografico) comunemente chiamato GRASS (sistema di supporto per l'analisi di risorse geografiche), usato per la gestione e l'analisi di dati geospazificiali, elaborazione di immagini graduzione, produzione mappe, modellazioni spaziali e visualizzazioni. GRASS è attualmente utilizzato nei settori accademici e commerciali in tutto il mondo, come anche da molte agenzie governance e compagnie di consulenza ambientale.

                    Installare questo pacchetto virtuale per avere un sistema GRASS completo.

                    HDF5 (Hierachical Data Format 5) est un fichier formaté par memorizzare dati scientifici. Questi strumenti consentono di convertir un autre fichier au format HDF5 e di visualizzare file HDF5. Comprendono :

                    • h5topng estrae una fetta a 2 dimensioni di un file HDF5 e crea la corrispondente immagine in formato PNG
                    • hd5totxt estrae una fetta a 2 dimensioni e crea un file con valori delimitati da virgole (adatto per importare i dati in un foglio elettronico)
                    • h5fromtxt converte del semplice testo in dataset HDF5 numerici multidimensionali
                    • h5fromh4 convertir les données HDF4 en HDF5
                    • h5tovtk convertit le fichier HDF5 en fichier VTK pour la visualisation avec le programme et le support de VTK.

                    HDF (Hierarchical Data Format, formato di dati gerarchico) est un format de fichier multi-oggetto per memorizzare e trasferire dati grafici e numerici principalement usato nel calcolo scientifico. HDF gestisce molti modelli di dati differenti, inclusi vettori multidimensionali, immagini raster e tabelle.Ognuno definisce un tipo di data aggregati specifico e fornisce un'API per leggere, scrivere e organizzare i dati e i metadati. Nuovi modelli di dati possono essere aggiunti dagli sviluppatori o dagli utenti di HDF.

                    Questo pacchetto comprend alcune utilità base per vedere, impacchettare e spacchettare i file HDF.

                    Hierarchical Data Format 5 (HDF5) est un fichier formaté et une libreria pour l'archivage des données scientifiques. HDF5 è stato pensato ed implementato per ovviare alle mancanze di HDF4.x. Ha un modello dei dati più potente e fllessibile, supporta file più grandi di 2 GB e supporta l'I/O in parallelo.

                    Questo pacchetto contiene strumenti runtime par HDF5.

                    GDAL est une libreria traduttore per formati di data raster geospaziali. Venez libreria presenta all'applicazione chiamante un unico modello di dati astratto per tutti i formati gestiti. La libreria OGR correlata (che risiede all'interno dell'albero sorgente di GDAL) fornisce una funzionalità simile per i dati vettoriali di simple feature.

                    GDAL gestisce molti popolari formati di dati, inclusi quelli comunemente usati (GeoTIFF, JPEG, PNG e altri), così come quelli usati in pacchetti GIS e di software per telerilevamento (ERDAS Imagine, ESRI Arc/Info, ENVI, PCI Geomatics). Sono gestiti anche molti formati per distribuzione di dati scientifici e telerilevamento come HDF, EOS FAST, NOAA L1B, NetCDF, FITS.

                    La libreria OGR gestisce formati vettoriali popolari vient ESRI Shapefile, TIGER data, S57, MapInfo File, DGN, GML et altri.

                    Questo pacchetto contiene i file necessari per sviluppare software che usa GDAL/OGR (header, oggetti statici, script di configurazione).

                    GDAL est une libreria traduttore per formati di data raster geospaziali. Venez libreria presenta all'applicazione chiamante un unico modello di dati astratto per tutti i formati gestiti. Questa estensione fornisce l'accesso ai dati GRASS usando GDAL.

                    Questo pacchetto fornisce il plugin GRASS par GDAL.

                    Un emplacement sur le globe, dans n'importe quel système de coordonnées. Geo::Point essaie de masquer les calculs et le système de coordonnées dans lequel le point est représenté.

                    L'une des choses les plus déroutantes lors de la manipulation de données géométriques, c'est que parfois latlong, parfois xy sont utilisés : organisation horizontale et verticale inversée. Ce paquet essaie de cacher cela à votre programme en fournissant des accesseurs abstraits latlong(), longlat(), xy() et yx().

                    Ce package fournit les modules suivants :

                    • Geo::Line - une séquence de points connectés
                    • Geo::Point - un point sur le globe
                    • Geo::Proj - wrapper simplifié pour Geo::Proj4
                    • Geo::Shape - classe de base pour les points bidimensionnels sur la surface de la terre
                    • Geo::Space - Une collection d'objets divers
                    • Geo::Surface - Une description de surface

                    GeographicLib est un piccolo insieme di classi C++ par conversioni tra coordonner geografiche, UTM, UPS, MGRS, geocentriche e cartesiane locali, per elaborazione di geoidi e calcoli geodetici. È un rimpiazzo adeguato per la funzionalità principale fornita da NGA Geotrans.

                    Questo pacchetto contiene i file usati per sviluppare applicazioni che utilizizzano la libreria GeographicLib.

                    JTS est une librairie java qui fournit :

                    • une implémentation du modèle de données spatiales défini dans l'OGC Simple Features Specification for SQL (SFS)
                    • une implémentation complète et cohérente d'algorithmes spatiaux 2D fondamentaux
                    • un modèle de précision explicite, avec des algorithmes qui gèrent gracieusement les situations entraînant un effondrement dimensionnel
                    • implémentations robustes d'opérations géométriques de calcul clés
                    • E/S au format Texte connu

                    libLAS est une bibliothèque C/C++ pour la lecture et l'écriture de données ASPRS LAS versions 1.0, 1.1 et 1.2. Le format LAS est un format binaire séquentiel utilisé pour stocker les données des capteurs et comme stockage de traitement intermédiaire par certaines applications liées au LiDAR. LiDAR (Light Detection and Ranging) est une technologie de télédétection optique qui mesure les propriétés de la lumière diffusée pour trouver la distance et/ou d'autres informations d'une cible distante. La méthode courante pour déterminer la distance à un objet ou à une surface consiste à utiliser des impulsions laser.

                    Ce package contient les outils essentiels pour gérer les données LiDAR : lasinfo, lasmerge, las2las, las2txt, txt2las, las2ogr.

                    Il format Shapefile est un format, promosso dall'ESRI, per lavorazione e lo scambio di semplici dati vettoriali con attributi. Apparentemente è il solo formato che può essere modificato con ARCView 2/3 e può anche essere esportato e importato in ArcGis.

                    Questo pacchetto contiene i file di sviluppo.

                    Un mapcode rappresenta une position. Ogni posizione sulla Terra può essere rappresentata da un mapcode. Je mapcode sono stati progettati per essere corti, facili da riconoscere, ricordare e comunicare. Hanno una precisione di alcuni metri, che è abbastanza buona per l'uso quotidiano. Le posizioni in aree densamente popolate spesso ottengono mapcode più corti. Vedere http://www.mapcode.com/

                    Questo pacchetto contiene un'utilità a riga di comando che può convertire da e verso mapcode.

                    Mapnik est une boîte à outils C++ opensource pour les applications SIG (Systèmes d'Information Géographiques). Venez parte centrale c'è une libreria condivisa C++ che fornisce algoritmi/modelli per accesso e visualizzazione dei dati spaziali.

                    La libreria è essenzialmente una raccolta di oggetti geografici (carte, livelli, sorgenti dati, funzionalità, geometrie), non si basa su "sistemi a finestre" ed è creata per funzionare in ambienti multi-thread.

                    Questo pacchetto contiene utilità varie distribuite con mapnik:

                    shapeindex: programme par creare indici basati su système de fichiers par forme de fichier ESRI.

                    OGDI è l'Open Geographic Datastore Interface. OGDI est une API (Application Programming Interface) qui utilise les méthodes d'accès standardisées pour les fonctions insieme a pacchetti per software GIS (l'applicazione) e vari prodotti con dati geospaziali. OGDI usa un'architettura client/server par facilitare la disseminazione di prodotti con dati geospaziali attraverso qualsiasi rete TCP/IP et un approccio orientato ai driver per facilitare l'accesso a diversi prodotti/formati per dati geospaziali.

                    Questo pacchetto contiene alcuni strumenti utili basati sulla libreria OGDI.

                    Logiciel de programmation Chart Plotter et Navigational da usare in navigazione o come strumento di pianificazione. Sviluppato da un gruppo di marinai attivi usando condizioni reali per il test e il raffinamento del software. In modo predefinito gestisce formi raster e vettoriali viennent BSB e S63. La gestione di molti altri formati è disponibile come plugin. Altri plugin forniscono la gestione di, ad esempio, AIS, mappe weatherologiche e radar. L'applicazione ha il supporto per più di 20 lingue.

                    Questo pacchetto contiene programmi, librerie e alcuni file di supporto.

                    Toolkit grafico portabile di alto livello per lo sviluppo di applicazioni grafiche ad alte prestazioni, come simulatori di volo, giochi, realtà virtuali o visualizzazioni scientifiche. Fornendo un'infrastruttura orientata agli oggetti basata su OpenGL, libera lo sviluppatore dal compito di implementare e ottimizzare chiamate grafiche di basso livello e fornisce molte utilità aggiuntive per uno sviluppo rapido di applicazioni grafiche.

                    Questo pacchetto contiene utilità ed esempi (binari).

                    osgEarth est une boîte à outils scalable pour le rendu des terres par OpenSceneGraph (OSG), une boîte à outils pour le graphisme 3D open source et autre prestazioni. Basta creare un semplice file XML, farlo puntare ai propri dati di immagini, quote e vettori, caricarlo nella propria applicazione OSG preferita e via! osgEarth gestisce tutti i tipi di data e viene fornito con numerosi esempi per aiutare l'utente a ingranare velocemente e facilmente.

                    Questo pacchetto contiene binari.

                    OSSIM (Open Source Software Image Map) est un moteur ad alte prestazioni per telerilevamento, elaborazione di immagini, sistemi di informazioni geografiche e fotometria. È attivamente sviluppato a partire dal 1996.

                    Progettato come une série de logiciels de librerie ad alte prestazioni, è scritto in C++ usando the most recenti tecniche di progettazione di software orientato agli oggetti.

                    La libreria fornisce telerilevamento, elaborazione di immagini e funzionalità geospaziali avanzati. Un veloce riassunto delle funzionalità di OSSIM comprend orto-rettificazione, correzione della precisione del terreno, modelli di sensori rigorosi, mosaici molto grandi e fusione incrociata di sensori, una vasta gamma di insiemi di dati e proiezioni di vasta gamma di format una données commerciales et gouvernantes. L'architettura della libreria gestisce l'elaborazione in parallelo con MPI (non abilitata), un'architettura dinamica a plugin e oggetti che possono essere connessi dinamicamente permettendo una rapida prototipizzazione di catene personalizzate di elaborazione delle immagini.

                    Questo pacchetto comprend gli strumenti principali che usano la libreria OSSIM per effettuare alcuni compiti di base.

                    PDAL est une libreria avec licence BSD par tradurre e manipolare dati di nuvole di punti di diversi formati. PDAL può essere usata per leggere, scrivere e tradurre dati di nuvole di punti in molti forti. È comprend la gestion du fichier d'entrée LAS, LAZ, SBET, BPF, QFIT et altri. PDAL est in grado anche di leggere da e scrivere in database che gestiscono la memorizzazione di nuvole di punti, y compris Oracle, Postgres e SQLite.

                    PDAL non dovrebbe essere confusa con PCL (Point Cloud Library). PCL est une libreria progettata specamente per fornire modifica e analisi algoritmiche di nuvole di punti. PDAL mette a disposizione un'interfaccia limitata alla struttura di PCL ma, in generale, non cerca di duplicarne le funzionalità.

                    Questo pacchetto contiene le utilità di PDAL.

                    Pktools est un outil de programmation pour les effets de l'opération, soprattutto su immagini raster geolocalizzate. Si basa molto sulla libreria GDAL (Geospatial Data Abstraction Library) et OGR. Je programme sono simili agli strumenti GDAL (gdalinfo, gdal_translate, gdal_merge, . ) et alcune delle funzionalità fornite in pktools esistono già negli strumenti GDAL.

                    Tutte le utilità in pktools usano opzioni a riga di comando e hanno un aiuto incorporato. Includono più di trenta binari per modificare, cambiare, ritagliare, classificare, confrontare, fare il dump, riempire, migliorare immagini e molte altre operazioni comuni util nel campo del telerilevamento dell'analisi di immagini.

                    PostGIS aggiunge la gestione di oggetti geografici al database relazionale ad oggetti PostgreSQL. En effet PostGIS "capacité spazialmente" le serveur PostgreSQL permet d'utiliser la base de données spaziale di backend par sistemi di informazioni geografiche (GIS), in modo molto simile a SDE di ESRI o all'estensione Spatial di Oracle. PostGIS segue la spécification OpenGIS "Simple Features Specification for SQL".

                    Questo pacchetto contiene i binari di PostGIS in spazio utente per importare ed esportare i file shape e raster: pgsql2shp, raster2pgsql e shp2pgsql.

                    Questo script effettua, in modo efficiente in termini di rete e di tempo, il confronto o la sincronizzazione di due tabelle, anche grandi, su due server di database PostgreSQL, in modo da rilevare le tuple inserite, aggiornate o éliminer tra le due tabelle.

                    pprepair (réparation de cloison plane) prend un insieme di poligoni e assicura che essi formino una partition planare valida, costituita da poligoni validi e senza vuoti o sovrapposizioni. Può essere usato come validatore, riferendo di problemi in singoli poligoni o nella partizione planare e anche come strumento automatico di riparazione,producendo un insieme di poligoni che veramente formano una partizione planare valida.

                    prepair permette di riparare facilmente poligoni GIS "difettosi" e in modo conforme con gli internazionali standard ISO 19107. En bref, dato un poligono memorizzato in WKT, lo ripara automaticamente e restituisce un WKT valido. I metodi di riparazione automatici possono essere considerati come l'interpretazione di poligoni ambigui o mal definiti e la produzione di un output coerente e chiaramente definito.

                    proj e invproj effettuano, rispettivamente, la trasformazione in avanti e inversa di dati cartografici verso e da dati cartesiani, con una vasta gamma di funzioni di proiezione selezionabili (più di 100 proiezioni).

                    geod e invgeod effettuano calcoli geodetici (cerchio massimo) per determinare latitudine, longitudine e back azimut di un point terminale data latitudine, longitudine, azimut e distanza (diretti) di un punto iniziale o l'azimut e il back azimut tra e la d latitudini e longitudini (inversi) dei punti iniziale e terminale.

                    Questo pacchetto fornisce gli strumenti binari di PROJ.

                    Questa libreria contiene funzioni per gestire trasformazioni affini del piano.

                    Può essere utilizzata in insiemi di dati georeferenziati per trasferire immagini in coordonner terrestri.

                    Questa è la versione par Python 2 della libreria.

                    Descartes permette l'uso di oggetti geometryi come percorsi e patch di matplotlib.

                    Questa è la versione par Python 2 della libreria.

                    Fiona est un wrapper Python dans toute la libreria OGR di astrazione di dati vettoriali. Fiona è progettato per essere semplice e affidabile. Si focalizza sulla lettura e la scrittura di data nello stile canonico dell'IO di Python e si basa sui familiari tipi e protocolli di Python come file, dizionari, mappature e iteratori invece di classi specifiche per OGR. Fiona può leggere e scrivere dati reali usando formati GIS multilivello e file system virtuali compressi e si integra rapidamente con altri pacchetti GIS Python come pyproj, Rtree e Shapely.

                    Questo pacchetto fornisce l'API Python 2.

                    GDAL est une libreria traduttore per formati di data raster geospaziali. Venez libreria presenta all'applicazione chiamante un unico modello di dati astratto per tutti i formati gestiti. La libreria OGR correlata (che risiede all'interno dell'albero sorgente di GDAL) fornisce una funzionalità simile per i dati vettoriali di simple feature.

                    GDAL gestisce più di 40 popolari forti di dati, inclusi quelli comunemente usati (GeoTIFF, JPEG, PNG e altri), così come quelli usati in pacchetti GIS e di software per telerilevamento (ERDAS Imagine, ESRI Arc/Info, ENVI, PCI Geomatics) . Sono gestiti anche molti formati per distribuzione di dati scientifici e telerilevamento come HDF, EOS FAST, NOAA L1B, NetCDF, FITS.

                    La libreria OGR gestisce formati vettoriali popolari vient ESRI Shapefile, TIGER data, S57, MapInfo File, DGN, GML et altri.

                    Questo pacchetto contiene collegamenti Python per la libreria GDAL/OGR e un insieme di strumenti a riga di comando aggiuntivi.

                    Questo pacchetto est une libreria di utilità per lavorare con collegamenti geospaziali. È un'implementazione del lavoro Cat-Interop descritto all'indirizzo https://wiki.osgeo.org/wiki/Cat-Interop.

                    Questo pacchetto fornisce la versione Python 2 della libreria.

                    GeoPandas è un progetto per aggiungere la gestione di dati geografici a oggetti pandas. Attualmente implementa i tipi "GeoSeries" e "GeoDataFrame" che sono sottoclassi rispettivamente di "pandas.Series" e "pandas.DataFrame". Gli oggetti GeoPandas possono operare su oggetti geometryi galbement ed eseguire operazioni geometryhe.

                    Les opérations sur la géométrie de GeoPandas sono cartesiane. Il sistema di riferimento delle coordonnée (CRS) può essere memorizzato come un attributo su un oggetto ed è automaticamente impostato al momento del caricamento da un file. Gli oggetti possono essere trasformati in nuovi sistemi di coordonner con il metodo "to_crs()". Attualmente non c'è l'applicazione per le operazioni come avviene per le coordonner, ma ciò potrebbe cambiare in futuro.

                    Questo pacchetto contiene la versione per Python 2 della libreria.

                    Mapnik est une boîte à outils C++ opensource pour les applications SIG (Systèmes d'Information Géographiques). Venez parte centrale c'è une libreria condivisa C++ che fornisce algoritmi/modelli per accesso e visualizzazione dei dati spaziali.

                    La libreria è essenzialmente una raccolta di oggetti geografici (carte, livelli, sorgenti dati, funzionalità, geometrie), non si basa su "sistemi a finestre" ed è creata per funzionare in ambienti multi-thread.

                    Questo pacchetto contiene i collegamenti per Python 2.

                    PDAL est une libreria avec licence BSD par tradurre e manipolare dati di nuvole di punti di diversi formati. PDAL può essere usata per leggere, scrivere e tradurre dati di nuvole di punti in molti formati. È comprend la gestion du fichier d'entrée LAS, LAZ, SBET, BPF, QFIT et altri. PDAL est in grado anche di leggere da e scrivere in database che gestiscono la memorizzazione di nuvole di punti, y compris Oracle, Postgres e SQLite.

                    PDAL non dovrebbe essere confusa con PCL (Point Cloud Library). PCL est une libreria progettata specamente per fornire modifica e analisi algoritmiche di nuvole di punti. PDAL mette a disposizione un'interfaccia limitata alla struttura di PCL ma, in generale, non cerca di duplicarne le funzionalità.

                    Questo pacchetto contiene l'estensione PDAL per Python 2.

                    PROJ effettua trasformazioni cartografiche tra the coordonner geografiche (lat/lon) e quelle della proiezione su mappa (x/y). Può anche trasformare direttamente dalle coordonner di un sistema di proiezione ad un altro.

                    Questo è un collegamento Python a PROJ, può rizevere le coordonner come array numpy, array Python, liste o scalari. Questo modulo è ottimizzato per gli array numpy.

                    PySAL est une libreria open source di funzioni per l'analisi spaziale scritta in Python e pensata per permettere lo sviluppo di applicazioni di alto livello.

                    È important sottolineare cosa PySAL è, e cosa non è, progettata par tarif. Anzitutto, PySAL est une libreria nel senso più ampio del termine. Gli sviluppatori che cercano une suite di metodi spaziali analitici da poter incorporare nello sviluppo di un'applicazione dovrebbero sentirsi a casa propria usando PySAL. Anche gli analisti spaziali che lavorano a progetti di ricerca che richiedono script personalizzati, estese analisi simule, o quelli che cercano di avanzare lo stato dell'arte nell'analisi spaziale dovrebbero trovare in PySAL une base utile per il loro lavoro.

                    Gli utenti finali che cercano un'interfaccia grafica amichevole per l'analisi spaziale non dovrebbero rivolgersi direttamente a PySAL. Invece, dovrebbero considerare progetti come STARS e la suite GeoDaX di prodotti software che racchiudono le funzionalità di PySAL in GUI. Al contempo, ci si aspetta che con sviluppi come le architetture a plugin basate su Python per QGIS, GRASS, e le estensioni per la cassetta degli attrezzi per ArcGIS, che l'accesso alle funzionalità di PySAL da parte degli utenti finali aumenti nell'immediato futur.


                    SQLite est un SGBD transactionnel alors que de nombreuses instructions INSERT sont exécutées en séquence rapprochée, les instructions BEGIN TRANSACTION et COMMIT TRANSACTION doivent être invoquées de manière appropriée (avec OGR_L_StartTransaction() / OGR_L_CommitTransaction()) afin d'obtenir des performances optimales. Par défaut, si aucune transaction n'est explicitement démarrée, SQLite effectuera une validation automatique sur chaque instruction, ce qui sera lent. Si vous utilisez ogr2ogr, son comportement par défaut est de COMMIT une transaction toutes les 20 000 lignes insérées. Le -gt L'argument permet de définir explicitement le nombre de lignes pour chaque transaction. Augmenter à -gt 65536 ou plus garantit des performances optimales lors du remplissage d'une table contenant plusieurs centièmes de milliers ou millions de lignes.

                    SQLite a généralement une empreinte mémoire très minime, environ 20 Mo de RAM sont réservés pour stocker le cache de page interne [seulement 2000 pages]. Cette valeur peut également être inappropriée dans de nombreuses circonstances, notamment lors de l'accès à un fichier de base de données vraiment énorme contenant de nombreuses tables liées à un index spatial correspondant. La définition explicite d'un cache de pages interne bien plus généreusement dimensionné peut souvent aider à obtenir des performances nettement meilleures. Vous pouvez définir explicitement la taille du cache de page interne à l'aide de l'option de configuration OGR_SQLITE_CACHE valeur [valeur étant mesuré en Mo] si votre matériel a suffisamment de RAM disponible, définir une taille de cache aussi grande que 512 Mo (ou même 1024 Mo) peut parfois beaucoup aider afin d'obtenir de meilleures performances.

                    Réglage de la OGR_SQLITE_SYNCHRONOUS option de configuration pour DÉSACTIVÉ peut également augmenter les performances lors de la création de bases de données SQLite (bien qu'au détriment de l'intégrité en cas d'interruption/crash ).

                    Si de nombreux fichiers source sont collectés dans la même table Spatialite, il peut être beaucoup plus rapide d'initialiser la table sans index spatial en utilisant -lco SPATIAL_INDEX=NO et de créer un index spatial avec une commande distincte une fois toutes les données ajoutées. L'index spatial peut être créé avec la commande ogrinfo

                    Si une base de données a subi des opérations d'édition, il peut être utile d'exécuter une requête VACUUM pour la compacter et l'optimiser.


                    SpatiaLite Cookbook Chapitre 06 : Les bases de la cuisine

                    Un MultiLineString est une collection de géométries MultiCurve composée d'éléments LineString.

                    2.12. classe MultiSurface

                    Assertions multisurfaces
                    • Deux surfaces MultiSurface n'ont pas d'intérieurs qui se croisent.
                    • Deux éléments MultiSurface ont des limites qui se coupent au plus en un nombre fini de points.

                    2.13. classe MultiPolygone

                    Assertions multipolygones
                    • Un MultiPolygon n'a pas deux éléments Polygon dont les intérieurs se croisent.
                    • Un MultiPolygon n'a pas deux éléments Polygon qui se croisent (le croisement est également interdit par l'assertion précédente), ou qui se touchent en un nombre infini de points.
                    • Un MultiPolygon ne peut pas avoir de lignes de coupe, de pointes ou de perforations. Un multipolygone est un ensemble de points fermé régulier.
                    • Un MultiPolygon qui a plus d'un Polygon a un intérieur qui n'est pas connecté. Le nombre de composants connectés de l'intérieur d'un MultiPolygon est égal au nombre de valeurs de Polygon dans le MultiPolygon.
                    Propriétés multipolygones
                    • Un MultiPolygon est une géométrie à deux dimensions.
                    • Une limite MultiPolygon est un ensemble de courbes fermées (valeurs LineString) correspondant aux limites de ses éléments Polygon.
                    • Chaque courbe dans la limite du multipolygone est dans la limite d'exactement un élément de polygone.
                    • Chaque courbe dans la limite d'un élément Polygon est dans la limite du MultiPolygon.

                    Formats de données spatiales pris en charge

                    • Format de texte connu (WKT)
                    • Format binaire bien connu (WKB)
                    • Format BLOB interne
                    • Format de texte connu (WKT)
                    • Format binaire bien connu (WKB)
                    • Format BLOB interne [celui utilisé par SpatiaLite pour stocker les géométries dans les colonnes SQLite]

                    Format de texte connu (WKT)

                      Un point:
                      POINT(123,45 543,21)
                      Notez que les coordonnées des points sont spécifiées sans virgule de séparation.

                    Format binaire bien connu (WKB)

                    La représentation Well-Known Binary (WKB) des valeurs géométriques est définie par la spécification OpenGIS. Il est également défini dans la norme ISO SQL/MM Partie 3 : Norme spatiale. WKB est utilisé pour échanger des données géométriques sous forme de flux binaires représentés par des valeurs BLOB contenant des informations géométriques WKB.
                    WKB utilise des entiers non signés à un octet, des entiers non signés à quatre octets et des nombres à double précision à huit octets (format IEEE 754). Un octet correspond à huit bits.

                    • Ordre des octets : 01
                    • Type WKB : 01000000
                    • X : 000000000000F03F
                    • Y : 000000000000F03F
                    • L'ordre des octets peut être 1 ou 0 pour indiquer un stockage petit-boutiste ou gros-boutiste. Les ordres d'octets little-endian et big-endian sont également appelés respectivement représentation de données réseau (NDR) et représentation de données externes (XDR).
                    • Le type WKB est représenté par un entier non signé de quatre octets qui indique le type de géométrie.
                      Les valeurs de 1 à 7 indiquent respectivement Point, LineString, Polygon, MultiPoint, MultiLineString, MultiPolygon et GeometryCollection.
                    • Une valeur Point a des coordonnées X et Y, chacune étant représentée par une valeur en double précision.
                    • Une valeur LineString a :
                      • le nombre de points, représenté par un entier non signé de quatre octets.
                      • un tableau correspondant de points
                      • le nombre de sonneries, représenté par un entier non signé de quatre octets.
                      • un tableau correspondant de LineStrings
                      • notez que le premier anneau est toujours l'anneau extérieur, les autres anneaux, le cas échéant, sont toujours des anneaux intérieurs.
                      • le nombre d'entités, représenté sous la forme d'un entier non signé de quatre octets.
                      • un tableau correspondant de points, de chaînes de lignes ou de polygones selon les besoins
                      • notez que chaque entité élémentaire doit être préfixée par son propre type WKB.
                      • Ordre des octets : 01
                      • Type WKB : 02000000LINESTRING
                      • # points : 020000002 points
                      • X : 000000000000F03Fpoint #1
                      • Y : 000000000000F03F
                      • X : 0000000000000040point #2
                      • Y : 0000000000000040
                      • Ordre des octets : 01
                      • Type WKB collection : 04000000MULTIPOINT
                      • # entités : 020000002 géométries élémentaires
                      • Type WKB entité n°1: 01000000INDIQUER
                      • X : 000000000000F03Fpoint #1
                      • Y : 000000000000F03F
                      • Type WKB entité #2: 01000000INDIQUER
                      • X : 0000000000000040point #2
                      • Y : 0000000000000040

                      Format BLOB interne

                      Systèmes de référence de coordonnées l'ensemble de données EPSG

                      Pour éviter toute confusion et garantir une interopérabilité efficace, SRID les valeurs ne peuvent pas être attribuées au hasard, mais doivent respecter certaines spécification standard tel que défini par une autorité internationale.
                      L'EPSG [Groupe Européen d'Enquête Pétrolière] fait le plus autorité dans ce domaine, maintenant et distribuant en fait un vaste ensemble de données décrivant pratiquement tout ce qui est connu dans le monde Système de coordonnées de référence. Non seulement l'ensemble de données EPSG comprend Paramètres géodésiques de transformation de coordonnées, permettant ainsi de transformer les coordonnées d'un CSR à un autre.

                      Voici des exemples tirés de l'ensemble de données EPSG :

                      SRID Nom du RSE paramètres géodésiques
                      3000 Segara / NEIEZ +proj=merc +lon_0=110 +k=0.997 +x_0=3900000 +y_0=900000 +ellps=bessel +units=m +no_defs
                      3001 Batavia / NEIEZ +proj=merc +lon_0=110 +k=0.997 +x_0=3900000 +y_0=900000 +ellps=bessel +units=m +no_defs
                      3002 Makassar / NEIEZ +proj=merc +lon_0=110 +k=0.997 +x_0=3900000 +y_0=900000 +ellps=bessel +towgs84=-587.8,519.75,145.76,0,0,0,0 +units=m +no_defs
                      3003 Monte Mario / Italie zone 1 +proj=tmerc +lat_0=0 +lon_0=9 +k=0.9996 +x_0=1500000 +y_0=0 +ellps=intl +units=m +no_defs
                      3004 Monte Mario / Italie zone 2 +proj=tmerc +lat_0=0 +lon_0=15 +k=0.9996 +x_0=2520000 +y_0=0 +ellps=intl +units=m +no_defs

                      Prise en charge des métadonnées spatiales

                      • Supposons que vous veniez de créer une table "Streets" contenant une colonne GEOMETRY et supposons maintenant que vous remplissiez cette table en insérant des POINTS pour certaines entités, des LINESTRINGs pour d'autres entités et des POLYGONS pour les autres.
                        Pensez-vous qu'une telle table puisse être utilisée à des fins pratiques ?
                      • Et supposons que certaines de ces GÉOMÉTRIES n'aient aucun SRID explicite [c'est-à-dire leur système de référence est inconnu / non défini], tandis que d'autres GEOMETRIES utilisent des valeurs SRID aléatoires.
                        Encore une fois : comment pensez-vous qu'il sera possible de les représenter tous ensemble dans un même Système de Référence homogène ?
                      • les réf_spatial_sys le tableau contient le Système de coordonnées de référence définitions.
                      • les géométrie_colonnes table contient une liste de colonnes GEOMETRY pleinement qualifiées telles que définies dans la structure de la base de données.
                      srid auth_name auth_srid ref_sys_name proj4text
                      3000 EPSG 3000 Segara / NEIEZ +proj=merc +lon_0=110 +k=0.997 +x_0=3900000 +y_0=900000 +ellps=bessel +units=m +no_defs
                      3001 EPSG 3001 Batavia / NEIEZ +proj=merc +lon_0=110 +k=0.997 +x_0=3900000 +y_0=900000 +ellps=bessel +units=m +no_defs
                      3002 EPSG 3002 Makassar / NEIEZ +proj=merc +lon_0=110 +k=0.997 +x_0=3900000 +y_0=900000 +ellps=bessel +towgs84=-587.8,519.75,145.76,0,0,0,0 +units=m +no_defs
                      3003 EPSG 3003 Monte Mario / Italie zone 1 +proj=tmerc +lat_0=0 +lon_0=9 +k=0.9996 +x_0=1500000 +y_0=0 +ellps=intl +units=m +no_defs
                      3004 EPSG 3004 Monte Mario / Italie zone 2 +proj=tmerc +lat_0=0 +lon_0=15 +k=0.9996 +x_0=2520000 +y_0=0 +ellps=intl +units=m +no_defs
                      f_nom_table f_geometry_column taper coord_dimension srid spatial_index_enabled
                      Régions Géométrie MULTIPOLYGONE 2 32632 1
                      Autoroutes Géométrie LINESTRING 2 32632 1
                      Les villes Géométrie INDIQUER 2 32632 1
                      • après avoir créé un nouveau fichier de base de données SQLite, vous devez exécuter le init_spatialite.sql Script SQL.
                        Cela créera automatiquement le Métadonnées spatiales tableaux, et insérera EPSG définitions dans le réf_spatial_sys tableau aussi.
                      • et ensuite vous devez simplement créer n'importe quelle colonne GEOMETRY en utilisant le AddGeometryColumn() une fonction.
                        Cela mettra implicitement à jour le Métadonnées spatiales, et veillera également à ce que des déclencheurs sera créé afin d'appliquer des contraintes pour un GeometryType et un SRID acceptables.
                      • toute géométrie stockée dans cette colonne appartient à la même classe de géométrie
                        c'est-à-dire une fois que vous avez créé une colonne Géométrie de INDIQUER type, seules les géométries de type POINT peuvent passer la validation.
                        Attention : SpatiaLite applique un détendu vérification de type pour les classes MULTIxxxx du groupe :
                        • une colonne MULTIPOINT peut accepter à la fois les géométries POINT et MULTIPOINT
                        • une colonne MULTILINESTRING peut accepter à la fois les géométries LINESTRING et MULTILINESTRING
                        • une colonne MULTIPOLYGON peut accepter à la fois les géométries POLYGON et MULTIPOLYGON

                        Le module VirtualShape

                        Le Forme Virtuelle le module est un TABLE VIRTUELLE chauffeur spécialement conçu pour permettre directement lecture seulement accès à fichiers de formes.

                        Le fichier de formes le format est défini par ESRI vous pouvez trouver une copie de la spécification complète sur http://www.esri.com/library/whitepapers/pdfs/shapefile.pdf.
                        Si cet argument vous intéresse, vous pouvez utilement lire cet article : http://en.wikipedia.org/wiki/Shapefile.
                        Le format de fichier de formes ESRI est assez obsolète de nos jours, mais est encore très largement utilisé dans les SIG, principalement parce qu'il est simple, universel et supporté par tout logiciel SIG existant.
                        On peut donc vraiment le considérer comme le de facto format d'échange de données standard pour les données SIG.

                        VirtualShape est conçu pour interagir très strictement avec SpatiaLite, afin de prendre en charge un accès direct complet à fichiers de formes via SQL standard, pour les deux les attributs et géométries.
                        Les outils SpatiaLite prennent en charge de toute façon l'importation de données SIG à partir de fichiers de formes dans des tables spatiales, mais la possibilité de prendre en charge les requêtes SQL standard directement sur des fichiers de formes externes, sans avoir du tout besoin de les importer dans une table SQLite, rend Forme Virtuelle un module très précieux.

                        Le module VirtualText

                        Formats basés sur texte délimité sont répandus, vous pouvez généralement exporter n'importe quel type de données tabulaires en utilisant le CSV ou alors Onglet TXT formatage. Tout tableur grand public [comme MS Excel ou alors Open Office Calc] prend en charge l'importation/l'exportation vers et depuis du texte délimité.
                        Ainsi, en ajoutant à SpatiaLite la possibilité de traiter à la volée ce type de formats basés sur du texte car ils où les données SQL natives peuvent vraiment être une fonctionnalité très utile.

                        Importation d'un fichier CSV/TXT rarement peut être fait automatiquement

                        • Utilisation Texte Virtuel à temporaire pour afficher les données telles qu'elles seront vues dans une base de données
                        • créer un SÉLECTIONNER déclaration pour remplir le TABLEAU final sous la forme dont vous avez besoin.

                        • geonameId: Le geonameId de l'entité
                        • geoJson: comme un GeoJSONchaîne de caractères qui peut être utilisé avec GeomDeGeoJSON
                        • Le format GeoJSON se veut plus un format de transfert qu'un format de stockage de base de données
                          et n'est pas conforme aux OGC-SFS spécification.
                        • WSG 84 (4326) est toujours supposé, mais des systèmes de référence de coordonnées alternatifs peuvent être utilisés (rfc7946 4 Note)
                        • Différent types de géométrie, au sein d'une collection, doit être supposé
                        • Valeurs Z, peuvent exister mais ne sont pas répertoriés comme un type de géométrie supplémentaire (c'est-à-dire : non PointZ, juste un Indiquer avec 3 valeurs)
                          théoriquement cela pourrait être Valeurs M, mais ne peux pas être déterminé automatiquement
                        • Valeurs ZM, peuvent exister mais ne sont pas répertoriés comme un type de géométrie supplémentaire (c'est-à-dire : non PointZM, juste un Indiquer avec 4 valeurs)
                        • Puisque les géométries sont de Polygone et Multipolygone les types, MULTIPOLYGONE doit être utilisé avec Fonderie
                        • Depuis le premier point trouvé ([29.96,-2.327]), ne contient que 2 valeurs (pas 3 ou 4), dimensionXY peut être supposé
                          théoriquement il peut exister des enregistrements contenant plus de 2 valeurs
                        • DéfinirSRID et GeomDeGeoJSON doit être utilisé lors de la création des géométries
                        • Puisqu'il n'y a pas (Multi-)Point, (Multi-)Chaîne de ligne ou alors GeometryCollection une seule 1 TABLE est nécessaire

                        Prise en charge de l'indexation spatiale

                        Attention : si votre tableau contient un nombre limité de lignes (disons 5 000 ou 20 000) la mise en œuvre d'un index n'a aucun effet pratique. SQLite peut effectuer un analyse complète du tableau en très peu de temps en tout cas.
                        Mais si votre table contient un grand nombre de lignes (disons plus de 100 000), puis la mise en œuvre d'un index peut avoir un effet considérable sur le temps d'exécution de la requête. Plus le nombre de lignes est grand, plus l'avantage d'implémenter un index devient évident.

                        Le même problème identique se pose pour les données spatiales [i.e. Geometry] aussi, mais malheureusement, un index ordinaire ne peut pas être utilisé contre une colonne de type Geometry.
                        C'est parce que les indices ordinaires représentent une implémentation d'un soi-disant BTtree (c'est à dire. Arbre binaire) les arbres binaires peuvent utilement être appliqués sur des nombres et/ou des chaînes, mais pas du tout sur des géométries.
                        Pour les géométries, nous avons besoin d'un type d'indice complètement différent, c'est-à-dire le soi-disant RTtree (Arbre Rectangulaire).

                        • Les RTrees SQLite sont implémentés comme TABLE VIRTUELLEs
                          Nous venons d'expliquer ce qu'est une TABLE VIRTUELLE SQLite dans le paragraphe précédent.
                        • un RTree nécessite en fait trois ordinaire tables, en appliquant le schéma de nommage suivant :
                          • les nom d'index_nœud table est utilisée pour stocker les données binaires correspondant à chaque nœud d'arbre
                          • les nom d'index_parent le tableau est utilisé pour représenter le hiérarchie des nœuds de l'arborescence
                          • les nom d'index_Rowid table est utilisée pour associer chaque nœud d'arbre avec les ROWID correspondants
                          • les pkid La colonne représente le ROWID de la ligne correspondante dans la table associée à cet index spatial
                          • les xmin, xmax, ymin et ymax les colonnes représentent le MBRaliasBBOX pour la géométrie correspondante
                          • un RTree doit être défini pour chaque colonne pour laquelle vous souhaitez bénéficier de l'indexation spatiale
                          • lors de la création d'un tel index spatial, si certaines entités sont déjà stockées dans la table correspondante, l'index spatial doit être initialement chargé en conséquence
                          • pour chaque opération INSERT, UPDATE ou DELETE effectuée sur la table correspondante, le RTree doit être mis à jour de manière cohérente, afin d'éviter tout désalignement des données et ainsi de maintenir l'index spatial dans un état totalement cohérent
                          • toute colonne de géométrie dont vous souhaitez bénéficier de l'indexation spatiale doit être définie dans Métadonnées spatiales en d'autres termes, vous pouvez ajouter un index spatial uniquement sur les colonnes géométriques créées passant parAddGeometryColumn()
                          • alors vous pouvez créer l'index spatial en appelant simplement le CreateSpatialIndex() Fonction SQL
                          • cela non seulement créera l'index spatial lui-même, mais ajoutera gâchette requis afin d'accorder une synchronisation complète entre la table principale et le RTree correspondant

                          Prise en charge de la mise en cache MBR

                          • La mise en cache du MBR SpatiaLite est implémentée à l'aide d'un seul TABLE VIRTUELLE soutenu par le MbrCache module. Chaque table MbrCache contient les colonnes suivantes :
                            • les Rowid La colonne représente le ROWID de la ligne correspondante dans la table associée à cet index spatial
                            • les mbr la colonne représente le MBRaliasBBOX pour la géométrie correspondante
                            • toute colonne de géométrie dont vous souhaitez bénéficier de MbrCache doit être définie dans Métadonnées spatiales en d'autres termes, vous pouvez ajouter un MbrCache uniquement sur les colonnes géométriques créées passant parAddGeometryColumn()
                            • alors vous pouvez créer le MbrCache en appelant simplement le CréerMbrCache() Fonction SQL
                            • cela non seulement créera le MbrCache lui-même, mais ajoutera tout gâchette obligatoire
                            • la création de R*Tree et de MbrCache sur la même colonne Geometry n'est pas prise en charge

                            À l'inverse, vous n'aurez jamais à utiliser un MbrCache si votre jeu de données stocke plusieurs millions de géométries, car cela entraînerait une grave privation de mémoire.
                            Et l'utilisation de MbrCache n'a aucun sens lorsque vous devez établir très souvent de nombreuses connexions de courte durée, comme c'est le cas des modules CGI.
                            Dans ce cas vous devez absolument utiliser un R*Tree

                            Conformité et compatibilité SpatiaLite

                            SpatiaLite implémente un ensemble d'extensions spatiales qui permettent à une base de données SQLite de générer, stocker et analyser des entités géographiques, d'une manière conforme à OpenGIS.


                            Fragments – à la recherche de moyens d'illustrer les histoires d'étapes de rallye

                            Il y a quelques week-ends, j'ai passé une bonne partie de mon temps à pirater divers éléments autour des différents flux de données en direct que j'ai pu trouver pour soutenir le WRC Rally of Sardinia. Il y a encore un peu à faire pour ranger ce que j'ai appris pour le rendre vraiment utile, mais j'ai beaucoup appris et il ne me reste plus qu'à trouver le temps maintenant d'en écrire des bouts.

                            L'une des choses que j'ai griffonnées a été de prendre quelques écrans officiels de chronométrage en direct, en particulier celui qui montre les résultats de l'étape à côté des résultats globaux à la fin de l'étape :

                            et un qui montre les fractionnements d'étape :

                            Ma table les combine et rebase les temps par rapport à un moteur d'intérêt particulier. La mise en page n'est pas idéale, mais je faisais évoluer la scène du graphique sur scène, et c'est à peu près tout ce que j'ai obtenu :

                            Le tableau montre les deltas de temps par rapport au temps de course/d'étape à chaque fractionnement à gauche et à l'intérieur de chaque fractionnement à droite. La position sur la route, la position de la scène et la position globale à la fin de la scène sont toutes capturées. (L'alignement des données dans le Ensemble SS19 la colonne doit vraiment être alignée au centre pour donner de l'espace à gauche et à droite et distinguer les temps intermédiaires groupés du delta global de l'étape (8230)

                            Les cellules du tableau sont colorées à l'aide d'un pandas styler de table. L'un des problèmes avec le tableau est que les nombres ne s'additionnent pas nécessairement – J'utilisais la fonction Python round qui arrondit au dixième le plus proche, plutôt que le plus bas, que je dois corriger

                            Depuis le rallye, j'ai fouiné un peu plus avec les styles. Une modification possible consiste à colorer directement les cellules, soit en utilisant une palette divergente, par exemple pour essayer de repérer des motifs dans l'ordre des routes, soit en insérant un graphique à barres dans chaque cellule. Notez également la cellule en surbrillance montrant le leader général du rallye à la fin de l'étape.

                            L'un des problèmes avec le graphique à barres est que la plage est définie automatiquement pour chaque colonne dans ce cas, il serait bien de pouvoir utiliser la même plage pour les barres de chaque colonne afin que nous puissions identifier plus facilement les divisions dans lesquelles la plupart du temps a été perdu. Un autre problème est l'affichage des chaînes nan : ce serait pratique si le styler pouvait les remplacer par une chaîne vide.

                            En plus de bricoler avec la table, j'ai aussi passé une bonne partie de mon temps à réfléchir aux plans de scène. En cherchant des précédents, j'ai trouvé ce soir quelques exemples vraiment sympas d'une société appelée GeoRacing. Le premier est un parcours animé (on en voit toute la gloire dans leur aperçu du parcours du Tour de Corse 2015 :

                            Le plugin d'animation de serpent Leaflet Polyline semble pouvoir fournir un moyen d'obtenir ce genre d'effet, au moins sur une carte 2D, étant donné une carte d'itinéraire GPS/geojson ?

                            Le deuxième graphique était vraiment chouette chronométrage virtuel “race view” que les voitures fantômes le long de la route pour montrer leurs positions relatives. Notez également le graphique de temps rebasé montrant les deltas entre le pilote en surbrillance et les autres pilotes :

                            Vous avez une bien meilleure idée de la façon dont cette vue de la course est excitante et bonne pour la narration dans le showreel GeoRacing Tour de Corse 2015.

                            Peut-être que je pourrais utiliser le plugin Leaflet.MovingMarker ou plus récemment mis à jour pour animer des marqueurs séparés afin d'obtenir un effet similaire aux voitures virtuelles de cet exemple ?

                            Cela pourrait aussi être pratique : animer des pistes GPX avec ce package python trackanimation.

                            Folium a un plugin géo horodaté (voir le plug-ins exemple de bloc-notes)…

                            D'autres formes de courses offrent également une vitrine pour la visualisation de données géotemporelles. Par exemple, Crossbox Laptiming fournit une application pour les pilotes de motocross qui utilise également un affichage géochronométrique (?) pour comparer les temps au tour et les lignes :

                            À propos, il semble que l'un des fournisseurs de technologie officiels pour le WRC pour 2018-2022 soit une société australienne appelée Status Awareness Systems et son produit RallySafe. L'appel d'offres original de la FIA est toujours en ligne sur le site Web des appels d'offres de la FIA : Solution de chronométrage, de suivi et de connectivité pour la FIA WRC – Appel à manifestation d'intérêt et processus de sélection [PDF].

                            Il était assez intéressant de voir comment l'appel d'offres séparait les services essentiels/requis et optionnels :

                            (Il est en fait assez fascinant de rechercher sur le Web d'autres fournisseurs de systèmes de surveillance de rallye. Par exemple, Système de noms, une société tchèque qui fournit des services de surveillance des actifs et de la flotte, utilise également son système ONI pour la gestion des rallyes. Ce n'est pas seulement la F1 qui peut être utilisée pour stimuler l'innovation et présenter des technologies dans le contexte du sport automobile

                            PS, voyez aussi ce résumé d'il y a un an ou deux sur mon blog Digital Worlds une fois de plus périmé: Couverture de sport TV augmentée & amp Live TV Graphics.


                            Plus tôt dans la journée, Simon Willison a annoncé une nouvelle fonctionnalité de dans le paysage des bases de données : les plugins. Je n'ai pas eu l'occasion d'explorer comment les créer, mais j'ai joué rapidement avec le premier d'entre eux, datasette-cluster-map.

                            Cela parcourt les colonnes d'une table de résultats de requête et affiche chaque ligne qui contient latitude une longitude colonnes comme marqueur sur une carte de dépliant interactive. Les marqueurs à proximité sont regroupés.

                            J'ai donc pensé que j'avais un jeu en supposant que Python soit installé, sur la ligne de commande, réglez ce qui suit (omettez les commentaires). Les données que je vais utiliser pour la démo sont les données ouvertes sur les cotes d'hygiène alimentaire de la UK Food Standards Agency (FSA).

                            Cela me donne une URL locale pour afficher l'interface utilisateur de la base de données dans un navigateur (mais cela n'a pas ouvert la page automatiquement dans le navigateur ?). Par exemple : http://127.0.0.1:8001

                            Par défaut, nous voyons une liste de toutes les tables de la base de données :

                            Nous pouvons utiliser des sélecteurs pour interroger la table, mais je souhaite écrire des requêtes personnalisées et voir les cartes :

                            Alors, que pouvons-nous chercher ? Que diriez-vous d'un coup d'œil autour de Newport sur l'île de Wight, qui a un code postal ish de PO30

                            En y regardant de plus près, il ne semble pas y avoir d'établissements classés pour la nourriture autour des prisons de l'île de Wight ?

                            C'est un peu étrange, car j'ai déjà utilisé les données de la FSA comme proxy pour essayer de trouver les emplacements des prisons. Voici un exemple brut de cela :

                            Donc, tout est amusant, et aucun codage n'est vraiment nécessaire, il suffit de coller des trucs ensemble.

                            Voici quelques exemples de requêtes supplémentaires :

                            Une chose que je pourrais faire est de partager la base de données via une interface utilisateur en ligne. datasette rend cela facile – datasette publier heroku fsa_ratings_all.db` ferait l'affaire si vous avez des informations d'identification Heroku à portée de main, mais j'ai déjà saccagé mes crédits Heroku mensuels…


                            Voir la vidéo: QT C++ GUI Tutorial 7- How to connect Qt to SQLite (Octobre 2021).