Suite

OpenLayers avec superposition StreetView


J'essaie d'ajouter la fonctionnalité StreetView à mon application Web OpenLayers et j'aimerais ajouter la superposition indiquant la disponibilité de StreetView sur la carte elle-même. J'ai vu un exemple de réussite ici, mais je ne parviens pas à faire fonctionner le code dans ma propre solution. Spécifiquement :

var layer = new OpenLayers.Layer.Google("Google Street", {sphericalMercator: true}); layer.mapObject.addOverlay(nouveau GStreetviewOverlay());

entraîne l'erreur :

layer.mapObject est nul

Quelqu'un a-t-il une idée de ce que je fais mal, et si oui, comment puis-je résoudre ce problème?


Openlayers avec Streetview

nécessite l'extension GeoExt ux

tout le code est disponible - vous pouvez donc voir ce qui vous manque

(si vous pouviez publier un lien en direct vers votre carte actuelle - les utilisateurs pourraient la déboguer pour vous.)

http://api.geo.admin.ch/main/wsgi/doc/build/api/streetview.html


Pour utiliser les couches Google et répondre aux exigences de licence, vous devez accéder aux couches Google via l'API Google. Lorsque vous ajoutez une couche Google à une carte OpenLayers, OpenLayers charge l'API Google.

Lelayer.mapObject(par opposition àlayer.mapqui est l'objet de la carte OL) devrait vous donner une référence à la carte Google. Comme c'estnulquelque chose s'est mal passé lors du chargement de l'API Google. Vous pouvez vérifier dans FireBug s'il s'est correctement chargé.

L'exemple que vous indiquez utilise peut-être l'ancienne API Google 2 plutôt que la version 3. Vous n'avez plus besoin d'une clé API et pouvez ajouter l'API Google en utilisant :

Jetez un œil aux tests unitaires pour les couches de l'API Google v3 qui peuvent vous aider.

N'oubliez pas que StreetView a également besoin de Flash dans le navigateur.


La raison pour laquelle layer.mapObject est null est que la propriété mapObject est créée après l'ajout de la couche à la carte. Essaye ça:

var layer = new OpenLayers.Layer.Google("Google Street", {sphericalMercator: true}); map.addLayer(calque); layer.mapObject.addOverlay(nouveau GStreetviewOverlay());

Afficher les zones Google Streetview valides en tant que couche sur une carte à l'aide de l'API Javascript v3

Je travaille sur une application web javascript qui utilise l'API Javascript de Google Maps v3. L'une des choses que la carte permet aux utilisateurs de faire est de tracer des itinéraires le long des rues. Cependant, je souhaite que les utilisateurs puissent tracer des itinéraires le long des rues qui ont été visualisées dans la rue, et je rencontre un petit problème.

Lorsque vous faites glisser l'homme streetview jaune sur l'objet carte, toutes les rues streetview valides s'allument en bleu. Cependant, parfois ces rues ne s'alignent pas correctement avec la carte réelle, et d'autres fois, les rues qui sont sur la carte n'ont pas été visualisées sur la rue. Ma question est de savoir comment faire pour que cette superposition "zone de streetview valide" soit sur la carte sans traîner le gars jaune? Y a-t-il une couche que je peux activer d'une manière ou d'une autre ?

Je veux que cette couche soit visible à tout moment afin que les utilisateurs puissent savoir si les rues dans lesquelles ils tracent des itinéraires ont été visualisés sur la rue et pour être en mesure de s'assurer que leurs itinéraires s'alignent avec la grille Street View.


1 réponse 1

À partir des conditions d'utilisation de Google Maps :

(h) Pas d'utilisation de contenu sans Google Map. Vous ne devez pas utiliser ou afficher le Contenu sans une carte Google correspondante, à moins que vous ne soyez explicitement autorisé à le faire dans la Documentation des API Maps. En tout état de cause, vous ne devez pas utiliser ou afficher le Contenu sur ou en conjonction avec une carte autre que Google. Par exemple, vous ne devez pas utiliser les géocodes obtenus via le Service en conjonction avec une carte autre que Google. Autre exemple, vous ne devez pas afficher d'images Street View à côté d'une carte autre que Google, mais vous pouvez afficher des images Street View sans carte Google correspondante, car la documentation des API Maps vous le permet explicitement.

En bref, vous ne pouvez pas utiliser le contenu de Google Maps avec une carte autre que Google, mais vous pouvez l'utiliser sans pour autant une carte, selon ce que dit la documentation de l'API.


Visualisation de l'inondation du solstice de Duluth de juin 2012 – Partie 2 : Niveaux des rivières

Les 19 et 20 juin, le nord-est du Minnesota et le nord-ouest du Wisconsin ont été touchés par une importante tempête de pluie qui a causé d'importantes inondations et des dégâts matériels. Ceci est le deuxième article d'une série où j'explore des données et des produits géospatiaux pour visualiser les modèles de précipitations et les inondations associées à la tempête.

River Levels – Advanced Hydrologic Preduction Service, National Weather Service
AHPS maintient un onglet eau sur le site Web du National Weather Service qui comprend des observations et des prévisions sur les rivières. L'image ci-dessous montre les niveaux des jauges fluviales pour plus de 5 000 endroits aux États-Unis pour le 27 juin 2012. Vous pouvez voir l'héritage de la tempête Duluth Solstice, ainsi que de la tempête tropicale Debby en Floride.


Les deux images suivantes montrent les observations de la rivière et les prévisions à deux jours pour le 27 juin couvrant la zone desservie par le bureau de Duluth NWS. Les conditions d'inondation demeurent sur le fleuve Saint-Louis et le cours supérieur du Mississippi.

Ceci est lié à l'hydrogramme de la jauge sur la rivière Saint-Louis à Scanlon, Minnesota. La première image hydrographique ci-dessous pour le 21 juin montre l'augmentation rapide de plus de 11 pieds du niveau de la rivière en moins d'une journée. La deuxième image du 27 juin montre la lente baisse du niveau de la rivière du stade de crue majeure à modérée.

Système national d'information sur l'eau – U.S. Geological Survey
Le Système national d'information sur l'eau (NWIS) fournit des informations sur les cours d'eau similaires à celles de l'AHPS, mais avec une plus grande capacité à explorer les observations pour différentes périodes. L'image ci-dessous montre une vue nationale du débit quotidien pour le 27 juin.

Ce lien fournit une requête personnalisée pour afficher la hauteur de la jauge, le débit et les précipitations pour la station sur la rivière Saint-Louis à Scanlon du 14 au 27 juin 2012

Visionneuse de données sur les ruisseaux du lac Supérieur – Natural Resources Research Institute, Université du Minnesota-Duluth
Dans le cadre du projet Lakes Superior Streams visant à améliorer la compréhension du public des impacts humains sur les écosystèmes aquatiques, le NRRI a développé des outils interactifs de visualisation de données pour animer et simplifier la présentation de données complexes en temps réel sur les cours d'eau. Des capteurs ont été placés dans plusieurs ruisseaux à truites Duluth. La crue du Solstice a détruit ces capteurs, à l'exception d'un à l'embouchure de l'estuaire du canal de navigation de Duluth. Cette histoire de Minnesota Public Radio décrit ce qui est arrivé aux capteurs, tandis que l'image du débit à Amity Creek ci-dessous fournit une perspective graphique.

La visionneuse de données pour le canal de navigation Duluth (http://www.lakesuperiorstreams.org/streams/data/Java/stLoRvr.html) montre le mouvement de l'eau entrant et sortant de l'estuaire de la rivière Saint-Louis. Le graphique de 7 jours ci-dessous est centré sur l'événement de tempête. Le fond bleu montre le mouvement de l'eau du lac Supérieur vers l'estuaire, tandis que le brun montre le mouvement de l'eau de l'estuaire vers le lac. Avant la tempête, les nuances alternées de bleu clair et de brun montrent l'effet "seiche" du mouvement de l'eau entre le lac et l'estuaire. Après la tempête, le motif brun foncé montre un mouvement d'eau élevé et plus constant hors de l'estuaire.


Contenu

Steve Coast a fondé le projet en 2004, en se concentrant initialement sur la cartographie du Royaume-Uni. Au Royaume-Uni et ailleurs, des projets gérés par le gouvernement et financés par les impôts comme l'Ordnance Survey ont créé des ensembles de données massifs, mais n'ont pas réussi à les distribuer librement et largement. La première contribution, faite dans la ville britannique de Londres en 2005, [14] était considérée comme une route par le Directions Mag. [15]

En avril 2006, la Fondation OpenStreetMap a été créée pour encourager la croissance, le développement et la distribution de données géospatiales gratuites et fournir des données géospatiales à tout le monde à utiliser et à partager. En décembre 2006, Yahoo! a confirmé qu'OpenStreetMap pouvait utiliser sa photographie aérienne comme toile de fond pour la production de cartes. [16]

En avril 2007, Automotive Navigation Data (AND) a fait don d'un ensemble complet de données routières pour les Pays-Bas et de données sur les routes nationales pour l'Inde et la Chine au projet [17] et en juillet 2007, lorsque la première conférence internationale OSM The State of the Map a eu lieu. lieu, il y avait 9 000 utilisateurs enregistrés. Les sponsors de l'événement comprenaient Google, Yahoo! et Multicarte. En octobre 2007, OpenStreetMap a terminé l'importation d'un ensemble de données routières US Census TIGER. [18] En décembre 2007, l'Université d'Oxford est devenue la première grande organisation à utiliser les données OpenStreetMap sur leur site Web principal. [19]

Les moyens d'importer et d'exporter des données ont continué de se développer - en 2008, le projet a développé des outils pour exporter des données OpenStreetMap pour alimenter des unités GPS portables, remplaçant leurs cartes propriétaires et obsolètes existantes. [20] En mars, deux fondateurs [ éclaircissements nécessaires ] ont annoncé avoir reçu un financement en capital-risque de 2,4 millions d'euros pour CloudMade, une société commerciale qui utilise les données OpenStreetMap. [21] En novembre 2010, Bing a modifié sa licence pour permettre l'utilisation de ses images satellite pour la création de cartes. [22]

En 2012, le lancement de la tarification de Google Maps a conduit plusieurs sites Web de premier plan à passer de leur service à OpenStreetMap et à d'autres concurrents. [23] Les principaux d'entre eux étaient Foursquare et Craigslist, qui ont adopté OpenStreetMap, et Apple, qui a mis fin à un contrat avec Google et lancé une plate-forme de cartographie auto-construite utilisant les données TomTom et OpenStreetMap. [24]

En 2017, DigitalGlobe a commencé à fournir des images satellites pour aider les contributions d'OpenStreetMap. [25]

Les données cartographiques sont collectées à partir de zéro par des bénévoles effectuant des levés systématiques au sol à l'aide d'outils tels qu'un GPS portable, un ordinateur portable, un appareil photo numérique ou un enregistreur vocal. Les données sont ensuite saisies dans la base de données OpenStreetMap à l'aide d'un certain nombre d'outils logiciels, notamment JOSM et Mercator. Des événements de compétition Mapathon sont également organisés par l'équipe OpenStreetMap et par des organisations à but non lucratif et des gouvernements locaux pour cartographier une zone particulière.

La disponibilité de photographies aériennes et d'autres données provenant de sources commerciales et gouvernementales a ajouté d'importantes sources de données pour l'édition manuelle et les importations automatisées. Des processus spéciaux sont en place pour gérer les importations automatisées et éviter les problèmes juridiques et techniques. [26]

Logiciel d'édition de cartes Modifier

L'édition des cartes peut être effectuée à l'aide de l'éditeur de navigateur Web par défaut appelé iD, une application HTML5 utilisant D3.js et écrite par Mapbox, [27] qui a été financée à l'origine par la Knight Foundation. [28] JOSM, Potlatch et Merkaartor sont des applications d'édition de bureau plus puissantes qui conviennent mieux aux utilisateurs avancés.

Vespucci est le principal éditeur complet pour Android, il est sorti en 2009. [29] RueComplete est une application Android lancée en 2016, [30] qui permet aux utilisateurs sans aucune connaissance d'OpenStreetMap de répondre à des quêtes simples de données existantes dans OpenStreetMap, et ainsi de contribuer aux données. [31] Maps.me et OsmAnd, deux applications mobiles cartographiques hors ligne disponibles pour Android et iOS, incluent toutes deux des éditeurs de données OSM limités. [32] [33] Allez la carte !! est une application iOS qui permet aux utilisateurs de créer et de modifier des informations dans OpenStreetMap. [34] Punaise est une autre application iOS qui permet aux utilisateurs d'ajouter des POI en déplacement. [35]

Contributeurs Modifier

Le projet a une base d'utilisateurs géographiquement diversifiée, en raison de l'accent mis sur les connaissances locales et la vérité terrain dans le processus de collecte de données. De nombreux premiers contributeurs étaient des cyclistes qui effectuaient des enquêtes avec et pour les cyclistes, traçant des itinéraires cyclables et des sentiers navigables. [36] D'autres sont des professionnels du SIG qui fournissent des données avec les outils Esri. [37] Les contributeurs sont principalement des hommes, avec seulement 3 à 5 % de femmes. [38]

En août 2008, peu après la tenue de la deuxième conférence L'état de la carte, il y avait plus de 50 000 contributeurs enregistrés en mars 2009, ils étaient 100 000 et à la fin de 2009, le chiffre était de près de 200 000. En avril 2012, OpenStreetMap a autorisé 600 000 contributeurs enregistrés. [39] Le 6 janvier 2013, OpenStreetMap a atteint un million d'utilisateurs enregistrés. [40] Environ 30% des utilisateurs ont contribué au moins un point à la base de données OpenStreetMap. [41]

Sondages et connaissances personnelles Modifier

Les relevés au sol sont effectués par un cartographe, à pied, à vélo, en voiture, en moto ou en bateau. Les données cartographiques étaient généralement enregistrées sur une unité GPS. À la fin de 2006, Yahoo! ont rendu leurs images aériennes disponibles pour le traçage aux contributeurs OSM, ce qui a simplifié la cartographie des caractéristiques facilement visibles et identifiables. [43] Le projet utilise toujours des traces GPS de volontaires qui sont utilisées pour délimiter les caractéristiques les plus difficiles à identifier et à classer telles que les sentiers, ainsi que pour fournir une vérité au sol pour l'alignement de l'imagerie aérienne.

Une fois les données collectées, elles sont saisies dans la base de données en les téléchargeant sur le site Web du projet avec les données d'attribut appropriées. Comme la collecte et le téléchargement des données peuvent être séparés des objets d'édition, la contribution au projet est possible sans utiliser d'unité GPS.

Certains contributeurs engagés adoptent la tâche de cartographier des villes entières ou d'organiser des parties de cartographie pour rassembler le soutien d'autres personnes afin de compléter une zone cartographique. Un grand nombre d'utilisateurs moins actifs apportent des corrections et de petits ajouts à la carte.

Données d'image au niveau de la rue Modifier

En plus de plusieurs ensembles différents d'arrière-plans d'images satellite disponibles pour les éditeurs OSM, les données de plusieurs plates-formes d'images au niveau de la rue sont disponibles sous forme de superpositions de photos de données cartographiques : les pistes d'images Bing Streetside 360° et les plates-formes Mapillary et KartaView ouvertes et participatives, généralement pour smartphone et d'autres images de caméras montées sur pare-brise. De plus, une couche de données de panneaux de signalisation Mapillary peut être activée car elle est le produit d'images soumises par l'utilisateur. [44]

Données gouvernementales Modifier

Certaines agences gouvernementales ont publié des données officielles sur les licences appropriées. Cela inclut les États-Unis, où les œuvres du gouvernement fédéral sont placées dans le domaine public. [45]

À l'échelle mondiale, OSM a initialement utilisé le Prototype Global Shoreline de la NOAA. En raison de sa simplification excessive et de sa grossièreté, il a été principalement remplacé par d'autres sources gouvernementales ou par un traçage manuel.

Aux États-Unis, la plupart des routes proviennent de TIGER du Census Bureau. Les noms géographiques provenaient initialement du système d'information sur les noms géographiques, et certaines zones contiennent des éléments hydrographiques de l'ensemble de données hydrographiques nationales. Au Royaume-Uni, certaines données OpenData d'Ordnance Survey sont importées. Au Canada, les données vectorielles CanVec et GéoBase de Ressources naturelles Canada fournissent la couverture du sol et les rues.

Les cartes non protégées par le droit d'auteur peuvent être de bonnes sources d'informations sur les fonctionnalités qui ne changent pas fréquemment. Les périodes de droit d'auteur varient, mais au Royaume-Uni, le droit d'auteur de la Couronne expire après 50 ans et, par conséquent, les cartes de l'Ordnance Survey jusqu'aux années 1960 peuvent être utilisées légalement. Un ensemble complet de cartes britanniques à 1 pouce/mile de la fin des années 40 et du début des années 50 a été collecté, numérisé et disponible en ligne comme ressource pour les contributeurs.

Planification d'itinéraire Modifier

En février 2015, OpenStreetMap a ajouté une fonctionnalité de planification d'itinéraire à la carte sur son site officiel. Le routage utilise des services externes, à savoir OSRM, GraphHopper et MapQuest. [46]

Il existe d'autres fournisseurs et applications de routage répertoriés dans le wiki de routage officiel.

Logiciel de visualisation de cartes Modifier

Le site Web OpenStreetMap.org fournit une interface de carte glissante basée sur la bibliothèque JavaScript Leaflet (et anciennement construite sur OpenLayers), affichant des tuiles de carte rendues par le moteur de rendu Mapnik et des tuiles d'autres sources, y compris OpenCycleMap.org. [49]

Des cartes personnalisées peuvent également être générées à partir des données OSM via divers logiciels, notamment Jawg Maps, Mapnik, Mapbox Studio, Mapzen's Tangrams.

OpenStreetMap maintient des listes de moteurs de routage en ligne et hors ligne disponibles, tels que la machine de routage Open Source. [50] Les données OSM sont populaires auprès des chercheurs en routage et sont également disponibles pour les projets open source et les entreprises pour créer des applications de routage (ou à toute autre fin).

Aide humanitaire Modifier

Le séisme de 2010 en Haïti a établi un modèle pour les organisations non gouvernementales (ONG) de collaboration avec les organisations internationales. Les bénévoles d'OpenStreetMap et de Crisis Commons utilisent les images satellite disponibles pour cartographier les routes, les bâtiments et les camps de réfugiés de Port-au-Prince en seulement deux jours, construisant « la carte numérique la plus complète des routes d'Haïti ». [52] [53] [54]

Les données et les cartes résultantes ont été utilisées par plusieurs organisations fournissant des secours, telles que la Banque mondiale, le Centre commun de recherche de la Commission européenne, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires, UNOSAT et d'autres. [55] [56] [57] [58]

Des ONG, comme l'équipe humanitaire OpenStreetMap et d'autres, ont travaillé avec des donateurs comme l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) pour cartographier d'autres parties d'Haïti et de nombreux autres pays, à la fois pour créer des données cartographiques pour les endroits qui étaient vides, et pour mobiliser et renforcer les capacités de la population locale. [59]

Après Haïti, la communauté OpenStreetMap a continué à cartographier pour soutenir les organisations humanitaires lors de diverses crises et catastrophes. Après le conflit au nord du Mali (janvier 2013), le typhon Haiyan aux Philippines (novembre 2013) et l'épidémie du virus Ebola en Afrique de l'Ouest (mars 2014), la communauté OpenStreetMap a montré qu'elle pouvait jouer un rôle important dans l'accompagnement des organisations humanitaires. [60] [61] [62] [63]

L'équipe Humanitaire OpenStreetMap sert d'interface entre la communauté OpenStreetMap et les organisations humanitaires.

Parallèlement au travail post-catastrophe, l'équipe humanitaire OpenStreetMap a travaillé pour créer de meilleurs modèles de risque et développer les communautés locales OpenStreetMap dans plusieurs pays, dont l'Ouganda, le Sénégal, la République démocratique du Congo en partenariat avec la Croix-Rouge, Médecins Sans Frontières, Banque et d'autres groupes humanitaires. [64] [65] [66]

Recherche scientifique Modifier

Les données OpenStreetMap ont été utilisées dans des études scientifiques. Par exemple, les données routières ont été utilisées pour la recherche des zones sans route restantes [67] et dans la création de l'indice d'intégrité du paysage forestier annuel. [68] Un autre exemple comprend l'analyse des données OpenStreetMap pour la détermination du développement spatial et des facteurs socio-économiques dans un pays en développement. [69]

Depuis 2007, la communauté OSM organise une conférence internationale annuelle appelée État de la carte.

  • 2007 : Manchester, Royaume-Uni [70]
  • 2008 : Limerick, Irlande [71]
  • 2009 : Amsterdam, Pays-Bas [72]
  • 2010 : Gérone, Espagne [73]
  • 2011 : Denver, États-Unis [74]
  • 2012 : Tokyo, Japon [75]
  • 2013 : Birmingham, Royaume-Uni [76]
  • 2014 : Buenos Aires, Argentine [77]
  • 2015: (aucun État de la carte n'a eu lieu en 2015)[78]
  • 2016 : Bruxelles, Belgique [79]
  • 2017 : Aizuwakamatsu, Japon [80]
  • 2018 : Milan, Italie [81]
  • 2019 : Heidelberg, Allemagne
  • 2020 : Conférence en ligne (4-5 juillet). [82](L'événement devait initialement avoir lieu au Cap, en Afrique du Sud. Il a été transformé en une conférence en ligne en raison de la pandémie de COVID-19)

Il existe également diverses conférences SotM nationales, régionales et continentales, telles que State of the Map U.S., SotM Baltics et SotM Asia. [83]

Conditions de licence Modifier

Les données OpenStreetMap ont été initialement publiées sous la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike (CC BY-SA) dans le but de promouvoir l'utilisation et la redistribution gratuites des données. En septembre 2012, la licence a été changée en Open Database License (ODbL) publiée par Open Data Commons (ODC) afin de définir plus précisément son incidence sur les données plutôt que sur leur représentation. [84] [85]

Dans le cadre de ce processus de renouvellement des licences, certaines des données cartographiques ont été supprimées de la distribution publique. Cela comprenait toutes les données fournies par les membres qui n'étaient pas d'accord avec les nouvelles conditions de licence, ainsi que toutes les modifications ultérieures apportées aux objets concernés. Il comprenait également toutes les données fournies sur la base de données d'entrée qui n'étaient pas compatibles avec les nouvelles conditions. Les estimations suggèrent que plus de 97% des données seraient conservées dans le monde, mais certaines régions seraient plus affectées que d'autres, comme en Australie où 24 à 84% des objets seraient conservés, selon le type d'objet. [86] Au final, plus de 99 % des données ont été conservées, l'Australie et la Pologne étant les pays les plus durement touchés par le changement. [87]

Toutes les données ajoutées au projet doivent avoir une licence compatible avec la licence Open Database. Cela peut inclure des informations non protégées par le droit d'auteur, du domaine public ou d'autres licences. Les contributeurs acceptent un ensemble de conditions qui nécessitent une compatibilité avec la licence actuelle. Cela peut impliquer l'examen des licences des données gouvernementales pour déterminer si elles sont compatibles.

Le logiciel utilisé dans la production et la présentation des données OpenStreetMap est disponible à partir de nombreux projets différents et chacun peut avoir sa propre licence. L'application, à laquelle les utilisateurs accèdent pour éditer des cartes et afficher les journaux des modifications, est alimentée par Ruby on Rails. L'application utilise également PostgreSQL pour le stockage des données utilisateur et la modification des métadonnées. La carte par défaut est rendue par Mapnik, stockée dans PostGIS et alimentée par un module Apache appelé mod_tile. Certaines parties du logiciel, telles que l'éditeur de cartes Potlatch2, ont été rendues disponibles en tant que domaine public. [88]

Contributions de données commerciales Modifier

Certaines données OpenStreetMap sont fournies par des entreprises qui choisissent de concéder librement sous licence soit des données réelles de rues, soit des sources d'images satellite à partir desquelles les contributeurs OSM peuvent tracer des routes et des caractéristiques.

Notamment, Automotive Navigation Data a fourni un ensemble complet de données routières pour les Pays-Bas et des détails sur les routes nationales en Chine et en Inde. En décembre 2006, Yahoo! a confirmé qu'OpenStreetMap était en mesure d'utiliser ses images aériennes verticales et que cette photographie était disponible dans le logiciel d'édition en tant que superposition. Les contributeurs pourraient créer leurs cartes vectorielles en tant que travail dérivé, publié avec une licence libre et ouverte, [16] jusqu'à la fermeture de Yahoo! Maps API le 13 septembre 2011. [89] En novembre 2010, Microsoft a annoncé que la communauté OpenStreetMap pourrait utiliser l'imagerie aérienne verticale de Bing comme toile de fond dans ses éditeurs. [90] Pendant une période de 2009 à 2011, NearMap Pty Ltd a mis à disposition ses PhotoMaps haute résolution (des grandes villes australiennes, ainsi que certaines zones rurales australiennes) pour dériver des données OpenStreetMap sous une licence CC BY-SA. [91]

En juin 2018, l'équipe Microsoft Bing a annoncé une contribution majeure de 125 millions d'empreintes de bâtiments aux États-Unis au projet, soit quatre fois le nombre contribué par les utilisateurs et les importations de données gouvernementales. [92] [93]

Alors qu'OpenStreetMap vise à être une source de données centrale, son rendu de carte et son esthétique ne sont que l'une des nombreuses options, dont certaines mettent en évidence différents éléments de la carte ou mettent l'accent sur la conception et les performances.

Format des données Modifier

OpenStreetMap utilise une structure de données topologique, avec quatre éléments principaux (également appelés primitives de données):

  • Nœuds sont des points avec une position géographique, stockés sous forme de coordonnées (paires d'une latitude et d'une longitude) selon WGS 84. [94] En dehors de leur utilisation dans façons, ils sont utilisés pour représenter des entités cartographiques sans taille, telles que des points d'intérêt ou des sommets montagneux.
  • Façons sont des listes ordonnées de nœuds, représentant une polyligne, ou éventuellement un polygone s'ils forment une boucle fermée. Ils sont utilisés à la fois pour représenter des entités linéaires telles que des rues et des rivières, et des zones telles que des forêts, des parcs, des aires de stationnement et des lacs.
  • Rapports sont des listes ordonnées de nœuds, façons et rapports (appelés ensemble « membres »), où chaque membre peut éventuellement avoir un « rôle » (une chaîne). Les relations sont utilisées pour représenter la relation entre des nœuds et façons. Les exemples incluent les restrictions de virage sur les routes, les itinéraires qui s'étendent sur plusieurs façons (par exemple, une autoroute longue distance) et des zones avec des trous.
  • Mots clés sont des paires clé-valeur (les deux chaînes arbitraires). Ils sont utilisés pour stocker des métadonnées sur les objets de la carte (telles que leur type, leur nom et leurs propriétés physiques). Les balises ne sont pas autonomes, mais sont toujours attachées à un objet : à un nœud, une façon ou un relation. Une ontologie recommandée des caractéristiques de la carte (la signification de Mots clés) est maintenu sur un wiki. De nouveaux schémas de marquage peuvent toujours être proposés par un vote populaire d'une proposition écrite dans le wiki OpenStreetMap, cependant, il n'y a aucune obligation de suivre ce processus. Il y avait plus de 89 millions de différents types d'étiquettes en service en juin 2017. [95]

Stockage des données Modifier

Les primitives de données OSM sont stockées et traitées dans différents formats.

La copie principale des données OSM est stockée dans la base de données principale d'OSM. La base de données principale est une base de données PostgreSQL avec l'extension PostGIS, qui a une table pour chaque primitive de données, avec des objets individuels stockés sous forme de lignes. [96] [97] Toutes les modifications se produisent dans cette base de données, et tous les autres formats sont créés à partir de celle-ci.

Pour le transfert de données, plusieurs vidages de base de données sont créés, qui sont disponibles en téléchargement. Le vidage complet s'appelle planet.osm. Ces vidages existent sous deux formats, l'un utilisant XML et l'autre utilisant le Protocol Buffer Binary Format (PBF).

Services populaires Modifier

Une variété de services populaires intègrent une sorte de géolocalisation ou un composant basé sur une carte. Les services notables utilisant OSM pour cela incluent :


Bing Maps a été initialement lancé en tant que Terre virtuelle MSN, qui a été publié pour les tests bêta le 24 juillet 2005. [1] Il s'agissait d'une continuation des technologies Microsoft précédentes telles que Microsoft MapPoint et TerraServer. Sa caractéristique originale était l'imagerie aérienne. [2] La version originale manquait de plusieurs de ses caractéristiques distinctives, y compris la vue à vol d'oiseau et les cartes 3D, et la fonctionnalité Collections était limitée à un seul "Scratchpad" de points d'intérêt.

En décembre 2005, Virtual Earth a été remplacé par Windows Live local, avec des améliorations, des technologies de Pictometry International et intégré à l'index de recherche locale sur Windows Live Search. [3] Le 6 novembre 2006, Microsoft a ajouté à Direct3D la possibilité de visualiser les cartes en 3D en utilisant un contrôle géré .NET et des interfaces gérées. Microsoft a par la suite appelé officiellement ce produit "Cartes de recherche en direct", en l'intégrant dans le cadre de ses services Live Search.

Le 3 juin 2009, Microsoft a officiellement rebaptisé Live Search Maps en Cartes Bing, et la plate-forme Virtual Earth comme Cartes Bing pour les entreprises.

En 2010, Microsoft a ajouté une couche OpenStreetMap à Bing Maps. [4] À partir de 2012, Nokia (anciennement Navteq) a optimisé de nombreux aspects de Bing Maps en tant qu'extension de son partenariat Windows Phone 7 avec Microsoft, notamment les données cartographiques, le géocodage, les données de trafic et la navigation. [5] [6] [7]

Mises à jour Modifier

  • v1 (Beagle) (juillet 2005)
  • v2 (Calypso) (décembre 2005) - "Bird's-eye imagery" publié
  • v2.5 (février 2006)
  • v3 (Discovery) (mai 2006) - Trafic en temps réel, collections, nouvelle API (septembre 2006) - Recherche de personnes, dessin sur cartes, nouvelles images (novembre 2006) - Visionneuse 3D, modèles de construction dans 15 villes (décembre 2006) - Nouveau Modèles 3D et images haute résolution pour 6 nouvelles zones (janvier 2007) - Plus de 100 villes européennes avec une couverture à vol d'oiseau ajoutée (29 mars 2007) - 3,8 To d'images à vol d'oiseau, orthophotos et modèles 3D de 5 villes britanniques (3 avril 2007) Plugin VE 3D pour Firefox, prise en charge de GeoRSS, calculs de zone (15 octobre 2007) - Nouvelles données, cartes de fête, routage basé sur le trafic, v6 MapControl, Bird's Eye en 3D, etc. (10 avril 2008) - Amélioration de la qualité de la 3D modèles, prise en charge KML améliorée et nouvelles capacités d'exportation, étiquettes de rue sur l'imagerie Bird's Eye, intégration MapCruncher, capacités de tournage HD, système de rapport de trafic Clearflow (24 septembre 2008) - Itinéraires multipoints, points de repère dans les directions, météo, vraies étoiles, nouveau données (29 décembre 2008) - 48 To de données du réseau routier (14 avril 2009) - Amélioration des performances
  • Bing (3 juin 2009) (2 décembre 2009) - Silverlight, Twitter, Streetside
  • (Oslo) (11 juin 2010) - Améliorations Silverlight
  • (Boston M4) (décembre 2010) - Nouveau style de cartePlans des lieux

Mises à jour des images Modifier

Les cartes Bing mettent fréquemment à jour et étendent les zones géographiques couvertes par leurs images, de nouvelles mises à jour étant publiées environ une fois par mois. Chaque version d'imagerie contient généralement plus de 10 To d'images.

Cependant, le laps de temps nécessaire avant la mise à jour des images signifie que les images aériennes et à vol d'oiseau d'un emplacement particulier peuvent parfois être obsolètes de plusieurs années. Ceci est particulièrement visible dans les endroits qui ont connu un développement récent rapide ou qui ont connu d'autres changements dramatiques depuis que les images ont été prises, comme les zones touchées par des catastrophes naturelles.

Cartes routières Modifier

Les utilisateurs peuvent parcourir et rechercher des cartes routières ombrées topographiquement pour de nombreuses villes du monde entier. Les cartes incluent certains points d'intérêt intégrés, tels que les stations de métro, les stades, les hôpitaux et d'autres installations. Il est également possible de parcourir les points d'intérêt publics créés par les utilisateurs. Les recherches peuvent couvrir des collections publiques, des entreprises ou des types d'entreprises, des lieux ou des personnes. Cinq vues de plan de rue sont disponibles : Vue de la route, Vue aérienne, Vue à vol d'oiseau, Vue latérale de la rue et Vue 3D.

Vue de la route Modifier

Vue aérienne Modifier

Vue aérienne Modifier

Côté rue Modifier

Plans des lieux Modifier

Cartes 3D Modifier

Itinéraires en voiture, à pied et en transports en commun Modifier

Les utilisateurs peuvent obtenir des directions entre deux ou plusieurs emplacements. En septembre 2010, Bing Maps a ajouté les itinéraires de transport en commun (bus, métro et train local) à ses options de direction disponibles. [20] Actuellement, les itinéraires de transport en commun ne sont disponibles que dans 11 villes : Boston, Chicago, Los Angeles, Minneapolis, Newark Metro Area, New York Metro Area, Philadelphie, San Francisco, Seattle, Vancouver BC et Washington DC. Il est également disponible dans d'autres pays tels que l'Espagne, l'Allemagne, l'Italie, l'Autriche, le Brésil, le Mexique et quelques autres.

Applications cartographiques Modifier

Bing Map Apps est une collection d'applications 1er et 3ème parties qui ajoutent des fonctionnalités et du contenu supplémentaires à Bing Maps. Des exemples d'applications cartographiques incluent un localisateur de parking, un calculateur de tarif de taxi, une application qui cartographie les amis Facebook et une application qui permet aux utilisateurs d'explorer les premières pages des journaux du jour du monde entier. Ces applications ne sont accessibles que via Bing Maps Silverlight. Un code source est disponible sur Microsoft Developer Network pour expliquer l'intégration de Maps dans les applications Web. Un exemple de projet en cours sur la localisation des donneurs de sang sur des cartes est disponible ici. [21]

Informations sur le trafic et ClearFlow Edit

Bing Maps montre aux utilisateurs les informations de trafic actuelles pour les principales autoroutes et routes. La fonction utilise 4 codes de couleur (noir, rouge, jaune, vert) pour indiquer le volume de trafic, du trafic le plus dense au trafic le plus léger. Microsoft a annoncé en mars 2008 la sortie de sa dernière technologie logicielle appelée « ClearFlow ». [ besoin de mise à jour ] Il s'agit d'un service Web d'itinéraire basé sur le trafic disponible sur Bing.com dans 72 villes des États-Unis. [22] L'outil a mis cinq ans à développer l'équipe d'intelligence artificielle de Microsoft. ClearFlow fournit des données de trafic en temps réel pour aider les conducteurs à éviter les embouteillages. ClearFlow fournit des informations sur les itinéraires alternatifs et fournit des informations sur les conditions de circulation dans les rues de la ville adjacentes aux autoroutes. [23] Clearflow anticipe les modèles de circulation, tout en tenant compte des événements sportifs/d'arène, de l'heure de la journée et des conditions météorologiques, puis reflète les sauvegardes et leur débordement conséquent sur les rues de la ville. Souvent, ClearFlow a constaté qu'il pouvait être plus rapide de rester sur l'autoroute au lieu de rechercher des routes secondaires alternatives, qui impliquent également des feux de circulation et des embouteillages. [24]

Partage et intégration de cartes Modifier

Bing Maps permet aux utilisateurs de partager des cartes et d'intégrer des cartes dans leurs sites Web. En cliquant sur l'icône de courrier électronique dans le coin inférieur gauche de Bing Maps, une fenêtre s'ouvrira et affichera une URL partageable afin que d'autres puissent accéder à la carte en cours de visualisation. Cette fenêtre fournit également du code HTML pour intégrer une petite version de la carte sur n'importe quelle page Web.

Conception Modifier

En août 2010, Bing Maps a lancé une conception remaniée pour sa vue par défaut. Les nouvelles couleurs créent une toile de fond plus attrayante pour la diffusion d'informations qui aide le contenu à « apparaître » sur la carte. The backdrop provides clear differentiation for pushpins, labels and red, yellow and green traffic overlays. These design principles also works well in black and white and creates differentiation for those with the most common forms of color blindness. Also, larger fonts correspond to larger roads to help customers more easily identify main roads in cities. More readable labels eliminate the need for bolding and less-attractive glows. The inclusion of neighborhood labels allows users to quickly find or convey locations in a commonly used and highly relevant format.

People, business, and location search Edit

The search box at the top of Bing Maps can be used to locate places, businesses and landmarks, and people. Search results appear both on a left-side rail and as pushpins on the map (linked together by numbers). Search results often include addresses, contact information, and reviews for businesses and landmarks. For relevant searches, the user will also see a description of the landmark or place (powered by Wikipedia) if a Wikipedia article exists. The search process can also be guided using local directories for numerous categories (restaurants, hotels, tourist attractions, retail stores, etc.).

User contributions Edit

Bing Maps users can also view and add "user contributed" entries to the map. These user-contributions must be toggled on by users. Such items can include businesses, landmarks, buildings, and locations. Users can browse user-contributions by tags and subscribe to RSS feeds to receive updates of new user-contributions to a specific area.

Dynamic labels Edit

In August 2010, Bing Maps added dynamic labels to its Silverlight experience (bing.com/maps/explore). Turn on the dynamic labels beta from the map style selector on bing.com/maps/explore and the labels become clickable. This allows users to quickly zoom down to a region or location anywhere on the map with just a few clicks. Zooming back out in a single click is also possible by using the ‘breadcrumb’ trail at the top left of the map.

Bing Maps has two separate versions for users: an AJAX version (located at Bing.com/Maps) and an opt-in Silverlight version (located at Bing.com/Maps/Explore—not available anymore) that requires Microsoft Silverlight to be installed. The Silverlight version is positioned to offer richer, more dynamic features and a smoother experience. In November 2010, the AJAX and Silverlight versions were combined into a semi-hybrid site where Silverlight features such as Map Apps and Streetside could be enabled through the Bing.com/Maps site - these features still required Silverlight to be installed, but does not require use of a separate Bing Maps site.

The AJAX and Silverlight site share the following features: Road View, Aerial View, Bird's-Eye View, Sharing Maps, People/Business/Location Search, Building Footprints, Driving Directions, Walking Directions.

Silverlight users exclusively can use Map Apps, StreetSide View, Photosynths, and Dynamic Labels.

Access Edit

Bing Map Apps are accessed either through the "Map Apps" button in the Bing Maps Explore Bar or through direct perma-links. The Map Apps button is only viewable if the user is in the Bing Maps Silverlight experience or in Windows 8.

Bing map apps Edit

There are a number of map apps that are developed/published by Bing, as indicated by the publisher above the map app's name in the app gallery. The following are a list of 1st party apps:

2010 Tour de France: Shows Tour de France segments and results Bing Health Maps: Displays various health statistic heat maps for the US Bing Maps World Tour – Explore new imagery for Bing Maps
Businesses by Category: Displays businesses by various categories (Shopping, Food, Travel, etc.) Coin Search: A game to find hidden coins in StreetSide imagery Current Traffic: See traffic levels for major highways and roads
Distance Calculator: Calculate the distance between 2 points in Miles or Kilometers Education Map: See local opportunities to volunteer and mentor kids Food Cart Finder: Find the best food carts to eat at in Portland, OR
foursquare Everysquare: Integrates foursquare checkins and badges to Bing Maps Haiti Earthquake: View before and after photos of Haiti Home Turf Finder: Find places to watch the World Cup based on country
Hotel Finder: Find and learn about hotels Local Events: Learn about local upcoming events Local Lens: Keep up to date with hyperlocal information
StreetSide Photos: Explore cities and landmarks at the StreetSide level using geo-tagged Flickr images Teach Here: Search for local teaching job opportunities Twitter Maps: See real-time updates from geo-tagged tweets
What's Nearby: See what's in the neighborhood (restaurants, bars, movie theatres, shopping, etc.) World Cup: Check the latest information on the World Cup WorldWide Telescope: Explore the skies and universe
My Friends: Map out Facebook friends OpenStreetMap: Change the base map to OpenStreetMap

Third-party apps Edit

Bing Map Apps also allows third parties to create and submit map apps. The following are a list of 3rd party map apps:

Destination Maps: Create a custom map to a party or place Everyscape Eats!: Explore 360 degree views of restaurants Gas Prices: See gas prices for nearby gas stations
GeoSalesTax: View a heat map of sales tax rates in the US Global Action Atlas: View ongoing global efforts to help people in need and help the environment DonorsChoose.org: See micro-donation opportunities to help classrooms in need
Oodle Rentals: Find places to rent housing ParkingFinder: Find parking and get parking rates in major cities Random Location: Jump to a random location on the map
Ricky's Data Viewer: Import shape files and GSS files to view on Bing Maps Roadside Sculptures: See sculptures found on US highways Roadside Attractions: Learn about attractions found along US highways
Seattle Issues: Shows SeeClickFix civil issues in the Seattle area Signs & Billboards: Unique and noteworthy signs and billboards Taxi Fare Calculator: Estimate taxi care costs
Today's Front Pages: View the front pages of newspapers from around the globe TrafficLand: See traffic cameras across the US Travel Webcams: View webcam feeds at global attractions
Urban Graffiti: Images of graffiti from cities Urban Murals Wall paintings from urban corridors Wcities Events: Find local events
WCities Places Nearby: Find nearby hotels, attractions, venues, and restaurants Weather: See weather conditions and forecasts Wiki Explorer: Explore the 50 most recent entries to Wiki Places
World of Football: See scores of top European soccer teams

Global Ortho Program Edit

In July 2010, Microsoft and DigitalGlobe, a leading global content provider of high-resolution earth imagery solutions, announced the collection of the first imagery from the company's Advanced Ortho Aerial Program. Through a special agreement with Microsoft, the Advanced Ortho Aerial Program will provide wall-to-wall 30 cm aerial coverage of the contiguous United States and Western Europe that DigitalGlobe has the exclusive rights to distribute beyond Bing Maps. The program's first orthophoto mosaics are of Augusta, GA, San Diego, CA and Tampa, FL, and can be viewed on DigitalGlobe's website.

Americas Edit

De campagne Navteq Coverage Bird's Eye Map POIs
États Unis Plein Oui Oui
Bahamas Plein Non Oui
Canada Plein Oui Oui
Cayman Islands Plein Non Oui
Mexique Plein Non Oui
Porto Rico Plein Non Oui
Virgin Islands Plein Non Oui
Argentine Plein Non Oui
Brésil Plein Non Oui
Chili Plein Non Oui
Colombie Plein Non Named Places & Transportation Hubs
French Guiana Plein Non Non
Guadeloupe Plein Non Non
Martinique Plein Non Non
Saint Barthelemy Plein Non Non
Venezuela Plein Non Oui
Anguilla Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Antigua and Barbuda Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Aruba Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Barbados Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Belize Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Bermudes Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Bolivie Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Costa Rica Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Cuba Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Dominica Limité Non Named Places & Transportation Hubs
République dominicaine Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Équateur Limité Non Named Places & Transportation Hubs
El Salvador Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Falkland Islands (Malvinas) Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Greenland Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Grenade Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Guatemala Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Guyana Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Haïti Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Honduras Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Jamaïque Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Montserrat Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Netherlands Antilles Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Nicaragua Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Panama Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Paraguay Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Peru Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Saint Kitts and Nevis Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Saint Lucia Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Saint Vincent and The Grenadines Limité Non Named Places & Transportation Hubs
St. Pierre and Miquelon Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Surinam Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Trinité-et-Tobago Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Turks and Caicos Islands Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Uruguay Limité Non Named Places & Transportation Hubs

Afrique Modifier

De campagne Navteq Coverage Bird's Eye Map POIs
Algeria Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Angola Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Botswana Plein Non Oui
Benin Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Burkina Faso Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Burundi Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Cameroon Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Cape Verde Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Central African Republic Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Chad Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Comoros Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Congo Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Côte d'Ivoire Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Djibouti Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Equatorial Guinea Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Eritrea Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Eswatini Plein Non Oui
Ethiopie Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Gabon Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Gambia Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Ghana Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Maroc Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Guinea-Bissau Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Kenya Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Libéria Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Libyan Arab Jamahiriya Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Lesotho Plein Non Oui
Namibie Plein Non Oui
Madagascar Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Malawi Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Mali Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Mauritania Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Maurice Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Mayotte Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Mozambique Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Niger Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Nigeria Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Rwanda Limité Non Named Places & Transportation Hubs
São Tomé and Príncipe Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Sénégal Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Seychelles Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Sierra Leone Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Somalia Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Afrique du Sud Plein Non Oui
St. Helena Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Sudan Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Tanzania, United Republic of Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Togo Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Tunisia Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Ouganda Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Western Sahara Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Zambie Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Zimbabwe Limité Non Named Places & Transportation Hubs

Europe Modifier

De campagne Navteq Coverage Bird's Eye Map POIs
Andorra Plein Non Oui
L'Autriche Plein Oui Oui
la Belgique Plein Oui Named Places & Transportation Hubs
Croatia Plein Non Oui
République Tchèque Plein Non Oui
Danemark Plein Oui Oui
Estonia Plein Oui Oui
Finlande Plein Oui Oui
La France Plein Oui Oui
Allemagne Plein Oui Oui
Gibraltar Plein Non Oui
Grèce Plein Oui Oui
Guernsey Plein Non Oui
Hongrie Plein Non Oui
Irlande Plein Oui Oui
Isle of Man Plein Non Oui
Italie Plein Oui Oui
Jersey Plein Non Oui
Latvia Plein Oui Oui
Liechtenstein Plein Non Oui
Lithuania Plein Oui Oui
Luxembourg Plein Oui Oui
Monaco Plein Oui Oui
Pays-Bas Plein Oui Oui
Norvège Plein Oui Oui
Pologne Plein Oui Oui
le Portugal Plein Oui Oui
Russian Federation Plein Non Oui
San Marino Plein Oui Oui
Slovakia Plein Non Oui
Slovenia Plein Non Oui
Espagne Plein Oui Oui
Suède Plein Oui Oui
Suisse Plein Oui Oui
dinde Plein Non Oui
Royaume-Uni Plein Non Oui
Vatican City State Plein Oui Oui
Albanie Plein Non Named Places & Transportation Hubs
Belarus Plein Non Named Places & Transportation Hubs
Bosnia and Herzegowina Plein Non Named Places & Transportation Hubs
Bulgaria Plein Non Named Places & Transportation Hubs
Islande Plein Non Named Places & Transportation Hubs
North Macedonia Plein Non Named Places & Transportation Hubs
Moldova, Republic of Plein Non Named Places & Transportation Hubs
Montenegro Plein Non Named Places & Transportation Hubs
Roumanie Plein Oui Named Places & Transportation Hubs
Serbie Plein Oui Named Places & Transportation Hubs
Azerbaijan Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Faroe Islands Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Géorgie Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Armenia Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Chypre Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Malta Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Svalbard and Jan Mayen Islands Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Ukraine Limité Non Named Places & Transportation Hubs

Asia / Oceania Edit

De campagne Navteq Coverage Bird's Eye Map POIs
Brunei Plein Non Named Places & Transportation Hubs
Japon Plein Oui Named Places & Transportation Hubs
Afghanistan Limité Non Named Places & Transportation Hubs
American Samoa Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Bangladesh Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Bhoutan Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Cambodge Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Chine Limité Non Non
Cook Islands Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Fiji Limité Non Named Places & Transportation Hubs
French Polynesia Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Guam Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Kiribati Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Kirghizistan Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Lao People's Democratic Republic Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Maldives Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Marshall Islands Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Micronesia, Federated States of Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Mongolie Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Myanmar Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Nauru Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Nepal Limité Non Named Places & Transportation Hubs
New Caledonia Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Niue Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Norfolk Island Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Corée du Nord Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Northern Mariana Islands Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Pakistan Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Palau Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Papua New Guinea Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Philippines Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Solomon Islands Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Corée du Sud Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Sri Lanka Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Tajikistan Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Timor-Leste Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Tonga Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Turkmenistan Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Tuvalu Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Uzbekistan Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Vanuatu Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Viêt Nam Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Wallis and Futuna Islands Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Australie Plein Oui Named Places & Transportation Hubs
Hong Kong Limité Non Oui
Inde Plein Oui Oui
Indonésie Limité Non Oui
Macau Limité Non Oui
Malaisie Limité Non Oui
Nouvelle-Zélande Limité Non Oui
Singapour Limité Non Oui
Taïwan Limité Non Oui
Thailand Limité Non Oui

Middle East Edit

De campagne Navteq Coverage Bird's Eye Map POIs
Bahreïn Plein Non Oui
Kuwait Plein Non Oui
Oman Plein Non Oui
Qatar Plein Non Oui
Arabie Saoudite Plein Non Oui
United Arab Emirates Plein Non Oui
L'Iran Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Irak Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Israël Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Lebanon Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Syrie Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Yemen Limité Non Named Places & Transportation Hubs
Jordan Plein Non Non
Reunion Plein Non Non
Egypte Limité Non Non

Microsoft states that Bing Maps needs the following environment: [25]

  • Windows XP with SP2 or a later version
  • Microsoft .NET Framework 2.0
  • Windows Imaging Component
  • 250 MB or more of hard disk space
  • A 1.0-gigahertz (GHz) processor (2.8 GHz or faster is recommended)
  • 256 MB of system memory (1 GB is recommended)
  • A 32-MB video card (256 MB is recommended) that supports Microsoft DirectX 9, with 3D hardware acceleration enabled
  • A high-speed or broadband Internet connection

Compatible browsers include Windows Internet Explorer 6 or later, Mozilla Firefox 3.0 or later, or Safari 3.1 or later. [26] Opera is stated to be usable "with some functionality limitations". [27] Users of browsers that are not considered compatible, as well as users of versions of compatible browsers that are not supported, will be directed away from viewing the map without an error message.

The 3D Maps viewer plug-in requires Microsoft Windows XP Service Pack 2, Microsoft Windows Server 2003, Windows Vista, or Windows 7 with Internet Explorer 6/7/8 or Firefox 1.5/2.0/3.0. [28]


During our work on FiksGataMi (the Norwegian version of FixMyStreet) with NUUG, we factored out the map code (for the Perlmongers among you, it’s now using Module::Pluggable to pick the required map) as FiksGataMi was going to be using OpenStreetMap, and we had plans to improve our own mapping too. Moving to OpenLayers rather than continuing to use our own slippy map JavaScript dating from 2006 was an obvious decision for FiksGataMi (and then FixMyStreet), but FixMyStreet maps have always been usable without JavaScript, utilising the ancient HTML technology of image maps to provide the same functionality, and we wanted to maintain that level of universality with OpenLayers. Thankfully, this isn’t hard to do – simply outputting the relevant tiles and pins as part of the HTML, allowing latitude/longitude/zoom to be passed as query parameters, and a bit of maths to convert image map tile clicks to the actual latitude/longitude selected. So if you’re on a slow connection, or for whatever reason don’t get the OpenLayers JavaScript in some way, the maps on FixMyStreet should still work fine. I’m not really aware of many people who use OpenLayers that do this (or indeed any JavaScript mapping API), and I hope to encourage more to do so by this example.

We investigated many different maps, and as I wrote in my previous blog post, we decided upon a combination of OS StreetView and Bing Maps’ OS layer as the best solution for the site. The specific OpenLayers code for this (which you can see in map-bing-ol.js is not complicated (as long as you don’t leave in superfluous commas breaking the site in IE6!) – overriding the getURL function and returning appropriate tile URLs based upon the zoom level. OpenLayers 2.11 (due out soon) will make using Bing tiles even easier, with its own seamless handling of them, as opposed to my slight bodge with regard to attribution (I’m displaying all the relevant copyright statements, rather than just the one for the appropriate location and zoom level which the new OpenLayers will do for you). I also had to tweak bits of the OpenLayers map initialisation so that I could restrict the zoom levels of the reporting map, something which again I believe is made easier in 2.11.


ทำความรู้จักกับ Web Map Application

หลายท่านคงพอจะเคยทำหรือเคยเห็นหรือเคยศึกษาเกี่ยวกับ Google maps API มากันเยอะบ้างแล้วนะคับ ในการที่จะทำ Map ลงเว็บ เพื่อแสดงข้อมูลต่างๆ โดยการพัฒนาด้วย PHP, Java, Phytan ฯลฯ ด้วยปัจจุบันเทคโนโลยีภูมิสารสนเทศ (Geo-Informatics Technology) ได้เข้ามามีบทบาทในการนำเสนอข้อมูลที่มีความซับซ้อนของชั้นข้อมูลรวมไปถึงการวิเคราะห์ข้อมูล เพื่อการเผยแพร่มากยิ่งขึ้น หน่วยงานของรัฐหลายแห่งมีนโยบายในการจัดทำระบบภูมิสารสนเทศในด้านต่างๆ กันมากขึ้น เพื่อความง่ายในการเข้าถึงข้อมูลของผู้ใช้งาน ตัวอย่าง ระบบภูมิสารสนเทศทรัพยากรทางทะเลและชายฝั่ง ของกรมทรัพยากรทางทะเลและชายฝั่ง กระทรวงทรัยากรธรรมชาติและสิ่งแวดล้อม จากตัวอย่างจะเห็นได้ว่า จะมีชั้นข้อมูลให้เลือกดูได้หลากหลาย โดยการเลือกเปิด-ปิดชั้นข้อมูลนั้นๆ เพื่อแสดงผลแผนที่บนหน้าเว็บ ซึ่งข้อมูลเหล่านี้ จะเรียกว่าเป็นข้อมูล GIS (Geographic Information System) คือ ข้อมูลที่ได้ผ่านการวิเคราะห์ด้วยโปรแกรมทางด้าน GIS อาทิเช่น&hellip


How to display your KML file on Google Earth with the map tile layer?

Google Earth is a handy tool, which includes much information. Most of this information can be shown as the layer overlaid on the satellite imagery covering our virtual globe. These layers can be displayed along with our own .kml files plotted into our area.
The layers built into Google Earth are not sole. The user can always fetch the other overlays from the external sources using the network links . One of the layers, which can overlay our satellite view on Google Earth are various map tiles .
The map tile layers, which can overlay comes from various sources based online (i.e. Google Maps or OpenStreetMap). They can be imported to Google Earth by the aforementioned network link.
The major goal of the map tile layers presence in Google Earth is displaying your favorite map in 3D with other Google Earth coverages in order to plan your trip or perform some geospatial analysis. In general, the web-based map tiles in Google Earth can be really useful in areas, where data provided by Google is not good enough.
There are a couple of major sources, from where the .kml network link files are easily downloadable. Ils sont:
– http://ge-map-overlays.appspot.com/,
– https://www.mgmaps.com/kml/,
– http://geos-web.herokuapp.com/,
– http://www.wikiexplora.com/Archivo:Map-overlays-for-google-earth-combined.kmz

Pic. 1 An example of the OpenStreetMap tiles choice for Google Earth overlay (http://ge-map-overlays.appspot.com/).

Predominantly they come in bundles, including all the map tiles possible to launch in the Google Earth platform. They are based on the Python script , which computes tile coordinates automatically for the current view in the Google Earth application. See some examples below.

Pic. 2 – 5 The examples of map tiles overlays in Google Earth (http://geos-web.herokuapp.com/ and https://www.mgmaps.com/): 2 – Google Maps 3 – OpenStreetMap 4 – Bing 5 – Google Hybrid.

The option is really good, although not free of disadvantages. There are two major flaws, which should be mentioned. All the overlays don’t cooperate with our map rotation . In practice, they will be valid for the true north direction only. It’s important because of the geographical names, which appear on the map. All street names, place names for example will be rotated when changing our direction of view in Google Earth (Pic. 6).

Pic. 6 Google Hybrid map overlaid in Google Earth and rotated. Names don’t cooperate with the view rotation, unfortunately. If we are looking at the south, we have them upside down. Cliquez pour agrandir.

The reason behind it is a lack of support for the <rotation> option.
Another significant disadvantage is a lack of cooperation with the 3D layer provided by Google Earth. Since they work well with the digital elevation model, as seen in mountainous areas (Pic. 7), it’s not really possible in the urban areas, where all the objects stick up through our image, make it useless (Pic. 8).

Pic. 7,8 – The example of collaboration the map tiles overlay with Google Earth 3D layer, where: 7 – mountainous area (Sierra Nevada, Spain) 8 – urban area (Sevilla, Spain).


Other benefits of OpenLayers

As you drag the map around, you want the pins to update – the original OpenLayers code I wrote used the Markers layer to display the pins, which has the benefit of being simple, but doesn’t fit in with the more advanced OpenLayers concepts. Once this was switched to a Vector layer, it now has access to the BBOX strategy, which just needs a URL that can take in a bounding box and return the relevant data. I created a subclass of OpenLayers.Format.JSON, so that the server can return data for the left hand text columns, as well as the relevant pins for the map itself.

Lastly, using OpenLayers made adding KML overlays for wards trivial and made those pages of the site much nicer. The code for displaying an area from MaPit is as follows:

Note that also shows a new feature of MaPit – being able to ask for a simplified KML file, which will be smaller and quicker (though of course less accurate) than the full boundary.


Voir la vidéo: GIS with Openlayers part1. How to add #GeoJSON on #Openlayers map? (Octobre 2021).