Suite

Interprétation des paramètres de la légende ArcGIS Kernel Density


Dans ArcMap 9.3, j'ai utilisé la densité du noyau pour cartographier divers incidents, mais le fichier de formes résultant n'affiche aucune unité de mesure. Existe-t-il une bonne source non technique qui expliquerait en termes simples l'interprétation des valeurs de sortie en termes de taille de cellule d'entrée et de rayon de recherche ?


C'est presque un doublon de Comment interpréter les résultats de GRASS v.kernel ?, mais cela diffère légèrement en demandant une interprétation en termes de rayon de recherche. Parlons-en.

Une densité de noyau est une convolution, comme expliqué aux points 1, 2 et 3. En termes non techniques, cela signifie que la valeur de chaque cellule de la grille d'entrée est répartie autour de son voisinage. Le "noyau" est une fonction qui décrit la forme de l'épandage. Considérez la valeur comme l'enregistrement de la hauteur de sable versé dans une boîte en fonction de la cellule. Si vous deviez retirer la boîte, le sable s'affaisserait. Le noyau dit quelle forme il prendrait ; la quantité de sable détermine la hauteur de cette forme. Répétez indépendamment ce processus pour chaque cellule de la grille, permettant aux tas de sable de s'accumuler verticalement (sans introduire d'affaissement supplémentaire du chevauchement).

De cette description on peut déduire les réponses aux deux questions posées ici :

  1. Selon le logiciel, les valeurs de sortie donnent soit la quantité totale de sable dans chaque cellule, soit - plus généralement - elles donnent la montant par unité de surface. (C'est ce que "densité" signifie.) Il est préférable d'utiliser la sortie par unité de surface car elle ne change pas de manière appréciable lorsque vous modifiez le production taille de la cellule. Par exemple, si vous divisez par deux la taille de la cellule en sortie, chaque cellule n'occupe qu'un quart de son ancienne empreinte, de sorte qu'elle n'est généralement recouverte que d'environ un quart du sable. Cependant, lorsque vous exprimez la sortie en sable par unité de surface, cela ne change pas : vous obtenez un quart du sable dans un quart de la surface d'origine, d'où le rapport est le même.

  2. Le « rayon de recherche » (terme idiosyncratique adopté par certains fournisseurs de SIG ; dans la littérature, des quantités liées sont utilisées, connues sous le nom de « demi-largeur » ou « largeur pleine à mi-hauteur »), décrit la quantité d'épandage. Quelle que soit la façon dont cela est exprimé, si vous souhaitez étaler les valeurs de cellule d'origine deux fois plus loin, vous finirez par couvrir quatre fois plus de superficie. Lorsque vous étalez la valeur d'une seule cellule, la pile résultante sera juste un quart plus élevée à chaque point. Cependant, dans la plupart des cas, la densité étalée a une relation plus complexe avec la densité moins étalée, car les tas de "sable" - bien qu'individuellement plus petits - reçoivent des contributions de cellules plus éloignées. Dans l'ensemble, les effets s'équilibrent. Ce que vous voyez, c'est qu'un étalement plus important crée des grilles de sortie qui varient de manière plus douce, alors qu'un étalement moindre crée des grilles de sortie qui sont localement plus variables.

Ces figures illustrent les effets du changement de rayon (pour un noyau gaussien) sur une grille d'entrée clairsemée ayant des valeurs de 0 ou 1.

Une image et certaines de ses densités de noyaux gaussiens

Ténèbres représente les valeurs de la grille (noir = 1, blanc = 0). Toutes les images sont 16 par 16.

La même figure montrée que les tracés 3D des valeurs de la grille

Hauteur représente les valeurs de la grille. Toutes les parcelles sont sur une échelle commune pour la comparaison. Cette méthode de traçage montre les tas d'origine de "sable" sous forme de cônes plutôt que de boîtes.


Voici la réponse du Web.
Esri webhelp 9.3 Fonctionnement de la densité de noyau
Calculs de densité (différences)
Densité de noyau


Voir la vidéo: Kernel Density for Linear and Point Features in ArcGIS (Octobre 2021).