Suite

Cartographier la même classe d'entités avec une carte par champ de données (symboles gradués, valeurs de rupture personnalisables) ?


J'essaie d'automatiser un effort de mappage : je mappe une classe d'entités (FC) (avec plusieurs champs de données représentant différents résultats). Je dois visualiser chaque champ de données (du même FC) en utilisant une symbologie de couleur graduée similaire (~ 5 classes) avec des valeurs de freinage spécifiques pour chaque champ de données. Enregistrez le calque, enregistrez le mxd, exportez un PDF.

Comment configurer une bibliothèque pour chaque champ de données (valeurs de rupture pour les classes de symbologie), itérer dans les champs de données (champ 1, champ2,… .champ36), mettre à jour la symbologie de la couche, enregistrer la couche, enregistrer mxd, exporter le PDF. J'utilise 3 blocs de données, chacun mappe le même FC avec une requête de définition.


Ce script fonctionne sur le mxd actuel :

import arcpy, traceback, os, sys from arcpy import env env.overwriteoutput=True try: def showPyMessage(): arcpy.AddMessage(str(time.ctime()) + " - " + message) def isLayerExist (mxd,lName) : layer = arcpy.mapping.ListLayers(mxd,lName) if len(layers)==0: lever NameError,'
'+lName + " layer not found. Exiting… "+'
' result=layers[0 ] return result mxd = arcpy.mapping.MapDocument("CURRENT") theLayer = isLayerExist(mxd,"Points") theFields=["aspect","arc2mdem"] theSplits=([-1,0,22,5,247,5,360 ],[0,10,20,30,70]) sm=theLayer.symbology m=0 pour fld dans theFields : breaks=theSplits[m] sm.valueField=fld sm.classBreakValues=breaks arcpy.RefreshActiveView() arcpy. RefreshTOC() m+=1 arcpy.mapping.ExportToPDF(mxd, "D://rubbish//"+str(m)+".pdf") del mxd sauf : message = "
*** ERREURS PYTHON ** * "; showPyMessage() message = "Informations de suivi Python : " + traceback.format_tb(sys.exc_info()[2])[0] ; showPyMessage() message = "Informations d'erreur Python : " + str(sys.exc_type)+ " : " + str(sys.exc_value) + "
" ; showPyMessage()

Cela fonctionne sur 2 champs à titre d'exemple, vous devez évidemment le modifier pour l'adapter à vos besoins. Vous pouvez également envisager d'ajouter

sm.classBreakLabels = ["0-10", "10-20" etc]

Symboles ponctuels

Les symboles ponctuels sont utilisés pour dessiner des entités ponctuelles et des graphiques ponctuels dans des cartes, des scènes et des mises en page. Les symboles ponctuels sont uniques en ce sens qu'ils peuvent également être utilisés dans des symboles linéaires, polygonaux et textuels.

Les symboles ponctuels, comme tous les types de symboles, sont composés de couches de symboles. Les symboles ponctuels contiennent généralement une seule couche de symboles ponctuels, mais peuvent en contenir davantage. Rarement, les symboles ponctuels incluent également des couches de symboles de trait ou de remplissage. Dans ces cas, un effet de symbole est également appliqué pour créer dynamiquement une géométrie de ligne ou de polygone pour les traits ou les remplissages à dessiner. Un effet de symbole radial est inclus lorsqu'une couche de symboles de trait est ajoutée et un effet de symbole de tampon est inclus lorsqu'une couche de symboles de remplissage est ajoutée. Vous pouvez modifier les propriétés de ces effets de symbole ou les supprimer et les remplacer par des effets différents, mais vous devez vous assurer de conserver la logique géométrique dans le symbole.


Faire attention! Si votre enum a plusieurs éléments avec la même valeur, vous pouvez obtenir des résultats inattendus lorsque vous utilisez Enum.Parse() . Cela renverra arbitrairement le premier élément qui a la valeur demandée. Par exemple, si vous avez enum Car < Ford = 1, Chevy = 1, Mazda = 1>, alors (Car)Enum.Parse(typeof(Car), "1") renverra Car.Ford . Bien que cela puisse être utile (je ne sais pas pourquoi ce serait), dans la plupart des situations, cela va probablement être déroutant (en particulier pour les ingénieurs qui maintiennent le code) ou facilement négligé lorsque des problèmes surviennent.

J'ai vu que cette fonctionnalité est parfois utilisée pour une valeur "par défaut":

Mais attention, ce n'est que du sucre pour l'utilisateur de votre enum. Juste parce qu'il s'appelle Défaut cela ne signifie pas que c'est la valeur initiale.

Les énumérations sont utilisées comme des constantes et vous pouvez certainement avoir deux constantes avec la même valeur qui sont utilisées aux mêmes endroits. Cela peut être dû à une API tierce, à une compatibilité descendante ou simplement à des règles métier.

Plusieurs membres enum peuvent partager la même valeur associée. L'exemple

montre une énumération dans laquelle deux membres d'énumération (Blue et Max) ont la même valeur associée.

Dans ce cas, vous pouvez vérifier MyColor == Color.Max, ce qui serait utile dans certaines circonstances.

Enum est une énumération de variables constantes, et vous pouvez avoir deux éléments avec la même valeur, il n'y a aucune raison d'être une erreur de syntaxe, je pense, cependant, cela provoquera une erreur de compilation dans ce code

Ce n'est pas une erreur de syntaxe. Tout ce qu'une énumération fait est d'énumérer une série de constantes d'une manière fortement typée.

Ainsi, si un développeur fait une erreur de frappe (comme dans votre exemple), en ce qui concerne le CLR, c'est un cas parfaitement valable. Le CLR suppose que le développeur sait ce qu'il fait et pourquoi il a choisi de le faire.

En ce qui concerne les cas du monde réel, je ne peux en proposer aucun sur un coup de tête, mais je suis toujours certain qu'il y a probablement des occasions où cela serait utile.

Bien sûr, même si ce n'est peut-être pas trop courant. S'il existe une entité/valeur qui est communément connue sous deux noms différents, alors c'est une bonne raison.

Le scénario que vous avez présenté en est peut-être un. Un encore meilleur, directement de la BCL, est l'énumération System.Windows.Forms.MessageBoxIcon les membres Stop , Error et Hand ont tous la même description et même la même valeur. L'astérisque et l'information sont également identiques, comme le suggèrent les commentaires :

J'espère que cela devrait vous donner une bonne idée des scénarios appropriés (le vôtre en étant probablement un).

C'est bon. Vous pourriez avoir deux valeurs différentes du point de vue de l'utilisateur d'une API, mais fonctionnellement peuvent être traitées comme la même valeur.

L'utilisation de la valeur nommée par opposition à la valeur réelle est root. Supposons que vous ayez le français, l'anglais, etc. avec la même valeur. C'est la racine de enum pour moi.

Il est parfois recommandé (bien que ne pas recommandé par MS pour C# ! - voir le commentaire de Salaros) pour inclure une limite inférieure et supérieure dans votre énumération telle que

À des fins de validation/itération à travers chaque paramètre possible. Bien que j'aie le sentiment que .Net peut fournir une facilité pour cela :)

Ceci est valide et permet de faire référence à la même valeur avec des noms différents. Attention cela fonctionne bien à sens unique. Vous pouvez obtenir des résultats incohérents si vous convertissez de int/string en enum ou lors du formatage de chaînes.

Cet exemple montrera pourquoi cela est utile. Lorsque vous travaillez sur une bibliothèque publique, qui est dédiée à un usage public, il peut être utile de nommer les mêmes choses de différentes manières.

Lorsque différents mots ont le même sens dans certaines situations, cela a un sens de les nommer. Lors de l'analyse, il renvoie toujours une bonne valeur dans cette situation.

J'ai vu la même chose dans un wrapper .net TWAIN - il permet à tous les codes de message TWAIN d'être stockés dans un grand enum, mais cela rend les choses un peu déroutantes au début.

Je pense qu'il y a plusieurs utilisations pour réutiliser le même numéro. Pour donner un nouvel exemple, supposons que vous ayez un système de classement qui garantira que les objets d'une classe particulière (Parent) sont créés avant d'autres classes qui en dépendent (Enfants), vous pouvez avoir des enfants qui sont dans le même niveau ' et peu importe lequel est créé en premier. Dans l'exemple ci-dessous, Parent serait créé en premier, Child 1, 2 ou 3 ensuite, puis en dernier Child4. Si cela était considéré comme un diagramme en arbre, tous les éléments portant le même numéro seraient des « frères et sœurs ».

Bien que je puisse voir votre point de vue en ce sens que cela pourrait être facile à faire par erreur. Dans ce cas, il serait pratique que Visual Studio ait une option pour activer les avertissements qui lui permettraient de compiler mais déclencherait un avertissement si le même numéro était utilisé deux fois.


3.3. Données d'attribut du recensement

Une carte thématique est un affichage graphique qui montre la répartition géographique d'un attribut particulier, ou les relations entre quelques attributs sélectionnés. Certaines des sources les plus riches de données attributaires sont les recensements nationaux. Aux États-Unis, un décompte périodique de l'ensemble de la population est requis par la Constitution américaine. L'article 1, section 2, ratifié en 1787, stipule que les représentants et les impôts directs seront répartis entre les différents États qui peuvent être inclus dans cette union, selon leur nombre respectif & hellip Le recensement réel sera fait [tous les] dix ans, en de telle manière que [le Congrès] l'ordonne par la loi. » Le US Census Bureau est l'agence gouvernementale chargée d'effectuer le recensement décennal.

Une partie de la Constitution des États-Unis d'Amérique.

Les résultats du recensement décennal américain déterminent les portions des États sur les 435 sièges totaux de la Chambre des représentants des États-Unis. La carte ci-dessous montre les États qui ont perdu et gagné des sièges à la suite de la redistributionqui a suivi le recensement de 2000. Les limites des circonscriptions électorales du Congrès doivent être redessinées dans les États qui ont gagné et perdu des sièges, un processus appelé redécoupage électoral. Les règles constitutionnelles et les précédents juridiques exigent que les circonscriptions électorales contiennent des populations égales (à moins de 1 pour cent environ). En outre, les circonscriptions doivent être dessinées de manière à offrir des chances égales de représentation des groupes raciaux et ethniques qui ont été discriminés dans le passé.

Répartition de la Chambre des représentants des États-Unis à la suite du recensement de 2000.

Outre la redistribution et le redécoupage, les dénombrements du recensement américain affectent également le flux de milliards de dollars de dépenses fédérales, y compris les contrats et l'aide fédérale, aux États et aux municipalités. En 1995, par exemple, quelque 70 milliards de dollars de fonds Medicaid ont été distribués selon une formule comparant le revenu par habitant de l'État et du pays. Des fonds de planification et de construction d'autoroutes d'une valeur de 18 milliards de dollars ont été alloués aux États en fonction de leur part de la population urbaine et rurale. Et 6 milliards de dollars d'Aide aux familles avec enfants à charge ont été distribués pour aider les enfants de familles pauvres à mieux réussir à l'école. Les deux cartes thématiques ci-dessous illustrent la forte relation entre les chiffres de population et la répartition des deniers publics fédéraux.

Population et dépenses fédérales, par État, 1995. (Cartographie de Thad Lenker. Données du U.S. Census Bureau, Federal Expenditures by State, http://www.census.gov/prod/2/gov/fes95rv.pdf)

Le mandat du Census Bureau est de fournir les données démographiques nécessaires pour soutenir les opérations gouvernementales, y compris la redistribution, le redécoupage et l'affectation des dépenses fédérales. Sa mission, d'être « le principal collecteur et fournisseur de données opportunes, pertinentes et de qualité sur la population et l'économie des États-Unis », est cependant plus large. Pour remplir cette mission, le Census Bureau doit compter plus que des nombres de personnes, et il le fait.

ESSAYE ÇA!


3 réponses 3

À partir de la spécification JPA 1.0 :

Les classes abstraites et concrètes peuvent être des entités. Les classes abstraites et concrètes peuvent être annotées avec l'annotation Entity, mappés en tant qu'entités et interrogés en tant qu'entités.

Les entités peuvent étendre les classes de non-entité et les classes de non-entité peuvent étendre les classes d'entité.

Comme vous voulez une seule table, vous devez utiliser l'héritage de table unique.

Définissez simplement une colonne discriminante comme suit :

Mais si vous ne voulez pas vous fier aux stratégies d'héritage JPA, vous pouvez utiliser MappedSuperclass à la place :

Une entité peut hériter d'une superclasse qui fournit des informations d'état et de mappage d'entité persistantes, mais qui n'est pas elle-même une entité. Typiquement, le but d'une telle superclasse mappée est de définir les informations d'état et de mappage qui sont communes à plusieurs classes d'entités.

Gardez à l'esprit vous ne pouvez pas utilisez @Entity et @MappedSuperclass en même temps.

@MappedSuperclass est travaillé pour moi. J'avais du mal à mapper une vue sur 2 objets qui sont des classes parent et enfant. Ma vue est jointe à partir de 2 tables. Les clés primaires des deux tables sont présentes dans la vue. @ColonneDiscriminateur ne fonctionne pas pour moi car cela nécessite une colonne exclusivement allouée au type de données de l'objet et il lance également une "exception de colonne répétée dans l'objet" que je n'ai pas pu résoudre.

j'ai lu ce forum et j'ai essayé @MappedSuperclass annotation. Ça fait l'affaire.

j'ai mis @MappedSuperclass à la superclasse et mettre le @Identifiant et @Valeur Générée dans l'identifiant de la superclasse. Dans la sous-classe que j'ai donnée comme

et utilisé un objet de sous-classe pour récupérer les données de la vue. C'est ça.

Héritage dans les annotations d'hibernation pour la table jointe sans utiliser @ColonneDiscriminateur travaillé pour moi.


Comment mapper des données numériques dans des catégories / bacs dans le cadre de données Pandas

Il a environ 3m de rangées. Il existe 3 types d'unités d'âge : Y, D, W pour les années, les jours et les semaines. Toute personne âgée de plus d'un an a une unité d'âge de Y et mon premier groupe que je veux est <2y, donc tout ce que j'ai à tester dans les unités d'âge est Y.

Je souhaite créer une nouvelle colonne AgeRange et la remplir avec les plages suivantes :

Je pensais que si je passais le dataframe dans son ensemble, je récupérerais ce dont j'avais besoin et je pourrais ensuite créer la colonne que je voulais, quelque chose comme ceci:

MAIS lorsque j'essaie d'exécuter le premier code pour créer la fonction, j'obtiens :

Il est clair que ce n'est pas accepter le ET - mais j'ai pensé avoir entendu en classe que je pouvais utiliser ET comme ça ? Je dois me tromper mais alors quelle serait la bonne façon de procéder ?

Donc, après avoir obtenu cette erreur, je ne suis même pas sûr que la méthode de transmission d'une trame de données générera une erreur non plus. Je suppose que probablement oui. Dans quel cas, comment pourrais-je faire en sorte que cela fonctionne également ?

Je cherche à apprendre la meilleure méthode, mais une partie de la meilleure méthode pour moi est de rester simple même si cela signifie faire les choses en quelques étapes.


Il s'agit d'une fonction que j'ai utilisée pour copier des membres entre des modèles dans ASP.NET MVC. Pendant que vous recherchez un code qui fonctionne pour le même type, ce code prendra également en charge d'autres types qui ont les mêmes propriétés.

Il utilise des reflets, mais d'une manière plus nette. Méfiez-vous du Convert.ChangeType : vous n'en aurez peut-être pas besoin, vous pourriez vérifier le type au lieu de convertir.

Comme il s'agit d'une méthode d'extension, l'utilisation est simple :

Si je ne me trompe pas sur ce qui est requis, le moyen d'atteindre facilement copie de valeur de propriété entre deux instances existantes (même pas du même type) est d'utiliser Automapper.

Tant que vous gardez la propriété dans le même type et dans la même convention de nommage, tout devrait fonctionner.

pas vraiment. il existe un MemberwiseClone() mais qui copie directement les références, ce qui signifie que vous obtiendriez une référence au même objet et cela peut être mauvais. Vous pouvez implémenter l'interface ICloneable et l'utiliser pour une copie complète. Je préfère cependant créer ma propre méthode Clone() car l'interface IClonable renvoie un objet qui doit être converti.


Créer des domaines à l'aide d'outils de géotraitement

L'outil de géotraitement Table vers domaine est utilisé pour créer ou mettre à jour un domaine de valeurs codées avec les valeurs d'une table. Ensuite, vous utiliserez cet outil pour créer plusieurs domaines de valeurs codées dans la géodatabase.

Les domaines attributaires sont une propriété de la géodatabase et peuvent être partagés entre les classes d'entités, les tables et les sous-types d'une géodatabase. Ils fournissent un moyen efficace de faire respecter l'intégrité des données en limitant ce qui peut être inséré dans un champ en utilisant les codes dans un domaine de valeurs codées ou la plage minimale ou maximale dans un domaine de plage.

  1. Dans le volet Catalogue, développez le dossier Cartes, cliquez avec le bouton droit sur ReferenceMap , puis cliquez sur Ouvrir .
  2. Dans le volet Contenu, cliquez avec le bouton droit sur la table Durée et cliquez sur Ouvrir .

Le tableau contient des valeurs qui peuvent être utilisées dans un domaine de durée de suivi.

Ensuite, vous utiliserez un outil de géotraitement pour créer un domaine et lui affecter des valeurs à partir de cette table.

Le volet Géotraitement apparaît.

  • Pour Input Table , accédez à vienna.gdb et choisissez Duration .
  • Pour Code Field , choisissez TrailDuration .
  • Pour le champ Description , choisissez TrailDurationTimes .
  • Pour Input Workspace , recherchez et choisissez vienna.gdb .
  • Pour Nom de domaine , acceptez le nom par défaut TrailDuration .
  • Pour Description du domaine , saisissez Temps nécessaire pour terminer le suivi .

La vue Domaines apparaît. Le domaine TrailDuration a été ajouté avec succès.

Différents types de paysages le long du sentier

Distance du sentier en kilomètres

Taux de changement d'altitude le long du sentier

Description des types d'essai

Lors de l'ajout de domaines à l'aide d'outils de géotraitement, la vue peut ne pas s'actualiser automatiquement pour refléter les domaines mis à jour dans la géodatabase. Pour voir les domaines mis à jour, fermez et rouvrez la vue Domaines.


3.3  Menu Outils → Recherche → Recherche entre organismes

L'outil de recherche d'organismes croisés n'est disponible que sur les serveurs Web BioCyc.org. Il permet des requêtes sur tous les organismes sur le site BioCyc.org.

Termes de recherche
Saisissez le(s) terme(s) que vous souhaitez rechercher. Il s'agit d'une recherche qui correspondra aux sous-chaînes, donc “trp” correspondra à “trpA”, “trpB”, etc. De plus, si vous entrez plusieurs termes, vous pouvez choisir si tous les termes doivent être présents, ou n'importe lequel (ou plusieurs) d'entre eux. Par exemple, 𠇊ny” “trp yersinia” produira toutes les entrées pour “Yersinia” et toutes les entrées pour “trp” - un nombre énorme d'entrées cependant, en sélectionnant ‚ppel” limitera les résultats de la recherche à un petit nombre de résultats plus gérable.

Champs à rechercher
On peut sélectionner “Names” si la seule recherche que vous souhaitez effectuer porte sur les entités de noms qui vous intéressent. Sélectionner “Summary” signifie que votre recherche comprendra la recherche de correspondances dans la chaîne de résumé. Ce dernier sera peut-être moins utile. Par exemple, si le résumé indique que “X n'est en aucun cas similaire à Y” et que vous recherchez sur “Y”, vous récupérerez une référence à l'entité “X”, bien que vous ne soyez probablement pas intéressé par cela.

Types auxquels restreindre la recherche
Cela vous permet de sélectionner les types d'entités sur lesquels vous souhaitez effectuer une recherche.

Nombre de résultats par page
Les résultats sont présentés dans une table “paged”, c'est-à-dire que tous les résultats ne sont pas renvoyés dans une seule table (sauf si l'ensemble de résultats est inférieur à cette valeur), et on peut parcourir les résultats en arrière et en avant.

Choisissez des organismes
Vous pouvez choisir un ensemble d'organismes individuellement par nom ou par propriété. Vous pouvez également sélectionner tous les membres d'un groupe taxonomiquement lié, par exemple toutes les bactéries.

Les résultats de la recherche sont présentés triés par pertinence (ou force de correspondance) dans un tableau avec des liens cliquables, qui renvoient aux détails de chaque entité correspondante. Chaque colonne du tableau peut être utilisée pour trier les résultats, la pertinence étant utilisée par défaut. Le re-tri du tableau re-trie tous les résultats, et ce tri est conservé lorsque vous naviguez dans le tableau des résultats, d'une page à l'autre.


Classe de cartographie : Techniques de géoréférencement, première partie – Les bases, avec Hans van der Maarel

Bienvenue dans une autre édition passionnante de Mapping Class, une nouvelle série de blogs vidéo où nous organisons des didacticiels et des flux de travail créés par des cartographes experts et des utilisateurs expérimentés d'Avenza du monde entier. Pour cet article, nous sommes ravis de vous présenter Hans van der Maarel, propriétaire de Red Geographics et cartographe expert. En nous rejoignant depuis les Pays-Bas, Hans a mis en place un didacticiel vidéo présentant des trucs et astuces pour aborder le géoréférencement dans une variété de scénarios de cartographie différents. Dans cette première partie, Hans passe en revue les bases du géoréférencement dans MAPublisher, à l'aide d'un plan soigné de la ville de Zevenbergen. Branchez-vous pour la deuxième partie, à venir, qui révélera comment Hans aborde des tâches de géoréférencement plus difficiles, notamment la gestion d'informations de projection inconnues et le travail avec des cartes historiques.

Hans a produit une courte vidéo pas à pas détaillant la première partie de son processus de géoréférencement. L'équipe Avenza a produit des notes vidéo (ci-dessous) pour vous aider à suivre.

Techniques de géoréférencement Première partie : les bases
par Hans van der Maarel (notes vidéo de l'équipe Avenza)

Le géoréférencement est le processus consistant à prendre des images ou des données cartographiques dépourvues d'informations de localisation géographique et à les associer à des coordonnées spécifiques sur Terre. Le géoréférencement est une étape très courante, mais parfois difficile, qui est nécessaire pour produire des produits cartographiques précis et significatifs. En géoréférenciant les données cartographiques, les cartographes peuvent s'assurer que les entités sur leurs cartes sont localisées correctement et d'une manière qui représente avec précision le monde réel. Le géoréférencement facilite également l'ajout et la mise à jour de cartes avec de nouvelles couches de données, car les informations de localisation stockées dans les nouvelles couches cartographiques seront superposées avec précision à la bonne position sur les anciens projets cartographiques. Le processus de géoréférencement des cartes peut être compliqué, mais Hans a décrit quelques étapes faciles à suivre pour effectuer et valider rapidement des tâches de géoréférencement simples avec des données cartographiques vectorielles.

En général, un géoréférencement efficace doit inclure au moins trois points de contrôle connus. Dans cet exemple, Hans a inclus un quatrième point de contrôle supplémentaire pour fournir une précision supplémentaire.

Lors de la localisation des points de contrôle, il est judicieux de choisir des points qui se rapprochent approximativement des quatre coins (quadrants) de votre zone de carte. Cela permet de garantir que le résultat du géoréférencement est précis pour toute la couverture de la zone de la carte et minimise les effets de distorsion/cisaillement lorsque les couches de la carte correspondent au système de coordonnées final. Les cartographes doivent prendre le temps de s'assurer que les points de contrôle choisis sont aussi précis que possible, car les erreurs de placement des points de contrôle se propageront à tous les emplacements de la carte. Un mauvais placement des points de contrôle peut entraîner une mauvaise précision globale du géoréférencement.

À l'aide de l'outil de localisation de la page CARTE, placez quatre points de contrôle à des emplacements connus et facilement identifiables. Hans recommande de placer des points de contrôle sur des éléments cartographiques reconnaissables et facilement visibles sur l'imagerie de référence. Pour cet exemple, Hans a choisi d'utiliser les coins et les bords des principales structures (c'est-à-dire des bâtiments/réservoirs plus grands) ou les centres des principales intersections routières bien connues. Lors de l'utilisation d'entités routières comme points de contrôle de référence, Hans recommande d'utiliser le centre de l'entité plutôt que le bord. Cela peut compenser la variation du placement des bords de route qui peut se produire lorsque la couche de lignes vectorielles ne correspond pas complètement à la vraie largeur de route/voie dans l'imagerie.

Ensuite, ouvrez l'outil de géoréférencement et sélectionnez l'option « Ajouter des emplacements mondiaux ». À partir de là, utilisez la carte Web intégrée pour calculer les coordonnées de latitude/longitude pour chacun de vos points de contrôle connus. L'utilisation de la vue d'imagerie satellite peut faciliter ce processus, en particulier lorsqu'il s'agit de caractéristiques physiques sur la carte (c'est-à-dire les coins des bâtiments). Répétez cette opération pour chacun des quatre points de contrôle.

Le tableau résultant affichera une liste de coordonnées définies pour chacun de ces points de contrôle. À partir de là, si vous connaissez déjà la projection dans laquelle se trouvent déjà les données cartographiques, vous pouvez définir ce système de coordonnées à ce stade. Si vous n'êtes pas sûr, l'outil de géoréférencement fournira automatiquement une liste suggérée de systèmes de coordonnées qui correspondent aux points de contrôle que vous avez définis. Ces "meilleures" correspondances sont fournies en fonction de la mesure de l'erreur entre les coordonnées définies par l'utilisateur et les emplacements réels sur la carte Web. Idéalement, vous voulez la valeur d'erreur combinée la plus faible. En général, les systèmes de coordonnées suggérés en haut de la liste sont souvent le meilleur choix.

Une fois que vous avez sélectionné le système de coordonnées souhaité, l'outil créera automatiquement une nouvelle vue MAP où vous pourrez héberger vos données cartographiques nouvellement géoréférencées. Vous remarquerez que les emplacements de page MAP que vous avez créés précédemment seront affichés à côté des nouveaux points de contrôle de géoréférencement. C'est un excellent moyen d'aider à valider votre géoréférencement car vous pourrez observer la précision (ou l'inexactitude) de vos points de contrôle placés.

Enfin, c'est une bonne idée d'utiliser l'outil Find Places pour valider vos résultats de géoréférencement. Essayez de rechercher des points de repère identifiables ou des caractéristiques principales sur votre carte (par exemple, les gares). Recherchez simplement un emplacement à l'aide de l'outil Rechercher des lieux et comparez-le aux emplacements géoréférencés sur votre carte.

Ceci conclut la première partie de “Techniques de géoréférencement avec Hans van der Maarel“. Maintenant que vous avez couvert les bases du géoréférencement dans MAPublisher, connectez-vous pour la deuxième partie de la prochaine édition de Mapping Class. Vous y verrez comment Hans aborde des projets de géoréférencement plus complexes, y compris ce qu'il faut faire lorsque vous avez des cartes à petite échelle provenant d'images numérisées ou imprimées, ou lorsque les informations de projection ou de référencement ne sont pas disponibles. Hans utilisera une belle carte historique du nord-ouest de l'Afrique pour démontrer ce problème. Recherchez-le dans le blog Avenza Resources le mois prochain.


Voir la vidéo: Réaliser une carte en choisissant les bons figurés (Octobre 2021).