Suite

Déclaration conditionnelle multiple PostGIS sur la jointure spatiale


Je souhaite faire une requête spatiale conditionnée multiple dans PostGIS 2.0/PostgreSQL 9.3., OS Windows 7. Il y a 2 tables, cadastre (Polygone) et routes (Linestring).

Requête : Sélectionnez la somme (un nombre) de la longueur de toutes les routes qui dépassent 500 m et qui coupent des parcelles cadastrales d'une superficie supérieure à 2000 m2.

Ce code produit des sommes en double pour toutes les routes > 500 parcelles sécantes > 2000, ce qui est évident si les sommes sont regroupées par identifiant de parcelle.

SELECT sum(ST_Length(r.geom)) AS total_length FROM routes AS r JOIN cadastre AS c ON ST_Intersects(r.geom,c.geom) WHERE ST_Length(r.geom)>500 AND ST_Area(c.geom)>2000 ;

Valeurs en double des longueurs de route :

Alors, comment éviter la multiplication des valeurs, et obtenir le vrai nombre agrégé ?


Essaye ça

SELECT SUM(longueur) Comme longueur FROM (SELECT DISTINCT ON (r.gid) r.gid, ST_Length(r.geom) Comme longueur FROM routes AS r JOIN cadastre AS c ON ST_Intersects(r.geom,c.geom) WHERE ST_Length (r.geom)>500 ET ST_Area(c.geom)>2000 ORDER BY r.gid ) As rc;

Modifier (ajouté à partir des commentaires) :

DISTINCT SURest une construction unique à PostgreSQL. Ce qu'il fait, c'est tout ce qui est dans leSUR(… )il considère un identifiant unique et il renverra au plus un enregistrement pour cetSUR(… )ensemble de champs. LeCOMMANDÉ PARdoit commencer par les champs de laSUR(… )puis suivi de l'ordre que vous souhaitez utiliser pour rompre les égalités. Dans votre cas puisque tout sera pareil pour un temps donnér.gid, peu importe celui que vous choisissez car ils auront tous la même longueur, donc pas de supplémentCOMMANDÉ PARchamps obligatoires.


Énoncé de concept

Pour intégrer les ressources SIG existantes sur le campus et en réponse à l'évolution des environnements réglementaires dans les établissements à tous les niveaux, nous avons développé une concentration interdisciplinaire de deuxième cycle (Master et Ph.D.) en systèmes d'information géographique (ICGIS) à l'Université de Floride. L'objectif de cette concentration est d'établir un ensemble standard de cours et d'activités qui permettront aux étudiants diplômés de devenir des experts dans la création, l'étude et l'utilisation de l'information géographique. Ces diplômés seront en position de force pour répondre aux futures exigences réglementaires en matière de certification en tant que professionnels. Pour atteindre cet objectif, la communauté SIG de l'Université a établi un programme d'études en cinq catégories qui ajouterait plusieurs cours au master ou au doctorat standard. exigences et entraînerait la reconnaissance officielle de l'achèvement de la concentration par des déclarations sur les relevés de notes des étudiants participants et signifiée par un certificat délivré par le conseil d'administration de la concentration.


Faire une déclaration sur les questions liées à l'installation dans la description de la portée du site

Tout d'abord : j'adore GIS SE ! Vous m'avez aidé d'innombrables fois dans le passé. Merci!

Cependant, cela a aussi été une source de frustration pour moi. Comme vous pouvez le voir sur Les questions d'installation de logiciels sont-elles sur le sujet ?, J'ai fait fermer et rouvrir une question liée à l'installation dans le passé. Aujourd'hui, j'ai soumis deux autres questions pour lesquelles un vote serré est en cours (Installation de PostGIS sur d'anciennes versions homebrew de PostgreSQL (par exemple [email protected]) ? et Mise à niveau de PostgreSQL avec une installation de PostGIS cassée (erreur "$libdir/postgis-2.3") ?) .

Je vais bien si mes questions sont fermées ou déplacées vers un autre site, mais la pratique actuelle n'est pas bonne à mon humble avis. Les installations liées sont très abondantes et appartiennent aux plus votées, mais en même temps sont parfois fermées tout de suite.

De mon point de vue, aucune de ces questions n'aurait produit de réponse significative sur un autre site Stack Exchange. De plus, je pense que les questions logicielles sont à la base de toute l'idée de Stack Exchange et qu'elles ne devraient être exclues dans aucun des sites spécifiques à un sujet.

J'ai l'impression qu'il y a deux mouvements forts dans cette communauté, certains en faveur et d'autres contre les questions liées à l'installation de logiciels. Ce serait formidable si nous pouvions nous mettre d'accord sur un message commun dans la section portée du site et donner aux modérateurs et aux personnes à la recherche d'aide des directives claires.


Tu pourrais aussi aimer

Cartographie des emprises, sujet de la conférence virtuelle du 13 juillet

1Mises à jour spatiales 1Integrate et 1Data Gateway pour les workflows géospatiaux

RAND : l'investissement fédéral dans un réseau de synchronisation pour la sauvegarde GPS en vaut probablement la peine

La nouvelle version d'OxTS Georeferencer offre plus d'intégration lidar

À propos de l'auteur : Tracy Cozzens

Abonnez-vous à GPS World

Si vous avez aimé cet article, abonnez-vous à GPS World pour recevoir plus d'articles similaires.


Soutien à la recherche spatiale

U-Spatial est un modèle reconnu à l'échelle nationale qui répond et stimule un besoin croissant d'expertise dans les systèmes d'information géographique (SIG), la télédétection et l'informatique spatiale à travers l'Université.

Le Help Desk est disponible pour répondre à la plupart des questions liées aux SIG, à la télédétection et aux données spatiales. Si nous ne pouvons pas répondre à votre question, nous connaissons quelqu'un sur le campus qui peut et vous mettra en contact !

U-Spatial propose des ateliers dirigés par un instructeur axés sur différents outils/technologies géospatiaux et d'autres ressources.

Découvrez les nouveautés de U-Spatial et de l'Université.

Badge de compétences géospatiales - Conte

U-Spatial propose un badge de compétences géospatiales en « narration » pour les étudiants, les professeurs et le personnel.

Forum spatial 2020 annoncé

Célébrez la Journée du SIG avec nous au Forum spatial 2020 le 18 novembre. Le Forum spatial de l'UMN est un événement annuel mettant en lumière la recherche spatiale, l'enseignement et la sensibilisation. Cet événement est gratuit et ouvert au public et comprend la conférence Borchert et une table ronde.


Référence de l'API SIG QuerySet¶

Les recherches spatiales de cette section sont disponibles pour GeometryField et RasterField .

Pour une introduction, voir l'introduction des recherches spatiales . Pour un aperçu des recherches compatibles avec un backend spatial particulier, reportez-vous au tableau de compatibilité des recherches spatiales .

Recherches avec des rasters¶

Tous les exemples de la référence ci-dessous sont donnés pour les champs géométriques et les entrées, mais les recherches peuvent être utilisées de la même manière avec des rasters des deux côtés. Chaque fois qu'une recherche ne prend pas en charge l'entrée raster, l'entrée est automatiquement convertie en une géométrie si nécessaire à l'aide de la fonction ST_Polygon. Voir aussi l'introduction aux recherches raster.

Les opérateurs de base de données utilisés par les recherches peuvent être divisés en trois catégories :

  • Prise en charge native des rasters N : l'opérateur accepte les rasters nativement des deux côtés de la recherche, et l'entrée raster peut être mélangée avec les entrées géométriques.
  • Prise en charge bilatérale des rasters B : l'opérateur prend en charge les rasters uniquement si les deux côtés de la recherche reçoivent des entrées raster. Les données raster sont automatiquement converties en géométries pour les recherches mixtes.
  • Prise en charge de la conversion de géométrie C . La recherche n'a pas de support raster natif, toutes les données raster sont automatiquement converties en géométries.

Les exemples ci-dessous montrent l'équivalent SQL des recherches dans les différents types de prise en charge de raster. Le même schéma s'applique à toutes les recherches spatiales.

Cas Chercher Équivalent SQL
N, B rast__contains=rst ST_Contient(rast, rst)
N, B rast__1__contains=(premier, 2) ST_Contient(rast, 1, rst, 2)
AVANT JC rast__contains=geom ST_Contains(ST_Polygon(rast), geom)
AVANT JC rast__1__contains=geom ST_Contains(ST_Polygon(rast, 1), geom)
AVANT JC poly__contains=premier ST_Contains(poly, ST_Polygon(premier))
AVANT JC poly__contains=(premier, 1) ST_Contient(poly, ST_Polygon(premier, 1))
C rast__crosses=rst ST_Crosses(ST_Polygon(rast), ST_Polygon(rst))
C rast__1__crosses=(premier, 2) ST_Crosses(ST_Polygon(rast, 1), ST_Polygon(rst, 2))
C rast__crosses=geom ST_Cross(ST_Polygon(rast), geom)
C poly__croix=premier ST_Cross(poly, ST_Polygon(premier))

Les recherches spatiales avec des rasters ne sont prises en charge que pour les backends PostGIS (appelés PGRaster dans cette section).

Bbcontient ¶

Disponibilité: PostGIS, MariaDB, MySQL, SpatiaLite, PGRaster (natif)

Teste si le cadre englobant de la géométrie ou du champ raster contient complètement le cadre englobant de la géométrie de recherche.

Bbchevauchements ¶

Disponibilité: PostGIS, MariaDB, MySQL, SpatiaLite, PGRaster (natif)

Teste si le cadre englobant du champ géométrique chevauche le cadre englobant de la géométrie de recherche.

Back-end Équivalent SQL
PostSIG poly && geom
MariaDB MBROverlaps (poly, geom)
MySQL MBROverlaps (poly, geom)
SpatiaLite MbrOverlaps(poly, geom)

Contenu ¶

Disponibilité: PostGIS, MariaDB, MySQL, SpatiaLite, PGRaster (natif)

Teste si la zone de délimitation du champ géométrique est entièrement contenue par la zone de délimitation de la géométrie de recherche.

Back-end Équivalent SQL
PostSIG poly @ geom
MariaDB MBWithin(poly, geom)
MySQL MBWithin(poly, geom)
SpatiaLite MbrWithin(poly, geom)

Contient ¶

Disponibilité: PostGIS, Oracle, MariaDB, MySQL, SpatiaLite, PGRaster (Bilatéral)

Teste si le champ géométrique contient spatialement la géométrie de recherche.

Back-end Équivalent SQL
PostSIG ST_Contient(poly, geom)
Oracle SDO_CONTAINS(poly, geom)
MariaDB ST_Contient(poly, geom)
MySQL ST_Contient(poly, geom)
SpatiaLite Contient (poly, geom)

Contient_proprement ¶

Disponibilité: PostGIS, PGRaster (Bilatéral)

Renvoie true si la géométrie de recherche croise l'intérieur du champ géométrique, mais pas la limite (ou l'extérieur).

Couvert par ¶

Disponibilité: PostGIS, Oracle, PGRaster (Bilatéral), SpatiaLite

Teste si aucun point du champ géométrique n'est en dehors de la géométrie de recherche. [3]

Back-end Équivalent SQL
PostSIG ST_CoveredBy(poly, geom)
Oracle SDO_COVEREDBY(poly, geom)
SpatiaLite Couvert par (poly, geom)

Couvre

Disponibilité: PostGIS, Oracle, PGRaster (Bilatéral), SpatiaLite

Teste si aucun point de la géométrie de recherche n'est en dehors du champ géométrique. [3]

Back-end Équivalent SQL
PostSIG ST_Covers(poly, geom)
Oracle SDO_COVERS(poly, geom)
SpatiaLite Couvertures (poly, geom)

Des croix ¶

Disponibilité: PostGIS, MariaDB, MySQL, SpatiaLite, PGRaster (Conversion)

Teste si le champ géométrique traverse spatialement la géométrie de recherche.

Back-end Équivalent SQL
PostSIG ST_Cross(poly, geom)
MariaDB ST_Cross(poly, geom)
MySQL ST_Cross(poly, geom)
SpatiaLite Croix (poly, geom)

Disjoint ¶

Disponibilité: PostGIS, Oracle, MariaDB, MySQL, SpatiaLite, PGRaster (Bilatéral)

Teste si le champ géométrique est spatialement disjoint de la géométrie de recherche.

Back-end Équivalent SQL
PostSIG ST_Disjoint(poly, geom)
Oracle SDO_GEOM.RELATE(poly, 'DISJOINT', geom, 0.05)
MariaDB ST_Disjoint(poly, geom)
MySQL ST_Disjoint(poly, geom)
SpatiaLite Disjoint(poly, geom)

Équivaut à ¶

Disponibilité: PostGIS, Oracle, MariaDB, MySQL, SpatiaLite, PGRaster (Conversion)

Teste si le champ géométrique est spatialement égal à la géométrie de recherche.

Back-end Équivalent SQL
PostSIG ST_Equals(poly, geom)
Oracle SDO_EQUAL(poly, geom)
MariaDB ST_Equals(poly, geom)
MySQL ST_Equals(poly, geom)
SpatiaLite Égal (poly, geom)

Exact , identique à ¶

Disponibilité: PostGIS, Oracle, MariaDB, MySQL, SpatiaLite, PGRaster (Bilatéral)

Teste si le champ géométrique est « égal » à la géométrie de recherche. Sur Oracle, MySQL et SpatiaLite, il teste l'égalité spatiale, tandis que sur PostGIS, il teste l'égalité des cadres de délimitation.

Se croise ¶

Disponibilité: PostGIS, Oracle, MariaDB, MySQL, SpatiaLite, PGRaster (Bilatéral)

Teste si le champ géométrique croise spatialement la géométrie de recherche.

Back-end Équivalent SQL
PostSIG ST_Intersects(poly, geom)
Oracle SDO_OVERLAPBDYINTERSECT(poly, geom)
MariaDB ST_Intersects(poly, geom)
MySQL ST_Intersects(poly, geom)
SpatiaLite Intersections (poly, geom)

Est valable ¶

Disponibilité: MySQL (≥ 5.7.5), PostGIS, Oracle, SpatiaLite

Teste si la géométrie est valide.

Back-end Équivalent SQL
MySQL, PostGIS, SpatiaLite ST_EstValide(poly)
Oracle SDO_GEOM.VALIDATE_GEOMETRY_WITH_CONTEXT (poly, 0,05) = 'TRUE'

Chevauchements

Disponibilité: PostGIS, Oracle, MariaDB, MySQL, SpatiaLite, PGRaster (Bilatéral)

Teste si le champ géométrique chevauche spatialement la géométrie de recherche.

Back-end Équivalent SQL
PostSIG ST_Overlaps(poly, geom)
Oracle SDO_OVERLAPS(poly, geom)
MariaDB ST_Overlaps(poly, geom)
MySQL ST_Overlaps(poly, geom)
SpatiaLite Chevauchements (poly, geom)

Relater ¶

Disponibilité: PostGIS, MariaDB, Oracle, SpatiaLite, PGRaster (Conversion)

Teste si le champ géométrique est spatialement lié à la géométrie de recherche par les valeurs données dans le modèle donné. Cette recherche nécessite un paramètre de tuple (geom, pattern) la forme du pattern dépendra du backend spatial :

MariaDB, PostGIS et SpatiaLite¶

Sur ces backends spatiaux, le modèle d'intersection est une chaîne comprenant neuf caractères, qui définissent les intersections entre l'intérieur, la limite et l'extérieur du champ géométrique et la géométrie de recherche. La matrice du motif d'intersection ne peut utiliser que les caractères suivants : 1 , 2 , T , F , ou * . Ce type de recherche permet aux utilisateurs d'« affiner » une relation géométrique spécifique compatible avec le modèle DE-9IM. [1]


12. Références horizontales

Les données géographiques représentent les emplacements et les attributs des choses à la surface de la Terre. Les emplacements sont mesurés et codés en termes de coordonnées géographiques (par exemple, latitude et longitude) ou de coordonnées planes (par exemple, UTM). Pour mesurer et spécifier les coordonnées avec précision, il faut d'abord définir la géométrie de la surface elle-même. Pour voir ce que je veux dire, imaginez un ballon de football. Si vous ou vos enfants jouez au football, vous pouvez probablement imaginer une mosaïque ronde de 20 panneaux hexagonaux (six côtés) et 12 panneaux pentagonaux (cinq côtés) (les ballons de football existent dans de nombreux modèles différents, mais le ballon à 32 panneaux est utilisé dans la plupart des matchs professionnels. Visitez Soccer Ball World pour en savoir plus sur les ballons de football). Concentrez-vous maintenant sur un point à l'intersection de trois panneaux. Vous pouvez utiliser des coordonnées sphériques (par exemple, géographiques) pour spécifier la position de ce point. Mais si vous dégonflez la balle, la position du point dans l'espace change, de même que ses coordonnées. L'absolu (mais pas le parent) la position d'un point sur une surface dépend donc de la forme de la surface.

Chaque position est déterminée par rapport à au moins une autre position. Les coordonnées, par exemple, sont définies par rapport à l'origine de la grille du système de coordonnées. Un arpenteur-géomètre mesure les « coins » d'une limite de propriété par rapport à un point de contrôle précédemment arpenté. Les géomètres et les ingénieurs mesurent les élévations sur les chantiers de construction et ailleurs. Les élévations sont exprimées par rapport à un référence verticale, une surface de référence telle que le niveau moyen de la mer. Comme vous le savez probablement, il existe aussi une référence horizontale, bien que cela soit plus difficile à expliquer et à visualiser que le cas vertical. Les références horizontales définissent la relation géométrique entre une grille de système de coordonnées et la surface de la Terre. Parce que la forme de la Terre est complexe, la relation l'est aussi. Le but de cette section est d'expliquer la relation.


Carrières

Les récents diplômés de nos MRes connexes en science des données spatiales et visualisation ont continué à travailler en tant que développeurs, dans l'analyse spatiale, et un certain nombre ont continué à obtenir un doctorat. Grâce à nos partenaires de doctorat, à des partenariats de transfert de connaissances et à une sensibilisation substantielle, les diplômés pourront profiter des liens de la CASA avec le monde en dehors du monde universitaire.

Employabilité

Le MSc Spatial Data Science and Visualization offre un ensemble de compétences uniques en matière de cartographie de calcul, de visualisation et de recherche spatiale. Les compétences axées sur la recherche sont de plus en plus un élément clé dans notre compréhension des fonctions spatiales complexes, d'autant plus que de grandes quantités de données auparavant inutilisées deviennent disponibles soit à cause des changements dans la réglementation de l'accessibilité, soit plus largement à la suite de nouvelles méthodologies de collecte de données de masse.


Pourquoi la science des données géographiques ?

L'Université de Liverpool est un centre de premier plan dans le domaine de croissance de la science des données géographiques.

Ce diplôme bénéficie du personnel académique du Laboratoire de science des données géographiques et du Centre de recherche démographique spatiale.

Les étudiants peuvent également accéder au Consumer Data Research Center de l'Université de Liverpool, créé dans le cadre d'un investissement de 6 millions de livres sterling dans le Big Data par le Economic and Social Research Council. Nous avons développé des installations de données sécurisées de classe mondiale qui donnent accès à une gamme de mégadonnées de consommation et de vente au détail.

Contact du programme

Cours de pré-master du Collège international de l'Université de Liverpool

Les étudiants internationaux qui ne remplissent pas les conditions pour accéder directement à ce diplôme peuvent se préparer à l'Université de Liverpool International College, où la réussite du cours de pré-master garantit l'accès à ce diplôme.


Déclaration d'information de l'USGS HVO - Séisme de magnitude 4,3 sous le flanc sud du Mauna Loa

L'observatoire du volcan hawaïen (HVO) de l'US Geological Survey a enregistré un séisme de magnitude 4,3 situé sous le flanc sud du Mauna Loa le samedi 3 avril à 11 h 15, HST. Ce séisme a été précédé d'une magnitude de 3,9 à peu près au même endroit à 11 h 02, HST.

L'observatoire du volcan hawaïen (HVO) de l'US Geological Survey a enregistré un séisme de magnitude 4,3 situé sous le flanc sud du Mauna Loa le samedi 3 avril à 11 h 15, HST. Ce séisme a été précédé d'une magnitude de 3,9 à peu près au même endroit à 11 h 02, HST.

L'épicentre du séisme de magnitude 4,3 était situé à 5 km (3 miles) au nord-ouest de Pāhala, près de Wood Valley, avec une profondeur d'environ 8 km (5 miles) sous le niveau de la mer. L'emplacement peut être trouvé sur le site Web du HVO à l'adresse https://www.usgs.gov/observatories/hawaiian-volcano-observatory/earthquakes. Plus de détails sont disponibles sur le site Web du National Earthquake Information Center à l'adresse https://earthquake.usgs.gov/earthquakes/eventpage/hv72411307.

Des secousses faibles à légères, avec une intensité maximale de IV sur l'échelle d'intensité modifiée de Mercalli, ont été signalées sur l'île d'Hawaï. À cette intensité, on ne s'attend pas à des dommages importants aux structures. L'USGS « L'avez-vous ressenti ? » service (http://earthquake.usgs.gov/dyfi/) a reçu plus de 130 rapports ressentis dans la première heure du tremblement de terre, dont un rapport de Kaua'i.

Selon le scientifique en charge du HVO Ken Hon, le tremblement de terre n'a eu aucun effet apparent sur les volcans Mauna Loa ou Kīlauea. « Pour le moment, nous n'avons observé aucun changement d'activité à Mauna Loa ou au Kīlauea à la suite de ce tremblement de terre. Veuillez noter que des répliques sont possibles et peuvent être ressenties. Le HVO continue de surveiller le Kīlauea et d'autres volcans hawaïens pour tout changement. »

Les séismes de magnitude 4,3 et de magnitude 3,9 semblent tous deux glisser le long de failles verticales causées par le mouvement sud-est du flanc sud du Mauna Loa. Les tremblements de terre d'aujourd'hui sont nettement moins profonds et à l'ouest de l'emplacement de l'essaim sismique en cours sous la région de Pāhala qui a commencé en août 2019.

Cela ne représente pas un écart significatif par rapport à l'activité sismique observée au cours de la dernière année et le niveau d'alerte volcanique pour le Mauna Loa reste à CONSULTATIF. D'autres flux de données de surveillance du Mauna Loa ne montrent aucun changement significatif dans les taux de déformation ou les modèles qui indiqueraient un risque volcanique accru à l'heure actuelle.

Le HVO continue de surveiller les volcans hawaïens pour tout changement. Les niveaux d'alerte/codes de couleur restent à WATCH/ORANGE pour Kilauea et à ADVISORY/YELLOW pour Mauna Loa pour le moment.

Pour plus d'informations sur les récents tremblements de terre à Hawaï et les mises à jour sur les éruptions, visitez le site Web de l'USGS Hawaiian Volcano Observatory à l'adresse https://www.usgs.gov/observatories/hawaiian-volcano-observatory.

PLUS D'INFORMATION:
Résumé des activités du Mauna Loa également disponible par téléphone : (808) 967-8866