Suite

Créer des entités à partir d'erreurs de topologie ArcGIS


J'ai importé des fichiers de formes d'utilisateurs de terrain dans une géodatabase ESRI afin de pouvoir créer des ensembles de règles de topologie qui identifient les erreurs selon les besoins. Malheureusement, les utilisateurs sur le terrain n'ont pas de licence permettant de lire les règles de topologie gdb (ou évidemment de les corriger).

J'aimerais pouvoir générer un nouvel ensemble de fichiers de formes qui capturent toutes les erreurs et exceptions afin que les utilisateurs puissent corriger eux-mêmes les plus évidentes (ce qui m'épargne beaucoup de travail !). Cela peut également être un moyen rapide d'organiser les erreurs en fonction de la taille (surface ou longueur) afin de traiter en premier les problèmes les plus importants.

Quelqu'un a-t-il des suggestions sur la manière de générer des entités à partir d'erreurs et d'exceptions de topologie ArcGIS ?

J'ai une licence ArcInfo disponible, donc n'importe quel outil du package est à ma disposition. Bien que je ne sois pas un programmeur ArcObjects, je connais très bien les scripts Python ou ModelBuilder pour développer un tel outil/processus.

METTRE À JOUR: Je viens de trouver cet exemple ArcGIS Idea et développeur, mais j'espérais quelque chose que je pourrais mettre dans une boîte à outils, pas un module VB personnalisé.


ArcGIS 10.1 for Desktop dispose d'un nouvel outil de géotraitement appelé Exporter les erreurs de topologie (l'outil est mentionné dans ce lien ArcGIS Ideas).

Exporte les erreurs d'une topologie de géodatabase vers la géodatabase cible. Toutes les informations associées aux erreurs et aux exceptions, telles que les fonctionnalités référencées par l'erreur ou l'exception, sont exportées. Une fois exportées, les classes d'entités sont accessibles à l'aide de n'importe quel niveau de licence d'ArcGIS. Les classes d'entités peuvent être utilisées avec la boîte de dialogue Sélectionner par emplacement ou l'outil Sélectionner une couche par emplacement et peuvent être partagées avec d'autres utilisateurs qui n'ont pas accès à la topologie elle-même.


Pour ArcGIS 9x

Exporter les exceptions de topologie

Ce code exportera les exceptions d'erreur de topologie vers une classe d'entités. Ceci est utile lorsque l'on a besoin d'archiver des exceptions. Lorsque les exceptions sont exportées vers la classe d'entités, elles peuvent être traitées comme n'importe quelle autre entité (mise à jour d'attributs/notes, identification). Ensuite, exportez vers Shapefile pour vos autres utilisateurs.

Astuce : créez un bouton et appelez InitiateExport à partir de l'événement Click

http://arcscripts.esri.com/details.asp?dbid=12758


J'espère que vous obtiendrez la solution en téléchargeant un fichier version1.zip à partir du lien ci-dessous… http://forums.arcgis.com/threads/6188-Export-topology-errors-tool


Évaluer l'impact de la sélection de programmes sur la précision des modèles géologiques 3D

Au fur et à mesure que le domaine de la modélisation géologique du sous-sol en trois dimensions (3D) se développe à un rythme de plus en plus rapide, le nombre de logiciels disponibles répondant à ces applications, dont la plupart offrent des ensembles d'algorithmes très similaires pour l'interpolation des données. Quelques études ont analysé l'effet de la sélection d'algorithmes sur la précision et l'incertitude des modèles géologiques souterrains, mais peu de considération a été accordée à l'incertitude et à la variabilité introduites dans le modèle par la sélection de logiciels. Dans cette étude, des algorithmes de pondération de distance inverse (IDW) et de krigeage ordinaire (OK) sont utilisés pour interpoler des ensembles de données identiques par trois logiciels différents (ArcGIS, ROCKWORKS 2006 et VIEWLOG). Les résultats indiquent que la sortie des algorithmes d'interpolation IDW et OK est incohérente entre les programmes et que cette variabilité doit être prise en compte lors de l'évaluation de l'incertitude associée aux résultats du modèle de subsurface. La sélection du programme semble avoir une influence significative sur les résultats de sortie du modèle lors de la modélisation d'environnements géologiques souterrains complexes, en particulier lors de l'interpolation de données groupées, qui sont le plus souvent utilisées dans les applications géologiques et environnementales.