Suite

Comment mettre à jour un champ dans une table de géodatabase via une jointure à une autre table de géodatabase ?


J'ai 2 tables dans une géodatabase fichier et je dois mettre à jour un champ (via ArcObjects) dans la première table avec un champ dans la première. Fondamentalement, l'équivalent de l'instruction de mise à jour de SQL Server :

UPDATE t1 SET t1.DacCode = t2.NewDacCode FROM Table1 as t1 INNER JOIN Table2 t2 ON t1.PID = t2.PID ;

Je serais également curieux de réaliser ce type de mise à jour (si différent d'un ensemble direct d'une autre valeur de champ):

UPDATE t1 SET t1.DacCodeDesc = Concat(t2.NewDacCode,'_1201') FROM Table1 as t1 INNER JOIN Table2 t2 ON t1.PID = t2.PID ;

J'ai actuellement un IQueryDef qui renvoie un curseur de ce que je veux mettre à jour mais c'est en lecture seule. J'espère donc qu'il existe un moyen de le faire plus rapide queIRow.Store.


Les jeux de données sont le principal mécanisme permettant d'accéder aux informations géographiques dans ArcGIS. La géodatabase contient les types de jeux de données principaux suivants :

La création d'une collection de ces types de jeux de données est la première étape de la conception et de la création d'une géodatabase. Une fois que vous les avez créées, vous pouvez ajouter ou étendre vos géodatabases avec des fonctionnalités plus avancées (par exemple en ajoutant des topologies, des réseaux ou des sous-types) pour modéliser le comportement du SIG, maintenir l'intégrité des données et travailler avec un ensemble important de relations spatiales.


Présentation de la boîte à outils Data Management

La boîte à outils de gestion des données fournit une collection riche et variée d'outils utilisés pour développer, gérer et maintenir des classes d'entités, des jeux de données, des couches et des structures de données raster.

Le jeu d'outils Objets 3D contient des outils permettant d'améliorer une classe d'entités multipatch avec les capacités de la couche d'entités objet 3D. La couche d'objets 3D améliore les fonctionnalités multipatch en optimisant le stockage des informations de texture et en ajoutant la prise en charge d'effets de visualisation, de textures et de matériaux supplémentaires associés à plusieurs formats de modélisation 3D.

Le jeu d'outils Archivage contient des outils de gestion de l'archivage des géodatabases. L'archivage dans ArcGIS permet d'enregistrer et d'accéder aux modifications apportées aux données d'une géodatabase. L'archivage de géodatabase est le mécanisme de capture, de gestion et d'analyse des modifications de données.

Le jeu d'outils Pièces jointes contient des outils de gestion des pièces jointes de géodatabase. La fonctionnalité de pièces jointes offre un moyen puissant d'associer des données non géographiques à vos informations géographiques. Avec ces outils de géotraitement, vous pouvez plus facilement incorporer des pièces jointes dans vos workflows et automatiser le processus d'ajout et de suppression de pièces jointes.

Le jeu d'outils Règles d'attribut contient des outils de gestion des règles d'attribut de géodatabase. La fonctionnalité de règle d'attribut permet d'ajouter des règles et un comportement personnalisés à vos données de géodatabase. Avec ces outils de géotraitement, vous pouvez facilement incorporer des règles attributaires dans vos workflows et automatiser le processus d'ajout et de suppression de règles.

Le jeu d'outils Valeurs contingentes contient des outils de gestion des valeurs contingentes et des groupes de champs de la géodatabase. La fonctionnalité de valeurs contingentes permet d'ajouter un comportement personnalisé à vos données de géodatabase. Vous pouvez incorporer des valeurs contingentes dans vos workflows et automatiser le processus d'ajout et de suppression de valeurs à l'aide de ces outils.

Le jeu d'outils de comparaison de données contient des outils pour comparer un jeu de données avec un autre jeu de données afin de signaler les similitudes et les différences. Vous pouvez utiliser ces outils pour identifier les modifications apportées à un jeu de données.

Le jeu d'outils Géodatabase distribuée contient des outils qui vous permettent de créer et de synchroniser les modifications entre les géodatabases réplicas.

Les domaines offrent un moyen de définir une plage de valeurs pouvant être utilisées pour plusieurs champs d'attribut. L'utilisation de domaines permet de garantir l'intégrité des données en limitant le choix des valeurs pour un champ particulier. La validation des domaines de valeurs codées est effectuée en restreignant les valeurs de champ trouvées dans les listes déroulantes. Les domaines de plage sont automatiquement validés lors de l'édition.

Le jeu d'outils de regroupement de fonctionnalités contient des outils de gestion de regroupement de fonctionnalités. Le regroupement de fonctionnalités est une capacité de visualisation avancée qui permet aux utilisateurs d'explorer et de visualiser de grands ensembles de données. Il aide également les utilisateurs à observer des modèles aux niveaux macro et micro avec des options de cartographie simples prêtes à l'emploi.

Le jeu d'outils Classe d'entités fournit un ensemble d'outils qui effectuent la gestion de base des classes d'entités.

Le jeu d'outils Entités contient des outils pour créer et gérer des données SIG basées sur des entités, transformer des entités d'un type de géométrie à un autre, rechercher et corriger des problèmes avec la géométrie d'entités et enregistrer des mesures et des coordonnées de géométrie d'entités en tant qu'attributs.

Le jeu d'outils Champs contient un ensemble d'outils pour créer et modifier des champs. Un champ est une colonne dans une table, chaque champ contient les valeurs d'un seul attribut. N'importe quel nombre de champs peut être inclus dans une table. Des paramètres peuvent être spécifiés pour les champs, tels que le type de champ et la taille maximale des données qui peuvent y être stockées.

Pour réduire les besoins de stockage, vous pouvez compresser les classes d'entités et les tables de géodatabase de fichiers vectoriels dans un format en lecture seule. Les fichiers peuvent être réduits jusqu'à 1/4 de leur taille d'origine. Une fois compressé, un jeu de données a la même apparence dans ArcCatalog et ArcMap que lorsqu'il a été décompressé. De plus, à part l'édition, vous travaillez avec elle de la même manière. Les données compressées sont un format d'accès direct, vous n'avez donc pas à les décompresser à chaque fois que vous y accédez : ArcGIS et ArcReader les lisent directement.

Le jeu d'outils Général contient des outils permettant d'effectuer des opérations générales de gestion des données. Le jeu d'outils contient des outils permettant de combiner des classes d'entités ou des tables pour renommer, copier ou supprimer des jeux de données, rechercher ou supprimer des enregistrements en double ou identiques et trier des enregistrements.

Les outils du jeu d'outils Généralisation peuvent être utilisés pour agréger ou éliminer des fonctionnalités.

Le jeu d'outils Administration de géodatabase contient des outils pour diverses tâches de gestion de géodatabase. Des outils spécifiques de gestion des données de géodatabase ainsi que la mise à niveau, la gestion et la maintenance de la géodatabase sont couverts par les outils de cet ensemble d'outils.

Le jeu d'outils Indexes fournit des outils qui créent et suppriment des index.

Les outils du jeu d'outils Jointures et relations créent une jointure ou une relation entre une couche et une vue tabulaire. Les jointures réalisées avec l'outil Ajouter une jointure ou les relations réalisées avec l'outil Ajouter une relation sont temporaires et ne transfèrent pas définitivement les champs entre les tables. Si vous devez conserver la jointure ou la relation entre les sessions, vous pouvez créer une relation à l'aide des outils du jeu d'outils Classes de relations.

Le jeu d'outils Jeu de données LAS fournit des outils pour créer, gérer et optimiser un jeu de données LAS. Le type de données du jeu de données LAS fait référence à des collections de fichiers LAS, ce qui facilite leur traitement, leur visualisation et leur analyse.

Le jeu d'outils Couches et vues tabulaires crée et manipule des couches, des fichiers de couches et des vues tabulaires.

Le jeu d'outils Empaqueter fournit des outils pour consolider, empaqueter et partager des couches ( .lyr et .lyrx ), des cartes ( .mxd et .mapx ), des projets ( .aprx ), des localisateurs d'adresses ( .loc ) et des résultats de géotraitement.

Le jeu d'outils Photos contient des outils d'analyse et de gestion des fichiers de photographies numériques. L'ensemble d'outils comprend des outils permettant de créer une classe d'entités ponctuelles à partir de fichiers photo géolocalisés (photos capturées à partir d'un appareil photo GPS ou d'un smartphone) et de faire correspondre des fichiers photo à des entités ou à des lignes de tableau en fonction de l'horodatage de la photo.

Cet ensemble d'outils contient des outils pour convertir des données géographiques d'une projection cartographique à une autre. Il existe des outils supplémentaires pour transformer les jeux de données raster, tels que le décalage, le redimensionnement et la rotation.

Le jeu d'outils Raster de la boîte à outils Gestion des données fournit des outils qui effectuent la gestion et le traitement des données raster. Ces outils vous permettent de travailler avec les propriétés du jeu de données raster et de créer et traiter des données raster.

Les classes de relations définissent les relations entre les objets de la géodatabase. Ces relations peuvent être de simples relations un-à-un, similaires à ce que vous pourriez créer entre une entité et une ligne dans une table, ou des relations plus complexes un-à-plusieurs (ou plusieurs-à-plusieurs) entre des entités et des lignes de table. . Certaines relations spécifient qu'une entité, une ligne ou une table donnée n'est pas seulement liée à une autre entité, mais que la création, la modification ou la suppression de l'une aura un effet spécifié sur l'autre. Celles-ci sont appelées relations composites et peuvent être utilisées pour garantir que les liens entre les objets de la base de données sont maintenus et à jour. La suppression d'une caractéristique, telle qu'un poteau électrique, peut déclencher la suppression d'autres caractéristiques, comme un transformateur monté sur le poteau ou les enregistrements de maintenance dans une table associée.

Le jeu d'outils d'échantillonnage fournit des outils qui créent des entités utilisées soit comme emplacements d'échantillonnage, soit comme zones d'agrégation. Par exemple, l'outil Créer des points aléatoires crée des points qui peuvent être utilisés comme emplacements d'échantillonnage dans l'étendue d'un jeu de données. L'outil Générer la tessellation crée un maillage de polygones triangulaires, carrés ou hexagonaux dans une étendue qui peut être utilisé pour agréger d'autres données.

L'un des grands avantages de l'utilisation de la géodatabase pour stocker des données géographiques est la possibilité de créer des sous-types pour vos entités et attributs. Les sous-types fournissent une méthode pour diviser vos classes d'entités ou tables en groupes logiques en fonction d'une valeur attributaire. En vous permettant de travailler avec un sous-ensemble d'entités dans une classe d'entités, les sous-types permettent d'attribuer des attributs et un comportement cohérents à ces sous-ensembles.

Une table contient une collection de lignes et de colonnes, où chaque ligne, ou enregistrement, représente une caractéristique géographique, telle qu'une parcelle, un poteau électrique, une autoroute ou un groupe de lacs, et chaque colonne, ou champ, décrit un attribut particulier de la géographique, comme sa superficie, sa hauteur, sa longueur et sa superficie. Les tables sont généralement stockées dans une base de données ou simplement dans des fichiers tels que les tables dBASE. Les tables gèrent les attributs des entités géographiques.

Le jeu d'outils Cache de tuiles contient des outils pour générer, gérer, importer et exporter des caches de tuiles. Ces outils sont capables de générer des caches de tuiles à partir d'un jeu de données raster ou d'une mosaïque sur votre bureau sans avoir besoin d'ArcGIS Server. Ces caches de tuiles peuvent ensuite être partagés en tant que packages de tuiles sur ArcGIS Online et publiés en tant que services de cartes tuilées.

Le jeu d'outils Topologie contient un ensemble d'outils qui peuvent être utilisés pour créer et gérer une topologie de géodatabase.

La gestion des versions permet à plusieurs utilisateurs d'accéder aux données géographiques d'une géodatabase. La gestion des versions permet aux utilisateurs connectés de créer simultanément plusieurs représentations persistantes de la géodatabase sans duplication de données. Les mêmes entités ou lignes peuvent être modifiées simultanément sans appliquer explicitement le verrouillage des données. Cette infrastructure vous permet de créer des versions d'une géodatabase pour les états d'un projet, de réconcilier les différences entre les versions et de mettre à jour la version principale d'une géodatabase avec la conception telle que construite. La gestion des versions est prise en charge uniquement par la géodatabase d'entreprise.

Le jeu d'outils Workspace contient un ensemble d'outils pour créer les structures de stockage de données utilisées par ArcGIS.


2 réponses 2

Essayez de définir out_dataset avant d'entrer dans la boucle (immédiatement après tableList = arcpy.ListTables() et voyez s'il dépasse l'erreur "déjà existe".

à suivre sur @Evan, vous pourriez effacer le tableau s'il préexiste.

De plus, si je sais que je vais recréer une table encore et encore et que je ne veux pas écrire de vérifications comme celle-ci dans mon code, j'utilise :

Si ce type de table n'est pas vraiment reconnu par arcpy, alors vous pouvez faire une chose analogue "if-exists" avec juste le module os de python ou autre chose dans ce sens.


Fonctionnalités ajoutées dans les versions précédentes

  • pris en chargeQueryFormats inclut désormais pbf (protocol buffer), un codage binaire compact pour les données géographiques.
  • Une nouvelle propriété nommée archivingInfo est ajoutée.
  • La propriété supportsCountDistinct est ajoutée à l'intérieur de l'élément advancedQueryCapabilities.
  • Une nouvelle propriété nommée hasMetadata est ajoutée. Cette valeur est true lorsque le service est publié à l'aide d'ArcGIS Pro 2.2 ou version ultérieure, false dans le cas contraire.
  • Si hasMetadata est true, la couche/table prend en charge les ressources iteminfo , thumbnail et metadata.
  • Une nouvelle propriété nommée displayFieldExpressionInfo est ajoutée, elle renvoie la vignette de l'expression et une expression Arcade.
    • Lorsqu'une couche est créée avec displayExpression , ses ressources rapportent toujours displayField , qui est un champ choisi dans l'expression Arcade ou le displayField par défaut au cas où l'expression ne contient aucun champ.
    • returnDomainNames est un paramètre sur la ressource de couche où les informations de domaine incluent uniquement le nom de domaine. Les noms de domaine peuvent être mis en correspondance avec les informations complètes du domaine telles que renvoyées par l'opération queryDomains. Cette approche est un moyen plus efficace de travailler avec les domaines, car elle nécessite de renvoyer les informations complètes du domaine une seule fois au lieu de chaque couche.
    • La couche signale sa sourceSpatialReference , qui peut être différente de son étendue ou de la référence spatiale de son service de carte conteneur.
    • Ajout des nouveaux drapeaux suivants :
      • supportsDatumTransformation indique que la couche prend en charge la transformation de données pendant que les résultats de la requête sont projetés.
      • supportsSqlExpression indique que la couche/table prend en charge les expressions SQL dans les opérations de requête orderBy , groupByFieldsForStatistics et outStatistics .
      • rangeInfos renvoie une liste des plages disponibles, y compris leurs noms, leurs valeurs actuelles et leur étendue complète.
      • parameterInfos renvoie une liste des filtres paramétrés disponibles. Ce sont des filtres pré-créés pour limiter ce que vous souhaitez interroger ou afficher. C'est comme layerDefs sauf que layerDefs vous oblige à passer une clause sql where entière alors que pour les filtres paramétrés, vous devez passer la paire nom-valeur.
      • supportsStatistics prend en charge les couches de requête, par exemple, telles que les couches/tables définies par une requête SQL à partir d'une base de données, une couche archivée de géodatabase, etc.
      • Les couches des géodatabases fichier prennent en charge la pagination (propriété supportsPagination). Les autres espaces de travail pris en charge incluent Altibase, Hana, Oracle 12c (et versions ultérieures), PostgreSQL, SQLite et SQL Server 2012 (et versions ultérieures). Les éléments suivants ne sont pas pris en charge : DB2, Informix, Netezza et Teradata.
      • Toutes les propriétés liées à la requête sont regroupées dans advancedQueryCapabilities .
      • Une nouvelle propriété est signalée pour indiquer si la couche prend en charge la pagination dans un résultat de requête — supportsPagination .
      • supportsTrueCurve est toujours vrai et indique si le service prend en charge l'acceptation et le retour de vraies courbes en tant que segment d'une polyligne ou d'un polygone.
      • supportsAdvancedQueries est divisé en supportsOrderBy et supportsDistinct .
      • Une nouvelle propriété est signalée pour indiquer si la couche nécessite l'utilisation de requêtes standardisées : useStandardizedQueries . Une valeur true indique que la couche nécessite l'utilisation de requêtes standardisées, une valeur false indique le contraire. En savoir plus sur les requêtes standardisées.
      • Les ressources de couche/table ne signalent plus l'expression de définition existante définie dans le document ArcMap source.

      10.1 SP1

      • Si le contrôle d'accès basé sur la propriété est activé sur les entités, la propriété propertyBasedAccessControlForFeatures d'une couche inclura une propriété allowOthersToQuery.

      Comment ouvrir un fichier GDBTABLE

      Vous avez besoin d'un logiciel adapté comme ArcGIS pour ouvrir un fichier GDBTABLE. Sans logiciel approprié, vous recevrez un message Windows "Comment veux-tu ouvrir ce fichier ?" ou alors "Windows ne peut pas ouvrir ce fichier" ou une alerte Mac/iPhone/Android similaire. Si vous ne parvenez pas à ouvrir votre fichier GDBTABLE correctement, essayez de faire un clic droit ou d'appuyer longuement sur le fichier. Cliquez ensuite sur "Ouvrir avec" et choisissez une application. Vous pouvez également afficher un fichier GDBTABLE directement dans le navigateur : .Faites simplement glisser le fichier sur cette fenêtre de navigateur et déposez-le.


      Sources d'informations tabulaires

      Il existe de nombreuses sources de données tabulaires et ArcGIS peut tirer parti de nombreux formats. Les informations tabulaires peuvent être stockées sous forme de tableaux dans des dossiers ou des bases de données, des fichiers texte, des requêtes sur des bases de données, etc. De plus, si vous disposez de données spatiales, vous disposez probablement déjà d'attributs tabulaires décrivant ces entités géographiques.

      Les tables basées sur des fichiers sont stockées dans des dossiers sur le disque. Voici quelques exemples de sources d'informations tabulaires basées sur des fichiers :

        , le format utilisé avec les fichiers de formes , le format utilisé avec les couvertures
    • Fichiers texte, tels que ceux créés dans un éditeur de texte et délimités par des virgules ou des tabulations
    • De nombreux autres types de tableaux, y compris ceux générés dans d'autres programmes, tels que Microsoft Excel, accessibles directement dans ArcGIS ou via la fonctionnalité OLE DB
    • Les tables d'une base de données ou d'une géodatabase peuvent contenir certains types d'informations que les tables basées sur des fichiers ne prennent pas en charge. Par exemple, les tables de base de données ou de géodatabase peuvent stocker des types de champ BLOB ou raster. En outre, les bases de données et les géodatabases offrent des fonctionnalités permettant d'étendre les fonctionnalités des tables, telles que le maintien de l'intégrité des données et la gestion des transactions.

      Vous pouvez effectuer des requêtes sur ces tables de base de données ou de géodatabase pour créer de nouvelles tables. L'outil Créer une table de requête, par exemple, vous permet d'appliquer une expression SQL à une ou plusieurs tables. La requête peut être utilisée pour joindre les tables ou renvoyer un sous-ensemble à partir des données d'origine.

      Pour en savoir plus sur ce que vous pouvez faire avec ces différents types de tableaux, consultez À propos des sources de données tabulaires.


      Présentation des systèmes d'information géographique avec ArcGIS : une approche de classeur pour l'apprentissage des SIG, 3e édition

      Présentation des systèmes d'information géographique avec ArcGISintègre une introduction générale au SIG avec un classeur spécifique au logiciel pour ArcGIS d'Esri. Là où la plupart des cours se contentent de deux textes distincts, l'un couvrant les SIG et l'autre le logiciel, ce livre permet aux étudiants et aux instructeurs d'utiliser un seul texte avec une approche intégrée couvrant les deux en un seul volume avec un vocabulaire et un style pédagogique communs.

      Cette édition révisée se concentre sur les dernières mises à jour logicielles&mdashArcGIS 10.0 et 10.1. En plus de sa couverture déjà réussie, le livre permet aux étudiants de faire l'expérience de la publication de cartes sur Internet à travers de nouveaux exercices et introduit l'idée de la programmation dans le langage qu'Esri a choisi pour les applications (c'est-à-dire Python). Un DVD est fourni avec le livre, comme dans les éditions précédentes, contenant des données pour travailler sur tous les exercices.

      Ce manuel de cours complet et convivial :

      • Est mis à jour pour les dernières versions d'ArcGIS&mdashArcGIS 10.0 et 10.1
      • Présente les concepts centraux du SIG et les sujets nécessaires pour comprendre l'analyse de l'information spatiale
      • Fournit une capacité considérable à utiliser des outils importants dans ArcGIS
      • Démontre les nouvelles fonctionnalités d'ArcGIS 10.0 et 10.1
      • Fournit une base pour l'étude avancée des SIG et l'étude du nouveau domaine émergent des SIGsciences

      Présentation des systèmes d'information géographique avec ArcGIS, Troisième édition est le guide idéal pour les étudiants de premier cycle qui suivent des cours tels que Introduction aux SIG, Principes fondamentaux des SIG et Introduction à ArcGIS Desktop. C'est également un guide important pour les professionnels qui souhaitent mettre à jour leurs compétences pour ArcGIS 10.0 et 10.1.


      Prise en charge de la géodatabase

      Service mobile et cache mobile créés par l'outil Créer un cache mobile, ArcGIS pour Windows Mobile prend en charge la mise à jour des données dans les géodatabases ArcSDE basées sur des fichiers et multi-utilisateurs. Votre carte mobile peut contenir des couches qui référencent d'autres sources de données, mais pour rendre une couche modifiable, sa source de données doit au moins être une classe d'entités stockée dans une géodatabase. Pour plus de détails sur les exigences d'une couche modifiable, lisez la section Exigences du schéma de données à des fins de couches opérationnelles ci-dessous.

      Notez également qu'une classe d'entités ne peut pas contenir de noms de champs réservés par le langage SQL.

      Un service d'entités hébergé a moins de restrictions qu'un service mobile en termes d'exigences vis-à-vis de la source de données. Vos données peuvent provenir d'une géodatabase basée sur un fichier, d'une géodatabase ArcSDE, d'un fichier CSV ou de fichiers de forme. Les données de ces sources sont modifiables par les applications de terrain si vous les publiez en tant que services d'entités hébergés. Cependant, lorsqu'un ensemble de données est publié en tant que service d'entités hébergé, les données sont copiées sur le stockage en ligne ArcGIS Online pour les organisations ou Portal for ArcGIS. le stockage en ligne.


      Tâches que vous pouvez effectuer avec les tables et les informations d'attribut

      Il existe de nombreuses tâches de mappage, d'analyse et de gestion des données que vous pouvez effectuer à l'aide de données tabulaires.

      Les tableaux vous permettent de cartographier et de visualiser vos données. Par exemple, vous pouvez classer ou catégoriser des attributs pour symboliser une couche. Vous pouvez utiliser les valeurs de population pour symboliser les grandes villes avec un symbole plus grand que celui qui serait utilisé pour les petites villes et villages. Vous pouvez également spécifier qu'une couleur différente soit utilisée pour représenter chaque type d'utilisation du sol dans une couche de parcelle. De plus, vous pouvez utiliser les valeurs attributaires pour générer du texte pour étiqueter chaque entité de parcelle. Dans le graphique ci-dessous, les parcelles sont symbolisées par le type d'utilisation du sol, puis étiquetées avec leurs valeurs d'identification de parcelle.

      Les données d'attributs vous aident à effectuer des requêtes et des analyses spatiales. Par exemple, vous pouvez examiner la distribution des entités avec certains attributs en utilisant ArcMap pour sélectionner les entités qui contiennent les attributs que vous souhaitez examiner. Dans le graphique ci-dessous, les entités avec une valeur LAND_USE de UNK (inconnu) sont sélectionnées à l'aide d'une requête attributaire.

      Lorsque les informations de votre géodatabase ou de votre base de données changent, vous pouvez mettre à jour vos attributs. Par exemple, vous devrez mettre à jour votre base de données lorsque l'utilisation des terres ou la propriété foncière change ou que les valeurs inconnues sont classées. Si vous disposez d'une classe d'entités représentant des canalisations avec un champ pour le diamètre, vous pouvez facilement modifier les attributs lorsque l'équipe supprime une canalisation de 8 pouces et la remplace par une canalisation de 6 pouces. Vous pouvez modifier les valeurs tabulaires dans la fenêtre Table ou la fenêtre Attributs, qui affiche les attributs des entités individuelles sélectionnées uniquement.

      La géodatabase comprend des fonctionnalités qui vous permettent d'améliorer, de maintenir et d'appliquer l'intégrité de vos données tabulaires. Par exemple, en établissant des domaines d'attributs, vous pouvez définir des règles qui spécifient les valeurs valides pour les enregistrements de votre table. Ainsi, lors de la mise à jour des attributs de diamètre de canalisation, vous pouvez utiliser des domaines d'attributs pour vous assurer que le diamètre est approprié pour cette section de canalisation. Les domaines de plage, par exemple, garantissent que les valeurs que vous entrez se trouvent dans une plage valide. Le graphique ci-dessous montre l'utilisation de domaines de valeurs codées lors de l'édition, ce qui vous permet de choisir une valeur dans une liste prédéfinie et d'éviter de faire des erreurs typographiques.

      ArcGIS vous permet également de convertir les données d'une table en données spatiales. Par exemple, une source de données couramment convertie est une liste de coordonnées obtenues en utilisant une unité GPS sur le terrain. Vous pouvez facilement ajouter de telles données x,y à ArcMap pour les afficher.

      Les graphiques ci-dessous montrent un fichier texte contenant les emplacements x,y des bornes d'incendie (graphique du haut) et les points affichés dans ArcMap sur la carte et dans la fenêtre Table (graphique du bas).

      Si vous disposez d'une liste d'adresses, vous pouvez utiliser le géocodage pour les faire correspondre à des emplacements de rue connus afin de créer des entités ponctuelles. De plus, grâce au référencement linéaire, vous pouvez indiquer des événements le long d'entités linéaires avec juste un identifiant et un emplacement.

      Les tables sont également à la base des modèles de données, qui sont des modèles que vous pouvez utiliser pour configurer votre géodatabase afin de mieux modéliser les phénomènes du monde réel.


      Voir la vidéo: Creating a File Geodatabase in ArcMap (Octobre 2021).