Suite

Conversion d'ArcSDE en CAO à l'aide de FME lorsque la référence de bloc est impliquée ?


J'essaie de convertir certaines lignes d'ArcSDE en cad par FME et j'ai définiautocad_original_entity_type=autocad_lwpolylineetautocad_entity=autocad_line, je suppose qu'ils seront en ligne mais ils ont été blockreference. je trouvefme_geometryestfme_aggregateetfme_typeestfme_linedans FMEINSPECTOR, c'est étrange.


J'imagine que ces lignes sont en fait composées de plusieurs entités linéaires (appelées agrégat dans la terminologie FME, que le format CAO dans lequel vous écrivez ne prend pas en charge les agrégats, et donc FME les écrit sous forme de bloc afin que la relation soit préservée.

Si vous les voulez sous forme de lignes et que vous ne vous souciez pas tellement de la relation, insérez un transformateur Deaggreator. Cela décomposera les caractéristiques en lignes individuelles.

NB : La définition d'autocad_original_entity_type ne fera rien sur l'écrivain, car il s'agit d'un attribut défini par AutoCAD Lecteur. La définition d'autocad_entity peut avoir un effet, mais comme la géométrie elle-même ne correspond pas à ce que vous dites à l'écrivain, je suppose que FME corrigera automatiquement cela pour correspondre à la géométrie.


Conversion d'Autocad en arcgis

Conversion d'Autocad en arcgis mot-clé après analyse du système répertorie la liste des mots-clés liés et la liste des sites Web avec un contenu connexe, en outre, vous pouvez voir quels mots-clés les clients les plus intéressés sur ce site Web


ันอาทิตย์ที่ 23 ิงหาคม พ.ศ. 2552

Accueil Actualités GIS Education / Evénements Où 2.0 2010 Appel à participation Lundi 24 août 2009

Écrit par O'reilly Media
O’Reilly Media invite les technologues et les stratèges, les CTO et les DSI, les évangélistes et les éclaireurs technologiques, les chercheurs, les programmeurs, les géographes, les chercheurs et les universitaires, les artistes et les activistes, les développeurs d'entreprise et les entrepreneurs à diriger des sessions de conférence et des tutoriels lors de la prochaine conférence Where 2.0, qui aura lieu du 30 mars au 1er avril 2010 au San Jose Marriott à San Jose, Californie, États-Unis

')
document.write('document.write('')
document.écrire('')
// -->

Si tel est le cas, vous êtes invité à soumettre une proposition dès maintenant pour prendre la parole à Where 2.0. Lisez les conseils pour soumettre une proposition.
Si vous êtes une ou plusieurs des personnes suivantes :
DSI, chefs de produits et technologues curieux de savoir comment intégrer la technologie de localisation dans les produits existants
Chef de produit, chef d'entreprise, développeur de logiciels ou programmeur informatique
Urbanistes, urbanistes gouvernementaux
Fonctionnaires de l'USGS, du DOD et d'autres agences
Développeurs d'outils de cartographie et de localisation open source
Les développeurs locaux construisent des mashups et des systèmes importants
Chercheurs et universitaires qui étudient le terrain et construisent des prototypes
Artistes créant des expériences collaboratives avec une focalisation spatiale
Des militants et des organisateurs communautaires créent des outils pour gérer des groupes de localisation à but non lucratif
Néographes et géographes traditionnels travaillant au plus profond des tranchées du géospatial
Capital-risqueurs à la recherche de la prochaine opportunité d'investissement
Ensuite, vous êtes invité à soumettre une proposition dès maintenant pour prendre la parole à Where 2.0 2010. Where 2.0 sera au San Jose Marriott, Californie, du 30 mars au 1er avril 2010. Lisez les conseils pour soumettre une proposition.
Il vous sera demandé d'inclure les informations suivantes pour votre proposition :
Titre proposé
Aperçu et descriptions détaillées de la présentation : idée principale, sous-thèmes, conclusion
Piste suggérée
Intervenant(s) : expertise et biographie sommaire
Les propositions seront considérées pour les types de présentations suivants :
séance de 30 minutes
Atelier de 75 minutes
Table ronde
Où juste
Ignite Où : nous organiserons un appel distinct pour Ignite
Lancement de produit : veuillez indiquer dans votre proposition si vous prévoyez un lancement de produit
Projet/Jeu RFID
Certains des sujets sur le radar pour Where 2.0 sont :

La croissance mondiale des SIG/industries géospatiales ralentit à 1 % en 2009

Le sentiment du PDG de l'industrie est fortement optimiste pour 2010 et au-delà.

')
document.write('document.write('')
document.écrire('')
// -->
Cambridge, Mass., 19 août 2009 - La croissance mondiale de l'industrie SIG/géospatiale devrait ralentir à 1%, contre 11% en 2008 et un énorme 17,4% en 2007, selon une étude récemment publiée par Daratech, Inc., un Cambridge, Massachusetts cabinet d'études de marché. Cependant, les PDG de l'industrie interrogés par Daratech étaient unanimes dans leur conviction qu'une croissance compatible avec le solide TAC de 11 % des six dernières années reviendrait en 2010. L'Amérique du Nord n'a pas été aussi affectée par le ralentissement que le reste du monde en raison de les besoins continus de la sécurité intérieure et l'investissement continu dans le SIG, par le secteur public. Daratech prévoit que la croissance en Amérique du Nord dépassera les 2,1%, soit plus du double de la croissance en Asie-Pacifique et cinq fois la croissance en Europe, où les investissements dans les technologies SIG/géospatiales ont été plus durement touchés par le ralentissement actuel, car de nombreux gouvernements européens ont réduit en arrière leurs achats de technologie géospatiale en prévision d'une baisse des perceptions fiscales. Le ralentissement le plus spectaculaire en 2009 a peut-être été dans le secteur privé, qui devrait reculer à 1,4 milliard de dollars, en baisse de 0,7 % par rapport à 2008. Ce ralentissement fait écho au retrait général du secteur privé. secteur des investissements supplémentaires importants dans les nouvelles technologies informatiques. Dans le même temps, les ventes du secteur public devraient augmenter de 4,1% pour atteindre près de 957 millions de dollars en 2009, reflétant le déploiement continu des technologies SIG dans tous les services qu'il offre. Dans le segment SIG traditionnel, ESRI continue de détenir une part de marché dominante de 30%, contre 29% en 2008 selon Daratech. Dirigé par son président emblématique Jack Dangermond, ESRI est une référence en matière de nouvelles technologies, philosophies et orientations SIG pour l'ensemble de l'industrie depuis plus de 20 ans, et il semble que cela continuera de l'être, déclare Daratech. Intergraph, le deuxième acteur du segment traditionnel, devrait détenir une part de marché de 16 % en 2009, contre 15 % en 2008. Intergraph refond l'ensemble de son activité autour d'une philosophie SIG et, en tant que fournisseur de services SIG, Intergraph susceptible de devenir encore plus fort dans les années à venir. La troisième place est GE Energy, qui est le leader du marché des services publics où il devrait détenir une part de marché de 24%. détient une part de marché de 21,8%. La force de MDA réside dans les services géospatiaux et d'ingénierie pour l'imagerie, les SIG, la géologie, la météo et la défense. Les ventes de l'entreprise sont principalement destinées aux marchés de la sécurité intérieure et de la défense. ESRI est deuxième avec une part de marché de 15,7 % et Bentley Systems, le principal fournisseur de logiciels et de services sur le marché des SIG/AEC géospatiales (où il détient une part de marché de 42,1 %), est troisième. Bentley a souvent fait la course sur le marché des applications d'ingénierie géo-activées et continue de faire preuve d'un solide leadership dans ce domaine. Cependant, Bentley peut s'attendre à une concurrence plus forte de la part d'Autodesk, d'Intergraph et d'ESRI dans les années à venir, car ce segment du marché pourrait afficher une croissance supérieure à la moyenne, déclare Daratech. 1500 cartes qui couvrent à la fois les segments de marché privé et public pour les années 2004 à 2009. Il est disponible à l'achat sur le site Web de Daratech www.daratech.com.

Merrick & Company, l'une des dix meilleures entreprises pour lesquelles travailler au Colorado

Écrit par Merrick & Company

Aurora, CO, 20 août 2009 - Merrick & Company, une entreprise du Colorado spécialisée dans l'ingénierie, l'architecture, la conception-construction, l'arpentage et les solutions géospatiales, est heureuse d'annoncer qu'elle a été classée neuvième sur la liste des 2009 « Meilleures entreprises pour lesquelles travailler au Colorado » dans la catégorie des grandes entreprises par ColoradoBiz Magazine, selon Debbie Norris, vice-présidente des ressources humaines de Merrick.

')
document.write('document.write('')
document.écrire('')
// -->
À l'origine de cette reconnaissance, divers facteurs ont continuellement distingué Merrick. Un excellent environnement de travail est standard dans l'entreprise, avec des horaires flexibles, un programme d'avantages sociaux solide, la reconnaissance des employés à la fois par des récompenses et des primes financières, et la possibilité de travailler sur des projets complexes dans des endroits du monde entier. Cela soutient la culture globale qui favorise le dévouement du personnel et sa loyauté au service des clients. L'entreprise a un programme de stages complet, qui permet aux étudiants du collégial d'acquérir une expérience pratique en ingénierie. En plus de l'expérience en ingénierie et en architecture, le programme de mentorat de Merrick expose les stagiaires à la prise de parole en public, à la rédaction de curriculum vitae, aux techniques d'entretien et à la gestion de réunions. Le programme de l'été 2009 impliquait 15 stagiaires rémunérés sur les 700 candidats et Merrick embauche généralement 80 % de son programme de stages. De plus, Merrick connaît la valeur de la base de connaissances de ses employés et propose des postes réguliers à temps partiel, avec avantages sociaux, et des postes de retraite sur appel, donnant à Merrick une ressource précieuse tout en offrant une implication et un revenu supplémentaire au personnel retraité. Merrick a mis en place un programme de développement du leadership qui se concentre sur le développement et la formation des employés actuels pour les futurs rôles de leadership. Merrick maintient également un programme de responsabilité sociale d'entreprise qui soutient et redonne aux communautés que l'entreprise sert. marchés gouvernementaux, de l'énergie, des sciences de la vie, des infrastructures, du nucléaire et de la géospatiale/de la cartographie. Le travail de Merrick est concentré dans des domaines hautement techniques, notamment des projets dans les énergies renouvelables, le nucléaire, les installations gouvernementales, les laboratoires de recherche, les ressources en eau, les travaux publics, les infrastructures et la cartographie de haute précision. L'entreprise maintient un programme actif de responsabilité sociale d'entreprise au service des aspects environnementaux, sociaux et économiques des projets dans lesquels elle est impliquée et des communautés qu'elle dessert. Merrick s'engage à adopter des pratiques de conception et de construction durables par l'intermédiaire de ses plus de 50 professionnels accrédités LEED et étend continuellement ses ressources internes pour répondre aux besoins de demain. Basée à Aurora, Colorado, la société détenue par ses employés possède sept bureaux aux États-Unis ainsi que des bureaux au Canada et au Mexique. www.merrick.com

GTG accueille Michael Dawson, responsable des solutions SIG, dans son nouveau bureau régional de Floride

GOLDSBORO, N.C. - Geographic Technologies Group, Inc. (GTG) annonce l'arrivée récente de Michael Dawson, responsable des solutions SIG, à son nouveau bureau régional de Saint-Pétersbourg, en Floride. Il s'agit du deuxième bureau régional de GTG en Floride après le bureau régional de Milton.

')
document.write('document.write('')
document.écrire('')
// -->
Dawson apporte 10 ans d'expérience en SIG à ce poste, ce qui comprend un travail auprès des gouvernements locaux et des consultants du secteur privé. Dawson a occupé des postes allant de collecteur de données sur le terrain à coordinateur SIG, ce qui lui confère une solide expérience dans les pratiques des SIG, y compris la collecte de données, le développement de logiciels personnalisés et les activités SIG quotidiennes. « Je suis impatient de travailler avec une technologie de pointe et d'appliquer cette technologie aux SIG afin d'en faire profiter nos clients », a déclaré Dawson. En tant que gestionnaire de solutions SIG, Dawson sera responsable de s'assurer que les projets des clients sont terminés à temps et dans les limites du budget pour sa région. "Nous sommes ravis d'avoir Michael à bord ici à GTG", a déclaré Curt Hinton, PDG de GTG. « La connaissance de Michael du développement de logiciels personnalisés, associée à ses capacités SIG étendues, permettra à GTG de servir plus efficacement ses clients. » Dawson est un point de contact clé pour GTG en Floride. « Avec la forte présence de GTG dans les régions du centre et du sud de la Floride, je serai disponible en tant que contact direct à proximité pour ces clients », a déclaré Dawson. Pour plus d'informations sur GTG et les services offerts, visitez www.geotg.com ou appelez le 888-757-4222. À propos de Geographic Technologies Group, Inc. : GTG est une société de conseil SIG à service complet pour les collectivités locales offrant une expérience spécialisée dans la planification, la conception, la mise en œuvre et l'achat de géotechnologies. GTG possède des capacités SIG techniques inégalées, des succès démontrés, une expérience internationale et une réputation pour la mise en œuvre réussie des bonnes solutions. GTG développe des produits SIG qui permettent spatialement diverses solutions d'entreprise et intègre l'investissement informatique d'une organisation via une interface commune. GTG propose également des produits autonomes pour la gestion des terres, la sécurité publique, l'accès public, la technologie des écrans tactiles et les services publics. GTG compte plus de 700 clients répartis en Amérique du Nord, dans les Caraïbes et en Europe et dessert tous les niveaux de gouvernement ainsi que le secteur privé. Pour soutenir nos clients, GTG possède quatre bureaux situés à travers les États-Unis : le siège social en Caroline du Nord et des bureaux régionaux au Texas et en Floride. Geographic Technologies Group Comprendre le gouvernement local Des informations supplémentaires peuvent être obtenues en contactant Geographic Technologies Group, Inc. au 888-757-4222, ou vous pouvez accéder à notre site Web à l'adresse www.geotg.com.

Blog - Twitter pour améliorer les services de localisation et la plate-forme de développement et l'API à venir également

Vous saviez qu'il DEVAIT arriver à l'approvisionnement de l'emplacement sur Twitter. Eh bien, selon le blog Twitter, plus de support pour la localisation sera bientôt disponible.

')
document.write('document.write('')
document.écrire('')
// -->

La nouvelle API permettra aux Twitter d'ajouter éventuellement des informations de localisation à leurs tweets (comme les coordonnées lat/long) et encore plus cool, les utilisateurs pourront suivre les tweets par emplacement afin que vous puissiez facilement voir les tweets qui sont géographiquement proches de votre emplacement actuel - sympa !
Ceci à partir du blog Twitter Nous allons publier la géolocalisation pour les développeurs de plates-formes avant d'ajouter la fonctionnalité à Twitter.com. La plupart des applications mobiles que les gens utilisent et adorent sont conçues par des développeurs de plateformes Twitter. Les développeurs auront accès à cette nouvelle fonctionnalité de géolocalisation en avance, ce qui signifie qu'elle sera très probablement disponible sur l'application de votre choix avant qu'elle ne soit disponible sur le site Web de Twitter. Plus tard, nous l'ajouterons à notre site Web mobile et à Twitter.com. Super trucs Twitter !
À ce jour, certaines applications tierces ont fourni un niveau de connaissance de la localisation, par exemple, Twibble peut saisir une position via GPS à partir d'appareils pris en charge (je l'utilise sur un Nokia N95) et cela me permet d'inclure ma position. dans un Tweet. Plusieurs autres offrent également des fonctionnalités similaires et il existe d'autres applications (comme plusieurs sur le marché Android) qui permettent aux utilisateurs de tweeter facilement « Je suis ici » en envoyant un lien hypertexte google map vers un compte twitter.
Voir plus de détails sur le blog Twitter

Clôture des inscriptions à la conférence des utilisateurs de Blue Marble le 31 août



Écrit par Blue Marble Geographics
samedi 22 août 2009
Gardiner, Maine - 21 août 2009 - Blue Marble Geographics (www.bluemarblegeo.com) annonce que l'inscription à la conférence des utilisateurs de Blue Marble le 17 septembre, en conjonction avec la conférence GITA Oil and Gas du 14 au 16 septembre, se terminera en août. 31.

')
document.write('document.write('')
document.écrire('')
// -->
La conférence des utilisateurs de Blue Marble est ouverte à tous les utilisateurs de la suite de solutions de conversion de données de Blue Marble pour les ordinateurs de bureau ou les développeurs. Les participants sont priés de se pré-inscrire sur http://www.bluemarblegeo.com/products/user_conference.php pour garantir une place. Cette conférence d'une demi-journée est un excellent moyen d'apprendre gratuitement à tirer parti du logiciel Blue Marble afin de faire gagner du temps et de l'argent à votre organisation tout en améliorant la qualité de votre enquête et de vos données SIG. Écoutez les histoires de réussite d'autres utilisateurs de Blue Marble sur la façon dont ils utilisent Blue Marble au quotidien pour rationaliser les flux de travail et surmonter les défis de transformation. Faites part de vos commentaires à l'équipe Blue Marble en personne et découvrez ce qui va suivre. Alors rejoignez-nous le 17 septembre au Houston Marriott Westchase de 8h à midi. L'espace se remplit rapidement inscrivez-vous maintenant. « Il n'y a rien de plus efficace du point de vue du développement de produits que de rencontrer et de saluer nos clients en personne, déclare Kris Berglund, vice-président des ventes. leurs propres idées et suggestions sur la mise en œuvre et le flux de travail. Du point de vue d'un fournisseur de logiciels, il s'agit d'entendre la vérité d'utilisateurs réels sur la façon dont nous pouvons améliorer notre technologie. fournir des solutions sensées pour les utilisateurs et les développeurs de données géographiques.Les solutions de manipulation et de conversion de données géospatiales de Blue Marble sont utilisées dans le monde entier par des milliers d'analystes SIG dans les sociétés de logiciels, les universités, les sociétés pétrolières et gazières, le génie civil, l'arpentage, la technologie, les groupes SIG d'entreprise, le gouvernement et les organisations militaires du monde entier. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.bluemarblegeo.com

Station de réception au sol pour surveiller la catastrophe

USAID, partenaires pour cartographier les incidents électoraux afghans


Le réchauffement climatique refaçonnant la carte

Récemment, il y a eu quelques articles sur les troubles politiques entre les États-Unis et le Canada sur les eaux côtières, y compris les militaires canadiens patrouillant dans ces eaux avec des brise-glaces armés.


La principale cause de préoccupation est la réduction de la superficie de glace pluriannuelle ainsi qu'un amincissement de la glace, ce qui contribue à faire du passage du Nord-Ouest dans le nord du Canada une alternative viable pour la navigation. Le passage du Nord-Ouest présenterait une route potentiellement jusqu'à 7 000 km plus courte que l'utilisation du canal de Panama.

La revue canadienne The Tyee a un article intéressant qui énonce et clarifie certains des problèmes et préoccupations spécifiques, qui tournent principalement autour des services de police et des opérations, tels que les problèmes de responsabilité associés à une route maritime de l'Arctique - les déversements de pétrole, ainsi que les préoccupations concernant la surexploitation des pêches arctiques , et le potentiel d'entrée d'armes illégales, de drogues ou de mouvement d'ADM par des nations voyous.

De plus, l'article de Tyee expose une partie de l'histoire et de la confusion concernant la propriété, avec de nombreux arguments de part et d'autre au sujet des eaux territoriales et de ce sur quoi le Canada peut ou non avoir une juridiction légale.

Certainement des questions très valables et importantes, sur lesquelles j'espère que nos diplomates américains pourront se réconcilier et offrir en fait un moyen de travailler avec eux, plutôt que de se prendre la tête. À l'heure actuelle, je crois comprendre qu'une bonne partie du trafic de camions transcontinentaux aux États-Unis passe en fait du port du Pacifique au port de l'Atlantique sans destination américaine entre les deux, un autre signe de la demande intense de logistique Atlantique/Pacifique. Je m'attendrais à ce qu'une solution de surveillance inclue des plateformes de télédétection et de communication par satellite.


Le SIG national chinois prend forme

Le Quotidien du Peuple de Chine rapporte aujourd'hui que le Cadre fondamental de l'information géospatiale de la Chine numérique a pris forme, constituée de « quatre bases de données et une archive », contenant des bases de données géodésiques, de télédétection, d'images, cartographiques et thématiques et une archive de topographie-cartographie.

L'article n'entre pas dans beaucoup plus de détails au-delà de cela, si ce n'est d'indiquer que ce cadre est un SGBDR géospatial, contenant "1:4 million, 1:1million, 1:250 000 et 1:50 000 bases de données géographiques fondamentales nationales et un 1 :10 000 base de données d'élévation numérique pour les principales zones de contrôle des crues de sept grands fleuves du pays".

En tant que nouveau SIG national émergent pour la Chine, il est impressionnant au moins à l'échelle géographique. Je suis curieux de connaître l'architecture, si cela a pris forme de manière centralisée ou sous une forme distribuée/fédérée, quelle infrastructure ils utilisent (c'est-à-dire SDE, Oracle Spatial, autre), d'ailleurs propriétaire ou open-source, comment ils le rendent disponible ( fichiers plats par rapport aux services d'images ou d'entités ArcIMS, ou à la cartographie Web, ou aux services Web SOA / XML (OGC ou autres) Comment traitent-ils les métadonnées, l'interopérabilité et les normes.


Téléchargement des données de sol SSURGO à partir d'Internet

1 Téléchargement des données de sol SSURGO à partir d'Internet Préparé par Venkatesh Merwade School of Civil Engineering, Purdue University Septembre 2012 Objectif L'objectif de cet exercice est de démontrer les étapes impliquées dans le téléchargement des données de sol SSURGO à partir d'Internet et l'organisation des données dans une géodatabase pour une utilisation future en modélisation hydrologique. Téléchargement des données SSURGO Pour télécharger les données du sol SSURGO, accédez au site Web du magasin de données du sol au lien suivant : Cliquez sur Sélectionner l'état. Dans la fenêtre suivante, vous verrez un tableau avec les abréviations d'état, les noms et le nombre de zones d'enquête. Au moins pour le cas de l'Indiana (je n'ai pas vérifié pour d'autres États), les zones d'enquête sont essentiellement des comtés. Il y a donc 92 zones/comtés d'enquête dans l'Indiana. Cliquez ensuite sur le bouton Sélectionner une zone d'enquête : 55

2 Remarque : même si vous cliquez sur Sélectionner un comté au lieu de Sélectionner une zone d'enquête, il vous sera finalement demandé de sélectionner la zone d'enquête dans le comté individuel. Ainsi, vous pouvez éviter une étape en appuyant sur le bouton Sélectionner la zone d'enquête. Dans la fenêtre suivante, vous verrez un tableau avec le symbole de la zone d'enquête (abréviation d'état à deux chiffres + code de comté FIPS à trois chiffres), le nom de la zone d'enquête (nom du comté) et les données disponibles (spatiales uniquement / tabulaires uniquement / tabulaires et spatiales) . Les données tabulaires et spatiales sont disponibles pour tous les comtés de l'Indiana. Vous pouvez télécharger des données pour une seule zone d'enquête ou un seul comté à la fois. Étant donné que Cedar Creek chevauche trois comtés (Noble, De Kalb et Allen, comme indiqué dans la figure ci-dessous), nous téléchargerons les données pour ces comtés individuellement. Sélectionnez d'abord le comté d'Allen, Indiana (Symbole de la zone d'enquête = IN003), puis cliquez sur Télécharger les données. 56

3 Dans la fenêtre suivante, vérifiez les options de téléchargement suivantes 1. L'option Données tabulaires et spatiales est sélectionnée 2. Le format spatial est ArcView Shapefile (vous pouvez choisir un autre format si vous le souhaitez) 3. Le système de coordonnées approprié est sélectionné (laissez la zone UTM par défaut 16 (NAD 83) pour ces données) Assurez-vous également que la base de données modèle est sélectionnée (MS Access 2002, option par défaut grounddb_in_ pour l'Indiana). Entrez votre adresse dans la case appropriée et appuyez sur le bouton Soumettre la demande. Vous recevrez un message similaire à celui ci-dessous indiquant que vous serez averti lorsque les données seront prêtes à être téléchargées. Appuyez sur OK dans la boîte de message. 57

4 Appuyez ensuite sur le bouton Select Survey Area dans la même fenêtre (coin inférieur gauche). Vous reviendrez au tableau avec le symbole de la zone d'enquête, le nom de la zone d'enquête et les données disponibles. Sélectionnez la zone/le comté d'enquête suivant (De Kalb), appuyez sur le bouton Télécharger les données et suivez les mêmes instructions que ci-dessus pour obtenir la boîte de message de téléchargement. De même, téléchargez les données pour le comté de Noble. Vous allez maintenant attendre de recevoir un message du NRCS indiquant que les données sont prêtes à être téléchargées ! Puisque vous avez envoyé trois demandes, vous recevrez trois notifications, une pour chaque demande. Vous recevrez un lien vers un fichier zip avec le nom suivant sol_ssxxx.zip, où SSxxx est le symbole de la zone d'enquête (SS = abréviation de l'état et xxx = code du comté FIPS). Au lieu d'attendre NRCS, continuons ce tutoriel avec les données déjà téléchargées pour cet exercice. Ils sont stockés sur ftp://ftp.ecn.purdue.edu/vmerwade/download/data/ssurgo.zip (fichier de 130 Mo), qui contient trois fichiers zip téléchargés depuis le magasin de données du sol et un dossier nommé Cedar_outline ( contenant un fichier de formes pour la limite du ruisseau Cedar) comme indiqué ci-dessous : Décompressez tous ces fichiers. Cela créera trois nouveaux dossiers dans le dossier ssurgo (un pour chaque ensemble de données). Chaque dossier contiendra les six éléments suivants : 58

5 Dossier spatial : contient des données spatiales (shapefiles) Dossier tabulaire : contient des tables/propriétés de sol associées aux données spatiales (ensemble de fichiers texte délimités) Fichier Lisez-moi : instructions Soil_metadata_SSxxx.txt : fichier texte avec métadonnées Soild_metadata_SSxxx.xml : fichier xml avec métadonnées Soildb_IN_2002.mdb : base de données de modèles MS Access vide qui peut être utilisée pour importer des données à partir de l'ensemble de fichiers texte dans un dossier tabulaire dans une base de données organisée. Maintenant que nous avons les données spatiales et temporelles, organisons les deux en les exportant dans une géodatabase. Organisation des données spatiales Ouvrez ArcCatalog et accédez à l'un des dossiers spatiaux de SSURGO. Vous devriez voir la vue suivante : Chaque dossier spatial a six fichiers de formes : 1. Soolmu_a_ssxxx : polygones de limites d'unités de carte 2. Solsa_a_ssxxx : polygones de limites de zones d'étude de sol 3. Soilmu_l_ssxxx : unités de carte en ligne 59

6 4. Soilmu_p_ssxxx : unités cartographiques ponctuelles 5. Soilsf_l_ssxxx : entités ponctuelles linéaires 6. Soilsf_p_ssxxx : entités ponctuelles ponctuelles 7. Soilsf_t_ssxxx : descriptions d'entités ponctuelles Les données spatiales incluent toujours la zone d'étude et les polygones des limites des unités cartographiques, mais toutes les autres classes d'entités sont facultatives. Étant donné que chaque zone d'étude de sol est un comté, solsa_a_ssxxx.shp contient la limite du comté correspondant. En hydrologie, nous nous intéressons principalement aux polygones de limites d'unités cartographiques. Nous allons donc créer une classe d'entités de géodatabase nommée cedar_soil en suivant la séquence ci-dessous (on suppose que vous êtes familiarisé avec ArcGIS pour suivre ces étapes par vous-même) : 1) Créez une géodatabase dans le dossier ssurgo nommé cedar_ssurgo.mdb 2) Créez un jeu de données d'entités (nom Spatial) dans cedar_ssurgo et attribuez le même système de coordonnées que celui attribué aux données spatiales du sol (zone UTM 16 NAD 83 dans ce cas). Vous pouvez utiliser la référence spatiale d'importation de l'un des fichiers de formes de dossier spatial vers le jeu de classes d'entités. 3) Dans le jeu de données d'entités spatiales, importez le solmu_a_in003.shp en tant que classe d'entités cedar_soil 4) Importez le solmu_a_in033.shp dans la classe d'entités cedar_soil (utilisez l'option de chargement des données, cela ajoutera les nouvelles données aux entités existantes). Étant donné que les deux fichiers ont les mêmes champs, acceptez tous les paramètres par défaut lors du chargement des données. 5) De la même manière, importez soildmu_a_in113.shp dans la classe d'entités cedar_soil. 6) Enfin, importez le fichier de formes cedar_border du dossier cedar boundary en tant que classe d'entités cedar_boundary dans le jeu de données d'entités spatiales. La vue ArcCatalog de la géodatabase cedar_ssurgo doit ressembler à la figure suivante : 60

7 Nous avons maintenant les données spatiales du sol organisées en une seule classe d'entités. L'étape suivante consiste à organiser les données tabulaires. Organisation des données tabulaires Les données tabulaires sont fournies sous la forme d'un ensemble de fichiers délimités en ASCII. Chaque fichier correspond à une table dans le modèle de données SSURGO 2.2. Pour utiliser les données tabulaires dans le SIG, elles doivent être dans un format lisible par le SIG. De plus, ces fichiers texte ne sont pas faciles à lire (essayez d'en ouvrir un !). La première étape consiste donc à obtenir ces tableaux sous une forme lisible en les important dans une base de données de modèles MS Access SSURGO. Décompressez soildb_in_2002 dans le dossier soil_in003 pour obtenir le modèle de base de données MS Access. Copiez soildb_in_2002 en dehors du dossier soil_in003 et renommez-le en tabular.mdb. (Remarque : chaque téléchargement depuis le magasin de données sur les sols SSURGO est fourni avec le modèle MS Access. Si une base de données de modèle n'a pas été incluse dans le fichier d'exportation, vous pouvez en télécharger une à partir de l'URL suivante : Ouvrez la base de données tabular.mdb dans la version appropriée de MS Access ( ou simplement double-cliquez sur tabular.mdb dans l'explorateur Windows). Si vous obtenez un avertissement de sécurité, ignorez-le et appuyez sur le bouton Ouvrir. Selon la version de MS Access, vous pouvez obtenir différents 61

8 messages d'avertissement, alors assurez-vous d'activer les macros. Si vous le faites correctement, vous devriez obtenir un formulaire d'importation SSURGO vous demandant le chemin d'accès au dossier tabulaire SSURGO comme indiqué ci-dessous (Remarque : si vous n'obtenez pas le formulaire d'importation, cliquez sur l'onglet Formulaires dans la fenêtre de la base de données et double-cliquez sur un formulaire nommé Importer ): Entrez le chemin du dossier tabulaire à l'intérieur du sol_in_003 (Allen County), et cliquez sur OK. MS Access prend ensuite tous les fichiers texte du dossier tabulaire et remplit les tables vides correspondantes dans la base de données. Une fois l'importation terminée, le modèle créera un rapport de sol pour la zone d'étude du sol (Allen County, Indiana). 62

9 Si vous cliquez sur le menu déroulant pour le nom de la zone d'étude des sols, vous verrez que nous avons un rapport uniquement pour le comté d'Allen, Indiana puisque nous avons importé des données uniquement à partir de sol_in003. Pour importer des données tabulaires d'autres zones d'enquête, cliquez sur Quitter dans le rapport de sol, accédez à l'onglet Formulaires, puis double-cliquez sur le formulaire d'importation comme indiqué ci-dessous : Cela invoquera le même formulaire d'importation SSURGO qu'auparavant (lorsque vous avez ouvert pour la première fois l'accès MS base de données). Fournissez maintenant le chemin du dossier tabulaire dans le sol_in033 pour importer les données tabulaires du comté de De Kalb. Suivez la même procédure pour importer les données tabulaires de soil_in113 (comté de Noble). Lorsque vous obtiendrez le rapport final sur les sols, vous verrez que vous avez maintenant des données pour les trois comtés dans la base de données d'accès, comme indiqué ci-dessous. Si vous êtes un expert en base de données MS Access, vous pouvez parcourir différents onglets, étudier la structure de la base de données et voir comment les données tabulaires sont stockées. Maintenant que nous avons les données tabulaires dans une base de données d'accès, nous pouvons exporter ces tables dans la géodatabase. 63

10 Ouvrez Arc Catalog (si vous l'avez fermé après avoir organisé les données spatiales) et importez les tables dans la géodatabase cedar_ssurgo à l'aide de l'option d'importation de table (simple ou multiple). En hydrologie, les tables couramment utilisées sont mapunit, component, chorizon et chfrags. La dernière étape (facultative) consiste à découper les polygones cedar_soil sur cedar_boundary. Utilisez ArcToolbox pour accomplir la tâche de découpage. Utilisez l'outil Découper dans la boîte à outils Outils d'analyse avec cedar_soil en tant qu'entités en entrée, cedar_boundary en tant qu'entités de découpage et nommez la sortie cedar_soil_clip. La vue ArcCatalog de la géodatabase cedar_ssurgo avec les données spatiales et quatre tables (chfrags, chorizon, component et mapunit) est illustrée ci-dessous : Les données spatiales (cedar_soil ou cedar_soil_clip) et tabulaires peuvent être jointes/liées en utilisant des champs communs. Par exemple, cedar_soil et component peuvent être liés en utilisant le champ mukey. Pour comprendre les relations, vous pouvez vous référer au diagramme du modèle de données SSURGO disponible sur le lien suivant : Nous explorerons ces relations et verrons comment utiliser les données SSURGO dans un autre didacticiel intitulé Utilisation des données SSURGO. OK, vous avez terminé pour l'instant !! 64


Le prototype et pilote de cadastre 3D en Fédération de Russie

1 Natalia VANDYSHEVA, Sergey SAPELNIKOV, Fédération de Russie, Peter VAN OOSTEROM, Marian DE VRIES, Boudewijn SPIERING, Rik WOUTERS, Andreas HOOGEVEEN, Pays-Bas, Veliko PENKOV, Bulgarie Mots clés : Cadastre 3D, Normes, modélisation cadastrale, Prototype, Pilote RÉSUMÉ Ce L'article présente le prototype développé et le pilote prévu du projet en cours sur la modélisation du cadastre 3D dans la Fédération de Russie. L'objectif de ce projet est de guider le développement de l'enregistrement cadastral 3D et de créer des conditions juridiques et institutionnelles favorables à l'introduction d'un cadastre 3D. La Fédération de Russie est fortement tournée vers un cadastre 3D pour un meilleur enregistrement des bâtiments complexes, ou d'autres types de constructions, et des réseaux souterrains (par exemple, câbles et pipelines). After the recent completion of the design of a 3D Cadastral model, the project is currently in the phase of testing this design via a pilot based on the developed prototype system. The test data, including selected 3D cases, is from Nizhny Novgorod (about 400 km east of Moscow), which has been selected as pilot region in this project. The selected 3D cases are representative 3D cadastral objects related to buildings (units) and pipelines. The initial prototype focuses on the presentation of 3D information of cadastral objects. Therefore a web browser based solution has been developed, in which the 3D visualization and interaction is implemented with the BS Contact plug-in from Bitmanagement ( This includes functionality to: display and interact with the various pilot objects in 3D (rotate, zoom, select, etc.), connection of 3D actions to existing 2D cadastral portal (maps.rosreestr.ru/portal), display administrative data (show id, cadastral number), alphanumerical selection on multiple attributes (owner name, id of cadastral object, address, etc.), ability to configure hide / show privacy data (depending on user), show / hide layers (including reference data such as 2D cadastral map, topographic map, or areal photograph), offer link to photograph of selected 3D building, interface in Russian language, etc. The pilot will further be used to evaluate the possible future workflow around 3D parcels in Russia: accepting newly registered 3D parcels, and correctly storing them into the database for possible future access. The experiences from the pilot will be used to prepare the guidelines for the future 3D registration: both the legal aspects and the technical workflow. 1/1

2 РЕЗЮМЕ В данной докладе представлена разработка прототипа и планированное пилотное исполнение по моделированию 3D кадастра в России. Целью данного проекта является руководство, внедрение и развитие 3D кадастрового учета и создания режима благоприятствования правовых и институциональных условий для внедрения 3Dкадастра. Российская Федерация сильно стремится ввести 3D кадастр для лучшей регистрации комплексов зданий, или других типов конструкций, а также подземных сетей (например, кабелей и трубопроводов). После недавнего завершения разработки 3D- кадастровой модели, проект находится в стадии тестирования через пилот на основе разработанных прототипов системы. Тест данные, в том числе избраных 3D случаев, из Нижнего Новгорода (около 400 км к востоку от Москвы), в качестве выбранного пилотного региона в этом проекте. Отдельные случаи представляют 3D кадастровые объекты, связанные с домами (частями) и трубопроводами. Первоначальный прототип посвящен презентации 3D-кадастровой информации или объектов. Разработанное решение на основе веб-браузера и все это в 3D-визуализации и взаимодействии на основе BS Контакт плагин из Bitmanagement ( Это включает в себе функциональные возможности: просматривать и взаимодействовать с пилотом с различными объектами в 3D (поворот, масштабирование, выбор и т.д.), связь действий для замены существующих в 2D или в 3D кадастровых порталов (maps.rosreestr.ru/portal), дисплей административные данные (показать ID, кадастровый номер), альфа-числовой выбор по нескольким атрибутам (имя владельца, идентификатор или кадастровый объект, адрес и т.д.), возможность настройки "скрывать / показывать" конфиденциальные данные (в зависимости от пользователя), показать / скрыть слои (в том числе исходные данные, такие как 2D Кадастровая карта, топологические графические карты или аэрофотосъмки), предлагая связать фотографию или выбранного 3D-здания, на русском языке интерфейса и т.д. пилот будет использован для дальнейшей оценки возможных будущих работ по 3D участкам в России: принятие новых зарегистрированных 3D посылок, и ввод их в базу данных правильно для возможного будущего доступа.опыт пилота будет способствовать подготовки руководящих принципов для будущей 3D-регистрации: как для правовых аспектов, так и для технического документооборота. 2/2

3 Natalia VANDYSHEVA, Sergey SAPELNIKOV, Russian Federation Peter VAN OOSTEROM, Marian DE VRIES, Boudewijn SPIERING, Rik WOUTERS, Andreas HOOGEVEEN, The Netherlands, Veliko PENKOV, Bulgaria 1. INTRODUCTION This paper presents the 3D Cadastre prototype development and the set-up of the pilot in the Russian Federation. The context and scope of this project have been published earlier, including a selection of typical 3D cases to be registered (Vandysheva et al, 2011a and 2011b). After the initial analysis of the Russian legislation, an inventory of possible use cases in Russia, the examination of 3D Cadastre solutions in other countries, and the design of a 3D Cadastral model, the project is currently in the phase of the development of a prototype and putting this to practice in the context of a pilot. The project is based on experience of the Netherlands (Stoter and Van Oosterom, 2005) and other countries (van Oosterom et al, 2011). Our analysis showed that the cadastral law in the Russian Federation is quite generic concerning 3D situations: it neither explicitly mentions 3D, nor does it prohibit 3D volumetric parcels for registration. The Russian Federation has a strong drive towards a 3D cadastre for better registration of complex buildings, or other types of constructions, and subsurface networks (e.g. cables and pipelines). The current cadastral parcel registration system is 2D polygon-based, in the terminology of the LADM (ISO DIS 19152, 2011). The database contains the full history of the parcel since its creation. The scale of the cadastral maps differs from 1:2,000 in urban areas up to 1:10,000 in rural areas. The Russian Cadastre registers more than land parcels. According to article 1 of the Federal Law On State Cadastre for Real Estate the Russian cadastre (maintained by Rosreestr) registers five types of objects: 1. Land (parcels), 2. Buildings, 3. Apartment Units, 4. Other structures (bridges, pipelines etc.), and 5. Unfinished objects, i.e. objects under construction (buildings, bridges, pipelines, etc.). The implementation of this model, both the administrative (legal) and spatial parts, is realized via the two existing databases of Rosreestr. The spatial and legal information on parcels can be accessed online by the public ( Rosreestr falls under the authority of the Ministry of Economic Development of the Russian Federation. The design of the 3D Cadastral model is based on the ISO Draft International Standard (DIS) Land Administration Domain Model (LADM) as a reference model. This already includes a 3D spatial profile. In an earlier phase of the project it has become clear that there is no need to change the legal/administrative part of the model (Vandysheva et al, 2011b). It was decided that the 3D registration is based on two types of objects 1. 3D polyhedron volume (flat planes) and 2. 3D multicurve with diameter (curved surfaces around pipelines). The 3D volume parcels have their own geometry, similar as in the current 2D database (via polygons). So, the advantages are clear: relatively easy implementable with current technology (database, GIS/CAD), and similar to polygon approach in 2D. During data entry careful checks have to be implemented to validate that 3D volume parcels are well formed and non-overlapping. The 3/3

4 3D polyhedrons do fit in the Oracle spatial SDO_GEOMETRY type (as well as 2D polygons do) and Oracle has good functionality to validate the 3D volume parcels. Oracle does call this a geometry subtype and the name for a polyhedron is a solid. It is crucial to have guidelines describing how the 3D parcels must be submitted for registration. These guidelines have been described in (Vandysheva et al, 2011b) and are based on experiences in other countries especially the Queensland Directions for the Preparation of Plans (Queensland Government, 2008). The actual encoding of the 3D Parcel, as part of the initial registration/survey plan, will be done in the XML standard format according to the integration of LADM-3D (ISO, 2011) and CityGML, the OGC standard for 3D city objects based on GML (OGC, 2007) see Figure 1. This solution allows combining a 3D cadastral object (e.g. LA_LegalSpaceBuildingUnit from LADM) with its physical counterpart (e.g. part of building CityGML). After this introduction, this paper now continues with the explanation of the prototype in Section 2. The set-up of the pilot is described in Section 3. The paper ends with concluding remarks and future work in Section 4. <?xml version="1.0" encoding="utf-8"?> <CityModel xmlns=" <gml:name>tu Delft example 3D Parcel for Cadastre</gml:name> <gml:boundedby> <gml:envelope srsdimension="3" srsname="urn:ogc:def:crs:epsg:7.6:7415"> <gml:lowercorner srsdimension="3"> </gml:lowercorner> <gml:uppercorner srsdimension="3"> </gml:uppercorner> </gml:envelope> </gml:boundedby> <cityobjectmember> <generic:genericcityobject gml:id="parcel_1"> <creationdate> </creationdate> <generic:class>la_legalspacebuildingunit</generic:class> <generic:lod4geometry> <gml:solid> <gml:exterior> <gml:compositesurface> <gml:surfacemember> <gml:polygon> <gml:exterior> <gml:linearring> <gml:pos> </gml:pos> <gml:pos> </gml:pos> <gml:pos> </gml:pos> <gml:pos> </gml:pos> <gml:pos> </gml:pos> </gml:linearring> </gml:exterior> </gml:polygon> </gml:surfacemember>. </gml:compositesurface> </gml:exterior> </gml:solid> </generic:lod4geometry </generic:genericcityobject> </cityobjectmember> </CityModel> Figure 1. Example XML encoding of 3D Parcel as LADM class 'LA_LegalSpaceBuildingUnit' in CityGML using gml:solid (defined by gml:linearring s, not all displaced). 4/4

5 2. 3D CADASTRE PROTOTYPE The prototype has been designed to optimize the user experience during dissemination (and does not support other tasks such as initial registration, validation and data management). Subsection 2.1 discusses the data preparation, Subsection 2.2 explains the prototype architecture, while Subsection 2.3 shows the main functionality. 2.1 Data sets The test data consist of three cases from Nizhegorodskaya Oblast, which has been selected as pilot region in this project. Besides the 3D cadastral parcels and related administrative (legal) information, each case also includes terrain elevation, 2D cadastral parcels, 2D reference topographic data, 3D reference models (buildings), and digital photographs. The following cases have been created: Case 1 is the Teledom building (which has interesting overhangs), Case 2 is the apartment complex (a more "normal" 3D configuration for housing and nonresidential purposes) and Case 3 is a short underground gas pipeline crossing a number of parcels. In the prototype for every case two XML files are created: one with legal (administrative) data, such as rights and owners and one with 3D geometric data (in X3D encoding ISO/IEC, 2007, ISO/IEC, 2008). The data, both administrative and spatial, have been prepared in various formats and by using a range of tools: Google SketchUp (sketchup.google.com), Microsoft Excel (administrative data), X3D-Edit (savage.nps.edu/x3d-edit), an XML editing tool (for example oxygen, ArcGIS/ArcScene from ESRI ( FME from SAFE Software ( and several own scripts for converting XML-based files. For each floor of a building there is a component-object, which contains the following: floor plan (group-object with 3D polylines), 3D cadastral objects (solid group-objects) with apartment_nr -attribute, and walls (solid group-object). The 3D objects are created by using Google SketchUp and georeferenced via the topographic map. The SketchUp file is converted to X3D (via Collada and X3D-Edit). Finally, the X3D-file is extended for use in the prototype with touch-sensors (tooltips), plane-sensors, switches, default calculated viewpoints (looking east, south, west, north), references to the other datasets (terrain elevation, parcels, topographic map) and JavaScript (for event handling). 2.2 Prototype development As indicated above, the functional focus is on visualization and user interaction within a 3D viewer. The prototype has been developed as extension of the existing 2D portal with a link to the new 3D viewer see Figure 2. The main technical components are the database, the webserver and the 3D web browser. In the prototype the 3D geometry is prepared in (static) X3D files (for geometry) and corresponding administrative information in additional XML files. In the future production environment these XML/X3D files will be generated dynamically from the databases. At each location where 3D information is available in the prototype, an icon is added to the 2D cadastral map. To show the corresponding 3D-objects, the user has to click on the icon. The first time that the 3D web browser is used, the installation of an X3D-plugin (BS Contact from Bitmanagement, in the web browser is needed. 5/5

6 Existing system (copy) Prototype 2D Web portal 3D Web browser MapXtreme Webserver Mouseclick on 3D-symbol Webserver Oracle 11 Oracle 11 Figure 2. The 3D viewer as extension of the current 2D portal. 2.3 Functionality In Figure 3 the interface of the prototype is shown, which consist of 3 parts: 3D viewer (left), selection (lower right) and result display (upper right). Within the 3D viewer, the 3D objects can be rotated, inspected and manipulated. The options below the viewer can be chosen to switch certain layers on or off (topographic map, floor plans, walls, ground parcels and DTM), or to switch between the identify-mode and the move-floor-mode. When the cursor is positioned over a 3D parcel, the tooltip will give some information about the object (cadastral number). If you click on a 3D parcel, the detailed information about this parcel will show up in the result display in the upper right part of the window. Note that for the pipeline this information is different (see Figure 4) than for the building unit. The lower right part is for specifying administrative selections (based on owner, type of right, size, etc.), the results will be shown in the upper right part and highlighted in the 3D viewer. Any combination of attributes can be used to specify the selection and dropdown lists show all available options to choose from for each of the attributes. The button clear selection can be used to reset the selection, removing the highlighting from the 3D viewer and clearing the results. When in the move-floor-mode, the mouse can be used to drag out any floor of the building, showing the 3D parcels inside the building see Figure 5. Via a configuration file (also XML) it is possible to specify the text of the labels in the interface (e.g. provide English or Russian labels) and to hide certain attributes (e.g. for privacy reasons, depending on the user). 6/6

7 Figure 3: With data from Case 1 the interface of the prototype is shown: 3D viewer (left), selection (lower right) and result display (upper right). Figure 4: Case 3, the pipeline (the purple line, starts above ground near arrow and is partly below ground, but this is only/better visible in interactive mode by looking above and below the surface). When the pipeline is selected different attributes are displayed (compared to apartments) e.g. length and diameter. 7/7

8 Figure 5: Case 2, Floor_01 dragged outside the building. Note the tooltip which contains the identifier of the object during move-over (apartment P7) and also note that the floor plan is dragged simultaneously with the 3D parcel (for reference purpose, but this layer can be switched off) 3. PILOT IN THE RUSSIAN FEDERATION Conducting the pilot contributes to three main goals. The first goal is to provide the stakeholders with a better understanding of the benefits of a 3D Cadastre in Russia. The second goal is gaining insight within the project team about opportunities, pitfalls and limitations of a 3D Cadastre. The third and final goal is getting experience on the actual implementation of a 3D Cadastre. The pilot consists of one day active pilot and two weeks passive pilot (both planned for April 2012). The active pilot will be performed with a small group of participants from relevant stakeholders from Rosreestr and affiliated organisations. At end of the day, an extensive evaluation with the participants will be held. The participants have the chance to use the prototype, for example to demonstrate to others or when participants are interested in exploring the possibilities further. They also will have the opportunity to provide input on desired future developments. The participants of this part of the pilot are also from outside Rosreestr: utility companies, notaries, real estate agents or general public. The pilot will be evaluated after the two weeks of passive pilot. The evaluation is based on the experiences of the participants and on the experiences of the project team. 8/8

9 The developed prototype is one of the main tools for the pilot. However, not all desired functionality can be tested with the prototype, which has its focus on selection and presentation. To incorporate also other aspects of the implementation of a 3D cadastre, mockups of possible functionality will be used see Figure 7. This is in particular the case for the registration of 3D data. The spatial information is supplied by cadastral engineers. These engineers are not employed by Rosreestr and are private entities. The information is being validated by Rosreestr: is the geometry correct, are all required attributes present and other required checks. After the new information has been validated, the spatial information is approved and entered in the cadastral registration. After this, the legal information about ownership, encumbrances and other aspects are linked to the parcel(s). The outline of the workflow for registering new 3D objects is presented in the figures below. Figure 6 presents the overall workflow. Figure 6. Overall workflow of the web-based registration of new Cadastral Objects 9/9

10 Figure 7. Mock-up of the web-based registration of new Cadastral Objects. 4. CONCLUSION The aim of the "3D Cadastre Modelling in Russia" project, a cooperation by Russian and Dutch partners, is to create favourable (legal, institutional, and technical) conditions for the introduction of 3D cadastre in Russia. To gain experience a prototype has been developed for sample 3D cadastral objects from the pilot area Nizhegorodskaya Oblast. The experience and tools for proper description of 3D cadastral objects will be transferred to future data providers. It is important to realize that in the future the possible sources of 3D cadastral objects will originate from different sources than used in the prototype (however, this will not influence the workflow within Rosreestr): Direct survey in 3D (not tested in the current project) Start from existing floor plans and upgrade these to 3D volumes (as applied for the Nizhny Novgorod cases in the prototype, but processed more or less manually, while in the future more automation is possible) New buildings are often architecturally designed (CAD) directly in 3D, with limited additional effort (and clear guidelines) it should be possible to specify 3D cadastral objects for registration (this could be first tested e.g. Skolkovo area). The next step in the project is now to actually conduct actual pilot and based on the collected observations and experiences then update the guidelines with clear descriptions for the various 3D situations that occur in practice: What to do with wall or ceilings? What to do with disconnected (multi-part) 3D cadastral objects? What horizontal and vertical reference system to use (in what RF area)? What to do with pipelines crossing multiple parcels? What to do with curved surfaces (non-horizontal/vertical)? 10/1 0

11 What to do with partial (un)bounded objects? When can 3D Cadastral Unit exist (specific rules or not e.g. relation to construction or connection to Earth surface)? The results of the pilot are multiple. This includes the gained knowledge within the project team concerning the technical, organisational and legal implications of an information system as it is implemented in the pilot area. Another important result is formed by the experiences of the stakeholders with the prototype and the better understanding of the benefits of a 3D Cadastre in Russia. Therefore, after a successful pilot, the next step is to apply the proposal for favourable legal and institutional conditions to an operational real-world situation, but in a limited and controlled, environment e.g. in the Skolkovo area. In the future, after the current project, the final step would be to build the production environment with more functionality: including a validator, DBMS data storage, on-the fly creation of the XML/X3D data stream from the database, and extend the 3D viewer to also show the neighbour units in 3D (check their mutual relationship e.g. Teledom above shops). The validator should automatically check the 3D cadastral objects against the formal rules, before the new objects are accepted and stored in the DBMS. In the prototype this was difficult to built (and therefore omitted). However, in the production environment, proper data management tools can be used to implement some of the checks by using the correct geometric data type in the Oracle DBMS: a solid type. Also, checks for potential conflicts with other 3D objects (or columns implied by 2D surface parcel) can be implemented efficiently in this environment. Some of the tasks of the validator include: Check spatial aspects (flat faces, partition of space: no overlap or gaps, etc.) Check consistency between spatial legal/admin data and Check legal/admin attributes, proper transfer of rights between involved parties. ACKNOWLEDGEMENTS The authors of this paper would like to express their gratitude to the (current and past) partners and colleagues within the project: Oleg Schwarz, Modest Yakubovich, Vladimir Tikhonov, Vasily Romanov, Irina Yufereva, Natalia Korionova, Chrit Lemmen, Jantien Stoter, Sisi Zlatanova and Hendrik Ploeger. This research is supported in part by the Dutch Technology Foundation STW (project numbers and 11185), which is part of the Netherlands Organisation for Scientific Research (NWO) and partly funded by the Ministry of Economic Affairs, Agriculture and Innovation. 11/1 1

12 REFERENCES ISO/IEC (2007), ISO/IEC , X3D encodings Part 1: XML encoding (Edition 2), ISO/IEC (2008), ISO/IEC :2008, X3D Architecture and base components Edition 2, ISO (2011), ISO Draft International Standard (DIS), Geographic information Land administration domain model (LADM), Geneva, Switzerland, 20 January van Oosterom, P., Stoter, J., Ploeger, H., Thompson, R., and Karki, S. (2011), World-wide Inventory of the Status of 3D Cadastres in 2010 and Expectations for 2014, FIG Working Week, May, Morocco. Queensland Government (2008), Department of Environment and Resource Management. Registrar of Titles Directions for the Preparation of Plans, 19 May OGC (2007). Consortium géospatial ouvert. Geography Markup Language (GML) Encoding Standard. Editor: Clemens Portele, Version: Stoter, J., and van Oosterom, P. (2006). 3D Cadastre in an International Context: Covering legal, organisational, and technological aspects, published by Taylor & Francis. Vandysheva, N., Tikhonov, V., van Oosterom, P., Stoter, J., Ploeger, H., Wouters R., and Penkov, V. (2011a). 3D Cadastre Modelling in Russia. FIG Working Week 2011, May 2011, Marrakech, 19 p. Vandysheva, N., Ivanov, A., Pakhomov, S., Spiering, B., Stoter, J., Zlatanova, S., and van Oosterom, P. (2011b). Design of the 3D Cadastre Model and Development of the Prototype in the Russian Federation. In: Proceedings 2nd International Workshop on 3D Cadastres, November 2011, Delft, pp /1 2

13 BIOGRAPHICAL NOTES Natalia Vandysheva holds a PhD in Physics and Mathematics from S.-Petersburg University, Russia. About 30 years experience in spatial data processing, digital mapping, GIS applications for land monitoring and cadastre. Since 2000 works as the head of the Spatial Data department in the Federal Cadastral Centre Zemlya ( Land ) being responsible for digital cartography and creation of cadastre information systems on the basis of GIStechnologies. Now is also involved in creation of SDI of the Russian Federation that are implemented under the direction of the Rosreestr (Federal Service for State Registration, Cadastre and Mapping). Project leader or expert in many international projects (USA, UNEP, EU countries). Sergey Sapelnikov graduated from the Moscow State Technical University named after N. Bauman. Since 2009 works as the Deputy Head of the Federal Service for State Registration, Cadastre and Cartography. Area of his responsibility includes development of Spatial Data Infrastructure of the Russian Fedration, introduction of electronic services into registration of real property rights and keeping of cadastre, creation of the digital Public Cadastral Map, maintenance and improvement of mapping in the Russian Federation. Peter van Oosterom obtained an MSc in Technical Computer Science in 1985 from Delft University of Technology, The Netherlands. In 1990 he received a PhD from Leiden University for this thesis Reactive Data Structures for GIS. From 1985 until 1995 he worked at the TNO-FEL laboratory in The Hague, The Netherlands as a computer scientist. From 1995 until 2000 he was senior information manager at the Dutch Cadastre, were he was involved in the renewal of the Cadastral (Geographic) database. Since 2000, he is professor at the Delft University of Technology (OTB institute) and head of the section GIS Technology. He is the current chair of the FIG joint commission 3 and 7 working group on 3D-Cadastres ( ). Marian de Vries holds an MSc in Economic and Social History from the Free University Amsterdam, The Netherlands (VU). She worked some years at the Free University and the University of Nijmegen, then switched to become a software developer. Since 2001 she works as researcher at the Section GIS Technology, OTB, Delft University of Technology. Focus of her research is on distributed geo-information systems. She participated in a number of projects for large data providers in the Netherlands such as Rijkswaterstaat and the Dutch Cadastre, and in the EU project HUMBOLDT (Data harmonisation and service integration). Boudewijn Spiering obtained an MSc in Geodetic Enginering in 1991 from Delft University of Technology, The Netherlands. He is currently advisor GIS & ICT at Grontmij Nederland BV. Grontmij is a leading sustainable design, engineering and management consultancy active in the growth markets of water, energy, transportation and sustainable planning and design. His specializations include GIS, ICT, (Geo-) Information Management, Information Architecture, Data Management, Data Analysis, E-government, and various geo-applications for the (local) Dutch Government. 13/1 3

14 Rik Wouters holds a degree (MSc) in Agricultural Sciences from Wageningen University, The Netherlands. He worked for five years for FAO, where he had assignments in watershed management and forestry projects in Africa and Asia. In the Netherlands, he worked over 15 years in IT-projects. In 1996 he joined Kadaster and was responsible for large and complex IT-projects among which a project dealing with the renewal of major parts of the land registration system. In 2006 he became regional manager for Kadaster International, where he is responsible for the regions Central and Eastern Europe and Asia. In recent years he carried out many review and advisory missions to ECA-countries for the World Bank, the Dutch Government and other donor-organisations. Andreas Hoogeveen holds a degree (MSc) in Agricultural Sciences from Wageningen University, The Netherlands. After graduating Wageningen University in 1996, Andreas Hoogeveen started his career as partner with the consulting firm Optifield, focused at the use of ICT solutions and Geographic Information Systems for spatial planning. His knowledge of GIS and ICT was increased during the next two employers (Nieuwland and the Cadastre). Since 2005, Andreas Hoogeveen is Senior GIS Consultant with Royal Haskoning. The main expertise of Andreas Hoogeveen is providing solutions to content related issues. These solutions comprise spatial information systems, databases and web technology. Veliko Penkov obtained an MSc in Civil Engineering at the University of Architecture, Civil Engineering and Geodesy in Sofia, Bulgaria. Since 1992 he works on various projects in Bulgaria and Russian Federation in the field of Cadastre, Land Registration, Geographic Information Systems, Land Consolidation, Quality Management, funded by World Bank, EU funds and bilateral programmes. 14/1 4