Suite

Modification des données d'altitude DEM dans QGIS à l'aide d'un polygone


J'ai essayé de parcourir les questions existantes, mais j'ai du mal à trouver une réponse succincte à ce que j'essaie de réaliser.

Pour le fond, j'exécute un modèle d'inondation dans TUFLOW pour aider à soutenir un développement résidentiel sur des terrains vierges. Il a été démontré qu'une partie du site était inondée lors d'un événement donné et je souhaite maintenant reprofiler des zones du terrain pour permettre un stockage supplémentaire des inondations. L'espoir est qu'avec les terres reprofilées, les étendues d'inondation seront considérablement réduites et qu'il y aura donc plus de terres disponibles pour le développement.

J'ai dessiné des polygones dans QGIS sur les zones exactes qui devront être abaissées de quantités spécifiques, c'est-à-dire que la terre dans une zone varie de 66,42 à 66,73 m AOD. Ce sera désormais un AOD uniforme de 66,10 m.

Existe-t-il un moyen de modifier simplement le fichier DEM raster existant à l'aide des polygones ?


C'est en fait assez facile (je le fais fréquemment dans exactement le même scénario que vous décrivez) mais n'est pas bien documenté. Ce que vous devez faire est d'utiliser l'outil de pixellisation.

Ce que vous devez faire, c'est :

  1. Faites une copie de votre DEM (car vous allez le modifier et au cas où… )
  2. Ouvrez l'outil de rastérisation (Raster -> Conversion -> Rasterise)
  3. Sélectionnez le polygone comme entrée vectorielle et le champ pertinent comme élévation. Sélectionnez maintenant le DEM comme raster de sortie, vous serez invité à l'écraser et vous pourrez dire oui.
  4. Assurez-vous que l'option "Conserver la taille et la résolution des rasters existants" est cochée
  5. Hit go - votre DTM d'origine sera ajouté à la table des matières mais avec la zone du polygone définie sur l'altitude que vous avez spécifiée dans votre fichier de formes

Cette approche fonctionne également pour les polylignes (excellent pour définir des crêtes de défense) et pour les points (excellent pour spécifier l'élévation des cellules de sortie et d'entrée pour les réseaux 1D.

Voici un exemple très grossier :

  1. Le DTM d'origine

  1. Le polygone brut

  1. Le MNT édité montrant l'aire du polygone définie sur 5 m


pour vous débarrasser des valeurs nulles, vous devez utiliser 'SAGA> reclassifier le raster' et définir des options pour définir les valeurs nulles à zéro


Résumer l'élévation avec le DEM personnalisé

J'ai un groupe de bassins versants sur lesquels j'aimerais obtenir l'altitude, la pente et l'aspect moyens. ArcGIS Pro dispose de l'outil d'élévation Summarize, qui peut le faire rapidement, mais il ne vous permet pas de choisir le DEM, par défaut un DEM de 10 m de l'USGS. J'ai un DEM de 1 m pour ma zone d'étude que je voudrais utiliser. J'ai utilisé l'outil de statistiques zonales pour obtenir l'altitude et la pente, mais j'ai rencontré un problème d'aspect. J'ai essayé d'utiliser les instructions données dans ce post, mais je me retrouve avec des chiffres étranges. Quelqu'un a des idées ?

Utiliser le collecteur - prend environ dix secondes dans la boîte de dialogue Pointer-cliquer, en utilisant le DEM de votre choix :

Obtenir l'altitude moyenne dans les polygones de bassin versant à partir d'un DEM personnalisé est juste une jointure spatiale, en utilisant "average" comme agrégat. Pas besoin de clips et autres travaux intermédiaires, car le système fait tout cela pour vous en un seul clic. Cela fonctionne automatiquement même si les différentes couches utilisent des systèmes de coordonnées différents, ont des polygones qui se chevauchent, des géométries pathologiques, etc. Il est également trivial de le faire pour la pente, l'aspect, etc.

Voici comment, étape par étape, en ajoutant quelques illustrations supplémentaires pour guider les débutants :

Supposons que vos polygones de bassin versant se trouvent dans une couche vectorielle appelée "Watershed Polygons" et que le DEM que vous souhaitez utiliser se trouve dans une couche raster appelée "Custom DEM". Créez une carte à partir des deux couches (un clic) :

L'illustration ci-dessus montre deux cartes ouvertes pour indiquer clairement quelles sont les données de départ. Dans Manifold, vous pouvez utiliser les mêmes couches dans plusieurs cartes différentes, qui peuvent ensuite être visualisées indépendamment. Vous n'avez pas besoin de le faire pour une jointure, mais cela permet une illustration plus claire dans cet article.

La capture d'écran ci-dessus montre le bassin versant et les couches DEM utilisées dans deux cartes différentes. Sur la carte à gauche, la couche Watershed Polygons est activée, en utilisant un style gris clair pour les polygones, avec juste un peu de la couche DEM visible à travers l'endroit où il y a des puits. Dans la carte à droite, la couche de polygones est désactivée afin que vous puissiez mieux voir la couche DEM, qui a été formatée thématiquement par hauteur et ombrage de colline.

Avec le focus sur une fenêtre de carte, choisissez Edition - Rejoindre dans le menu principal pour lancer la boîte de dialogue Rejoindre :

Configurez la boîte de dialogue de jointure pour joindre des tuiles de la couche DEM personnalisée à la géométrie de la couche Polygones de bassin versant. Ce ne sont que des clics dans les menus déroulants. Vous choisissez ensuite un champ du DEM, dans ce cas le canal 0 puisque ce n'est que le canal d'un DEM (donnant la hauteur), à joindre à un nouveau champ appelé Average dans la couche Watershed Polygons. Dans le menu déroulant de la méthode d'agrégation, choisissez "average". Tout cela ne fait que trois ou quatre clics. Comme vous pouvez le voir, il existe de nombreuses autres méthodes d'agrégation que vous pouvez choisir si vous le souhaitez.

La boîte de dialogue est maintenant prête à fonctionner. Appuyez sur Rejoindre et vous avez terminé.

Le résultat est qu'un nouveau champ appelé Moyenne est ajouté à la table attributaire des polygones de bassin versant. Cela donne la moyenne des hauteurs dans chaque polygone de bassin versant.

Si vous stylisez la couleur de remplissage des polygones de bassin versant à l'aide du champ Moyenne et du même format thématique que celui utilisé pour les hauteurs dans le DEM, vous pouvez voir dans la comparaison côte à côte ci-dessus comment chaque polygone de bassin versant a maintenant la hauteur moyenne pour la région de le DEM qu'il couvre.

La documentation complète pour la boîte de dialogue Rejoindre est ici, ainsi que de nombreux exemples et vidéos.

Le collecteur est entièrement parallèle, y compris l'utilisation d'un calcul GPU massivement parallèle pour des choses comme la pente ou l'aspect, donc la façon de le faire est de prendre d'abord quelques secondes pour créer un raster de pente à partir de votre DEM personnalisé à l'aide de la transformation de pente. C'est une boîte de dialogue pointer-cliquer qui en quelques clics, une pensée proche de zéro et quelques secondes crée une pente, un aspect, une courbure, etc., un raster pour vous. Vous pouvez ensuite prendre quelques clics supplémentaires pour effectuer la procédure avec l'altitude moyenne pour ajouter des champs de pente moyenne, d'aspect, etc. à vos polygones de bassin versant.

Vous pouvez essayer tout ce qui précède dans la visionneuse gratuite, qui est également entièrement parallèle au processeur et au processeur graphique et qui effectue toutes les jointures et les transformations.

Si vous préférez une approche programmatique pour pointer et cliquer sur les boîtes de dialogue, vous pouvez faire tout ce qui précède en SQL. En fait, la boîte de dialogue Join écrira pour vous le SQL qui implémente la jointure spatiale, et les modèles de transformation écriront le SQL pour des choses comme la pente et l'aspect. Vous pouvez ensuite les copier/coller ensemble dans une seule requête parallèle entièrement CPU et GPU qui fait tout le travail en une seule requête.


Version actuelle

La version 7 d'ArcticDEM comprend 185 800 nouvelles bandes DEM de résolution de 2 mètres et une réédition des 75 000 bandes précédentes avec des algorithmes de filtrage de données améliorés. Ces données couvrent l'ensemble du domaine ArcticDEM. Les améliorations de la production comprennent un filtrage amélioré pour préserver les côtes et mieux résoudre les zones densément boisées qui sont soumises à des variations saisonnières.

L'ensemble du domaine ArcticDEM a été re-mosaïqué avec les DEM supplémentaires afin de combler les lacunes des versions précédentes. La mosaïque totale comprend 2 488 tuiles à une résolution de 2 mètres (réparties en 9 228 sous-tuiles). Des versions à résolution réduite de la mosaïque sont également disponibles à 10 mètres, 32 mètres, 100 mètres, 500 mètres et 1 kilomètre à des fins cartographiques.

HISTORIQUE DES VERSIONS
VERSION 1
VERSION 2
VERSION 3
VERSION 4
VERSION 5
VERSION 6
VERSION 7 (COURANT)

Bandes ArcticDEM

Les fichiers de bande DEM correspondent à la zone de chevauchement des bandes d'images de paires stéréo en entrée telles qu'elles sont collectées par la constellation de satellites en orbite polaire de DigitalGlobe. Les dimensions de la bande DEM varieront en fonction du capteur satellite qui a acquis les images et de l'angle de collecte hors nadir. La plupart des bandes mesurent entre 16 km et 18 km de largeur et entre 110 km et 120 km de longueur.

Les fichiers DEM en bande sont fournis à une résolution spatiale de 2 mètres au format GeoTIFF 32 bits. Les unités d'altitude sont des mètres et sont référencées à l'ellipsoïde WGS84. Les fichiers de bande DEM incluent des fichiers texte de métadonnées décrivant les décalages xyz des données altimétriques IceSAT filtrées, bien que ces traductions n'aient pas été appliquées aux fichiers DEM. Un script Python permettant d'appliquer ces traductions sur les fichiers DEM de bande téléchargés est hébergé sur la page GitHub du Polar Geospatial Center, ainsi que d'autres utilitaires de traitement de données géospatiales utiles.

Couverture de bande ArcticDEM (version 7) Densité des bandes ArcticDEM (version 7)

STATISTIQUES
TOTAL DES SCÈNES
TÉLÉCHARGER

Mosaïque ArcticDEM

Les fichiers DEM Mosaicked sont compilés à partir des meilleurs fichiers DEM en bande de qualité qui ont été mélangés et amincis pour réduire les zones vides et les artefacts de correspondance des bords. Les données altimétriques IceSAT filtrées ont été appliquées aux fichiers raster pour améliorer la précision absolue.

Les fichiers DEM mosaïqués sont distribués en sous-tuiles de 50 km x 50 km. Les DEM Mosaicked sont fournis à une résolution spatiale de 2 mètres au format GeoTIFF 32 bits. Des versions à résolution réduite sont également disponibles à des résolutions de 10 mètres, 32 mètres, 100 mètres, 500 mètres et 1 kilomètre. Les unités d'altitude sont des mètres et sont référencées à l'ellipsoïde WGS84.

Couverture en mosaïque ArcticDEM (version 7)


SIG SAGA

Bonjour, je dois générer un DEM (au format *.asc) avec une taille de cellule définie par l'utilisateur à partir de lignes de contour numérisées à un intervalle de 20 m (contours.shp) à l'aide d'une interpolation de spline à plaque mince. Ensuite, je dois créer un polygone représentant ma zone d'étude (limite irrégulière) pour découper/rogner le DEM dans ma zone d'étude afin que les valeurs d'altitude en dehors de la limite soient supprimées. Quelqu'un peut-il avoir la gentillesse de lister les étapes ou de m'envoyer un tutoriel grâce auquel je peux effectuer mon travail dans SAGA 2.0.8 32 bits. - ParagJDutta

Salut-
Voici une approche qui pourrait fonctionner.

  1. Développer un polygone de zone d'étude. Vous aurez besoin d'une grille existante ou d'une couche de formes à utiliser qui inclut la zone spatiale de votre zone d'étude.
  2. Module Formes - Outils/Créer une nouvelle couche de données de formes. Exécutez ce module et créez une nouvelle couche de données de formes de polygones vierge.
  3. Affichez la couche de données de grille ou de formes qui inclut la zone d'étude. Affichez la nouvelle couche de données de formes de polygones dans la même fenêtre de vue cartographique.
  4. Utilisez des outils de numérisation à l'écran pour numériser une limite de polygone définissant la zone d'étude. Enregistrez ce calque et attribuez-lui un nom de zone d'étude.
  5. Chargez et affichez votre couche de données de formes de courbes de niveau de 20 m.
  6. Utilisez le module Formes - Polygones/Découpage de polygones. Pour l'entrée Délimiter les entités, utilisez la couche de données de formes de polygones de votre zone d'étude. Pour les entités en entrée, utilisez la couche de données de formes de lignes Contours_20_meter. Lorsque vous exécutez le module, le polygone de la zone d'étude COUPE tous les contours à l'extérieur de la limite du polygone et ne conserve que les contours à l'intérieur du polygone. La sortie par défaut sera nommée Contours_20_meter [clipped] . Renommez-le.
  7. Convertissez la couche de données de formes de lignes Contours_20_meter [découpées] en une couche de données de formes de points à l'aide du module Shapes -Points/Convert Lines to Points. Utilisez l'option "créer" pour le paramètre Points et utilisez Contours_20_meter [écrêté] pour le paramètre Lignes. La sortie est une couche de données de formes de points avec des points remplaçant les lignes d'origine. Il existe un attribut pour la valeur Contour.
  8. Exécutez la grille - Spline Interpolation/Thin Plates Spline (Local) [ou Global] . Utilisez la sortie de la couche de données de formes de points du module Convertir les lignes en points comme entrée pour le paramètre Formes. Il existe plusieurs choix dans les modules pour découper la couche de données de grille avec le polygone de votre zone d'étude.

Je pense que ce qui précède devrait vous fournir un DEM de couche de données de grille. Vous devrez faire attention aux différentes options des modules au fur et à mesure que vous les utilisez.

Salut Kim, Merci d'avoir pris le temps de lister toutes les étapes. Laissez-moi d'abord apprendre la procédure pour générer le DEM (en format .asc) à partir des contours numérisés (contours.shp). J'ai numérisé les contours sous forme de polygones. pas des lignes. Mais il n'y a pas de module Formes -Points/Convertir les polygones en points. Je gère SAGA pour la première fois. De plus, il sera plus utile si vous pouvez élaborer sur les entrées de l'utilisateur dans la fenêtre des propriétés de l'objet. LE DEM DE SORTIE FINAL DOIT ÊTRE DANS LE .ASC FORMAT. - ParagjDutta

Salut, le format ASC n'est pas un problème. Vous travaillerez avec le format de grille natif de SAGA et enfin l'exporterez au format ASC. Pas de problème, il existe un module pour cela (dès que vous avez déjà terminé) :
Modules/Fichier/Grille/Exporter/Exporter Esri Arc/Grille d'informations

Salut Jan, j'ai réussi à convertir les contours en grille ASC par interpolation spline. Cependant, comme je gère SAGA pour la première fois, je ne sais pas comment utiliser les outils de numérisation à l'écran pour numériser une limite de polygone définissant la zone d'étude. Après avoir exécuté le calque Formes - Outils/Créer un nouveau calque de formes, j'ai cliqué sur l'outil d'action. Je ne vois aucun curseur de numérisation dans la fenêtre d'affichage de la carte. Comment puis-je exécuter ce module et créer une nouvelle couche de données de formes de polygones vierge ? Un guide étape par étape serait vraiment utile. - ParagJDutta

Salut,
comment veux-tu créer le polygone? Si vous souhaitez le dessiner manuellement, je vous suggère d'utiliser QGIS pour cela. J'utilise les deux programmes - SAGA pour le traitement et l'analyse des données raster et QGIS pour la manipulation des données vectorielles et pour la production de cartes finales (pour l'impression, etc.). La licence est la même que pour SAGA, vous avez donc suffisamment de liberté.

Et les outils vectoriels de QGIS sont à mon humble avis très conviviaux.

Bonjour, je voudrais m'en tenir à SAGA pour tracer manuellement la limite du polygone. Je ne veux pas gâcher avec plus d'inconnus comme GRASS ou QGIS. J'ai à la fois les DEM interpolés au format .sgrd et .asc. Maintenant, j'ai chargé la grille au format sgrd et je l'ai ouverte dans une nouvelle fenêtre d'affichage de carte. Après cela, j'ai exécuté le module Formes - Outils/Créer un nouveau calque de formes. Maintenant quoi.

Salut-
Voici une approche qui pourrait fonctionner.

  1. Développer un polygone de zone d'étude. Vous aurez besoin d'une grille ou de formes existantes
    couche à utiliser qui inclut la zone spatiale de votre zone d'étude.
  2. Module Formes - Outils/Créer une nouvelle couche de données de formes. Exécuter ce module
    et créez une nouvelle couche de données de formes de polygones vierge.
  3. Affichez la couche de données de grille ou de formes qui inclut la zone d'étude.
    Affichez la nouvelle couche de données de formes de polygones dans la même fenêtre de vue cartographique.
  4. Utilisez des outils de numérisation à l'écran pour numériser une limite de polygone définissant
    la zone d'étude. Enregistrez ce calque et attribuez-lui un nom de zone d'étude.
  5. Chargez et affichez votre couche de données de formes de lignes de contour de 21 m.
  6. Utilisez le module Formes - Polygones/Découpage de polygones. Pour les fonctionnalités du clip
    entrée, utilisez la couche de données de formes de polygones de votre zone d'étude. Pour l'entrée
    Caractéristiques, utilisez la couche de données de formes de lignes Contours_20_foot. Lorsque vous exécutez
    le module, le polygone de la zone d'étude COUPE tous les contours à l'extérieur du
    limite du polygone et ne conserve que les contours à l'intérieur du polygone. Le
    la sortie par défaut sera nommée Contours_20_foot [clipped] . Renommez-le.
  7. Convertir la couche de données de formes de ligne Contours_20_foot [coupée] en points
    Couche de données de formes à l'aide du module Formes -Points/Convertir les lignes en points.
    Utilisez l'option "créer" pour le paramètre Points et utilisez le
    Contours_20_foot [écrêté] pour le paramètre Lignes. La sortie est un point
    forme la couche de données avec des points remplaçant les lignes d'origine. Il y a un
    attribut pour la valeur de contour.
  8. Exécuter la grille - Spline Interpolation/Spline à plaques minces (local) [ou
    Global] . Utilisez la sortie de la couche de données de formes de points de Convertir les lignes en
    Module Points comme entrée pour le paramètre Formes.

Je pense que ce qui précède devrait vous fournir un DEM de couche de données de grille. Tu vas avoir
de prêter attention aux différentes options des modules au fur et à mesure que vous les utilisez.

-----Message d'origine-----
De : Parag Jyoti Dutta [mailto:[email protected]]
Envoyé : mercredi 27 mars 2013 06:54 AM
À : [saga-gis:discussion]
Objet : [saga-gis:discussion] Génération de MNE à partir de courbes de niveau numérisées
à l'aide de l'interpolation de spline de plaque mince

Bonjour, je dois générer un DEM (au format *.asc) avec une taille de cellule définie par l'utilisateur
à partir des courbes de niveau numérisées à intervalle de 20 m (contours.shp) à l'aide d'un
interpolation de spline de plaque. Ensuite, je dois faire un polygone représentant mon
zone d'étude (limite irrégulière) pour découper / recadrer le DEM dans ma zone d'étude afin
que les valeurs d'altitude à l'extérieur de la limite sont supprimées. Quelqu'un peut-il être
assez aimable pour énumérer les étapes ou m'envoyer un tutoriel par lequel je peux
effectuer mon travail dans SAGA GIS. - ParagJDutta

Approche très réfléchie et également utile pour moi.

Merci d'avoir pris le temps de définir la procédure.

Université du sud du Queensland

De : Kim Cimmery [mailto:[email protected]]
Envoyé : jeudi 28 mars 2013 02:29
À : [saga-gis:discussion]
Objet : [saga-gis:discussion] Re : Générer un DEM à partir d'un contour numérisé
lignes utilisant l'interpolation de spline de plaque mince

Salut-
Voici une approche qui pourrait fonctionner.

  1. Développer un polygone de zone d'étude. Vous aurez besoin d'une grille existante ou
    formes
    couche à utiliser qui inclut la zone spatiale de votre zone d'étude.
  2. Module Formes - Outils/Créer une nouvelle couche de données de formes. Exécutez ceci
    module
    et créez une nouvelle couche de données de formes de polygones vierge.
  3. Affichez la couche de données de grille ou de formes qui inclut la zone d'étude.
    Affichez la nouvelle couche de données de formes de polygones dans la même fenêtre de vue cartographique.
  4. Utilisez des outils de numérisation à l'écran pour numériser une limite de polygone
    définir
    la zone d'étude. Enregistrez ce calque et attribuez-lui un nom de zone d'étude.
  5. Chargez et affichez votre couche de données de formes de lignes de contour de 21 m.
  6. Utilisez le module Formes - Polygones/Découpage de polygones. Pour le clip
    Caractéristiques
    entrée, utilisez la couche de données de formes de polygones de votre zone d'étude. Pour l'entrée
    Caractéristiques, utilisez la couche de données de formes de lignes Contours_20_foot. Lorsque vous exécutez
    le module, le polygone de la zone d'étude COUPE tous les contours à l'extérieur du
    limite du polygone et ne conserve que les contours à l'intérieur du polygone. Le
    la sortie par défaut sera nommée Contours_20_foot [clipped] . Renommez-le.
  7. Convertissez la couche de données de formes de ligne Contours_20_foot [coupée] en un
    points
    Couche de données de formes à l'aide du module Formes -Points/Convertir les lignes en points.
    Utilisez l'option "créer" pour le paramètre Points et utilisez le
    Contours_20_foot [écrêté] pour le paramètre Lignes. La sortie est un point
    forme la couche de données avec des points remplaçant les lignes d'origine. Il y a un
    attribut pour la valeur de contour.
  8. Exécuter la grille - Spline Interpolation/Spline à plaques minces (Local)
    [ou alors
    Global] . Utilisez la sortie de la couche de données de formes de points de Convertir les lignes en
    Module Points comme entrée pour le paramètre Formes.

Je pense que ce qui précède devrait vous fournir un DEM de couche de données de grille. Tu vas avoir
de prêter attention aux différentes options des modules au fur et à mesure que vous les utilisez.


Abstrait

Cet article décrit le développement d'un modèle pour interfacer un système de drainage urbain planifié avec un système d'information géographique (SIG) grâce à l'introduction d'outils open-source Numérotation automatique et Obtenir l'altitude extraire les données essentielles du SIG et Excel2SIG pour relier les données de sortie entre le SIG et le programme de conception de drainage. La création d'une gamme de données essentielles à partir de référentiels de bases de données numériques facilite le développement d'outils d'aide à la décision pour les urbanistes dans une simulation de différents scénarios de schéma de drainage urbain et atténue les interférences avec d'autres services publics d'infrastructure. Ces outils, modélisés avec un logiciel de conception et une plate-forme SIG, sont testés dans deux études de cas. Les résultats révèlent des améliorations essentielles de la précision de la sortie, du temps nécessaire pour préparer et exécuter le modèle et la présentation du modèle qui visualise les résultats de la conception hydraulique et la localisation globale du drainage. disposition sur un plan directeur d'urbanisme.


Données DEM du mont Rainier

Après quelques recherches sur Internet et être tombé sur divers articles de recherche universitaires sur ce sujet, j'ai trouvé des données de 10 mètres pour le mont Rainier ici :

Cet ensemble de données particulier a été créé en numérisant des cartes topographiques traditionnelles et est divisé en “quads”. Vous pouvez voir que le mont Rainier se trouve dans le coin supérieur gauche de cette région de Yakima, et j'ai choisi les quatre quads entourant le sommet à utiliser comme données.

Une fois les quatre fichiers téléchargés, j'en ai ouvert un dans 3D Studio Max :

La première chose que j'ai remarquée est que les fichiers sont volumineux : chaque quad contenait environ 2,6 millions de triangles. Ensuite, j'ai remarqué beaucoup de données supplémentaires: de grandes parcelles de triangles aléatoires, des triangles couvrant certains points sans raison, etc. Les fichiers DEM peuvent varier, et j'ai une ancienne version 2014 de Max, donc on ne sait pas ce qui causait le “pollution” dans le fichier, mais les modèles semblaient encombrés et laids lors de la première ouverture. La capture d'écran ci-dessous montre les problèmes tels qu'ils apparaissaient dans Max :

Il m'a fallu environ 20 minutes par fichier pour étudier le fichier et sélectionner et supprimer les données qui étaient clairement erronées. Les quatre quads réunis dans une scène ont donné plus de 10 millions de triangles, ce qui est beaucoup (plus d'informations à ce sujet), mais ils se sont réunis en une glorieuse version 3D du mont Rainier et de ses environs :

C'est ce que je recherchais ! Dans cet ensemble de données, nous regardons d'est en ouest, avec le nord dans le coin supérieur droit, et vous pouvez voir des pics comme Little Tahoma (au centre, devant le sommet) et distinguer clairement le cratère au sommet. Voici une vue de haut en bas (nord en haut), avec les quads ombrés pour que vous puissiez voir l'étendue de chacun :

(Vous remarquerez peut-être que les quadrilatères ne sont pas parfaitement alignés verticalement. Une chose que j'ai apprise au cours de ce projet est que les données cartographiques viennent dans toutes sortes d'orientations et dans toutes sortes de projections. Le nord n'est pas toujours droit, les projections ne le sont pas. toujours plat et il existe de nombreuses manières différentes pour les gens de diviser la terre en une grille.)

Maintenant que j'avais ce magnifique modèle haute résolution dans 3D Studio Max, l'étape suivante consistait à dimensionner et à masser le modèle 3D dans un format pouvant être imprimé en 3D. J'étais assez enthousiasmé par la beauté de ce modèle 3D de la montagne, et je savais qu'il ferait une excellente impression 3D. À ce stade, j'ai pensé qu'il me restait quelques heures avant de télécharger un fichier STL sur Shapeways et de commander l'impression 3D. Il s'avère que pas tout à fait…


Affichage des résultats

Formats de sortie

Dans cette section, nous examinerons la visualisation des résultats 2D. Il existe une variété d'options pour afficher les résultats TUFLOW. Les options suivantes sont les plus couramment utilisées :

  • Format de grille SIG: sortie directement au format de grille raster adapté à une utilisation dans la plupart des packages SIG.
  • Peut être généré au format ESRI ascii (.asc) avec la commande TUFLOW Control File : Format de sortie de la carte==ASC. Ceci est recommandé pour les utilisateurs de MapInfo / Vertical Mapper.
  • Peut être généré au format flottant binaire ESRI (.flt) avec la commande TUFLOW Control File : Format de sortie de la carte==FLT. Ceci est recommandé pour les utilisateurs d'ArcMap et de QGIS.
  • Format SMS .dat: Utilisé par SMS et également par le plugin QGIS TUFLOW (les deux méthodes décrites ci-dessous). La commande du fichier de contrôle TUFLOW est : Format de sortie de la carte==Date
  • Format SMS .xmdf: Utilisé par SMS et QGIS TUFLOW Plugin. C'est une version plus avancée du .dat ci-dessus. Il contient tous les résultats dans un seul fichier de sortie. La commande du fichier de contrôle TUFLOW est : Format de sortie de la carte==XMDF
  • Format WaterRide .wrb: Utilisé par Waterride. La commande du fichier de contrôle TUFLOW est : Format de sortie de la carte==WRB
  • Format BlueKenue .t3: Utilisé par BlueKenue. La commande du fichier de contrôle TUFLOW est : Format de sortie de la carte==T3

Il est également possible d'obtenir plusieurs sorties pour une seule simulation. Par exemple, la grille SIG et la sortie WaterRide peuvent être écrites en utilisant la syntaxe Format de sortie de la carte == FLT WRB
Remarque : Avant la version 2013 de TUFLOW, il était nécessaire d'utiliser un utilitaire disponible gratuitement (appelé TUFLOW_to_gis.exe) pour convertir les formats .dat ou .xmdf en grilles SIG. Cependant, il est désormais possible de faire sortir les résultats par TUFLOW directement au format SIG. Le format .flt est le format par défaut pour la version 2013-12-AB et il est préférable d'utiliser ArcMap ou QGIS. Cependant, si vous utilisez MapInfo et Vertical Mapper, le format .asc est requis.

Selon le logiciel que vous allez utiliser pour afficher les résultats, vous devrez peut-être modifier le Format de sortie de la carte et Format de grille commandes dans le fichier de contrôle et réexécutez le modèle. Par exemple, si vous utilisez SMS et ArcMap, les paramètres recommandés seraient :
Format de sortie de la carte == XMDF FLT
Cependant, si vous utilisez WaterRide et Mapinfo, les paramètres recommandés seraient :
Format de sortie de la carte == WRB ASC

Il est également possible de contrôler la fréquence et les types de sortie pour chaque format de sortie séparément, mais cela n'est pas couvert dans ce didacticiel.

Affichage des résultats

Ouvrez et affichez les résultats TUFLOW dans votre package de visualisation, pour obtenir des instructions à ce sujet, veuillez sélectionner votre package de résultats ci-dessous.


Dépendances

Ce travail introduit une nouvelle dépendance aux bibliothèques Qt 3D (Qt3DCore, Qt3DRender, Qt3DInput, Qt3DLogic). Ces bibliothèques ont été incluses avec Qt5 depuis la sortie de Qt 5.7, mais il a été constaté qu'il y a des bogues critiques dans Qt 5.7.x qui empêchent l'utilisation de cette version avec QGIS 3D. La version minimale est donc Qt 5.8, mais il est recommandé de construire avec Qt 5.9 qui ajoute d'autres améliorations et corrections de bogues, ainsi qu'une promesse de maintenance à long terme de Qt Company.


CV

La evapotranspiración ripariana del agua subterránea (ETg) constitue un composant principal de la balance de agua especialmente en muchos ambientes áridos y semiáridos. Aunque la variabilidad espacial y temporal de la ETg ripariana está controlada por el clima, la vegetación y las características subsuperficiales, la profundidad del nivel freático (DTWT) es a menudo considerado el mayor factor de control. Se implementaron las relaciones entre los ritmos de ETg y DTWT, referidas como curvas de ETg, en los paquets de ETg de MODFLOW (EVT, ETS1 y RIP-ET) con formas funcionales diferentes. Se investigaron aquí, la sensibilidad del balance de agua subterránea en los modelos de agua subterránea MODFLOW a los parámetros ETg (incluyendo curvas ETg, elevación de la superficie del terreno y estacionalidad de ETg). Se usó un modelo MODFLOW del hipotético Dry Alkaline Valley en el sudoeste de EEUU para mostrar como la representación espacial de la vegetación ripariana y los metodos de procesamiento del modelo digital de elevación (DEM) impactan el balance de agua cuando se utiliza el RIPGIS (un GIS basado en el programa ETg) con el paquete MODFLOW's RIP-ET, y los resultados son comparados con los paquets de EVT y ETS1. Los resultados muestran un impacto considérable sobre la ETg y otros componentes del balance del agua subterránea provocado por la representación espacial de la vegetación ripariana, el tipo de vegetación, la fracción de áreas cubiertas y las elevaciones de la superficie del terreno. RIPGIS-NET mejora la estimación de ETg en MODFLOW incorporando los parámetros de la vegetación y de la superficie del terreno, proporcionando una herramienta para estudios ecohidrológicos, manejo de ecosistemas riparianos y restauración de corrientes.

(ETg) ,特别是在许多干旱半干旱地区。河岸带腾发存在空间和时间上的差异,影响因素包括:气候、植被和地面以下各种,这其中地下水埋深 (DTWT) 被认为是最重要的一个控制因素。腾发(ETg)速率和地下水位埋深(DTWT)的关系用ETg曲线表示。利用ETg程序包(EVT, ETS1和RIP-ET),在MODFLOW不同的功能形式下即可绘制。本文探讨了MODFLOW地下水模型中水量平衡对腾发参数(包括腾发曲线,地面高程,季节性腾发)的灵敏性。在虚拟的RIPGIS-NET (基于 GIS的 ETg 程序)与 MODFLOW的 RIP-ET 包,目的以阐明不同的河岸带植被的空间分布和地面数字高程模型(DEM)处理方法是,并将该将结果和EVT ETS1 包处理的结果进行对比。结果表明河岸带植被的空间分布,植被类型,植被覆盖率和地面高程都对腾发量及其它地下水水量均衡,加载了RIPGIS-NET程序包的MODFLOW提高了腾发量估算精度,为生态水文研究、河岸带生态系统管理和河流恢复工程提供支撑。


SIG tout autour

Le géoportail national du ministère de l'Environnement et de la Protection de la terre et de la mer fonctionne dans le cadre réglementaire établi par le décret législatif no. 32/2010 et modifications et ajouts ultérieurs, la transposition italienne de la directive européenne 2007/2 / CE établissant une infrastructure d'information spatiale dans la Communauté européenne (INSPIRE).

Article.8, paragraphe 2, du décret législatif no. 32/2010 prévoit que le géoportail national est le point d'accès national aux objectifs de la directive INSPIRE, fournissant ainsi une base aux autorités compétentes, aux tiers et aux particuliers pour rechercher les informations spatiales disponibles.

Le Géoportail National est au cœur d'une architecture réseau conçue comme un réseau fédéré dans lequel chaque nœud est « connecté » au point d'accès central qu'est le Géoportail National lui-même. L'objectif principal est la création d'un système d'information géographique environnementale généralisé composé de nœuds qui mettent à disposition leurs propres informations spatiales environnementales en partageant ses métadonnées : la gestion et la mise à jour des métadonnées, des données spatiales et des services associés sont ainsi assurées par l'administration qui produit les données sans aucun transfert physique de celles-ci. Ce réseau est composé principalement d'autorités publiques qui peuvent ainsi remplir ses obligations institutionnelles en matière d'aménagement et de gestion du territoire et de l'environnement.

L'USGS Land Cover Institute (LCI) – Obtenir des données sur la couverture des terres

Le LCI abordera des sujets liés à la couverture des sols à l'échelle locale et mondiale, et dans des contextes nationaux et internationaux. L'USGS, par l'intermédiaire du Land Cover Institute, sert de facilitateur pour la science de la couverture et de l'utilisation des terres, les applications et les fonctions de production. L'institut contribue à la disponibilité et au soutien technique des ensembles de données sur la couverture végétale en sensibilisant davantage le public et les scientifiques à l'importance de la science de la couverture végétale.

Liens de données sur la couverture des terres africaines

Liens de données sur la couverture des terres asiatiques

Liens de données sur la couverture terrestre européenne

Liens de données sur la couverture des terres d'Amérique centrale

Liens de données sur la couverture terrestre de l'Amérique du Sud

Liens de données sur la couverture terrestre de l'Australasie

Autres sites d'intérêt

Liens d'information USGS

GISCO : Informations géographiques et cartes – Geodata

Les fichiers de géodonnées présentés dans cette section peuvent être téléchargés. Pour traiter les géo-données téléchargées, la disponibilité d'un logiciel de Système d'Information Géographique (SIG) est requise. Si vous recherchez des cartes en tant que produit final (images), n'hésitez pas à parcourir la section “maps”.

Tous les ensembles de données sont fournis avec des métadonnées au format XML. Une feuille de style XML est également fournie pour faciliter la visualisation des métadonnées avec un navigateur HTML.

Les jeux de données géographiques sont fournis dans deux formats : shapefile et ‘personal geodatabase’. Les fichiers de formes ont une limitation dans la longueur du nom d'attribut. Pour cette raison, le nom de l'attribut peut être tronqué par rapport au nom trouvé dans les métadonnées ou dans la géodatabase personnelle.

GISCO : Informations géographiques et cartes – Digital Elevation Model (DEM)

Un ‘Digital Elevation Model (DEM)’ est une approximation 3D de la surface du terrain créée à partir des données d'élévation.

Le terme ‘Digital Surface Model (DSM)’ représente la surface de la Terre et inclut tous les objets, y compris par ex. forêts, bâtiments.

The Digital Elevation Model over Europe from the GMES RDA project (EU-DEM) is a Digital Surface Model (DSM) representing the first surface as illuminated by the sensors. EU-DEM covers the 39 member and cooperating countries of EEA and it has been produced by a consortium led by Indra. Intermap edited the EU-DEM and AGI (Aerogeodezijos Institutas) provided the water mask. The EU-DEM dataset is a realisation of the Copernicus programme, managed by the European Commission, DG Enterprise and Industry. The EU-DEM is a 3D raster dataset with elevations captured at 1 arc second postings (2.78E-4 degrees) or about every 30 metre. It is a hybrid product based on SRTM and ASTER GDEM data fused by a weighted averaging approach. The EU-DEM has been generated as a contiguous dataset divided into 1 degree by 1 degree tiles corresponding to the SRTM naming convention. The spatial reference system is geographic, lat/lon with horizontal datum ETRS89, ellipsoid GRS80 and vertical datum EVRS2000 with geoid EGG08. The vertical unit of this DSM is metres. These tiles have then been aggregated into 5°x5° tiles which have been projected to ETRS-LAEA by JRC.

In addition, several products have been generated:

a) a colour shaded relief image over Europe has been created by EEA using a hillshade dataset derived from the ETRS89-LAEA version of EU-DEM (Please note that this dataset cannot be used for analysis purposes and that there are some known artefacts West of Norway.)

b) the hydrography layer (streams, confluence points, and watersheds) and

c) the Root Mean Square Error (denoting the error derived in the quality assessment procedure).

All datasets of Version 1 are made available as tiles (5࡫° or 1000x1000km) and as single files:

•EU-DEM in ETRS89 (EPSG code 4258)
•EU-DEM in ETRS89-LAEA (EPSG code 3035)
•Colour shaded relief image over Europe in ETRS89-LAEA (EPSG code 3035)

The datasets are encoded as GeoTIFF with LZW compression (tiles) or DEFLATE compression (European mosaics as single files) for the raster files, and as GDB for the Vector data sets.

The EU-DEM statistical validation documents a relatively unbiased (-0.56 meters) overall vertical accuracy of 2.9 meters RMSE, which is fully within the contractual specification of 7m RMSE. The full report is found here.