Suite

Perte de synchronisation entre la carte et les repères (Dépliant + Google Maps)


J'ai un problème d'utilisation des marqueurs avec Google Maps avec Leaflet. Dans cet exemple, vous pouvez voir la différence entre Google Maps ou OSM.

En utilisant OSM, le marqueur se déplace avec la carte mais en utilisant Google Maps, il semble que le mouvement ne soit pas synchronisé.

Un autre exemple du même problème

Existe-t-il une solution connue à ce problème ?


Ce que vous décrivez est un problème bien connu avec l'animation des tuiles de fond de carte Google dans Leaflet, et malheureusement, je ne pense pas qu'il existe de solution simple.

La carte dans le violon utilise le plugin Leaflet Google.js de Pavel Shramov.

Comme expliqué dans cette réponse par @mourner, ce plugin "agit comme un proxy pour l'API Google Maps d'origine v3, donc il ne fonctionne pas aussi bien que de simples couches de tuiles Leaflet, et malheureusement vous ne pouvez pas utiliser directement les tuiles Google Maps [ dans la brochure] en raison des restrictions des conditions d'utilisation"

Vous pouvez essayer les alternatives discutées ici, mais je pense que vous aurez les mêmes problèmes d'animation que vous avez maintenant (il ressemble beaucoup au plugin Shramov).


Ce plugin pour Debian n'a pas ce problème, mais ne répond pas aux conditions d'utilisation de google (Exemple officiel).

Ou essayez ce code :

var map = L.map( 'map' ).setView( [ 51.505, -0.09 ], 13 ); L.tileLayer( '//mt{s}.googleapis.com/vt?x={x}&y={y}&z={z}', { maxZoom : 18, sous-domaines : [ 0, 1, 2, 3 ] } ).addTo( map ); var marker = L.marker( [ 51.5, -0.09 ] ).addTo( map );

Raconter l'histoire personnelle et collective du tourisme patrimonial : représentations conflictuelles de la mine et de la communauté de São Domingos

Cet article explore les complexités et les contradictions, ainsi que le potentiel progressif des sites touristiques du patrimoine industriel. Il examine comment les sites du patrimoine industriel peuvent permettre, voire favoriser, la communication d'histoires et d'expériences personnelles et collectives d'artisanat et de modes de vie passés, ainsi que l'oppression, l'exploitation et l'abandon qui accompagnent souvent l'industrie. L'objectif de l'essai est la refonte en cours en une destination touristique du patrimoine industriel d'un ancien village et complexe minier au Portugal. Construite et gérée par une société minière anglaise au milieu du XIXe siècle, la mine a fonctionné jusque dans les années 1960. Trois représentations de l'histoire de la mine et de la communauté de S. Domingos sont analysées et confrontées, à savoir deux expositions préparées pour le 150e anniversaire de la fondation de la mine, une exposition de peinture, photographie et multimédia, et un livre écrit et auto-édité par un ancien mineur.

Reprendre

Cet article explore les complexités et les contradictions en même temps que le potentiel croissant du tourisme pour les sites du patrimoine industriel. Il examine la manière dont les sites de patrimoine industriel peuvent permettre, si ce n'est favorise, la communication d'histoires personnelles et collectives et les expériences d'artisanat et de modes de vie du passé, en même temps que l'oppression, l'exploitation et l'abandon qui vont souvent de pair avec l'industrie. Cet essai se concentre sur la réaffectation continue d'une destination touristique de patrimoine industriel, celle d'un ancien village et complexe minier du Portugal. Dirigée par une compagnie minière anglaise au milieu du XIX e siècle, la mine est restée en activité jusque dans les années 1960. Troiss de l'histoire de la mine et de la communauté de S. Domingo sont analysées et comparées, nommées représentation de deux expositions préparées pour le 150 e anniversaire de la fondation de la mine, une exposition de peinture, photographie et multimédia et un livre écrit et publié à compte d'auteur par un ancien mineur.


Contexte

Le risque d'infection et de décès par COVID-19 pourrait être associé à une distribution hétérogène à un niveau restreint de facteurs environnementaux, socio-économiques et démographiques. Notre objectif était d'étudier, au niveau d'une petite zone, si l'exposition à long terme aux polluants atmosphériques augmentait le risque d'incidence et de décès du COVID-19 en Catalogne, en Espagne, en contrôlant les facteurs socio-économiques et démographiques.

Méthodes

Nous avons utilisé une conception écologique longitudinale mixte avec la population étudiée constituée de petites zones en Catalogne pour la période du 25 février au 16 mai 2020. Nous avons estimé des modèles mixtes linéaires généralisés dans lesquels nous avons contrôlé un large éventail de facteurs de confusion observés et non observés ainsi que dépendance spatiale et temporelle.

Résultats

Nous avons constaté qu'une exposition à long terme au dioxyde d'azote (NO2) et, dans une moindre mesure, aux particules grossières (PM10) ont été des prédicteurs indépendants de la propagation spatiale de COVID-19. Pour chaque 1 m/m 3 au-dessus de la moyenne, le risque d'un cas test positif a augmenté de 2,7 % (intervalle de crédibilité à 95 %, ICr : 0,8 %, 4,7 %) pour le NO2 et 3,0% (95% ICr : -1,4%, 7,44%) pour les PM10. Régions avec des niveaux de NO2 l'exposition dans le troisième et le quatrième quartile présentait un risque de décès 28,8 % et 35,7 % plus élevé, respectivement, que les régions situées dans les deux premiers quartiles.

Conclusion

Bien qu'il soit possible qu'il existe des mécanismes biologiques qui expliquent, au moins partiellement, l'association entre l'exposition à long terme aux polluants atmosphériques et COVID-19, nous émettons l'hypothèse que la propagation spatiale de COVID-19 en Catalogne est attribuée à la facilité différente avec laquelle certaines personnes, hôtes du virus, en ont infecté d'autres. Cette installation dépend de la distribution hétérogène au niveau d'une petite zone de variables telles que la densité de population, les logements insalubres et la mobilité de ses résidents, pour lesquels l'exposition aux polluants a été un substitut.


Le rôle des agences des Nations Unies et d'autres organisations internationales dans la conservation des ressources phytogénétiques ☆

Le document passe brièvement en revue les mandats et les principales activités des Nations Unies et d'autres grandes organisations internationales concernées par la conservation des ressources phytogénétiques, avec une référence particulière à la foresterie. Il souligne le rôle vital que les organisations internationales peuvent et doivent jouer dans ce domaine. Pour réussir, les programmes mondiaux doivent respecter les priorités nationales et compléter les plans de développement globaux de chaque nation. L'action internationale doit être soigneusement coordonnée, en reconnaissant que le rôle des organisations multilatérales complète celui des organisations bilatérales, des banques de développement et des organisations non gouvernementales. Certains développements récents dans le domaine de la conservation des ressources génétiques sont examinés dans une perspective historique, en se concentrant sur les programmes permanents, les tendances et les besoins dans le domaine des ressources phytogénétiques. Le document fournit également une liste de références à certains documents pertinents d'organisations internationales.

Publié avec la permission de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.


Voir la vidéo: google maps - μήπως υπάρχουν δυνατότητες που δεν τις γνωρίζεις; (Octobre 2021).