Suite

Pourquoi Intersect renvoie l'ERREUR 999999 : Erreur lors de l'exécution de la fonction Topologie invalide [Trop de points de terminaison de segment de ligne] ?


J'essaie d'exécuter un processus Intersect dans arcgis 10 sp 3 avec 2 ensembles de fichiers (aspect et pente) allant jusqu'à un DEM de 1 m sur une superficie de 65 000 km². L'aspect a 9 930 384 enregistrements et la pente a 31 435 462 enregistrements (environ 12 Go au total dans 2 bases de données géographiques).

J'ai exécuté la géométrie de réparation environ 3 fois et maintenant les ensembles de données ne signalent aucune erreur (chaque fois a pris plus de 30h).

Maintenant je reçois

Exécution (Intersect) : Intersect "D:SCRATCHProjects106data7_asp_Merge.gdbasp_HghstRez_M_rep #" D:SCRATCHProjects106dataworkingworking.gdbAsSl_Int ALL # SAISIE Heure de début : Soleil 23 octobre 02:19:10 2011 Caractéristiques de lecture…

Traitement des tuiles…

ERREUR 999999 : Erreur lors de l'exécution de la fonction.

Topologie non valide [Trop de points de terminaison de segment de ligne.]

Échec de l'exécution (Intersection).

Échec au dimanche 23 octobre 04:09:12 2011 (Temps écoulé : 1 heures 50 minutes 2 secondes)

Est-ce vraiment un problème de topologie ou un problème de taille de fichier ?

J'ai essayé d'utiliser l'outil ArcINFO SPLIT, mais il échoue même avec plus de 1 To d'espace libre sur le lecteur et sur un ensemble de fichiers plus petit, les bords sont irréguliers. Je ne peux pas utiliser DICE car les zones d'intersection entre l'asp et la pente doivent être exactement les mêmes. Je comprends que sur les grands ensembles de données, ESRI craque (automatiquement en mosaïque) les ensembles de données - cela peut-il introduire des problèmes ? Y a-t-il plus d'informations que je peux fournir pour résoudre le problème.

La spécification des machines est supérieure au minimum ESRI - nous avons 16 Go de RAM, Intel Xeon, Windows 7, 64 bits, 2 disques d'un To et plus de 1,2 To d'espace libre sur les disques. Tous les fichiers utilisés dans le processus se trouvent sur les lecteurs locaux.


Je viens de trouver cette explication (2 juillet 2012) qui donne de nombreux conseils utiles pour résoudre les problèmes.

http://blogs.esri.com/esri/arcgis/2010/07/23/dicing-godzillas-features-with-too-many-vertices/


Très peu de cellules contiguës dans un MNT détaillé auront des valeurs identiques de pente et d'aspect. Par conséquent, si les entités en entrée représentent des zones contiguës de pente et d'aspect communs, nous devrions nous attendre à ce que le résultat de cette procédure d'intersection ait, en moyenne, presque une entité par cellule.

Il y avait à l'origine 65 000 * 1000^2 = 6,5 cellules E10 dans le DEM. Pour représenter chacun de ceux-ci, il faut au moins quatre paires ordonnées d'entiers de 4 octets ou de coordonnées flottantes de 8 octets, ou de 32 à 64 octets. C'est une exigence d'octets 1,3 E12 - 2,6 E12 (1,3 - 2,5 To). Nous n'avons même pas commencé à prendre en compte la surcharge des fichiers (une entité est stockée sous plus que ses coordonnées), les index ou les valeurs d'attribut, qui elles-mêmes pourraient nécessiter 0,6 To (si elles sont stockées en double précision) ou plus (si elles sont stockées sous text), ainsi que le stockage des identifiants. Oh, oui, ArcGIS aime garder deux copies de chaque intersection autour, doublant ainsi tout. Vous aurez peut-être besoin de 7 à 8 To juste pour stocker la sortie.

Même si vous disposiez du stockage nécessaire, (a) vous pourriez utiliser le double (ou plus) si ArcGIS met en cache les fichiers intermédiaires et (b) il est peu probable que l'opération se termine dans un délai raisonnable, de toute façon.

La solution consiste à effectuer des opérations de grille en utilisant des structures de données de grille, et non des structures de données vectorielles. Si une sortie vectorielle est absolument nécessaire, effectuez la vectorisation après toutes les opérations de réseau sont terminées.


Mon expérience avec l'utilisation d'un outil divisé et la géométrie de réparation. Cela fonctionne pour moi parce que celui sur lequel j'ai travaillé utilisait une couche vectorielle que j'ai convertie de raster en vecteur. J'ai d'abord essayé de diviser l'outil et m'a donné l'erreur. J'ai donc dû utiliser la géométrie de réparation et cela dépend de la durée de fonctionnement. J'ai dû le faire deux fois car chaque fois que vous apportiez des modifications ou des modifications, vous devez toujours réexécuter la géométrie de réparation avant de procéder à la scission. ça a marché pour moi.

Soit dit en passant, j'ai exécuté la géométrie de réparation sur les deux couches : fichier de formes et géodatabase fichier. Je vous suggère d'exécuter réparer la géométrie pendant la nuit.


Voir la vidéo: Comment désactiver la prévention dexécution des données (Octobre 2021).