Suite

QgsMapCanvas.refresh() ne recharge pas les nouvelles fonctionnalités de la couche wfs, mais le panoramique le fait


J'ai une couche wfs chargée dans une application QGIS autonome, que je mets à jour en exécutant une requête de base de données sur la vue sur laquelle elle est basée. La fonctionnalité est ajoutée sans problème et je recharge le calque avec :

# Exécute une requête d'insertion ici pour ajouter une fonctionnalité à la table source de la couche WFS wfs_vector_layer.dataProvider().updateExtents() wfs_vector_layer.dataProvider().reloadData() main_window.mapCanvas().refresh()

Cependant, lerafraîchir()ne met pas visiblement à jour le canevas, et je dois effectuer un panoramique ou un zoom sur le canevas pour qu'il redessine la couche wfs mise à jour avec la nouvelle fonctionnalité. Je ne vois rien de plus qu'unrafraîchir()se produit après le panoramique à partir du code source de qgsmaptoolpan. Est-ce que j'utilise mal la méthode ?


Résolu avec :

wfs_vector_layer.triggerRepaint()

De cette réponse : Comment recharger automatiquement les couches raster si la source est modifiée dans QGIS ?


Vues 3D en couleur (nouvelle fonctionnalité majeure)

Convertissez instantanément toutes les géodonnées que vous visualisez en 2D dans votre produit TNT Pro ou Basic en une vue stéréo 3D. Basculez une seule icône et tout dans votre vue 2D sera mappé en stéréo sur votre moniteur 3D ou votre téléviseur 3D ou en anaglyphe si vous n'avez pas ajouté la 3D à votre système TNT. Vous pouvez ensuite effectuer un panoramique, un zoom, un défilement, une sélection, une requête et utiliser d'autres commandes de vue TNT.

La vue 2D que vous convertissez peut inclure des couches que vous ajoutez à partir de sites Web tels que Bing Maps, WMS, Arc et MicroImages USA et des couvertures mondiales. La vue peut également contenir n'importe quel type de couche locale pris en charge par les produits TNT, y compris des liens vers d'autres formats de données raster ou géométriques (par exemple, shapefiles, DXF, tab, KML, tif, jp2, sid, img et de nombreux autres formats géométriques et d'image populaires) .

La conversion de 2D en 3D utilise des données d'altitude. Si vous disposez d'une connexion à Internet, les données d'élévation de la meilleure résolution pour la zone de votre vue actuelle seront extraites de microimages.com. Il sera automatiquement sélectionné parmi 30 mètres au niveau mondial, 20 mètres pour le Canada, 10 mètres aux États-Unis 48, États et 3 mètres pour certains États. Vous serez surpris de la qualité de cette conversion 3D, même lorsque vous visualisez des images de 1 mètre en pleine résolution. Si vous avez une connexion Internet lente, vous pouvez basculer la conversion pour utiliser les données d'altitude de votre lecteur local. Les DEM à cet effet ont été fournis avec votre achat initial de votre produit TNT Pro. Ils peuvent également être téléchargés sur microimages.com à l'adresse https://www.microimages.com/geodata-htm/elevation/index.htm. Si vous avez des DEM à plus haute résolution sur votre disque ou réseau local, vous pouvez les utiliser pour la conversion de la vue en 3D.

La nouvelle visualisation 3D de TNT est si flexible qu'aucune des couches de votre vue 2D n'a besoin d'être locale. Ajoutez simplement des couches à partir d'Internet et convertissez automatiquement la vue en 3D en utilisant la meilleure couche d'altitude sur microimages.com.

&bull convertit n'importe quelle vue géographique 2D en vue stéréo 3D à l'aide d'une élévation de référence page 2

&bull sélectionne et utilise automatiquement les meilleures données d'altitude de microimages.com (utilise 30 m dans le monde, 20 m au Canada, 10 m aux États-Unis 48 et certains états de 3 m

&bull utilise éventuellement les données d'altitude de votre lecteur ou réseau local

&bull convertit automatiquement les données d'altitude pour correspondre à la résolution et au SCR de la vue 2D

&bull modifie le contenu et l'apparence de la vue 3D comme dans une vue 2D

&bull manipule une vue 3D à l'aide d'outils TNT familiers (par exemple, panoramique, zoom, sélection d'éléments, requête, . GeoToolbox)

Style de &bull des points, lignes, polygones, remplissages. sont rendus dans la vue stéréo

Dessiner en stéréo 3D (nouvelle fonctionnalité majeure)

Dessiner sur la surface en stéréo dans le croquis ou les nouveaux outils d'annotation est désormais une fonctionnalité standard dans TNTmips. Les outils de dessin fonctionnent directement sur la surface dans n'importe quelle vue stéréo composite. Le curseur se trouve sur la surface définie par le MNT et reste sur la surface pendant que vous dessinez. Les entités que vous dessinez de cette manière peuvent se voir attribuer des coordonnées Z interpolées à partir de la surface DEM.

La stéréo couleur augmente considérablement votre capacité à interpréter les caractéristiques en créant une vue plus réaliste. Voici quelques exemples. L'imagerie haute résolution et les DEM obtenus à partir des missions Lidar offrent encore plus d'applications d'interprétation stéréo.

Hydrologie. Tracer un élément de drainage et identifier sa classe (intermittent, fluide, ) est beaucoup plus facile en stéréo et donne une ligne XYZ.

Cartographie géologique. De nombreuses caractéristiques peuvent ressembler à un affleurement géologique dans une vue 2D. Cependant, le visionnage en stéréo focalise l'attention sur ceux qui se produisent sur le côté d'une pente et aide même à leur identification. Vous pouvez ensuite tracer autour de ces entités sur la surface en stéréo pour créer un polygone avec des sommets XYZ.

Éditer en stéréo 3D

Une couche géométrique 2D ajoutée à une vue stéréo interpole automatiquement les valeurs Z du DEM utilisé pour créer la vue. Les éléments de la couche à éditer dans le processus TNT spatial Editor se projettent désormais directement en stéréo sur la surface et vos couches de référence. Vos actions de curseur utilisant les outils d'édition pour créer de nouveaux éléments ou éditer des éléments existants se produisent directement sur la surface stéréo. Les nouveaux éléments ou les éléments modifiés peuvent avoir des sommets Z interpolés à partir des cellules DEM. Si la couche en cours d'édition est une couche vectorielle avec une topologie 2D, cette topologie est conservée.

Outils d'annotation pour les vues 2D et 3D

Il s'agit d'un nouvel ensemble d'outils de dessin simplifiés accessibles directement à l'aide des icônes de la barre d'outils de la fenêtre Vue. Utilisez-les pour ajouter rapidement des annotations ou des fonctionnalités à vos vues 2D ou 3D. Vos annotations sont automatiquement enregistrées en tant qu'objet CAO dans un fichier de projet lorsque vous les créez. À tout moment, vous pouvez ouvrir un calque d'esquisse complet affichant vos annotations. Vous pouvez ensuite appliquer la suite complète d'outils de GeoToolbox pour développer ou ajouter à vos annotations, attacher des attributs à de nouveaux éléments, utiliser des styles plus complexes et utiliser toutes les fonctionnalités avancées de GeoToolbox pour ajouter à l'objet CAO.

&bull accès direct et rapide aux outils de dessin couramment utilisés

&taureau annoter à l'aide des icônes suivantes points cercles rectangles polylignes polygones texte choisissez la police, unie ou avec la deuxième couleur de contour

&bull sélectionne parmi 64 couleurs communes pour tous les éléments

&bull spécifie une transparence pour tous les éléments page 3

&bull sélectionner parmi 5 largeurs de ligne pour les lignes et les limites

&bull ouvrir la fenêtre de sélection de couleur standard (c'est-à-dire définir la couleur manuellement, avec des curseurs, changer de modèle RGB, HIS, CMJ, CMJN ou palette, )

&bull utiliser l'icône d'action/paramètre pour effacer partiellement l'élément de dessin supprimer le dernier élément enregistrer en tant qu'objet d'esquisse ouvrir l'objet d'esquisse existant

Matériel d'affichage stéréo à faible coût populaire (capacité en attente)

Pour le moment, MicroImages détermine quelles méthodes de visualisation stéréo peuvent être prises en charge dans la version 2012 de TNTmips. Trois méthodes, dont les lunettes actives, les lunettes passives et l'absence de lunettes (c'est-à-dire l'autostéréoscopie), sont à l'étude. Il est prévu que tous ces éléments puissent être pris en charge dans TNTmips 2012, mais tous les trois pourraient ne pas être disponibles à temps pour la sortie officielle en janvier et nécessiteront que vous utilisiez votre accès gratuit à DV2013 après janvier. Vérifiez auprès de MicroImages les informations les plus récentes sur l'état de l'utilisation de ces méthodes de visualisation stéréo dans TNTmips.

Les systèmes de visionnage stéréo passifs et actifs sont largement disponibles et vont des portables à la connexion directe aux téléviseurs à grand écran. Des portables stéréo sans lunettes (de Toshiba, ASUS et Sony) et des moniteurs d'ordinateur (de LG et Sony) ont été promis pour cette année mais ne sont toujours pas disponibles à la vente ou ne disposent pas encore de pilotes de carte d'affichage appropriés. TNTmips prend déjà en charge cette visualisation stéréo couleur avancée sans lunettes, mais attend la sortie des dispositifs d'affichage. Pour ceux qui ne souhaitent pas acquérir du matériel d'affichage couleur, la visualisation anaglyphe est entièrement prise en charge pour toutes les capacités stéréo de TNTmips.

Appareils stéréo 3D à bas prix

TNT Pro et Basic dans la version 2012 prennent en charge les moniteurs 3D et les téléviseurs 3D qui utilisent des lunettes passives et une technologie d'écran (il s'agit de l'approche polarisée circulaire de la 3D également utilisée dans les films 3D). Les écrans 3D auto-stéréoscopiques qui ne nécessitent pas de lunettes sont également pris en charge (communément appelés 3D « sans lunettes »). Le développement est également en cours pour ajouter un support à la version 2012 pour les moniteurs 3D et les téléviseurs 3D qui utilisent des lunettes actives et une technologie d'écran (c'est l'approche utilisant des lunettes qui obturent ou alternent la vue de chaque œil à une fréquence d'images élevée). Si vous n'avez pas de moniteur couleur 3D disponible, le mode anaglyphe 3D pseudo-couleur peut être utilisé avec n'importe quel moniteur. Les ordinateurs portables, moniteurs et téléviseurs 3D passifs et actifs sont désormais largement disponibles à un coût légèrement supérieur à celui des appareils 2D uniquement. Un ordinateur portable « sans lunettes » et une télévision grand écran sont également disponibles. MicroImages, distribue désormais des lunettes anaglyphes en plastique pour cette méthode de visualisation avec chaque nouveau produit TNT Pro.

Barre d'échelle

Une barre d'échelle peut être ajoutée en option à n'importe quelle vue

&bull se redimensionne automatiquement lorsque la vue est modifiée

&taureau choisir parmi différents styles

&bull choisit mètres et pieds ou métrique uniquement

&bull spécifie la position dans la zone de visualisation

Afficher la barre latérale

Zoom sur l'emplacement

La barre latérale de légende dans la fenêtre d'affichage fournit désormais cinq volets facultatifs, y compris Afficher le zoom et Afficher les lieux, qui vous permettent de zoomer sur l'emplacement de votre choix à l'aide de l'échelle de la carte, du niveau de zoom du jeu de tuiles de la page 4 et des coordonnées géographiques, ou par une recherche de nom pour une caractéristique géographique ou une zone d'intérêt. Il peut également donner accès aux vues fréquemment utilisées que vous avez nommées et enregistrées. Chacun de ces volets et toute la barre latérale peuvent être ouverts/fermés d'un simple clic de souris.

Afficher les lieux

&bull utilise la recherche de nom de fonctionnalité Bing Maps (c'est-à-dire adresse, nom de ville, )

&bull repositionner n'importe quelle vue en utilisant le nom de la fonction

&bull utilise un nouveau volet "Lieux" dans la barre latérale

Vues de signet

La barre latérale de la fenêtre Affichage a un volet Lieux facultatif pour vous permettre de nommer et de marquer votre position d'affichage actuelle.

&bull enregistrer/restaurer l'emplacement de n'importe quelle vue en tant que signet

&bull organiser les signets (c'est-à-dire utiliser des dossiers, supprimer, )

Zoom sur l'emplacement

La barre latérale de la fenêtre Affichage fournit des options de réglage d'échelle simples.

&bull sélectionner dans la liste des échelles fixes

&bull ajoute des gammes favorites à la liste

Commandes d'affichage raster simplifiées (capacité en attente)

Les commandes de balance des couleurs, de contraste et d'autres propriétés d'affichage d'images fréquemment utilisées sont simplifiées et leurs capacités étendues. Par exemple, vous pouvez désormais ajuster chaque bande dans une image composite couleur. Le développement de ces fonctionnalités est actuellement en cours et une liste définitive n'est pas encore disponible.

Création et utilisation d'un jeu de tuiles Lidar

Afficher la couche de tuiles Lidar (nouvelle fonctionnalité majeure)

Les levés lidar peuvent couvrir de vastes zones et enregistrer des centaines de millions à des milliards de points. Étant donné que la grande taille des données fusionnées résultantes pose un défi pour le traitement et l'analyse ultérieurs dans la plupart des logiciels, les données d'enquête sont généralement subdivisées en un ensemble de fichiers LAS distincts sur une grille de tuiles carrées. Les fichiers de tuiles individuelles peuvent ensuite être traités, visualisés et analysés séparément.

Il est également utile de pouvoir afficher et utiliser l'ensemble des fichiers de points Lidar ensemble de manière pratique et transparente. Le gestionnaire Lidar dans TNTmips rend cela possible en vous permettant de créer un seul fichier Lidar DataSet (LDS) lié à un ensemble complet de fichiers LAS. Vous pouvez créer un lien LDS pour n'importe quel ensemble de fichiers LAS, y compris les fichiers de tuiles LAS et/ou les fichiers de lignes de vol d'origine qui sont mélangés, contigus ou disjoints.

En règle générale, tous les fichiers Lidar d'une enquête Lidar sont conservés dans une seule structure de répertoires. Lorsqu'un fichier de lien LDS est disponible pour le répertoire, il s'affichera en tant qu'objet LDS unique dans la fenêtre de sélection de TNTmips et peut être ajouté avec d'autres couches en tant que couche unique dans n'importe quelle vue et s'affiche dans la vue lorsqu'il est zoomé sur le échelle spécifiée pour l'objet LDS. La couche est transparente et a l'étendue de l'ensemble des fichiers LAS. Les opérations pouvant être effectuées dans le processus d'affichage sur un seul fichier LAS peuvent être effectuées de manière transparente sur la couche LDS (par exemple, ajustement de surface en temps réel, afficher un profil, ) page 5

Gestion des fichiers Lidar (nouveau processus)

Les fichiers Lidar qui vous sont fournis par d'autres, car de nombreuses tuiles LAS ou fichiers de lignes de vol peuvent varier considérablement en termes de caractéristiques. Ceux-ci incluent une grande variété de CRS, classifiés ou non classifiés, des enregistrements incorrects et une grande variété de conditions. Avant de pouvoir lier, afficher et traiter ces fichiers en un seul objet dans TNTmips, vous devez déterminer s'ils peuvent être traités comme un projet couvrant une plus grande zone. Le processus Lidar Manager vous permet d'inspecter les caractéristiques d'un ou de tous vos fichiers LAS, de les modifier ou de les corriger, et de les lier en un seul objet pour une utilisation ultérieure dans TNTmips. Ce ne sont que quelques-unes de ses capacités :

&bull scan et lien vers de grands ensembles de fichiers de points au format LAS pour permettre une utilisation directe dans TNTmips

&bull extraire des points vers de nouveaux fichiers LAS par zone ou classe

&bull reproject points vers n'importe quel système de référence de coordonnées

&fusionner les nuages ​​de points LAS dans un seul fichier LAS

&bull subdiviser les entrées individuelles ou fusionnées en ensembles de fichiers LAS en mosaïque

&taureau modifier les numéros de classe attribués aux points

&corriger les erreurs dans les informations d'en-tête de fichier

Modélisation de géodonnées 3D Google Earth COLLADA (nouveau processus majeur)

(Drapez vos couches d'entités sur votre DEM personnalisé)

Les modèles COLLADA sont couramment utilisés pour draper des bâtiments et d'autres éléments 3D dans Google Earth. COLLADA = COLLAborative Design Activity = format de fichier d'échange ouvert (schéma XML) pour un échange 3D interactif. Vous pouvez maintenant combiner vos couches de surface d'image et de carte détaillées et votre DEM précis dans un jeu de tuiles COLLADA. Chaque tuile est un modèle COLLADA d'une petite zone, ou patch, de votre nouvelle surface terrestre qui est stocké dans un fichier KMZ. Un fichier KML est également créé qui indexe toutes les tuiles et chargera tous les modèles de tuiles dans une surface contiguë dans Google Earth à l'emplacement géographique correct.

&bull crée des modèles COLLADA pour draper votre objet raster ou vectoriel sur un DEM personnalisé

&bull crée des modèles COLLADA à partir de votre DEM et de sa représentation sous forme d'image (c'est-à-dire, relief ombré, élévation codée par couleur, )

&bull rend les couches complexes à draper dans les modèles COLLADA

&bull chaque modèle COLLADA couvre un petit patch rectangulaire du DEM

&bull crée automatiquement un jeu de tuiles contigu de modèles COLLADA (c'est-à-dire pour couvrir de plus grandes zones)

&bull détecte et traite automatiquement la zone commune de la couche drapée et du DEM (c'est-à-dire que les zones nulles dans la couche drapée définissant des limites irrégulières et les trous seront transparents dans Google Earth)

&bull définit le décalage vertical de la couche drapée pour éviter l'intersection avec la surface de Google Earth

&bull spécifie le relief vertical à utiliser dans les modèles et donc dans Google Earth

&bull sélectionne la taille maximale du patch au sol de chaque modèle COLLADA (c'est-à-dire que chaque tuile ou patch est généralement de 1024 par 1024 cellules DEM)

&bull réconcilie automatiquement les différents CRS des entrées de drapage et DEM

&bull utilise un script SML pour créer un ensemble de tuiles COLLADA (cela est disponible pour votre modification)

Publier des données géométriques sur Internet (nouvelle fonctionnalité majeure)

(Utiliser dans Google Maps, Google Earth et Open Layers)

Exporter des jeux de tuiles vectorielles (nouvelle fonctionnalité majeure)

Deux descriptions géométriques différentes de vos éléments géométriques sont prises en charge en tant que formats de tuiles vectorielles : KML (Keyhole Markup Language) et SVG (Scalable Vector Graphics). Vous pouvez exporter n'importe quel format de fichier géométrique lié à la page 6 ou des objets géométriques (vecteur, CAO et forme) vers l'une de ces structures de jeu de tuiles. L'exportation vers un jeu de tuiles vectorielles vous permet d'utiliser vos objets géométriques complexes couvrant une vaste zone géographique en tant que couche dans votre géovisionneuse, des fonctionnalités qui sont impossibles ou incroyablement lentes si ces couches étaient présentées à ces géovisionneuses comme une seule couche KML ou SVG.

La création par MicroImages de grands ensembles de tuiles vectorielles à utiliser dans ces géovisionneurs est unique. Pourquoi les utiliser ? Parce qu'il ne nécessite pas la configuration et la maintenance d'un logiciel spécial côté serveur, une activité qui est non seulement complexe mais généralement hors de votre contrôle ou de vos intérêts. Hélas, l'utilisation de ces formats publics dans Bing Maps de cette manière est très en retard car Microsoft fait la promotion de son API Silverlight pour ces objectifs.

Qu'est-ce que le SVG ?

SVG (Scalable Vector Graphics) est une description textuelle riche d'éléments géographiques. SVG est désormais pris en charge par la dernière version de tous les navigateurs populaires, y compris leurs versions pour téléphones portables et tablettes. SVGz est également pris en charge et est la forme compressée d'un fichier SVG et est utilisé pour réduire les besoins en bande passante. SVGz est décompressé automatiquement par le navigateur. Les fichiers SVG et SVGz et, par conséquent, les ensembles de tuiles nécessitent l'utilisation de la version 3 de l'API Google Maps (plus de détails ci-dessous).

Les descriptions SVG sont mises en cache et interprétées localement sur votre ordinateur. Ainsi, les points, sommets de lignes, sommets de polygones, styles, attributs, que vous visualisez actuellement dans le géovisualiseur pour une couche SVG sont disponibles localement pour une utilisation ultérieure. Par exemple

Les éléments &bull peuvent être redessinés à partir de leurs descriptions mises en cache localement lorsque vous changez d'échelle

&bull un élément peut être sélectionné localement (c'est-à-dire qu'il n'est pas nécessaire de faire une requête à un serveur spécial pour ses propriétés

&bull un élément spécifique peut être mis en surbrillance, sélectionné et ses attributs affichés

&buller tous les éléments d'un type commun peuvent être sélectionnés et activés/désactivés

De grands objets géométriques complexes peuvent être créés dans TNTmips. Les convertir en un seul fichier SVG créerait un fichier énorme qui serait très lent à récupérer sur Internet et incroyablement lent à rendre par un navigateur. MicroImages a conçu une structure de jeu de tuiles SVG unique qui divise un objet géométrique ou un fichier lié en petites tuiles SVG représentant de petites parcelles de terrain contiguës. Cette structure est automatiquement créée lorsque vous exportez l'objet ou le fichier géométrique vers un jeu de tuiles SVG.

L'attribut le plus important d'un ensemble de tuiles SVG est qu'il est rapide lorsqu'il est affiché sur Internet. Semblable à l'utilisation d'ensembles de tuiles raster, la vue d'un ensemble de tuiles SVG ne nécessite de récupérer que les 10 à 20 très petites tuiles que le navigateur et l'ordinateur utilisent pour restituer la vue à l'échelle actuelle. Lorsqu'un ensemble de tuiles SVG est créé, les sommets des éléments sont automatiquement affinés pour réduire la taille de la description de l'élément tout en préservant toute la complexité de l'élément qui peut être visualisé à l'échelle qu'il représente Les grandes coordonnées nécessaires pour préserver la précision dans ces les grands objets sont également redimensionnés pour être beaucoup plus petits car ils n'ont besoin de représenter que la position de ces sommets dans cette tuile géoréférencée. Ces compressions et d'autres inhérentes à une description SVG peuvent réduire considérablement la taille de vos éléments dans chaque tuile. Cependant, ces très petites tuiles SVG ou même plus petites tuiles SVGz préservent tous les détails visibles dans l'ensemble de tuiles à chaque niveau de zoom.Ainsi, l'exportation d'une très grande couche géométrique avec des caractéristiques très détaillées augmente simplement la taille globale du jeu de tuiles SVG, et non ses performances en tant que couche dans les géovisualiseurs et le navigateur. Il n'augmente pas le nombre de tuiles récupérées à n'importe quelle échelle de vue. Cela ne diminue pas les détails du calque. Cela n'affecte pas la vitesse à laquelle la couche est ajoutée à la vue.

Lorsque vous exportez un jeu de tuiles SVG ou SVGz, le processus crée automatiquement les fichiers HTML page 7 que vous pouvez sélectionner pour le lancer en tant que superposition dans Google Maps et Open Layers. Chaque opération TNT qui modifie un ensemble de tuiles SVG met à jour et maintient ces fichiers HTML, prêts à être utilisés immédiatement. Un jeu de tuiles SVG ou SVGz peut être utilisé directement tel qu'il a été créé dans un géovisualiseur et peut également être ajouté en tant que couche avec d'autres jeux de tuiles vectorielles et raster dans un géomashup.

Limitations KML

KML (Keyhole Markup Language) a un contenu plus simple mais est une description XML plus largement utilisée des éléments géographiques. KML est le principal moyen d'ajouter des rasters et des collections d'éléments plus petits à Google Earth et par extension à Google Maps. Le principal obstacle à l'utilisation de KML est qu'il ne peut pas représenter de nombreux types de caractéristiques utilisées dans les objets géométriques. Par exemple, les styles de ligne sont limités à l'épaisseur et à la couleur, il n'y a pas de style de ligne en pointillés, les cartoscripts ne peuvent pas être décrits, les motifs de remplissage de polygones bitmap sont trop complexes, etc. SVG prend en charge toutes ces fonctionnalités et bien d'autres. Une autre limitation importante est que tous les sommets d'une tuile KML doivent être en latitude et longitude, produisant une tuile beaucoup plus grande que les coordonnées très compactes utilisées dans une tuile SVG. Ainsi, la récupération des tuiles KML utilise plus de temps de téléchargement. Cependant, KML est largement utilisé et a donc de nombreuses utilisations tant que ses limites sont prises en compte dans la conception des éléments à utiliser.

Les navigateurs ne rendent pas directement le KML. L'API Google Maps, Google Earth et Open Layers et le plug-in Google Earth rendent les couches KML. Cela limite le type d'outils de sélection et d'évaluation locaux pouvant être utilisés pour les fonctionnalités, telles que le contrôle de la légende de la visibilité des éléments et les TNTmips DataTips pour les éléments en tant que bulles d'information de Google.

Exportation d'ensembles de tuiles KML

De grands objets géométriques complexes peuvent être créés dans TNTmips. La conversion de ces objets en KML créerait un fichier énorme qui serait très lent à récupérer sur Internet et incroyablement lent à rendre dans votre navigateur. MicroImages a conçu une structure de jeu de tuiles KML unique qui divise ces objets en petites tuiles KML représentant de petites parcelles de terrain contiguës. Cette structure est automatiquement créée lorsque vous exportez un objet géométrique TNT ou un fichier lié vers un jeu de tuiles KML. Il est également important de se rappeler que vous avez peut-être conçu des fonctions de style cartographique dans vos objets géométriques qui ne peuvent pas être définies dans un fichier KML ou une tuile. Alors que les lignes pointillées peuvent être incluses en convertissant chaque segment en une ligne courte, cela gonfle le KML et ralentit son utilisation. Les motifs de remplissage pour les polygones ne sont pas pris en charge. Seules la couleur et la largeur de la ligne peuvent être spécifiées. Gardez à l'esprit ces limitations et d'autres similaires du format KML lorsque vous concevez votre objet géométrique ou utilisez un jeu de tuiles SVG. Si vous avez de telles caractéristiques dans un objet géométrique, elles n'apparaîtront pas dans votre fichier KML et vous devrez les simplifier à l'aide de TNTmips.

L'attribut le plus important d'un ensemble de tuiles KML, similaire à un ensemble de tuiles SVG, est qu'il est rapide lorsqu'il est affiché sur Internet. Semblable à l'utilisation d'ensembles de tuiles raster, la vue d'un ensemble de tuiles KML nécessite de récupérer uniquement les 10 à 20 très petites tuiles pour la zone d'affichage et l'échelle actuelles. Lorsqu'un ensemble de tuiles KML est créé, les sommets des éléments sont automatiquement affinés pour réduire la taille de la description de l'élément tout en préservant toute la complexité de l'élément qui peut être visualisé à l'échelle qu'il représente. L'exportation d'une très grande couche géométrique avec des caractéristiques très détaillées augmente simplement la taille globale du jeu de tuiles KML. Il n'augmente pas le nombre de tuiles récupérées à n'importe quelle échelle de vue. Cela ne diminue pas les détails du calque. Cela n'affecte pas la vitesse à laquelle la couche est ajoutée à la vue.

Lorsque vous exportez un jeu de tuiles KML, le processus crée automatiquement les fichiers HTML que vous pouvez sélectionner pour le lancer en tant que superposition dans Google Maps et Open Layers. Toute opération qui modifie un jeu de tuiles KML met à jour et maintient ces fichiers HTML, prêts à être utilisés immédiatement. Un jeu de tuiles KML peut être utilisé directement tel qu'il a été créé dans un géovisualiseur et peut également être ajouté en tant que couche avec d'autres jeux de tuiles vectorielles et raster dans un géomashup. page 8

Exporter vers un seul KML

Un seul fichier KML peut être exporté à partir d'un objet géométrique avec un contenu simple et limité (par exemple, plusieurs milliers de points stylisés ou quelques centaines de polygones). Google Earth et Google Maps ne rendront pas les fichiers KML plus volumineux ou ils sont si lents qu'ils sont inutiles. Cependant, un seul fichier KML conventionnel peut être requis par certaines activités non TNT et, par conséquent, un jeu de tuiles KML ne peut pas être fourni. Une application TNT courante d'un seul fichier KML consisterait à ajouter une couche de référence de quelques points ou limites de polygones à l'aide du processus Geomashup.

Le processus d'exportation KML a été étendu pour prendre en charge les nouvelles fonctionnalités rencontrées dans les objets géométriques préparés dans TNTmips.

&bull Préservation des relations de style et d'attribut plusieurs éléments vers un (auparavant, les relations plusieurs vers un étaient converties en un vers un, ce qui gonflait le fichier)

&bull Spécification de la précision des coordonnées et de ses unités (les coordonnées de haute précision dans un objet géométrique peuvent ne pas être nécessaires dans KML)

&bull Sélection du type d'élément à exporter (c'est-à-dire, choisissez les points, les lignes ou les polygones à exporter à partir d'un objet qui a tous les 3)

GeoMashup - Création d'atlas Internet

(crée des mashups pour Google Maps, Google Earth, Bing Maps et Open Layers)

Utiliser des ensembles de tuiles vectorielles (nouvelle fonctionnalité majeure)

TNTmips 2010 et 2011 ont perfectionné et étendu les outils utilisés pour préparer votre carte numérisée grande ou petite et les matériaux raster d'images en ensembles de tuiles raster standard. Ces ensembles de tuiles raster peuvent être immédiatement visualisés via Internet avec des performances rapides dans tous les géovisualiseurs populaires et dans TNTmips. Aucun logiciel supplémentaire et compliqué côté serveur n'est requis pour accéder à ces documents via Internet. Le processus interactif Geomashup de 2011 vous a permis d'assembler plusieurs ensembles de tuiles raster dans un atlas Internet de couches raster (c'est-à-dire un mashup) à utiliser dans ces mêmes géovisionneurs et d'ajouter des outils et d'autres fonctionnalités.

TNTmips 2012 fournit un nouveau processus de jeu de tuiles Exporter vers le vecteur pour convertir vos grandes couches géométriques complexes en jeux de tuiles SVG et KML. Semblables aux ensembles de tuiles raster, ces structures de tuiles vectorielles uniques sont conçues pour fournir des performances rapides via Internet pour les matériaux volumineux dans les navigateurs et les géovisualiseurs populaires. Dans le processus Geomashup 2012, vous pouvez sélectionner et combiner des ensembles de tuiles vectorielles et raster en tant que couches pour créer un atlas complet en tant que mashup. Vous pouvez également ajouter des couches à votre atlas qui sont publiées sous la forme d'un seul jeu de tuiles raster standard de fichier KML ou de couches WFS, WMS, GML, GeoRSS ou GPX liées à votre mashup à partir d'un autre site Web public. Ensuite, copiez simplement votre mashup et les ensembles de tuiles associés et les liens externes sur un serveur Web (local ou loué). Votre atlas est maintenant publié pour que tout le monde puisse l'utiliser via Internet dans leur géovisualiseur populaire.

Vous voulez prouver à quel point cela fonctionne bien ? Sélectionnez simplement votre exemple de géovisualiseur et de mashup préféré qui utilise à la fois des ensembles de tuiles vectorielles et raster à partir de la galerie de géomashup accessible depuis la page d'accueil de notre site Web.

Caractéristiques du jeu de tuiles vectorielles (nouvelle fonctionnalité majeure)

Les tuiles d'un jeu de tuiles KML ou SVG contiennent des descriptions textuelles de chacun des éléments individuels des objets géométriques source. Les tuiles vectorielles récupérées pour être utilisées dans votre vue actuelle sont mises en cache localement. Cela fournit un accès direct aux éléments géométriques de ces tuiles à partir de la mémoire locale pour permettre la sélection et l'analyse locales de ces éléments, aucun aller-retour vers le serveur Web n'est requis.

Vous êtes déjà familiarisé avec les nombreuses utilisations faites de KML pour tracer des services basés sur la localisation et présenter des informations détaillées à leur sujet sous forme de superpositions et de barres latérales avec des options de sélection dans Google Maps et Google Earth. De très grandes bases de données côté serveur sont interrogées pour construire les descriptions KML (ou Flash, SVG, ) requises pour ces ajouts à votre vue actuelle. La publication page 9 de vos grandes couches géométriques statiques sous forme de tuiles vectorielles évite la mise en place d'une base de données côté serveur et des services associés.

Le processus Assemble Geomashup peut ajouter des fonctionnalités de sélection d'éléments à utiliser avec une couche ajoutée en tant que jeu de tuiles vectorielles. Ces actions de sélection interactives sont effectuées à l'aide des descriptions mises en cache locales des éléments. Seules les descriptions mises en cache des tuiles utilisées dans la vue actuelle sont recherchées. Il n'y a pas de retard car il n'est pas nécessaire de recontacter la source Web de l'ensemble de tuiles. Cependant, étant donné qu'une structure en tuiles est utilisée, de très grandes couches géométriques peuvent être utilisées sans modification des performances.

TNTmips vous permet de concevoir et d'afficher des DataTips complexes pour les éléments de vos couches géométriques. Un DataTip peut présenter des noms et des valeurs de champs d'attributs, des résultats de champs calculés (par exemple, des requêtes), des instantanés, des fichiers . dans votre objet géométrique ou vos fichiers liés. Les DataTips sont affichés dans TNTmips pour chaque élément à l'aide d'un modèle HTML que vous concevez pour sélectionner et contrôler la façon dont ses attributs apparaîtront dans votre vue TNT (c. Le DataTip et ces paramètres de style font partie de la description de l'élément dans chaque tuile d'un ensemble de tuiles vectorielles. Votre mashup peut ensuite rechercher et tester les propriétés des éléments dans les tuiles mises en cache localement. De cette façon, il peut dessiner un élément, tous les éléments similaires, afficher un nom, lorsque vous interagissez avec la vue ou la légende. Les propriétés uniques de l'élément converties à partir des DataTips peuvent être affichées dans une bulle d'information.

Seules les descriptions HTML mises en cache des éléments sont recherchées afin qu'il n'y ait aucun retard associé au contact et à la récupération d'informations supplémentaires à partir de la source Web. De plus, les grandes zones ne ralentissent pas le processus puisque les descriptions des éléments (sommets, style, contenu des bulles, ) ne sont récupérées que pour les quelques tuiles couvrant la zone et l'échelle dans la vue actuelle.

Les fonctionnalités de sélection actuelles qui peuvent être utilisées dans votre mashup incluent

&bull met en surbrillance n'importe quel élément lorsque le curseur est près de lui

&bull pop dans le nom de l'élément lorsque le curseur est près de lui (il s'agit de son champ de nom dans le DataTip)

&bull cliquer sur un élément pour afficher sa bulle d'information (c'est-à-dire présenter l'équivalent de l'info-bulle de l'élément) afficher le texte HTML formaté et les valeurs présenter une photo fournir des liens URL en direct vers une page Web unique pour chaque élément avoir une taille spécifiée et ajouter automatiquement barres de défilement pour le contenu surdimensionné

&bull cliquer sur un élément pour ouvrir une page URL unique

&bull affiche tous les éléments avec un nom similaire

Panneau de la barre latérale

Un panneau peut être ajouté à une vue géographique pour créer une zone dans votre mashup pour un outil de légende et une sélection de mode pour rapporter les résultats présenter des instructions, des publicités ou des logos pour répertorier et sélectionner les types d'éléments, etc. Atlas Internet (c'est-à-dire, mashups multicouches) peut nécessiter toutes ces légendes de couches plus pour sélectionner la ou les couches à exposer et à utiliser pour ces autres activités.

Une barre latérale peut être ajoutée à votre mashup pour Google Maps ou Google Earth avec ces fonctionnalités

&bull ajouter à gauche ou à droite de la zone d'affichage

&la largeur du contrôle taureau doit être proportionnelle à la largeur de la fenêtre

&bull ajoute automatiquement des barres de défilement (c'est-à-dire lorsque le contenu dépasse la hauteur ou la largeur actuellement allouée) page 10

&bull affiche automatiquement la légende des couches (c'est-à-dire la liste de sélection des ensembles de tuiles raster et vectoriels [SML ou KML] des KML individuels et des liens vers les couches WFS, GML, GeoRSS et GPX)

&bull insérez vos fichiers texte HTML de n'importe quelle longueur et des liens URL (c'est-à-dire, ajoutez des instructions, des publicités, des liens vers d'autres sites, des barres de défilement ajoutées automatiquement)

&bull insère l'image de votre logo qui renvoie vers une page Web

&bull ajouter du crédit pour chaque source de couche (c.

&bull active et désactive les calques dans la légende de manière additive (c'est-à-dire qu'il fournit des cases à cocher pour chaque calque)

&bull active et désactive les calques dans la légende de manière mutuellement exclusive (c'est-à-dire qu'il fournit des cercles de contrôle [boutons radio] pour sélectionner un seul calque, par exemple, n'affiche qu'une date à la fois pour une couverture d'image multidate d'une zone)

&buller l'affichage des sous-groupes de calques dans la légende (c'est-à-dire créer des sous-groupes de calques et utiliser des cases à cocher et des cercles pour les groupes de calques et dans chaque groupe)

Sélectionnez les types d'éléments dans la couche à l'aide d'une légende de type arborescent (capacité en attente)

La légende des calques d'un ensemble de tuiles vectorielles ou d'un calque KML dans une barre latérale peut être développée sous forme d'arborescence pour afficher une entrée pour chaque groupe ou type d'éléments de ce calque. En utilisant les cases à cocher, cette liste de sous-légende peut être utilisée pour activer ou désactiver (c'est-à-dire, sélectionner) tous les éléments correspondant à ce type dans la vue actuelle. Par exemple, cochez une seule entrée dans la liste pour afficher la distribution de ce type de sol, d'unité géologique, d'état du champ de culture, dans cette superposition de tuiles vectorielles. Les types d'éléments affichés dans cette liste correspondent à chaque style que vous voyez dans un affichage TNTmips de la couche géométrique source qui est exportée dans un ensemble de tuiles vectorielles ou exporté vers KML.

&bull développe l'entrée de la légende du jeu de tuiles vectorielles pour afficher la sous-légende des types de polygones (c'est-à-dire, exposer la sous-légende du type de sol, l'unité géologique, l'état des cultures de chaque type de polygone dans la couche)

&bull développe l'entrée de la légende du jeu de tuiles vectorielles pour afficher la sous-légende du type de ligne (c'est-à-dire, exposer la sous-légende du type de route, de drainage ou de rivière, de chaque type de ligne dans la couche)

&bull développer l'entrée de la couche de jeu de tuiles vectorielles pour afficher la sous-légende des types de points (c'est-à-dire, exposer la sous-légende de la valeur de l'échantillon de chaque type de point dans la couche)

&bull sélectionner ou désélectionner un type de polygone, de ligne ou de point affiché dans la sous-légende d'un ensemble de tuiles (c'est-à-dire pour activer ou désactiver les types correspondants dans la couche en vue)

&bull sélectionner ou désélectionner tous les polygones, lignes ou points dans une légende développée (par exemple, désactiver tous les types d'unités géologiques dans la liste pour une couche, puis activer uniquement les polygones d'un seul type d'unité géologique à afficher dans la vue)

&bull sélectionner/désélectionner les types de polygones correspondants dans la vue (par exemple, exposer la liste et sélectionner/désélectionner les types de polygones avec des styles correspondants tels que le type de sol, les unités géologiques, )

&bull étendre la couche pour exposer la liste des types de polygones (par exemple, afficher la liste des types de polygones, tels que le type de sol, les unités géologiques, avec les styles correspondants )

Nouvel analyseur MicroImages pour la version 3 de l'API Google Maps

Pourquoi? La version 3 a été publiée pour étendre la prise en charge de l'utilisation de Google Maps sur les téléphones intelligents et les tablettes et pour prendre en charge d'autres nouvelles fonctionnalités. Google Maps a déprécié (pas de support ni de correction d'erreur) API version 2, mais il reste disponible pour une utilisation. Pour prendre en charge ce changement et ajouter de nouvelles fonctionnalités à la page 11, l'analyseur de MicroImages utilisé dans le processus Geomashup ne prend en charge que la version 3. L'analyseur de MicroImages est également publié en open source sur le Web pour être utilisé et modifié par d'autres utilisateurs.

Ce que l'analyseur de MicroImages vous permet de faire dans Google Maps (c'est-à-dire les fonctionnalités non prises en charge par l'analyseur de Google Maps)

&bull utilise des fichiers KML protégés par mot de passe

&bull accéder aux fichiers locaux (par exemple, KML, ensembles de tuiles KML et SVG, GML et GPX) (remarque : ceci est soumis aux limites de sécurité du navigateur ; oui pour I Explorer, Firefox et Safari ; non pour Opera et Chrome)

&bull suit les liens relatifs dans les icônes SRC (sources) et les balises SRC dans les descriptions (par exemple, utilisez les liens dans les bulles d'information pour les fonctionnalités ; les balises d'image peuvent être locales, le déplacement des fichiers ne nécessite pas une URL complète)

&bull exécuter JavaScript à partir du contenu de la bulle d'information (par exemple, le JavaScript peut modifier le contenu de la barre latérale lorsque la bulle d'information s'ouvre JavaScript est supprimé par l'analyseur Google Maps afin que vous n'exécutiez pas JavaScript sur leur site Web pour des raisons de sécurité)

&bull utilise l'ensemble de tuiles KML (c'est-à-dire, utilise la structure de superposition KML de MI)

&bull utilise des fichiers SVG (utilise la prise en charge du rendu SVG désormais intégré à tous les navigateurs courants)

&bull utilise un ensemble de tuiles SVG ou SVGz (c'est-à-dire, utilise la structure SVG Super Overlay de MI)

&bull utilise les données WMS, WFS, GML et GPX directement à partir de sites Web

&bull permet de cibler la même fenêtre par des liens dans le contenu (par exemple, remplacera la carte par un lien ou s'ouvrira dans une fenêtre séparée)

&bull interprète les données chaque fois que la page HTML est chargée (c'est-à-dire qu'il ignore les données mises en cache côté serveur, mettant ainsi automatiquement à jour la vue pour les couches locales ou distantes qui changent)

&bull affiche des messages lors du chargement

&bull fournit une barre latérale (voir l'autre section ci-dessus)

L'analyseur intégré de Google peut être utilisé par défaut

Les fonctionnalités spéciales suivantes ne sont activées qu'à l'aide de l'analyseur Google Maps. Si vous sélectionnez ces options de contrôle dans le processus Geomashup pour une couche, l'analyseur Google Maps sera automatiquement remplacé par l'analyseur de MicroImages. Si vous prévoyez d'utiliser ces options pour une couche dans votre mashup, sachez que vous ne pourrez pas utiliser les fonctionnalités étendues pour cette couche qui sont notées ci-dessus pour l'analyseur MicroImages.

&bull pour l'accès interdomaine aux fichiers KML (c'est-à-dire que lorsque HTML et/ou KML d'une couche sont situés sur un site distant, ils doivent être analysés avant que l'API de Google Maps ne soit utilisée)

&bull pour la mise en cache des résultats analysés côté serveur (c'est-à-dire que cela donne un accès plus rapide aux données mais peut ne pas être à jour si la couche de données est dynamique)

&bull pour utiliser les fichiers KMZ (ceux-ci nécessitent une décompression dans l'API Google)

Géoréférencement automatique (fonctionnalités ajoutées)

Les fonctionnalités suivantes de TNTmips 2012 marquées d'un * ont également été rétro-intégrées dans la version TNTmips 2011. Mettez à jour votre version 2011 maintenant pour les utiliser.

Ajouter des images de référence via Internet *

&l'image de référence du taureau peut être n'importe quel jeu de tuiles Web standard * (c'est-à-dire, sélectionnez les images américaines de 1 mètre sur microimages.com) page 12

&bull fonctionne efficacement sur Internet * (c'est-à-dire qu'avec une connexion à large bande, il fonctionne à peu près au même rythme que l'utilisation d'une image de référence locale)

[Remarque : l'utilisation de jeux de tuiles d'images Bing Maps ou Google Maps comme jeux de tuiles d'images de référence pour le géoréférencement automatique les utilise comme des « données » et, par conséquent, viole leurs licences. Bing Maps peut être utilisé comme image de référence lorsque vous localisez des points de contrôle.]

Opération de production à l'aide de scripts SML *

(utiliser comme modèles de scripts pour le traitement automatisé de nombreuses images similaires)

&bull utilise une image de référence locale

&bull utilise n'importe quel ensemble de tuiles Web standard via Internet

&points de contrôle de taureau ajoutés en tant que couche de superposition *

&bulle active et désactive le calque de point de superposition *

&bull définit le style et la couleur des points de contrôle

&Les étiquettes des points de contrôle du taureau sont automatiquement affinées par l'échelle (c'est-à-dire qu'elles évitent d'obscurcir les points lors d'un zoom arrière)

&buller les points de code couleur en fonction de l'ampleur des résidus (c'est-à-dire, afficher la distribution de la façon dont les points s'ajustent au modèle)

&bull définit un nouveau maximum résiduel et recalcule *

Générateur de script SML (nouveau processus)

Les scripts de traitement des rasters peuvent désormais être conçus à l'aide d'une approche graphique interactive. Le nouveau processus Script Builder est utilisé pour présenter de manière interactive votre logique de script sur une zone de dessin.Il utilise les classes de pipeline raster MicroImages pour simplifier votre conception. À tout moment, cliquez sur une icône dans ce Script Builder pour enregistrer votre diagramme actuel sous forme de petit fichier *.SMLb, convertissez-le en script SML et exécutez-le pour évaluer sa syntaxe, sa logique et son résultat. Tout script SML créé dans cet outil peut être modifié et utilisé dans les outils de conception d'écriture de script SML normaux. Pour cette version initiale du Builder, vous devrez utiliser les outils d'écriture de script pour ajouter une logique conditionnelle (c'est-à-dire des branchements, tels que des instructions et des boucles if-then-else) à votre script.

Tout fichier SMLb f peut être sélectionné pour rouvrir son diagramme pour une modification interactive ultérieure. Ainsi, vous pouvez utiliser cet outil pour rouvrir et modifier graphiquement un script enregistré en tant que fichier *.SMLb dans cet outil, créé par d'autres dans l'outil, ou fourni sous forme d'exemples à partir de MicroImages. Un script SML créé ou modifié en dehors du Builder ne peut pas être converti en diagramme dans ce nouvel outil.

Approche graphique

&bull interface visuelle orientée objet pour la construction de scripts

&bull dispose interactivement le script sur un grand canevas

&bull sélectionner dans la liste des classes et fonctions

&buller les lignes pour connecter les composants du script

&bull minimiser les composants pour une vue d'ensemble de la structure du script

&bull maximiser les composants pour voir tous les détails de la structure

&bull facile à modifier l'ordre dans lequel les composants apparaissent dans le script

&bull méthodes rationalisées pour configurer la sélection d'entrées et de sorties de script

&bull utilise des menus pour sélectionner des méthodes de classe et des valeurs de paramètres prédéfinies

&bull configuration facile du rapport d'erreurs pour un ou tous les composants

Gestion des scripts

&bull enregistrer et recharger la version de diagramme compact du script (fichier *.SMLb)

&bull reprend le travail sur le diagramme enregistré page 13

&bull charger et modifier un diagramme existant

&bull afficher le code de script pour les composants individuels ou le script entier à tout moment

&bull lance immédiatement le test sur le script représenté par le diagramme

&bull visualiser le code pour des composants individuels ou un script entier à tout moment

Exemples de fichiers de générateur

Une bonne façon de commencer à comprendre et à utiliser SML Builder consiste à modifier les scripts schématisés (fichiers *.SMLb) fournis par MicroImages. Vous sélectionnez simplement l'exemple de script dans le processus Builder et le panneau de canevas qu'il ouvre affichera le diagramme de script prêt pour vos modifications, comme si vous l'aviez créé. Par exemple, un diagramme Builder (c'est-à-dire un petit fichier *.SMLb) est disponible et crée un script permettant à son utilisateur de sélectionner un fichier TIFF et de produire un fichier JP2. Sélectionnez ce fichier *.SMLb dans le Builder pour ouvrir le diagramme qu'il définit. Sans modifier le diagramme, vous pouvez créer et utiliser le script SML qu'il représente. Cependant, vous pouvez également facilement modifier ce diagramme pour changer les formats de fichier d'entrée et/ou de sortie afin de créer un script qui convertit vers et à partir d'autres formats de fichiers raster pris en charge par TNTmips.

Convertir des polygones en points (capacité en attente)

Les polygones d'un objet vectoriel peuvent être convertis en points dans un nouvel objet vectoriel. Ces points peuvent ensuite être utilisés comme une représentation plus simple des données dans une base de données, d'autres logiciels, une couche KML plus simple dans une application Web, etc.

&bull point est placé au centre de gravité du polygone

&le point de taureau est déplacé dans la zone du polygone si le centre de gravité tombe à l'extérieur

& les attributs de taureau du polygone transférés au point

&bull DataTip du polygone transféré au point

Imagerie de l'État des États-Unis de 2011

De nouvelles images couleur de 1 mètre des États-Unis ont été collectées à l'été 2011 par le programme USDA NAIP. Des jeux de tuiles de toute cette nouvelle couverture de 2011, en plus de la couverture précédente pour toutes les années jusqu'en 2003, ont été publiés sur Internet pour que tout le monde puisse les voir dans Google Maps, Bing Maps et Google Earth sur microimages.com. En utilisant la fenêtre de sélection de TNTmips, vous pouvez sélectionner n'importe lequel de ces ensembles de tuiles Web standard pour vos vues TNT via Internet, pour les ajouter et les utiliser comme vous le feriez pour sélectionner des objets locaux.

De nouvelles images composites couleur 2011 ont été acquises et sont disponibles pour : Alabama Illinois Montana Caroline du Sud Colorado Iowa Nouveau-Mexique Utah Delaware Maine New York Virginie Idaho Maryland Oregon Washington Virginie-Occidentale


Il n'y a actuellement aucun test dans les tests QGIS pour le fournisseur WFS. Il est prévu d'en ajouter, probablement en utilisant un serveur HTTP instancié localement servant des documents XML prédéfinis.

Aucun problème majeur n'est prévu à ce stade. Les connexions WFS existantes dans la configuration seront réutilisées et les fichiers .xml existants avec les connexions WFS exportées seront importés même s'il manque de nouvelles options. Les utilisateurs qui ont besoin de WFS-T devront sélectionner manuellement la version WFS 1.0 s'ils se connectent à un serveur avec des capacités WFS 1.1 et/ou 2.0. Les projets existants avec des couches WFS devraient toujours être utilisables (probablement au détriment de l'affichage du filtre existant en raison du changement de la syntaxe de l'expression QGIS en SQL)


QgsMapCanvas.refresh () ne recharge pas les nouvelles fonctionnalités de la couche wfs, mais le panoramique le fait - Systèmes d'information géographique

Nous luttons contre les inégalités d'accès au savoir à travers le monde. Les connaissances scientifiques devraient être disponibles pour chaque personne, quels que soient ses revenus, son statut social, sa situation géographique, etc.

Notre mission est de lever toute barrière qui entrave la diffusion la plus large possible des connaissances dans la société humaine !

Nous plaidons pour l'annulation de propriété intellectuelle, ou les lois sur le droit d'auteur, pour les ressources scientifiques et éducatives.

Les lois sur le droit d'auteur rendent illégale le fonctionnement de la plupart des bibliothèques en ligne. Par conséquent, de nombreuses personnes sont privées de connaissances, tout en permettant aux titulaires de droits d'en tirer d'énormes avantages. Le droit d'auteur favorise l'augmentation de l'inégalité tant informationnelle qu'économique.

Le Centre de science soutiens de projet Accès libre mouvement dans la science. La recherche doit être publiée en libre accès, c'est-à-dire être libre de lecture.

L'Open Access est une forme nouvelle et avancée de communication scientifique, qui va remplacer les modèles d'abonnement obsolètes. Nous nous opposons aux gains injustes que les éditeurs collectent en créant des limites à la diffusion des connaissances.

Envoyez votre contribution à l'adresse Bitcoin :
12PCbUDS4ho7vgSccmixKTHmq9qL2mdSns


Partie 1 : Intégration des services OGC WMS avec des applications de mappage SVG

La spécification OGC WMS est une interface simple mais puissante pour les services de cartographie Web. Tous les paramètres nécessaires à la récupération des métadonnées ou des couches cartographiques sont encodés dans l'URL. Pour plus d'informations, consultez la spécification OGC WMS, disponible sur www.opengeospatial.org/specs/?page=specs (voir Web Map Service).

Intégration des images aériennes Terraserver dans l'application de cartographie SVG

Le serveur Terraserver USA est un projet conjoint de l'USGS, de Microsoft et de HP pour fournir des services OGC WMS au public (actuellement principalement des orthoimages USGS (DOQ (Digital Orthoimage Quadrangles) et DRG (cartes USGS scannées, Digital Raster Graphics)). un service gratuit, ce qui en fait un service utile pour ce tutoriel.Une interface client HTML pour le Terraserver permet d'expliquer la construction de la chaîne d'URL pour obtenir la carte.

Un service WMS a généralement deux fonctionnalités principales :

  • Servir des métadonnées sur les ensembles de données disponibles
  • Servir les couches de données selon les paramètres demandés

Un exemple du Terraserver montrera comment fonctionne la récupération des métadonnées. Dirigez un navigateur vers l'URL suivante :

La première partie de l'URL est le nom du serveur, suivi du nom du service (ogccapabilities.ashx) et les paramètres version, demande et service. La demande obtenir des capacités, renvoie un fichier XML contenant toutes les métadonnées du service WMS, telles que les couches disponibles, les projections, etc. Enregistrez le fichier récupéré sur votre ordinateur et ouvrez-le dans un éditeur XML ou de texte pour lire les métadonnées. Vous n'avez besoin de lire ce fichier que si vous souhaitez vous informer sur les données disponibles du serveur, ou si vous souhaitez utiliser automatiquement les métadonnées du serveur pour votre application de cartographie Web. Sinon, vous n'utilisez que le request=GetMap méthode.

Après avoir ouvert le fichier XML récupéré, vous trouvez des mots-clés et des informations de contact, suivis d'une section sur les deux <Demande> méthodes Obtenir des capacités et ObtenirCarte.

Vient ensuite le <Calque> section. Cette section est imbriquée. Les informations de la hiérarchie supérieure s'appliquent à toutes les couches imbriquées. Pour ce tutoriel, les calques DOQ (orthoimages) sont intéressants. Il contient un <Nom>, une <Titre>, <SRS>, <BoundingBox> et <Style> éléments. Les deux premiers s'expliquent d'eux-mêmes, le <SRS> Les éléments contiennent des informations sur la référence et la projection. Il s'agit d'une liste d'un tableau de base de données fourni par l'European Petroleum Survey Group, une liste non structurée de codes et des valeurs de référence/projection correspondantes. Pour plus de commodité, voici une liste des codes SRS fournis par Terraserver :

sridinformations de projection et de référence
4326Référence/Sphéroïde : WGS84, Projection : Non projetée, Unités : Degré, Premier méridien : 0 (Greenwich)
26905Datum : NAD83, Sphéroïde GRS80, Projection : UTM Zone 5N, Unités Mètres, Premier méridien : 0, Méridien central : -153, Fausse abscisse : 500000, Fausse ordonnée : 0
26906Datum : NAD83, Sphéroïde GRS80, Projection : UTM Zone 6N, Unités Mètres, Premier méridien : 0, Méridien central : -147, Fausse abscisse : 500000, Fausse ordonnée : 0
26910Datum : NAD83, Sphéroïde GRS80, Projection : UTM Zone 10N, Unités Mètres, Premier méridien : 0, Méridien central : -123, Fausse abscisse : 500000, Fausse ordonnée : 0
26911Datum : NAD83, Sphéroïde GRS80, Projection : UTM Zone 11N, Unités Mètres, Premier méridien : 0, Méridien central : -117, Fausse abscisse : 500000, Fausse ordonnée : 0
26912Datum : NAD83, Sphéroïde GRS80, Projection : UTM Zone 12N, Unités Mètres, Premier méridien : 0, Méridien central : -111, Fausse abscisse : 500000, Fausse ordonnée : 0
26913Datum : NAD83, Sphéroïde GRS80, Projection : UTM Zone 13N, Unités Mètres, Premier méridien : 0, Méridien central : -105, Fausse abscisse : 500000, Fausse ordonnée : 0
26914Datum : NAD83, Sphéroïde GRS80, Projection : UTM Zone 14N, Unités Mètres, Premier méridien : 0, Méridien central : -99, Fausse abscisse : 500000, Fausse ordonnée : 0
26915Datum : NAD83, Sphéroïde GRS80, Projection : UTM Zone 15N, Unités Mètres, Premier méridien : 0, Méridien central : -93, Fausse abscisse : 500000, Fausse ordonnée : 0
26916Datum : NAD83, Sphéroïde GRS80, Projection : UTM Zone 16N, Unités Mètres, Premier méridien : 0, Méridien central : -87, Fausse abscisse : 500000, Fausse ordonnée : 0
26917Datum : NAD83, Sphéroïde GRS80, Projection : UTM Zone 17N, Unités Mètres, Premier méridien : 0, Méridien central : -81, Fausse abscisse : 500000, Fausse ordonnée : 0
26918Datum : NAD83, Sphéroïde GRS80, Projection : UTM Zone 18N, Unités Mètres, Premier méridien : 0, Méridien central : -75, Fausse abscisse : 500000, Fausse ordonnée : 0
26919Datum : NAD83, Sphéroïde GRS80, Projection : UTM Zone 19N, Unités Mètres, Premier méridien : 0, Méridien central : -69, Fausse abscisse : 500000, Fausse ordonnée : 0
26920Datum : NAD83, Sphéroïde GRS80, Projection : UTM Zone 20N, Unités Mètres, Premier méridien : 0, Méridien central : -63, Fausse abscisse : 500000, Fausse ordonnée : 0

Le <BoundingBox> éléments donnent les valeurs min/max dans les systèmes de projection correspondants ainsi que la résolution maximale, le <Style> Les éléments décrivent différentes options de style. C'est utile, si l'on veut afficher des quadrillages au-dessus des images. Ces quadrillages sont intégrés dans l'image raster livrée.

Ici, il est montré comment créer une URL pour récupérer des données d'image :

Exemple 1 : Création d'une URL pour récupérer les données WMS

Le lien suivant récupère une orthoimage du lac Tenaya dans le parc national de Yosemite :

Il est important de suivre EXACTEMENT la syntaxe donnée ci-dessus, sinon un message d'erreur apparaîtra à la place d'une image. La première partie de l'URL est le nom du serveur et du service. Cette partie de l'URL est la même que la requête précédente aux métadonnées. Pour le parc national de Yosemite, les données sont nécessaires dans la zone UTM 11, d'où le paramètre SRS=EPSG:26911. BBOX=282587,4188958,283717,4190390 définit les valeurs xmin, ymin, xmax, ymax de la boîte englobante. Le largeur=553 et hauteur=700 les paramètres définissent la taille de l'image en pixel. Assurez-vous que le rapport largeur/hauteur du cadre de délimitation correspond au rapport largeur/hauteur de la taille de l'image, sinon des images déformées seront le résultat. Le format=image/jpeg paramètre spécifie le format de sortie. L'OGC prend actuellement en charge les formats d'image jpeg, png et svg, cependant, au moment de la rédaction de cet article, vous ne trouverez pas beaucoup de services WMS avec une sortie SVG.

L'exemple suivant montre comment intégrer cette syntaxe dans une application de mappage SVG.

Exemple 2 : Intégration du service WMS dans une application SVG

Étape 1 - Télécharger les fichiers :

Téléchargez les fichiers nécessaires à partir du didacticiel de navigation cartographique et assurez-vous d'avoir une copie de travail de l'exemple du parc national de Yosemite, en ouvrant le fichier index.svg dans votre navigateur Web et tester si les outils de navigation fonctionnent.

Étape 2 - Ajoutez une case à cocher pour contrôler la visibilité et le chargement des données :

Ensuite, ouvrez le fichier index.svg dans un éditeur de texte ou XML et ajoutez une nouvelle case à cocher et un nouvel élément de groupe pour le calque orthophoto en ajoutant les lignes suivantes à la fonction init() dans la section script du fichier (consultez le tutoriel Checkbox et Radiobutton pour plus de détails) :

Ensuite, ajoutez la ligne suivante dans la section principale de la carte (<g /> element) entre l'image avec l'id "ShadedRelief" et le chemin avec l'id "park_boundary". L'image WMS demandée sera ultérieurement ajoutée à ce groupe vide.

Enregistrez le fichier "index.svg" et rechargez-le dans le navigateur. Testez et voyez si la nouvelle case à cocher bascule sans message d'erreur

Étape 3 - Ajoutez une fonction pour charger l'image :

Copiez le code ECMAScript suivant dans la section script du fichier "index.svg", après la fonction loadProjectSpecific() :

Ce code obtient d'abord une référence à l'élément de groupe qui contiendra l'orthoimage. Ensuite, il vérifie si le groupe a déjà un enfant et si oui, il supprime une orthoimage précédemment chargée, par ex. après un zoom ou un panoramique. Il vérifie si la couche DOQ est visible et si oui, il crée un nouvel élément d'image et définit tous les attributs. Il crée également une nouvelle URL contenant l'étendue actuelle de la carte dans l'argument BBOX et définit les paramètres de largeur et de hauteur. Notez qu'il est nécessaire de fournir des valeurs de pixels complètes pour les valeurs de largeur et de hauteur, d'où le parseInt() méthode. Enfin, il définit le xlink:href attribut (notez l'utilisation explicite de l'attribut xlinkNS namespace) et ajoute l'image nouvellement créée dans son groupe parent. Si la couche n'est pas visible, elle ne crée pas d'image et n'appelle donc pas le Terraserver.

Étape 4 - Appelez la fonction getOrthoImage() à partir de la fonction loadProjectSpecific() :

Afin de recharger l'image à chaque zoom et panoramique de l'utilisateur, ajoutez la ligne

à la fin de la fonction loadProjectSpecific() dans le fichier "index.svg".

Étape 5 - Étendez la fonction toggleMapLayer pour charger l'orthoimage :

Dans cette dernière étape, le toggleMapLayer(id,checkStatus,labelText) la fonction doit être étendue (dans la section script du fichier index.svg) pour appeler la fonction getOrthoImage() si l'utilisateur active un calque. Ceci est nécessaire, car sinon l'image ne se chargerait qu'après le prochain événement de zoom ou de panoramique. Ajoutez les lignes suivantes à la fin de la fonction :

Enregistrez les fichiers "index.svg" et rechargez le projet dans un navigateur. Il devrait maintenant être possible de naviguer dans les orthophotos du Terraserver et d'obtenir toujours automatiquement la résolution appropriée. Activer la case à cocher devrait afficher et masquer l'image.

C'est le dernier exemple qui devrait apparaître après avoir parcouru la première partie de ce didacticiel.


Transpilation v2

Mapbox GL JS v2 est distribué sous forme de bundle JavaScript compatible ES6 et est compatible avec tous les principaux navigateurs modernes.

Le bundle JavaScript est incompatible avec certaines transformations Babel en raison de la façon dont il partage le code entre le thread principal et Web Worker. Nous faisons cela pour réduire la taille du paquet et améliorer les performances de rendu. Si vous utilisez la v2 avec un module bundler tel que Webpack ou Rollup avec un transpiler tel que Babel, il existe trois façons de le rendre compatible :

  • Utilisez browserslist pour cibler la transpilation vers un ensemble de transformations compatibles
  • Désactiver explicitement le transpilage du bundle Mapbox GL JS
  • Chargez et transpilez le code Web Worker séparément au prix d'une augmentation de la taille de l'ensemble et d'une réduction des performances.

Cibler la transpilation vers ES6 avec browserslist

  • Si vous utilisez @babel/preset-env avec browserslist pour définir les environnements de navigateur cibles, envisagez d'utiliser les requêtes browserslist suivantes pour sélectionner un ensemble de transformations compatibles.

Cela peut être spécifié dans le package.json de votre projet ou dans un fichier .browserslistrc. Voir @babel/preset-env docs pour plus de détails.

Exclure explicitement GL-JS de la transpilation

  • Si d'autres parties de votre application nécessitent une transpilation ES5, envisagez d'exclure explicitement GL JS de la transpilation. Si vous utilisez Webpack, vous pouvez utiliser le ! préfixe dans l'instruction import pour empêcher mapbox-gl d'être transformé par les chargeurs existants. Voir la documentation d'utilisation en ligne des chargeurs Webpack pour plus de détails.

Vous pouvez également configurer cela de manière centralisée dans webpack.config.js en ajoutant l'option ignorer à Babel.

Charger et transpiler le Web Worker séparément

Si votre application nécessite une compatibilité ES5, alors votre bundler de modules doit être configuré pour charger et transpiler Mapbox GL JS & # x27s Web Worker séparément. Cela se fait au prix d'une augmentation significative de la taille de l'ensemble et d'un impact négatif sur les performances de rendu et vous ne devez le faire que si vous avez un besoin important de prendre en charge les navigateurs hérités. Mapbox GL JS peut être configuré avec des plugins de chargeur de travail spécifiques au bundler. Voir webpack-worker-loader et rollup-plugin-worker-loader.

  • Si vous utilisez Webpack, vous pouvez configurer worker-loader pour qu'il soit utilisé en ligne lors de l'importation de mapbox-gl :

puis intégrez le worker chargé Webpack avec Mapbox GL JS :


Transfert de données vers des appareils mobiles

Vous avez 2 options pour transférer vos données vers le mobile via le service Mergin : via le site Web ou via le plugin Mergin dans QGIS. Dans ce tutoriel, nous allons utiliser le plugin depuis QGIS.

Dans QGIS, dans le menu principal, sélectionnez Plugins > Gérer et installer des plugins…. Une nouvelle fenêtre apparaîtra. Dans le panneau de gauche, sélectionnez Tous puis dans la section de recherche (en haut) recherchez Fusionner. Sélectionnez le plugin dans la liste et cliquez sur Installer le plugin. Après l'installation, vous devez redémarrez votre QGIS.

Après le redémarrage, vous devriez pouvoir voir l'icône Mergin dans votre Panneau du navigateur:

Dans le Panneau du navigateur, faites un clic droit sur le Fusionner et sélectionnez Configurer. Saisissez votre nom d'utilisateur (ou votre adresse e-mail) et votre mot de passe que vous avez enregistrés auprès du service Mergin.

Cliquer sur Tester la connexion et vous devriez voir un OK vert.

Si vous avez choisi de Enregistrer les informations d'identification (vous n'avez donc pas besoin de saisir à nouveau le nom d'utilisateur et le mot de passe) et que vous n'avez pas configuré le gestionnaire de mots de passe QGIS, vous serez invité à définir un mot de passe pour votre gestionnaire de mots de passe QGIS.

Après avoir cliqué sur OK, vous devriez voir une liste de dossiers sur votre connexion Mergin dans le panneau de votre navigateur :

On peut savoir uploader les données :

Faites un clic droit sur le Fusionner et sélectionnez Créer un nouveau projet. Une nouvelle fenêtre apparaît :

Pour Nom du projet taper Enquête sur les nids-de-poule

Sélectionner Initialiser à partir du lecteur local

Cliquez sur … et sélectionnez collecte de données dossier

Une fois que vous avez cliqué sur OK, le projet sera créé et le contenu du collecte de données dossier y sera téléchargé.

Le projet est maintenant prêt à être téléchargé sur votre appareil mobile.


Global_Mapper_17_GIS_OFERTA_KARTOGRAFIA_NAWIGACJA_GPS

Nouvelles fonctionnalités importantes
Accélération des sources en ligne en téléchargeant des données en arrière-plan. L'affichage et l'exportation des sources en ligne sont désormais plusieurs fois plus rapides dans de nombreux cas. Vous pouvez également annuler immédiatement le dessin de n'importe quelle source en ligne en appuyant sur Échap sans avoir à attendre que le serveur réponde.
Ajout de la possibilité de sélectionner des fonctionnalités dans la visionneuse 3D. Il s'agit d'un nouveau mode lancé en sélectionnant l'outil de sélection dans la barre d'outils de la visionneuse 3D. Toutes les sélections sont partagées par les visionneuses 2D et 3D, et le menu contextuel vous permet d'effectuer des opérations sur la sélection.
Ajout du mode Mesure à la visionneuse 3D. Il s'agit d'un nouveau mode lancé en sélectionnant l'outil Mesurer dans la barre d'outils de la visionneuse 3D. Les mesures sont partagées par les visionneuses 2D et 3D, et le menu contextuel vous permet d'effectuer des opérations sur la sélection.
Ajout d'une option pour faire pivoter la vue de la carte dans le menu Affichage. La nouvelle commande de menu vous permet de faire pivoter facilement la vue de la carte selon l'angle de votre choix. Vous pouvez également utiliser Retour arrière pour faire pivoter la vue dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.
Ajout d'une option pour faire pivoter automatiquement la carte dans la direction vers laquelle pointe un appareil GPS connecté. Cette nouvelle option dans le menu vous permet d'utiliser le mode « suivi » lorsque vous êtes connecté à un GPS afin que l'avance soit toujours en haut de votre écran.
Ajout d'une option pour afficher un fichier vidéo synchronisé avec n'importe quelle entité linéaire avec des heures pervertex ou des entités ponctuelles avec des attributs d'horodatage reconnus. Cette option est disponible dans le menu contextuel de la boîte de dialogue Infos sur la fonction chaque fois que des heures sont trouvées. Cela vous permet de lire facilement un fichier vidéo qui suit une entité linéaire et de synchroniser la lecture et l'emplacement sur la carte.
Mise à jour de la boîte de dialogue Control Center CALC ATTR (configuration de calcul d'attribut) avec la possibilité de calculer de nouvelles valeurs d'attribut à l'aide de formules de type feuille de calcul. Les nouvelles formules d'attributs permettent des opérations numériques, booléennes et de chaîne, en utilisant une notation mathématique standard et des fonctions prédéfinies, qui incluent des opérations sophistiquées de correspondance de texte, de recherche et de remplacement à l'aide d'expressions régulières.
De nombreuses mises à jour de scripts, y compris l'exportation à partir de couches spécifiées, le recadrage de l'exportation vers un polygone sélectionné dans l'interface utilisateur, une commande SET_OPT pour définir des options générales et des filtres de type, et la prise en charge de l'utilisation de formules lors du calcul des valeurs d'attribut (nouvelle commande CALC_ATTR_FORMULA) et de la définition de variables.
Exportations améliorées à l'aide de palettes optimisées pour l'image pour les données avec plus de 256 couleurs mais de grandes zones avec la même couleur.
Nouveaux formats pris en charge
Prend en charge le chargement des données directement à partir des fichiers d'archive .7z. Tout comme .zip ou .tar.gz, Global Mapper extraira le fichier .7z et identifiera automatiquement les types de fichiers connus et les chargera.
Prise en charge du chargement des fichiers vectoriels Landmark Graphics.
Prise en charge du chargement des nuages ​​de points Lidar ZFS.
Prise en charge de l'importation d'archives ArcGIS Layer Pack (*.lpk).
Prend en charge les fichiers de grille XML Rockworks RW16 (.rwgrd).
Prise en charge de l'imagerie Landsat, de l'humidité du sol ESA CCI et des grilles de gravité au format HDF5/NetCDF.
Prend en charge les fichiers de grille binaire Carlson 2015.
Prend en charge les formats Carlson GSF Geoid Grid.
Prise en charge du chargement des fichiers XML de sondage appliqué Trimble WM.
Modifications du lidar
Recadrage des nuages ​​de points Lidar sur les entités de zone sélectionnées lors du recadrage de la charge sur la limite de la zone réelle et pas seulement sur la zone de délimitation de la ou des zones.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT] Autoriser le recadrage des points Lidar sur les caractéristiques de la zone sélectionnée lors de la classification automatique.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT] Valeur par défaut NO_DATA_DIST_MULT lors de la génération d'une grille de compartiments avec la commande de script GENERATE_ELEV_GRID pour utiliser une valeur de 6 pour combler les lacunes plutôt que 0, ce qui est plus approprié par défaut pour le maillage TIN traditionnel.
Prend en charge l'utilisation des colonnes R, G et B comme couleur dans un fichier texte ASCII générique chargé en tant que nuage de points Lidar.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT] Amélioration de la classification automatique de la végétation haute (arbres) à partir des nuages ​​de points avec beaucoup de points de comptage de retour élevés (3 ou plus), tels que les zones très boisées.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT] Amélioration de l'attribution des valeurs/attributs d'altitude lors de l'extraction des contours des bâtiments à partir de données Lidar classifiées. Ajout des attributs MAX_ELEV et MIN_ELEV pour capturer l'élévation minimale et maximale de tous les points utilisés dans le bâtiment.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT] Correction de l'extraction de pièces de toit séparées lors de l'extraction de bâtiment dans une projection utilisant des unités linéaires autres que les mètres.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT] Correction d'un problème avec l'option permettant de filtrer les points Lidar pris en compte lors du maillage d'un nuage de points Lidar ne fonctionnant pas lors d'une grille TIN plutôt que l'une des méthodes de grille groupées.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT] Correction d'un problème avec les points Lidar ne se supprimant pas correctement dans la vue du profil du chemin Lidar.
Correction d'un plantage lors de l'exportation vers LAS/LAZ lorsque la projection actuelle n'a pas de code EPSG exact connu.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT] La classification automatique des points Lidar dans les catalogues cartographiques fonctionne. Vous voudrez exporter immédiatement les résultats car les données Lidar modifiées seront déchargées sans enregistrer si le catalogue n'en a plus besoin pour l'affichage.
Modifications de la visionneuse 3D
Ajout de la possibilité de sélectionner des fonctionnalités dans la visionneuse 3D. Il s'agit d'un nouveau mode lancé en sélectionnant l'outil de sélection dans la barre d'outils de la visionneuse 3D. Toutes les sélections sont partagées par les visionneuses 2D et 3D, et le menu contextuel vous permet d'effectuer des opérations sur la sélection.
Ajout du mode Mesure à la visionneuse 3D. Il s'agit d'un nouveau mode lancé en sélectionnant l'outil Mesurer dans la barre d'outils de la visionneuse 3D. Les mesures sont partagées par les visionneuses 2D et 3D, et le menu contextuel vous permet d'effectuer des opérations sur la sélection.
Ajoutez une option pour créer un chemin de survol à partir d'entités linéaires sélectionnées lors de l'utilisation des commandes de survol dans la vue 3D et aucun chemin de survol prédéfini n'est disponible.
Ajout d'un bouton de pause dans la barre d'outils.
Correction des problèmes de zoom skybox.
Correction d'un problème où certains fichiers avi de survol n'étaient pas lisibles. Autoriser les fichiers avi compressés plus volumineux.
Correction d'un problème où les options de compression avi de survol n'étaient pas disponibles dans la version 64 bits.
Modifications du profil du chemin/de la fonction de ligne de vue
Ajout du segment 3D et de la distance totale à un fichier CSV pour un chemin 3D enregistré à partir du menu Fichier de la boîte de dialogue Profil de chemin/LOS.
Modifiez l'affichage des lignes séparées pour plusieurs couches de terrain qui se chevauchent afin de ne tracer aucune ligne pour la couche où elle n'a pas de valeurs valides plutôt que de tracer une ligne droite reliant les régions avec des altitudes valides.
Limité les formats disponibles lors de l'exportation du profil de chemin rendu dans un format vectoriel pour inclure uniquement les formats qui prennent en charge les données non spatiales, comme les formats PDF ou CAO (DXF, DGN, DWG, etc.).
Correction d'un problème avec le curseur affiché dans la boîte de dialogue du profil de chemin se transformant en flèche.
Correction d'un problème avec l'option de tracer des lignes de croisement sur le profil du chemin qui n'était pas correctement mémorisée.
Modifications de la fonction d'analyse
Ajout d'une option au calcul du bassin versant pour créer une couche de points de direction d'écoulement avec un symbole sélectionné. Cela vous permet de créer rapidement un graphique carquois montrant la direction et la quantité du flux sur une surface de terrain.
L'option Avancé pour aligner les limites sur un multiple pair de l'espacement d'exportation s'applique également lors de la génération d'une grille d'élévation à partir de données vectorielles/Lidar 3D, à la fois à partir de l'interface utilisateur et à l'aide de la commande de script GENERATE_ELEV_GRID.
Correction d'un problème majeur dans les calculs de volume (tout type autre qu'une plage d'élévations) lorsque les unités verticales par défaut sont statutaires (pieds) plutôt que métriques (mètres). Les résultats étaient décalés par le facteur de conversion de pieds en mètres (environ 3,28) avant ce correctif.
Assurez-vous que les résultats de volume lorsque vous effectuez une seule hauteur de coupe sont les mêmes que pour une plage de hauteurs de coupe. Affichez également la surface 3D lorsque vous effectuez une seule hauteur de coupe.
Amélioration de la précision des étiquettes de contour générées lors de la création de contours avec un intervalle de contour très petit (<0,1 mètre/pied).
Ajout d'une option pour sélectionner les unités de volume lors de la mesure du volume entre les surfaces.
Correction d'un bug dans les v16.0.0-v16.0.3 avec des caractéristiques de zone utilisées comme obstructions dans les calculs de perte de vue rendant tout ce qui n'est pas bloqué par les zones visibles.
Correction d'un problème d'activation automatique du réglage du contraste pour toutes les images multi-bandes créées par la calculatrice raster et pas seulement celles avec plus de 8 bits par bande.
Correction des ensembles de données de points de quadrillage lors du recadrage d'une entité de zone sélectionnée.
Modifications de l'outil du numériseur
La boîte de dialogue CALC ATTR (Configuration du calcul des attributs) peut maintenant être invoquée sur la sélection d'entités actuelle. Cette option est accessible à partir du sous-menu "Attribute/Style Functions » dans le menu contextuel pour les sélections.
Ajout de l'option "Couper la ou les zones sélectionnées de toutes les zones qui se chevauchent". Similaire à la sortie de la fonction "Couper les zones sélectionnées d'une autre zone", sauf que toutes les zones des calques spécifiés sont traitées plutôt qu'un seul calque.
Le recadrage des zones sélectionnées corrigera automatiquement toute géométrie de zone non valide lorsqu'elle entraîne l'échec du recadrage. Cela permettra à de nombreuses autres opérations de recadrage de se terminer sans erreur sans avoir besoin de rechercher et de corriger manuellement les polygones invalides avant de procéder au recadrage. De plus, toute exportation vers des zones sélectionnées corrigera également les polygones invalides qui entraînent l'échec du recadrage.
Mise à jour de la création de points de direction et de pendage pour afficher visuellement l'orientation du point lorsque vous faites glisser après un clic gauche pour obtenir beaucoup plus facilement l'orientation souhaitée de la direction/du plongement. Le pendage et l'angle d'attaque sont également désormais affichés sur la barre d'état lorsque vous faites glisser le bouton gauche de la souris vers le bas.
Les géométries de zone non valides où une île se trouve sur ou en dehors du parent sont désormais automatiquement corrigées par l'outil de détection et de réparation de polygones non valides.
Ajout de la prise en charge de la copie d'attributs de points vers d'autres entités ponctuelles à proximité à l'aide de l'option Copier les attributs dans l'outil Numériseur.
Ajout de l'option « Modifier les sommets des entités » sous le sous-menu du clic droit sur l'édition des sommets de l'outil Digitizer. Cela permet d'afficher et de modifier la liste des sommets (y compris les élévations et les heures des persommets) de toute ligne ou zone sélectionnée (y compris le trou/l'îlot).
Lors de la création de lignes reliant des entités ponctuelles à des entités linéaires, renommez l'attribut DIST_ALONG_LINE en CHAINAGE pour refléter l'utilisation la plus courante.
Ajouter une option pour sélectionner la projection native d'une nouvelle couche créée à partir de la boîte de dialogue de modification d'entité. Cela permet de déplacer/créer de nouvelles entités dans une couche avec un nom personnalisé et quelle que soit la projection souhaitée.
Lors de la création d'entités ponctuelles à partir d'une entité linéaire avec des horodatages pervertex, ajoutez les attributs SPEED, AVG_SPEED et ELAPSED_TIME. Faites de même si vous ajoutez à partir de la boîte de dialogue Sommets d'entité pour les points sélectionnés.
Ajout d'une option pour désactiver la sélection de trous/îlots dans les entités surfaciques lorsque vous cliquez/glissez pour sélectionner. L'option se trouve sous le menu Options du clic droit dans l'outil Digitizer.
Mise à jour de la création de lignes perpendiculaires aux lignes sélectionnées pour ajouter les attributs de non-mesure de la ligne/surface aux lignes perpendiculaires.
Calcul mis à jour des statistiques d'altitude de la zone pour déterminer plus souvent un aspect de pente prédominant et le signaler en tant qu'attribut ASPECT. De plus, la direction de la pente moyenne sera toujours ajoutée en tant qu'attribut AVG_ASPECT même s'il n'y a pas de direction dominante.
Correction d'un problème avec l'orientation de la dernière ligne lors de la création de lignes perpendiculaires aux lignes sélectionnées.
Correction de la sélection de la couche dans la boîte de dialogue d'édition d'entités lorsque plusieurs entités sont sélectionnées pour l'édition.
Correction d'un plantage lors de la création de nouvelles fonctionnalités dans une couche autre que les fonctionnalités créées par l'utilisateur si rien dans les fonctionnalités créées par l'utilisateur et l'option d'enregistrement automatique des espaces de travail de sauvegarde n'était cochée.
Correction d'un problème avec l'option de découper des zones pour réduire le nombre de sommets n'étant pas toujours disponible si plusieurs zones sont sélectionnées.
Correction d'un problème avec l'option permettant de découper des zones pour réduire le nombre de sommets ne se réduisant pas toujours à 3 sommets si vous souhaitez créer des triangles à partir des zones.
Ajout d'unités de secondes d'arc et de minutes d'arc pour créer une grille régulière de fonctionnalités.
Correction d'un problème avec l'utilisation de la commande de menu Edition->Sélectionner tout ou de l'option de clic droit Sélectionner toutes les entités dans le calque dans le Centre de contrôle en sélectionnant les fonctionnalités de l'outil Numériseur qui sont désactivées pour la sélection, comme c'est le cas si vous désactivez la sélection de lignes.
Ajout de l'option Créer un tampon pour répertorier toutes les valeurs d'attribut des zones combinées, ce qui était le comportement par défaut, ou simplement attribuer une seule valeur représentative à chaque attribut à la place.
Correction d'un problème où les tampons carrés avaient parfois une forme incorrecte près des sommets de début/fin.
Modifications de script
Ajout de la prise en charge de l'exportation de calques spécifiques uniquement à partir d'une commande de script EXPORT. Vous pouvez désormais ajouter un ou plusieurs paramètres EXPORT_LAYER à une commande d'exportation et seuls les calques correspondant à l'un des filtres EXPORT_LAYER seront exportés.
Ajout de la prise en charge de l'exportation de tout en dehors des polygones sélectionnés plutôt qu'à l'intérieur en ajoutant POLYGON_CROP_EXCLUDE=YES à toute commande de script dans laquelle vous recadrez un ou plusieurs polygones.
Ajout de la prise en charge du recadrage d'une commande de script EXPORT* vers une entité de zone sélectionnée dans l'outil Digitizer. Ajoutez simplement POLYGON_CROP_NAME= " SELECTED " aux paramètres de la commande pour utiliser n'importe quelle(s) caractéristique(s) de zone sélectionnée à partir de l'interface utilisateur dans le recadrage.
Mise à jour de la commande EDIT_VECTOR pour permettre de filtrer ce qui est opéré sur une boîte englobante. N'importe quel paramètre de cadre de délimitation normal (c'est-à-dire LAYER_BOUNDS, GLOBAL_BOUNDS, LAT_LON_BOUNDS, etc.) est applicable.
Ajout de la prise en charge de la définition d'un grand nombre d'options avancées avec la commande SET_OPT à l'aide des nouveaux paramètres MISC_OPT et MISC_OPT_VALUE. Cela inclut les paramètres globaux pour l'alignement des limites d'exportation sur les limites de pixels ou d'espacement et le maintien des limites d'exportation sur l'espacement des échantillons. Vous pouvez également définir le dossier des fichiers temporaires de base utilisé par Global Mapper. Voir la documentation pour la liste complète des options.
Ajout de la prise en charge de noms de variables plus intégrés pour permettre d'enregistrer facilement le temps nécessaire à l'exécution des scripts. Désormais, %TIME_SINCE_START%, %TIME_SINCE_LAST_LOG% et %SCRIPT_FILENAME% sont disponibles en tant que variables intégrées. Vous les utiliseriez probablement avec la commande LOG_MESSAGE.
Ajout d'une fonction de calcul de nouvelles valeurs d'attributs à l'aide de formules à l'aide de la nouvelle commande de script CALC_ATTR_FORMULA. CALC_ATTR_FORMULA est similaire à la formule CALC_ATTR existante, sauf que vous pouvez spécifier de nouvelles valeurs d'attribut à l'aide de formules. Consultez la documentation pour plus d'informations, y compris une description des formules d'attribut.
Ajout de la prise en charge de nouvelles variables de script utilisant des formules dans la commande de script DEFINE_VAR. Il existe désormais un paramètre FORMULA qui accepte une formule pour affecter une valeur à une variable de script. Voir la documentation pour une description plus complète des formules variables.
Mise à jour des limites d'exportation lors du recadrage des opérations en entités surfaciques. Par défaut, les limites d'exportation seront l'intersection des limites de la zone de recadrage pour l'opération et les limites d'exportation des données (soit toutes les données par défaut, soit les limites explicitement fournies). Vous pouvez également fournir un paramètre POLYGON_CROP_INT_DATA_BOUNDS=NO pour indiquer que les limites d'exportation doivent être les limites de la zone de recadrage à moins que vous n'ayez explicitement répertorié un autre cadre de délimitation (c'est-à-dire le paramètre GLOBAL_BOUNDS ou LAYER_BOUNDS), auquel cas ce cadre de délimitation explicite sera utilisé.
Prise en charge de l'exportation des valeurs 16 bits non signées et 8 bits signées/non signées avec l'export de type BIL et GEOTIFF avec la commande EXPORT_ELEVATION. Le nouveau paramètre USE_UNSIGNED est utilisé pour spécifier que les valeurs non signées doivent être exportées.
Déplacement de la fonctionnalité de filtre de type vers la commande SET_OPT et dépréciation de la commande LOAD_TYPE_FILTER. Cela fonctionnera toujours, mais toutes les nouvelles options globales feront partie de la commande SET_OPT.
Ajout de la prise en charge de la spécification d'un filtre de retour Lidar à la fois pour l'affichage global et l'exportation avec SET_OPT ainsi que pour les commandes individuelles IMPORT et EXPORT avec un nouveau paramètre LIDAR_RETURN_FILTER.
Mise à jour de la commande EDIT_VECTOR pour permettre simplement de fournir un paramètre NEW_LAYER_NAME pour permettre la création de nouvelles entités à partir de la commande dans une couche avec ce nom plutôt que de les placer dans la couche de la ou des entités à partir desquelles elles ont été créées.
Mise à jour de la commande EDIT_VECTOR pour prendre en charge le rééchantillonnage des sommets d'entités linéaires ou surfaciques par distance à l'aide du paramètre RESAMPLE_FEATURES.
Ajout de la prise en charge de la copie d'attributs de points vers d'autres entités ponctuelles à proximité à l'aide de la commande de script COPY_ATTRS.
Prend en charge les caractères génériques dans le paramètre FILENAME pour une commande IMPORT afin de permettre de charger facilement tous les fichiers qui correspondent à une chaîne générique particulière, comme FILENAME = " *.tif " pour charger tous les fichiers TIFF dans un dossier.
Prise en charge des sous-dossiers NON récurrents lors de l'utilisation de la commande IMPORT_DIR_TREE pour charger des fichiers correspondant à une chaîne de masque. Ajoutez maintenant RECURSE_DIR=NO à la commande pour charger uniquement les fichiers dans le dossier spécifié.
Ajout du paramètre GRID_OVERLAP_NUM_PIXELS pour indiquer si la valeur spécifiée dans GRID_OVERLAP doit être interprétée comme le nombre de pixels (commande EXPORT_RASTER)
Ajout d'une nouvelle commande SHIFT_LAYER pour déplacer un ou plusieurs calques de la distance de décalage spécifiée.
Ajout de la prise en charge de l'utilisation de la position et/ou de la projection par défaut lors du chargement d'une couche et ces données ne peuvent pas être déterminées automatiquement en ajoutant USE_DEFAULT_POS=YES et/ou USE_DEFAULT_PROJ=YES à une commande IMPORT.
Ajout de la prise en charge de la définition du décalage de détail du vecteur (curseur de l'onglet Affichage du vecteur de la boîte de dialogue Configuration) avec un paramètre DETAIL_OFFSET pour la commande SET_OPT.
Ajout de la prise en charge du masquage de toutes les fenêtres qui seraient affichées par une commande RUN_COMMAND. Ajoutez HIDE_WINDOW=YES à la commande pour masquer la fenêtre.
Autoriser les couches à être spécifiées avec juste un nom de fichier sans chemin plutôt que d'exiger un chemin complet ou des caractères génériques. S'applique à toute commande dans laquelle vous fournissez le nom de fichier/la description d'une couche sur laquelle travailler.
Ajout de boîtes de dialogue de progression imbriquées lors de l'exécution d'un script qui boucle sur un ensemble de fichiers ou de couches, offrant une bien meilleure surveillance de la progression du script et permettant une annulation plus simple.
Ajout de la prise en charge de la spécification du mode d'altitude pour les altitudes dans une couche avec un paramètre ALT_MODE pour une commande IMPORT ou SET_LAYER_OPTIONS.
Ajout de la prise en charge de la création d'une couche de points de direction d'écoulement avec la commande GENERATE_WATERSHED en ajoutant GEN_FLOW_DIR_POINTS=YES. Cette couche aura des points pour chaque emplacement d'échantillon indiquant la direction et l'amplitude du flux.
Autorisez la spécification de la CODE_PAGE pour les exportations vectorielles KML et GPX avec la commande EXPORT_VECTOR. La valeur par défaut consiste à utiliser la page de codes UTF-8.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT] Prise en charge de l'utilisation de SPATIAL_RES_METERS pour toute opération utilisant GRID_BIN_SIZE pour le maillage Lidar groupé ou d'autres opérations Lidar.
Fournissez plus d'options pour l'exportation d'étiquettes vers des fichiers DXF/DWG à l'aide de la commande EXPORT_VECTOR. Désormais, les paramètres EXPORT_DWG_LABELS/EXPORT_DXF_LABELS prennent en charge l'exportation d'étiquettes d'entités en tant qu'attributs, de points séparés sur la couche d'entités ou de points séparés sur une couche d'étiquettes. Le support Oui/Non existant fonctionne toujours comme avant.
Si vous fournissez explicitement des paramètres de cadre de délimitation pour une commande et que vous recadrez également un ou plusieurs polygones, les limites explicitement fournies sont utilisées plutôt que les limites du ou des polygones de recadrage.
Correction d'un problème avec la commande EDIT_VECTOR qui ne faisait rien si aucun paramètre COMPARE_STR n'était fourni (dans v16.0.0-v16.0.3).
Correction d'un bug passant des variables sur la ligne de commande dans v16.0.0-v16.0.3.
Correction d'un crash utilisant la commande EXPORT_VECTOR avec %SPLIT_ATTR% dans le paramètre FILENAME dans certaines versions v16.0.x.
Correction d'un problème avec la commande EXPORT_RASTER qui entraînait la modification du cadre de délimitation de l'affichage dans la fenêtre d'affichage principale de l'application après l'exécution du script dans certains cas.
Modifications de la source en ligne
Accélération des sources en ligne en téléchargeant des données en arrière-plan. L'affichage et l'exportation des sources en ligne sont désormais plusieurs fois plus rapides dans de nombreux cas. Vous pouvez également annuler immédiatement le dessin de n'importe quelle source en ligne en appuyant sur Échap sans avoir à attendre que le serveur réponde.
Ajout d'une option pour créer des fichiers du monde pour chaque tuile téléchargée à partir d'une source de tuiles en ligne. Cela vous permet de charger directement les fichiers dans Global Mapper à partir du cache local, ce qui est particulièrement utile si vous créez un catalogue de cartes pour une utilisation hors ligne des données. L'option se trouve dans la section Avancé de l'onglet Général de la boîte de dialogue Configuration
Ajout du support pour trouver l'emplacement associé à un MapCode ( www.mapcode.com ). La commande de menu Search- >Find Address permet de spécifier un MapCode comme emplacement à rechercher.
Ajout des couches Mexico de l'INEGI en tant que sources intégrées dans le nouveau groupe COUNTRY DATA. Cela comprend les orthophotos et de nombreux autres types de données couvrant le Mexique.
Ajout de CORINE Land Cover 2006 (résolution 100 m) en tant que source en ligne intégrée. La précédente source en ligne de CORINE datait de 2000. Elle est également toujours disponible. La nouvelle source peut être utilisée pour les calculs de grille/surface de rugosité.
Ajout de cartes FEMA Hazard en tant que sources en ligne intégrées. Les sources FEMA WMS (Raster) et WFS (Vectoral) sont disponibles sous le groupe U.S. Data et fournissent des cartes d'inondation et d'autres risques pour l'ensemble des États-Unis.
Ajout d'un lien intégré vers la base de données mondiale ESA CCI Soil Moisture. Il s'agit simplement d'un lien vers un site Web, vous devez donc toujours télécharger les données réelles souhaitées, puis les charger.
Permet d'ajouter facilement plusieurs sources à la fois à partir d'un serveur WFS. Vous pouvez désormais sélectionner plusieurs fonctionnalités lors de l'ajout d'une source WFS. Si plusieurs sont sélectionnés, vous obtenez une source distincte pour chaque caractéristique sélectionnée.
Ajout d'une option de clic droit pour enregistrer toutes les définitions de source en ligne sélectionnées dans un fichier XML dans la boîte de dialogue de source en ligne. Cela permet d'exporter facilement les définitions de sources ajoutées par l'utilisateur pour les charger sur une autre machine et les ajouter à la liste des sources de cette machine.
Ajout d'une nouvelle option à la boîte de dialogue Ajouter une source lors de l'ajout d'une source WMS pour permettre de préférer l'utilisation de WMS v1.1.1 plutôt que ce que la source rapporte comme version par défaut (c'est-à-dire v1.3) si vous le souhaitez. Ceci est utile car certains serveurs ne gèrent pas correctement l'ordre des axes comme l'exige la spécification WMS v1.3 pour certains systèmes de coordonnées.
Permet de supprimer plusieurs sources sélectionnées à la fois dans la boîte de dialogue de téléchargement de source en ligne. Si vous avez sélectionné un groupe de sources et qu'aucune d'entre elles n'est une source intégrée, elles seront toutes supprimées lorsque vous utiliserez le bouton « Supprimer la source ».
Sélection automatique améliorée d'un SRS (projection) à utiliser pour les sources WMS avec une grande liste de projections disponibles.
Correction d'un problème avec la source Brazil Topo Maps qui ne fonctionnait plus.
Correction d'un problème avec un clic droit sur la liste des sources provoquant la sélection de plusieurs éléments.
Modifications de la projection/des données
Amélioration de la vitesse de reprojection dans certains cas, en particulier les catalogues de cartes avec un grand nombre de cartes à reprojeter. C'était plus lent dans les v16.0.0-v16.0.3 que nécessaire.
Ajout du code EPSG intégré pour MOLDREF99 (EPSG:4026).
Ajout de codes EPSG intégrés pour les projections de l'Idaho State Plane à l'aide du NAD83 (NSRS2007).
Lorsque vous modifiez les projections dans la boîte de dialogue de sélection de projection et que la nouvelle projection n'autorise pas le datum précédemment sélectionné, utilisez par défaut le premier datum de la liste autorisée pour la nouvelle projection plutôt que de conserver le datum non autorisé.
Correction de problèmes liés au recadrage de certaines cartes reprojetées lorsque les limites d'origine dépassent légèrement les limites valides, comme une carte Mercator avec un coin légèrement à l'ouest de - 180 ou à l'est de +180 avec une carte centrée sur 0.
Modifications spécifiques au format
Chargement de la géodabase de fichiers ESRI (FDGB) restaurée vers Global Mapper 32 bits sans licence ESRI (uniquement pour Windows Vista et versions ultérieures).
Ajout de l'onglet Configuration des bandes à la boîte de dialogue Options pour les calques d'images PNG multi-bandes, permettant de réorganiser les bandes et de désactiver également le canal alpha.
Exportation GPX mise à jour pour permettre l'inclusion d'altitudes et d'horodatages dans les exportations de journaux de suivi (ligne), les descriptions et les symboles pour les entités de points de cheminement d'exportation, et pour choisir des codages de caractères autres que UTF-8 et ISO-8859-1.
Correction d'un problème de rendu des lignes pointillées dans les calques PDF dans les versions v16.0.0-v16.0.3.
Accélération du chargement des données au format VPF (c'est-à-dire VMAP0, VMAP1, etc.).
Ajout de la prise en charge du chargement de fichiers SHP de plus de 4 Go.
Améliorez le chargement et l'affichage du texte des fichiers XML dans une langue (page de codes) autre que la page de codes système actuelle. Par exemple, vous pouvez maintenant charger des données OSM avec cyrillique/coréen/chinois/etc. texte et affichage sur une machine Windows en anglais.
Création de balises de justification de texte de magasin d'exportation DXF afin que le placement du texte soit préservé en fonction de ce qui a été sélectionné dans Global Mapper.
Exportation améliorée des fichiers ECW et JPEG2000 lors de l'utilisation d'une projection avec International Feet pour les unités (généralement une projection State Plane). Les coordonnées ne sont plus converties en pieds d'arpentage américains, mais conservées en pieds internationaux. Les unités par défaut de projection State Plane pour la zone ou un fichier .prj ou .aux.xml externe seront utilisées lors de l'importation pour déterminer si les coordonnées du fichier doivent être des pieds d'enquête américains ou des pieds internationaux, car le format ECW n'a pas de codes d'unité séparés en interne. pour les différentes saveurs de pieds.
Correction d'un problème dans l'exportation DXF avec des entités POINT et TEXTE en double exportées au même emplacement dans certaines situations lorsque l'entité ponctuelle n'a que du texte et aucun symbole.
Ajout de l'option « Ajouter un attribut d'élévation » à la conversion par lots en fichiers de formes.
Ajout d'une option pour exporter des échantillons 16 bits non signés pour les exportations d'altitude BIL et GeoTIFF. Il y a maintenant une option à côté de la sélection pour l'exportation d'élévation 16 bits pour choisir Signé ou Non signé. Auparavant, seules les valeurs 16 bits signées pouvaient être exportées.
Mettez à jour les catalogues de cartes pour ne pas dessiner de cadres de délimitation de carte si vous avez trop zoomé pour dessiner la carte lorsque l'affichage est configuré sur une plage d'échelles/de tailles.
Accélération des modifications apportées à la liste des cartes pour les très gros catalogues de cartes, y compris le tri des cartes et l'enregistrement des modifications.
Utilisez automatiquement les fichiers PNG RVB 24 bits dans l'exportation raster KML/KMZ si un fichier de sortie contient 256 couleurs ou plus. Sinon, un PNG basé sur une palette sera utilisé.
Amélioration du tri des couches par résolution pour les catalogues de cartes et lors du tri à partir du menu contextuel du Centre de contrôle, en particulier pour les cartes des régions polaires.
Ajout de rapports de progression et d'une option pour annuler lors de l'intégration de grandes couches dans un espace de travail et de l'exportation de grandes couches vectorielles vers un fichier Global Mapper Package (GMP).
Rapport de progression corrigé lors du chargement d'un fichier d'espace de travail de plus de 4 Go.
Mise à jour de l'exportation Platte River/Geographix pour utiliser le bon nombre de chiffres pour le canton et la plage.
Exportation DXF mise à jour pour inclure la section TABLES en haut pour résoudre les problèmes de chargement dans les logiciels qui nécessitent cette section.
Correction d'autres problèmes de chargement de certains fichiers XTF avec de mauvaises valeurs de ping.
Amélioration de la précision de la grille d'élévation OTF.
Les fichiers KML/KMZ qui font référence aux images se chargent correctement en tant que catalogue de cartes plutôt que de se charger en tant que couche de catalogue de cartes non fonctionnelle et de couches d'images de travail séparées qui sont toujours affichées.
Correction de problèmes de chargement de certains Trimble GGF Geoid, y compris les grilles tournées et inversées.
N'exportez pas de fichiers de formes vides si aucune entité n'intersecte la ou les zones/limites du clip. Auparavant, si vous exportiez vers un fichier de formes et que certaines entités avaient des cadres de délimitation qui intersectaient la ou les zones/limites de clip, vous obteniez un fichier même si aucune des caractéristiques n'intersectait réellement la ou les zones/limites de clip.
Correction d'un bug avec les attributs chargés à partir de fichiers texte sans ligne vierge entre les fonctionnalités. Le premier attribut de chaque entité peut être affecté à l'entité précédente.
Prise en charge des fichiers DGN avec des trous/îlots 3D dans les entités de zone 3D. Auparavant, les élévations par sommet des trous n'étaient pas utilisées.
Enregistrez certains paramètres dans la boîte de dialogue d'importation ASCII générique entre les exécutions, tels que l'ordre des coordonnées, le type d'importation et le préfixe de coordonnées.
Lors du chargement de plusieurs fichiers ESRI File Geodatabase (gdb) (ou de l'ajout à un catalogue de cartes), ajoutez un bouton « Utiliser pour tous » dans la boîte de dialogue de sélection de table afin de pouvoir charger le même ensemble de tables à partir de chaque GDB ajouté.
Importez les caractéristiques des points de référence lors du chargement des fichiers XML Trimble Field Survey.
Importation de texte ASCII générique avec délimiteur 'Auto- Detect' ou 'Espace ou Tab', préférez la tabulation à l'espace afin que les fichiers délimités par des tabulations avec des espaces dans les champs de coordonnées puissent être correctement chargés sans avoir à sélectionner explicitement 'Tab'.
Correction d'un problème avec les fichiers CADRG/CIB exportés ne fonctionnant pas dans certains logiciels qui nécessitaient un ordre particulier des composants dans les fichiers de cadre. Maintenant, les fichiers de trame doivent ordonner les données en interne de la même manière que les autres ensembles de données CADRG.
Correction d'un problème avec les tuiles manquantes lors de l'exportation de catalogues de cartes vers des fichiers PNG, y compris dans le cadre d'une exportation Web.
Correction de problèmes de chargement de certains fichiers NetCDF avec des variables dépendantes du temps.
Correction du stockage des projections Web Mercator dans les exports JP2.
Correction d'un problème dans v16.0.0-v16.0.4 avec quelques rares fichiers JP2 tournés et mal positionnés.
Correction d'un problème dans v16.0.0-v16.0.4 avec certains fichiers OCAD avec des courbes spline qui ne se chargeaient pas.
Correction d'un problème avec les chargements de fichiers S57 affichant des messages d'avertissement sur les attributs ignorés ou égarés.
Correction d'un problème avec les fichiers S63 ne chargeant que les 10 premiers fichiers de mise à jour (c'est-à-dire aucune mise à jour supérieure à .010).
Correction d'un problème avec les cartes BSB dans les catalogues de cartes qui ne s'affichaient pas.
Correction de l'exportation de texte dans des jeux de caractères de droite à gauche (c'est-à-dire hébreu et arabe) vers des fichiers PDF.
Correction d'un problème avec les attributs de style de police (comme FONT_ANGLE) s'appliquant uniquement à la première fonctionnalité d'un fichier pour les fichiers de formes qui n'avaient que des attributs de style liés à la police.
Correction d'un problème avec l'exportation recadrée au format GMP perdant les horodatages pervertex et les informations de survol pour toutes les lignes recadrées.
Correction d'un problème avec les lacunes dans la couche de terrain OTF.
Changements de rendu/style
Amélioration de la visibilité du curseur pour l'outil de mesure afin qu'il s'affiche mieux sur les arrière-plans sombres.
N'affichez pas les options de rotation et de placement des polices pour les éléments qui ne prennent pas en charge ces options, comme les éléments de ligne.
Boîte de dialogue mise à jour pour nommer et enregistrer la vue actuelle afin d'avoir une liste déroulante des noms de vues existantes parmi lesquels choisir, en plus de permettre de saisir un nouveau nom.
Correction d'un problème avec la disparition des entités de ligne supprimées lorsque vous zoomez suffisamment dessus pour qu'une grande partie de la ligne soit hors écran et que vous ayez activé le rendu des entités supprimées.
Correction d'un problème avec un petit décalage de rendu et de sélection lors d'un zoom avant sur certains ensembles de données reprojetés.
Option de clic droit mise à jour pour exporter les couches sélectionnées depuis le Centre de contrôle pour prendre en charge les couches raster et de terrain.
Mise à jour de la boîte de dialogue Control Center CALC ATTR (configuration de calcul d'attribut) avec la possibilité de calculer de nouvelles valeurs d'attribut à l'aide de formules de type feuille de calcul. Les nouvelles formules d'attributs permettent des opérations numériques, booléennes et de chaîne, en utilisant une notation mathématique standard et des fonctions prédéfinies, qui incluent des opérations sophistiquées de correspondance de texte, de recherche et de remplacement à l'aide d'expressions régulières. Le nouveau langage de formule est utilisé dans la nouvelle commande de script CALC_ATTR_FORMULA associée, ainsi que dans la commande de script DEFINE_VAR (voir la section Modifications de script).
Exportations améliorées à l'aide de palettes optimisées pour l'image pour les données avec plus de 256 couleurs mais de grandes zones avec la même couleur.
Ajout de la prise en charge des couches générées intégrées (comme à partir de la calculatrice raster ou d'une opération de maillage) d'une taille supérieure à 4 Go dans un fichier d'espace de travail.
Fait fonctionner Global Mapper 64 bits sur Windows XP 64 bits (cassé dans v16.0.0-v16.0.1).
Ajoutez un nom de groupe au nom de tous les calques dans une liste de sélection de calques, par exemple en sélectionnant un calque pour déplacer un autre calque après dans le Centre de contrôle.
Lorsque vous réorganisez les calques vectoriels dans le Centre de contrôle et que votre paramètre Ordre d'affichage des vecteurs pendant le dessin est défini pour préférer le type à l'ordre des calques, invitez l'utilisateur à le modifier car vous souhaitez généralement que le changement dans l'ordre des calques ait un effet visuel.
Ajout de la prise en charge du panoramique des vues de carte Zoom et Référence dans la boîte de dialogue Rectification d'image à l'aide des touches Page Haut/Bas et Flèche. Ces touches fonctionnent lorsque le curseur se trouve sur l'une des vues cartographiques.
Autorisez l'utilisation de licences de module, telles que le module Lidar, à partir d'un dongle USB lorsque la licence principale ne provient pas d'un dongle.
Amélioration de la sauvegarde automatique des espaces de travail pour enregistrer des sauvegardes lors de modifications autres que la simple création de nouvelles fonctionnalités, y compris la modification et la suppression de fonctionnalités.
Ajouter un nouvel onglet Histogramme à la boîte de dialogue Métadonnées pour les grilles d'altitude et les données Lidar
Mise à jour du calcul des attributs à partir du menu contextuel du Centre de contrôle (ou de la commande de script CALC_ATTR) pour prendre en charge les opérations numériques sur les valeurs de degré formatées ou les valeurs numériques entre parenthèses, accolades ou crochets.
Boîte de dialogue Configuration mise à jour afin que le redimensionnement augmente les listes de types d'entités dans les onglets Styles de zone, Styles de ligne, Styles de point et Lidar.
Amélioration de l'affichage de la vitesse dans la boîte de dialogue Feature Vertices pour les entités avec plusieurs sommets en une seule seconde (c'est-à-dire les journaux de suivi avec une résolution inférieure à la seconde). Maintenant, la vitesse pour les 5 secondes autour d'un point est affichée au lieu de simplement la vitesse instantanée au point.
AVANCÉ : Ajout de la prise en charge d'une clé de registre (clé DWORD à ‘ HKEY_CURRENT_USER\Software\Global Mapper\MaxThreadCount ’ ) pour spécifier le nombre maximal de threads/cœurs d'arrière-plan à utiliser pour les opérations prenant en charge le multi-threading. La valeur par défaut de 0 utilisera tous les threads système disponibles sauf un dans la plupart des cas.
La boîte de dialogue Informations sur l'entité affiche désormais l'index de l'entité dans la couche dans le champ « Nom de la carte ».
Correction d'une erreur dans la v16.0.0 lors de l'enregistrement d'un espace de travail contenant une couche de perte de vue.
Correction d'un problème avec le clic droit dans le Centre de contrôle en gardant parfois des couches supplémentaires sélectionnées.
Correction d'un problème où le "? ” Le caractère générique n'était pas reconnu comme tel.
Correction d'un problème de clic droit sur la couche d'entités créées par l'utilisateur et d'exportation vers un fichier à partir du centre de contrôle de superposition. Cette option dupliquerait le calque.
Correction d'un crash lors de l'affichage des boîtes de dialogue GeoCalc.
Correction d'un problème de plantage lors de la recherche de Shapefiles avec de gros fichiers DBF dans les versions 16.0.0 à 16.0.4.
Correction du problème de chargement des espaces de travail avec des références aux transformations de coordonnées directes GeoCalc.
Correction d'un problème avec le copier-coller avec les zones parents et les îles sélectionnées en collant des copies des îles sélectionnées.
Correction d'un problème avec l'élévation ou la couleur d'un calque tronqué affiché dans la barre d'état même lorsque vous survolez une partie tronquée du calque.
Correction d'un bug dans v16.0.0-v16.0.5 avec des calques recadrés en un polygone devenant une seule couleur lorsqu'ils sont chargés à partir d'un espace de travail qui contient le recadrage.


QUOI DE NEUF DANS Global Mapper v16.0 - wrzesień 2014

Nouvelles fonctionnalités importantes
A considérablement accéléré de nombreuses opérations en utilisant plusieurs cœurs.
> Zdecydowane przyspieszenie licznych funkcji Global Mapper, szczególnie przy płytach głownych z procesorami wielordzeniowymi)
Les opérations suivantes sont désormais beaucoup plus rapides dans la plupart des cas :
> następujące operacje są teraz znacznie przyspieszone
Génération de contours / Generowanie warstwic
Voir le calcul du hangar / Analiza zlewni
Grillage des caractéristiques vectorielles 3D / kafelkowanie wektorów 3D
Recherche par attributs/nom / Wyszukiwanie w tabeli atrybutów - lista
Création d'entités surfaciques à partir de couleurs/altitude/pentes égales
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT] Classification automatique des points au sol Lidar (20 fois plus rapide ou plus)
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT] Affichage initial de la couleur de la hauteur au-dessus du sol pour les nuages ​​de points Lidar
Reprojection de couches couvrant une grande partie du monde / zmiana projekcji dla dużych obszarów
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT]
> Automatyczna klasyfikacja budynków i roślinności w LIDAR
Ajout d'une option pour classer automatiquement les points de construction et de végétation haute (c'est-à-dire les arbres) à partir d'un nuage de points Lidar brut. Il s'agit d'une option très puissante de la barre d'outils Lidar (et via la commande de script LIDAR_CLASSIFY) qui, combinée à l'option existante (et grandement améliorée) de classification automatique des points de sol Lidar, permet une classification automatisée de plus de 90 % des sols, bâtiments, et des points de végétation élevés à partir d'un nuage de points Lidar brut.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT]
> Automatyczne wydzielanie konturów budynków w LIDAR
Ajout d'une option pour extraire automatiquement les contours des bâtiments à partir de nuages ​​de points Lidar classés. Il s'agit d'une option très utile de la barre d'outils Lidar qui, combinée aux outils de classification automatique et de nettoyage manuel, peut permettre une extraction très efficace des contours de bâtiments 3D à partir de nuages ​​de points Lidar.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT]
> Automatyczne wydzielanie roślinności z chmury LIDAR
Ajout d'une option pour extraire automatiquement des points/zones d'arbre à partir de nuages ​​de points Lidar classés. Il s'agit d'une option très utile de la barre d'outils Lidar qui, combinée aux outils de classification automatique et de nettoyage manuel, peut permettre une extraction très efficace des points d'arbres (avec les attributs de hauteur et de largeur de la cime) ainsi que des zones de couverture d'arbres approximatives à partir des nuages ​​de points Lidar.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT]
> Zaawansowane funkcje filtrowania klas obiektów z chmury LIDAR
Ajout d'options pour filtrer les points Lidar par classe/altitude/couleur/angle de balayage/ID de source/etc. lors de l'exportation, du maillage et de la sélection à partir de nuages ​​de points.

Funkcja planowania i filmowania lotu nad przestrzenią 3D
Ajout d'une option pour planifier et enregistrer un survol 3D sous forme de fichier vidéo.
De nouveaux boutons de barre d'outils sur la boîte de dialogue 3D permettent de configurer et d'enregistrer un survol 3D haute définition.

Funkcja tworzenia wykres&# 243w na podstawie załadowanych danych
Ajout d'un gestionnaire de graphiques et de graphiques dans le menu Analyse pour permettre la création de graphiques et de tableaux à partir des données chargées. Les types d'opérations suivants sont pris en charge :

Graphique à barres, histogramme, graphique linéaire ou graphique à barres à partir de n'importe quel champ attributaire dans les couches vectorielles chargées.

Histogrammes pour les couches de terrain quadrillé (c'est-à-dire les DEM)

Vous pouvez enregistrer le graphique dans un fichier BMP et le placer sur la carte en tant que couche de position d'écran fixe.

Les définitions de graphique sont enregistrées dans le fichier de l'espace de travail pour une sauvegarde et un partage faciles.


Funkcja eksportu wybranej warstwy wprost z Control Center przy użyciu prwego klawisza myszy
Ajout d'une option pour exporter les calques sélectionnés avec une nouvelle option de clic droit dans le Centre de contrôle.
Cela vous permet enfin d'exporter facilement un ou plusieurs calques sans avoir à désactiver les autres, les exporter, puis les réactiver.

Dodano pobieranie danych ASTER GDEM v2 - Télécharger des images en ligne.
Ajout d'un ensemble de données de terrain mondial ASTER GDEM v2 en streaming intégré à une résolution plus élevée (un peu plus de 30 mètres) et à partir d'un serveur beaucoup plus rapide/plus fiable que le précédent ensemble de données de streaming ASTER GDEM v1.

Wszystkie funkcje Global Energy Mapper teraz włączone do podstawowej v. Global Mapper
Module GEM supprimé. Toutes les fonctionnalités qui étaient présentes avec le module complémentaire GEM font désormais partie du package de base.

Ajout d'une nouvelle barre d'outils GeoCalc pour accéder à la bibliothèque de transformation des coordonnées du calculateur géographique de Blue Marble si vous l'avez installé. La nouvelle barre d'outils comporte des boutons pour activer/désactiver les projections et les paramètres GeoCalc, ainsi qu'un bouton dédié pour lancer la calculatrice géographique.

Correction d'un problème de sécurité avec MAPI.DLL. Secunia Advisory SA 51510/CVE- 2013-0727.


Nouveaux formats pris en charge / Nowe formaty danych

Prend en charge de nombreux nouveaux formats de modèles 3D :

PLY (Bibliothèque de polygones de Stanford) : *.ply

STL (StéréoLithographie) : *.stl

Ajout de la prise en charge du chargement de fichiers Lidar ZNF à partir d'appareils Zoller.

Ajout de la prise en charge des images au format MrSID MG4 et des fichiers Lidar.

Ajout de la prise en charge du chargement de fichiers RDTED (données de terrain au format CADRG/RPF).

Ajout de la prise en charge de l'exportation de fichiers GRC de grille de mappage vertical classés (encombrement).

Ajout de la prise en charge du chargement des fichiers de couverture terrestre LCV.

Ajout de la prise en charge des fichiers de polygones d'erreur ZMap+.

Lidar Changes / Zmany w module LIDAR
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT]
Ajout d'une option pour classer automatiquement les points de construction et de végétation haute (c'est-à-dire les arbres) à partir d'un nuage de points Lidar brut. Il s'agit d'une option très puissante de la barre d'outils Lidar (et via la commande de script LIDAR_CLASSIFY) qui, combinée à l'option existante (et grandement améliorée) de classification automatique des points de sol Lidar, permet une classification automatisée de plus de 90 % des sols, bâtiments, et des points de végétation élevés à partir d'un nuage de points Lidar brut.

Ajout d'une option pour extraire automatiquement les contours des bâtiments à partir de nuages ​​de points Lidar classés. Il s'agit d'une option très utile de la barre d'outils Lidar qui, combinée aux outils de classification automatique et de nettoyage manuel, peut permettre une extraction très efficace des contours de bâtiments 3D à partir de nuages ​​de points Lidar.

Ajout d'une option pour extraire automatiquement des points/zones d'arbre à partir de nuages ​​de points Lidar classés. Il s'agit d'une option très utile de la barre d'outils Lidar qui, combinée aux outils de classification automatique et de nettoyage manuel, peut permettre une extraction très efficace des points d'arbres (avec les attributs de hauteur et de largeur de la cime) ainsi que des zones de couverture d'arbres approximatives à partir des nuages ​​de points Lidar.

Classification automatique considérablement améliorée des points au sol. Les améliorations suivantes ont été apportées :
Classification améliorée pour filtrer les bâtiments et les arbres probables avant de trouver presque certains points au sol. Cela résout le problème courant du sommet des bâtiments plats classés comme points au sol. Il existe des paramètres contrôlant cela dans la boîte de dialogue de classification au sol.
Classification automatique extrêmement accélérée des points au sol . L'opération peut être 20 fois plus rapide voire plus sur des machines avec un grand nombre de cœurs.
Ajout d'une option à la boîte de dialogue de classification des sols pour filtrer les points Lidar considérés comme des sols possibles. Vous pouvez filtrer manuellement les points par élévation, couleur, angle de balayage, etc.
Permet d'effectuer une classification automatique des points au sol uniquement sur les points Lidar sélectionnés.

Ajout d'une option à l'exportation Lidar LAS/LAZ pour filtrer l'exportation afin que seuls les points qui se trouvent dans une plage d'altitude donnée, à proximité de l'une quelconque d'une liste de couleurs, dans une liste de classes autorisées, dans une plage d'angles de balayage et/ou dans une liste d'identifiants de sources ponctuelles est exportée.

Ajout d'une option lors du maillage des nuages ​​de points Lidar pour filtrer les points pris en compte dans la grille. Vous pouvez l'utiliser pour quadriller uniquement les points qui se trouvent dans une plage d'altitude donnée, près de l'une quelconque d'une liste de couleurs, dans une liste de classes autorisées, dans une plage d'angles de balayage et/ou dans une liste d'ID de source de points sont exportés . Par exemple, vous pouvez l'utiliser pour créer rapidement une grille au sol à partir d'un nuage de points Lidar.

Ajout d'une option pour griller les valeurs d'intensité Lidar plutôt que les altitudes lors de la création d'une grille de nuages ​​de points Lidar basée sur des bacs. La grille d'intensité sera par défaut un rendu en niveaux de gris, comme une image aérienne, mais peut être personnalisée pour utiliser n'importe quel shader. L'option est une nouvelle sélection de type de grille dans la boîte de dialogue des options de grille. Vous pouvez également le faire à partir d'un script en ajoutant GRID_TYPE=INTENSITY à la commande GENERATE_ELEV_GRID.

Ajout d'une option pour griller les valeurs de hauteur Lidar au-dessus du sol plutôt que les élévations lors de la création d'une grille de nuages ​​de points Lidar basée sur des bacs. L'option est une nouvelle sélection de type de grille dans la boîte de dialogue des options de grille. Vous pouvez également le faire à partir d'un script en ajoutant GRID_TYPE=HEIGHT_ABOVE_GROUND à la commande GENERATE_ELEV_GRID.

Option améliorée pour filtrer les points Lidar sélectionnés dans l'outil Digitizer pour permettre également de filtrer la sélection par classification, ID de source de point et plage d'angle de balayage.

Remplissage considérablement amélioré des lacunes lors de la mise en réseau de nuages ​​de points Lidar. Les lacunes comblées devraient maintenant être beaucoup plus fluides et également calculées plus rapidement.

Affichage accéléré de la couleur de la hauteur au-dessus du sol pour les nuages ​​de points Lidar sur les machines multicœurs. Recherches considérablement accélérées sur les nuages ​​de points.

Ajout de la prise en charge de la coloration des nuages ​​de points Lidar par la différence de hauteur entre le premier et le dernier retour d'une impulsion de retour multiple. Ceci est utile pour visualiser des choses comme les hauteurs potentielles d'arbres ou des objets non pénétrables comme des bâtiments.
Accélération de l'affichage des nuages ​​de points avec un très grand nombre de points (c'est-à-dire 10 ’ s de millions) de points, en particulier lors d'un zoom avant sur une petite section du nuage de points.

Les profils de chemin réalisés à travers les points Lidar dans un catalogue de cartes montrent ces points Lidar
Ajout d'un nouveau type de point intégré pour Railroad ASPRS classe 10 (Lidar, Railroad).
Ajout de la prise en charge de la coloration des points par l'index de point dans le nuage de points. Cela permet de visualiser la disposition spatiale des points dans le fichier source.
Affichage mis à jour de l'angle de balayage min/max dans la boîte de dialogue Statistiques pour les nuages ​​de points Lidar afin d'afficher les valeurs min/max en degrés plutôt que les valeurs brutes mises à l'échelle.

La boîte de dialogue Informations sur l'entité et la barre d'état affichent les modifications apportées aux altitudes à partir de l'onglet Modifier les valeurs d'altitude de la boîte de dialogue Options pour la couche de nuage de points.

Affichage de la légende d'élévation avec des couleurs de hauteur pour un rendu « hauteur au-dessus du sol » d'un nuage de points.
Mise à jour de la création de nuages ​​de points à partir des centres de cellules de la grille d'altitude pour créer les points dans les unités natives complètes de la couche et non dans une unité plus précise comme les centimètres.

Correction de la coloration du profil du chemin Lidar en hauteur au-dessus du sol si la vue principale de la carte n'utilise pas également le même mode de dessin.

Modifications de la visionneuse 3D / Zmiany avec widoku 3D
Ajout d'une option pour planifier et enregistrer un survol 3D sous forme de fichier vidéo. De nouveaux boutons de barre d'outils sur la boîte de dialogue 3D permettent de configurer et d'enregistrer un survol 3D haute définition. Pour créer un survol 3D, vous devez d'abord définir un chemin de survol à partir d'une entité linéaire. Vous pouvez définir l'emplacement et la direction de la caméra pour chaque point le long du chemin, prévisualiser le survol image par image ou en tant que flux unique, et enregistrer les résultats dans un fichier vidéo AVI avec différentes résolutions et fréquences d'images.
Prise en charge des textures de rendu sur les polygones 3D dans la vue 3D. Cela permet la création de vues de modèle 3D photo-réalistes lors du chargement de données 3D contenant des images de texture.
Ajout de l'affichage en temps réel de l'emplacement du curseur d'affichage de la carte principale dans la vue 3D. Vous pouvez activer l'affichage d'une ligne verticale dans la vue 3D qui montre où votre curseur est positionné dans la vue principale de la carte lorsque vous le déplacez.
Ajout de la prise en charge du dessin de la position GPS actuelle et de la trace enregistrée dans la visionneuse 3D. Là, sur les options de la boîte de dialogue Options de vue 3D pour contrôler l'affichage de l'icône GPS.
Les points 3D avec des symboles pivotés sont dessinés à l'emplacement approprié dans l'espace et avec la rotation spécifiée par rapport au plan de la surface. Cela permet des choses comme des flèches flottantes pointant dans différentes directions.
Ajout d'une option sur la barre d'outils pour contrôler si les vues cartographiques 2D et 3D sont liées ou non. Par défaut, ils sont liés, donc mis à jour dans l'un met également à jour l'autre. Si vous désactivez la liaison, vous pouvez déplacer et zoomer séparément les fenêtres de vue 2D et 3D.
Ajout d'une option pour afficher la skybox. Ajoutez un arrière-plan réaliste à vos vues 3D.
Ajout de l'affichage des notifications à l'écran lorsque les paramètres de la visionneuse 3D changent. Cela affichera du texte sur les modifications apportées à la hauteur de l'eau, à la hauteur du mode de marche, à l'exagération verticale, etc. sous forme de texte dans un coin de la fenêtre 3D pendant un certain temps (la valeur par défaut est de 10 secondes). Vous pouvez configurer l'affichage de ces notifications dans la boîte de dialogue des options de la vue 3D.
Ajout de la prise en charge de la spécification d'un mode d'altitude de profondeur sous le niveau de la mer pour les entités vectorielles (soit pour une couche entière, soit pour des entités individuelles). Si cette option est définie, l'altitude de l'entité sera traitée comme une valeur négative pour l'affichage dans la vue 3D.

Modifications du profil du chemin/de la fonction de ligne de vue
Les lignes 3D croisées affichées dans la vue de profil du chemin s'affichent à l'altitude interpolée au point de croisement et non à l'altitude au début du segment de ligne d'intersection.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT]
Ajout d'une option de clic droit sur la carte principale lorsque l'outil de profil de chemin est actif mais que rien n'est dessiné pour définir la largeur du couloir pour un profil de chemin Lidar.

Modifications de la fonction d'analyse / Panneau funkcji analitycznych
Ajout de la prise en charge des expressions conditionnelles dans la calculatrice raster . Cela permet, par exemple, d'effectuer différentes opérations sur les valeurs de bande/d'élévation en fonction de leur relation avec d'autres valeurs. Par exemple, vous pourriez avoir une formule comme « SI ( B1 > B2, B1 – B2, 0 ) » . Cela entraînerait la valeur résultante à B1 - B2 si B1 > B2, et 0 sinon.
Amélioration de la création de bassins versants, de montées d'eau et de zones de couverture de bassin de visualisation pour créer plus rarement des zones d'auto-intersection (invalides).
Création mise à jour des zones de couverture du champ de vision avec un angle de transmission pour créer une zone 3D avec la hauteur de chaque sommet étant la hauteur de la transmission à la distance du sommet. Cela permet un bel affichage 3D du faisceau de transmission.
Des calculs de volume précis quelle que soit la projection que vous utilisez actuellement pour l'affichage. Auparavant, le volume pouvait être inexact si vous utilisiez une projection déformée pour l'emplacement, comme Géographique loin de l'équateur.
Amélioration du calcul du volume du pieu en échantillonnant le terrain à plus d'emplacements autour de la limite de la zone du pieu pour former la surface « de base » plutôt que d'échantillonner uniquement aux emplacements des sommets. Cela aide beaucoup pour les limites de pieux avec seulement quelques sommets et réduit également l'effet qu'un seul sommet mal placé peut avoir.
Amélioration du calcul du volume du pieu lorsque la limite du pieu a des sommets à l'extérieur de la surface du terrain. Auparavant, cela pouvait provoquer de gros pics de volume car ces sommets étaient traités comme 0. Maintenant, ils sont simplement ignorés. Cependant, il est toujours préférable d'avoir tous les sommets sur la surface du terrain.
Lors de la création d'un diagramme de Voronoi, prolongez les lignes jusqu'à la limite du découpage.

Modifications de l'outil du numériseur / Numériseur Zmiany w Narzędziu
Ajout d'une option à la création d'anneaux de distance pour créer des zones radiales (par opposition aux lignes radiales) afin que vous puissiez facilement créer des secteurs à un rayon fixe.
Ajout d'une option pour créer une entité ponctuelle au centre de gravité/moyenne d'un groupe d'entités ponctuelles sélectionnées. C'est dans le menu contextuel de création d'entités avancées lorsque vous avez sélectionné plusieurs entités ponctuelles.
Option mise à jour pour compter les entités dans la zone sélectionnée afin de pouvoir compter les lignes qui sont partiellement à l'intérieur de la zone plutôt que celles qui sont complètement à l'intérieur de la zone.
Ajout mis à jour d'attributs de coordonnées pour les entités linéaires et surfaciques afin d'ajouter un attribut BOUNDS avec la zone de délimitation.
Création mise à jour d'entités linéaires à partir d'îles/trous sélectionnés dans des zones pour affecter les attributs de zone parent aux nouvelles lignes et ajouter également un attribut ISLAND=Y.
Mise à jour de la création d'une grille d'entités régulière pour toutes les entités ponctuelles de création au centre des cellules de la grille.
Ajout de la prise en charge du rééchantillonnage des entités linéaires sélectionnées à un pourcentage fixe de la longueur plutôt qu'à une distance fixe le long de la ligne.
Lorsque vous créez des points à partir des sommets des entités sélectionnées, ajoutez le nom de l'entité en tant qu'attribut AREA_NAME ou LINE_NAME aux points créés.
Ajout d'un menu contextuel pour la boîte de sélection de couche dans la boîte de dialogue d'édition d'entités pour permettre de contrôler si le nom de groupe d'une couche est précédé ou ajouté au nom de la couche.
La zone fermée et la longueur/le périmètre pour les zones et les lignes rectangulaires ou circulaires s'affichent dans la barre d'état lorsque les entités sont dessinées avec l'outil numériseur.
Ajout de l'option Insérer un sommet au menu contextuel de niveau supérieur de l'outil Numériseur lorsque l'affichage des sommets est activé.

Modifications de script / Skrypty - zmiany
Ajout de la possibilité de calculer les volumes de pieux à l'aide de la nouvelle commande CALC_VOLUMES.
Ajout de la prise en charge de la définition de la zone, de la ligne et de l'affichage des points pour une couche à partir d'un fichier .gm_layer_style avec les paramètres AREA_STYLE_NAME, LINE_STYLE_NAME et POINT_STYLE_NAME pour la commande IMPORT/SET_LAYER_OPTIONS.
Ajout de la prise en charge de la fourniture d'un MAP_ORDER de MOVE_FRONT, MOVE_FRONT_GROUP, MOVE_END ou MOVE_END_GROUP à la commande de script SORT_LAYERS. Vous pouvez également filtrer le groupe de calques à trier en ajoutant un paramètre LAYER_GROUP. Cela permet de réorganiser les couches individuelles selon vos besoins.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT] Prise en charge de la classification automatique des points de construction et de végétation haute (arbre) à l'aide de la commande de script LIDAR_CLASSIFY.
[MODULE LIDAR UNIQUEMENT] Prise en charge du filtrage des exportations vers les fichiers Lidar LAS/LAZ par attributs de point tels que l'altitude, l'angle de balayage, la classification, la couleur, etc.
Mise à jour du paramètre COMPARE_STR de la commande EDIT_VECTOR pour prendre en charge plus d'opérateurs de comparaison que = et !=, y compris <, <=, > et >=.
Prise en charge de l'inclusion du nom de groupe dans le paramètre FILENAME pour des commandes telles que SET_LAYER_OPTIONS. Vous pouvez ajouter <sub> dans le filtre de nom de fichier pour spécifier un séparateur de groupe.
Ajout de la prise en charge de la recherche et de la correction des géométries de polygones/zones invalides en ajoutant FIX_INVALID=YES à la commande EDIT_VECTOR.
Ajout de la prise en charge de la création d'entités ponctuelles espacées le long d'entités linéaires/surfaces à l'aide de la commande de script EDIT_VECTOR. Les attributs CREATE_POINTS_ALONG_FEATURES vous permettent de spécifier l'espacement des points en mètres.
Ajout des variables intégrées %TIMESTAMP%, %DATE% et %TIME% afin que vous puissiez facilement ajouter la date et l'heure actuelles à des éléments tels que les messages de journal avec la commande LOG_MESSAGE.
Ajout d'une option pour spécifier quelle valeur d'élévation est l'élévation sans données (vide) en ajoutant VOID_ELEV à la commande de script IMPORT_ASCII.
Les paramètres GEN_PRJ_FILE et GEN_AUX_XML_FILE fonctionnent pour la commande de script EXPORT_ELEVATION.
Affiche le nom de fichier en cours d'importation ou d'exportation pour le script/l'espace de travail.
Afficher la progression de la commande IMPORT_DIR_TREE et autoriser l'annulation du processus.
Ajout de la prise en charge de la définition d'une mise en page de carte à partir d'un fichier .gm_layout avec la commande MAP_LAYOUT.
Ajout de la prise en charge de la définition d'un style de calque à partir d'un fichier .gm_layer_style avec la commande DEFINE_LAYER_STYLE.
Ajout d'une option pour exiger qu'un ou plusieurs attributs aient des valeurs égales lors de la copie d'attributs entre des entités avec la commande COPY_ATTRS. Ajoutez des paramètres EQUAL_ATTR pour chaque attribut qui doit être égal.
Prise en charge de la désactivation de l'affichage des avertissements lorsqu'aucune couche n'est déchargée avec la commande de script UNLOAD_LAYER en ajoutant SHOW_WARNINGS=NO à la commande.
Correction d'un bug avec l'échec de l'écriture de l'espace de travail lors de l'appel de SAVE_WORKSPACE dans le même fichier .gmw plusieurs fois dans un script.
Fait fonctionner UNLOAD_LAYER avec des calques cachés. Cassé depuis la v15.2.0.
Permet de fournir une valeur par défaut pour DEFINE_VAR lors de l'obtention de la valeur de variable à partir d'un attribut d'entité.

Projection/Changements de données / Odwzorowania - zmiany
Ajout de la prise en charge de la fourniture d'une projection par défaut à utiliser lors du démarrage de l'application ou du déchargement de tout. Si vous définissez une projection dans un fichier startup.prj dans le dossier d'installation ou dans la liste des fichiers Paramètres utilisateur sur Aide->About, cette projection sera automatiquement sélectionnée au démarrage de l'application ou lorsque vous déchargez tout.
Changement de projection accéléré pour les couches couvrant une grande partie de la terre sur des systèmes multicœurs.
Amélioration de l'affichage des projections transverses basées sur Mercator loin du méridien central.
Ajout du datum Mars MOLA Sphere intégré afin que les nouvelles données de Mars puissent se charger automatiquement avec le modèle d'ellipsoïde correct.
Ajout des références Batavia (Indonésie) et NAD83 (NSRS2007), NAD83 (NSRS2011), NAD83 (PA11) et NAD83 (MA11) et des codes EPSG intégrés. A noter que les datums spéciaux NAD83 sont actuellement traités comme coïncidents avec la base NAD83. Les nouveaux codes doivent permettre de maintenir les métadonnées correctes.
Ajout des datums Clarke 1866 Ellipsoid et Clarke 1880 Ellipsoid intégrés pour faciliter le positionnement des anciennes cartes à petite échelle qui spécifient uniquement un ellipsoïde mais pas de datum.
Lors de l'utilisation du mode d'intégration GeoCalc, ajout d'un bouton à l'onglet Projection de la boîte de dialogue Configuration pour permettre de recharger la source de données XML GeoCalc sans avoir à redémarrer.
Stockage et récupération améliorés des projections de données de comté du Minnesota avec des données de comté personnalisées à partir des en-têtes GeoTIFF.
Les projections State Plane avec les datums NAD83 HARN stockent correctement le code EPSG dans les fichiers GeoTIFF et Lidar LAS/LAZ.
Compatibilité améliorée des fichiers GeoTIFF à l'aide de la projection Web Mercator dans les produits Esri.

Modifications de la source en ligne / Dane z sieci - zmiany
Ajout d'un ensemble de données de terrain mondial ASTER GDEM v2 en streaming intégré à une résolution plus élevée (un peu plus de 30 mètres) et à partir d'un serveur beaucoup plus rapide/plus fiable que le précédent ensemble de données de streaming ASTER GDEM v1.
Ajout d'un lien intégré pour la source en ligne NSF OpenTopography qui répertorie les données Lidar disponibles gratuitement dans le monde entier.
Mise à jour de la source NAIP vers la nouvelle URL du serveur et création d'espaces de travail faisant référence à l'ancienne URL NAIP automatiquement mis à jour pour pointer vers le nouveau serveur.

Modifications spécifiques au format
La sélection de calques pour l'importation PDF est un contrôle d'arborescence pour correspondre à la façon dont Acrobat affiche les calques et facilite l'activation/la désactivation de groupes entiers de calques.
Ajout d'une option à l'exportation Shapefile pour inclure les côtés et le bas des zones 3D extrudées en tant qu'entités de zone 3D supplémentaires dans l'exportation.
Chargement amélioré des zones 3D en plusieurs parties avec des valeurs Z. Il y avait des problèmes avec des choses comme les côtés des bâtiments traités comme des îles/trous au sommet.
Ajout de la reconnaissance de types supplémentaires à partir des fichiers XML OSM en tant que type de mappeur global approprié.
Importation améliorée des zones de construction à partir des fichiers XML OSM. Ils devraient tous entrer en tant que zones maintenant et seront également marqués pour extruder et traiter les hauteurs par rapport au sol.
Améliorations supplémentaires de l'exportation Wasp .map pour éviter les erreurs de point de croisement dans Wasp.
Ajout de la prise en charge de la spécification de la valeur Z traitée comme valeur sans données (vide) lors du chargement de fichiers ASCII avec la 3 e valeur de coordonnée traitée comme valeur Z (élévation). Cela autorise des valeurs sans données autres que la valeur par défaut de - 999999.0.
Ajout d'une option pour contrôler si – useserver ou – netecm est utilisé dans la ligne de commande lors de l'exportation des fichiers MrSID et de l'utilisation d'un serveur de licence de cartouche sur le réseau.
Mettez à jour les exportations MrSID pour intégrer la chaîne de projection WKT dans l'en-tête du fichier SID si la projection/donnée n'a pas pu être entièrement stockée dans les balises GeoTIFF de l'en-tête. Cela permet de stocker des projections qui ne sont pas entièrement descriptibles dans les balises GeoTIFF.
Importation GML mise à jour pour supprimer les préfixes des noms d'attributs, tels que " slip : " . Tous les préfixes sont supprimés à l'exception de osgb: et gml: s'ils n'entraînent pas de noms d'attributs en double.
Correction d'un problème avec les fichiers toc.xml pour les fichiers au format ECRG écrasés par un catalogue de cartes Global Mapper lors de la fermeture de la couche.
Ajout d'une option dans la section Avancé de l'onglet Général de la boîte de dialogue Configuration pour contrôler l'utilisation ou non des colonnes de géométrie lors de l'importation à partir de bases de données MS SQL Server.
Les champs de date dans DBF/Shapefiles doivent être formatés à l'aide des paramètres de date locaux actuels du système plutôt que toujours MM/JJ/AAAA.
Ajout de la prise en charge de l'utilisation des fichiers PRJ pour les fichiers DWG.
Exportation améliorée d'images à partir d'un catalogue de cartes (GMC) drapé sur le terrain pour l'exportation PDF 3D. Il conservera désormais la résolution complète des données dans le catalogue de cartes.
Les PDF 3D réalisés exportent les unités XY en mètres pour correspondre aux unités verticales afin que les élévations ne soient pas exagérées en raison d'incohérences d'unités.
Exportation KML/KMZ mise à jour de sorte que si un attribut de dossier KML (KML_FOLDER par défaut) existe mais est vide, l'entité sera exportée au niveau supérieur plutôt qu'à l'intérieur d'un dossier par défaut.
Accélération du chargement de gros fichiers GeoTIFF DEM contenant un fichier .aux.xml avec la plage d'altitude min/max valide.
Prise en charge des versions de fichier jusqu'à 1155 pour les exportations CADRG lors de l'exportation via l'interface utilisateur. Auparavant, tout ce qui était supérieur à 33 n'était pas autorisé.
Le chargement d'un espace de travail avec des données chargées à partir d'une base de données spatiale sélectionne désormais automatiquement la table de la base de données plutôt que d'inviter l'utilisateur.
Décodez automatiquement les projections équirectangulaires et plus de datums de Mars à partir de fichiers au format PDS.
N'afficher qu'un seul message d'erreur pour toutes les zones non valides rencontrées lors de l'exportation PDF 3D plutôt qu'un message d'erreur pour chaque zone non valide.
Correction de problèmes de chargement de certains fichiers XTF avec de mauvais pings.
Faites en sorte que l'orientation TIFF autre que celle du haut à gauche fonctionne pour les fichiers GeoTIFF d'élévation.
Prend en charge le décodage automatique des données RGF93 à partir des fichiers ECW.

Changements de rendu/style

Accélération de l'affichage des couches de données avec un très grand nombre de fonctionnalités, notamment lors d'un zoom sur les données.

Ajout d'une option pour dessiner des étiquettes avec un arrière-plan opaque (rempli) d'une couleur personnalisée plutôt que d'utiliser toujours la couleur d'arrière-plan de la vue actuelle. La nouvelle option se trouve dans la boîte de dialogue de sélection de police.

Ajout d'une option pour ajouter uniquement des attributs minimum, maximum et moyen lors de l'utilisation du bouton " Init from Values ​​" pour le style basé sur les attributs d'une couche. Cela permet de configurer facilement une plage de couleurs sans initialiser toutes les valeurs pour une plage d'attributs numériques.

Accélération supplémentaire lors du rendu des couches raster recadrées en polygones, en particulier lorsqu'elles sont recadrées en polygones avec un grand nombre de sommets.

Ajout de couches de vue dégagée chargées à la légende de la carte lorsqu'elles sont affichées avec la couleur de chacune d'entre elles répertoriée avec le nom de la couche de vue dégagée.


Mercredi 29 novembre 2017

Bureau arcgis - Calcul de la zone UTM à partir du point lat/long ?

J'essaie de convertir un point latlong en UTM.

Pour définir la projection UTM, je dois calculer la zone du point.

J'essaie de trouver la meilleure façon de le faire.

Une façon de le faire serait d'utiliser les valeurs de longitude pour trouver la zone appropriée.

Cela nécessiterait beaucoup de codage.

Je suis curieux de savoir s'il y a une meilleure façon de faire cela?

Ce n'est pas si difficile, même si vous gérez les zones autour du Svalbard et de la Norvège. Voici un exemple :

Je n'ai pas essayé ce code spécifique, mais l'algorithme semble correct.

Utiliser ArcPy et Python pour exporter la vue tabulaire au format PDF ?

J'utilise ArcPy pour sélectionner une couche et afficher le résultat sur la carte sous forme de vue tabulaire.

Maintenant, je veux exporter la vue du tableau au format PDF.

S'il est au-delà d'ArcPy d'exporter directement au format PDF, avec un format intermédiaire également le bienvenu.

Vous pourrez peut-être créer quelque chose avec ReportLab. Il existe un exemple de script qui utilise ReportLab pour créer un ensemble d'index de pages pour un mapbook sur arcgis.com qui peut être utile comme référence.

Est-il possible dans QGIS print composer d'inclure une échelle numérique dans une boîte html ?

Pour le travail, je dois toujours créer un tableau avec mon nom, le nom du projet, la date, etc. dans mes mises en page de carte. J'ai également besoin d'inclure l'échelle comme "1:150.000" dans ce tableau.

Jusqu'à présent, je résous ce problème en incluant une table html avec la fonction de boîte html du compositeur d'impression. Existe-t-il un moyen d'inclure automatiquement la bonne échelle ? Jusqu'à présent, je n'ai réussi à inclure automatiquement la date qu'en utilisant un peu de javascript. Peut-être que quelque chose de similaire est également possible pour l'échelle?

Windows - utilitaire de ligne de commande pour convertir GPX en KML ?

J'utilise Cycle.travel pour dessiner des itinéraires cyclables. Cependant, l'application Android que j'utilise sur mon smartphone ne prend en charge que le KML.

Comme alternative à GPSVisualizer, j'ai essayé l'utilitaire de ligne de commande GPSBabel, mais, en plus de transformer un GPX 5K compact en un KML 80K beaucoup plus gros, l'itinéraire est affiché sous la forme d'une longue série de points de cheminement au lieu d'une simple ligne :

Est-ce que quelqu'un connait une alternative utilitaire de ligne de commande à GPSBabel ?

Voici un exemple du fichier GPX source et du KML généré par GPSBabel :

Dans cette section, j'ai configuré les options .

Maintenant, je suis capable de gérer comment activer/désactiver les contrôles sur les images Street View.

Cartographie : qu'est-ce qui dicte l'ordre de dessin des entités qui se chevauchent dans la même couche/classe d'entités dans ArcGIS ?

Je sais que dans ArcGIS, l'ordre de dessin est contrôlé par des couches, et si je veux que certaines entités soient dessinées au-dessus d'autres entités, je peux utiliser des requêtes de définition pour les séparer en différentes couches et les positionner les unes sur les autres.

Mais je me demandais (principalement par curiosité) ce qui dicte l'ordre de dessin des 1000 polygones qui se chevauchent dans ma classe d'entités, et s'il existe un moyen de contrôler quelles entités sont affichées en haut d'une couche ?

Normalement, les entités seront dessinées dans l'ordre dans lequel elles sont renvoyées de la base de données/du fichier. Cet ordre est arbitraire et peut changer.

La seule façon que je connaisse de contrôler l'ordre de dessin dans une couche est d'utiliser des niveaux de symboles. Avec les niveaux de symboles, vous pouvez dicter l'ordre de dessin des groupes de symboles individuels au sein d'une couche. Vous devrez symboliser votre calque soit par catégories, soit par symboles gradués, mais vous pouvez utiliser le même style pour tout si vous le souhaitez.

Plus d'informations sur les niveaux de symboles : Utilisation des niveaux de symboles


Mardi 29 novembre 2016

Arcpy - Intersection de deux fichiers de formes de différents dossiers en fonction de leur nom à l'aide de scripts dans ArcGIS Desktop ?

Comment puis-je créer un script pour croiser les deux fichiers de forme de deux dossiers différents en fonction de leurs noms ?

j'ai deux dossiers qui contiennent les fichiers de forme avec le même nom que je veux croiser les fichiers de formes en fonction de leur nom, le script doit choisir les fichiers en fonction de leur nom dans deux dossiers différents et le fichier de sortie doit être stocké dans un autre dossier.

J'utilise ArcGIS Desktop 9.3 et arcgisscripting (qui a précédé ArcPy).

Compatibilité ArcGIS et .Net (extension d'ArcObjects)

Historiquement, lors de la compilation d'une dll personnalisée qui étend ArcObjects, vous compiliez sur un PC avec la version compatible la plus basse d'ArcMap installée, par exemple 10.1. Ensuite, cette extension personnalisée fonctionnerait sur ArcMap 10.1 et jusqu'à ce qu'ESRI publie une nouvelle version qui constitue un changement de rupture. Si vous avez compilé sur une version supérieure d'ArcMap (disons 10.5), puis essayé de l'enregistrer sur un PC avec une version inférieure d'ArcMap (disons 10.3.1), cela ne fonctionnerait pas.


  • ArcMap 10.1 - 10.3.1 cible .Net 3.5 par défaut mais peut être modifié en cible .Net 4.0
  • ArcMap 10.4 et versions ultérieures cible .Net 4.5.

Ce qui m'intrigue :

Si je compile mon extension dll personnalisée avec ArcMap 10.1 installé, mon assembly doit cibler .Net 3.5. Mais il fonctionne toujours sur ArcMap 10.4 et supérieur qui cible .Net 4.5.

Aujourd'hui, j'ai compilé mon extension personnalisée ciblant .Net 4.6.1 sur ArcMap 10.5, puis je l'ai installée sur un PC ArcMap 10.3.1 - en m'attendant à ce qu'elle ne réussisse même jamais le processus ESRIRegasm.exe - mais cela a fonctionné et tout semble fonctionner.

Quelqu'un a-t-il un tableau de compatibilité quelconque indiquant avec quelles versions d'ArcMap et de .Net une extension personnalisée qui étend ArcObjects fonctionnera, y compris la compatibilité ascendante et descendante des deux ? J'ai regardé et je ne peux que sembler trouver ce que chaque version prend en charge, mais cela semble contredire mes conclusions ci-dessus.

Ci-dessous un exemple de ce que je recherche


  • L'assemblage ciblant .Net 3.5 compilé sur ArcMap 10.1 fonctionne sur ArcMap 10.1 - 10.5.1
  • L'assemblage ciblant .Net 4.0 compilé sur ArcMap 10.1 fonctionne sur ArcMap 10.1 - 10.5.1
  • L'assemblage ciblant .Net 4.5 compilé sur ArcMap 10.4 fonctionne sur ArcMap ?
  • L'assemblage ciblant .Net 4.6.1 compilé sur ArcMap 10.5.1 fonctionne sur ArcMap ?
  • etc.

J'ai soumis un lien vers cette question à mon représentant ESRI et ils l'ont soumis au développement d'ESRI pour une réponse. La réponse que j'ai reçue était la suivante :


« Nous [ESRI] ne prenons pas en charge techniquement la compilation d'un seul binaire et son déploiement sur différentes versions de la plate-forme. Cela fonctionne la plupart du temps, mais le flux de travail pris en charge consiste à compiler et tester votre code pour la version vers laquelle vous souhaitez déployer. Le comportement et la compatibilité binaire peuvent changer d'une version à l'autre et il n'y a aucune garantie que votre extension fonctionnera. Cela fonctionne principalement parce qu'en fin de compte ce sont des objets COM et Desktop découvrira des personnalisations plus anciennes. Beaucoup de gens se sont appuyés sur cette “fonctionnalité” et elle pourrait être problématique.


Pour autant que je sache, avec le framework .NET, votre extension devrait fonctionner tant que la version du Framework est sur la machine. Je ne sais pas quelle est la version minimale et les exigences de nos jours. Vous pourriez rencontrer d'autres problèmes (ce qui devrait être assez rare), mais nous ne certifions que des versions spécifiques du framework .NET. Ainsi, par exemple, l'utilisation de .net 4.6.1 avec 10.3.1 fonctionnera probablement bien, ce n'est pas certifié et si cela ne fonctionne pas, Esri ne le réparera pas."


Donc en gros la table de compatibilité que je cherchais n'existe pas.


Voir la vidéo: BRISEIDE Geoportal - WMS-WFS Connection (Octobre 2021).