Suite

Stockage d'une couverture dans une base de données JDBC


Il y a une autre question sur les données raster pour GeoServer. Conditions : - PostGIS 2.0.3 et PostgreSQl 9.2. - J'ai suivi : http://docs.geoserver.org/stable/en/user/tutorials/imagemosaic-jdbc/imagemosaic-jdbc_tutorial.html pas à pas.

J'ai une erreur :

java -jar "c:… gt-imagemosaic-jdbc-11.2.jar" import - config c:… osm.postgis.xml -spatialTNPrefix tileosm -tileTNPrefix tileosm -dir c:… 	iles -ext png java.io.IOException : sélectionnez srid dans geometry_columns où f_table_schema= ? un d f_table_name=? et f_geometry_column=? n'a pas de résultat pour public,tileosm_0,geo m à org.geotools.gce.imagemosaic.jdbc.Import.calculateSRS(Import.java:600 ) à org.geotools.gce.imagemosaic.jdbc.Import.(Import.java:203) sur org.geotools.gce.imagemosaic.jdbc.Import.start(Import.java:400) sur org.geotools.gce.imagemosaic.jdbc.Toolbox.main(Toolbox.java:46)

Le système de référence et la géométrie ont été ajoutés par

psql -U postgres -d gis -f "c:Program FilesPostgreSQL9.3sharecontribpostgis-2.1spatial_ref_sys.sql"

psql -U postgres -d gis -f "c:Program FilesPostgreSQL9.3sharecontribpostgis-2.1postgis.sql"

Quelqu'un a-t-il une idée du problème ? J'ai eu la même chose avec la vraie base de données non seulement dans ce tutoriel.


Vérifiez votre connexion à la base de données.

Avait la même erreur causée par une faute de frappe dans le fichier connect.xml.

L'utilitaire Java n'a donc pas pu écrire dans la base de données.


    Échantillons NGS: Pour les échantillons collectés par le NGS (SW-ALASKA et ensembles de données d'État), toutes les coordonnées ont été mesurées par des systèmes de positionnement global (GPS) portables. Les données ont été enregistrées dans une variété de formats (degrés décimaux, degrés plus minutes décimales, degrés-minutes-secondes et coordonnées UTM), et toutes ont été traduites en degrés décimaux.

Un certain nombre de champs ont été dérivés des données géographiques primaires discutées ci-dessus. Le programme ArcView 3.2 d'ESRI a été utilisé pour effectuer tous les calculs. Dans chaque cas, une opération "point dans un polygone" a été effectuée pour joindre les points d'emplacement de l'échantillon à une couverture de polygone (carte) appropriée, et ainsi déterminer dans quel polygone se trouvait chaque point. Le tableau suivant décrit ce qui a été fait pour chaque de ces champs dérivés :

Un tableau montrant tous les codes et les noms de quadrilatères auxquels ils se réfèrent peut être téléchargé ici.

Les limites de la carte au 1:100K ne sont pas définies en Alaska. Cependant, une série de quadrangles 1:63500 existe. Par conséquent, le champ de base de données QUAD100CODE contient des codes pour ces limites 1:63K pour les enregistrements de base de données dans cet état. Le code est construit exactement comme décrit ci-dessus pour les quads 1:100K (le fond de carte utilisé peut être téléchargé ici), sauf que les caractères 6 à 7 contiennent la désignation de cellule de numéro de lettre utilisée pour les cartes 1:63K en Alaska.

Un tableau montrant tous les codes et les noms de quadrilatères auxquels ils se réfèrent peut être téléchargé ici.

Un tableau montrant tous les codes et les noms de quadrilatères auxquels ils se réfèrent peut être téléchargé ici.

Un tableau présentant tous les codes FIPS et HUC et leurs noms associés peut être téléchargé ici.

Un tableau présentant tous les codes FIPS et HUC et leurs noms associés peut être téléchargé ici.


Plateforme en tant que service

Dinkar Sitaram, Geetha Manjunath, dans Moving To The Cloud, 2012

Service Blob

Les blobs sont des objets non structurés (généralement volumineux) tels que des images et des médias, et sont similaires à Amazon S3. Les applications traitent les blobs dans leur ensemble, bien qu'elles puissent lire/écrire des parties d'un blob. Les blobs peuvent avoir des métadonnées facultatives qui leur sont associées sous la forme de paires clé-valeur, par exemple, une image peut avoir un avis de droit d'auteur stocké en tant que métadonnées. Les blobs sont toujours stockés sous conteneurs, qui sont similaires aux compartiments AWS. Chaque compte de stockage doit avoir au moins un conteneur, et les conteneurs peuvent contenir des objets blob. Les noms de conteneurs peuvent contenir le caractère séparateur de répertoire ("/") - cela donne aux développeurs la possibilité de créer des "systèmes de fichiers" hiérarchiques similaires à ceux des disques. Ceci est similaire à Amazon S3, sauf que dans S3, les noms d'objet (et non les compartiments) peuvent avoir le caractère « / ».

Le service blob définit deux types de blobs pour stocker du texte et des données binaires : A blob de pages et un bloc blob. Les blobs de page sont des blobs optimisés pour les opérations de lecture/écriture aléatoires n'importe où dans le contenu du blob, tandis que les blobs de bloc sont optimisés pour la diffusion en continu et sont lus et écrits bloc par bloc. Plusieurs ensembles de blobs peuvent être organisés dans des conteneurs qui peuvent être créés dans un Compte de stockage Azure. Afin de rendre le transfert de données plus efficace, Windows Azure implémente un réseau de diffusion de contenu (CDN) qui stocke les données fréquemment consultées plus près des applications qui les utilisent. Le composant de mise en cache AppFabric™ peut également être utilisé pour améliorer les performances de lecture des applications lors de l'accès aux blobs Azure.

Comme mentionné précédemment, l'accès aux services de blob et de stockage dans Azure se fait via des interfaces REST. Vous trouverez ci-dessous un exemple d'API REST pour créer un bloc blob. Veuillez noter que le même blob est accessible par une application différente ou un processus différent dans l'application pour permettre le partage de texte ou de données binaires.

METTRE http://myaccount.blob.core.windows.net/pustakcontainer/mycloudblob HTTP/1.1

x-ms-date : ven. 2 sept. 2011 12:33:35 GMT

Type de contenu : text/plain charset=UTF-8

Autorisation : SharedKey myaccount:YhuFJjN4fAR8/AmBrqBz7MG2uFinQ4rkh4dscbj598g=

Livre vendu ISBN 978-0747595823

Si l'en-tête x-ms-blob-type est PageBlob , un nouveau blob de page est créé. Sur des lignes similaires, pour accéder à un blob, il faut utiliser l'un des URI suivants dans la méthode GET comme ci-dessous, selon que les données partagées varient dans le temps ou sont mises à jour de manière statique.

La réponse contient le contenu du blob qui peut être utilisé par l'application. De plus, la réponse contient également un en-tête de réponse Etag qui peut être utilisé dans le prochain en-tête de requête GET avec If-Modified, pour l'optimisation de l'application.


Stockage d'une couverture dans une base de données JDBC - Systèmes d'Information Géographique

Ce chapitre décrit l'implémentation Oracle Spatial and Graph de la norme Open GIS Consortium (OGC) pour Web Coverage Service Interface Standard (WCS), qui prend en charge la récupération de « couvertures » (selon l'OGC, « encodage électronique de données géospatiales, qui c'est-à-dire des informations géospatiales numériques représentant des phénomènes variant dans l'espace et dans le temps »).

L'implémentation d'Oracle Spatial and Graph sera appelée Web Coverage Service ou WCS.

Le service de couverture Web (WCS) permet la récupération électronique de données géospatiales en tant que « couvertures ». WCS fournit des données et des descriptions, une syntaxe pour interroger les données et la possibilité de renvoyer des données sur lesquelles vous pouvez effectuer diverses opérations (visualiser, interpréter, extrapoler, etc.). WCS prend en charge le stockage à la fois de GridCoverage (objet GeoRaster sans coordonnées système de référence) et RectifiedGridCoverage (objet GeoRaster avec système de référence de coordonnées et géoréférencé avec une transformation affine) types raster

Oracle Spatial and Graph implémente les normes OGC suivantes.

09-110r4 Norme d'interface WCS Core 2.0 - Noyau.

09-146r2 OGC GML Application Schema – Couvertures.

09-147r3 Norme d'interface du service de couverture Web OGC 2.0 – Extension de liaison de protocole KVP – Corrigendum.

09-148r1 OGC Web Coverage Service 2.0 Interface Standard – XML/POST Protocol Binding Extension.

09-149r1 Norme d'interface du service de couverture Web OGC 2.0 – Extension de liaison de protocole XML/SOAP.

11-053r1 Norme d'interface de service de couverture Web OGC – Extension CRS

12-039 OGC Web Coverage Service Interface Standard – Scaling Extension.

12-040 OGC Web Coverage Service Interface Standard – Range Subsetting Extension.

12-049 OGC Web Coverage Service Interface Standard – Extension d'interpolation.

12-052 Notes de version du Corrigendum OGC WCS 2.0.1.

12-100r1 OGC GML Application Schema – Coverages – GeoTIFF Coverage Encoding Profile.

Oracle WCS étend également les normes OGC pour prendre en charge toutes les fonctionnalités d'image ou de raster prises en charge par GDAL en tant que format de sortie dans une demande GetCoverage.

Avant d'utiliser WCS, assurez-vous que vous comprenez les concepts décrits dans Introduction aux services Web spatiaux et que vous avez effectué tous les travaux de configuration nécessaires, comme décrit dans ce chapitre.


    Dans Oracle Spatial et Graph, WCS est implémenté en tant qu'application Web Java et peut être déployé dans WebLogic 12.1.3 ou version ultérieure.
    Aux fins du service de couverture Web, ce document fait référence aux schémas de base de données Oracle qui peuvent être des schémas utilisateur et/ou des schémas WCS.
    Plusieurs tables et autres objets de base de données sont utilisés pour implémenter les opérations WCS.
    Les procédures et fonctions SDO_WCS vous permettent d'effectuer des opérations qui incluent les actions suivantes.
    Pour configurer WCS, WebLogic Server (WLS) 12.1.3 ou version ultérieure est requis.
    La console d'administration des services Web Oracle Spatial prend en charge l'administration WCS.
    L'extension Oracle WCS définit des éléments facultatifs à l'intérieur d'un élément wcs:Extension dans une requête WCS, pour vous permettre de contrôler les aspects suivants du traitement des requêtes.
    WCS fournit trois opérations principales, et chaque opération a un format de demande et de réponse.
    Cette rubrique décrit les extensions WCS implémentées et donne des exemples de certains éléments définis par chaque extension.
    Les fichiers journaux WCS fournissent des informations de diagnostic.

17.1 Architecture de service de couverture Web

Dans Oracle Spatial et Graph, WCS est implémenté en tant qu'application Web Java et peut être déployé dans WebLogic 12.1.3 ou version ultérieure.

La version Java requise est JDK 1.8 ou une version ultérieure. Cette implémentation de WCS est fournie dans le fichier Spatial Web Services sdows.ear dans le répertoire $ORACLE_HOME/md/jlib. Pour plus d'informations sur le déploiement de ce fichier, consultez Déploiement et configuration des services Web spatiaux.

WCS implémente trois extensions de liaison de protocole, KVP (HTTP GET), XML/POST (HTTP/POST) et XML/SOAP. Il utilise également une API Java GDAL pour générer des formats d'image pris en charge par GDAL. Une instance GDAL doit être configurée sur le même système que le conteneur d'applications où les services Web spatiaux sont déployés.

Le package SDO_WCS dans Oracle Database contient des procédures pour initialiser un schéma WCS, publier des objets GeoRaster en tant que couvertures WCS et traiter les demandes WCS.

La figure suivante montre l'architecture WCS.

Figure 17-1 Architecture de service de couverture Web


Description de la « Figure 17-1 Architecture du service de couverture Web »

17.2 Schémas de base de données pour WCS

Aux fins du service de couverture Web, ce document fait référence aux schémas de base de données Oracle qui peuvent être des schémas utilisateur et/ou des schémas WCS.

Un schéma utilisateur est un schéma utilisé pour stocker des objets GeoRaster.

Dans certains exemples utilisés dans ce document, le schéma d'un utilisateur de base de données nommé SCOTT est un schéma utilisateur.

Un schéma WCS est un schéma de base de données avec une table SDO_WCS_COVERAGE, qui doit être créé à l'aide de la procédure SDO_WCS.Init. Les informations de couverture sont stockées dans un schéma WCS.

Dans certains exemples de ce document, le schéma d'un utilisateur de base de données spécialement créé nommé WCS_USER est le schéma WCS.

Un schéma Oracle Database donné peut être un schéma utilisateur, un schéma WCS ou à la fois un schéma utilisateur et un schéma WCS.

Chaque instance WCS requiert un schéma WCS configuré en tant que source de données JDBC dans le conteneur d'application. Généralement, un seul schéma WCS est configuré pour une base de données spécifique, mais de nombreuses instances WCS peuvent être configurées pour être utilisées avec la même base de données à l'aide de différents schémas WCS.

17.3 Objets de base de données utilisés pour WCS

Plusieurs tables et autres objets de base de données sont utilisés pour implémenter les opérations WCS.

La table SDO_WCS_COVERAGE contient des métadonnées pour toutes les couvertures publiées. Les métadonnées incluent l'ID de couverture, l'ID raster et la table de données raster. Chaque ligne correspond à une couverture.

La séquence SDO_WCS_COVERAGE_ID_SEQ est utilisée pour générer une valeur d'ID de couverture unique.

La table WCS_TEMP_TABLE est utilisée comme stockage temporaire pour les objets GeoRaster lorsque la reprojection ou la transformation est impliquée lors du traitement d'une requête GetCoverage Operation (WCS). Les objets GeoRaster sont conservés dans cette table jusqu'à l'envoi de la réponse, après quoi les objets sont supprimés de la table.

La table WCS_TEMP_RDT est la table de données raster pour les objets GeoRaster dans la table WCS_TEMP_TABLE.

17.4 Sous-programmes PL/SQL pour l'utilisation de WCS

Les procédures et fonctions SDO_WCS vous permettent d'effectuer des opérations qui incluent les actions suivantes.

Initialisation d'un schéma WCS.

Création de tables temporaires pour stocker GeoRaster lorsqu'une reprojection ou une transformation est nécessaire. (Extension CRS ou Extension de mise à l'échelle.).

Octroi et révocation de privilèges sur le schéma WCS.

Abandon (dépublier) des couvertures

SDO_WCS.Initcrée la table SDO_WCS_COVERAGE, faisant de ce schéma de base de données un schéma WCS.

SDO_WCS.PublishCoverage a deux formats. Un format publie un objet GeoRaster en tant que couverture, stocke les métadonnées dans la table SDO_WCS_COVERAGE et lui attribue un ID de couverture unique. L'autre format publie tous les objets GeoRaster non publiés dans une colonne spécifiée.

SDO_WCS.CreateTempTable doit être exécuté une fois pour chaque schéma utilisateur. Cette procédure crée une table GeoRaster et une table RDT pour stocker temporairement un objet GeoRaster lorsque la reprojection ou la transformation est impliquée dans le traitement d'une requête GetCoverage Operation (WCS).

17.5 Configuration de WCS à l'aide de WebLogic Server

Pour configurer WCS, WebLogic Server (WLS) 12.1.3 ou version ultérieure est requis.

Cette rubrique utilise un exemple qui suppose ce qui suit :

Un schéma utilisateur SCOTT possède une table nommée IMAGE, définie comme :

Le schéma WCS est nommé WCS_USER.

La configuration du serveur WCS implique le déploiement du fichier sdows.ear dans WebLogic Server (expliqué dans Déploiement et configuration des services Web spatiaux), ainsi que les actions suivantes.

17.5.1 Configuration des schémas de base de données

Pour configurer les schémas de la base de données Oracle, procédez comme suit :

Créez des tables de métadonnées. Pour ce faire, utilisez SQL*Plus pour vous connecter à Oracle Database en tant qu'utilisateur que vous voulez être l'utilisateur WCS (dans cet exemple, un utilisateur nommé WCS_USER), et saisissez ce qui suit :

Connectez-vous en tant qu'utilisateur de la base de données (dans cet exemple, SCOTT, qui possède une table GeoRaster nommée IMAGE) qui stocke les objets GeoRaster.

Connectez-vous en tant qu'utilisateur WCS (dans cet exemple, WCS_USER) et publiez les images GeoRaster à partir d'une table utilisateur contenant les objets GeoRaster souhaités (par exemple, à partir de la colonne RASTER dans la table SCOTT.IMAGES).

17.5.2 Configuration des sources de données WCS

Le moteur WCS nécessite une seule source de données. Suivez ces étapes pour configurer la source de données WCS.

Connectez-vous à la console WebLogic Server (WLS).

Dans le volet de gauche, sous Domain Structure , sélectionnez Data Sources

Cliquez sur Nouveau , puis sur Source de données générique .

Sur la page Créer une nouvelle source de données JDBC, spécifiez :

Nom JNDI : jdbc/wcs_admin_ds

Pour le pilote de base de données, sélectionnez le pilote d'Oracle (léger) pour les connexions d'instance. Versions : toutes.

Vous pouvez ignorer Prise en charge des transactions globales.

Sur la page Propriétés de la connexion, spécifiez :

Nom d'utilisateur de la base de données (par exemple, WCS_USER )

Sur la page suivante, testez cette connexion. Si la connexion réussit, choisissez le nom de serveur approprié pour ce déploiement : soit AdminServer, soit le nom de votre serveur géré.

Redémarrez WebLogic Server ou au moins redémarrez l'application sdows pour découvrir la nouvelle source de données.

17.5.3 Configuration de GDAL pour le serveur WCS

L'implémentation Oracle WCS peut générer n'importe quel format pris en charge par GDAL. Vous devez configurer une instance GDAL sur le même système que WebLogic Server. Le pilote GDAL VRT et le pilote GDAL Oracle GeoRaster sont nécessaires pour communiquer avec le serveur WCS. (Pour obtenir GDAL, vous pouvez le télécharger à partir de http://www.gdal.org, ou vous pouvez obtenir ses versions Linux et Windows à partir de votre installation Oracle Database comme décrit dans Oracle Spatial and Graph GeoRaster Developer's Guide .)

Pour savoir si vous disposez des pilotes GDAL nécessaires, exécutez la commande GDAL suivante :

Une fois les pilotes GDAL requis et les pilotes de format de sortie GDAL souhaités installés, ajoutez le répertoire de la bibliothèque GDAL à LD_LIBRARY_PATH. Par exemple (Linux/UNIX) :

Copiez gdal.jar (situé dans le répertoire gdal/lib) dans le répertoire lib du domaine WebLogic Server,

Configurez les paramètres de connexion à la base de données GDAL à l'aide de l'onglet Fichier de configuration de la console d'administration WCS.

Facultativement, spécifiez les options de création ( CreationOption ) à GDAL dans une demande GetCoverage Operation (WCS)

17.6 Console d'administration WCS

La console d'administration des services Web Oracle Spatial prend en charge l'administration WCS.

Vous pouvez utiliser la console d'administration du service de couverture Web en accédant à une URL au format suivant :

La console d'administration WCS fournit des écrans pour configurer, tester et diagnostiquer les problèmes. Il comporte les onglets suivants :

Cet onglet permet à un administrateur de modifier le fichier sdows.ear/WEB-INF/conf/WCSConfig.xml, qui vous permet de configurer la journalisation WCS, les paramètres GDAL et les réponses GetCapabilities ( ServiceIdentification et ServiceProvider ).

Les attributs de journalisation peuvent être configurés : niveau de journalisation, limite de taille de fichier journal et nombre de fichiers journaux.

La rotation des journaux est prise en charge en fonction de la taille du fichier. En limitant le nombre de fichiers, vous pouvez limiter l'espace disque que les fichiers journaux prendront. Les fichiers journaux sont créés dans le répertoire sdows/web/WEB-INF/log/ et portent des noms sous la forme wcs_ n . log , où wcs_0.log contient les messages de journal les plus récents et lorsqu'il a atteint sa limite de taille de fichier, le fichier le plus ancien est supprimé et tous les fichiers journaux sont renommés pour permettre à wcs_0.log d'être utilisé pour le prochain ensemble de messages de journal.

Le niveau de journalisation peut être SEVERE , WARNING , INFO (par défaut), CONFIG , FINE , FINER , FINEST ou ALL .

La limite de taille de journal est la limite de taille de fichier en mégaoctets (10 par défaut).

Le nombre de fichiers journaux est le nombre maximal de fichiers journaux.

La connexion à la base de données GDAL est configurée à l'aide de l'élément gdalParameters comme suit :

<gdalParameters user="<user>" password="!<password>" connectionString="<db_host:port:sid>" TemporaryDirectory="<directory>" />

L'utilisateur spécifié doit avoir des privilèges pour lire tous les objets GeoRaster qui sont publiés en tant que couvertures. Il est recommandé que cet utilisateur soit le même que l'utilisateur WCS.

Le mot de passe doit être crypté par le serveur. Vous devez ajouter un point d'exclamation (!) au début de l'attribut de mot de passe, pour que le serveur chiffre le mot de passe.

Le répertoire temporaire doit pointer vers un répertoire accessible en écriture à utiliser par GDAL pour générer des fichiers de sortie.

Pour valider que GDAL a été correctement configuré, accédez à l'onglet À propos de la console d'administration des services Web Oracle Spatial ( http://<host>:<port>/oraclespatial/home.jsp ), qui affiche la version de GDAL si elle a été correctement configurée.

ServiceIdentification et ServiceProvider peuvent être configurés en décommentant l'élément approprié et en spécifiant les informations souhaitées, conformément aux schémas XML sur http://schemas.opengis.net/ows/2.0/owsGetCapabilities.xsd.

Lorsque vous cliquez sur Enregistrer les modifications , vos modifications effectuent les changements dans ce fichier. Si le fichier est mis à jour avec succès, vous pouvez choisir d'appliquer les modifications à l'instance WCS en cours d'exécution ou d'attendre le prochain démarrage du serveur d'applications.

Cet onglet vous permet de publier de nouvelles couvertures. Il nécessite des informations d'identification d'administrateur.

Pour voir tous les objets GeoRaster et leur état de publication, cliquez sur Lister tous les objets GeoRaster .

Vous pouvez publier des objets GeoRaster en tant que couvertures en fournissant une requête de sélection qui renvoie une seule colonne de type SDO_GEORASTER. Tous les objets GeoRaster renvoyés par la requête select seront publiés. Utilisez ce qui suit pour spécifier la requête de sélection. (Pour plus de simplicité, vous pouvez sélectionner n'importe quelle entrée dans « Sélectionner une table raster (schéma, table, colonne) » et cliquer sur Remplir les paramètres de la requête pour remplir ces champs.)

Nom de la colonne : un nom de colonne SDO_GEORASTER d'une table répertoriée dans la clause From

Clause From : une clause FROM valide qui inclut le nom du schéma, le nom de la table et l'alias si requis par la clause WHERE.

Clause Where : une clause WHERE valide pouvant inclure des opérations spatiales. Si la clause WHERE est vide, l'instruction SELECT renvoie toutes les lignes de la table spécifiée.

Vous pouvez cliquer sur List GeoRaster pour remplir un tableau HTML avec tous les objets GeoRaster spécifiés, et vous pouvez choisir de publier ou de dépublier des objets GeoRaster individuels.

Un GeoRaster ne peut pas être publié plus d'une fois dans une instance WCS.

Cet onglet vous permet d'envoyer des demandes de publication. L'onglet Test est initialement vide, auquel cas vous devez envoyer une requête GetCapabilities pour remplir les éléments suivants :

Opération : Un élément de sélection HTML avec toutes les opérations découvertes lors de la dernière réponse GetCapabilities.

Couverture : élément de sélection HTML renseigné avec le contenu de la dernière réponse GetCapabilities. Il contient tous les ID de couverture de la réponse GetCapabilities reçue.

Créer une demande : Remplit la zone de test de la demande avec une demande aux opérations, ID de couverture et URL d'opération spécifiés.

Demande : Une zone de texte dont le contenu sera envoyé dans une demande de publication à l'URL de l'opération. Cet élément peut être rempli en cliquant sur Créer une demande , et vous pouvez modifier cette demande selon vos besoins.

URL de l'opération : L'URL où la demande doit être envoyée. Cet élément peut être rempli en cliquant sur Créer une demande , et vous pouvez modifier cette demande selon vos besoins.

Envoyer la demande : envoie une demande de publication HTTP à l'URL de l'opération en utilisant le contenu de la demande. La réponse de la requête HTTP post sera affichée dans la réponse.

Réponse : une zone de texte renseignée avec la réponse d'une opération Send Request.

Cet onglet vous permet de visualiser et de télécharger les fichiers journaux WCS. Il nécessite des informations d'identification d'administrateur.

Tous les fichiers journaux Oracle WCS se trouvent dans le répertoire sdows.ear/WEB-INF/log/, avec des noms de fichiers sous la forme wcs_n .log , où n est un nombre consécutif.

Cet onglet affiche le contenu du fichier wcs_0.log qui contient les messages de journal les plus récents générés par le serveur WCS. Cependant, vous pouvez sélectionner d'autres fichiers journaux pour voir leur contenu. Vous pouvez également actualiser l'affichage pour inclure les nouveaux messages de journal générés depuis le chargement ou la dernière actualisation de la page.

Télécharger vous permet de télécharger le fichier journal sélectionné au format zip.

17.7 Extension d'implémentation Oracle pour WCS

L'extension Oracle WCS définit des éléments facultatifs à l'intérieur d'un élément wcs:Extension dans une requête WCS, pour vous permettre de contrôler les aspects suivants du traitement des requêtes.

GDAL CreationOption dans une demande GetCoverage

CompressResponseFile dans une demande GetCoverage

Tous les formats inclus dans votre installation GDAL sont pris en charge par la demande GetCoverage. Vous pouvez voir la liste complète des formats et leurs noms dans le document XML Capabilities.

Option de création GDAL dans une demande GetCoverage

Cet élément envoie un paramètre -co à GDAL sur les requêtes GetCoverage. Chaque pilote GDAL définit ses propres paramètres d'option de création.

CompressResponseFile dans une demande GetCoverage

Cet élément compresse l'image générée dans un fichier zip.

17.8 Opérations WCS : requêtes et réponses avec des exemples XML

WCS fournit trois opérations principales, et chaque opération a un format de demande et de réponse.

Lorsqu'un client exécute une séquence de requêtes WCS, il doit d'abord envoyer une requête GetCapabilities au serveur pour obtenir une liste à jour des données disponibles. Ensuite, il peut émettre une demande DescribeCoverage pour obtenir plus de détails sur les couvertures particulières proposées. Pour récupérer une couverture ou une partie d'une couverture, le client émet une demande GetCoverage.

17.8.1 Opération GetCapabilities (WCS)

Une opération GetCapabilities permet à un client WCS de récupérer les métadonnées de service et de couverture proposées par un serveur WCS.

Tous les serveurs WCS doivent implémenter le protocole KVP pour les requêtes GetCapabilities. Un utilisateur commence l'interaction avec un serveur WCS en envoyant une demande GetCapabilities à l'aide du protocole KVP (demande HTTP GET) à l'URL. Par exemple:

Une opération GetCapabilities renvoie un document XML décrivant le service et de brèves descriptions des couvertures que les clients peuvent demander. Les clients exécutent généralement l'opération GetCapabilities et mettent en cache son résultat pour une utilisation tout au long d'une session, ou le réutilisent pour plusieurs sessions.

La réponse GetCapabilities comprend les éléments suivants :

Version de réponse WCS. Si la requête ne spécifie pas la version de réponse souhaitée, le serveur renvoie la dernière version prise en charge.

La liste de profils de ServiceIdentification identifie une classe de conformité à la norme d'interface OGC.

Les éléments d'opération dans OperationsMetadata contiennent l'URL de chaque opération WCS de chaque protocole. Chaque opération WCS de chaque protocole WCS peut avoir une URL différente.

Les éléments formatSupported dans ServiceMetadata répertorient tous les formats de sortie disponibles par une requête GetCoverage. Cette liste inclut les formats pris en charge par GDAL lorsqu'ils sont configurés. Par exemple::

Les éléments d'extension permettent aux normes d'extension WCS de définir leurs métadonnées de service supplémentaires individuelles. Cet élément comprend les éléments 16.8.2 12-039 OGC Web Coverage Service Interface Standard – Scaling Extension tels que : plus proche voisin, bilinéaire, biquadratique, . Il inclut également 16.8.1 11-053r1 OGC Web Coverage Service Interface Standard – L'extension CRS inclut des éléments crsSupported.

La liste des couvertures proposées par ce serveur comprend un ID de couverture, qui est un identifiant unique utilisé dans les demandes d'opération DescribeCoverage et GetCoverage et le sous-type de couverture.

17.8.2 Description de l'opération de couverture (WCS)

Une opération DescribeCoverage permet aux clients de demander des métadonnées détaillées pour une ou plusieurs couvertures proposées par un serveur WCS, et fournit une estimation de la quantité de données à attendre dans le domaine et l'ensemble de plages. Une requête DescribeCoverage fournit une liste d'identifiants de couverture et invite le serveur à retourner, pour chaque identifiant, une description de la couverture correspondante. Voici un exemple de requête DescribeCoverage XML/POST :

La réponse DescribeCoverage contient une liste de métadonnées de couverture, une pour chaque identifiant de couverture transmis dans la demande. Les métadonnées de couverture sont un document XML de type gml:Grid pour GridCoverages et de type gml:rectifiedGrid pour RectifiedGridCoverages . Les schémas xsd de ces documents sont disponibles sur http://schemas.opengis.net/wcs/2.0/.

L'élément gml:Grid définit implicitement une grille, qui est un réseau composé de deux ou plusieurs ensembles de courbes dans lesquelles les membres de chaque ensemble coupent les membres des autres ensembles de manière algorithmique. La région d'intérêt dans la grille est donnée en termes de gml:limits , étant les coordonnées de grille des coins diagonalement opposés d'une région rectangulaire. gml:axisLabels est fourni avec une liste d'étiquettes des axes de la grille ( gml:axisName a été déprécié). gml:dimension spécifie la dimension de la grille.

L'élément gml:limits contient un seul gml:GridEnvelope . Les éléments de propriété gml:low et gml:high de l'enveloppe sont des listes d'entiers, qui sont des tuples de coordonnées. Les coordonnées sont mesurées en tant que décalages par rapport à l'origine de la grille, le long de chaque axe, des coins opposés en diagonale d'une région d'intérêt "rectangulaire".

Un maillage rectifié est un maillage pour lequel il existe une transformation affine entre les coordonnées du maillage et les coordonnées d'un repère de coordonnées externe. Il est défini en spécifiant la position (dans un espace géométrique) de la grille "origine" et des vecteurs qui spécifient les emplacements des poteaux.

Notez que les limites de la grille (index post) et les propriétés de nom d'axe sont héritées de gml:GridType , et que gml:RectifiedGrid ajoute une propriété gml:origin (contient ou référence un gml:Point ) et un ensemble de propriétés gml:offsetVector.

17.8.3 Opération GetCoverage (WCS)

Une opération GetCoverage est normalement exécutée après que les réponses des opérations GetCapabilities et DescribeCoverage aient indiqué quelles demandes sont autorisées et quelles données sont disponibles. L'opération GetCoverage renvoie une couverture (c'est-à-dire des valeurs ou des propriétés d'un ensemble d'emplacements géographiques) codée dans un format de couverture bien connu.

Une demande GetCoverage invite un service WCS à traiter une couverture particulière sélectionnée dans l'offre du service et à renvoyer une couverture dérivée.

La norme WCS Core définit l'opération de sous-ensemble de domaine, qui fournit toutes les données d'une couverture à l'intérieur d'une enveloppe de demande spécifiée (« boîte de délimitation »), par rapport à l'enveloppe de la couverture – plus précisément, l'intersection de l'enveloppe de la demande avec l'enveloppe de la couverture .

Le sous-ensemble de domaine est subdivisé en découpage et découpage. Une opération de découpage identifie une dimension et une limite inférieure et supérieure (qui doivent toutes deux se trouver à l'intérieur du domaine de la couverture) et fournit une couverture dont le domaine, dans la dimension spécifiée, est réduit à ces nouvelles limites plus étroites. La dimension de la couverture résultante est identique à celle de la couverture en entrée. Voici un exemple d'élément DimensionTrim :

Une opération de tranche de domaine reçoit une dimension et une position (qui doivent se trouver à l'intérieur du domaine de la couverture) et délivre une couverture qui est une tranche de la couverture offerte obtenue à la position de coupe spécifiée. La dimension de la couverture résultante est réduite de un par rapport à la couverture d'origine.

Le rognage et le tranchage peuvent être combinés dans une demande et sur autant de dimensions que souhaité. Cependant, dans toute demande, au plus une opération peut être appliquée par dimension. Voici un exemple d'élément DimensionSlice :

Le format de codage dans lequel la couverture sera renvoyée est spécifié par la combinaison des éléments format et mediaType. Les formats pris en charge sont ceux répertoriés dans le document Capabilities du serveur, et la valeur par défaut est soit application/gml+xml ou image/tiff si GDAL est configuré. Par exemple:

17.9 Extensions WCS implémentées

Cette rubrique décrit les extensions WCS implémentées et donne des exemples de certains éléments définis par chaque extension.

Il se termine par un exemple de demande GetCoverage qui inclut toutes les extensions.

11-053r1 Norme d'interface de service de couverture Web OGC – Extension CRS

Cette extension WCS CRS définit comment demander et obtenir une couverture dans des CRS différents du CRS natif, et également comment fournir un cadre de délimitation de sous-ensemble avec des coordonnées dans un CRS différent du CRS natif. Un serveur WCS prenant en charge cette extension WCS CRS annonce les CRS pris en charge en répertoriant leurs identifiants CRS dans son document de capacités. Par exemple:

112-039 Norme d'interface de service de couverture Web OGC – Extension de mise à l'échelle

Cette extension permet la mise à l'échelle d'une couverture le long d'un ou plusieurs de ses axes lors de son traitement côté serveur dans une requête GetCoverage. Par exemple:

112-040 Norme d'interface de service de couverture Web OGC – Extension de sous-ensemble de plage

Cette extension permet l'extraction de champs spécifiques, selon la spécification du type de plage, à partir de l'ensemble de plages d'une couverture lors du traitement côté serveur d'une couverture dans une requête GetCoverage. Par exemple:

112-049 Norme d'interface de service de couverture Web OGC – Extension d'interpolation

Cette extension permet de contrôler l'interpolation d'une couverture lors de son traitement côté serveur.

Cela permet au client WCS de contrôler et de spécifier le mécanisme d'interpolation à appliquer à une couverture pendant le traitement du serveur. Par exemple:

112-100r1 OGC GML Application Schema – Coverages – GeoTIFF Coverage Encoding Profile

Ce profil d'encodage spécifie l'utilisation du format de données GeoTIFF pour l'encodage des couvertures GML. Par exemple:

Exemple montrant toutes les extensions

Voici un exemple d'exemple de demande GetCoverage avec toutes les extensions incluses :

17.10 Diagnostiquer les problèmes de WCS

Les fichiers journaux WCS fournissent des informations de diagnostic.

Ces fichiers journaux se trouvent dans le répertoire sdows.ear/WEB-INF/log. Dans la console d'administration WCS , l'onglet Fichiers de configuration vous permet de configurer la journalisation et l'onglet Journal vous permet de visualiser et de télécharger les fichiers journaux WCS.

Cette rubrique explique certains messages d'erreur et comment les traiter.

"DataSource jdbc/wcs_admin_ds introuvable" Message d'erreur de réponse GetCapabilities

Une réponse d'erreur OWS peut ressembler à la suivante (reformatée ici pour plus de lisibilité) :

Cela signifie qu'une source de données WCS n'est pas configurée ou que WebLogic Server ne peut pas se connecter à la base de données. Configuration des sources de données WCS pour plus d'informations sur la configuration des sources de données WCS.

Message « INFO : GDAL introuvable » dans le fichier journal WCS affiché à chaque démarrage de WebLogic Server

Si aucun format pris en charge par GDAL n'est nécessaire, vous pouvez ignorer ce message. Ce message indique que gdal.jar est introuvable dans les bibliothèques WebLogic Server ou que le LD_LIBRARY_PATH n'est pas correctement configuré.

Si java.lang.NoClassDefFoundError: org/gdal/gdal/gdal apparaît dans le journal WCS, le fichier gdal.jar est introuvable.

Si java.lang.UnsatisfiedLinkError: org.gdal.gdal.gdalJNI.GetDriverCount()I apparaît dans le journal WCS, alors le fichier libgdal.so n'a pas été trouvé dans LD_LIBRARY_PATH.

Réponse d'erreur du paramètre GDALP

Un message d'erreur comme le suivant est généré lorsque GDAL n'est pas correctement configuré :

L'erreur indique que les paramètres de connexion à la base de données GDAL ne sont pas corrects. Voir l'onglet Fichier de configuration dans la console d'administration WCS

Erreur de connexion à la base de données

Le message suivant dans le journal WCS signifie que la base de données n'est pas en cours d'exécution :

Message « Erreur de lecture du fichier journal » sur l'onglet Journal de la console d'administration WCS

Si un utilisateur authentifié n'interagit pas avec la console d'administration du serveur WCS pendant une période donnée, la session utilisateur dans le navigateur peut avoir expiré. Dans ce cas, actualisez l'affichage du navigateur et ré-authentifiez-vous pour obtenir une nouvelle session.

Le document reçu n'est pas conforme à la syntaxe du protocole

Un message d'erreur comme le suivant indique que la requête contient des éléments XML ou des éléments de caractère qui ne sont définis dans aucune spécification OGC :


  • Conditions TRT :Conférences Décès Systèmes d'information géographique Lieux à haut risque Application de la loi Photographie Sécurité Vitesse
  • Termes géographiques :Australie
  • Conditions de l'ITRD :1663 : Accident black spot 8006 : Australie 8525 : Conférence 1534 : Application (loi) 1602 : Fatalité 8605 : Système d'information géographique 6751 : Photographie 1665 : Sécurité 5408 : Vitesse
  • Domaines : Sûreté et facteurs humains Sécurité et urgences
  • Numéro d'accès: 00940140
  • Type d'enregistrement : Publication
  • Agence d'origine : ARRB
  • ISBN : 0-7310-5471-7
  • Des dossiers: ITRD, ATRI
  • Date de création :4 avr 2003 00:00

Les Académies nationales des sciences, de l'ingénierie et de la médecine

Copyright & copie 2021 Académie nationale des sciences. Tous les droits sont réservés. Conditions d'utilisation et déclaration de confidentialité


Stockage d'une couverture dans une base de données JDBC - Systèmes d'Information Géographique

Chargement et numérisation en masse

Les deux opérations simples : scanner une relation et charger une relationn.m. Les pages peuvent être lues en parallèle lors de l'analyse d'une relation, et les tuples récupérés peuvent ensuite être fusionnés, si la relation est partitionnée sur plusieurs disques. Plus généralement, l'idée s'applique également lors de la récupération de tous les tuples qui remplissent une condition de sélection. Si le hachage ou le partitionnement par plage est utilisé, les requêtes de sélection peuvent être répondues en allant uniquement aux processeurs qui contiennent les tuples pertinents.

Une idée simple est de laisser chaque CPU trier la partie de la relation qui se trouve sur son disque local et de fusionner ensuite ces ensembles triés de tuples. Le degré de parallélisme est susceptible d'être limité par la phase de fusion.

Une meilleure idée est de redistribuer tous les tuples de la relation en utilisant le partitionnement par plage. Par exemple, si nous voulons trier une collection de tuples d'employés par salaire, les valeurs de salaire vont de 10 à 210, et nous avons 20 processeurs, nous pouvons envoyer tous les tuples avec des valeurs de salaire comprises entre 10 et 20 au processeur, le tout dans la plage 21 à 30 au deuxième processeur, et ainsi de suite. (Avant la redistribution, alors que les tuples sont répartis entre les processeurs, nous ne pouvons pas supposer qu'ils sont répartis en fonction des échelles de salaire.)

Chaque processeur trie ensuite les tuples qui lui sont affectés, en utilisant un algorithme de tri séquentiel. Par exemple, un processeur peut collecter des tuples jusqu'à ce que sa mémoire soit pleine, puis trier ces tuples et écrire une exécution, jusqu'à ce que tous les tuples entrants aient été écrits dans ces exécutions triées sur le disque local. Ces exécutions peuvent ensuite être fusionnées pour créer la version triée de l'ensemble de tuples affectés à ce processeur. L'ensemble de la relation triée peut être récupéré en visitant les processeurs dans un ordre correspondant aux plages qui leur sont attribuées et en scannant simplement les tuples.

Le défi de base dans le tri parallèle est de faire le partitionnement de plage de sorte que chaque processeur reçoive à peu près le même nombre de tuples, sinon un processeur qui reçoit un nombre disproportionné de tuples à trier devient un goulot d'étranglement et limite l'évolutivité du tri parallèle. Une bonne approche du partitionnement par plage consiste à obtenir un échantillon de la relation entière en prélevant des échantillons sur chaque processeur qui contient initialement une partie de la relation. L'échantillon (relativement petit) est trié et utilisé pour identifier les plages avec un nombre égal de tuples . Cet ensemble de valeurs de plage, appelé vecteur de division, est ensuite distribué à tous les processeurs et utilisé pour partitionner la relation entière.

Une application particulièrement importante du tri parallèle est le tri des entrées de données dans des index arborescents. Le tri des entrées de données peut accélérer considérablement le processus de chargement en bloc d'un index.

Supposons que nous voulions joindre deux relations, disons, A et B, sur l'attribut age. Nous supposons qu'ils sont initialement répartis sur plusieurs disques d'une manière qui n'est pas utile pour l'opération de jointure, c'est-à-dire que le partitionnement initial n'est pas basé sur l'attribut de jointure. L'idée de base pour joindre A et B en parallèle est de décomposer la jointure en une collection de k jointures plus petites. Nous pouvons décomposer la jointure en partitionnant à la fois A et B en une collection de k compartiments ou partitions logiques. En utilisant la même fonction de partitionnement pour A et B, nous nous assurons que l'union des k plus petites jointures calcule la jointure de A et B. Cette idée est similaire à l'intuition derrière la phase de partitionnement d'une jointure de hachage séquentielle.Du fait que A et B sont initialement répartis sur plusieurs processeurs, l'étape de partitionnement peut elle-même être réalisée en parallèle sur ces processeurs. À chaque processeur, tous les tuples locaux sont récupérés et hachés dans l'une des k partitions, avec la même fonction de hachage utilisée sur tous les sites, bien sûr.

Alternativement, nous pouvons partitionner A et B en divisant la plage de l'attribut de jointure age en k sous-plages disjoints et en plaçant les tuples A et B dans des partitions en fonction de la sous-plage à laquelle appartiennent leurs valeurs d'âge. Par exemple, supposons que nous ayons 10 processeurs, l'attribut de jointure est age, avec des valeurs de 0 à 100. En supposant une distribution uniforme, les tuples A et B avec 0 age < 10 vont au processeur 1, 10 age < 20 vont au processeur 2, etc. Cette approche est susceptible d'être plus sensible que le partitionnement de hachage à l'asymétrie des données (c'est-à-dire que le nombre de tuples à joindre peut varier considérablement d'une partition à l'autre), à ​​moins que les sous-plages ne soient soigneusement déterminés.

Si le partitionnement par plage est utilisé, l'algorithme décrit ci-dessus conduit à une version parallèle d'une jointure tri-fusion, avec l'avantage que la sortie est disponible dans l'ordre trié. Si le partitionnement par hachage est utilisé, nous obtenons une version parallèle d'une jointure par hachage.


Stockage d'une couverture dans une base de données JDBC - Systèmes d'Information Géographique

Ce chapitre décrit l'implémentation Oracle Spatial and Graph de la norme Open GIS Consortium (OGC) pour Web Coverage Service Interface Standard (WCS), qui prend en charge la récupération de « couvertures » (selon l'OGC, « encodage électronique de données géospatiales, qui c'est-à-dire des informations géospatiales numériques représentant des phénomènes variant dans l'espace et dans le temps »).

L'implémentation d'Oracle Spatial and Graph sera appelée Web Coverage Service ou WCS.

Le service de couverture Web (WCS) permet la récupération électronique de données géospatiales en tant que « couvertures ». WCS fournit des données et des descriptions, une syntaxe pour interroger les données et la possibilité de renvoyer des données sur lesquelles vous pouvez effectuer diverses opérations (visualiser, interpréter, extrapoler, etc.). WCS prend en charge le stockage à la fois de GridCoverage (objet GeoRaster sans coordonnées système de référence) et RectifiedGridCoverage (objet GeoRaster avec système de référence de coordonnées et géoréférencé avec une transformation affine) types raster

Oracle Spatial and Graph implémente les normes OGC suivantes.

09-110r4 Norme d'interface WCS Core 2.0 - Noyau.

09-146r2 OGC GML Application Schema – Couvertures.

09-147r3 Norme d'interface du service de couverture Web OGC 2.0 – Extension de liaison de protocole KVP – Corrigendum.

09-148r1 OGC Web Coverage Service 2.0 Interface Standard – XML/POST Protocol Binding Extension.

09-149r1 Norme d'interface du service de couverture Web OGC 2.0 – Extension de liaison de protocole XML/SOAP.

11-053r1 Norme d'interface de service de couverture Web OGC – Extension CRS

12-039 OGC Web Coverage Service Interface Standard – Scaling Extension.

12-040 OGC Web Coverage Service Interface Standard – Range Subsetting Extension.

12-049 OGC Web Coverage Service Interface Standard – Extension d'interpolation.

12-052 Notes de version du Corrigendum OGC WCS 2.0.1.

12-100r1 OGC GML Application Schema – Coverages – GeoTIFF Coverage Encoding Profile.

Oracle WCS étend également les normes OGC pour prendre en charge toutes les fonctionnalités d'image ou de raster prises en charge par GDAL en tant que format de sortie dans une demande GetCoverage.

Avant d'utiliser WCS, assurez-vous que vous comprenez les concepts décrits dans Introduction aux services Web spatiaux et que vous avez effectué tous les travaux de configuration nécessaires, comme décrit dans ce chapitre.


    Dans Oracle Spatial et Graph, WCS est implémenté en tant qu'application Web Java et peut être déployé dans WebLogic 12.1.3 ou version ultérieure.
    Aux fins du service de couverture Web, ce document fait référence aux schémas de base de données Oracle qui peuvent être des schémas utilisateur et/ou des schémas WCS.
    Plusieurs tables et autres objets de base de données sont utilisés pour implémenter les opérations WCS.
    Les procédures et fonctions SDO_WCS vous permettent d'effectuer des opérations qui incluent les actions suivantes.
    Pour configurer WCS, WebLogic Server (WLS) 12.1.3 ou version ultérieure est requis.
    La console d'administration d'Oracle Spatial Web Services est une application d'une seule page à laquelle vous pouvez accéder en accédant à une URL au format suivant.
    L'extension Oracle WCS définit des éléments facultatifs à l'intérieur d'un élément wcs:Extension dans une requête WCS, pour vous permettre de contrôler les aspects suivants du traitement des requêtes.
    WCS fournit trois opérations principales, et chaque opération a un format de demande et de réponse.
    Cette rubrique décrit les extensions WCS implémentées et donne des exemples de certains éléments définis par chaque extension.
    Les fichiers journaux WCS fournissent des informations de diagnostic.

17.1 Architecture de service de couverture Web

Dans Oracle Spatial et Graph, WCS est implémenté en tant qu'application Web Java et peut être déployé dans WebLogic 12.1.3 ou version ultérieure.

La version Java requise est JDK 1.8 ou une version ultérieure. Cette implémentation de WCS est fournie dans le fichier Spatial Web Services sdows.ear dans le répertoire $ORACLE_HOME/md/jlib. Pour plus d'informations sur le déploiement de ce fichier, consultez Déploiement et configuration des services Web spatiaux.

WCS implémente trois extensions de liaison de protocole, KVP (HTTP GET), XML/POST (HTTP/POST) et XML/SOAP. Il utilise également une API Java GDAL pour générer des formats d'image pris en charge par GDAL. Une instance GDAL doit être configurée sur le même système que le conteneur d'applications où les services Web spatiaux sont déployés.

Le package SDO_WCS dans Oracle Database contient des procédures pour initialiser un schéma WCS, publier des objets GeoRaster en tant que couvertures WCS et traiter les demandes WCS.

La figure suivante montre l'architecture WCS.

Figure 17-1 Architecture de service de couverture Web


Description de la « Figure 17-1 Architecture du service de couverture Web »

17.2 Schémas de base de données pour WCS

Aux fins du service de couverture Web, ce document fait référence aux schémas de base de données Oracle qui peuvent être des schémas utilisateur et/ou des schémas WCS.

Un schéma utilisateur est un schéma utilisé pour stocker des objets GeoRaster.

Dans certains exemples utilisés dans ce document, le schéma d'un utilisateur de base de données nommé SCOTT est un schéma utilisateur.

Un schéma WCS est tout schéma de base de données avec une table SDO_WCS_COVERAGE, qui doit être créé à l'aide de la console d'administration WCS ou de la procédure SDO_WCS.Init. Les informations de couverture sont stockées dans un schéma WCS.

Dans certains exemples de ce document, le schéma d'un utilisateur de base de données spécialement créé nommé WCS_USER est le schéma WCS.

Un schéma Oracle Database donné peut être un schéma utilisateur, un schéma WCS ou à la fois un schéma utilisateur et un schéma WCS.

Chaque instance WCS requiert un schéma WCS configuré en tant que source de données JDBC dans le conteneur d'application. Généralement, un seul schéma WCS est configuré pour une base de données spécifique, mais de nombreuses instances WCS peuvent être configurées pour être utilisées avec la même base de données.

17.3 Objets de base de données utilisés pour WCS

Plusieurs tables et autres objets de base de données sont utilisés pour implémenter les opérations WCS.

La table SDO_WCS_COVERAGE contient des métadonnées pour toutes les couvertures publiées. Les métadonnées incluent l'ID de couverture, l'ID raster et la table de données raster. Chaque ligne correspond à une couverture.

La séquence SDO_WCS_COVERAGE_ID_SEQ est utilisée pour générer une valeur d'ID de couverture unique.

La table WCS_TEMP_TABLE est utilisée comme stockage temporaire pour les objets GeoRaster lorsque la reprojection ou la transformation est impliquée lors du traitement d'une requête GetCoverage Operation (WCS). Les objets GeoRaster sont conservés dans cette table jusqu'à l'envoi de la réponse, après quoi les objets sont supprimés de la table.

La table WCS_TEMP_RDT est la table de données raster pour les objets GeoRaster dans la table WCS_TEMP_TABLE.

17.4 Sous-programmes PL/SQL pour l'utilisation de WCS

Les procédures et fonctions SDO_WCS vous permettent d'effectuer des opérations qui incluent les actions suivantes.

Initialisation d'un schéma WCS.

Création de tables temporaires pour stocker GeoRaster lorsqu'une reprojection ou une transformation est nécessaire. (Extension CRS ou Extension de mise à l'échelle.).

Octroi et révocation de privilèges sur le schéma WCS.

Abandon (dépublier) des couvertures

SDO_WCS.Initcrée la table SDO_WCS_COVERAGE, faisant de ce schéma de base de données un schéma WCS.

SDO_WCS.PublishCoverage a deux formats. Un format publie un objet GeoRaster en tant que couverture, stocke les métadonnées dans la table SDO_WCS_COVERAGE et lui attribue un ID de couverture unique. L'autre format publie tous les objets GeoRaster non publiés dans une colonne spécifiée.

SDO_WCS.CreateTempTable doit être exécuté une fois pour chaque schéma utilisateur. Cette procédure crée une table GeoRaster et une table RDT pour stocker temporairement un objet GeoRaster lorsque la reprojection ou la transformation est impliquée dans le traitement d'une requête GetCoverage Operation (WCS).

17.5 Configuration de WCS à l'aide de WebLogic Server

Pour configurer WCS, WebLogic Server (WLS) 12.1.3 ou version ultérieure est requis.

Cette rubrique utilise un exemple qui suppose ce qui suit :

Un schéma utilisateur SCOTT possède une table nommée IMAGE, définie comme :

Le schéma WCS est nommé WCS_USER.

La configuration du serveur WCS implique le déploiement du fichier sdows.ear dans WebLogic Server (expliqué dans Déploiement et configuration des services Web spatiaux), ainsi que les actions suivantes.

17.5.1 Configuration des schémas de base de données

Si vous prévoyez d'utiliser le même schéma de base de données Oracle à la fois pour stocker des objets GeoRaster et pour y accéder via WCS, ignorez cette section et accédez à Configuration des sources de données WCS.

Pour configurer les schémas de la base de données Oracle, procédez comme suit :

Créez des tables de métadonnées. Pour ce faire, utilisez SQL*Plus pour vous connecter à Oracle Database en tant qu'utilisateur que vous voulez être l'utilisateur WCS (dans cet exemple, un utilisateur nommé WCS_USER), et saisissez ce qui suit :

Connectez-vous en tant qu'utilisateur de la base de données (dans cet exemple, SCOTT, qui possède une table GeoRaster nommée IMAGE) qui stocke les objets GeoRaster.

Connectez-vous en tant qu'utilisateur WCS (dans cet exemple, WCS_USER) et publiez les images GeoRaster à partir d'une table utilisateur contenant les objets GeoRaster souhaités (par exemple, à partir de la colonne RASTER dans la table SCOTT.IMAGES).

17.5.2 Configuration des sources de données WCS

Chaque base de données peut avoir plusieurs schémas WCS, chacun correspondant à une source de données dans WebLogic. Vous pouvez également avoir plusieurs sources de données configurées pour WCS dans le serveur WebLogic. Chaque source de données est accessible via une URL différente, où la dernière partie de l'URL correspond au nom de la source de données configuré dans WebLogic Server.

Voici un exemple de lien avec une source de données WLS nommée wcsdata1 :

Suivez ces étapes pour configurer une source de données WCS.

Connectez-vous à la console WebLogic Server (WLS).

Dans le volet de gauche, sous Domain Structure , sélectionnez Data Sources

Cliquez sur Nouveau , puis sur Source de données générique .

Sur la page Créer une nouvelle source de données JDBC, spécifiez :

Nom : N'importe quel nom sans espaces

Nom JNDI : Tout nom commençant par jdbc/

Pour le pilote de base de données, sélectionnez le pilote d'Oracle (léger) pour les connexions d'instance. Versions : toutes.

Vous pouvez ignorer Prise en charge des transactions globales.

Sur la page Propriétés de la connexion, spécifiez :

Nom d'utilisateur de la base de données (par exemple, WCS_USER )

Sur la page suivante, testez cette connexion. Si la connexion réussit, choisissez le nom de serveur approprié pour ce déploiement : soit AdminServer, soit le nom de votre serveur géré.

17.5.3 Configuration de GDAL pour le serveur WCS

L'implémentation Oracle WCS peut générer n'importe quel format pris en charge par GDAL. Vous devez configurer une instance GDAL sur le même système que WebLogic Server. Le pilote GDAL VRT et le pilote GDAL Oracle GeoRaster sont nécessaires pour communiquer avec le serveur WCS. (Pour obtenir GDAL, vous pouvez le télécharger à partir de http://www.gdal.org, ou vous pouvez obtenir ses versions Linux et Windows à partir de votre installation Oracle Database comme décrit dans Oracle Spatial and Graph GeoRaster Developer's Guide .)

Pour savoir si vous disposez des pilotes GDAL nécessaires, exécutez la commande GDAL suivante :

Une fois les pilotes GDAL requis et les pilotes de format de sortie GDAL souhaités installés, ajoutez le répertoire de la bibliothèque GDAL à LD_LIBRARY_PATH au script WLS setDomainEnv. Par exemple, pour Linux/UNIX :

Copiez gdal.jar (situé dans le répertoire gdal/lib) dans le répertoire lib du domaine WebLogic Server,

Configurez les paramètres de connexion à la base de données GDAL à l'aide de l'onglet Fichier de configuration de la console d'administration WCS.

Facultativement, spécifiez les options de création ( CreationOption ) à GDAL dans une demande GetCoverage Operation (WCS)

17.6 Console d'administration WCS

La console d'administration d'Oracle Spatial Web Services est une application d'une seule page à laquelle vous pouvez accéder en accédant à une URL au format suivant.

Avant de pouvoir utiliser une page de la console d'administration, sélectionnez une source de données WCS dans la liste de tous les noms de source de données disponibles. (La source de données actuellement sélectionnée est affichée dans le coin supérieur droit et vous pouvez la modifier à tout moment.)

La console d'administration WCS fournit des écrans pour configurer, tester et diagnostiquer les problèmes. Il comporte les onglets suivants :

Cet onglet permet à un administrateur de modifier le fichier WCSConfig.xml, qui vous permet de configurer la journalisation WCS, les paramètres GDAL et les réponses GetCapabilities ( ServiceIdentification et ServiceProvider ).

Les attributs de journalisation peuvent être configurés : niveau de journalisation, limite de taille de fichier journal et nombre de fichiers journaux.

La rotation des journaux est prise en charge en fonction de la taille du fichier. En limitant le nombre de fichiers, vous pouvez limiter l'espace disque que les fichiers journaux prendront. Les fichiers journaux sont générés dans le répertoire référencé par la propriété sdows java, et ils portent des noms sous la forme wcs_n<data source name> .log , où wcs_0.log contient les messages de journal les plus récents et lorsqu'il a atteint sa limite de taille de fichier, le plus ancien fichier est supprimé et tous les fichiers journaux sont renommés pour permettre à wcs_0.log d'être utilisé pour le prochain ensemble de messages de journal.

Le niveau de journalisation peut être SEVERE , WARNING , INFO (par défaut), CONFIG , FINE , FINER , FINEST ou ALL .

La limite de taille de journal est la limite de taille de fichier en mégaoctets (10 par défaut).

Le nombre de fichiers journaux est le nombre maximal de fichiers journaux.

La connexion à la base de données GDAL est configurée à l'aide de l'élément gdalParameters comme suit :

<gdalParameters user="<user>" password="!<password>" connectionString="<db_host:port:sid>" TemporaryDirectory="<directory>" />

L'utilisateur spécifié doit avoir des privilèges pour lire tous les objets GeoRaster qui sont publiés en tant que couvertures. Il est recommandé que cet utilisateur soit le même que l'utilisateur WCS.

Le mot de passe doit être crypté par le serveur. Vous devez ajouter un point d'exclamation (!) au début de l'attribut de mot de passe, pour que le serveur crypte le mot de passe.

Le répertoire temporaire doit pointer vers un répertoire accessible en écriture à utiliser par GDAL pour générer des fichiers de sortie. Exemple : /tmp

Pour valider que GDAL a été correctement configuré, accédez à l'onglet À propos de la console d'administration d'Oracle Spatial Web Services ( http://<host>:<port>/oraclespatial ), qui affiche la version de GDAL si elle a été correctement configurée.

ServiceIdentification et ServiceProvider peuvent être configurés en décommentant l'élément approprié et en spécifiant les informations souhaitées, conformément aux schémas XML sur http://schemas.opengis.net/ows/2.0/owsGetCapabilities.xsd.

Lorsque vous cliquez sur Enregistrer les modifications , le serveur applique les modifications et aucun redémarrage n'est nécessaire.

Cet onglet vous permet de publier de nouvelles couvertures. Il nécessite des informations d'identification d'administrateur.

Vous pouvez publier des objets GeoRaster en tant que couvertures en fournissant une requête de sélection qui renvoie une seule colonne de type SDO_GEORASTER. Tous les objets GeoRaster renvoyés par la requête select seront publiés. Utilisez ce qui suit pour spécifier la requête de sélection. (Pour plus de simplicité, vous pouvez sélectionner n'importe quelle entrée dans « Sélectionner une table raster (schéma, table, colonne) » et cliquer sur Remplir les paramètres de la requête pour remplir ces champs.)

Nom de la colonne : un nom de colonne SDO_GEORASTER d'une table répertoriée dans la clause From

Clause From : une clause FROM valide qui inclut le nom du schéma, le nom de la table et l'alias si requis par la clause WHERE.

Clause Where : une clause WHERE valide pouvant inclure des opérations spatiales. Si la clause WHERE est vide, l'instruction SELECT renvoie toutes les lignes de la table spécifiée.

Cette page affiche un tableau HTML avec tous les objets GeoRaster. Vous pouvez choisir de publier ou de dépublier des objets GeoRaster individuels en cliquant avec le bouton droit sur la ligne souhaitée.

Un GeoRaster ne peut pas être publié plus d'une fois dans une instance WCS.

Cet onglet vous permet d'envoyer des demandes de publication. L'onglet Test est initialement vide, auquel cas vous devez envoyer une requête GetCapabilities pour remplir les éléments suivants :

Opération : Un élément de sélection HTML avec toutes les opérations découvertes lors de la dernière réponse GetCapabilities.

Couverture : élément de sélection HTML renseigné avec le contenu de la dernière réponse GetCapabilities. Il contient tous les ID de couverture de la réponse GetCapabilities reçue.

Créer une demande : Remplit la zone de test de la demande avec une demande aux opérations, ID de couverture et URL d'opération spécifiés.

Demande : Une zone de texte dont le contenu sera envoyé dans une demande de publication à l'URL de l'opération. Cet élément peut être rempli en cliquant sur Créer une demande , et vous pouvez modifier cette demande selon vos besoins.

URL de l'opération : L'URL où la demande doit être envoyée. Cet élément peut être rempli en cliquant sur Créer une demande , et vous pouvez modifier cette demande selon vos besoins.

Envoyer la demande : envoie une demande de publication HTTP à l'URL de l'opération en utilisant le contenu de la demande. La réponse de la requête HTTP post sera affichée dans la réponse.

Réponse : une zone de texte renseignée avec la réponse d'une opération Send Request.

Cet onglet vous permet de visualiser et de télécharger les fichiers journaux WCS. Les fichiers journaux sont générés dans le répertoire référencé par la propriété sdows java. L'utilisation de l'onglet Journal nécessite des informations d'identification d'administrateur.

Tous les fichiers journaux Oracle WCS ont des noms de fichier sous la forme wcs_ n .log , où n est un nombre consécutif et pour les fichiers journaux les plus récents, n est 0 (zéro).

Cet onglet affiche le contenu du fichier wcs_<data_source_name>_0.log, qui contient les messages de journal les plus récents générés par le serveur WCS. Cependant, vous pouvez sélectionner d'autres fichiers journaux pour voir leur contenu. Vous pouvez également actualiser l'affichage pour inclure les nouveaux messages de journal générés depuis le chargement ou la dernière actualisation de la page.

Télécharger vous permet de télécharger le fichier journal sélectionné au format zip.

17.7 Extension d'implémentation Oracle pour WCS

L'extension Oracle WCS définit des éléments facultatifs à l'intérieur d'un élément wcs:Extension dans une requête WCS, pour vous permettre de contrôler les aspects suivants du traitement des requêtes.

GDAL CreationOption dans une demande GetCoverage

CompressResponseFile dans une demande GetCoverage

Tous les formats inclus dans votre installation GDAL sont pris en charge par la demande GetCoverage. Vous pouvez voir la liste complète des formats et leurs noms dans le document XML Capabilities.

Option de création GDAL dans une demande GetCoverage

Cet élément envoie un paramètre -co à GDAL sur les requêtes GetCoverage. Chaque pilote GDAL définit ses propres paramètres d'option de création.

CompressResponseFile dans une demande GetCoverage

Cet élément compresse l'image générée dans un fichier zip.

17.8 Opérations WCS : requêtes et réponses avec des exemples XML

WCS fournit trois opérations principales, et chaque opération a un format de demande et de réponse.

Lorsqu'un client exécute une séquence de requêtes WCS, il doit d'abord envoyer une requête GetCapabilities au serveur pour obtenir une liste à jour des données disponibles.Ensuite, il peut émettre une demande DescribeCoverage pour obtenir plus de détails sur les couvertures particulières proposées. Pour récupérer une couverture ou une partie d'une couverture, le client émet une demande GetCoverage.

17.8.1 Opération GetCapabilities (WCS)

Une opération GetCapabilities permet à un client WCS de récupérer les métadonnées de service et de couverture proposées par un serveur WCS.

Tous les serveurs WCS doivent implémenter le protocole KVP pour les requêtes GetCapabilities. Un utilisateur commence l'interaction avec un serveur WCS en envoyant une demande GetCapabilities à l'aide du protocole KVP (demande HTTP GET) à l'URL. Par exemple:

Une opération GetCapabilities renvoie un document XML décrivant le service et de brèves descriptions des couvertures que les clients peuvent demander. Les clients exécutent généralement l'opération GetCapabilities et mettent en cache son résultat pour une utilisation tout au long d'une session, ou le réutilisent pour plusieurs sessions.

La réponse GetCapabilities comprend les éléments suivants :

Version de réponse WCS. Si la requête ne spécifie pas la version de réponse souhaitée, le serveur renvoie la dernière version prise en charge.

La liste de profils de ServiceIdentification identifie une classe de conformité à la norme d'interface OGC.

Les éléments d'opération dans OperationsMetadata contiennent l'URL de chaque opération WCS de chaque protocole. Chaque opération WCS de chaque protocole WCS peut avoir une URL différente.

Les éléments formatSupported dans ServiceMetadata répertorient tous les formats de sortie disponibles par une requête GetCoverage. Cette liste inclut les formats pris en charge par GDAL lorsqu'ils sont configurés. Par exemple:

Les éléments d'extension permettent aux normes d'extension WCS de définir leurs métadonnées de service supplémentaires individuelles. Cet élément comprend les éléments 16.8.2 12-039 OGC Web Coverage Service Interface Standard – Scaling Extension tels que : plus proche voisin, bilinéaire, biquadratique, . Il inclut également 16.8.1 11-053r1 OGC Web Coverage Service Interface Standard – L'extension CRS inclut des éléments crsSupported.

La liste des couvertures proposées par ce serveur comprend un ID de couverture, qui est un identifiant unique utilisé dans les demandes d'opération DescribeCoverage et GetCoverage et le sous-type de couverture.

17.8.2 Description de l'opération de couverture (WCS)

Une opération DescribeCoverage permet aux clients de demander des métadonnées détaillées pour une ou plusieurs couvertures proposées par un serveur WCS, et fournit une estimation de la quantité de données à attendre dans le domaine et l'ensemble de plages. Une requête DescribeCoverage fournit une liste d'identifiants de couverture et invite le serveur à retourner, pour chaque identifiant, une description de la couverture correspondante. Voici un exemple de requête DescribeCoverage XML/POST :

La réponse DescribeCoverage contient une liste de métadonnées de couverture, une pour chaque identifiant de couverture transmis dans la demande. Les métadonnées de couverture sont un document XML de type gml:Grid pour GridCoverages et de type gml:rectifiedGrid pour RectifiedGridCoverages . Les schémas xsd de ces documents sont disponibles sur http://schemas.opengis.net/wcs/2.0/.

L'élément gml:Grid définit implicitement une grille, qui est un réseau composé de deux ou plusieurs ensembles de courbes dans lesquelles les membres de chaque ensemble coupent les membres des autres ensembles de manière algorithmique. La région d'intérêt dans la grille est donnée en termes de gml:limits , étant les coordonnées de grille des coins diagonalement opposés d'une région rectangulaire. gml:axisLabels est fourni avec une liste d'étiquettes des axes de la grille ( gml:axisName a été déprécié). gml:dimension spécifie la dimension de la grille.

L'élément gml:limits contient un seul gml:GridEnvelope . Les éléments de propriété gml:low et gml:high de l'enveloppe sont des listes d'entiers, qui sont des tuples de coordonnées. Les coordonnées sont mesurées en tant que décalages par rapport à l'origine de la grille, le long de chaque axe, des coins opposés en diagonale d'une région d'intérêt "rectangulaire".

Un maillage rectifié est un maillage pour lequel il existe une transformation affine entre les coordonnées du maillage et les coordonnées d'un repère de coordonnées externe. Il est défini en spécifiant la position (dans un espace géométrique) de la grille "origine" et des vecteurs qui spécifient les emplacements des poteaux.

Notez que les limites de la grille (index post) et les propriétés de nom d'axe sont héritées de gml:GridType , et que gml:RectifiedGrid ajoute une propriété gml:origin (contient ou référence un gml:Point ) et un ensemble de propriétés gml:offsetVector.

17.8.3 Opération GetCoverage (WCS)

Une opération GetCoverage est normalement exécutée après que les réponses des opérations GetCapabilities et DescribeCoverage aient indiqué quelles demandes sont autorisées et quelles données sont disponibles. L'opération GetCoverage renvoie une couverture (c'est-à-dire des valeurs ou des propriétés d'un ensemble d'emplacements géographiques) codée dans un format de couverture bien connu.

Une demande GetCoverage invite un service WCS à traiter une couverture particulière sélectionnée dans l'offre du service et à renvoyer une couverture dérivée.

La norme WCS Core définit l'opération de sous-ensemble de domaine, qui fournit toutes les données d'une couverture à l'intérieur d'une enveloppe de demande spécifiée (« boîte de délimitation »), par rapport à l'enveloppe de la couverture – plus précisément, l'intersection de l'enveloppe de la demande avec l'enveloppe de la couverture .

Le sous-ensemble de domaine est subdivisé en découpage et découpage. Une opération de découpage identifie une dimension et une limite inférieure et supérieure (qui doivent toutes deux se trouver à l'intérieur du domaine de la couverture) et fournit une couverture dont le domaine, dans la dimension spécifiée, est réduit à ces nouvelles limites plus étroites. La dimension de la couverture résultante est identique à celle de la couverture en entrée. Voici un exemple d'élément DimensionTrim :

Une opération de tranche de domaine reçoit une dimension et une position (qui doivent se trouver à l'intérieur du domaine de la couverture) et délivre une couverture qui est une tranche de la couverture offerte obtenue à la position de coupe spécifiée. La dimension de la couverture résultante est réduite de un par rapport à la couverture d'origine.

Le rognage et le tranchage peuvent être combinés dans une demande et sur autant de dimensions que souhaité. Cependant, dans toute demande, au plus une opération peut être appliquée par dimension. Voici un exemple d'élément DimensionSlice :

Le format de codage dans lequel la couverture sera renvoyée est spécifié par la combinaison des éléments format et mediaType. Les formats pris en charge sont ceux répertoriés dans le document Capabilities du serveur, et la valeur par défaut est soit application/gml+xml ou image/jpeg si GDAL est configuré. Par exemple:

17.9 Extensions WCS implémentées

Cette rubrique décrit les extensions WCS implémentées et donne des exemples de certains éléments définis par chaque extension.

Il se termine par un exemple de demande GetCoverage qui inclut toutes les extensions.

11-053r1 Norme d'interface de service de couverture Web OGC – Extension CRS

Cette extension WCS CRS définit comment demander et obtenir une couverture dans des CRS différents du CRS natif, et également comment fournir un cadre de délimitation de sous-ensemble avec des coordonnées dans un CRS différent du CRS natif. Un serveur WCS prenant en charge cette extension WCS CRS annonce les CRS pris en charge en répertoriant leurs identifiants CRS dans son document de capacités. Par exemple:

112-039 Norme d'interface de service de couverture Web OGC – Extension de mise à l'échelle

Cette extension permet la mise à l'échelle d'une couverture le long d'un ou plusieurs de ses axes lors de son traitement côté serveur dans une requête GetCoverage. Par exemple:

112-040 Norme d'interface de service de couverture Web OGC – Extension de sous-ensemble de plage

Cette extension permet l'extraction de champs spécifiques, selon la spécification du type de plage, à partir de l'ensemble de plages d'une couverture lors du traitement côté serveur d'une couverture dans une requête GetCoverage. Par exemple:

112-049 Norme d'interface de service de couverture Web OGC – Extension d'interpolation

Cette extension permet de contrôler l'interpolation d'une couverture lors de son traitement côté serveur.

Cela permet au client WCS de contrôler et de spécifier le mécanisme d'interpolation à appliquer à une couverture pendant le traitement du serveur. Par exemple:

112-100r1 OGC GML Application Schema – Coverages – GeoTIFF Coverage Encoding Profile

Ce profil d'encodage spécifie l'utilisation du format de données GeoTIFF pour l'encodage des couvertures GML. Par exemple:

Exemple montrant toutes les extensions

Voici un exemple d'exemple de demande GetCoverage avec toutes les extensions incluses :

17.10 Diagnostiquer les problèmes de WCS

Les fichiers journaux WCS fournissent des informations de diagnostic.

Dans la console d'administration WCS , l'onglet Fichiers de configuration vous permet de configurer la journalisation et l'onglet Journal vous permet de visualiser et de télécharger les fichiers journaux WCS.

Cette rubrique explique certains messages d'erreur et comment les traiter.

"DataSource jdbc/wcs_admin_ds introuvable" Message d'erreur de réponse GetCapabilities

Une réponse d'erreur OWS peut ressembler à la suivante (reformatée ici pour plus de lisibilité) :

Cela signifie qu'une source de données WCS n'est pas configurée ou que WebLogic Server ne peut pas se connecter à la base de données. Configuration des sources de données WCS pour plus d'informations sur la configuration des sources de données WCS.

Message « INFO : GDAL introuvable » dans le fichier journal WCS affiché à chaque démarrage de WebLogic Server

Si aucun format pris en charge par GDAL n'est nécessaire, vous pouvez ignorer ce message. Ce message indique que gdal.jar est introuvable dans les bibliothèques WebLogic Server ou que le LD_LIBRARY_PATH n'est pas correctement configuré.

Si java.lang.NoClassDefFoundError: org/gdal/gdal/gdal apparaît dans le journal WCS, le fichier gdal.jar est introuvable.

Si java.lang.UnsatisfiedLinkError: org.gdal.gdal.gdalJNI.GetDriverCount()I apparaît dans le journal WCS, alors le fichier libgdal.so n'a pas été trouvé dans LD_LIBRARY_PATH.

Réponse d'erreur du paramètre GDALP

Un message d'erreur comme le suivant est généré lorsque GDAL n'est pas correctement configuré :

L'erreur indique que les paramètres de connexion à la base de données GDAL ne sont pas corrects. Voir l'onglet Fichier de configuration dans la console d'administration WCS

Erreur de connexion à la base de données

Le message suivant dans le journal WCS signifie que la base de données n'est pas en cours d'exécution :

Message « Erreur de lecture du fichier journal » sur l'onglet Journal de la console d'administration WCS

Si un utilisateur authentifié n'interagit pas avec la console d'administration du serveur WCS pendant une période donnée, la session utilisateur dans le navigateur peut avoir expiré. Dans ce cas, actualisez l'affichage du navigateur et ré-authentifiez-vous pour obtenir une nouvelle session.

Le document reçu n'est pas conforme à la syntaxe du protocole

Un message d'erreur comme le suivant indique que la requête contient des éléments XML ou des éléments de caractère qui ne sont définis dans aucune spécification OGC :


Stockage d'une couverture dans une base de données JDBC - Systèmes d'Information Géographique

Geoinformatics & Geostatistics: An Overview est une revue scientifique à comité de lecture et vise à publier la source d'informations la plus complète et la plus fiable sur les découvertes et les développements actuels sous la forme d'articles originaux, d'articles de synthèse, de rapports de cas, de courtes communications, etc. tous les thèmes majeurs relatifs aux études géographiques et les rendre disponibles en ligne gratuitement sans aucune restriction ni aucun autre abonnement aux chercheurs du monde entier.

Géoinformatique et géostatistique : un aperçu se concentre sur les sujets qui incluent :

    Sciences de l'information (SIG)
  • Études de géographie et systèmes d'aide à la décision en géocalcul
  • Cartographie Web
  • Changements d'occupation des sols et d'utilisation des terres
  • Géodésie et Géoportail
  • Modélisation et interprétation de la photogrammétrie

Le Journal utilise le système de suivi éditorial pour la qualité du processus de révision. Le suivi éditorial est un système de soumission, de révision et de suivi de manuscrits en ligne. Le traitement de la révision est effectué par les membres du comité de rédaction de Geoinformatics & Geostatistics: An Overview ou par des experts externes, l'approbation d'au moins deux réviseurs indépendants suivie de l'approbation de l'éditeur est requise pour l'acceptation de tout manuscrit citable. Les auteurs peuvent soumettre des manuscrits et suivre leurs progrès via le système de suivi en ligne, espérons-le jusqu'à la publication.

* Le facteur d'impact du journal 2018 est le rapport entre le nombre de citations obtenues en 2018 sur la base de la recherche Google et des citations Google Scholar par rapport au nombre total d'articles publiés au cours des deux dernières années, c'est-à-dire en 2016 et 2017. Le facteur d'impact mesure la qualité de le Journal. Si &lsquoX&rsquo est le nombre total d'articles publiés en 2016 et 2017, et &lsquoY&rsquo est le nombre de fois que ces articles ont été cités dans des revues indexées en 2018, alors, facteur d'impact = Y/X.

Sciences de l'information géographique (GIScience) :

La science de l'information géographique (GIScience) est le système d'information doté d'une technologie informatique avancée utilisée pour évaluer, concevoir, éditer et visualiser les informations géographiques de la base de données. La science de l'information géographique est utilisée dans les disciplines des sciences sociales, environnementales, biologiques, de la santé et de l'ingénierie.

Technologie de l'information géographique

La technologie de l'information géographique est le domaine principal utilisant les diverses technologies de pointe pour la capture, le stockage et l'affichage des données liées aux systèmes géographiques. La technologie de l'information géographique couvre toutes les données essentielles de l'étude.

Géo-visualisation :

La géo-visualisation, le domaine des sciences géographiques constitue les différentes techniques et outils de compréhension, d'interprétation, d'évaluation et de visualisation interactive des données géospatiales. La géovisualisation traite des techniques d'interaction et de l'exploration visuelle et informatique combinée des données géospatiales.

Intelligence géospatiale :

L'intelligence géospatiale est le domaine des sciences géologiques dans lequel l'intelligence de l'activité humaine sur terre est évaluée dans l'exploitation et l'analyse des données géospatiales et représente visuellement les caractéristiques physiques (à la fois naturelles et construites) et les activités référencées géographiquement sur la Terre. L'intelligence géospatiale est utilisée comme imagerie en tant que renseignement cartographique et information géospatiale à l'appui des forces militaires du pays, des décideurs politiques nationaux et des utilisateurs civils.

Systèmes d'aide à la décision spatiale :

Les systèmes d'aide à la décision spatiale sont un système interactif informatisé structuré pour aider l'utilisateur ou le groupe d'utilisateurs à prendre une décision tout en traitant les problèmes spatiaux semi-structurés. Le système d'aide à la décision spatiale est l'avancement de nombreux calculs dans les études géographiques.

Télédétection :

La télédétection est la technologie de pointe en géographie qui traite de la science de l'observation ou de l'enregistrement d'objets ou d'événements éloignés, c'est-à-dire des endroits éloignés tels que la surface de la terre et l'atmosphère à l'aide de capteurs embarqués sur des plates-formes. La télédétection traite de divers sujets comme les radiomètres, les photomètres, le RADAR, le LIDAR, l'imagerie hyper spectrale.

Cartographie Web :

La cartographie Web est le domaine des sciences géographiques traitant de l'utilisation des cartes fournies par le système d'information géographique. La cartographie Web utilise généralement un navigateur Web ou un autre agent utilisateur capable d'interagir client-serveur.

Modélisation des agro-écosystèmes :

La modélisation des agro-écosystèmes est la technologie la plus avancée pour l'analyse agricole. La modélisation des agro-écosystèmes est l'approche géographique d'évaluation des informations liées à l'agriculture en utilisant plusieurs techniques géographiques pour ses statistiques et la génération d'informations.

Agro-Géoinformatique :

L'agro-géoinformatique, une branche de la géoinformatique, est la science et la technologie traitant de l'agro-géoinformation numérique, telles que la collecte de données par télédétection, le traitement, le stockage, la récupération, la transmission et la visualisation de l'agro-géoinformation. L'agro-géoinformation est cruciale pour la durabilité agricole, la sécurité alimentaire, la recherche environnementale, etc.

Systèmes géodésiques :

Le système géodésique est la technologie largement utilisée dans laquelle il se compose d'un système de coordonnées ainsi que d'un ensemble de points de référence utilisés pour localiser des lieux sur terre. Les systèmes géodésiques sont utilisés dans l'arpentage par les cartographes et les systèmes de navigation par satellite.

Modification de l'utilisation des terres et de la couverture des terres :

L'utilisation des terres et le changement de couverture des terres (LULCC) est le terme principalement utilisé pour la modification humaine à la surface de la terre. Les scientifiques mènent de vastes recherches sur le suivi et la médiation des conséquences négatives du LULCC. Les changements d'utilisation des terres / de couverture des terres (LULCC) affectent le climat par le biais d'impacts sur l'albédo de surface, les flux de chaleur sensible et latente, le profil température-humidité de la couche limite et la répartition des précipitations entre l'évaporation, la transpiration et le ruissellement.

Systèmes mondiaux de navigation par satellite :

Global Navigation Satellite Systems est la technologie de pointe du système satellitaire qui est utilisée pour fournir des signaux depuis l'espace pour le positionnement géographique et la synchronisation des données n'importe où dans le monde. Un système GNSS utilise une constellation de satellites en orbite fonctionnant en conjonction avec un réseau de stations au sol.

Cartographie:

La cartographie est l'art de la science qui implique la représentation de données telles que la zone géographique sur une surface plane comme une carte ou un graphique graphiquement. La cartographie est largement utilisée dans les études géologiques pour faciliter l'évaluation et la comparaison des données.

Géodésie et Géoportail :

La géodésie ou l'ingénierie géodésique est le domaine associé des sciences géologiques, y compris les mathématiques appliquées et les sciences de la terre, à la mesure et à la compréhension de la forme, de l'orientation et de la gravité de la terre. Un géoportail est le portail Web de base utilisé pour accéder aux informations géographiques et aux services géographiques associés via Internet.

Géocalcul :

La géocomputation est le domaine des sciences géographiques qui utilise la technologie informatique telle que les réseaux de neurones, les automates cellulaires, etc. pour l'analyse des données spatiales, l'évaluation des données géographiques, le stockage et la mise à jour. GeoComputation cherche à étudier les problèmes des études géographiques dans leur contexte spatial.

Photogrammétrie :
La photogrammétrie est le domaine de recherche en sciences géographiques utilisé pour effectuer des mesures à travers des photographies, pour récupérer des points de surface sur terre. La photogrammétrie utilise des techniques d'imagerie à grande vitesse et de télédétection pour détecter, mesurer et enregistrer des champs de mouvement complexes en 2D et en 3D.

Techniques de géo-données :

Les techniques de géo-données sont le domaine de la géographie qui utilise diverses techniques pour la collecte, le stockage et la mise à jour des données géographiques obtenues à plusieurs instincts pour leur comparaison future avec les données avancées.

Géodynamique

La géodynamique est le domaine associé de la géophysique qui traite de la dynamique de la terre en combinaison avec les domaines des mathématiques et de la chimie. La géodynamique utilise généralement les données du GPS géodésique, de l'InSAR et de la sismologie.

Études de géographie

Les études de géographie sont la science qui traite de la géographie des paysages, des peuples, des lieux et des environnements de la Terre. Les études géographiques comprennent les études d'évaluation des études environnementales, des études spatiales, des événements satellitaires, etc.

Modélisation géophysique

La modélisation et l'interprétation géophysiques sont la science appliquée de la création de représentations informatisées de la Terre sur la base d'observations géophysiques et géologiques et de leurs résultats d'interprétation avec les études comparatives. La modélisation et l'interprétation géophysiques traitent du développement et de l'évaluation de modèles numériques du système Terre et de ses composants.

Génie géothermique

Génie géothermique, domaine de l'ingénierie qui traite des études d'énergie thermique obtenues à partir de la terre.Les études de température, y compris les études de catastrophes naturelles, peuvent être évaluées dans les études géothermiques.

Géostatistique

La géostatistique est le domaine combiné de la géographie et des statistiques. La géostatistique se concentre sur la modélisation de données spatiales à l'aide d'ensembles de données spatio-temporelles. La géostatistique est principalement utilisée dans les études d'épidémiologie et de planification.


Focus produit : SIG de bureau

Jusqu'à récemment, le terme « SIG de bureau » désignait un système avec des fonctions limitées fonctionnant sur un ordinateur personnel. Le SIG haut de gamme n'a été trouvé que sur les postes de travail. Maintenant, ces distinctions commencent à s'estomper. Les forces du marché, les progrès de la technologie logicielle et l'utilisation croissante de l'architecture modulaire pour étendre les capacités SIG de bureau accélèrent la migration des fonctionnalités des postes de travail vers le PC.

Le SIG est de plus en plus accepté en tant qu'outil de traitement de l'information. Des serveurs polyvalents et des solutions réseau automatisent désormais de nombreuses tâches qui nécessitaient auparavant un spécialiste. Les utilisateurs peuvent accéder à plusieurs sources de données dans une entreprise sans traduction tierce, fusionner les données géographiques et relationnelles, produire une base de données géographique distincte et publier des bases de données géographiques et des applications cartographiques dans des environnements Internet/intranet. Parallèlement, les extensions modulaires redéfinissent le concept de SIG de bureau en étendant les fonctionnalités bien au-delà des fonctionnalités de base de base.

Par la suite, la croissance d'Internet a donné naissance à des serveurs cartographiques pour la publication de bases de données géographiques et d'applications cartographiques dans des environnements Internet/intranet. Toutes ces fonctionnalités apparaissent dans les principaux SIG de bureau.


Je n'ai pas le temps de tester cela, alors j'espère que vous pourrez le faire pour moi. J'ai décidé de ne pas utiliser HashMap tout de suite car la conversion de type rend les choses un peu plus compliquées qu'elles ne le devraient, mais faites-moi savoir si cela est important pour vous et vous cause des problèmes.

Je ne l'aime pas beaucoup parce que certaines parties du code reposent sur des effets secondaires d'autres parties du code, donc même si cela fonctionne, c'est toujours moche.

Voici l'option 2, que j'aime plus :

Plus sympa, à mon humble avis, vous pouvez enregistrer des points là-bas, mais j'ai décidé de les garder. Peut-être quelque chose comme ça :

Encore une fois, je ne l'ai pas testé, je ne sais pas comment le faire sans DB et je n'ai pas envie d'en installer un maintenant, désolé pour ça.

Enfin, je ne sais pas si vous vous en êtes rendu compte, mais "réaliser" n'est probablement pas le meilleur nom pour cette méthode (ou pour n'importe quelle méthode, à moins que vous ne programmiez un système épistémique, à mon humble avis).